La Gueule de leur Monde d’Abram Almeida

Titre : La Gueule de leur Monde

Auteur : Abram Almeida

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain

Format : Epub

Nombre de pages : 167

Sorti le 14 juin 2018

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteur :

« Lorsqu’un jeune diplômé africain se décide contre tout bon sens à rejoindre la horde de migrants qui tente de traverser la méditerranée pour atteindre l’Europe, on se doute déjà que quelque chose ne tourne pas rond dans ce monde. Mais comme tous ces indésirables fuyants la guerre, la famine ou Dieu sait quelle autre calamité dont seul le tiers monde a le secret, il a ses raisons. Il est pourtant bien loin de s’imaginer ce qui l’attend au cours de son périple où rien, mais alors vraiment rien ne se passe comme prévu.

Dehors il y’a désormais des djihadistes qui redessinent la figure du monde à l’arme lourde, des forces de l’ordre qui ne savent plus où donner de la matraque, des malfrats de tous bords qui font des affaires avec des vies humaines, le tout dans le dos de gouvernements trop occupés à se refiler tout ce monde de misère envahissante.

Notre héros lui ne voit pourtant aucune incohérence à toutes les invraisemblances de ce monde, c’est un Candide des temps modernes. Avec trois compagnons de route aussi touchants que comiques, il arpente les sentiers de la migration sans se soucier de ses dangers. Ces drôles de lurons arriveront-ils au terme de leur voyage?? Celui-ci en vaudra-t-il la peine?? Quoi qu’il en soit, l’Europe n’a qu’à bien se tenir… Ils arrivent?!

Mon avis :

Merci à l’auteur pour m’avoir proposé son roman ! Une lecture intense, dure et drôle à la fois;

Pile au moment où je termine le roman d’Abram Almeida, j’apprends qu’un énième accord est passé entre 5 pays d’Europe pour laisser accoster le fameux cargo sauveteur : l’Aquarius à Malte avec à son bord 141 migrants en détresse.

J’avais déjà écouté avec attention le témoignage de Ludovic Duguépéroux, Marin-sauveteur à bord de l’Aquarius; Il ne comprenait pas cet immobilisme, ce rejet des migrants, de personne qui fuit leur pays car ils ne sont plus en sécurité chez eux. Ce témoignage était percutant. Ensuite, toujours par l’intermédiaire de Brut.fr j’avais écouté aussi les durs témoignages de migrants ayant subi la torture et l’esclavage en Libye, là encore tout un tas de questions m’est venu…

L’histoire :

Fraîchement diplômé depuis 2 ans, passant d’entretiens stériles en entretiens frustrants, notre jeune protagoniste décide de partir tenter sa chance en Europe après une rencontre, fortuite mais comme il le dit bousculera sa vie à tout jamais, avec deux Ghanéens migrants.

Ainsi son dangereux périple, qui pour lui sonne comme une aventure, commence. Il part avec un plan bien établit et une coquette somme d’argent censé suffire pour son passage en Europe;

Mais c’est sans compter sur les passeurs malhonnêtes, sur les djihadistes, sur les gardes frontières, les esclavagistes brutaux et sanguinaires de Libye et surtout à l’immobilisme général de tous les dirigeants d’Afrique et d’Europe…

Le personnage :

Je ne vais parler que de notre jeune Candide, un Burkinabè fraîchement diplômé, qui recherche un travail inlassablement. Lors de son périple, ses acolytes le surnomment « l’Orphelin » à cause de l’histoire  de sa vie qu’il s’est inventé et qui va souvent lui sauver la mise.

L’auteur se sert de son personnage candide pour nous peindre une Afrique au bord de l’implosion, où plutôt au bord de l’asphyxie… L’Orphelin, nous raconte son périple, son aventure avec simplicité, avec un humour corrosif. Il décrit des évènements tragiques avec une mesure moins dramatique, plus comme du fatalisme encore que ça ne l’empêche pas de continuer son chemin, il lutte avec la mort, il n’en a presque pas conscience…

Son plan prend un sacré coup dans les grandes lignes, pas démonté notre jeune Burkinabè relativise et continue d’avancer, la seule chose qui semble le préoccuper c’est de perdre du temps sur le timing prévu…

Il se retrouve face à différents bourreaux, des djihadistes qui haïssent l’occident à tel point qu’ils ne savent plus très bien pourquoi, des mercenaires cherchant à se faire de l’argent sur des gens en détresse, des familles, ces mêmes mercenaires se transforment au gré de la politique en esclavagistes… mais à chaque fois notre jeune personnage survit avec soit un sens aigu de la naïveté soit un instinct de survie bien au dessus de la moyenne…

Face à ce débordement, ces obstacles incohérents, ces atrocités impunies… « l’Orphelin » y voit un monde certes qui ne tourne pas rond mais pour lui ça toujours été ainsi, donc rien de plus normal presque…

Certes il est témoin de violence gratuite, de telles atrocités, d’actes non humain qui le heurtent, qui lui font se poser beaucoup de question mais à chaque fois survivre reste une priorité. Il nous décrit toutes ces horreurs que l’Afrique cache en son sein, avec désinvolture, non plutôt avec détachement que j’ai fini par comprendre comme étant un acte délibéré de défense afin de ne pas devenir fou, il éteint sa sensibilité pour survivre face à toute cette folie sanguinaire et meurtrière… dont le sens n’est pas toujours bien défini…

La Plume, le Scénario :

j’ai lu ce récit très rapidement car l’écriture de l’auteur est vraiment fluide et plaisante; et puis je me suis attachée très vite à son personnage principal, j’avais vraiment à coeur de savoir jusqu’où le mènerait sa naïveté, son optimisme et j’espérais qu’il arrive au bout de son périple.

Ce n’est pas un récit autobiographique, ni même la rédaction d’une biographie… non c’est bien un témoignage certes mais sorti tout droit des recherches approfondies, d’investigations de la part de l’auteur. Le récit de l’auteur semble si réel, bien qu’on sent que ce qui se passe là-bas est bien plus sordide.

AbramAlmeida a choisi de dépeindre cette migration forcée et balafrée au travers d’un jeune candide des temps modernes; pour rendre le récit plus « lisible » (je ne suis pas sûr que ce mot convienne…) Derrière cet humour corrosif, ce détachement du jeune protagoniste se cache une vérité bien plus insoutenable, des situations bien plus lourdes, sombres et cruelles. Il ne faut pas être naïf, il faut lire entre les lignes que ce qui ce passe en Afrique est plus inhumain que notre imagination pourrait le structurer…

A l’aide de son jeune Burkinabè, l’auteur décrit une Afrique en flamme, en déperdition; accablée entre les famines invisibles, les envahisseurs, les anciens colonisateurs qui maintiennent cet état de fait, les esclavagistes qui agissent en toute impunité et le fatalisme d’une grosse partie de la population désarmée, fatiguée, usée et à bout de souffle…

Quand les intérêts économiques priment sur la vie, la défense des populations…

Ces populations à la dérive, en fuite face à des guerres intestines, des guerres de religion, face à la faim, la maladie… bref en quête d’une vie meilleure, qui pourrait les en blâmer ? Ces populations continuent d’avancer même si le prix à payer est l’humiliation, la torture, la mort et bien pire encore … même s’il faut risquer sa vie, peut-être que de l’autre côté de la mère (j’ai bien aimé l’utilisation de cet homonyme !) Méditerranée la vie sera meilleure…

Le récit d’Abram Almeida ne m’a pas ouvert les yeux car je suivais depuis un certain temps l’actualité de l’Aquarius, ce cargo-sauveteur. mais ce roman m’a fait sursauté, m’a révolté. Ce qui se passe en Afrique est révoltant ! Je vois déjà certains dire « qu’est-ce que la petite révolte d’une européenne bien au chaud dans sa maison ? … oui vous aurez certainement raison, mon sentiment de révolte ne sert pas à grand chose c’est un dur constat… personne ne pèse bien lourd face aux puissants de ce monde… c’est frustrant !

Le roman d’Abram Almeida a le mérite de mettre en lumière ce dysfonctionnement anormal que des populations entière, à court de solutions, ont fini par admettre et à intégrer dans leur quotidien.

En Bref :

Merci à l’auteur pour ce récit poignant, révoltant avec un personnage tout à fait attachant !

Publicités

Lune Pourpre, Tome 1 : Initiée de Laëtitia Danae

Titre : Lune Pourpre

Tome 1 : Initiée

Auteure : Laëtitia Danae

Éditeur : Éditions SNAG

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 508

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ». Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, mangé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. »

Mon avis :

L’histoire :

Lilith, 10 ans, vit avec son père dans un petit village très rural. Elle l’aide aux champs et à la maison. Elle possède une habilité qu’elle doit à tout prix cacher pour préserver sa vie.

Au pied du mur, son père Léon se décide à confier Lilith à une autre communauté qui saura la préserver de la folie du Roi. Ils lui apprendront à contrôler ses pouvoirs et à s’en servir à bon escient mais surtout ils vont lui apprendre à survivre, à se défendre.

Désemparée à l’idée de quitter son foyer, mais curieuse de l’aventure et des dangers qui l’attendent, Lilith part un peu la mort dans l’âme avec Sando.

Lilith est encore loin d’imaginer, de comprendre ce qu’elle représente pour la communauté qui l’a prend en charge. Cette soudaine attention lui fait peur, la perturbe … mais ça lui permet de se soustraire à une mort certaine si le Souverain apprend son existence.

Les personnages :

Lilith : C’est une petite fille solitaire, la compagnie des autres enfants l’indiffère et l’incommode. Elle ne recherche pas de lien au grand dam de son père. Sa particularité secrète l’a met à l’écart, c’est si dur de ne pas utiliser ce pouvoir. Malgré cela, elle éprouve le besoin d’aider, de réparer mais elle ne souhaite pas de compagnie autre que celle de son père.

Léon : Il élève Lilith seul, sa femme est morte en lui laissant un merveilleux cadeau. C’est un paysan qui ne se laisse pas faire, notamment par le prêtre de son village qui essaie de lui imposer sa religion et ses superstitions ridicules. Mais il sent le danger, la solitude et l’habileté de Lilith va se savoir et la mettre en danger; il va alors prendre la lourde décision de confier sa fille à une communauté pour lui sauver la vie.

Je ne peux évidemment pas vous parler des autres personnages sans dévoiler un peu plus les aventures de Lilith… Donc comme d’habitude j’en reste là…

La Plume, le Scénario :

Le style de l’auteur est particulier, prenant et m’a fait visualiser clairement le mode de vie de Lilith ainsi que tous les paysages qu’elle croise.

L’auteur a créé un univers bien à elle avec quand même des repères, des rappels qui font appel à notre imaginaire collectif. Lilith va rencontrer beaucoup de personnes venant d’horizon différent, de peuplade anéantie ou sous le joug du Roi Donavan.

Lilith avec d’autres compagnons va subir un entraînement hors pair pour apprendre à maîtriser son habileté, pour apprendre à se défendre, à résister. Elle devra endurcir son corps et son coeur, car malheureusement son coeur va être mis à rude épreuve, l’auteure ne lui épargne rien !

Suivre Lilith dans son cheminement, dans son évolution fut un réel plaisir. La surprendre en plein doute comme un spectateur qui en sait plus qu’un simple spectateur en rajoute à notre trouble. Lilith est perdue et nous on rage car on ne voit pas le bout du tunnel… c’est frustrant… vous l’aurez vite compris, une fois qu’on est pris dans l’aventure de Lilith on tremble pour elle, on respire de joie (oui oui ça se fait ça …) Bref les mots de l’auteure sont addictifs.

Bien sûr Lilith se retrouve dans une guerre qu’elle n’a pas voulu, qu’elle n’a pas choisi mais elle ne peut pas se défiler, trop de gens compte sur elle; Elle n’est pas seule, elle va lutter avec ses compagnons d’infortune contre ce Roi Donavan qui veut exterminer toutes créatures avec des pouvoirs.

Cette lutte est sans merci et pour avoir une chance d’être victorieuse, elle doit subir un entraînement douloureux et intense, elle doit être initiée.

La solitaire Lilith va devoir s’associer voir plus et comprendre que les amis c’est bien aussi, ça fait du bien; c’est envahissant mais à plusieurs on va plus loin. Et les chances de détruire le Roi sont plus nombreuses…

Un dernier petit mot pour la superbe couverture !!!

En Bref :

Voilà un bon pavé de 508 pages avalé quasi d’une traite, aucune longueur, aucun ennui quelconque; juste une irrépressible envie de continuer et continuer à lire tout en sentant la frustration arriver avec les dernières pages !

Un univers fantastique mêlé d’une certaine réalité s’approchant de la notre, en tout cas peut-être de notre Moyen-Âge.

Nō de Lisa Delacour

Titre : Nō

Auteure : Lisa Delacour

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 378

Fiche Bibliomania

 

 

 

4ème de couverture :

« Elle, se définit comme  » une gentille fille « . Après un grave accident et deux mois d’absence, elle retourne à l’université londonienne de Goldsmith. C’est là qu’Isla le rencontre, le nouvel étudiant,  » le beau gosse  » qui lui cache mystérieusement ses origines et pour cause, s’il devait lui révéler, elle apprendrait son plus noir secret. C’est à partir de là que se mettent en place les mécanismes bien rôdés de la tragédie, ceux qui amènent sûrement et inéluctablement nos héros vers leur destin. Mais ce serait sans compter sur l’intervention de forces spirituelles car  » tout n’est pas visible du premier coup d’oeil et ce que l’on voit est souvent trompeur  » déclare Hiko. Cela n’a jamais été aussi vrai que pour Isla et Nathaniel. »

 

Les +
 -Les multiples références répertoriées à la fin
-Une histoire complètement nouvelle
-Des personnages surprenant
Le –
-Le cliché du début

*******

Mon avis :

L’histoire :

L’histoire commence par le retour à l’école d’Isla; en même temps que cette reprise, un nouvel élèvefait également sa rentrée. Il est beau garçon, prévenant, très attirant…

Isla a changé, elle est hypersensible et réagit très vivement à toutes émotions. Quant à Nathaniel, il ne dévoile rien sur lui, il semble avoir un lourd secret.

Pourquoi sont-ils attirés l’un vers l’autre comme des aimants ? Malheureusement, cette attraction n’est pas fortuite et Nathaniel ne se résout pas à révéler ses origines à Isla…

Que va t-il advenir d’eux ? Ont-ils seulement un avenir ensemble ? ont-ils tout court un avenir ??

Les personnages :

Isla : est une jeune fille d’apparence un peu fragile et très sensible. Elle fait un retour timide à l’université après deux mois d’absence pour raison médicale. Elle est très nerveuse et redoute de ne pas supporter le regard des autres élèves. Par contre, elle ne reste pas insensible au mystérieux beau gosse qui semble lui prêter attention plus que de raison.

Nathaniel : le beau gosse ! Il a les cheveux long et noir avec de magnifique yeux bleus (si si je l’ai vu 😉 ) et pour couronner le tout, il se déplace en moto. Il est très attiré par Isla alors qu’il doit garder ses distances, mais c’est plus fort que lui. Il semble sombre et déterminé mais face à Isla il perd tout contrôle et devient négligent au point de risquer sa vie.

La Plume, le Scénario :

Alors ! au début j’ai eu un petit goût de déjà vu… je me suis dit : « oh non, le truc typique du beau rebelle qui tombe sous le charme de la fille ordinaire !!… »

Mais l’histoire se complique, l’auteur introduit un facteur négatif, le genre amour impossible qui mène direct à la mort (bon d’accord c’est du déjà fait aussi…) mais finalement je me suis retrouvée ballottée par les rebondissements et les issues complètement inattendues !

Passant du point de vue d’Isla au point de vue de Nathaniel, j’adore ce système ça donne beaucoup de dynamisme; ensuite, ça permet de voir leur évolution qui est étonnante, l’issue de leur inextricable situation est surprenante aussi !

Ce qui a commencé comme un roman apparemment banal, déjà vu s’est très vite transformé en récit passionnant et bluffant.

J’ai apprécié le fait de découvrir le passé d’Isla et de Nathaniel petit à petit; de lire au fur et à mesure la confrontation entre les deux monde des protagonistes, leurs différences notoires tout ça pour comprendre en même temps qu’eux que ces différences forment un tout et tout complémentaire.

Un petit mot aussi sur les multiples références aussi bien en livres, en musique, tendance asiatique, tendance amérindienne… Bref ce roman fourmille de mille et une référence et c’est vraiment très agréable !!

En Bref :

J’ai été bluffée, et ce roman était réellement un véritable moment de lecture plaisir !

L’Espion de la Reine de Dorian Lake

Titre : L’Espion de la Reine

Auteur : Dorian Lake

Éditeur : Noir d’Absinthe

Genre : Historique, érotique

Format : Epub

Nombre de pages : 172

Fiche Bibliomania

*** Pour Public Averti ***

 

Résumé de l’auteur :

« Versailles, 1776.

Lucien est Garde-du-corps du Roi, prestigieux office qu’il doit à la bienveillance de la royale épouse. Lorsque cette dernière lui demande d’intriguer contre la duchesse d’Aiguillon, il n’a guère d’autre choix que d’accepter. La mission prend rapidement de l’envergure lorsque des espions anglais s’immiscent dans la manœuvre…

Un roman érotique où intrigues de Cour, espionnage, jeux de séduction et duels au sabre se succèdent dans une danse impitoyable. »

Les +
 – La part de réalité historique
 – Les descriptions de Versailles avec ses bons et mauvais côtés
 – Un héros dramatique plein de réalisme
 – Un érotisme à fleur de mots
Le –
 – La relation (sans doute logique de Versailles) de Lucien avec la Reine

Mon avis :

Merci à l’auteur Dorian Lake et aux Éditions Noir d’Absinthe de m’avoir renouvelé leur confiance 😉

L’histoire :

Lucien, Garde du corps du Roi, et espion de la Reine.

Lucien est dévoué corps et âme à la couronne, pour déjouer les intrigues d’un futur assassinat, il devra prendre tous les risques pour contenter la Reine mais aussi préserver le Roi. Afin de réussir sa mission, il devra jouer aussi bien du sabre que de séduction.

Au sein même de la Cour de Versailles où tout n’est qu’apparence, faux semblant et intrigues vénéneuses; Lucien doit se fondre dans ce marasme hautain et sulfureux, ne faire qu’un avec lui, adopter toutes les mimiques.

Alors même que la Reine le tient en laisse, il n’a d’autre chois que d’exécuter ses moindres demandes, tout en étant fidèle au Roi.

Les personnages :

Lucien : il fait partie de la garde du Roi, c’est un garde du corps; il est arrivé dans cette fonction grâce à la bienveillance venimeuse de la Reine; il lui sera redevable éternellement. Il est l’un des meilleurs bretteur du royaume, et pour ça il a dû se battre plus que les autres pour arriver à ce niveau là et acquérir un semblant de respect et de crainte de la part de ses pairs… Vous serez surpris par l’ambiguïté du personnage 😉

La Reine : Elle ne se mêle pas trop de la Cour et reste plutôt au Trianon, mais malgré tout elle garde un œil sur les femmes qui tournent autour de son Roi de mari. Et de son palais, elle élimine ses rivales, enfin certaines rivales. Elle use et abuse de Lucien pour conserver sa dignité de Reine, Lucien est son espion et son faire valoir dans le plus grand secret. Pour sa Reine, Lucien doit éliminer les rivales peu importe la manière. Elle lui demande aussi ou plutôt exige qui se plit à ses désirs sulfureux de dominatrice pour lui faire comprendre qu’il lui appartient, qu’il n’est pas libre.

D’autre femmes traversent la vie de Lucien, différente chacune, lui apportant plaisir, sentiments ambigus et intrigues.

La Plume, le Scénario :

C’est le cinquième roman de Dorian Lake que je lis et je ne m’en lasse pas !

L’écriture de l’auteur est agréable et nous plonge très facilement dans le monde de Versailles.D’ailleurs, peu importe le monde, les mots se suivent et nous entourent pour mieux nous enchaîner à l’histoire.

Dorian Lake ne nous épargne rien, pas de poudre aux yeux… Oui Versailles c’est le faste, c’est les beaux atours, ça brille, c’est les belles toilettes de ces dames mais c’est aussi les fausses apparences, les fausses chastetés, la vertu contre la débauche, les orgies, la puanteur, la crasse, les déjections derrière les portes… c’est aussi tout le petit peuple (maltraité, abusé, violenté) qui travaille nuits et jours pour le bien de toutes ces personnes de la Cour…

J’ai vraiment apprécié cette touche d’Histoire authentique avec des personnages qui ont vraiment existé comme Silas Deane (Diplomate américain) ou encore Vergenne, ministre des Affaires étrangères avec lesquels Lucien interagit. Et puis cette réputation libidineuse de la Reine qui fait vraiment partie de l’histoire.

Une chose m’a déplu, c’est la relation dominant/dominé qu’entretient la reine avec Lucien, et surtout cette propension de la Reine de le traiter comme un objet, un outil de sa vengeance, de sa maîtrise de la Cour… c’est une logique mais ça me rendait triste pur Lucien qui lui reste fataliste…

Le climat entre la France, les États-Unis et l’Angleterre est tendu durant cette période, et c’est sur cette tension que l’auteur tisse son intrigue d’espionnage, d’assassinat. Lucien doit déjouer ce meurtre tout en préservant la réputation d’une dame de la Cour sous l’anonymat. Il éprouve à l’égard de cette favorite de la Reine des sentiments équivoques..Cette ambivalence de sentiments fait faire à Lucien tout ce qu’il est possible de faire jusqu’à infiltrer une soirée de débauche pour arriver à ses fins… A Versailles, il n’y a point d’amour …

Le plus étrange n’est pas tellement son dévouement mais le plaisir coupable qui s’empare de lui lors de ses soirées de luxure… Lucien s’enfonce un peu plus dans l’obscurité de ses commanditaires…

Justement parlons de ses scènes de charme, d’érotisme. Chacun y trouve son compte, il est clair que le sexe est une arme à Versailles. Chaque scène d’érotisme nous éclaire sur la situation des protagonistes; certes ils prennent du plaisir mais à chaque moment le sexe est utilisé dans un seul but, celui d’arracher à quelqu’un des secrets, des confidences ou pire encore celui de faire comprendre qui est le maître et qui est dominé mais c’est aussi une manière de prouver sa loyauté envers une autre personne…

En tout cas, au travers de la prose de Dorian Lake, on se retrouve à Versailles au milieu d’une intrigue qui perdra peut-être Lucien… Il n’est certes pas si ingénu que ça… Versailles a fait de lui ce qu’il est ou plutôt la Reine l’a forgé pour le bien mais peut-être pour le pire également.

En Bref :

Un roman où Histoire, espionnage et érotisme flirtent avec fluidité pour nous faire passer un moment très agréable.

Merci encore aux Éditions Noir d’Absinthe et à l’auteur Dorian Lake pour m’avoir proposé ce partenariat 🙂

Une fille comme elle de Marc Levy

Titre : Une fille comme elle

Auteur : Marc Levy

Éditeur : Robert Laffont

Collection : Versilio

Genre : Contemporain

Nombre de pages : 373

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« New York, sur la 5e Avenue, s’élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l’ascenseur mécanique, une véritable antiquité. Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l’escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu’il est à la tête d’une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l’habitante du dernier étage. Entrez au N°12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new-yorkaises ! »

Les + :

Des personnages haut en couleur
Une touche d’actualité / réalité
Le clash des générations, des traditions mais avec respect
De l’aventure

Le – :

Peut-être une fin trop rapide (pour moi), mais logique

************

Mon avis :

L’histoire :

Un immeuble cossu, avec un ascenseur mécanique, le n°12 Cinquième Avenue. Deepak est le liftier de jour; il connaît par cœur les habitudes de ses employeurs et il est toujours à l’heure pour chacun d’eux. La nuit  c’est M. Riviera qui s’occupe de l’immeuble. Sans eux, les occupants seraient obligés d’emprunter les escaliers ou de se moderniser mais en perdant un service humain

Cependant, un jour, plusieurs grains de sable enrayent la routine de Deepak;

  1. le liftier de nuit se blesse et ne peut plus assurer son service pendant un certain temps;
  2. Sanji, le neveu par alliance de Deepak, débarque aux États-Unis;
  3. La femme de Deepak n’agit pas comme d’habitude;

Mais que va-t-il advenir des habitants du n°12 de la Cinquième Avenue ?

Il semblerait que certains occupants ont trouvé une idée fort déplaisante pour palier à la défection du liftier de nuit…

Les personnages :

Chloé : est comédienne, mais elle ne peut plus exercer son métier comme avant alors elle trouve quand même des petits rôles de doublure de voix qui lui conviennent. Elle est déterminée et dynamique. Elle vit au dernier étage de ce fameux immeuble. Elle adore Deepak, car il est toujours prévenant et discret avec elle. Elle sait qu’elle peut compter sur lui.

Deepak : est indien, il a une philosophie de vie qui découle très certainement de sa culture indienne mais hélas aussi de ce qu’il a vécu dans son pays. Il est très fier de son travail, et il n’a jamais dérogé à ses principes. Il est attentionné et discret; il répond présent sans jamais se plaindre aux occupants ses employeurs.

Sanji : c’est le neveu de Lali, la femme de Deepak, il arrive fraîchement de Bombay où il a fait fortune et vient aux États-Unis pour affaire et rencontrer un ancien camarade d’école. Malgré sa jeunesse, il applique les traditions de son pays, pas toutes mais au moins la plus importante comme le respect aux anciens. Il semble sans préjugé, et quand il rencontre Chloé, il ne peut plus se l’ôter de la tête… Il est souvent en retard, pas très bien organisé au désespoir de son ami américain.

La Plume, le Scénario :

Un fois n’est pas coutume, je ne peux pas passer à côté d’un livre de Marc Levy.

Et comme à chaque fois, je ne suis aucunement déçue.

Marc Levy sait nous transporter jusque dans la vie de ses personnages; A chaque fois, je n’ai pas l’impression d’être spectatrice mais bien présente dans la vie, dans l’histoire qu’il nous conte.

Une comédie romantique où se mêlent drame, actualité, traditions et culture indienne, le tout autour d’un ascenseur mythique, d’un immeuble occupé par des personnes hautes en couleurs.

J’ai aimé les petits apartés de Chloé pour comprendre petit à petit ce qu’il lui est arrivé, et c’est d’autant plus appréciable que l’auteur délivre la vérité sur Chloé quasi à la fin… En parallèle, par le biais d’une vie qui semble toute simple, celle de Deepak et Lali, on découvre leur passé difficile, leur drame, ce qui les a construit, endurcit mais ils sont restés des personnes généreuses et dévouées. Lali veut aider son neveu, car au travers de son histoire, elle sait ce que Sanji a dû subir et parcourir comme chemin de labeur…

Marc Levy, de façon implicite, avec l’histoire de cette famille indienne nous dépeint une partie des traditions indiennes, cette partie lourde et injuste contre la femme; ce pouvoir patriarcal qui est même lourd a géré, a supporté pour la jeune génération. Au travers de Deepak, de sa façon d’aborder les choses, les gens, on s’aperçoit que sa culture est bien ancrée en lui.

Et puis, dans tous ces personnages, il décrit une partie de la société, chaque occupant à sa particularité; ce petit bout de vie au n°12 est une tranche de réalité et d’espoir toujours qui nous ancre un peu plus dans l’histoire.

Une aventure en immersion dans la vie des personnages; une romance toute douce empruntant des sujets bien réels, des problèmes bien réels, mais pour au bout du compte nous dire qu’il faut vivre, c’est là la seule façon de voir que la vie est belle malgré les embûches aussi grosses soient-elles.

On retrouve avec un petit plaisir non dissimulé un personnage qui navigue dans les romans de Marc Levy 😉 à vous de le retrouver !

Juste un tout petit bémol, mais rien qu’un tout petit… ça compte même pas 😉 LA FIN ! Rhoo, trop rapide, trop légère, trop ouverte… je voulais en savoir plus 😥

En Bref :

Une jolie histoire toute simple en apparence, qui traite de sujet très sérieux, d’actualité, de problèmes de la vie réelle, de la vie en communauté, du choc des cultures, du choc des générations.

Encore un cocktail réussit Monsieur l’auteur 🙂

L’Alliance de Frédérique de Lignière

Titre : L’Alliance

Auteure : Frédérique de Lignières

Éditeur : Iggybook (Plate forme d’édition pour promouvoir les Autoédités)

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 458

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteur :

« Et si les mots avaient un pouvoir? Et si certains d’entre eux, prononcés ensemble, en avaient plus que d’autres? Mais ils ne sont efficaces que si celui qui les emploie croie en eux, s’imprègne profondément de leur musique et de leur signification. C’est ce que le supérieur d’un monastère perdu au coeur de la forêt, confie, avant de rendre l’âme, à Exalte, l’orpheline qu’il a élevée. Il lui apprend aussi qu’elle est l’Envoyée et que sa mission est de découvrir les sept mots qui scellent l’alliance entre les humains, les animaux, les plantes.

Bref, entre tous les éléments de la Nature. Ceci afin d’éviter une catastrophe qui détruira la planète et qui sera le résultat des expériences d’un sorcier maléfique épris de manipulations génétiques, de pouvoir et de domination. Dans sa quête, qui se révélera souvent périlleuse, parfois féerique, Exalte sera aidée par six compagnons. Elle devra surmonter ses peurs, affronter bien des dangers et être en butte à la rivalité amoureuse. Mais elle découvrira aussi qui étaient ses parents et pourquoi ils l’ont abandonnée, elle rencontrera des êtres de légende et sans doute aussi l’amour… »

*** ATTENTION NOUVELLE FORMULE POUR CEUX QUI VEULENT ALLER A L’ESSENTIEL !! ***

Les + :

S’approche beaucoup de l’excellente écriture de James Clemens
De nombreux personnages tous plus intéressants l’un que les autres
Différents mondes selon le détenteur du mot
Pas une minute de repos dans le récit

Le – :

Trop court dans les mondes différents, on a envie d’en savoir plus

************

Un petit clin d’œil avant de commencer;

Coïncidence ou pas; je regardais « Little Witch Academia » quand j’ai commencé l’Alliance. Et franchement j’étais surprise car l’héroïne de « Little Witch Academia » doit retrouver 7 mots pour sauver la magie et le monde !! 😉

Bon pour ceux qui veulent en savoir plus sur mes + et mon – c’est en dessous !

Mon avis :

Merci à Iggybook de m’avoir proposé ce partenariat, de m’avoir fait confiance et surtout merci pour cette belle découverte 🙂

L’histoire :

Akkhlis, le supérieur du monastère des Ouches, vivant sa dernière heure convoque sa fille adoptive,Exalte, afin de lui apprendre qu’elle est l’Envoyée et il lui délivre le premier mot de l’Alliance entre les humains, les animaux et la nature. Il lui confie sa mission, retrouver les 7 mots de l’Alliance afin de sauver la planète d’un sorcier maléfique qui menace de semer la désolation sur la planète.

Pour cela, elle doit fuir le monastère dans le plus grand secret; son chemin est semé d’embûches mais il promet d’être épique. Dans sa quête, elle rencontre des gens formidables, des fourbes, toutes sortes de créatures, de danger.

Mais saura t-elle y faire face ?

Aura t-elle assez de force pour aller jusqu’au bout de sa mission ?

Les personnages :

Exalte : C’est une jeune fille gaie, toujours joyeuse, un peu anxieuse; mais toujours en parfaite symbiose avec la nature et les animaux. Dans les situations désespérées, elle refuse la fatalité et décide de faire confiance et d’avoir une foi inébranlable en sa mission; même si quelques fois elle doute de ses capacités, ses compagnons sont toujours là pour la réconforter.

Ludysia : fille d’un châtelain, promise à un mariage sans amour, elle décide de fuir avec Exalte et de la soutenir dans sa mission. Cependant, son caractère de princesse capricieuse ne tarde pas à faire surface… elle aime le luxe, le pouvoir, et dans sa jalousie excessive elle devient irresponsable et compromet la mission d’Exalte. Malgré tous ses travers, elle reste l’amie sincère de l’Envoyée.

Je pourrais continuer avec délice, vous présentez les chevaux-fées, les elfes, les nains et autres créatures mythiques qui croisent le chemin d’Exalte mais je vous gâcherai vraiment votre lecture.

La Plume, le Scénario :

Tout d’abord, je vais faire un énorme compliment à l’auteur : je n’ai pas arrêté de penser à mon auteur préféré +++ JAMES CLEMENS et sa qualité d’écriture, ce pouvoir magique de combiner les mots et de vous emmener avec lui dans son imaginaire tellement … WOW ! (pas de mot !)

Vraiment Frédérique de Lignière vous avez réussi à m’embarquer avec Exalte dans cette aventures pleines de péripéties, de rebondissements, de créatures et de personnages tous intéressant ! MERCI !

Passons à quelques personnages;

Exalte est tout à fait l’héroïne de l’histoire, elle n’est pas parfaite et c’est très bien. Elle a peur, elle ne fait pas les choses bien du premier coup. Le gros + de ce personnage, c’est qu’elle est bienveillante en toute circonstance, elle est intuitive et remplie d’espoir malgré ses doutes, malgré la peur qui la tenaille un moment face à l’ampleur de sa mission.

Ludysia ! Grrrr …. qu’est-ce qu’elle est énervante; elle est écervelée, capricieuse, jalouse et jamais contente, elle aimerait être toujours le centre des attentions. On a vraiment envie de la laisser là où elle est par moment… Super agaçante et par conséquent l’auteur l’a bien réussi !

Le mage maudit, juste quelques mots car vraiment il y a un « je-ne-sais-quoi » qui m’a un peu gêné, quelque chose de pas très crédible… mais finalement au fur et à mesure ce personnage était plutôt bluffant voir loufoque aussi par moment. Tout dans son personnage révulse, énerve, quel orgueil ! Il est tellement sûr de lui, enfin en même temps vu tous les dégâts qu’il a causé… bon.

L’auteur a réussi à faire qu’on n’arrive pas à préférer tel ou tel personnage; ils sont tous, tout simplement aussi important dans cette mission qu’Exalte. Ils ont tous une histoire étonnante, intéressante. Bref je les ai tous aimé même si certains agacent plus que d’autre =>> Ludysia !!

Et l’aventure dans tout ça ?

Son aventure commence quand Exalte est tout bébé, elle est élevé par le supérieur d’un monastère et son herboriste, et toujours accompagnée de sa fidèle amie Ludysia. A la mort d’Akkhlis, la vie d’Exalte et Ludysia bacule. Leur aventure les projette toutes les deux dans une mission très dangereuse où elles vont rencontrer divers danger, mais aussi l’amitié, et surtout l’amour.

De chemin en chemin, de rencontre en rencontre, Exalte va rencontrer des personnes formidables, dévouées à sa cause;

De mot en mot, elle passe d’une contrée à une autre découvrant des mondes dont elle ignorait l’existence.

Grace aux mots de l’auteur j’ai vécu des aventures magnifiques, peut-être trop courtes, mais la fin du monde n’attend pas. J’ai tremblé avec Exalte, j’étais joyeuse quand tout allait bien avec quand même à l’esprit une sourde angoisse en fondc’était impressionnant !

A chaque endroit où Exalte recevait un mot, toujours de façon inattendue et jamais là où l’on croyait qu’il pouvait être; dans ces contrées, je pouvais ressentir la menace d’un monde régit par des lois et des règles différentes des nôtres mais la mission d’Exalte surpasse toutes ces lois, il en va de la survie des humains, mais justement pas seulement.

Et jusqu’aux dernières lignes, l’auteur m’a surpris et m’a même tiré quelques larmes !! MERCi

En Bref :

Un roman épique ! Des aventures magiques !

Vraiment un bon moment de lecture , emplit d’émotions 🙂

Encore une fois Merci à Iggybook et à l’auteur Frédérique de Lignières pour cette découverte très agréable et pour votre confiance.

Images Innées de Bruno BOURLE et Laurie MORISSET

Cette fois je ne vais pas faire la chronique d’un livre que je viens de lire;  mais plutôt faire un peu de pub pour une autre façon de lire.

J’aimerai par cette chronique promouvoir une super idée qui se déroule dans mon village !!

 

IMAGES INNÉES

PAR BRUNO BOURLE ET LAURIE MORISSET

 

Source imagesinnees.e-monsite.com

Source imagesinnees.e-monsite.com

Un nouveau concept de lecture

Pour la période du 5 juillet au 5 août 2018, la mairie, représentée par Pascaline une élue très impliquée dans la vie associative du village, a mis en place une animation d’un nouveau genre.

Bruno BOURLE (le photographe) et Laurie MORISSET (l’écrivain) se sont associés pour revisiter le roman photo.

Ils proposent 14 histoires en plein air (ou en intérieur d’ailleurs, public ou privé) sous forme de banderoles/affiches.

 

MAIS QU’EST-CE QUI CE PASSE A BIESLES ?

Des affiches fleurissent un peu partout dans le village

 

Une première salve d’affiches sont composées de deux photos donnant un indice sur le début et la fin de l’histoire.

Cette semaine, une deuxième série de banderoles avec cette fois jusqu’à 8 photos donnant le ton de l’histoire.

La commune propose aux habitants de tous âges de se laisser porter et d’écrire un court texte de minimum 20 lignes sur la série d’affiches qui les inspire.

Ils doivent déposer leur texte d’écrivain en herbe ou rompu à cet exercice, avant le 28 juillet en mairie ou à la médiathèque ou directement chez Pascaline, l’élue instigatrice de cette chouette idée !!

La dernière semaine, une série de banderole clôturera cette belle aventure avec le texte de Laurie Morisset !

Alors ?  Je ne sais pas, vous ?, mais moi j’ai vraiment envie de voir la vision de chacun et surtout si ça diffère beaucoup des auteurs !!

 

DES BONS D’ACHAT EN LIBRAIRIE A LA CLÉ

AUCUN PERDANT

UN TEXTE REMIS = UN BON D’ACHAT EN LIBRAIRIE

 

ATTENTION N’OUBLIEZ PAS LA DATE BUTOIR DU 28 JUILLET !!

ça serait dommage, pensez à la rentrée vous aurez besoin de ses bons d’achat 😉

Bien sûr la commune se réserve le droit d’annuler l’opération à moins de 8 participants – Opération se limitant aux habitants de la commune et des villages alentours (oui je sais déjà que certains auraient été prêt à venir jusqu’à Biesles rien que pour participer; peut-être un jour la commune fera une opération à plus grande échelle !?!!)