L’atelier des Sorciers par Kamome Shirahama

Le T3 Collector !

Titre : L’atelier des Sorciers

Auteur : Kamome Shirahama

Éditeur : Pika

Sorti le 07 mars 2018

Nombre de pages : entre 192 et 224

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

Résumé :

« Coco est une petite fille ordinaire vivant dans un village avec sa mère. Elle a toujours été fascinée par la magie, mais c’est un don rare que seule certaines personnes obtiennent à la naissance : Les sorciers. Un jour, Coco rencontre l’un d’entre eux et le surprend à jeter un sort. Elle comprend alors la véritable nature de la magie et essaye de l’imiter… Mais elle va accidentellement utiliser une magie interdite ! »

 

Personnages principaux :

Coco : est une petite fille émerveillée par la magie, seulement seuls les élus choisis à la naissance peuvent apprendre et pratiquer la magie. En pratiquant la magie sans savoir ce qu’elle fait, elle a commis un acte interdit, irréversible et malheureux... Maire Kieffrey va alors la prendre sous son aile; se sentant responsable de son envie de pratiquer et n’ayant pas assez caché ses gestes de magie. Elle se montre impatiente; elle veut apprendre vite car elle veut réparer son erreur, elle veut sauver sa maman et surtout elle veut pratiquer la magie sans risque. Elle est un peu écervelée et prend conscience petit à petit qu’elle a beaucoup de travail pour atteindre le niveau de ses camarades. Son enthousiasme la rend maladroite, irresponsable et imprudente.

Maître Kieffrey : C’est un sorcier mystérieux qui prend des disciples pour les former à la magie. Quand il rencontre Coco, elle va les pousser tous les deux sur un chemin dangereux. Par inadvertance, il a laissé Coco voir comment faire de la magie. En essayant de l’imiter, elle a commis l’irréparable… mais Maître Kieffrey est intrigué par le livre de magie de Coco; il sait, il comprend qu’il faut prendre Coco sous son aile pour atteindre les sorciers qui diffusent des sorts interdits…

Agathe : C’est la meilleure élève de Maître Kieffrey; elle ne comprend pas son professeur de prendre une enfant non-élue en apprentissage. Elle dédaigne Coco et l’entraîne dans des mésaventures. Elle voit Coco comme quelqu’un d’ignorant mais au fond d’elle, Agathe sait que Coco pourrait être une concurrente féroce. Alors que Coco cherche son amitié, Agathe maintien de la distance…

Lieux où se déroule le récit :

Le scénario débute dans un petit village de campagne, puis le reste du récit se passe essentiellement dans l’atelier de Maître Kieffrey et autour, beaucoup plus loin du village de Coco…

Détails intéressants :

  1. Le dessin est soigné et m’a émerveillé; les pages sont baignées d’un dynamique perpétuelle comme la magie.
  2. La magie apparaît par le biais du dessin; le sorcier doit travailler dur pour arriver à l’excellence de ses traits et à une magie implacable.
  3. Particularité : le sorcier doit pratiquer la magie à l’abri des yeux des non-initiés pour éviter des conséquences désastreuses.
  4. Il existe des sorts interdits qui peuvent causer mort et désolation.
  5. L’histoire commence par d’une toute jeune fille qui s’avère être une groupie de la magie, l’inattention du sorcier, pour finalement s’épaissir petit à petit et faire ressortir un conflit aux origines très anciennes.

Mon avis :

J’adore cette série, elle me rappelle évidement « Harry Potter » mais aussi « Kiki la petite sorcière » et également « Little Witch Academy ».

la différence vient du fait que la magie est un don rare et les futurs sorciers sont choisis, élus. Leur magie vient de leur capacité à dessiner avec beaucoup de grâce et de vitesse des cercles, des mandalas avec excellence.

Maître Kiefrey semble un peu tête en l’air mais en même temps on sent qu’il est très puissant.

Il prend Coco sous son aile car elle comprend par inadvertance la nature de la magie et va même jusqu’à utiliser un ancien livre qu’elle avait achetée quand elle était petite. Malheureusement son utilisation étant précaire et véritablement dangereuse; elle commet un acte irréversible…

On découvre le monde de Kiefrey avec Coco et on s’émerveille tout autant; très vite le lecteur comprend que Kiefrey est bien plus malin et calculateur qu’il ne le laisse paraître.

Coco se révèle être une piètre élève par défaut d’inattention; elle s’émerveille de tout et se fixe des objectifs beaucoup trop haut et réussi péniblement ses sorts.

Coco est adorable, bon un peu énervante parfois quand elle fait trop son ingénue mais elle si déterminée, si habitée par le désir et l’amour de la magie qu’on lui pardonne tout.

Au fur et à mesure des pages, de tomes on s’aperçoit que les enjeux gonflent de façon tout à fait exponentiel; Maître Kieffrey est un rempart, contre qui ? ben je vais quand même pas vous le dire !! va falloir lire cette chouette série vous même !

Citations retenues :

  1. […] »ça m’émerveille à chaque fois. Cette magie c’est vraiment fantastique ![…]
  2. […]Mais il parait que les humains normaux ayant utilisé un sort interdit… sont parfois autorisés à conserver leur mémoire et à devenir sorciers…
  3. […] Toi tu es une simple humaine, une »ignorante »… Tu ne seras jamais sorcière.[…]

En Bref :

Une série que je suis avec délice, qui me surprend à chaque tome et surtout m’émerveille !

Je n’ai pas encore de date de sortie le tome 4 😦

Publicités

Issak par Shinji Makari et Double S

 

Titre : Issak

Auteur : Shinji Makari

Dessin : Double S

Éditeur : Kioon

Sorti le 08 mars 2018

Nombre de pages : entre 208 et 224

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

Résumé :

« 1620. L’Europe est déchirée par une guerre qui oppose catholiques et protestants. Dans la forteresse de Fuchsburg, en Allemagne, des réfugiés affluent de toute la région. Parmi eux se trouve Issak, un guerrier hors pair au talent de tireur inégalé. Avec ses longs cheveux noirs, ses yeux bridés, son sabre et son imposant fusil, il ne passe pas inaperçu…

Venu du Japon, il combat comme mercenaire aux côtés des protestants. En réalité, il n’a qu’un but : laver l’honneur de son maître assassiné. Le meurtrier se serait mis au service des catholiques, et Issak parcourt les champs de bataille pour le retrouver ! Mais cette fois, la situation est désespérée : cernée par l’ennemi, Fuchsburg semble vouée à la destruction… Le samouraï errant parviendra-t-il à changer le cours de l’histoire ? »

 

Personnages principaux :

Issak : La première image d’Issak est très forte, violente même mais extrêmement bien dessinée ! Il arrive de Hollande où il a combattu avec l’armée; il recherche activement le meurtrier de son maître et un objet que cet assassin aurait dérobé. Pour cela, il écume les champs de batailles aux côtés des protestants car son rival s’est enrôlé dans le camp des catholiques… Sur sa route, il sauve Zetta des mains écœurantes de soudard assoiffés de sang et rempli de haine. Il est très calme, très consciencieux, poli et inarrêtable. Côté physique (excusez moi, il est à tomber !… ben oui mon côté midinette arrive à ressortir parfois 😀 ), de long cheveux noir, les yeux bridé et il émane de sa personne un calme rassurant.

Zetta : C’est une toute jeune fille, qui fuit la Bavière en guerre en compagnie de son grand-père, en direction d’une Terre s’appelant Utopia, une terre où tous les hommes sont égaux. Elle est sauvée in-extrémiste par Issak, des soudards qui l’agressaient. Elle est intriguée par Issak qui ne ressemble pas aux soldats et aux mercenaires européens. Elle est déterminée à rester en vie et sans vraiment le vouloir, elle et son grand-père vont suivre la route d’Issak. Leur destin semble lié, se lie au fur et à mesure des pages.

Lieux où se déroule le récit :

Le scénario se déroule à Fuchsburg, le château du représentant, frère de Frédéric V de Palatinat

Détails intéressants :

  1. Le dessin est magnifique, Double S a un trait incroyable, les personnages sont tels qu’ils pourraient être dans la réalité. Les détails sont surprenants et il se dégage une tension palpable de ces pages; mais lorsque Issak apparaît, sa présence rassure. Issak est magnifique !
  2. Au travers d’Issak, on sent toute la détermination, la constance, la patience pour obtenir un geste d’une précision inhumaine. De plus c’est un brillant stratège.
  3. Alors que la situation semble compromise, nous lecteur on sait, on sent qu’Issak va faire la différence.
  4. Ce manga opère la rencontre entre le japon féodal et l’Europe médiévale avec ses guerres de religions entre protestants et catholiques. C’est un savoureux mélange.

Mon avis :

La couverture annonce la couleur : Nous avons un homme de type asiatique qui pointe son arme avec détermination. J’ai eu l’occasion de lire un extrait grâce à mon super libraire de manga, BD et comics, vil tentateur et pourfendeur de portefeuille (oui oui je délire complètement…) Bref, je me suis retrouvée avec cet extrait entre les mains et la curiosité qui va avec !!

Toujours est-il que je suis super fan, j’ai déjà lu les 3 tomes et j’aime de plus en plus !!

Je m’explique :

Je tiens à me répéter : le dessin est SUPERBE ! J’adore le trait du dessinateur, il fait passer toutes sortes d’émotions au travers de ses personnages comme la détermination, la colère, l’intimidation, la suffisance et souvent l’apaisement avec Issak. Ce personnage est implacable, ne rate jamais sa cible, Issak apparaît sur une page et c’est la force tranquille, la patience redoutable, le contrôle de soi immuable., ça présence rassure.

L’histoire nous plonge dans le XVIIème siècle en pleine guerre de religion entre les protestants et les catholiques = la guerre des Trente ans. Mais, alors que fait un asiatique, un japonais dans cette guerre ? Il recherche ardemment le meurtrier de son maître et un objet très précieux. Issak s’engage aux côtés des protestants dans l’armée Néerlandaise et termine son chemin au château de Fuchsburg en Allemagne et se met au service de l’armée de Frédéric V du Palatinat (figure existante de l’histoire). Il se révèle être un allié précieux et de taille. Sa maîtrise du combat impressionne les commandants et les soldats; mais ils sont vite rattrapés par la panique face à l’armée espagnole, immense qui suit un homme charismatique, le général Spinola (encore une figure existante dans l’histoire). L’auteur scénariste a vraiment monté son histoire de guerrier japonais sur fond de la guerre de Trente ans, en s’appuyant sur des faits réel de l’Histoire et c’est très appréciable.

L’histoire d’Issak se superpose petit à petit sur l’Histoire Européenne; il fait partie intégrante du paysage même si son uniforme étonne et surprend. Zetta a compris que c’est un homme hors normes et elle se sent redevable d’Issak et veut à tout prix le seconder, l’aider d’une quelconque manière, elle a peur pour lui. Mais elle sait qu’il est capable de les protéger, elle le sent.

Le tome 1 pose le décor historique, présente des personnages très intéressants et surtout accroche le lecteur avec son héros Issak !

Citations retenues :

  1. […] »(Un lieu où tous les hommes sont égaux) ça n’existe pas, du moins pas sur cette terre ![…]
  2. […]C’est un génois désargenté, mais plus de 10 000 mercenaires le suivent… Ils savent qu’il est intelligent et ils ont confiance en lui ![…]
  3. […]Si la forteresse tombe, les protestants allemands seront isolés et exterminés… Alors quoiqu’il en coûte je la défendrai ![…]

En Bref :

Oui oui c’est un coup de cœur !!! ❤ ❤ ❤

L’histoire d’un guerrier japonais qui s’aventure en Europe en pleine guerre des Trente ans pour retrouver l’assassin de son maître.

Un personnage, beau, déterminé et très attachant (oui j’assume mon côté fangirl pour cette fois seulement 😉 ) Le travail de l’auteur sur l’histoire est très intéressante car il fait se rencontrer le japon féodal et l’Europe médiévale !

Une série qui mérite vraiment le détour !

P.S. => le tome 4 sort le 6 décembre normalement 🙂

Ah et ! J’oubliais le plus important : Si toi aussi tu veux te laisser tenter mais que tu hésites encore… Fonces lire cet extrait =>> ICI : ISSAK tome 1

 

Black torch de Takaki Tsuyoshi

     

Titre : Black Torch

Auteur : Takaki Tsuyoshi

Traducteur : Sébastien Ludmann

Éditeur : Kioon

Sorti du premier tome  le 08 février 2018

Nombre de pages : 190

Genre : Manga, Shonen

Fiche Bibliomania

4ème de couverture T1:

 » Jiro n’aspire qu’à vivre tranquille, et pourtant c’est un véritable aimant à problèmes : non seulement il appartient à une lignée de ninjas, mais il a en plus la capacité de communiquer avec les animaux ! Alors quand il trouve un mystérieux chat noir mal en point, il n’hésite pas une seconde à lui venir en aide.

En fait de félin, il a recueilli Rago, un Mononoke surpuissant ! Ces créatures surnaturelles, capable de dévorer les humains, vivent d’ordinaire cachées… mais Rago est en fuite, poursuivi aussi bien par des exorcistes que par ses propres pairs ! Un démon ne tarde pas à retrouver sa trace, et un combat épique s’engage. Jiro, imbattable contre de simples humains, ne fait pas le poids face à un monstre… Pour sauver son bienfaiteur de la mort, Rago n’a d’autre option que de recourir à une technique de possession. Un humain et un Mononoke alliés dans un même corps, on n’avait jamais vu ça ! Exorcistes ou esprits, quel camp choisiront-ils ? « 

Personnages principaux :

Jiro : vient d’une famille de ninja, il est très puissant face à de simple humain, qu’il bat tous sans exception haut la main; Il en est arrogant mais en même temps il a ce côté tout doux quand il parle aux animaux, bah oui il a la formidable faculté de parler aux animaux. D’ailleurs il s’entend mieux avec les animaux qu’avec les humains. Son grand-père lui a enseigné l’art des Shinobi et aimerait que son petit fils le prenne au sérieux mais Jiro veut qu’on le laisse tranquille. Il est assez irritable et n’hésite pas à faire tourner son grand-père en bourrique… Quand il rencontre Rago, il le sauve sans réfléchir, et le défend même face à un monstre qui le terrasse; de cette mésaventure Jiro et Rago vont être obligé de cohabiter dans le même corps, celui de Jiro. A partir de ce moment, ils vont devenir une puissante bête phénoménale !

Rago : C’est un Mononoke qui est poursuivi par des exorcistes mais aussi par d’autre Mononoke… On ne sait pas d’où il sort et lui ne sait plus trop pourquoi il est là sauvé par un petit humain… Ce qu’il y a de sûr c’est qu’il a une personnalité vive, il se sent supérieur aux humains mais n’est pas hostile. D’abord méfiant envers Jiro puis il comprend que ce jeune freluquet est puissant mais aussi tête brûlée. Il sort d’un profond sommeil, et il ne se rappelle de rien. En sauvant Jiro, il va peut-être découvrir ce qu’il lui est arrivé. Lui le si puissant démon pourchassé par ses frères.

Ryosuke Shiba : responsable du bureau des investigations secrètes, c’est un Onmitsu (ancien nom des Shinobi), Ce bureau officiel est  divisé en plusieurs sections secrètes. Ryosuke intervient juste à temps pour sauver et mettre sous protection Jiro Azuma / Rago. Il sens que ces deux là ont du potentiel mais sont aussi en grave danger.

D’autre personnages font leur apparition pour entrer dans la vie de Jiro et le soutenir dans sa tâche et sa survie, mais aussi d’autres beaucoup moins drôle qui cherchent à le détruire.

Lieux où se déroule le récit :

Le récit se déroule au Japon contemporain; mais l’organisation d’investigation est descendante des Shinobi de l’ère d’Edo, qui sont devenu des Omitsu à la restauration de Meiji

Détails intéressants :

  1. La personnalité de Jiro, attachante malgré son mauvais caractère, et son impolitesse envers les autres. Il parle aux animaux et ne peut pas s’empêcher de les sauver en cas de besoin… ça ne peut pas être un mauvais gars.
  2. Jiro parle aux animaux !
  3. Il ne porte pas de jugement, Rago est un Mononoke et alors ?
  4. Pourquoi faut-il faire obligatoirement partie d’un camp ?Jiro et Rago n’ont pas forcément envie de faire partie du camp des humains ou des Mononoke, c’est plus philosophique, ils veulent leur tranquillité.
  5. Jiro ne cherche pas la bagarre mais quand on le provoque ou quand il est témoins de mauvais actes; il ne peut pas s’empêcher de s’emporter…
  6. Le dessin, est tout en explosion, les monstres sont énormes mais les petits humains rachitiques sont très fort, les bastons sont chouettes ! Le trait est dynamique et vivace, les expressions des personnages sont très bien représentées.

Mon avis :

J’ai commencé par hasard cette série sur le très bon conseil du libraire dans la boutique où j’achète mes mangas 🙂 @LibrairieLePythagore

Déjà la couverture est superbe, on y voit Jiro et un chat avec le dessus du corps pris dans un nuage nébuleux et noir. On sent que ça fait partie de lui. Et puis cette couleur rouge annonce ou promet une super dynamique !

Ce qui contraste avec les premières pages du manga… Jiro possède un don très spécial, il peut converser avec les animaux; l’histoire commence par une séquence attendrissante entre Jiro et son chien qui s’inquiète car le petit s’est encore battu à l’école… mais les pages s’enchaînent et on retrouve vite notre Jiro plus grand et toujours aussi bagarreur; Il est arrogant et défie la mafia; il sait de toute façon qu’il aura le dessus sur eux !

Avec son coeur d’or, il court sauver un chat qui paraît mal en point… finalement à cause d’une bonne action, Jiro se retrouve pris dans une guerre millénaire entre Mononoke et Onmitsu; guerre qui ne l’intéresse pas mais dans laquelle il va être enrôlé de force; Jiro va devoir choisir son camp et j’ai vraiment apprécier sa réaction. Il veut rester libre de choisir ou d’ailleurs plutôt rester libre de ne pas choisir.

Rago et Jiro se sont bien trouvé, ce duo est explosif; aussi ronchon l’un que l’autre et tous les deux veulent leur tranquillité, mais le don qu’ils possèdent attire sur eux les mauvaises intentions, soit ils inquiètent car ils sont beaucoup trop puissant à deux et donc ils doivent disparaître, soit leur puissance pourrait servir l’un ou l’autre camp justement et faire la différence… Mais leur statut de double race les place au milieu de l’inimitié des deux camps.

Le bureau des investigations secrètes capture/sauve Jiro et cherche à le mettre à l’abri. Ils ne savent pas s’ils peuvent lui faire confiance et dans un même temps Jiro ne sait pas non plus s’ils ne cherchent pas tout simplement à le détruire… De cette rencontre un peu forcée va naître Black Torch ! J’adore ce nom d’escouade, ça claque !

Un tome 1 accrocheur et je vous garantis que les suivants sont tout autant passionnant !!

Citations retenues :

  1. […]mais tu sais ne pas être normal, ça peut aussi être un atout ![…]
  2. […]Je vous prend tous les deux en même temps et d’une seule main ![…]
  3. […]Intervenir sans force, c’est de l’imprudence et agir sans détermination c’est de l’inconscience.[…]
  4. […]Tu seras gentil de ne pas casser ta pipe pendant mon absence… vieux croûtons ![…]

En Bref :

Le début d’une série explosive, passionnante !

 

Fool’s Paradise de Ninjyamu et Misao

Titre : Fool’s Paradise

Auteur : Ninjyamu

Illustrateur : Misao

Éditeur : Komikku

Sorti le 21 septembre 2018

Nombre de pages : 192

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

 

Quand l’adoration déclenche le CHAOS

Résumé :

 » La super-idole Sela Hiiragi a été gravement blessée dans un attentat à la bombe. Tout le monde pense que l’auteur des faits pourrait être Kazutaka Nichiya, un garçon ayant commis plusieurs attentats à la bombe quelques années plus tôt, alors qu’il avait 13 ans. Après cet incident, l’amour qu’éprouvent les fans pour Sela fait place à une haine collective à l’égard du criminel. Comment empêcher que le chaos se propage ? Dans un pays devenu incontrôlable, la police aura fort à faire pour retrouver le criminel et apaiser les tensions… « 

Personnages principaux :

Sela Hiiragi : C’est une jolie jeune fille, une idole, victime d’un terrible attentat pendant l’un de ses concerts. Malgré ses très graves blessures, elle ne pense qu’à se relever et continuer d’être une idole. Elle est forte et dure avec elle-même, en même temps, on perçoit qu’elle n’a que cette vie d’idole pour la maintenir en vie. C’est toute sa vie, elle cherche à offrir du bonheur aux gens et ne veut surtout pas qu’on l’évince à cause de ses blessures.

Monsieur Kûdo : est contrôleur judiciaire et consultant à  l’université de Tôô, il est persuadé que ce programme un peu spécial : le SRTP, (un programme de réinsertion sociale sensée contrôler la criminalité et la réduire à néant) aide les jeunes délinquants à ne pas récidiver. Il s’occupe de plusieurs délinquants juvéniles et continue avec la même conviction. D’un autre côté, il suit la jeune Sela depuis qu’elle a manifesté un jour le rêve de devenir une idole. Son attentat l’a beaucoup ébranlé.

Lieux où se déroule le récit :

Le récit se déroule dans un Japon au système judiciaire futuriste.

Détails intéressants :

  1. Cette détermination, voir l’obsession de Sela, à se relever et continuer à être une idole.
  2. De même pour Monsieur Kûdo, cette confiance, cette envie pour que ce système judiciaire soit parfait et fonctionne très bien.
  3. Le revers de la médaille de ce fameux système judiciaire, qui n’est pas si beau, si pur et pavé de bonnes intentions; la sanction pour les délinquants juvéniles, la méthode pour les rendre dociles est brutale.
  4. Les personnages autour de Sela tous aussi suspicieux les uns que les autres
  5. L’enquête menée par un grand-père en retraite de la police, qui aide un jeune policier à trouver des pistes; en parallèle avec l’enquête personnelle de Monsieur Kudô. Cet aspect de l’histoire contribue à faire monter la tension
  6. Le dessin, le trait de l’auteur est agréable, il nous transporte assez facilement dans cette histoire aux aspects mignons qui bascule très rapidement dans quelque chose de sombre, voir très glauque… son dessin évolue pour mieux envelopper son lecteur

Mon avis :

L’histoire commence par Monsieur Kudô, expliquant en quoi le recours au SRTP, système judiciaire de réinsertion pour certains criminels est très prometteur, en effet il indique un taux de récidive de 0%. Il défend avec conviction et enthousiasme ce système dont il est persuadé qu’il va vider les prisons.

L’idole Sela Hiiragi, elle est sur scène, c’est la folie ! Et d’un seul coup c’est la stupeur, Sela est victime d’un attentat à la bombe qui lui inflige de très graves blessures aux jambes. La foule est atterrée, choquée mais très vite les médias font leurs choux gras et induise l’idée de la récidive d’un terroriste connus de tous; d’un seul coup, comme un seul homme la foule se ligue contre cet homme avec une haine sans pareil… J’ai vraiment apprécié que l’auteur parle de ce que les médias peuvent faire pour manipuler les foules, comment il est possible avec des mots habiles ou des suggestions toutes simples faire pencher la balance d’une façon très violente.

Autant, il nous fait part de cet aspect médiatique, où d’un côté on a des journalistes qui ne cherchent qu’à faire sensation, devenir célèbre et d’un autre côté on trouve, les consommateurs de ces médias qui ont tout simplement l’air de mouton… Autant il montre les coulisses d’un système judiciaire qui à l’air de fonctionner, d’ailleurs Monsieur Kûdo, semble vraiment convaincu que c’est un très bon système. Mais voilà l’auteur nous montre, ce que la population ne voit pas, le revers de ce système pas tout à fait clean… justement le point de vue des criminels est assez saisissant !

Il y a plusieurs autres sujets abordés dans ce manga; notamment la place des « idoles » dans le cœur de la population; une sorte de jeunesse gaie et innocente plus ou moins célèbre. Sela Hiiragi est une « idole » très célèbre et adorée par la foule; sa violente agression va déclencher une haine incontrôlable; à tel point que des violences éclatent juste pour des différences de point de vue ou pour avoir osé dire que Sela n’est plus intéressante. L’auteur nous montre la possibilité que cet engouement pour une personne peut vite dégénérer et déstabiliser le pouvoir en place.

Le scénario de Ninjyamu monte crescendo, on part d’un fait violent certes mais la suite nous montre une jeune fille déterminée voire désespérée de continuer à être une « Idole » … puis au fur et à mesure, le ton monte, la tension se fait plus pesante et la haine se déchaîne pour conclure avec une fin de tome glaçante !

Citations retenues :

  1. […]Kazutaka Nichiya l’auteur des attentats à la bombe en série dans le métro… n’avait que 13 ans au moment des faits et pourtant ceux qui ont réclamé la peine de mort pour lui l’ont fait avec une conviction inébranlable[…]
  2. […]Savez-vous quelle est la condition nécessaire pour que naisse un super-idole ? … c’est une crise économique.[…]
  3. […]Quand l’économie va mal, on n’a pas d’argent ni de temps à consacrer à un être aimé en chair et en os.[…]
  4. […]Si je ne suis plus une idole, j’en mourrai ![…]

En Bref :

Un premier tome qui explique la culture des « Idoles » au Japon. Ce premier thème aide l’auteur à partir sur d’autres sujets comme la manipulation de foule par les médias, la tentation d’un système judiciaire révolutionnaire, les dessous des statistiques et un personnage principal brillant et glaçant à la fois !

 

Destins Parallèles de Daisuke Imai

Titre : Destins Parallèles

Auteur : Daisuke Imai

Éditeur : Komikku

Sorti le 22 février 2018

Série en 3 tomes (x2)

Nombre de pages : 192

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Dans la magnifique ville de Kyoto, une histoire d’amour naît entre deux étudiants suite à l’achat d’un simple mirroir.

Yukichi est un jeune intello un peu coincé qui est plus à l’aise avec les chiffres qu’avec le sexe opposé. Chihiro est une jeune femme qui manque cruellement de confiance en elle.

Le destin va les rapprocher de la manière la plus inattendue ! »

Personnages principaux :

Yukichi: C’est un jeune étudiant, intello, doué pour les maths. Il pense être amoureux d’Hinata une ancienne camarade de classe et pour elle, il renonce à étudier dans une grande université. Mais sa rencontre un peu brutale avec Chihiro va bouleverser ses croyances, son petit train-train quotidien. Il reste naïf et cette candeur le fait souffrir; Il est envahi de doute, et de rancœur et surtout il est en colère après lui d’avoir été aussi stupide… Mais grâce à Chihiro, il va connaître les bouleversements de l’amour sans vraiment savoir que c’est peut-être l’amour, le vrai !

Chihiro : Ayant subi les moqueries  de ses camarades en CM2; Chihiro s’est mise en marge, en retrait des autres. Elle a adopté un look, une apparence commune et sans intérêt pour ne pas se faire remarquer. Quand elle rencontre Yukichi, elle ne comprend pas pourquoi son propre corps se comporte de façon étrange en sa présence (battement de coeur, les joues qui rosissent…). Elle se demande comment une fille comme elle peut espérer intéresser un garçon comme Yukichi

Lieux où se déroule le récit :

Le récit se développe dans la ville de Kyoto, à l’université, dans la ville même.

Détails intéressants :

  1. Tout commence par un miroir, Yukichi achète un miroir à la grand-mère de Chihiro; ça m’a fait penser également à la façon de procéder de l’auteur de raconter l’histoire en miroir (Elle & Lui)
  2. La détresse, qui l’on peut lire et qu’on apprendra par la suite, dans la manipulation d’Hinata afin d’attirer tous les hommes à elle.
  3. La désillusion de Yukichi face à la tournure des évènements avec Hinata et son meilleur ami.
  4. La lente évolution de la romance entre Chihiro et Yukichi.
  5. Les expressions de visages dessinées par l’auteur qui donnent autant d’indications sur le passage dans les affres de l’amour, sur l’enjeu de la manipulation, sur la trahison, la déception, la tristesse… Un vrai régal.

Mon avis :

C’est une très belle ode à l’amour; deux personnes se rencontrent un peu par hasard… à cause d’un miroir. Si Yukichi se croyait déjà amoureux, il va comprendre que ses sentiments n’étaient pas clairs… Quand à Chihiro, il est évident pour elle, qu’elle n’est pas le genre de fille à intéresser quiconque. Mais lorsqu’elle croise Yukichi, ses a prioris cèdent au fur et à mesures que son amie l’oblige à se dévoiler et au fur et à mesure que ses sentiments grandissent sans pour autant comprendre qu’elle tombe amoureuse de Yukichi.

C’est intéressant de voir comment est appréhendé l’amour d’un côté comme de l’autre.

J’ai trouvé leur histoire attachante bien sûr, mais aussi tellement pleine de sens; tellement dans le ton de l’époque. Tandis que lui n’arrive pas à mettre des mots sur ce qui lui arrive sauf peut-être cette phrase : »J’ai l’impression de la connaître depuis un bail »; quant à Chihiro c’est son corps qui parle, son coeur bat la chamade, ses joues rosissent, elle a tellement peur d’y croire qu’elle s’empêche d’y croire

Leurs diverses rencontres vont les éloigner, les rapprocher, puis encore les éloigner… Ils ont du mal à identifier leurs propres sentiments mais aussi de voir en l’autre ce qu’ils désirent le plus. Du coup, ils se noient dans une masse de malentendu et de mauvaises interprétations.

Ils sont liés c’est évident mais ils ont une telle vision d’eux-mêmes faussée qu’ils n’arrivent pas à traduire les signaux de l’autre.

Citations retenues Tome 1 Elle & Lui:

  1. Elle […]Depuis j’ai fait pousser ma frange et baissé la tête pour cacher mon visage. En regardant uniquement le sol… ça m’évite de voir autour de moi.[…]
  2. Elle […]Je me suis coupée les cheveux, maquillée… ces choses que tout le monde considère normales… Alors pourquoi cela m’a donné l’impression d’avoir totalement changée ?[…]
  3. Lui […]J’ai totalement fait le choix d’entrer dans une université bas de gamme… mais aussi d’une activité plein air dont je n’ai strictement rien à faire.[…]
  4. Lui […] Si les sentiments étaient une suite logique de chiffres et qu’il existait des théorèmes mathématiques pour expliquer l’amour tout serait tellement plus simple.[…]

En Bref :

Une série très attachante qui décrit les affres de l’amour et de l’amitié au travers des regards différents, entre manipulation, faux semblants, vrais sentiments et peur de l’autre, les protagonistes ont fort à faire !

Les Cordes de Cristal Épisode 1 & 2 d’Anne Robillard

Titre : les Cordes de Cristal

Épisodes 1 & 2

Auteure : Anne Robillard

Éditeur : Michel Lafon

Genre : jeunesse, Fantastique

Sorti le 9 janvier 2014

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé :

« Entre Palm Springs et Los Angeles se trouve Kennenika, une toute petite ville qui dégage une énergie étrange et inspire aux musiciens les plus influents de la planète rock une incroyable créativité… Jippy Wade, guitariste adulé du groupe Texas Gray Wolf, achète un vaste terrain au milieu de nulle part pour y construire le studio d’enregistrement Tex-son, où vont se bousculer les meilleurs groupes du moment. Mais la soif du succès se paie au prix fort pour cet homme qui a dû abandonner sa femme et se retrouve maintenant seul, en proie à ses vieux démons.

En cherchant de nouveaux talents, Jippy espère avant tout trouver la paix intérieure. Mais l’arrivée à Tex-son des imprévisibles frères Specogna va attiser les rivalités et provoquer de mystérieux incidents… Quel secret se cache entre les murs de ce studio qui suscite toutes les convoitises et transcende les artistes qui s’y produisent ? »

Mon avis :

Euh …  Pourquoi le 4ème de couverture ne correspond pas vraiment à l’histoire ? Jippy Wade n’a pas quitté ou abandonné sa femme, il l’a certes délaissé et Suzi, ne supportant plus l’idée d’être délaissée,  a quitté son mari. Autre chose, Je n’ai absolument pas trouvé que les frères Specogna attisaient les rivalités … mais alors pas du tout… Encore moins qu’ils aient provoqué  de mystérieux incidents ?!?

L’histoire :

Le groupe de Jippy Wade prend une petite pause; Du coup il décide d’acheter un terrain à son ami pour changer d’horizon et monter un studio : Tex-son. Il n’a pas pensé un seul instant que cette décision aller complètement bouleverser sa vie; et peut-être même celle de ceux qui l’entoure. Son premier groupe Arial est dirigé par Simon Maccrie, un être étrange et transcendant. Les groupes vont se succéder, les amateurs comme les anciens et Tex-son va prospérer. Cependant un tas d’étranges rebondissements arrivent sans explication et bousculent, repoussent dans leurs derniers retranchements les habitants de Kennetika, les poussant hors de leur zone de confort.

Mais que ce passe t-il vraiment à Kennetika ? Quel est cette impression ?

Les personnages :

Jippy Wade : Il est le guitariste de Texas Gray Wolf; il décide de se lancer dans une autre vie, en créant son propre studio Tex-son. Il n’avait pas prévu d’y sacrifier toute sa vie; mais l’atmosphère étrange qui se dégage de cet endroit en a décidé autrement. Sa vie va être bouleversée, et il va être amené à rencontrer des gens aussi différents les uns que les autres et à se reconstruire une vie de famille. Sa rencontre avec Simon le laisse perplexe; mais pourquoi pas, chacun ses croyances, Jippy n’y voit aucun mal, tant que ça ne nuit pas au travail.

Simon Maccrie : C’est le leader des Arials, son style est particulier, transcendant; Il bouleverse les codes du Heavy Metal. Mais à côté de ça il est sorcier, c’est un dragon et il est là pour guider les gens et son successeur. Il ne fait de mal à personne mais ce qu’il prédit fait parfois froid dans le dos;

Kévin : C’est le fils de Keith Roe, une légende du Rock’n’Roll; Il est étrange, solitaire mais très intelligent. Il ne voit pas la nécessité de lié une quelconque amitié. Il apprend à la maison, et quand ses parents décident de venir vivre à Kennetika, il revit ! Dans cette immensité, il laisse libre cours à son besoin de liberté et d’espace.

Et beaucoup, beaucoup de personnages secondaires ou pas vont traverser la vie de ses trois personnages « principaux ».

La Plume, le scénario :

Alors autant, j’ai adoré « Les chevaliers d’Émeraude », « A.N.G.E », et « Qui est Terra Wilder ? » les « Les ailes d’Alexanne » mais celui-là non je n’ai pas du tout accroché;

La couverture est sensationnelle, une super guitare électrisée dans l’eau sur fond bleuté, ça promettait d’envoyer !!

J’ai lu ce roman assez facilement; mais je n’ai pas vraiment accroché… Toute l’histoire passe très vite; l’auteur passe beaucoup de temps à décrire ses personnages physiquement et ne passe pas assez de temps sur leur vécu, du coup ça coupe l’histoire inutilement…

Tout se passe super bien pour le studio, pour les artistes aussi; C’est trop facile ! Tout passe de façon lisse., et même les morts étranges quasi simultanés ne sont pas relevées…

Les personnages sont touchés par ces morts mais ça passe… La vie des personnages semble intéressante mais l’auteur ne s’y attarde pas assez. Tout va trop vite pour moi. Et à part les drames familiaux rien de spécial ne se passe. C’est un peu lassant, heureusement l’écriture de l’auteure est agréable et fluide.

Il arrive des évènements étranges (là encore l’auteur les traite comme des évènements normaux…) mais comme si on était dans une voiture sur l’autoroute, l’histoire file et ne laisse pas le temps au lecteur de s’attarder. Pour ma part je trouve que l’auteure n’approfondit pas assez ses personnages, j’aurai aimé en savoir un peu plus sur ce personnage étrange qu’est Simon… mais l’auteure le marginalise(trop de mystère autour de lui) car on ne voit de lui qu’un être un peu loufoque qui joue au sorcier… Bon, je ne me suis pas expliqué ses apparitions face à Kevin mais comme l’histoire file, je n’ai pas eu le temps.

Vu que c’est un récit principalement sur la musique, je m’attendais à ressentir cette musique par les mots … mais non même pas …

Je ne suis pas arrivée à m’ancrer dans l’histoire, ni à m’identifier à un quelconque personnage … c’était un peu frustrant et désolant

En Bref :

Un roman trop lisse à mon goût; pas assez d’action, des personnages pas assez approfondis pour que j’y ressente un petit intérêt…

Ce roman m’a semblé étrange, comme s’il avait été bâclé, fait à la va-vite; Le résumé en presque la preuve … Comme si ce livre n’avait pas été retravaillé, ou pire coupé au montage…

Moriarty, T1 de Ryôsuke Takeuchi

Titre : Moriarty, T1

Auteur, scénariste : Ryôsuke Takeuchi

Auteur, Dessinateur : Hikaru Miyoshi

Éditeur : Kana

Collection : Dark Kana

Sorti le 22 juin 2018

Nombre de pages : 212

Genre : Manga, Shonen

Fiche Bibliomania

Résumé éditeur :

« 19e siècle en Angleterre, la famille Moriarty a recueilli deux orphelins William et Louis mais en leur conférant un statut de domestique. Albert, le fils aîné de la famille est pétri d’ambition et il déteste le système social qui régit la société britannique, dans lequel les classes supérieures se pavanent et oppressent le peuple sans pour autant être dignes du respect qu’elles exigent de lui.

C’est pourquoi Albert abhorre sa propre famille et voit dans les deux orphelins l’incarnation d’un souffle nouveau. Albert leur offre son statut, sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve : se débarrasser de sa famille et du système de classes actuel !

Les trois garçons complotent ainsi pour devenir les seuls héritiers de la famille. Treize ans plus tard, à seulement 21 ans, l’aîné des orphelins William James Moriarty est devenu professeur de mathématiques à l’Université et il pourrait voir surgir sur sa route un certain Sherlock Holmes…« 

Personnages principaux :

Albert Moriarty: Il est l’aîné d’une famille richissime, il a travaillé dur à l’école pour atteindre un haut niveau; mais il a aussi chercher à s’éloigner de sa famille qu’il déteste. A l’arrivée des deux orphelins, William et Louis, il perçoit comme un espoir, une lumière sur le changement qu’il veut pour le monde et le système social en Angleterre. Son ambition est très puissante voir dévorante.

William Moriarty : c’est un enfant très intelligent, il a réponse à tous les problèmes. Il entrevoit très bien comment résoudre toute sorte de complications. Il devient très vite le consultant des villageois où vit la famille Moriarty. Il devient professeur de mathématiques à seulement 21 ans, mais continue son travail de consultant.

Louis Moriarty : C’est le dernier des frères orphelins, il est de santé fragile, mais n’en ai pas moins un enfant puis un adulte très bon gestionnaire.

Lieux où se déroule le récit :

Au XIXème siècle, en Angleterre; au début dans la balieue de Londres où vit la famille Moriarty.

Détails intéressants (ou marquants) :

  1. Cette volonté et cette soumission feinte dont William fait preuve. Rien ne l’empêche de dispenser ses conseils même face au mépris des notables et à la méchanceté cruelle de sa famille adoptive. Il garde un visage serein et protège son frère, ses frères.
  2. Cette froide détermination d’Albert, pour changer le système social qu’il ne supporte plus.
  3. La méchanceté cruelle et même douloureuse de la famille adoptive envers les deux orphelins; Ils les rejettent totalement, ils voudraient s’en débarrasser et ils les maltraitent. Même les domestiques sont haineux envers les enfants.
  4. On sent tout doucement se mettre en place la fusion de cette haine sociale envers le système britannique d’Albert et les rouages très méticuleux du cerveau de William.
  5. Le dessin, le trait de l’auteur est très agréable à suivre; On arrive à sentir ce moment « borderline » où William bascule pour assouvir l’ambition et la haine d’Albert.

Mon avis :

C’est en suivant @lerenarddore sur Twitter, Instagram et Facebook mais aussi les Éditions Komikku Encore ! Encore  !!

L’histoire commence sur les conseils qu’apporte le jeune William, puis on passe à sa véritable condition, sa dramatique et révoltante situation. Les Moriarty, on recueillit les frères orphelins pour la postérité, car ça fait bien de donner la charité, mais faut pas que ça dure trop longtemps… La mère et le petit frère d’Albert sont particulièrement cruels, voir machiavélique pour échafauder des plans afin de se débarrasser des jeunes orphelins qu’ils abhorrent… Mais ils n’ont pas encore compris qu’ils ont façonné un monstre, peut-être pas créer car il a l’air suffisamment éprouvé pour avoir basculé sans l’aide des Moriarty.

Albert s’est épris d’eux et les voir se faire traiter de la sorte, le révolte. Son intention est touchante, mais les moyens d’y arriver un peu moins…

Je suis arrivée à comprendre comment en est arrivé William Moriarty pour agir aussi froidement mais de façon aussi méticuleuse. C’est un être à part, il d’une intelligence hors norme, mais il est dénué d’empathie. Tous ses notables, qu’ils tuent avec des plans tous aussi machiavélique que son premier meurtre, sont responsables de leur condition. Ils sont coupables. Il punit les méchants sans plus ni moins de sentiments; il a juste l’impression de faire son devoir, son travail.

L’arrivée, de Molan et de Fred des nouveaux collaborateurs, lance plus précisément leur association de malfaiteurs.

Passons au trait de Hikaru Myoshi, c’est tout simplement sublime; Les images très nettes, justes et qui fourmillent de détails transmettent parfaitement les émotions, les sensations que doit ressentir le lecteur.

Citations retenues :

  1. […]un jour il faudra mettre ta belle intelligence au service du monde entier, servir l’humanité entière, ça c’est beau ![…]
  2. […]Ces prolétaires, alors ! Ce ne sont que des machines à travailler sur pattes, et ils croient que tout leur est dû![…]
  3. […]Frida et le gamin… deux victimes du système social qui étouffe ce pays. dans un autre monde, ils auraient vécu heureux.[…]

En Bref :

Un manga super intéressant, dérangeant pour le côté de cette injustice sociale, pour la façon dont sont traités les frères orphelins.

Et les débuts, finalement très jeunes des méfaits du jeune William Moriarty, ma foi assez flippant  !