Ghost in Love… Un roman de Marc Levy

Titre : Ghost in Love… un roman

Auteure : Marc Levy

Éditeur : Robert Laffont

Collection : Versilio

Genre : Contemporain, Fantastique

Format : Broché

Nombre de pages : 350

Fiche Bibliomania

 

Résumé

« Ils ont trois jours à San Francisco.

Trois jours pour écrire leur histoire.

Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l’aider à réaliser son vœu le plus cher ?

Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l’autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?

Et si ce fantôme était celui de votre père ?

Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue.« 

Mon avis

Le vingtième roman de Marc Levy que je lis sans jamais me lasser de son écriture  !

L’histoire

Le jour anniversaire de la mort de son père Thomas, un pianiste renommé, se réfugie chez sa mère. Il passe tout de même la soirée seul et fume une drôle de cigarette; c’est à ce moment que son père mort depuis 5 ans a décidé de lui apparaître. Croyant être victime d’un mauvais trip, Thomas essaie d’oublier cette rencontre très bizarre avec son père… Mais Raymond n’est pas de cet avis et continue d’apparaître a tout bout de champ. Il a une mission de la plus haute importance à confier à son fils et il ne lui reste plus beaucoup de temps.

Thomas part à l’aventure sur une intuition folle et surtout avec le fantôme de son père ! Il va apprendre que l’histoire de son père peut continuer mais il va devoir l’aider un peu.

Thomas n’est pas au bout de ses peines et il est loin d’imaginer que ce voyage insolite sera extrêmement riche en rebondissements !

Les personnages

Thomas : Pianiste renommé, célibataire. Il ne peut conjuguer vie sentimentale et vie professionnelle; disons qu’il n’a pas encore trouvé la perle rare qui lui donnerai envie de se sédentariser ou quelqu’un qui accepterai de le suivre partout dans ces concerts. Il est réfléchi, trop réaliste… presque cynique… Il adore sa mère et sa marraine mais dans ses concerts un peu moins. L’apparition de son père le rend fébrile, et il croit d’abord être victime des effets de la drôle de cigarette trouvée chez sa mère … Mais au bout d’un certain temps il se fait une raison, son père le hante et il va devoir réaliser ses dernières volontés. Finalement il le prend plutôt pas mal et se laisse emporter dans ce voyage fou !

Raymond : C’est le père de Thomas, le fantôme, l’esprit. Il est drôle et se désespère du sérieux tellement triste de son fils. A chacune de ses interventions, il met Thomas en situation délicate. Il se dévoile, se montre désarmant parfois,  mais il reste un fantôme espiègle.

Thomas (et Raymond) rencontre plusieurs personnages avec lesquels ses interactions sont intéressantes mais je ne dirais rien …

La Plume, le Scénario

Et voilà le vingtième roman de Marc Levy n’a pas pas tenu la journée. Encore une excellente aventure !!

Marc Levy adorait-il faire revenir d’entre les morts les parents de ses personnages ? En tout cas que ce soit en esprit ou en souvenir c’est toujours touchant et assez drôle je dois l’avouer.

L’écriture de l’auteur est extrêmement fluide, on suit les pérégrinations de Thomas avec délice et tendresse. Mais quelle aventure !

Dès l’instant où il rend visite à sa mère, la dynamique se met en marche pour ne plus s’arrêter; malgré son talent et tous ses concerts Thomas reste humble et semble ne pas rouler sur l’or non plus… Il n’est pas imbu de lui même et s’attache même aux critiques du preneur de son qui travaille souvent avec lui; Thomas donne d’autant plus de poids à l’avis de Marcel qu’à son chef d’orchestre, ça informe le lecteur sur la sensibilité de ce pianiste virtuose.

Raymond revient vers son fils car il est le seul à accomplir sa dernière volonté, il lui reste un petit pan, de sa vie, inachevé… c’est un peu triste et tellement beau ce secret. Malgré tout Thomas a quand même les pieds sur terre et ne veut pas croire à ses hallucinations, mais on sent dans l’écriture de Marc Levy, que Thomas est déjà conquis, qu’il veut tellement garder encore un peu de son père qu’il fini par basculer très rapidement dans l’aventure qu’il lui propose !

Au delà d’une promesse faite entre père et fils, il y a ce sursis accordé à deux êtres qui avaient du mal à communiquer mais qui s’aimaient tellement fort.

Un dernier point c’est le petit plus que j’ai apprécié, c’est que l’auteur parle d’urnes cinéraires avec un humour léger qui décomplexifie l’objet.

C’est vraiment une très belle histoire filiale, écrite avec beaucoup d’humour et de tendresse.

 

En Bref

Le dernier né de Marc Levy est encore un très beau récit, dynamique avec un humour léger et très appréciable et une aventure qui va bien au-delà de San Francisco !

Merci à l’auteur, Marc Levy, de distiller autant de sentiments avec ses mots voyageurs et plein d’amour !

Publicités

Damenndyn, tome 2 : la Révélation de Rose Berryl

Titre : Damenndyn

Tome 1 : La Révélation

Auteur : Rose Berryl

Éditeur : CKR Éditions

Genre : Fantasy, (+ des petits trucs un peu horrifiques)

Format : ePub

Nombre de pages : 492

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’aurait pas lu le tome 1 : Le grimoire d’Esklaroth

 

Résumé de l’auteur

« L’anxiété ronge Esklaroth, car la position des étoiles est mauvaise. Au château, les monstres mènent au plus profond des Ténèbres les chevaliers que la recherche des pierres magiques enferme malgré eux dans un monde inquiétant. De son côté, Damenndyn commence à entendre une voix étrange et à développer d’atroces pressentiments. Les prêtresses sont mystérieuses et de plus en plus dangereuses. Et leur regard éteint n’annonce rien de bon… Le Grand Monde vit des heures sombres. Lythuste a été la cible d’une attaque féroce, et le peuple du roi Valamdil compte de nombreuses pertes. Les créatures maléfiques se multiplient à vive allure, ne laissant derrière elles que sang et terreur. Qu’adviendra-t-il du Grand Monde… et de Damenndyn ? Les chevaliers trouveront-ils le moyen de se sortir de la prison cauchemardesque dans laquelle ils sont captifs ? Tant de désordres inscrits dans les étoiles, que seuls quelques élus peuvent déchiffrer…« 

Mon avis

Merci à CKR Éditions et à l’auteure Rose Berryl pour m’avoir accordé une nouvelle fois leur confiance avec le tome 2 de Damenndyn .

L’histoire

Damenndyn se retrouve de plus en plus entourée de noirceur, les prêtresses n’agissent plus normalement, les élèves ne peuvent plus sortir en plein jour sur ordre de la Prêtresse Mère. Les règles changent et plus Damenndyn plonge dans l’histoire du Grimoire plus elle est hantée par une voix mystérieuse et d’horribles visions que les autres pensionnaires ne semblent pas voir, plus les Ténèbres enferment l’orphelinat dans un climat sombre et malveillant. Damenndyn sent que tout est lié et surtout elle pressent que ça ne va pas lui plaire du tout !

Les courageux du roi Valamdil sont toujours dans le château du Marquis et poursuivent leur sauvetage. Ils doivent faire face à d’horribles visions, mais des visions pas si éphémères, elles sont dangereuses et peuvent blesser mortellement. Leur quête est ralentie et leur bravoure est mise à rude épreuve.

 

Les personnages

Damenndyn : Son histoire se dévoile peu à peu; c’est une jeune fille très réaliste malgré les horribles hallucinations dont elle est victime. Elle garde la tête froide malgré la terreur qui la prend par moment. Elle est déterminée à obtenir des réponses coûte que coûte quoi qu’il advienne, elle est prête à faire siège dans le bureau de la Prêtresse Mère, mais elle est loin de s’imaginer ce qu’elle va trouver. Elle sait, elle sent que l’orphelinat ne tourne pas rond et ça renforce sa détermination à garder le cap sur ses objectifs.

Daïron : Il est un peu moins présent dans ce tome, mais il reste toujours en alerte pour rester près de Damenndyn, d’ailleurs elle l’inquiète car il ne voit pas ce qu’elle peut voir et la croit devenir folle…

L’équipage de reconnaissance : Sephirius, Drakiro et Eylen les soldats du roi Valamdil, Samir et Soraya les anges et leur nouvelle alliée Ludvinia, ces valeureux chevaliers restent bloqués dans le château des horreurs où ils subissent épreuves sur épreuves et avancent bien lentement mais également avec détermination. Ils sont solidaires et se font confiance, c’est leur seule chance de rester en vie et de survivre.

On rencontre plusieurs personnages intéressants comme Disoo et d’autres beaucoup moins tel le cruel Prince Aaron à cause de sa noirceur sans limite…

La Plume, le Scénario

Je terminais ma chronique sur le tome 1  de Damenndyn : le grimoire d’Esklaroth, par une note mitigée, car il me manquait un certain fil rouge entre l’histoire de Damenndyn et l’histoire des chevaliers du roi Valamdil contée dans le Grimoire. Et bien dans ce tome 2 j’ai perçu le tissage de ce fameux fil rouge.

En même temps, cette saga doit se dérouler sur 15 tomes, donc il est normal que tout ne soit pas dévoilé d’un seul coup; mais je suis impatiente alors du coup je ne comprenais pas bien 😉

Ce tome 2 est très largement plus sombre, très style horrifique; Les Ténèbres et son cortège de zombies, apparition de fantômes torturés, de esprits malveillant et palpables, de créatures sanguinaires tout droit sortie de l’obscurité la plus totale dirigé par un Prince complètement dérangé et cruel font leur défilé dans ce château des horreurs.

Bon j’avoue c’est pas vraiment ma tasse de thé, les trucs horrifiques, j’étais totalement écœurée par certains passages heurkkkkk…. (ben oui mon esprit et mon petit cœur sont sensibles…), mais pour le coup, ça veut dire que l’écriture de l’auteure est très efficace ! ça a totalement fonctionné sur moi, je ne rentrerai jamais dans un château lugubre (quelles sont les chances pour que je rentre dans un château tout court…, et lugubre encore moins… mais quand même)  !

Les épreuves des chevaliers dans le château de l’horreur, quoique très pénible à imaginer, furent tout de même palpitantes ! L’auteure est rude avec ses personnages, que de péripéties et que d’ingéniosité de leur part pour se sortir de ces pièges immondes…

Quant au quotidien de Damenndyn dont on perçoit des bribes, il devient aussi sombre que le château des horreurs; les prêtresses font froid dans le dos, les cérémonies également… mais le passé de la jeune Damenndyn se précise, elle s’en rapproche grâce à sa détermination et Daïron reste à ses côtés. Du coup j’avais ma petite idée sur les quelques questions que je me posais dans le tome 1, c’est plus si évident, tellement le personnage de Damenndyn est particulier et surtout déterminé.

Finalement j’ai beaucoup aimé ce tome 2, malgré les trucs horribles 😦 … Le récit était dynamique, et les épreuves des chevaliers vraiment prenante. Et cette romance musclée qui prend naissance dans l’aventure dure et palpitante c’était le petit plus sympa !

Et on en parle de ces rebondissements dans les quelques dernières pages complètement hallucinants et déstabilisants !!! et ben non vous voulez savoir et bien foncez lire les aventures de « Damenndyn » !!!

 

En Bref

L’univers fantastique de cette histoire reste toujours aussi captivant encore plus dynamique;

L’obscurité gagne du terrain, plane avidement sur l’histoire.

Le rôle de Damenndyn se précise mais sa présence est encore trop faible pour entrevoir sa place dans le récit;

Avec ce chouette tome 2 j’ai gagné l’envie de continuer l’aventure avec Damenndyn, pour connaître ses aventures, son rôle exact et surtout si elle l’acceptera ou si elle luttera contre pour vivre libre !

En tout cas merci à CRK Éditions et à l’auteure Rose Berryl pour ce partenariat !

 

La Malédiction des Joyaux, tome 1 : La Paysanne de Laurent Delépine

Titre : La Malédiction des Joyaux

Tome 1 : La Paysanne

Auteur : Laurent Delépine

Éditeur : Autoédité

Genre : Aventure, Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 459

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Cela fait quatre-vingts ans que les tyrans ont été vaincus, laissant un monde en ruine aux pluies mortelles.

Ces dernières années, la chronique était défrayée par Deirane, la belle paysanne devenue reine. Mais elle ne fait plus parler d’elle depuis quelque temps et tout le monde la croit morte. Pourtant, lorsqu’une enfant est vendue comme esclave, elle réapparaît afin de lui éviter de subir le même sort qu’elle. De façon inattendue, elle reçoit l’aide d’une ancienne amie. Une aide qui se révèle pas si désintéressée que cela. Et il semble que celui qui a acheté la jeune paysanne est le tortionnaire qui a fait autrefois de Deirane ce bijou vivant objet de toutes les convoitises.

Mais tout ceci ne serait-il pas un piège destiné à la retrouver ? D’ailleurs, au juste, qui est la cible de tous ces complots ?« 

Mon avis

Un grand merci à l’auteur Laurent Delépine pour ce partenariat, pour cette chouette aventure !

L’histoire

Boulden, sur un marché aux esclaves, une fillette est mise en vente; C’est à ce moment là qu’une belle et mystérieuse femme choisit d’entrer dans la danse des acheteurs… Deirane réapparait après plusieurs années d’absence sur la scène publique, pour sauver une fillette du sort qu’elle a elle-même dû endurer.

Le sauvetage de la fillette s’avère plus compliqué et inattendu que prévu. Une vieille amie de Deirane décide de lui donner un coup de main face au tortionnaire déterminé à acquérir la fillette. Mais dans ce jeu, si le but est de secourir la petite fille, chaque protagoniste a ses raisons et surtout d’autres objectifs en vue. Les prétextes des uns vont-ils contrarier les plans des autres ? Et Deirane dans tout ça ? Quel est vraiment son rôle ?

Les personnages

Deirane : C’est une femme de trente ans, une femme dans la pleine maturité (pour l’univers, elle est âgée). C’est une superbe femme qui porte sur elle les marques scintillantes de la folie de son agresseur. Celui qui l’a poussé sur les chemins de son destin. Malgré ses trente ans, Deirane a traversé beaucoup de terribles épreuves, mais elle en est ressortie très forte, déterminée mais méfiante et peut-être un peu aigrie. Elle n’a plus rien en commun avec la jeune paysanne qui a dû fuir, la fillette apeurée, timide, pleine de principe dû à son éducation. Malgré le passage des années, Deirane considère toujours son apparence comme une malédiction même si elle a appris à s’en servir pour survivre.

Saalyn : C’est une guerrière libre d’Helaria, elle n’est pas humaine, c’est une stoltzin, une sorte de reptile avec des traits humains et puissante de surcroit. Elle est très attachée à Deirane, elles ont un passé en commun, un passé lourd qui les lient irrémédiablement. C’est aussi une très belle femme, respectée grâce à la réputation qui la précède où qu’elle aille. Elle fine observatrice et perspicace.

Aldower : C’est un drow, un être créé par une civilisation disparue, complètement dérangé, ces idées, ses convictions le pousse à faire des choses complètement folles et abjectes. Il n’a aucun scrupule à tuer et l’art tient une place quasi anormale dans son esprit.

D’autre personnages traversent la vie de Deirane, partage un bout de route, un brin de vie mais je vous laisse découvrir ses personnages secondaires qui tiennent une place très importante dans la vie de Deirane

La Plume, le Scénario

On commence l’histoire sur un marché aux esclaves, l’auteur donne la tonalité; Une fillette est mise en vente. Et les protagonistes entre en jeu sans qu’on sache nous lecteur qui ils sont encore. Démarrage mystérieux, qui laisse comme une sensation d’appréhension

L’écriture de l’auteur est agréable, il m’a emmenée sur les traces de Deirane, paysanne, esclave devenue reine; ça en jette tout de suite comme définition et forcément je me suis attachée à cette fillette d’abord puis à la femme qu’elle est devenue.

Deux petits petit bémol, le premier qui n’a pas grévé ma lecture car j’en ai fait abstraction : les unités de mesure… J’avoue qu’au début ça m’a un peu agacée, puis j’ai vite pris le plis de faire sans et le deuxième : l’apparition dans le récit de créatures présentées comme si le lecteur était familier avec ce genre de personnages, je me suis sentie perdue quelques pages… puis l’histoire étant tellement prenante; le problème ne s’est plus posé.

J’ai aimé cette alternance passé / présent; je trouve que ça donne une certaine dynamique et une accroche piquante, au récit. Cette fois c’est un peu différent car il s’agit du même personnage dont on voit le passé petit à petit et donc on peut donc comprendre quelle femme, elle est devenue, et encore dans ce tome 1, l’auteur ne dévoile qu’une petite partie des aventures de Deirane;

L’auteur, Laurent Delépine, soulève délicatement, tout doucement le voile qui entoure la vie de Deirane et c’est tout naturellement que je me suis laissé prendre dans ce piège ; non seulement j’aimerai connaître, savoir quelles épreuves a traversé Deirane mais également comment elle va s’y prendre pour accomplir sa quête !

Et si on parlait de l’univers de la malédiction des Joyaux ? Je dirais que je me suis retrouvée face à un univers Steampunk très léger, de style médiéval avec un soupçon de magie où stratégie politique et économique rivalise avec une culture bienveillante luttant contre les préjugés de race et d’origine sur une terre post apocalyptique, bref tout y est, non ?

Finalement cet univers est bien plus que cela mais vous devrez le découvrir en le lisant !

 

En Bref

Un premier tome étonnant et passionnant !

Je dirais vivement la suite !!

Encore merci Laurent Delépine, pour m’avoir permis de découvrir votre univers !

Joyeux anniversaire, passez une belle journée !!

Un amour fou de Daria Chernova

Titre : Un amour fou

Auteur : Daria Chernova

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain

Format : Epub

Nombre de pages : 150

 

 

Résumé de l’auteur

« Mansour Reza, étudiant en art et prince de son état, fait une première connaissance de la Déesse Anahita sous la forme d’un portrait grandeur nature caché au milieu d’un banal bazar parisien. Il achète la peinture et en tombe éperdument amoureux. De ce jour, il n’aura de cesse de retrouver le modèle qui a servi au peintre et, croit-il, vit toujours, puisqu’il s’agit d’une déesse, immortelle et éternellement jeune par conséquence. Sa quête doublée d’une enquête quasi policière le mènera dans une bourgade reculée du centre de la France où les châteaux ont encore de sombres bois inviolés et d’obscures prisons, où châtelaine, sorcière et malheureuse orpheline ont toutes d’inavouables secrets à lui révéler. Plus d’une fois, il croira trouver la Déesse. Il l’apercevra même, une fois, brièvement, à moins que ce ne soit un mirage dû à sa folle passion. Mais c’est seulement quand il aura été jusqu’au bout de son chemin et aura perdu toute illusion, tout espoir d’aboutir, que la folie menacera de l’engloutir, qu’elle viendra, finalement, à lui. »

Mon avis

Merci à l’auteure, Daria Chernova, de m’avoir proposé son roman !

L’histoire

Mansour Reza tombe malgré lui sur un tableau qui va bouleverser son quotidien.

En cherchant un peu d’ombre et de fraîcheur, il entre dans une échoppe vendant des tableaux, c’est dans ce magasin ou galerie qu’il va rencontrer pour la première fois le sourire de la Déesse. Après il n’aura de cesse de chercher ce modèle, cette muse qui a permis au peintre de reproduire une telle merveille. Il décide de se rendre à la dernière adresse connu du peintre et va malgré lui tomber d’embûche en embûche, il devra persévérer et mener son enquête qui l’emmènera bien plus loin qu’il ne pensait.

Les personnages

Mansour Reza : C’est un étudiant en art, assez critique. Il donne l’impression de ne voir que le côté négatif de tout ce qui l’entoure avec un flegme étonnant. Il tourne presque tout en dérision. De premier abord, il ne m’est pas apparu très agréable, l’impression qu’il se trouvait toujours dans le jugement.

Anna : Elle est un peu plus jeune que Mansour, et travaille à l’office du tourisme de M***, le dernier domicile du peintre. Elle semble enfantine, très espiègle, survoltée, sans gêne, un rien insistante, et carrément entreprenante avec Mansour alors qu’elle ne sait rien de lui. Elle sera quand même d’une aide précieuse dans l’enquête, à la recherche de la muse de Mansour. De nature très altruiste, elle invitera Mansour chez sa mère.

La famille d’Anna serait intéressante à décrire mais je vous laisse le plaisir de la découvrir par vous-même !

La Plume, le Scénario

On commence le roman avec l’auteure qui donne son sentiment assez négatif sur Paris, qu’elle ne semble pas beaucoup apprécier… on sent une période peut-être pas facile, enfin c’est le sentiment que ça m’a donné.

Ensuite Mansour m’est apparu comme quelqu’un d’un peu pédant, très critique, moqueur et assez condescendant envers notamment la boutique d’art où il entre pour trouver un peu d’air plus frais… Je n’ai pas beaucoup apprécié son manque de savoir vivre. Il n’avait pas l’air de savoir apprécier ce que lui offrait quand même le magasin d’art à savoir un peu de frais, bon tout relatif, mais du frais quand même… De plus c’est lui qui a choisit d’y entrer.

Il découvre un tableau qui va le bouleverser au point qu’il va rechercher la muse; dans sa quête il va rencontrer Anna, la fantasque Anna qui décidera de l’accompagner partout où il désire mener son enquête. Elle l’aidera même à enfreindre la loi afin de trouver des indices et faire avancer la recherche de Mansour. Absolument pas farouche, elle m’a un peu agacée car elle semblait s’accrocher plus à la représentation de Mansour, c’est à dire un étudiant parisien.

Par contre, l’auteure nous montre un peu plus loin dans le récit qu’Anna est une jeune femme sensible et fait partie d’une famille atypique, haute en couleur. Et qu’en fait elle a très bien cerné le personnage de Mansour.

J’ai senti Mansour sombre en tout cas au début, un peu taciturne; en bref un personnage au premier abord un peu antipathique ! Bon au fur et à mesure de l’histoire, le caractère de Mansour se dévoile un peu plus , par moment il est naïf mais finalement c’est plus par excès de bienséance; il s’adapte extraordinairement vite à la folle, vivante et excessive famille d’Anna car son but est d’en apprendre le plus possible sur la famille du peintre et par la même se rapprocher de sa muse.

A la lecture de cette histoire, j’ai perçu deux récits en parallèle, l’obsession de Mansour pour la Déesse et en même temps l’étrange relation qu’il noue très doucement avec Anna, très intimement liés à cette quête du divin. D’ailleurs Anna semble l’avoir compris bien mieux que personne et son attachement véritable lui fera faire une folie, Mansour pourra t-il lui pardonner ?

J’ai apprécié que l’enquête de Mansour et son audace à aller plus loin que ce qui était autorisé, aboutisse sur un autre sujet sans intention première. Ainsi enquête policière et chasse au trésor se sont mêlés au travers du sourire de la Déesse !

Un dernier point, la couverture est subliiime !!!

En Bref

Bon honnêtement, je me suis laissée tenter par un super résumé, mais je n’ai par retrouvé cet engouement, principalement à cause du personnage principal qui m’a paru d’un côté antipathique puis un peu naïf tout en étant intéressé… sombre, trop détaché par moment… et d’autre part je n’ai pas ressenti cet amour cette obsession si forte pour la Déesse, certes Mansour recherche ardemment la muse mais… bref je suis peut-être passé à côté car je me suis fixé sur le personnage étrange de Mansour.

En tout cas merci quand même à l’auteure, Daria Chernova pour m’avoir confié la lecture de son premier roman.

Les Tables du Destin d’Aude Félix

Titre : Les Tables du Destin

Auteure : Aude Félix

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique

Format : PDF

Nombre de pages : 703

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure

« Maladroite et un peu fofolle, Mia Fayet possède un sacré crochet du droit dont elle aime abuser. C’est dans le sud de la France qu’elle a repris la boutique d’antiquités de son oncle. Sa vie se résume à un petit cercle d’amis, une mère insupportable et un ex fiancé potentiellement cancérigène. Jusqu’au jour où elle découvre dans l’un de ses tiroirs, une tablette en or gravé d’un langage aussi vieux que l’humanité. Une tablette au pouvoir étrange qui réveille ses intuitions depuis longtemps assoupies et des souvenirs oubliés. Sans compter sa rencontre fortuite avec Matteo Scalabrino, un italien au passé sombre qui suscite en elle une vague impression de déjà-vu et une bonne dose d’exaspération. Coïncidence ou simple hasard, le moment est venu de partir en quête de la vérité et découvrir bien plus que ce qu’elle cherche. »

Mon avis

Merciiiii à l’auteure Aude Félix de m’avoir proposé son roman ! Quelle aventure, quelles montagnes russes pour les émotions ! Wow !

L’histoire

Mia a repris la boutique d’antiquité à la mort de son oncle Sam. Elle adore chiner, marchander, discuter les prix; découvrir des merveilles anciennes. Aussi maladroite à pied qu’en voiture, Mia embouti la voiture de Matteo en se garant à l’arrache devant la boutique d’antiquité. Leur rencontre est pour le moins explosive, quel goujat et elle quelle mauvaise foi ! Dans le même temps, elle a découvert une tablette en or dans sa commode et ne se rappelle plus vraiment comment elle est arrivée là… Ces recherches commencent et son instinct se réveille; elle est victime de visions impromptues, de perte de connaissance de plus en plus souvent et elle sent bien que cette tablette y est pour quelques choses… Sa vie va devenir très compliquée et mouvementée, entre les apparitions de Matteo et ses camarades pour le moins étonnants, Mia va avoir fort affaire pour mener de front sa vie personnelle et professionnelle ainsi que sa vie officieuse… Les forces en présences s’acharnent pour que Mia aillent dans un sens, c’est sans compter sur son très mauvais caractère !

Les personnages

Mia : C’est une jeune femme d’apparence douce et calme… il n’en est rien, cette demoiselle aime jouer du point et se défend d’ailleurs très bien ! Un caractère trempé dans la lave, incandescente et pleine d’énergie, elle s’occupe de la boutique qu’elle a hérité avec passion et professionnalisme. Lorsqu’elle rencontre Matteo, des réminiscences de souvenirs refont surface et Matteo est un homme au charme magnétique qui dégage une puissance sombre que Mia peine à s’expliquer; elle sait seulement que cet homme à un don certain pour la faire sortir de ses gonds. Et c’est avec plaisir non dissimulé que j’ai suivi ses sorties de langage très imagées et très très drôles !!

Matteo : C’est un homme à la silhouette puissante, très irritant, très italien, un poil macho (oui je sais ça fait vraiment cliché…mais il est ce qu’il est 😉 )qui sait si bien retourner Mia comme une crêpe. Il arrive dans la vie de Mia avec perte et fracas et laisse la jeune femme étourdie… Il est mystérieux et semble caché un passé très sombre… Il s’arrange pour rester dans l’entourage de Mia pour la croiser et peut-être la surveiller…

Aline : Ah je me devais de parler de ce monstre ! Vous allez la découvrir, elle est immonde, c’est la mère de Mia… Cette femme est hautaine, odieuse, froide toujours tirée à 4 épingles et tellement mauvaise envers Mia, qu’on se demande mais comment une mère peut-elle agir comme ça envers son enfant ?

Beaucoup de personnages gravitent autour de Mia, mais je m’abstiens comme toujours pour vous laisser en découvrir un maximum, sinon c’est plus du plaisir… Aller je vous parle vite fait de Calvin Harris (l’auteure serait-elle fan?) ou encore Erick Higgins (Fan encore ?) J’ai vraiment aimé ces clins d’œil même si au départ ils n’en sont pas 😉

La Plume, le Scénario

Bon dès les premières pages je me suis retrouvée dans le tourbillon de la vie de Mia, impossible de lâcher le livre…. J’avais envie de continuer à suivre les péripéties de Mia.

L’écriture de l’auteure est entraînante, fluide voire addictive ! L’histoire de Mia entrecoupée de retour en arrière, dans le passé, très bien signalé, m’ont permis de comprendre en même temps que les personnages le pourquoi des situations. Ces coupures sont brèves pour nous mais par contre on sent bien que pour Mia c’est de plus en plus violent.

J’ai adoré le langage fleuri, très imagé de Mia, j’ai beaucoup ri pendant qu’elle distribuait des raclées à qui l’entravait… Cette héroïne est géniale, autant on la sent très sensible, de part son caractère qui l’a fait démarrer au quart de tour, elle est passionnée, déterminée mais elle est aussi fragile; ces blessures (morales surtout) sont pénibles et douloureuse (quelle mère atroce et tellement énervante !).

Je me suis demandée en tant que femme comment son petit coeur a t-il réussi à tenir (le mien ne tenait plus …)fasse à ces obstacles, ces embûches, toutes ces personnes malveillantes, étouffantes pour certaines… Elle est fragile, mais elle est forte quand même et c’est cet équilibre précaire qui font de Mia un personnage à part entière passionnant ; véritablement emplit de bonté et d’intégrité.

Côté personnages masculins, l’auteure a chargé la mule, ce récit est remplit de testostérone mais pas que... on voit certains mecs bien balèze, maîtrisant avec sang froid des situations délicates mais quand il s’agit d’approcher une femme qui ne les laisse pas indifférent et ben ils perdent leurs moyens et c’est énervant car ils sont blessant mais en même temps c’est quand même attendrissant.

Passons à l’intrigue de l’histoire, l’auteure ne dévoile que très peu de chose, petit à petit; Au travers des souvenirs / visions de Mia, l’histoire des tables du Destin se dévoile un peu, nébuleuse car les rêves ou visions sont toujours un peu obscure. Mais au bout du compte, on apprend le pourquoi de ces Tables et surtout leur lien avec Mia; Mais une fois qu’on croit tout savoir et qu’on s’attend à cette fameuse fin logique, le brouillard s’épaissit à nouveau et Baam ! un rebondissement qui m’a laissé complètement désarçonnée !

Non non non c’est pas possible cette fin c’est inhumain de faire ça au lecteur c’est de la torture morale !

En Bref

Un gros pavé de 703 pages avalé en quelques jours, car l’histoire est captivante, entraînante; Les personnages sont tous géniaux, Mia en particulier et sont franc parlé qui vous laissera pantois !

Un récit qui ne vous laissera pas tranquille sur votre canapé, attention je vous garantie que vos émotions vont faire les montagnes russes !!

Merci beaucoup à l’auteure Aude Félix pour ces quelques jours de lecture qui m’ont fait passer par toutes les émotions possibles et inimaginable !!

Merciiiii ❤ !

Lonicéra, tome 1 : le peuple oublié de Magali Bergeon-Lefranc

Titre : Lonicéra

Tome 1 : Le Peuple Oublié

Auteure : Magali Bergeon-Lefranc

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 130

Simplement.Pro

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure

« (…) l homme la poussa dans l eau sans détour en lui criant : Bonne chance, fille de l Élue ! » Lorsqu Océane, jeune femme acariâtre et vindicative, franchit le portail entre les mondes, elle est loin de se douter que son destin vient de se mettre en marche. Au contact des fées et des elfes, elle renouera avec son passé et avec les « Énergies de la Nature ». Elle devra réapprendre à voir, à écouter, et surtout à ressentir. Mais ce passé, bien plus fort qu elle, la mènera dans les contrées inexplorées du monde magique où, avec sa fidèle amie Hédéra, elle devra affronter la reine maléfique qui veut réduire le monde à néant.« 

Mon avis

Je remercie l’auteure Magali Bergeon-Lefranc pour m’avoir proposé ce partenariat. Suivre Lonicéra au travers de son apprentissage, de sa renaissance m’ont fait passer des moments surprenants.

L’histoire

Océane est une écorchée vive, la vie ne lui a pas fait de cadeau et elle a décidé qu’elle ne ferait de fleur à personne. Elle est odieuse avec tout le monde et refuse le moindre lien, la moindre inclinaison vers une autre personne… Mais elle ne sait pas qu’en partant sur une enquête journalistique à propos du monstre du Loch Ness, elle part à la rencontre de son destin, de sa vraie nature, de la vie mais également du danger. Elle peste contre son patron qui a osé l’envoyer sur un sujet douteux et méprise tous les autochtones qu’elle croise à la recherche du témoin qui a vu le monstre… Sean et Océane sont dubitatif aussi bien l’un comme l’autre mais l’aventure commence et il est trop tard pour reculer !

Les personnages

Océane : C’est une jeune femme égocentrique, acariâtre et antipathique. C’est une écorchée vive et elle déteste le monde entier. Pour elle nouer une quelconque relation est voué fatalement à souffrir … Donc elle évite tout type d’échange et reste seule derrière son masque d’indifférence et de méchanceté. La vie ne l’a pas épargné, mais au détour d’une mission journalistique, elle va faire face à son passé et quoiqu’elle pense, elle devra renouer avec la personne qu’elle est réellement même si elle doit souffrir pour ça… Elle doit retrouver ces sensations, cette communion avec la nature et la tâche paraît insurmontable, mais c’est sans compter sur sa ténacité et sa détermination. Malgré son ambivalence, elle semble rejeter tout ce qui peut l’attendrir, mais elle laisse Gweltaz l’aider à retrouver la sérénité.

Hédéra : Est une fée particulière, malgré le mauvais caractère d’Océane, Hédéra s’accroche car elle sait qu’elles devront lutter ensemble. Sœurs de coeur,elles vont apprendre à s’apprivoiser. Si Hédéra est très lucide sur leur mission, malgré son tout jeune âge; Elle reste légère et enfantine. Hédéra tempère le caractère bien trempé d’Océane.

Gweltaz : C’est un elfe qui habite au milieu des fées, il accueille avec bienveillance et patience une Océane courroucée pour s’être fait avoir et ne comprenant pas bien ce qu’elle vient faire dans ce monde inconcevable… Gweltaz va s’occuper d’Océane avec douceur et gentillesse même quand elle est odieuse avec lui. Il la comprend et va l’aider à amorcer le chemin de la conscience de soi et de la nature qui l’entoure. C’est un habile bricoleur qui préfère réparer avec ses mains plutôt qu’avec sa magie.

D’autre fées, d’autres elfes vont rencontrer Océane et Hédéra, mais ce sera à vous de découvrir qui ils sont pour les deux jeunes filles 😉

La Plume, le Scénario

On entre dans l’histoire avec l’enfance d’Océane, qui semble heureuse et choyée. Puis très vite, les années ont passé et Océane est devenue une jeune femme antipathique, désagréable et méchante… Malgré cela, dès les premiers mots j’ai senti cette grande souffrance… qui m’a poussée plus en avant dans la lecture pour comprendre ce qui avait bien pu arriver à Océane pour la transformer en une personne aussi acariâtre …

Bon c’est vrai que son antipathique caractère nous donne envie de la baffer … oui oui juste ça … le pauvre Henry…

L’auteure, sans tournure, nous plonge dans l’autre monde avec Océane littéralement; et alors commence pour elle comme pour nous la lente découverte de son passé, de ses racines, de la redécouverte de la vie... ouh ce n’est pas sans mal… et il va falloir des personnes bien patientes pour supporter son caractère parano, son caractère bravache pour la guider et faire en sorte qu’elle se sente bien dans ce nouveau monde qui est véritablement le sien.

J’ai beaucoup aimé ce retour aux sources pour Océane, cette initiation à trouver dans la nature tant de beauté, de douceur de vivre. Ce parallèle entre nos vies dans le monde humain,très cadré par le temps et la vie à cent à l’heure; qui n’a pas lieu d’être chez les fées et les elfes car être à l’écoute de la nature, vivre en communion avec la nature et les animaux suffit à une douce vie, au bonheur simple d’être en vie et entouré des gens qu’on aime. C’était comment dire très agréable à lire, ça m’a fait chaud au coeur.

Juste un petit mot sans trop en dire sur la belle romance qui se met en place tout doucement, je fais un petit parallèle sur une petite partie; quand on a envie de protéger ceux qu’on aime, on développe des ressources dont on ne se serait jamais senti capable, mais parfois elles surgissent quand on en a besoin; et on sait que c’est là au fond de nous, ça arrive vraiment, bon peut-être pas avec des pouvoirs magiques 😉 quoique que …

Trop de pouvoir rend fou ou aveugle au besoin du monde; quand on touche au pouvoir et qu’on est seul ou mal entouré; il est certain qu’on se perd… Océane et Hédéra ne sont pas seules avec leur pouvoir, elles s’entraident et elles ont bien compris qu’à plusieurs on va beaucoup plus loin. C’est une belle leçon de vie.

J’ai complètement adhéré à cette vision du monde, où entraide, bienveillance, patience, écoute, permettent de vivre ensemble mieux et avec douceur.

Je ne sais pas si l’auteure voulait aller dans ce sens, en tout cas ma lecture m’a porté dans ce sens, et je remercie chaleureusement Magali Bergeon-Lefranc pour ce rappel toujours nécessaire.

En Bref

Un mot sur cette couverture qui est superbe, et le chèvrefeuille qu’est ce que ça sent bon !

Un roman essentiel pour se rappeler que le retour aux choses simples est parfois salutaire.

Des personnages bienveillants, attachants et passionnants font de ce récit une douceur, comme l’effet d’une tasse de chocolat chaud après une promenade dans le froid; Mais il permet un petit rappel : Vivre ensemble c’est bien, apprendre au contact des autres, écouter, aimer et respecter la nature aussi !

Merci à l’auteure Magali Bergeon-Lefranc pour cette lecture non seulement agréable mais aussi utile, merci pour tous ces petits rappels qui ont sonné comme une alerte dans mon esprit !

Les Contes d’Érenn, tome 1 : Le Nécromancien de E. Loisel

Titre : Les Contes d’Érenn

Tome 1 : Le Nécromancien

Auteure : E. Loisel

Éditeur : Marathon Édition

Genre : Fantasy, Ados

Format : Epub

Nombre de pages : 274

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure

« Sur la Terre d’Érenn, une maladie mortelle et incurable, le Fléau, sévit au cœur des populations et terrasse les hommes depuis trop longtemps. Maud, une jeune femme de dix-neuf ans, refuse de voir son père succomber au mal et décide de se lancer à la recherche d’un remède.Ses deux amis d’enfance, Luke et Gaël, l’épauleront dans une quête où les rencontres seront aussi dangereuses que porteuses d’espoir. Une course contre la montre s’engage. Atteindra-t-elle son but avant que la mort ne s’empare de son père ?« 

Mon avis

Je remercie l’auteure E. Loisel pour m’avoir proposé ce partenariat, ce fut une lecture agréable et un plaisir de découvrir l’univers de la Terre d’Érenn.

L’histoire

La Terre d’Érenn est sous le coup d’un Fléau ravageur dont il est impossible de guérir ou de trouver un antidote, et ce depuis des siècles. Maud est prêtresse et ne peut concevoir de laisser son père mourir sans trouver une solution à ce Fléau; ces croyances sont un peu émoussées par ce Fléau que la déesse de Danann laisse emporté nombreux de ses disciples.

Avec Luke et Gaël, ils forment un trio depuis qu’ils sont enfants, chacun a pris un chemin différent, mais ils se retrouvent toujours et se soutiennent. Alors lorsque Luke annonce qu’il part en Pays de Llyr, Maud n’hésite pas une seule seconde car là-bas elle peut retrouver quelqu’un qui détient peut-être l’antidote.

Alors commence leur aventure, étrange et dangereuse; entre amour et amitié la ligne est très fine et Maud ne sais plus trop ce qu’elle veut vraiment. En tout cas elle est sûre d’une chose, elle veut sauver son père et c’est ce qui la fait avancer.

Les personnages

Maud : Maud a choisi la voie de prêtresse de Danann, mais sa foi s’émousse quand le Fléau touche ses proches. Elle ne comprend pas pourquoi la déesse laisse cette mort horrible emporté les habitants de la Terre d’Érenn. Avec ses amis d’enfance , Luke et Gaël, elle décide de partir à la recherche du seul homme peut-être capable de lui donner un antidote. C’est une belle jeune femme rousse, déterminée et franche qui ne laisse pas la gente masculine indifférente.

Luke : Il a un statut particulier que je vous laisserai découvrir, tout ce que je peux vous dire c’est qu’il a choisi la branche des chevaliers, et sa détermination pour atteindre le plus haut rang, fait de lui un excellent soldat. Envoyé en mission spéciale en Terre de Llyr, il ne peut pas s’opposer à la venue de Maud. Il fera tout pour elle, la défendre, la protéger mais malgré tout il n’oublie pas sa mission première.

Gaël : Le troisième de la petite bande, lui il a choisi la branche des cavaliers, il est à l’aise dans la ferme de ses parents et s’occupe avec passion des cheveux qu’ils élèvent. Quand il apprend que ses deux comparses partaient pour le pays de Llyr, pas besoin de réfléchir, pas question de les laisser partir sans lui.

Plusieurs personnages entre en relation avec les trois amis, et ils seraient très intéressant dans parler mais comme à mon habitude je ne veux pas trop en dévoiler…

La Plume, le Scénario

L’auteure nous amène en Terre d’Érenn, doucement le temps d’une procession; on fait la connaissance de Maud puis de Luke.

E. Loisel nous présente le Fléau comme étant un mal lancé en rébellion, en vengeance dans des temps assez anciens; seulement les habitants de la Terre d’Érenn souffrent encore de cette maudite malédiction, sans remèdes.

L’écriture de l’auteur est fluide et m’a permis de bien m’imprégner de l’histoire et de l’ambiance sur cette Terre meurtrie. J’ai compris de suite les raisons qui émoussaient la foi de Maud, pourtant prêtresse, elle ne remet pas en cause les écritures mais elle a du mal à comprendre pourquoi la Déesse qu’elle loue reste de marbre fasse au Fléau. Pourquoi laisser autant de gens mourir pour une raison qui touche directement les actes de la Déesse. J’avoue que j’ai fait un petit parallèle avec le christianisme…

J’ai trouvé leur aventure courte mais par contre très intense, entre les créatures dangereuses (les arachnides …. heurk heurk heurk… oui oui autant que ça !), les bandits, la milice ennemie… les faux semblant; moi-même j’ai baissé ma garde et je me suis fait avoir comme la petite bande, au moment crucial baam un super rebondissement m’a laissé coite !

Des péripéties et des rebondissements sur un court instant ont vraiment donné un dynamisme très agréable à l’histoire.

Juste un petit mot sur la place des sciences dans le récit, j’ai senti que cette facette de l’auteur faisait vraiment partie d’elle. La science n’est jamais très loin et en tout cas écriture et sciences (au sens laboratoire, expérience, recherche…) fait partie de l’auteur et je pense qu’on en perçoit le subtil mélange dans ce récit.

Bon on en parle de la romance ?!? Ben oui sans trop en dire … Mais qu’est ce que ça m’agace que l’héroïne hésite, ne sait pas trop, s’emballe mais finalement ne sait plus trop et puis arrive un deuxième garçon troublant … non …. mais pourquoi ? Bon , l’héroïne a des circonstances atténuantes, elle est bouleversée par la phase terminale de la maladie de son père, elle a dû combattre des créatures monstrueuses, elle ne veut pas perdre de vue la mission qu’elle s’est elle-même assignée… bref une romance impromptue par dessus le marché et hop notre héroïne ne sait plus où donner de la tête. En tout cas, ça ne gâche pas la lecture, cela montre surtout que l’auteure avec sa plume arrive à susciter beaucoup d’émotions et ça c’est génial je trouve !

En Bref

Un roman agréable , un univers sympa (enfin sans le Fléau, hein !) et des personnages attachants, agaçants, plein d’espoir et de détermination.

Merci à l’auteure E. Loisel pour m’avoir fait découvrir son univers !