Outsphere 2 : Le Réveil de Guy-Roger Duvert

Benjamin Sjöberg

Titre : Outsphere

Tome 2 : le Réveil

Auteur : Guy-Roger Duvert

Éditeur : Autoédité

Genre : Sciences Fiction

Format : epub

Nombre de pages : 326

Fiche Bibliomania

******

******

******

******

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Outsphere de Guy-Roger DUVERT

Résumé de l’auteur

« La colonie, dernier vestige de l’humanité échoué sur la planète Eden, tente de se reconstruire après sa guerre civile, mais les dégâts matériels sont conséquents. Par ailleurs, un conflit avec les tribus primitives voisines semble de plus en plus inévitable. Alors que militaires et politiciens opposent deux visions, l’une pacifiste et l’autre belliqueuse, les scientifiques, devenus archéologues sur cette exoplanète, se concentrent eux sur le passé d’Eden, qui leur réserve encore de nombreuses surprises. Les survivants atlantes, bien que réduits numériquement, s’intègrent au reste de la communauté, prenant progressivement des rôles de plus en plus importants. Dans le même temps, les colons s’étendent géographiquement, de nouveaux comptoirs apparaissant ici et là. Mais s’agit-il du développement d’une nouvelle civilisation, ou bien du chant du cygne de la nôtre ? « 

Mon avis

Je remercie l’auteur, Guy-Roger Duvert pour m’avoir permis de continuer de suivre l’aventure de cette dernier colonie d’humain. La colonie se remet d’un conflit qui l’a durement ébranlé…

L’histoire

L’Arche et la dernière colonie d’humains se remettent difficilement de l’affrontement avec les Atlantes, pourtant humains au même titre mais leurs divergences d’opinion les ont emmené vers un conflit ouvert.

Se relevant tout juste, soignant ses blessés et se remettant au travail de l’expansion, la colonie prend en considération que leur sécurité est pour l’instant le plus important. Plusieurs locataires d’Outsphere décident de quitter la Capitale vers l’extérieur, ainsi de nouveaux comptoirs voient le jour; mais c’était sans compter sur les tribus primitives qui semblent de plus en plus belliqueuses.

La colonie va devoir affronter encore son destin et défendre sa vie face à un ennemi inattendu mais violent et déterminé.

Les personnages

Olsen :  Il fait partie de la première expédition sur Eden, en tant que militaire. Rompu aux exercices de ce genre de mission, il est fait prisonnier mais son envie de survivre dépasse l’entendement et fait de lui un être spécial, : un survivant. Malgré son retour parmi les siens, il n’arrive plus à leur faire confiance mais il est respectueux de la hiérarchie et se plie. Il commence par sortir du lot, en enchaînant ses propres missions toujours dans le but de protéger la colonie, en ça il est un allié hyper efficace. Grace à sa témérité, ses prises de risque calculées, il parvient à sauver beaucoup de personne de la colonie et ses observations permettent à la colonie de mettre à l’abri le plus de personnes possible.

M1500 : C’est l’Atlante qui à fait pencher l’issue de la guerre civile du côté des « Anciens »; Il développe un pouvoir impressionnant, lui causant d’ailleurs, la méfiance de ses congénères ainsi que des « Anciens ». Les travers des humains sont malheureusement toujours là tapis quelque part… mais M1500 est très intelligent et son seul souci est de sauver la colonie. il met de côté cette méfiance qui le blesse et œuvre sans retenue pour la sauvegarde de la colonie.

D’autres personnages sont tout aussi important pour la sauvegarde de la colonie, des amitiés naissent entre Atlantes et Anciens, de l’amour aussi et c’est ainsi qu’une nouvelle civilisation se met en place mais un danger les guettent…

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur se lit avec fluidité, mon imagination a très bien fonctionné; Les rebondissements s’enchaînent, ne laissent aucun répit aux colons, ni même au lecteur.

L’auteur continue d’aborder le thème de la liberté au travers des colons qui souhaitent s’affranchir du pouvoir militaire; Ils souhaitent oublier les conflits qui ont coûté la vie à une partie du reste de l’humanité. Cette liberté chérie s’oppose toujours à la sacro-sainte sécurité. Effectivement, les tribus primitives sont agressives, belliqueuses et survivre à une de leur attaque, semble être difficile. D’où cette opposition de la liberté à la sécurité. Sans soutien militaire, les colons ne pourraient pas survivre aux tribus édéniènnes.

Suite à ce constat, l’auteur nous amène, en tout cas, je me suis sentie dirigée vers cette réflexion : Pour survivre, la colonie, les derniers humains sont-ils obligé d’exterminer une autre forme de vie ? Ont-il vraiment le choix ? Les personnages, eux-mêmes se posent ces questions, mais aussi du bien fondé de leur présence sur une planète qui n’est pas la leur mais qui est leur dernier espoir.

L’auteur met l’accent sur le passé d’Eden, au travers des personnages de la scientifique Vanessa Fulton, de Kappa, de S3535 et d’autres biens sûr; Leurs recherches s’apparentent plus à des recherches archéologiques dans ce tome 2 et c’est très addictif, comme si les scientifiques arrivaient à nous transmettre cette émotion fébrile, leur excitation. plusieurs passages comme ça m’ont rendu accro aux découvertes que faisaient tous ces scientifiques.

Guy-Roger Duvert, l’auteur, aborde toujours ce thème de la méfiance de ce qui est différent; de la peur que cet être différent, puissant, de ce qu’il pourrait faire s’il se retournait contre la colonie, alors que lui ne pense qu’à sauvegarder tout le monde. L’auteur nous montre, ce que ça fait justement à M1500, ça le blesse mais son opinion reste la même et j’ai vraiment trouvé choquant ma réaction à moi, je me suis mise à douter de lui, oui et s’il décidait de prendre le pouvoir, personne ne pourrait le contrer… mais l’auteur a décrit M1500 comme un être bien au-dessus de ces considérations toutes plus ou moins humaines, de prendre l’ascendant sur les autres, hors lui n’aspire qu’à la tranquilité et la sauvegarde de la colonie…c’est un être bien spécial.

Alors accrochez-vous tout au long du récit mais encore plus à cette fin incroyable, qui laisse le lecteur en PLS, si si, je vous assure et je vous informe qu’il va falloir attendre 2021 (si je ne me trompe pas…) pour connaître la suite dans le tome 3 !

En Bref

Un tome 2 tout aussi passionnant que le premier tome; une guerre peut en cacher une autre et surtout l’ennemi n’est pas toujours visible;

Un tome qui parle de liberté, de sécurité, de guerre, de combats pour la survie, de découvertes archéologiques passionnantes, de nouvelles civilisations et un début de réponse du pourquoi ces anciennes civilisations ont disparu d’Eden

Et une fin de tome impensable !

Merci à l’auteur, Guy-Roger Duvert,  pour ce voyage sur Eden, pour cette sensation particulière de faire partie des colons, cette sensation de comprendre les protagonistes avec clarté et paradoxalement insinuer ce doute aussi...Merci.

Printemps de Funérailles de Alexandre-Fritz Karol

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Printemps de Funérailles

Auteur : Alexandre-Fritz Karol

Illustrateur : Nicolas Jamonneau pour la couverture et Tiphs pour la carte

Éditeur : Crin de Chimères – Éditions

Collection : Castellar

Genre : Fantasy, Victorian Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 605

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Vingt ans.
Vingt ans que s’éternise la guerre entre la Ligue de Skarland et l’Empire anscaride. Mais les arcano-technologues, les sorciers hérétiques à la botte de l’empereur Hagen, ont mis au point de nouvelles armes qui ne tarderont pas à écourter le conflit : les dragonnefs, vaisseaux volants capables de rayer une ville de la carte en quelques heures.
Vingt ans aussi que Luther Falkenn court après les criminels. Comme policier, d’abord, et maintenant comme chasseur de primes. Mandaté par un richissime banquier nain pour mettre la main sur des documents volés particulièrement compromettants, il se rend à Solmost, où la Ligue fait face à une pression grandissante : soutenues par les dragonnefs, les armées de l’empereur approchent de la cité. Pas de quoi faciliter la tâche de Falkenn et de son acolyte Boniface, félin aux pouvoirs mystérieux, à la langue bien pendue et au caractère de cochon.
D’autant que dans la folle course aux armements qui les oppose à l’empereur, les dirigeants de la Ligue s’apprêtent à commettre l’irréparable en libérant un pouvoir oublié. Et Falkenn, qui croyait traquer un vulgaire voleur, va devoir affronter un adversaire d’un tout autre calibre, revenu tout droit de l’au-delà. »

Mon avis

Je remercie les Éditions Crin de Chimère et l’auteur Alexandre-Fritz Karol pour ce troisième partenariat; cette fois on plonge dans monde Steampunk où l’argent et la politique s’entremêlent avec une vengeance séculaire !

L’histoire

Luther Falken, chasseur de prime, accompagné de son chat super mal embouché, accepte une énième mission très prometteuse en monnaies sonnantes et trébuchantes : Récupérer des documents très compromettants volés par la super comptable de la BNC.

Falken et Boniface vont très vite se rendre compte qu’ils sont tombés dans un foutoir politico-économique noyé à la sauce vengeance très très ancienne…

Au portes d’une guerre de deux décennies, Falken entend quand même mener à bien sa mission. Rien ne lui sera épargné mais sa perspicacité, son flaire d’enquêteur et surtout son association avec Boniface, un chat très très spécial lui permettront d’avancer jusqu’au bout du tunnel;

Mais que cache les tréfonds de Citégrise, l’arrière court Solmost ?

Les personnages

Luther Falken : C’est un chasseur de prime, ultra efficace; Il ne se départ presque jamais de son flegme; s’en ai presque effrayant pour ceux qui l’entourre, c’est énervant pour Boniface ^^. Falken est très perspicace, fin enquêteur, il détecte vite mensonges et faux semblants. Sa façon de combattre est à son image, il combat avec élégance, patience mais aussi avec rapidité et perspicacité. Vous découvrirez son arme tout à fait étonnante.

Boniface : C’est un chat issue d’une école un peu spéciale; Il accompagne Falken partout. Leur duo de choc leur permet de très belles prises. Boniface à un caractère de râleur, et surtout il n’a pas de filtre, il dit ce qu’il pense tout de go, son vocabulaire est très imagé (entendons-nous bien hyper vulgaire, mais alors tellement drôle !!). Il est mal embouché mais quand il s’énerve et se met à voir les personnes en face de lui comme des proies, il ne laisse dans son sillage que des petits bout de corps et autre restes indéfinis…

Ambroisie : La comptable tirée à quatre épingles, voleuse de surcroit se fait la malle avec des documents pouvant faire basculer la fameuse guerre au porte de Solmost. Je ne vous en dit pas plus vous finirez très tardivement dans le récit par faire la connaissance avec ce surprenant personnage. Elle m’a beaucoup plu; Très entière, très …

Autour de ces protagonistes gravitent plusieurs personnages intéressanst, des ennemis, des alliés mais au bout d’un moment dans un complot politico-économique on ne sait plus trop à qui faire confiance…

La Plume, le Scénario

La couverture ! Oui oui c’est indéniable, cette couv’ est un atout pour le roman, elle donne le ton à l’histoire. Falken et Boniface illustrent cette dynamique qui parcourt le livre de début jusqu’à la fin !

Passons à l’écriture de l’auteur. Elle est particulière, très imagée, je dirai surchargée, elle enveloppe le lecteur pour le piéger, pour l’engluer dans ces lignes. L’auteur Alexandre-Fritz Karol kidnappe le lecteur ! Au début ça peut paraître trop, mais très vite on visualise très bien l’environnement justement grâce à cette écriture tantôt soutenue tantôt très argotique.

J’ai suivi ce récit de façon calme, lentement me laissant mener au grès des lignes avec le flegme de Falken, mais ne vous y trompez pas; c’est un calme effrayant qui vous pousse toujours plus loin, inexorablement à tourner les pages de cette histoire pas du tout gentillette, je vous aurais prévenu;

Si Falken est réfléchi et impassible et on peut dire poli; Boniface est expressif pour deux; Franchement j’adore ses expressions, j’ai vraiment rigolé des bons coups ! Les insultes étaient vraiment bien senties et plus d’une fois méritées !! Mais Boniface n’est pas un clown ou un chat de cirque c’est un prédateur, un compagnon idéal pour surveiller vos arrières, un peu trop efficace si j’ose dire, effroyablement efficace.

Alors sans vous en révéler trop je vais essayer de vous tenter; On démarre une histoire de chasseur de prime qui signe un gros contrat pour retrouver une voleuse de papiers très compromettants … mais cette mission se complexifie au fur et à mesure que Falken se rapproche de la voleuse. Plus il tente de résoudre cette affaire plus la tension monte, et plus la voleuse laisse des indices inexplicables et incohérents… heureusement il y a Boniface et ses mauvaises manières pour détendre un tout petit peu l’atmosphère… Mais les deux compères vont vite se rendre compte qu’ils sont tombé au beau milieu d’un bourbier peu commun. Au travers de ces embûches, l’auteur nous livre quelques bribes du passé de Falken, juste assez pour calmer la soif du lecteur, tout juste.

Dans ce récit, vous trouverai de la magie, de belles armes, de la technologie mêlée à la magie, de vieilles croyances, des Nains et leur mines, des guerriers, des bandits, de la misères sociales, des politicards imbuvables, des idéalistes déterminés et l’Oubli 😉

En Bref

Une super aventure de plus de 600 pages, un récit calme et tempétueux à la fois.

Préparez-vous lecteur à vous faire attraper, engluer par la plume très imagée et agréable de l’auteur.

Un petit plus pour Boniface, ce chat étrange aux yeux violets et son langage fleuri !

Je remercie les Éditions Crin de Chimère de m’avoir confier ce chouette pavé ; Merci à l’auteur, Alexandre-Fritz Karol, pour cette lecture surprenante et très agréable.

Crin de Chimère - Éditions

La Meute Harbor, Saison 3 : La Menace des Dieux d’Audrey S.G.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : La Meute Harbor

Saison 3 : La Menace des Dieux

Auteure : Audrey S.G.

Genre : Bit-Lit, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 166

Sorti le 28 mars 2020

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Saison 1
– HS : Porter & Ludivine
– Saison 2 :  Démons
– Saison 2,5 :  Austin et Salem

 

Résumé :

« « Rejoignez la Meute et vivez avec elle son ultime combat. »Depuis son arrivée dans la ville de Bar Harbor, la vie d’Héléna Harper, jeune fille timide de dix-sept ans, a beaucoup changé. Malgré les difficultés et de nombreux ennemis, elle est désormais une puissante sorcière parfaitement intégrée au sein de la Meute. Entourée de ses amis, de sa famille et de son âme sœur, Héléna espère désormais vivre la vie paisible et banale de toutes les jeunes filles de son âge.Seulement, la prophétie de sa naissance va une nouvelle fois s’immiscer dans sa vie, mais aussi dans celle des siens et menacer leur bonheur.En s’unissant à Valentin, son âme sœur, Héléna ne s’imaginait pas réveiller d’anciennes puissances prêtes à tout pour regagner le pouvoir qui était le leur et reprendre la place qu’ils occupaient jadis auprès de l’humanité et des êtres fantastiques.Décidés à éliminer tous ceux qui pourraient compromettre leur ascension, les dieux n’auront de cesse de chercher à briser les liens qui unissent les membres de la Meute.Pour espérer sortir vainqueurs de cet ultime combat, les membres de la Meute devront plus que jamais rester soudés. Mais ils devront également apprendre à reconnaître les alliés qui se cachent parmi la menace.« 

Mon avis

Je remercie à nouveau à l’auteure, Audrey S.G., pour sa confiance, et ce retour parmi la meute.

L’histoire

La Meute se relève doucement  de leur dernier combat, de leur dernière victoire; pour aller à l’université ! Alors que leur vie semble retrouver une certaine normalité, chacun retourne à l’école et tout se déroule parfaitement… enfin c’est ce qu’ils croient… D’anciennes divinités se sentent menacées par le lien puissant entre Héléna et Valentin, et ils n’auront de cesse d’essayer de briser leur liens.

La Meute et leurs sorcières espéraient un peu de repos, mais un nouveau combat se profile à l’horizon, un ultime combat qui décidera de leur survie mais pas seulement, ils semblerait que l’humanité soit menacée…

Ils vont devoir prouver qu’ils sont si soudés que leur liens sont inébranlables, que leur amour, leur amitié est si puissante que leur ennemis vont devoir frapper fort; mais une aide inattendue se présente à la Meute encore faut-il qu’ils la voient comme telle et qu’ils sachent reconnaître les ennemis des alliés.

Les personnages

Héléna : Dans cette saison 3, Héléna apparaît bien plus sûre d’elle et il était temps ! Elle est puissante, bien plus que ce que tous imaginaient; Même si sa tendance à douter pointe par moment le bout de son nez, elle sait très vite reprendre le dessus; surtout quand il s’agit de son âme soeur et qu’une certaine Michaella tente de semer la zizanie dans son couple inébranlable.

Je ne parlerai pas de Valentin, Eve, ou encore Ludivine; Tous ont évolué positivement, en force, en mentalité. Chacun, à sa manière, a réussi à se dépasser car ils sont une force tous ensemble; tant qu’ils restent soudés rien ne peut les arrêter ! A vous de découvrir ce qu’ils sont devenus et ce qu’ils les attend encore.

La Plume, le scénario

Au bout de quatre romans sur la Meute Harbor, je commence à m’installer dans cet univers qui me plait bien; La meute est forte mais tous ces jeunes gens ont quelques fêlures qui ont bien failli faire basculer la victoire du mauvais côté; cette fois ils ont mûri, ils ont appris de leurs erreurs, de leur impulsivité même si elle fait partie d’eux.

Leur vie de jeunes adultes continue d’évoluer, l’université les accueille à bras ouvert, enfin presque… une menace plane et l’auteur utilise les mêmes schémas d’intimidations, de tromperie. Et c’est là qu’elle peut nous montrer que ses personnages ont évolué, ont mûri. Maintenant que chaque couple est consolidé, rien ne semble les atteindre; cependant l’auteure remet une menace sur leur route.

Comme dans les précédents tomes, l’auteure utilise différents points de vue pour donner au lecteur une vue presque globale, dans le même temps ça dynamise le récit.

Cette fois la menace vient  bien des cieux… décidément il n’y en a pas un pour rattraper l’autre… j’ai été un peu gêné par le côté presque trop prévisible du mode opérationnel des Dieux. Ils réitèrent les mêmes méthodes d’intimidation pour faire obéir la meute… forcément beaucoup moins efficace puisque les personnages ont déjà eu affaire à ce genre de méthode; mais dans le même temps ça permet au lecteur de comprendre que la meute a compris la leçon …

La Meute est encore plus soudée; ils sont là pour veiller les uns sur les autres. Chacun donnerai sa vie pour la meute; cette absolue confiance et cette appartenance à une meute vraiment très spéciale font d’eux une meute imbattable.

Dans ce tome 3, l’auteur parle de nouveau de pouvoir, mais cette fois ce n’est pas vraiment posséder quelqu’un en particulier ou le dominer; non c’est encore plus mégalomane, le méchant veut reconquérir le monde qu’il croit sien pour simplement être le maître du monde et des hommes… je l’ai trouvé un peu pathétique, oublié des humains, il fait sont petit enfant gâté…

Enfin pour finir, parlons sexe ! Pour chacun des couples, les scènes de sexe sont toujours aussi explicites; L’auteure utilise ces scènes de sexe pour démontrer cette appartenance à l’autre, cette possession; Ce besoin des personnages de montrer à leur âme soeur qu’il lui est tout dévouer corps et âme; ce besoin des personnages de ne faire qu’un avec leur cher et tendre. Parfois ça m’a un peu heurté ce besoin d’appartenance, cette possessivité mais j’ai replacé l’histoire dans le contexte, c’est à dire que les mâles de chaque couple sont des Loups, il ressort dans ces relations cette bestialité, cette possession; qui n’est aucunement subie par l’autre.

En Bref

Un récit pour établir définitivement la Meute en haut de la chaine alimentaire

Des méchants trop prévisibles ou en tout cas à court d’idée et qui ont permis à la Meute de se souder encore plus, d’évoluer vers une certaine maturité.

Un peu plus de scènes hot très réalistes signe d’appartenance et de possessivité.

Merci à l’auteure, Audrey S.G., pour cette fin tout en démonstration de puissance; promesse est faite de l’auteure que ce n’est pas vraiment une fin 😉

Outsphere de Guy-Roger Duvert

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Outsphere 1

Auteur : Guy-Roger Duvert

Éditeur : Autoédité

Genre : Sciences Fiction

Format : epub

Nombre de pages : 313

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Après avoir quitté une Terre mourante du fait des erreurs de nos sociétés, l’Arche, premier vaisseau à coloniser une exoplanète, arrive au bout d’un long voyage de 80 ans. Les colons sortent de leurs caissons cryogéniques et découvrent ce qui doit devenir un nouveau commencement pour l’humanité. Une nouvelle planète, un monde principalement végétal baptisé Eden.

Les surprises se cumulent vite : la surface abrite une espèce primitive mais intelligente, des ruines prouvent l’existence de civilisations passées avancées, le système climatique obéit à des règles très particulières. Mais malgré tout cela, la colonisation commence de manière somme toute très classique, avec les traditionnelles oppositions entre militaires, scientifiques, civils.

Mais tout change avec l’arrivée d’un nouveau joueur : un second vaisseau spatial arrive, quelques mois seulement après l’Arche. A son bord, des Terriens partis 60 ans plus tard, bénéficiant d’une technologie plus avancée, et eux même fortement modifiés génétiquement. Capables de se synchroniser et de communiquer télépathiquement entre eux, ils sont devenus une espèce fondamentalement collectiviste, que tout oppose aux traditionnels Terriens individualistes de l’Arche.

Les deux peuples essaient dans un premier temps de cohabiter et d’apprendre les uns des autres, mais les obstacles rencontrés, le passé de la planète qui s’avère beaucoup plus riche et mystérieux que prévu, vont rapidement augmenter les tensions. Eden représente-t-il un nouvel espoir, ou au contraire la fin d’une civilisation? »

Mon avis

Merci à l’auteur, Guy-Roger Duvert pour m’avoir proposé à nouveau un de ses romans. Cette fois il est question de civilisation en exode, les hommes vont devoir apprendre les uns des autres s’ils ne veulent pas être les derniers de la race humaine.

L’histoire

L’Arche, le vaisseau de l’espoir, transporte une partie de l’humanité ayant quitté leur Terre pour survivre et recommencer une nouvelle et meilleure vie sur une exoplanète, baptisée Eden. A leur grande surprise, la planète est déjà habitée par un peuple certes primitif mais extrêmement dangereux et tenaces.

Alors que les premiers colons descendent s’installer sur Eden, un étrange vaisseau approche de l’Arche. Ils s’avère que ce sont des humains partis 60 ans après l’Arche. Ces humains sont différent, génétiquement modifiés, bénéficiant d’une pensée collective permettant de préserver une harmonie parfaite au sein de leur communauté.

Faisant face à une planète pleine de surprise, accueillante mais dangereuse. Les terriens de l’Arche vont devoir cohabiter avec les nouveaux humains venus sans animosités, plutôt curieux. Deux tendances vont s’opposer : le collectivisme d’Utopia et l’individualisme de l’Arche.

Les avis divergent, les méfiances s’exacerbent, la survie des deux peuples devient compliquée. Les luttes intestines combinées aux surprises mortelles que réserve la planète…Les découvertes d’anciennes civilisations disparues, le peuple primitif ne semblant pas avoir peur de ces envahisseurs… La nouvelle civilisation humaine risque t-elle de s’éteindre pour de bon ?

Les personnages

Bowman :  C’est un militaire faisant partie de la mission de l’Arche pour protéger les civils et les aider à installer la nouvelle colonie humaine. C’est un homme prêt au combat, excellent guerrier, très bon meneur d’homme; Il veille sur ses hommes comme s’ils étaient sa famille, ses frères… Il est très respectueux de sa hiérarchie. A cause de l’insouciance d’une scientifique, enfin de son enthousiasme pour la découverte, sa patience va être mis à rude épreuve mais il garde toujours le cap sur les objectifs fixés par sa hiérarchie. Toujours prêt, toujours un train d’avance; c’est un élément crucial pour la colonie.

Fultonc’est une scientifique, la meilleure dans sa discipline (vous découvrirez par vous-même). Elle est froide, asociale mais étrangement respectée et admirée. Son enthousiasme face à ses découvertes risque de mettre ses mission en danger…pourra t-elle réfréner cette soif ?

J’aurais pu parler d’Olsen, de S8588 mais franchement je vous laisse les découvrir; ainsi que tout les autres qui sont autant de personnalités secondaires mais qui font l’histoire.

La Plume, le Scénario

On change légèrement de registre cette fois avec Outsphere. la terre n’est plus vraiment un endroit vivable…

L’arche, un vaisseau spatial arrive à destination d’une nouvelle planète porteuse d’espoir pour l’humanité : Eden. L’histoire se met en marche avec le réveil des premiers colons. L’auteur nous emmène direct au coeur de l’action avec un réveil soutenu.

Ensuite tout s’enchaîne très rapidement, pas de temps mort. Première mission, premier contact, premier combat, première perte. Le ton est donné. Eden est déjà habitée ! Une faune et une flore intéressante mais surtout dangereuse, des êtres vivants humanoïde primitifs mais virulents. Les militaires et les scientifiques ayant pour tâche de protéger la colonie vont avoir fort à faire. Et comme si ça ne suffisait pas un vaisseau inconnu approche de l’Arche sans animosité.

Le ton est donné, la colonie va devoir se battre pour conquérir une planète qui n’est pas la sienne; se battre ? cohabiter ? est-ce possible ?

L’auteur, au travers de cette colonisation, va développer trois statut incontournables d’une telle émigration:

  1. Tout d’abord, l’aspect militaire avec ses règles strictes, son respect de la hiérarchie, cette propension à la violence, à la brutalité car c’est leur métier le combat, mais leur mission est aussi de protéger les civils. La cohabitation est parfois difficile car le civil ne voit pas le danger comme le militaire le perçoit et bien sûr on arrive à des situations dramatiques…
  2. Ensuite, l’aspect politique, qui est comme toujours assez puant... cette Mme Cruz pense à son ascendance sur le groupe bien avant leur sécurité. Elle ne pense qu’à se faire accepter en tant que leader des civils mais les forces en présence rendent la  tâche compliquée. Sa position entre les civils et les militaires impose une personnalité forte et stratège hélas c’est sans compter sur les rebondissements et les civils extrémistes.
  3. Et enfin, les civils, qui investis d’une mission celle de sauver l’humanité, redonner une seconde chance aux humains, devenir le berceau de la nouvelle humanité, commencer une vie meilleure… sont épris de liberté et ne comprennent pas, n’acceptent pas de rester sous atmosphère protégée dans Outsphere. L’envie de liberté est plus forte mais cette soif ne sera pas sans conséquence… Ils voient les militaires comme des dictateurs imposant trop de règles, étant trop dans la prévention afin de mieux écorner leurs libertés. Mais ils vont s’apercevoir que prendre des décisions apportent son lot de conséquences et que tout ne paraît pas aussi simple que ça en à l’air.

Guy-Roger Duvert, l’auteur aborde le thème de la méfiance de ce qui est différent, du racisme, de l’intégrisme/l’extrémisme; En effet, ces nouveaux humains fortement génétiquement modifiés ne font pas l’unanimité au sein des colons. Leur développement en font des êtres supérieurs, mais leur façon de penser, leur collectivisme les rendent hermétique à toute notion d’individualité, et finalement un peu naïfs et peu méfiant; La cohabitation va provoquer des heurts, mais aussi des actes bien plus grave entraînant une surenchère de catastrophes qui risquent de coûter bien plus aux derniers humains …

A toutes ces péripéties, il faut ajouter la planète Eden, qui n’est peut-être pas si accueillante, les militaires et les scientifiques en mission vont l’apprendre à leur dépens. Entre une faune sauvage agressive, les probables virus présents sur la planète, les découvertes de plusieurs civilisations anciennes et disparues et un peuple, certes primitif mais absolument pas inoffensif; la colonie n’est pas au bout de ces peines et l’installation risque d’être beaucoup plus chaotiques que prévue…

Une petite question m’a quand même turlupiné… pourquoi avoir choisi comme destination Eden avec si peu d’information ? et rebelote avec Utopia, 20 ans après, si avancés génétiquement et technologiquement ? La suite dans le tome 2 ?!

En Bref

Un roman de science fiction pur avec voyage spatial, exoplanète, êtres génétiquement modifiés et au milieu de tout ça l’enjeu le plus important la survie de l’humanité, l’humain dans son entièreté au naturel avec ses travers qui l’ont déjà conduit à l’exode mais l’instinct de survie est parfois terriblement puissant;

Merci à l’auteur, Guy-Roger Duvert,  pour cette aventure sous tension sur une planète qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

 

 

Les enfants d’Aliel, tome 3 : Mâchoires d’écume de Sara Schneider

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sara Schneider

Titre : Les enfants d’Aliel

Tome 1 : Mâchoires d’écume

Auteure : Sara Schneider

Éditeur : Autoédité – Bookelis

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 376

Fiche Bibliomania

***ATTENTION PROBABLES SPOILERS***

Pour ceux qui n’ont pas lu
« Les enfants d’Aliel, tome 1 : le Grand Réveil »
« Les enfants d’Aliel, tome 2 : Le Cheval de feu »

Résumé de l’auteure

« Pourquoi aucun capitaine de navire ne s’aventure-t-il dans les Eaux du Froid Mordant ?
« Parce que les tempêtes y sont impitoyables », répondent les marins.
« Parce qu’un monstre s’y terre dans une faille sous-marine », racontent les plus imaginatifs.
Pourtant, des airs oubliés évoquent une beauté de souffle et de glace qui glisserait sur les flots redoutables, en dépit du monstre et des tempêtes.
Séparés de leurs coéquipiers partis en guerre, quelques Synalions devront braver les Eaux du Froid Mordant à la recherche du dernier d’entre eux, avec comme unique indice une vision de Lilas et pour seul guide son intuition. »

Mon avis

A nouveau merci à l’auteure Sara Schneider de m’avoir donner la chance de suivre une nouvelle fois l’aventure des Synalions, ce tome est froid, glacial et la menace collante et glauque d’Orga s’étend… Mais en même temps les synalions ont une belle évolution et de nouveaux personnages apparaissent !

L’histoire

Les synalions sont obligés de se séparer pour continuer à lutter contre les monstruosités d’Orga. Une équipe part à la recherche du dernier porteur de don. Ils vont devoir affronter les Eaux du Froid Mordant aussi tristes que l’ennui et mortelles que la glace.

Orga continue son invasion mortelle avec ses Aracs et d’autres créatures toutes plus monstrueuses les unes que les autres. Encore plus de gens contaminés, encore plus d’horreur…

Mais les Synalions et leurs alliés sont toujours là, et ils sont de plus en plus fort. Ils luttent de toutes leurs forces.

Les personnages

Lilas : est en perpétuelle manque d’estime de soi. Persuadée que les autres synalions la considère plus comme une chose fragile à protéger qu’à une véritable alliée. Elle va trouver la force de leur montrer sa puissance qu’aucun de ses proches ne doutait. Ses aptitudes aux combats ne demandent qu’à sortir et elle va trouver le moyen d’aider ses camarades avec beaucoup d’efficacité.

Jaz: C’est le jeune frère de Lilas et ce petit garçon de 10 ans en a déjà beaucoup trop vu pour son âge. Il a dû mûrir très vite. Il va montrer également une aptitude à survivre tout à fait étonnante. Dans sa fuite de Rocadeux, il va trouver d’étonnants alliés. Auprès d’Assim, il va continuer d’apprendre tellement de choses que cette période de vie aussi courte soit telle va lui apporter énormément de connaissance de l’autre mais aussi assez de connaissances manuelles pour survivre. Malgré tout, il reste un enfant de 10 ans et sa méfiance n’est encore pas assez élevée…

Carson: Carson se révèle un peu plus; il est toujours beaucoup plus affecté par les autres par son don; Il cache son passé avec force et ne souhaite en parler à personne de peur que tous le rejette. Il traîne cette culpabilité comme un boulet. Il laisse également transparaître beaucoup d’envie, il aimerait que les autres s’inquiètent de lui, lui portent un peu plus d’attention alors qu’il met tout en œuvre pour être le plus discret possible. Il prend des risques inconsidérés pour prouver encore, qu’il est un allié de choix; alors même que personne n’en doute.

De nouveaux personnages apparaissent notamment dans l’entourage de Jaz, des personnages étonnants, secrets et d’un secours très appréciable, j’ai beaucoup aimé Assim, Tervan et même la pauvre Sadia…

La Plume, le Scénario

Petit mot sur la couverture qui est très jolie et encore une fois absolument en totale résonance avec le récit.

Comme pour le tome 2, l’auteure, Sara Schneider, commence son récit par un court rappel de ce qui s’est passé dans les précédents tomes, et c’est très appréciable.

Le Mal est toujours aussi présent et on sent une avancée bien significative d’Orga, elle rivalise d’horreur pour créer des monstres toujours aussi écœurant (=Blahar) et puissant.

Dans ce tome, l’auteur nous emmène loin de cette noirceur sur les traces du dernier synalion (le double de l’âme); Les synalions doivent se séparer en deux groupes, une équipe se doit de continuer la lutte et soutenir les troupes alliées et l’autre équipe part à la recherche du dernier d’entre eux; pour ça ils vont partir en bateau et ce n’est pas simple pour tout le monde, entre mal de mer, méfiance des marins et l’approche des Eaux du Froid Mordant; Les synalions vont être soumis à rudes épreuves.

Ce troisième opus, nous montre une Lilas encore fragile, très peu sûre d’elle manquant de se laisser submerger par le désespoir de n’être bonne qu’à être protéger. Mais petit à petit et avec une aide inattendue, Lilas va se révéler d’une efficacité terrifiante. Dans ce voyage, elle va trouver la force et l’arme adéquate pour faire d’elle une véritable combattante, une redoutable combattante.

De nouveau, l’auteur utilise le balancement d’une histoire à une autre ce qui rend le récit dynamique et captivant; Ainsi on passe du voyage de Lilas à celui de Jaz; L’aventure de Jaz n’a rien à envier aux synalions. Jaz est devenu un personnage, à part entière et surtout incontournable, il n’est plus seulement le petit frère de Lilas. Son histoire se développe au côté de celle des synalions; Ce petit devient un élément mystérieux et j’ai senti que sa place avait une raison d’être particulière mais je n’ai pas encore découvert laquelle… J’adore ce petit bonhomme, tellement bienveillant, mais aussi méfiant et également avide d’apprendre pour n’être un poids pour personne ni même un danger…

Et cette fin de tome ! Non mais l’auteure, Sara Schneider, prend un malin plaisir à torturer ses lecteurs ! Une fin en deux tons, mais je n’en dirais pas plus …

En Bref

Un tome 3 un peu particulier où l’histoire se concentre sur le voyage de Lilas et le périple de Jaz son petit frère. En arrière plan, Orga sait comment faire pour ne pas être oubliée…

De nouveaux personnages apparaissent au côté des synalions, d’autres qui feront un bout de chemin avec Jaz. Des personnages super intéressant et qui apportent encore plus de dynamique; Un renouveau qui fait évoluer les personnages de façon très significative.

Je remercie encore à l’auteure Sara Schneider pour m’avoir permis de suivre à nouveau  les Synalions, c’était encore une fois prenant et j’avoue j’ai été prise dans les filets de ce groupe très attachant !

Henri Nestière – 10 Romans

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Auteur : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Genre : Historique, Conte, Fantasy, Contemporain, Thriller, Romance

Format : Numérique ou Broché

 

Fiche Bibliomania

 

L’auteur

« Né à Lyon, j’ai grandi à Champagne au mont d’or, avant de partir et finir ma scolarité en Isère. Après avoir vécu dans la Drôme ou encore l’Auvergne, ayant toujours été passionné par les techniques d’écriture […] » suite sur le site d’Henri Nestière himself 

 

Mon avis

Je l’avoue toute de suite, je suis une grande fan de l’écriture, des personnages et des histoires de l’auteur, Henri Nestière !!

Qu’est ce que j’aime dans ses romans  ?

  • Ces personnages sont tous très intéressant et semblent prendre vie d’eux-mêmes; Ils sont réalistes, quelquefois idéalistes, taciturnes, déterminés, fous de chagrin et d’amour, bienveillants, optimistes, lucides, résignés mais plein d’espoir brefs des personnages vivants et puissants dans le sens qu’ils provoquent des émotions fortes et des réactions étonnantes aux lecteurs;
  • Certains récits amènent à la réflexion de manière naturelle, absolument pas envahissante; d’autres se consomment avec délices juste comme ça, d’autres encore font du bien à l’âme simplement.
  • Peu importe l’époque, l’auteur aborde toujours des sujets/thèmes d’actualité facilement transposables d’une époque à une autre.
  • Et enfin, il ressort toujours de ses romans, une bienveillance, une invite à appréhender le monde différemment.

Mes personnages préférés

  1. Le couple Elvo et Célia :  On retrouve ces personnages dans le très beau récit « Pour toi. Pour nous. » d’Henri Nestière. Un gladiateur esclave et une noble romaine vont braver des tempêtes, pour sauvegarder leur amour dans la liberté, un amour insondable et inépuisable qui m’a plusieurs fois fait verser des larmes.
  2. Alrin Maingalf :  Alrin est le personnages de la trilogie « Alrin », c’est un homme devenu fou de chagrin, d’amour. Homme de justice, il œuvre pour le bien de sa ville malgré les embûches et les complots. Certes ses méthodes sont quelquefois brutales et violentes car Alrin nage presque toujours en eau trouble, sa folie le guide mais parfois elle semble l’encourager à la violence. Son évolution au travers des trois tomes est vraiment intéressante; je me suis attachée à cet être meurtri par la vie mais qui manifeste encore de la bienveillance malgré les complots qui cherchent à le mettre à terre.
  3. Alexis Felone : C’est un boxeur tout droit sorti du roman « Quelques Heures ». Il vient de subir une défaite et rencontre Léa une star au bord du gouffre. Ensemble ils vont se soutenir et réfléchir à la vie. Alexis est un personnage au tournant de sa vie; Au travers lui, l’auteur, Henri Nestière, aborde la reconversion, le vrai sens de la vie, celui qui nous met en phase avec nous-même. Alexis emmène le lecteur à se poser des questions sur sa vie, sur ce qu’il fait, sur ce qu’il aime vraiment. Grace à ce récit, j’ai redéfini mes priorités et j’ai enfin compris que je devais m’orienter vers un autre travail. Alors évidement ce n’est pas si simple c’est un gros travail sur soi, mais Alexis a le mérite de mettre le pied à l’étrier.
  4. Tei Lagan : ce personnage est le protagoniste du roman « Tei Lagan et les conséquences du coeur » d’Henri Nestière. Emprisonné à tort, il apprend que sa femme et sa fille sont mortes de façon troublante. Épris de justice, il va tout faire même l’impensable pour punir les responsables de l’épidémie qui a emporté sa famille et tant d’autres. Il est habile, intelligent et rusé. Son terrible chagrin d’amour le transforme en un vil manipulateur et justicier terrifiant. Ce sont les conséquences du coeur et on ne peut que s’attacher à cet homme.

Alors, évidement tous les personnages sont vraiment très très intéressant, j’aurais pu vous parler de Danann, la bienveillante mais implacable Lorin dans le roman « de Pouvoir et de Sang » ou encore de Taylor, un employé lambda, sans histoire épris de justice dans le récit « Une ville si tranquille »; Il y a aussi Jimmy, leader mystérieux presque mystique d’un groupe de musique dans l’histoire « Une Route, une Guitare ». Je ne doute pas que dans cette foule de personnages hétéroclites, vous trouverez le votre !

La Plume, les Scénarios

Henri Nestière à un style d’écriture bien particulier :

  • Les points de vue d’un récit à un autre ne sont jamais les mêmes, parfois c’est le personnage qui conte son histoire comme dans « Tei Lagan et les conséquences du coeur », parfois l’auteur choisit de suivre les écrits d’un personnage pour conter l’histoire bouleversante de ses parents par exemple dans le récit de « Pour toi. Pour nous ».
  • L’auteur s’appuie quelques fois sur des faits historiques réels comme encore dans « Pour toi. Pour nous ». Ou encore subtilement nous rappelle à la mémoire certains de nos contes traditionnels dans « Les contes de Drimael ». Dans « une Route une Guitare », l’auteur nous offre tout un impressionnant panel de références musicales et un rappel des faits marquants de l’Amérique des années 60-70.
  • Ses personnages sont vraiment très très impressionnants. Ils sont réalistes, attachants, poignants, imparfaits, avec des fêlures, des faiblesses, déterminés, absolument différents, chacun à dans son coeur cet instinct de sauvegarde en fait ils sont très humains !
  • Les mots de l’auteur communique très bien les émotions au lecteur;  Peut-être est-ce dû à ces personnages si humain. Le style fluide et imagé donne au lecteur une place dans le récit. Au travers de ses mots, il nous pousse doucement, gentiment à nous interroger sur le monde qui nous entoure, sur la vie que l’on veut mener, sur nous, nos aspirations. Au final, des mots toujours inspirants.
  • Pas de faute d’orthographe ! ça c’est un clin d’œil car j’ai vu dernièrement ce reproche fait à l’auteur, alors que c’est bien un des auteurs où je ne vois jamais de fautes… en tout cas pas suffisamment pour que je les remarque 😉

En Bref

Un auteur complet qui s’essaye à tous les genres et qui réussit très bien à emmener ses lecteurs où il veut !

Peu importe l’époque les sujets d’actualité fleurissent dans les pages, traversent les époques.

Vous avez envie d’aventure, d’Histoire, de musique, d’amour, de justice ? c’est tout simple lisez les romans d’Henri Nestière !

En tout cas un grand merci pour toutes ces lectures qui font du bien à l’âme et surtout ne vous arrêtez pas d’écrire.

 

 

Lucidity, trois sacrifices d’artistes d’Inès Abdesselam

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Lucidity, trois sacrifices d’artistes

Auteur : Inès Abdesselam

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain, philosophique

Format : epub

Nombre de pages : 295

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Londres, 1969. Un chanteur de rock psychédélique aime une future danseuse étoile. Mais la lucidité ne tarde pas à le rattraper.
Vienne, 1913. Une nonne fuit son ordre religieux pour se marier avec un médecin renommé. Elle se voue à sa nouvelle religion, l’écriture.
Paris, 2016. Une hackeuse au sein d’un collectif militant disparaît. Un étudiant fraîchement rencontré se promet de tout faire pour la retrouver.

Personne ne soupçonne le sacrifice originel qui signe les grands destins. Mais qui est le véritable protagoniste, celui qui part par lucidité ou celui qui doit dépasser cet abandon? »

Mon avis

Merci à l’auteure, Inès Abdesselam pour m’avoir proposé son roman philosophique sur la lucidité et ses conséquences.

L’histoire

A différent endroit d’Europe, la lucidité apparaît à certaines personnes provoquant des rebondissements et des réflexions inattendues.

Première histoire :  C’est la rencontre improbable de la musique rock psychédélique et de la danse classique. Leur étincelle, leur vie puis la Lucidité…

Deuxième histoire : Une religieuse quitte son couvent pour se marier à un médecin; puis son quotidien l’entraîne dans l’écriture qu’elle s’applique à suivre sans fausse note

Dernière histoire : Une hackeuse activiste disparaît des écrans de radar mais laisse des miettes d’indice pour que la lutte continue sans elle.

Les personnages

Gabriel Le chanteur psychédélique d’un groupe de rock tombe sous le charme d’Ann, danseuse étoile. Leurs mondes s’entrechoquent. Lui, évolue dans un monde sans vraiment de règles, il vit au jour le jour, au gré de ses répétitions, de ses compositions. Elle danse selon des règles strictes qui ne peuvent être transgressées sous peine de chaos. Quand il décide de bravé cette fragile frontière, la lucidité le frappe de plein fouet. Il fait ce qu’il a envie de faire, Ann fait ce qu’elle doit faire… un fossé inéluctable se creuse.

Tammie :  est dans les ordres depuis presque toujours; mais elle croise un médecin et son destin est scellé; Elle quitte son ordre pour vivre une autre vie. Une vie de femme, de mère de famille, de soeur attentionnée… mais elle s’adonne religieusement à l’écriture chaque jour… Elle sent qu’elle doit écrire pour s’affranchir, pas pour son plaisir, elle doit écrire… Contrairement à elle son frère Anders écrit des essais de psychanalyse sur ses patients; Il écrit pour aider les autres, pour trouver des solutions à ses patients, il fait des recherches. Tammie écrit par obligation, c’est un rituel qu’elle se doit d’accomplir.

Célestine : revient sur sa vie, sur ses positions politiques; elle a mené une action, une expérience sur son lieu de travail qui l’a obligé à se poser des questions sur la légitimité de son groupe, de ses positions politiques. Lucidité est passé par là et soudain elle se rend compte que peut-être il faut changer de chemin si elle veut vraiment changer le monde, mais aussi que ça doit se faire sans elle. Romain semble être l’agent idéal, le nouveau idéal pour continuer sa lutte, ses idéaux qui ont changé de route mais toujours tendus vers un même but.

Tout autour des ces trois protagonistes, des personnages secondaires sont là pour leur ouvrir les yeux sciemment ou bien malgré eux.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteure, Inès Abdesselam, est toujours aussi particulière, empreint de philosophie, de métaphysique.

Alors j’ai dû changer mon angle de vue, ma façon de lire pour comprendre, adhérer au récit. Ce n’est pas un roman classique, déjà il y a trois histoires qui n’ont aucun rapport entre elle si ce n’est la lucidité. j’ai dû reconsidérer ma façon d’appréhender ce récit. Ne pas le lire de façon classique, mais plutôt le lire de telle sorte qu’il faut trouver le fil rouge existant entre ces trois histoires. Du coup, la lecture a été plus intéressante.

Je ne cache pas que malgré tout, je me suis très souvent perdue dans ses trois histoires; J’ai eu du mal à cerner le but de chaque personnage. Une fois, une certaine compréhension établie et une discussion poussée avec mon compagnon j’ai pu établir les liens entre ces histoires et ces personnages.

La lucidité, qu’est ce que la lucidité ? Qu’est ce qu’une personne lucide ? Je vous fais grâce de la définition du dictionnaire.

Dans la première histoire, c’est Gabriel qui est le Lucide; Très rapidement, il voit clairement les différences qui le sépareront toujours d’Ann. Dans la seconde histoire, je ne sais pas vraiment qui est plus lucide d’Anders ou Tammie, peut-être Tammie sur la fin d’où cette fracassante chute. Cette vérité qui éclate aux dernières lignes. Puis dans la dernière histoire, je pense que c’est Célestine la Lucide, elle entrevoit très clairement que son chemin doit bifurquer; Que son groupe fait peut-être fausse route, qu’il faut opérer un changement radical et ça elle ne peut le déclamer, elle; il lui faut un porte parole en qui elle a toute confiance car elle a vue en lui cette flamme capable de continuer la lutte, d’où sa disparition; Si elle était encore présente ce changement ne pourrait pas s’amorcer….

En Bref

Je pense sincèrement que ce récit s’adresse plutôt à des personnes à l’aise avec la philosophie, à l’aise avec les sujets sociétaux et à la psychologie;

Ce n’est pas un roman classique, il faut vraiment l’appréhender d’une façon différente d’un roman habituel.

Merci une nouvelle fois à l’auteure, Inès Abdesselam, pour me faire sortir des sentiers battus et me triturer les méninges à chaque fois !

Ce que le temps fera de nos vies de Frédéric Rocchia

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Ce que le temps fera de nos vies

Auteur : Frédéric Rocchia

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain, Fantastique, Romance

Format : epub

Nombre de pages : 303

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Dans le quartier de l’épingle verte, tout le monde connaît Tom et Jeanne, un jeune couple sans histoire qui vit au cœur de la forêt depuis huit ans.
Jeanne anime des soirées dans la librairie du quartier.
Tom, accordéoniste, donne de petits concerts à la Taverne de Sulivan.
Tout semble paisible et serein dans ce lieu un peu en dehors du monde.
Mais un matin, Jeanne disparaît mystérieusement.
Que s’est-il passé ? Que va découvrir Tom ?
Y a-t-il un lien entre cette disparition et les habitants de l’épingle verte ?
Tom, en quête de réponses, devra résoudre, malgré lui, cette énigme qui pourrait bien changer son existence… et celle des autres. »

Mon avis

Je remercie l’auteur, Frédéric Rocchia pour m’avoir proposé son roman doux amer;

L’histoire

Tom et Jeanne habitent la maison au milieu de la forêt; Leur vie paisible et sans histoire, se déroule avec beaucoup d’amour et de simplicité.

Tous deux des âmes d’artiste, ils animent leur quartier de l’épingle verte, autour de soirées littéraires à la librairie et en soirées concert à la taverne de Sulivan.

Cependant, lors d’une soirée un peu spéciale, un petit grain de sable enraye cette petite vie bien rôdée… de fil en aiguille, la soirée ne se passe pas comme d’habitude et le lendemain Jeanne a disparu !

Tom se retrouve seul avec ses questions, sa tristesse, ses égarements mais très vite l’espoir renaît et sa détermination le pousse en dehors des sentiers battus.

Tom arrivera t-il a retrouver Jeanne ? et sa vie d’avant ?

Les personnages

Tom :  est un musicien, plus précisément accordéoniste; il joue de temps en temps à la Taverne de Sullivan ses compositions personnelles. Il vit avec Jeanne depuis 8 ans dans sa maison familiale au coeur de la forêt juste à côté du quartier de l’épingle verte. C’est un homme romantique, sensible et très amoureux de sa Jeanne. Quand elle disparaît, il ne comprend pas tout de suite, lentement il va basculer dans la détresse, la tristesse d’avoir perdue sa Jeanne. Jusqu’au bout de ses possibilités et de ses idées, il n’aura de cesse de chercher ce qu’y a pu se passer.

Jeanne adore lire, écrire des poèmes et surtout elle organise avec la libraire du quartier de l’épingle verte des soirées littéraires à thème où chacun est libre de s’exprimer. Elle aime beaucoup jardiner, et essaie d’y intéresser Tom peu enclin à ce genre d’activité. Elle a un peu plus de mal à exprimer ses sentiments que Tom mais son amour pour lui est tout aussi puissant. Elle aime leur vie simple.

Le quartier de l’épingle verte est un vivier de personnages haut en couleur; chacun y a sa  place comme dans un puzzle… sauf quand la machine s’enraye. Chacun à ses secrets bien enfouis, mais la vérité finit toujours par ressortir.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur, Frédéric Rocchia, est agréable, fluide et surtout très imagée; Il m’a transporté dans cet étrange et fabuleux quartier de l’épingle verte. J’arrivais à imaginer chaque recoin que l’auteur décrit avec beaucoup de poésie.

Ses descriptions sont essentielles et participent à la tension ténue au début puis de plus en plus forte jusqu’aux dernières lignes. Elles sont tantôt poétiques et envoûtantes, tantôt froide, neutre et grises. Tout est à sa place, parfaitement imbriqué pour passer le lecteur au rouleau compresseur des émotions.

Le récit débute par un climat d’amour profond et puissant. Jeanne et Tom vivent simplement, oscillant au rythme d’une douce mélodie de l’amour; mais j’ai senti ce mais… comme si toute cette partie très poétique, fabuleuse était voilée. Ma vision était floue, comme si toute cette vie était irréelle…

Puis Jeanne disparait… Comme Tom, je me suis surprise à chercher ce qui aurait pu pousser Jeanne à disparaître; ou peut-être était-elle simplement sortie… Bref avec l’optimisme de Tom disons plutôt le déni de Tom on sent que la situation est beaucoup plus tendue; L’inquiétude m’a finalement rattrapé car cette disparition n’était pas cohérente…

Au travers du récit, nos émotions font les montagnes russes au rythme des espoirs et des détresses de Tom ballotté par des rebondissements qui m’ont surprise, je ne m’attendais pas du tout à ses revers. Certains personnages sont perturbant jusqu’à ce qu’ils se découvrent et là je peux vous assurer qu’on ne voit rien venir, en tout cas j’ai été bluffée.

Attention, les surprises s’enchaînent et ne laissent pas le lecteur indemne.

En Bref

Un récit doux amer et très poétique.

L’amour de Tom pour Jeanne transcende le récit de bout en bout avec des creux et des vagues et ça rend ce personnage tellement touchant, poignant.

Merci à l’auteur, Frédéric Rocchia, pour cette lecture poétique et pourtant bousculante.

 

 

Backup de Guy-Roger Duvert

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Backup

Auteur : Guy-Roger Duvert

Éditeur : Autoédité

Genre : Sciences Fiction

Format : epub

Nombre de pages : 313

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Dans un futur plus ou moins proche, l’immortalité est devenue un service, un monopole détenu par la multinationale Backup. Les clients procèdent régulièrement à des sauvegardes de leur psyché – souvenirs, personnalité, tout ce qui les définit en tant qu’individu. Le jour où ils meurent, leur sauvegarde la plus récente est téléchargée dans l’un de leurs clones, prêt à être activé. L’immortalité à la portée de tous. Du moins des plus nantis.

Aiden Romes est un flic. Honnête, droit dans ses bottes, psychorigide, même, diraient certains de ses collègues moins regardants avec la loi. Il est bon dans ce qu’il fait, mais un tel métier effraie de plus en plus sa compagne, enceinte de plusieurs mois et terrifiée à l’idée de perdre son époux. La situation change cependant le jour où il contribue à sauver la fille du dirigeant de la firme Backup, qui le remercie en lui offrant un abonnement gratuit aux services de la compagnie. Il va rejoindre la caste fermée des immortels, et pourra enfin continuer le job qu’il aime sans que sa compagne n’ait plus à en souffrir. Il s’installe dans le siège de connexion, ferme les yeux…… et les rouvre quelques secondes après dans un lieu qu’il ne connait pas. Mais surtout dans un corps qui n’est pas le sien! C’est pour lui le début d’une descente aux enfers, où il devra voir jusqu’où il sera prêt à violer ses propres principes et ainsi se salir les mains afin de protéger les siens et déjouer un complot de portée mondiale. La technologie Backup constitue-t-elle l’accès à l’immortalité pour l’être humain, ou bien la perte de son identité? »

Mon avis

Merci à l’auteur, Guy-Roger Duvert pour m’avoir tenté avec ses romans, dont mon choix c’est finalement tourné vers Backup.

L’histoire

Alors que l’humain ne peut plus s’étendre à l’horizontal, il finit par envahir les hauteurs; plus vous êtes haut plus vous êtes privilégié et riches cela va sans dire. L’immortalité est maintenant accessible, enfin pour une certaine partie de l’humanité.

Aiden Romes ne peut prétendre à ce service, pas assez riche et surtout peut-être trop droit, si l’on peut l’être… seulement Lucy sa compagne n’est  plus que l’ombre d’elle même, elle vit dans la peur de perdre son époux et le futur père de son enfant. Cette technologie résoudrait bien ses problèmes couple.

Alors de façon tout à fait providentiel, Aiden est chargé avec sa partenaire de boulot de libérer la fille de grand patron de Backup, le génie de l’immortalité.

Ils se voient offrir un abonnement illimité à l’immortalité; cette offre est inestimable mais… mais il y a forcement un mais, c’était trop beau… Aiden accepte et s’installe sur le fauteuil de téléchargement quelques secondes, mais à son réveil le ciel lui tombe sur la tête, va commencer pour lui une longue et vertigineuse courses contre la montre pour comprendre ce qui lui arrive et peut-être mettre le pied dans un énorme complot.

Les personnages

Aiden :  C’est l’un des derniers flics intègres du monde (presque..). Il respecte la procédure à la lettre, ne fait jamais d’erreur; il est très bon dans son boulot de flic et c’est toute sa vie. Il adore être sur le terrain même s’il doit voir de plus en plus de misère humaine et de crapule. Il a beaucoup de principe et il ne se salira jamais les mains. Il préfère respecter l’ordre et avoir l’esprit tranquille. D’ailleurs son esprit est vif et tourne à 200 à l’heure quand il se réveille dans un corps qui n’est pas le sien. Le flic qu’il est se met en pilote automatique.

Je m’abstiendrai de parler des autres personnages au risque de spolier, j’ai beaucoup aimé Emera, pour son rôle, ses positions et finalement cette mince ambiguïté que laisse l’auteur planer au-dessus d’elle.

La Plume, le Scénario

Au fil des mots, mon imagination c’est mise en marche et ça c’est super bon signe !

L’écriture de l’auteur, Guy-Roger Duvert, vous plonge direct dans son univers de sciences fiction. La Terre est usée, l’Humain ne peut plus s’étendre à la surface de la planète, alors il conquiert les hauteurs. Les rues, les ruelles sont désormais en l’air, pour y accéder, pour y circuler il faut des voitures volantes. Les prothèses cybernétiques sont légions… nous sommes bien dans un récit où la technologie à fait un tel bon que l’humanité n’a presque plus rien à craindre même pas la mort.

Mais l’auteur a prévu un réfractaire, un méfiant. Aiden Romes, le flic le plus intègre comme il n’en existe presque plus… Mais la technologie a eu raison de lui. J’ai trouvé très intéressante son évolution. Comment il arrive à garder un objectif en ligne de mire et rester au plus près de ses principes. Parfois cette intégrité est pesante et lui occasionne des cas de conscience aigüe, qu’il s’empresse de contrecarrer par une justification parfois limite… mais avec cet agent exemplaire, l’auteur à peut-être voulu montrer qu’il était possible de rester honnête et respectueux des lois, mais c’est aussi très difficile de ne pas franchir cette mince frontière de l’intégrité.

Ensuite je voulais juste dire un mot sur le personnage de Lucy qui m’a un peu agacée, car finalement c’est elle qui place Aiden dans une situation extrêmement délicate et ses réactions face au dénouement de son histoire sont vraiment énervantes 😉

Passons au thème le plus important, le plus général de ce récit, c’est évidement l’immortalité. Cette question métaphysique sur le devenir de l’Homme s’il accédait à la vie éternelle est omniprésente. Si nous n’avons plus à craindre la mort, comment va évoluer notre psyché ? difficile à dire. Ensuite, puisque c’est une technologie, que va t-elle offrir à l’Humain si elle est détournée de sa fonction première, si de mauvaises mains, des esprits tordus décidaient d’en faire autre chose… et c’est tout le sujet de l’histoire.

Et c’est ce qui occasionne, la lutte d’Aiden, ses combats mais aussi sa compréhension de lui-même. L’action est présente tout au long du récit, pas un seul instant de répit. Aiden court, court après la montre, contre la montre. Le suivre était vraiment intéressant, son évolution est particulière, il le sent lui-même, inéluctable mais malgré tout il essaye de garder le cap.

En Bref

Un récit futuriste haletant, dynamique et réflexif.

Un personnage principal double (sans jeu de mot), une approche de l’immortalité face à l’immoralité… A méditer.

Merci à l’auteur, Guy-Roger Duvert,  de m’avoir permis de choisir parmi ses livres, cette plongée dans le futur fut super intéressante !

 

 

Les Effluves Indélébiles de Tom Lavallée

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Les Effluves Indélébiles

Auteur : Tom Lavallée

Éditeur : Librinova

Genre : Contemporain

Format : epub

Nombre de pages : 399

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Dans un petit bourg de campagne, quatre jeunes trentenaires vivent au rythme des traditions locales, entre soirées arrosées et matinées embrumées. Chacun reste bien à sa place, de sorte que rien ni personne ne dépasse. La routine est un anesthésique puissant et bienfaiteur, pour qui préfère oublier les affres du passé. Quand, au hasard d’une sortie en ville, Vince découvre un roman faisant le récit de leur traumatisme commun, la machine bien huilée des interactions de la clique se grippe. Les tourments refont alors surface. De fil en aiguille, Brioche, La Biche, Vince et Rousine vont devoir sortir de leur torpeur, s’ouvrir les uns aux autres et partager cette peine qui les ronge depuis des années.
Et toujours ces questions, qui les obsèdent : où est-il, le monstre à l’origine de leur malheur ? Qui est-il, celui qui a fauché leur ami d’enfance et par là-même volé leur insouciance ? Si onze années ont passé, la colère est intacte. Les relents du passé ne s’effacent jamais vraiment. »

 

Mon avis

Je remercie l’auteur, Tom Lavallée pour m’avoir proposé son roman qui n’est pas du tout dans le style de mes lectures habituelles, c’était un pari risqué qu’on a pris à deux.

L’histoire

Dans un petit coin pas très loin de Nantes, 4 jeunes pas très loin de la trentaine s’adonnent à leur routine picole dévastatrice et salvatrice en même temps. Ces soirées arrosées permettent de ne penser à rien d’autre qu’au présent.

11 ans plus tôt cette joyeuse bande de brêleurs ont vécu le pire, la descente aux enfers, l’impensable, l’innommable est arrivé à l’un des leurs. Depuis chacun reste dans sa culpabilité dévastatrice et n’avance pas dans sa vie… S’ils ont essayé de fuir la réalité chacun à leur manière, ils s’aperçoivent que le traumatisme les a laissé là englués dans une marre de doute et de questions sans réponses. Alors ils noient leur peur, leur rage dans l’alcool chez Brigitte, le QG de rassemblement.

Lorsque Vince, tout à fait par hasard tombe sur le Livre qui décrit cette époque, si soigneusement cachée sous le tapis, leur petite bande se retrouve 11 ans en arrière, obligée de faire face et chacun se replonge dans ce néant qui les a submergé, mais cette fois ils ne sont plus seul, ils vont devoir apprendre à communiquer, sinon leur survie est en péril…

Les personnages

Rousine:  Il picole dur, et il a plus tôt une grande jappe, et ça tournicote dans sa tête. C’est un bon gars, qui respectent les traditions (les caves, les quêtes). Il aime bien chambrer tout le monde; il cache derrière cette clownerie son désespoir, son amer regret... Le livre que Vince a trouvé va le bouleverser bien plus qu’il ne l’aurait cru faisant remonter du néant une culpabilité dévastatrice.

La Brioche : Comme son surnom l’indique, il est ventripotent et il a surtout un propension à vomir assez souvent… Ce n’est pas le dernier pour boire un coup. Lui aussi n’a pas su avancer après le drame, lui aussi il s’est abimé dans l’alcool, alors il dirait plus par tradition que par dépit…mais la vraie raison ne demande qu’à sortir. Comme ses camarades, la communication est difficile, on parle pas beaucoup ou de tout de rien et on picole pour oublier et pour faire comme les autres. Mais pour lui les évènements vont se faire plus pressants pour une raison que les autres sont loin d’imaginer.

J’ai choisi de parler seulement de Rousine et La Brioche, d’une part car ce sont mes préférés et d’autre part pour éviter d’en dévoiler trop sur leur petite bande.

La Plume, le Scénario

Ce roman vous plonge direct dans le passé, dans votre passé ! Au travers des turpitudes de la joyeuse bande, des bouts de notre adolescence refont surface inexorablement.

J’ai vraiment apprécié ce clin d’œil d’une époque où dans un petit village, tout le monde se connaissait et obligé tout le monde avait un surnom c’était comme ça; C’était convivial mais aussi empreint du moindre commérage, s’il arrivait quelque chose à quelqu’un, le village entier était au courant 12 heures après… c’était une tradition certes malsaine parfois, mais quelques fois protectrice également. Je ne dis pas que ça n’existe plus, disons que c’est un peu moins courant maintenant.

L’écriture de l’auteur, Tom Lavallée est fluide, le vocabulaire utilisé est surprenant et immersif. Tout est raconté de telle sorte que vous vous sentez projeté dans ce village.

Notamment, au travers de cette bande de grand garçons qui continue de vivre comme s’ils avaient 16 ans, la vitalité et la joie en moins; l’auteur nous montre bien que ses personnages sont restés coincés 11 ans en arrière; Ils n’ont pas réussi à évoluer, à avancer. Ce drame a pris une ampleur inimaginable qui les a quasiment tuer en même temps, il ne se sont pas vraiment accordé de vivre. Ils continuent leurs traditionnelles rencontres de beuverie encore et toujours, comme s’ils avaient peur de passer à autre chose et finalement peur d’oublier peut-être…

Paradoxalement, aucun personnage n’aborde jamais le drame au sein du groupe, comme si cet évènement était tabou, jusqu’à ce que Vince trouve Le Livre qui raconte tout. Alors à partir de ce moment c’est l’explosion de la bulle protectrice ou plutôt la bulle qui les retenait prisonnier.

L’auteur aborde les sentiments refoulés de ses personnages avec beaucoup de pudeur; Leur tristesse, leur craquelures sont très touchante; Leur maladresse quand ils commencent à parler chacun leur tour de leur sentiment de culpabilité, propre à chacun, différent d’un personnage à un autre. Nos gaillards se sont enfermés dans leur spirale avec évidement des culpabilités infondées et réductrices mais l’âge adolescent n’est déjà pas facile et les sentiments sont toujours ambivalents, contradictoires…

 

En Bref

Un récit étonnamment puissant, mais aussi pudique et touchant.

Des personnages très réalistes, parfois rudes mais toujours attachants.

Merci beaucoup à l’auteur Tom Lavallée, pour cette petite suggestion de retour dans le passé, merci pour cette lecture qui touche un sujet délicat et qui est abordé avec beaucoup de pudeur.