Ciao Bella de Serena Giuliano

 

Titre : Ciao Bella

Auteure : Serena Giuliano

Éditeur : Cherche Midi

Genre : Contemporain

Format : Papier

Nombre de pages : 268

Fiche Bibliomania

 

Résumé

 » J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager…
– Vous avez beaucoup d’autres phobies ?
– Vous avez combien d’années devant vous ?  »

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux…
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?

Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.« 

Mon avis

A force de suivre l’auteure, Serena Giuliano sur différents réseaux sociaux surtout instagram, je me suis laissée tenter par son livre ! Et quel bonheur, vraiment je ne suis pas déçue du tout !!

L’histoire

On suit Anna au travers de ses séances de psy. Anna a peur de presque tout, presque de vivre et de respirer… Elle est enceinte de son deuxième enfant et son histoire commence par sa première séance d’une longue thérapie. La vie d’Anna va défiler sous nos yeux, entre les lignes, son enfance, sa vie d’adulte, sa peur d’avancer. Au fur et à mesure de son évolution, Anna nous offre un souffle rafraîchissant et drôle tout en restant sérieux car les choses de la vie marque à tout jamais et pour avancer on a parfois d’un peu (« beaucoup ») d’aide. Anna nous fait visiter son petit coin de paradis en Italie, nous présente son mari, ses enfants, sa nonna, ses « coupines », toutes les personnes qui font sa vie, son cocon et qui l’aide à être elle-même, et peut-être même la meilleure version d’elle-même.

Les personnages

Anna : C’est une jeune femme comme toutes les autres oserais-je dire; Elle a quand même beaucoup beaucoup de peurs, fait des crises d’angoisse et imagine très souvent le pire pour être parée au cas où ! Elle est drôle, use et abuse de l’autodérision pour cacher ses failles, qu’elle choisit malgré tout de partager avec nous en douceur. Elle est à un croisement de sa vie, et elle a besoin de ce petit coup de main, pour lui dire qu’il faut qu’elle ait confiance en elle; que quelque soit le choix qu’elle fera ce sera forcément le bon du moment qu’il rentre en adéquation avec ce qu’elle est. En bref sa psy est merveilleuse et indispensable !

La Psy:  De son petit nom Lizzy, elle écoute avec bienveillance les peurs d’Anna, tente de lui faire trouver pourquoi elles existent. Elle est parfois très insistante, jusqu’au boutiste mais c’est toujours avec bienveillance, car elle sait qu’Anna doit croire en elle, qu’elle en est capable. Et donc avec patience, douceur elle partage la vie passée d’Anna, son présent, ses rêves, ses envies…

Anna au cours de ses séances va nous parler de sa vie, de sa famille, des ses amis, de son patron; bref tous ces gens qui ont une place, qui vont déclencher chez Anna cette envie d’avancer, de changer peut-être en tout cas d’évoluer, ne plus subir.

La Plume, le Scénario

Ben voilà je me suis encore pris une claque ! 

Mais quelle histoire ! Rafraîchissante, déculpabilisante et tellement drôle parfois ! J’adore Anna qui d’ailleurs ne doit pas être si loin de l’auteure, Serena Giuliano, je pense… En tout cas quelques bribes.

Cette vision d’elle-même, cette autodérision qui finalement est assez réaliste; Je me suis reconnue dans beaucoup de peurs d’Anna notamment tout ce qui concerne les enfants, et l’autoroute aussi ! mais c’est pas possible, merci d’avoir dit tout haut ce que beaucoup de personne pense tout bas !!

Franchement vous disiez (« dans une de vos story instagram ») que rien ne vous avez fait plus plaisir quand une future maman vous avez avoué qu’elle avait décidé de consulter un psy à la suite de votre livre, et bien oui votre histoire donne envie d’en sortir avec ces peurs parfois incontrôlables et bien souvent on a vraiment besoin de l’aide d’un professionnel pour nous aider à faire ce chemin, à condition d’être prête peut-être… et votre bouquin déculpabilise (j’arrête pas avec ce mot et en plus il est dur à dire et à écrire …si si … !)

Ce récit est émouvant, Anna se livre, livre ses blessures et c’est toujours avec beaucoup de pudeur et encore de l’autodérision mais c’est doux et ça fait du bien ; On y parle de déracinement, de féminisme aussi, de souvenirs … ça sent l’Italie; ça sent l’amitié, l’amour, et le chlore aussi 😉

L’auteure parle d’un sujet pas évident : l’enfance, l’enfance comme vecteur de notre vie d’adulte ; Peut-on changer malgré ce codage ancré si fort en nous ? Serena Giuliano tente une possible sortie, une possible réponse; ce n’est pas une injonction c’est une solution parmi d’autres qui peut sauver, aider certaines personnes.

Le récit est construit en courts chapitres, des séances d’Anna suivies par des réflexions qu’elle se fait plus tard, ou par des plongées dans ses souvenirs; Finalement elle nous montre comment ses séances l’emmènent à des réflexions, des souvenirs salutaires dans son avancée, même si parfois c’est douloureux; Par ce procédé, l’histoire est rythmée, fluide et captivante.

L’écriture de l’auteure, Serena Giuliano, participe à cette impression de proximité avec Anna, d’être dans la confidence, d’être peut-être une copine qui profite avec sérieux des conseils qui sont prodigués à Anna.

C’est difficile de fermer ce livre à la toute dernière phrase …

En Bref

C’est un livre à consommer sans modération !

C’est une bulle de fraîcheur, d’honnêteté, et ça fait du bien !

Merci Serena Giuliano, votre histoire va laisser une trace bienveillante dans mon esprit pendant un certain temps ❤

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s