Interview de Benjamin G. Nirped

Pour son roman « Grace »

Résumé de l’auteur

« Embarquez à bord du navire Liberty Quest en compagnie de sa capitaine, la téméraire Grace, pourfendeuse des océans ! Accompagnée par son loyal équipage venu du monde entier, elle parcourt les mers en quête de justice et de liberté forgeant ainsi la légende des Corsaires blancs, défenseurs des opprimés. À la recherche d’une lance légendaire nommée Gae Bolga, la corsaire est pourchassée par ses ennemis, qui ont chargé la redoutable Kara Hal’Orho de l’éliminer. C’est alors que Grace fait la rencontre du troublant Deregon, un guerrier au comportement énigmatique qui dit vouloir lui apporter son aide. Osera-t-elle lui faire confiance ? La raison l’emportera-t-elle sur les sentiments ? Plongez dans le premier tome de cette trilogie, une quête légendaire et une aventure magique à la découverte des peuples Al’Kandar et Sans visages ! »

En Bref, ce que j’ai retenu de ce joli roman

Une aventure intense, dépaysante et tellement touchante !

Une héroïne forte et déterminée par ses fêlures et ses cicatrices.

Merci encore à l’auteur, Benjamin G. Nirped, qui m’a donné autant d’émotions, sans sensiblerie extrême, avec une plume douce et touchante.

Interview en 12 questions

1) Comment vous est venue l’idée d’écrire sur une navigatrice, une pirate, une héroïne ?

A la base, j’écrivais des scénarios de fantasy et de science-fiction, mais lorsqu’on commence, personne ne veut vous faire confiance, donc sur un conseil de ma mère, je me suis tourné vers l’écriture de roman. A la base, j’étais partie pour adapter l’un de mes scénarios de Fantasy. Puis un jour, j’ai vu un film qui m’a donnée m’a source d’inspiration pour mon personnage principal. Pour ce qui est d’en faire une navigatrice, une corsaire, j’ai toujours adoré les anciens bateaux à voiles et le thème « He’s a pirate » écrit par Klaus Badelt, m’a poussé à aller dans cette voie, ainsi que « Protector of the Earth » de Thomas Bergersen.

2) Est-ce compliqué pour un homme écrivain de se mettre dans la peau d’un personnage féminin ?

Ce n’est pas compliqué de se mettre dans la peau de son héroïne, dans le sens, où lorsque j’écris je fais en sorte de voir le film dans ma tête, de me poser la question comment réagirai une personne dans cette situation, homme ou femme.

3) Pouvez-vous révéler l’actrice qui vous a inspiré ?

Carmen Ejogo

L’actrice qui m’a inspiré le personnage de Grace et l’intégralité de ma trilogie est Carmen Ejogo, l’interprète de Seraphina Picquery dans Les Animaux Fantastiques.

4) Avez-vous commencé à écrire un autre roman ?

Le second tome de ma trilogie sur Grace est fini d’écrire et est en relecture. Quand au troisième, il est en phase d’écriture.

2ème tome en relecture

Le 3ème tome en cours d’écriture

5) Pourquoi avoir choisi l’autoédition par le biais de Librinova ?

J’ai choisi l’autoédition, parce que trouver un éditeur est difficile et l‘attente pour avoir une réponse est longue et pas forcément positive à la fin, or j’avais hâte de voir mon roman publié. Malheureusement n’étant pas sur les réseaux sociaux, faire sa pub est difficile, d’autant plus quand le livre est obtenable uniquement sur commande.

6) Avez-vous un petit rituel avant de vous mettre à écrire ?



Je n’ai pas vraiment de petit rituel avant d’écrire. J’écris seulement quand les idées me viennent et puis quand j’ai le temps. La seule chose qui pourrait s’apparenter à un rituel d’écriture, quand j’écris, c’est d’imaginer l’actrice ou l’acteur que j’aimerais voir dans le rôle du personnage que j’écris.

7) Pouvez-vous me citer 2 bons côtés et 2 mauvais côté à être écrivain ?

Le premier des bons côtés, c’est que l’on peut écrire ce qu’on veut, sans limite d’imagination. Le second, c’est que je peux partager mes histoires avec les lecteurs, leur offrir un moment d’évasion et ça me fait plaisir, autant que j’ai du plaisir à écrire.

Le premier des mauvais côtés c’est la correction des fautes, qui même avec un correcteur est très fastidieuse, d’autant plus quand comme moi, vous ne cessez de rajouter des passages. Le second mauvais côté, c’est de ne pas voir sa création prendre vie. Je veux dire, pour ma part, je rêverais de voir ma trilogie adaptée en films, de pouvoir voir ce que je crée prendre forme.

8) Pour coucher vos idées, ordinateur ou papier crayon ?

J’écris à l’ordinateur, mais quand une idée me vient, je marque les mots clés sur une feuille de papier pour pouvoir l’utiliser au moment de l’écriture de mon roman.

9) Pour accompagner vos moment d’écriture, café, thé ou autre ?

Quand j’écris, je ne prends ni café, ni thé, de temps à autres, un chocolat chaud, c’est tout.

10) Vous préférez écrire en musique ou en silence ?

Il m’arrive aussi bien d’écrire en musique qu’en silence, peu importe, ça dépend de mon humeur. De toute manière la musique à une part importante pour moi dans mon histoire, parce que je conçois mon roman comme un film, donc je sais quand je veux une musique symphonique ou une chanson.

11) Si Musique ? Quel genre de musique ?

Pour ce qui est de la musique cela va de Two Steps From Hell, en passant par Ed Sheeran, des musiques de films, en passant Josh Groban, Shake Shake Go, Amy Macdonald, Lindsey Stirling, Lady Antebellum, Simple Plan, Jean-Jacques Goldman… Je passe par tous les styles de musiques, là aussi ça dépend de ce que j’ai envie d’écouter. Certaines musiques, m’inspirent même des scènes de mes histoires.

12) Ce roman est-il pour vous une bonne première expérience ?

Oui et non. Oui, car j’ai écrit le roman que j’ai voulu, même si elle n’est pas forcément bien écrite, j’en suis fier, même si j’avais de l’appréhension en l’écrivant et en la publiant.

Non, car pour l’instant, je ne parviens pas à vendre mon roman, ce qui est quelque peu démoralisant, surtout quand on veut en faire son métier et que l’on a commencé à écrire depuis l’enfance.

Noël est une fabuleuse occasion d’offrir du rêve à ceux que vous aimez ! Achetez ce roman ! Il est fait pour vous !!
Grace de Benjamin G. Nirped

Merci beaucoup à l’auteur Benjamin G. Nirped, qui a bien voulu se prêter au jeu de mes questions et surtout merci pour sa patience car je l’ai fait beaucoup beaucoup patienter…

En tout cas merci pour tout et bonne continuation dans votre écriture, persévérez, ce que vous écrivez est essentiel pour les lecteurs !

Merci pour tout !

Grace de Benjamin G. Nirped

Corporation d’Orezza d’Antes

Titre : Corporation

Auteure : Orezza d’Antes

Illustratrice: Clément Mona

Éditeur : Éditions Octoquill

Genre : Fantastique, polar

Format : Epub

Nombre de pages : 242

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« « Aimez naître, aimez vivre, aimez mourir, le néant n’existe pas… »

Trois femmes, trois destins, des meurtres sanglants et énigmatiques…
Le Fâ de chacune, sa destinée vaudou, croise celui des autres au cours d’une enquête ou une série d’homicides brouille les pistes. Difficile d’y voir clair pour Gerda Morguenns, cheffe de groupe à la brigade criminelle.
Quelle vérité cache la réalité qui vacille autour d’elle ?
Seul Papa Legba, le messager des loas et le gardien des portes de l’autre monde, a la réponse.
Est-il cependant bien raisonnable de remettre son destin entre ses mains ?« 

Mon avis

Je remercie les Éditions Octoquill et l’auteure Orezza d’Antes pour cette aventure originale sur fond de rite vaudou !

L’histoire

Gerda, Chef de groupement à la criminelle de Paris est appelée sur le meurtre d’une star des podiums. En arrivant sur place, elle est loin de se douter que va commencer pour elle une longue chasse à la vérité teintée de malveillance, de sorcellerie, de rites tous plus gores les uns que les autres. Son destin va croiser inévitablement celui d’autres femmes par la volonté du messager des Loas.

Les personnages

Gerda: C’est la chef de groupement de la brigade criminelle; Elle lutte chaque jour contre la discrimination positive, le sexisme ambiant qui fini par passer inaperçu tellement c’est courant… Elle est perspicace, intuitive et semble être une très bonne inspectrice, elle a du flair. Justement son intuition la tenaille. Elle sent que cette affaire ne sera pas comme toutes les autres, de plus sa condition la désavoue aux yeux de son patron et de son partenaire alors qu’elle ne devrait pas interférer…dans leur décision.

Quand une inspectrice talentueuse rencontre le monde du vaudou, tous les acteurs de ce rite n’ont peut-être pas tout prévu à moins que les liens étroits entre la réalité et l’autre monde ne soient si minces qu’ils ne soient pas permis de les reconnaître.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteure est agréable, fluide, je me suis laissée transporter assez facilement dans ce monde plutôt réaliste.

Les chapitres sont rythmés et suivent un schéma qui semble chaotique au premier abord mais chaque chose en explique une autre. Les retours incessants dans le passé des protagonistes aident au développement de l’intrigue qui se complexifie et tend jusqu’à l’impensable, l’étrange …

Avec Gerda, l’auteure aborde les thèmes sur la condition féminine, la lutte incessante dans la vie professionnelle comme dans la vie personnelle pour faire valoir les droits des femmes; La charge émotionnelle, la charge mentale sur lesquelles certains hommes se reposent pour expliquer leur défaillance… Bon autant dire tout de suite, Gerda a une drôle de vie, mais tellement similaire à beaucoup d’autres et surtout tellement réaliste c’est rageant !

L’auteure, Orezza d’Antes parle de la condition sociale également, ça rentre dans la même thématique, mais si pour Gerda c’est une lutte de tous les jours faite de compromis et de batailles; pour un autre personnage c’est l’ascension sociale qui est pesante, douloureuse et teintée de vengeance, d’envie d’indépendance, de rage, de liberté jalousée… mais cet autre personnage est déterminée malgré tout à poursuivre son œuvre par delà la vie !

Dans ce récit, il est aussi question de maternité qui vous écarte de la promotion voir aide les patrons à vous rétrograder en essayant de faire croire à leur bienveillance … Là aussi c’est plus que rageant, c’est révoltant ! Pourquoi ? parce que c’est la réalité qui est décrite c’est peut-être ça qui touche en plein coeur.

Passons à l’intrigue, l’enquête est crue, sanglante car elle touche au rites malveillants, aux rites sanglants… des meurtres perpétrés, terriblement gores et mis en scène comme sacrifices et que les enquêteurs ne comprennent pas de suite ; car ils sont tout d’abord étranger à ce genre de faits. C’était intéressant de suivre la perspicacité de Gerda et tellement frustrant l’attitude de son partenaire… Une intrigue qui s’épaissit au point de ne plus voir où tout ça mène, mais l’auteur donne l’avantage au lecteur en lui fournissant des indices avec les retours dans le passé, mais ce n’est toutefois pas suffisant. L’enquête est étrange, morbide et carrément gore parfois.

Enfin, j’ai apprécié le petit résumé de l’auteure sur le vaudou en fin de livre, il a été grandement enrichissant, car je ne connaissais pas du tout l’Histoire du vaudou, même si j’en avais entendu parler, je ne connaissais pas vraiment certains détails. Merci !

Ce récit est un éveil ou plutôt un réveil sur la condition féminine et c’est vrai qu’au début j’ai eu tendance à me dire « rhooo Gerda est un peu susceptible », mais au final c’est pas de la susceptibilité, c’est refuser d’être traitée de cette manière, inférieure, hystérique, trop libre, ou ambitionner de prendre une place de chef (une place d’homme !). Finalement c’est accepter de lutter et d’assumer les jugements car au fond de nous on sait ce qu’on vaut, pourquoi on lutte, pourquoi on vit et pourquoi on poursuit ses rêves peu importe leur grandeur ! Ne vous y trompez pas ça n’est pas la lutte pour la supériorité de la femme, non c’est la lutte pour avoir le choix de vivre libre sans carcan dû à son sexe !!

Un dernier mot pour la couverture qui vraiment très belle !

En Bref

Un récit sanglant sur fond de rite vaudou et de féminisme;

Une enquête palpitante mais gore, un brin de surnaturel très surprenant et perturbant !

Je remercie Les Éditions Octoquill et l’auteure Orezza d’Antes pour cette enquête captivante et effrayante, merci d’avoir partager cet univers peu courant !

Asphodel de Louise Le Bars

Titre : Asphodel

Auteure : Louise Le Bars

Illustratrice: Flokera

Éditeur : Noir d’Absinthe

Genre : Fantastique

Format : Epub

Nombre de pages : 226

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Dans Asphodel, nous parcourons les siècles, du XVIIIè à nos jours, aux côtés d’un vampire qui – poète macabre – nous conte sept meurtres de femmes ayant marqué son existence.

Pourquoi les tue-t-il, elles en particulier ? Et quelle est cette mystérieuse entité qui prend vie au fil des lignes ?

En nous mettant dans la peau d’un monstre fantastique, le roman aborde des thématiques féministes et nous pousse à réfléchir sur les origines du mal. »

Mon avis

Merci aux Éditions Noir d’Absinthe et à l’auteure Louise Le Bars, pour cette sombre danse poétique et macabre.

L’histoire

Asphodel est un être particulier, qui parcourt les siècles et laisse sa trace sanglante derrière lui. Il a tué beaucoup, et ici il nous conte sa vie avec sept femmes spéciales qui l’ont marqué à tout jamais.

Étrangement quelque chose prend vie, entre les pages. Qui est ce personnage qui n’a pas de nom et qui ne sait pas d’où il vient ?

Les personnages

Asphodel : Est un être vil avec un semblant de sentiment. Il tue car quelque chose le pousse à tuer, il n’a pas le choix, il en va de sa survie. Mais il a été formaté, il ne doit pas se laisser dominer par un quelconque sentiment. Il raconte les sept femmes marquantes de sa vie, qui chacune leur tour lui ont montré des facettes de sa personnalité curieuses et étonnantes. Il est lyrique, chacune de ses femmes lui ont apporté ou pris un petit quelque chose qui fait qu’elles l’ont changé à tout jamais.

Toutes ces femmes décrites à un moment de la vie d’Asphodel, ont suscité en moi un intérêt particulier car chacune d’elle avait une part de lumière, un brin d’espoir au fond des iris, mais aussi un vide à combler. Même celles qui ont été maltraitées, et ne reconnaissaient plus que la violence comme communication, avaient cette envie d’affranchissement de l’homme, cette liberté si fortement démontrée …cette envie de lumière dans leur vie.

La Plume, le Scénario

C’est le premier livre de l’auteure que je lis et pourtant j’ai le premier qui m’appelle depuis très longtemps dans ma PAL et dédicacé ! D’ailleurs c’est à cette occasion que j’ai rencontré l’auteure (brièvement le temps d’une dédicace au Salon Fantastique 2019 à Paris), et je l’ai trouvé très sympathique 😉

J’ai trouvé l’écriture de l’auteure très imagée, métaphorique et poétique. Elle fait de son personnage, un être curieusement attachant malgré son plaisir de tuer, caché sous les couverts de sa survie…

Les chapitres sont courts, ; Chaque chapitre parle donc d’une femme qui est passé dans la vie d’Asphodel en y laissant une marque indélébile. Asphodel est un personnage torturé, trouble, qui parfois se retrouve étonné de ses propres réactions face à ses victimes.

La lecture est rythmée grâce aux intermèdes qui interpellent, titillent la curiosité et qui ne semblent pas faire, à première vue, partie de la vie d’Asphodel. Ces intermèdes coupent et/ou introduisent l’histoire suivante sur une des femmes qu’Asphodel a rencontré.

J’ai senti dans ma lecture une sorte de crescendo dans le caractère, la psyché des femmes qu’Asphodel approchait au fur et à mesure des siècles. Il passe d’une douce jeune fille comme dans les contes de fée à l’âme aussi pur que du cristal à une femme plus que dangereuse… En parallèle, l’individu qui s’éveille dans les brumes sombres du froid, prend de plus en plus d’ascendance sur sa propre existence. De petite chose innocente et perdue, le personnage mystère prend pied dans la réalité et comprend peu à peu d’où il vient. Ces chapitres entremêlés évoluent au même rythme. C’est très appréciable car pour le coup la tension ne se relâche pas, bien au contraire.

Dans ce récit, l’auteure, Louise Le Bars aborde plusieurs thématiques, la condition de la femme (qu’elle soit innocente ou sulfureuse), la liberté, l’esclavage, l’ésotérisme, les parents malsains; les peurs qui se transforment en obsessions.

Oui l’auteure parle de viol, de désir, de possession mais tout ça me direz-vous font partie malheureusement de la condition de la femme et bien au contraire il faut l’évoquer sans tabou.

Asphodel est avide, assoiffé et sulfureux. Il trouve toujours une raisons, une excuse devrai-je dire au meurtre des femmes qu’il a conquis par malveillance et sournoiserie ou tout simplement séduit par son charisme.

Louise Le Bars , par la psyché particulière d’Asphodel, montre combien l’autorité des parents s’assimile en « argument d’autorité » mais Asphodel va essayer de se détacher de ce carcan et au fur et à mesure de ses meurtres, il change,il tue toujours mais il change, il comprend, il accepte ce qu’il ressent.

Quelle symbolique ! Ce prénom d’Asphodel, la fleur qui signifie « mes regrets vous suivent au tombeau ». Car chaque femme qu’il tue est un regret, il est se sent obligé de tuer ces femmes, alors qu’il les aime, mais elles sont une menace pour lui, pour son existence…Pourquoi ? lisez ce livre vous saurez !

J’ai beaucoup aimé le passage sur Mérédith mais aussi sur Astrée. Et cette fin est vraiment une fin incroyable et surprenante, j’ai adoré !

En Bref

Un récit sombre, métaphorique, sanglant, sulfureux, parfois cynique.

Un mythe évoqué sans paillettes sur fond de psychothérapie.

Un personnage intéressant, survivant, mais un tueur sanglant et sulfureux.

Je remercie Les Éditions Noir d’Absinthe et l’auteure Louise Le Bars pour les confessions d’Asphodel, voyage au coeur de la psyché dérangée et torturée d’une créature de l’ombre.

Les Contes d’Érenn, tome 4 : L’Héritier de E. Loisel

Titre : Les Contes d’Érenn

Tome 4 : L’Héritier

Auteure : E. Loisel

Éditeur : Marathon Éditions

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 228

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’aurait pas lu
– le tome 1 : Le Nécromancien
– le tome 2 : Les îles soeurs
– le tome 3 : Les Sources du Chaos

 

Résumé de l’auteure

« Son complice en Aza démasqué, le Grand Maître Tazig Kozh doit mettre son plan à exécution sans plus tarder. La conquête du Pays de Dôn commence.
Maud et ses amis s’élancent alors pour le contrer. Sauront-ils l’arrêter avant que n’éclate la guerre entre Dôn et Llyr ? Forts de leur nouveau secret, arriveront-ils à faire face à la menace du Fléau et à celle des soldats au tatouage de serpent ? »

Mon avis

Et un quatrième remerciement à Marathon Éditions et l’auteure E. Loisel pour ce dernier opus à la hauteur de mes attentes et de toute la tétralogie !

L’histoire

Maud et ses amis mènent leur ultime combat, leur dernière bataille contre le grand Maître Tazig Kozh, afin de l’empêcher de propager la mort sur les Terres d’Erenn. Le traître est démasqué mais précipite la suite des évènements.

Les compagnons de route vont devoir faire des choix difficiles et empêcher une guerre d’éclater inutilement. Chacun aura à trouver sa place dans l’engrenage du régent mégalomane pour le contrer et sauver ce qu’il reste à sauver sur les Terres d’Erenn.

Leur unité fera t-elle la différence contre le Fléau ?

Les personnages

Maud : Cette jeune prêtresse est passée de l’ingénue perdue au milieu des combattants à une aventurière prête à tout pour sauver ceux qu’elle aime. Elle s’affirme, elle prend des décisions risquées mais elle force le respect de ses compagnons qui lui font confiance. Elle ne veut pas rester en arrière, en observatrice, elle veut être partie prenante dans la survie des habitants d’Erenn. Son coeur n’a plus de doute; elle est déterminée, impulsive mais heureusement ses compagnons veillent sur elle et l’empêchent de devenir une tête brûlée.

Gaël : C’est maintenant un jeune homme qui s’assume; qui fait des choix et qui ne doute plus de sa place au sein du groupe de Maud. C’est devenu un combattant efficace et il a fait le choix de suivre son instinct, son coeur avec appréhension au départ puis avec certitude et détermination. Il protège ceux qu’il aime, il protège Maud envers et contre tout. C’est un homme simple, attachant et avec une âme bienveillante.

Luke : c’est un soldat habitué à respecter les règles, à rester dans un cadre protocolaire. Il est droit dans ses bottes, c’est un très bon combattant. Il a toujours maîtrisé avec force, courage et détermination ses émotions afin d’être plus clairvoyant et surtout ne pas se laisser surprendre par l’ennemi. Mais cette maîtrise à tendance à s’effilocher car Luke est chahuté par les évènements, cela fait beaucoup pour un seul homme. Partager entre faire son devoir selon les règles strictes attendues par son père et sauver les Terres d’Erenn en suivant l’intuition de Maud. La vision des deux personnes les plus importantes pour lui tendent vers le même but mais pourtant elles enferment Luke dans un inextricable questionnement dont il faudra qu’il se détache s’il veut survivre et surtout sauver les habitants des Terres D’Erenn du Fléau.

Si l’aventure continue pour tous les personnages, certains prennent des chemins différents pour consolider les bases de la paix. La joie, l’amour et le chagrin aussi sont au rendez-vous !

La Plume, le Scénario

Je suis entrée dans ce dernier tome comme si je venais de quitter le tome 3. L’aventure continue, se durcit et reste toujours aussi captivante.

L’écriture de l’auteur est constante, toujours plaisante et je me répète immersive; En tant que lecteur vous n’avez pas le choix, quand vous commencez à lire les lignes des Contes d’Erenn vous êtes entraînés dans cet univers passionnant, sans pouvoir le quitter !

Bien-sûr c’est triste de quitter ce groupe, mais en même temps ce tome est vraiment à la hauteur d’une fin légitime, logique et qui m’a quand même laissé le loisir d’imaginer l’avenir des personnages. Tout n’est pas rose, ni noir, ni blanc tout ça ressemble à un petit brin de réalisme !

Les personnages évoluent vraiment avec les épreuves qu’ils subissent, avec les horreurs qu’ils ont subi, avec les victoires qu’ils ont durement gagné. Chacun s’est renforcé, affirmé. La mort traîne, la maladie menace mais la troupe hétéroclite de Maud est là pour repousser ce qui semble inéluctable. J’ai vraiment aimé l’évolution de chaque personnage, tant sur le plan de leur relation avec les autres que dans leur façon de penser. Leur évolution cadre parfaitement avec ce qu’ils traversent en bien comme en mal.

L’auteure aborde les thèmes de l’affirmation et de l’acceptation de soi, le deuil, la célébration de l’amour et la citation suivante m’a bouleversée, j’ai trouvé cette réplique tellement forte, tellement belle !

« Un jour, je t’enlacerai si fort que je refermerai toutes tes blessures »

Si le tome 3 était absolument renversant, ce tome 4 est déchirant et empli d’émotion !

Une vraie fin, à la hauteur (oui je me répète) d’une saga passionnante !

Que d’émotion m’ont traversé durant la lecture de ce tome 4 c’était vraiment sympa !

Un petit mot vite fait pour une couverture magnifique !!

En Bref

Le dernier tome de cette tétralogie absolument passionnante restera une de mes fins les plus appréciée ! Un final logique, réaliste, triste mais teinté d’un nouvel espoir touchant;

Une tétralogie à découvrir sans hésitation ! Un univers et des personnages intéressants, une histoire réaliste, triste parfois, lumineuse par moment, plein d’amour et une aventure passionnante.

Un énorme Merci à Marathon Éditions et à l’auteure E. Loisel pour cette aventure au sein du groupe de Maud en Terre d’Erenn.


L’Aigle et le Koto, les Noces Duelles de D’Axel Witzke

Titre : L’Aigle et le Koto

Tome 1 : Les Noces Duelles

Auteur: Axel Witzke

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Mythe et Mythologie

Format : PDF

Nombre de pages : 335

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

«Si vous deviez choisir entre l’Amour, la Famille ou le Pouvoir, tout en sachant que vous perdriez à jamais les deux autres, quel serait votre choix? Alors que le feu du dragon consume encore les ossements de son père, Aruta, lui, a déjà pris sa décision!

Aruta, Véga, Deneb…
Trois étoiles aux destins entremêlés par les desseins tortueux des kamis. Une épopée de fantasy épique à travers un Hokkaido féodal et merveilleux.

Plongez au temps des samouraïs, des dragons et des démons-renards. Une époque où la tradition et l’honneur imprègnent encore les gestes des guerriers. Mais la vie du samouraï est aussi brève que la floraison du cerisier ; dans les ténèbres, des complots se trament et les allégeances évoluent…

Mon avis

Merci à l’auteur, Axel Witzke, qui une nouvelle fois m’a fait vivre une aventure pleine de sens et dépaysante !

L’histoire

Aruta avait une vie tranquille au milieu de sa famille avant qu’un dragon ne lui ravisse tout ce qu’il avait de plus cher à son coeur. A partir de cet instant, il s’est juré de poursuivre, aussi vainement que ça puisse paraitre, ce dragon arrogant et fou furieux.

Sur son chemin, il découvrira que sa quête de vengeance peut évoluer, qu’elle peut même se compliquer encore plus qu’elle n’était au départ.

Dans le désespoir le plus total il part sur les traces du Dragon et entre dans le monde très fermé des mononokés d’une manière inattendue.

Si le karma ou le destin ou encore l’univers a décidé qu’il devait vivre, la suite de son chemin va lui faire endurer des épreuves de plus en plus dures… Sera t-il assez fort pour continuer à vivre, pour se venger, pour aimer, pour choisir ce qui à le plus d’importance à ses yeux ?

Les personnages

Aruta : C’est un jeune homme dévoué à sa famille. Parti sur les routes appréhender le danger pour ramener de quoi nourrir sa famille et ainsi aider son père, il va déclencher des bouleversements irrémédiables. C’est un homme plein de doute avec finalement peu d’estime de lui. Il dévoue sa vie pour ceux qu’il aime. Sa vie en quelque sorte n’a pas plus d’importance … il passe du désespoir à la fureur vengeresse sans transition; puis les épreuves qu’il subit le noient dans sa tragique vie. Il n’espère plus grand chose à part venger sa famille… mais la vie lui réserve des surprises qui vont complexifier ses choix, ses actes et parfois renforcer ses doutes. Il est doux et attentionné, altruiste; Peut-être un peu naïf, en même temps sa vie recluse dans sa chaumière avec sa seule famille pour seul interlocuteur n’a pas vraiment développé sa méfiance… C’est un personnage attendrissant et énervant à la fois. C’est une âme pure qu’on a envie de choyer.

J’ai volontairement choisi Aruta pour vous en dire un peu plus mais les personnages qu’il rencontre et qu’il fréquente sont très importants; Je ne dis rien dans l’unique but comme toujours de vous réserver cette découverte quand vous lirez ce roman. En tout cas, chaque personnage rencontrant Aruta à une importance capitale que ce soit un humain ou une autre créature dans la tournure du récit. J’ai beaucoup aimé le personnage de Washi ^^ !

La Plume, le Scénario

Voilà le deuxième roman que je lis de l’auteur : Axel Witzke, et franchement je suis fan !

Plongée à nouveau dans les mythes et légendes japonaises… mais pas seulement, dans l’époque féodale japonaise avec l’esprit samouraïs et le jeu des classes politiques et des castes sociales, fut un vrai régal.

L’écriture de l’auteur est très agréable et déroule le fil du récit avec finesse. Mon imagination est partie sur les terres dangereuses et fantastiques du récit.

Aruta est le personnage central de cette histoire et permet à l’auteur d’aborder plusieurs thèmes comme la famille, le pouvoir, l’amour, le protocole, l’affirmation de soi, et surtout l’acceptation de soi… et encore une infinité de sujet très réflexifs.

Aruta dont la vie était très simple avant sa rencontre avec le grand dragon, voit son monde s’écrouler mais ce qu’il ne sait pas encore c’est que la vie lui réserve encore bien des tours pas toujours agréables. Si dans ce récit, il devient l’emblème de l’altruisme poussé à son extrême frôlant dangereusement avec l’envie d’en finir… Aruta aime les autres et ne supporte pas de perdre la confiance et l’amour d’un de ses proches, cela fait-il de cette particularité une faiblesse ou une force seul le déroulement du récit vous le dira !

La famille est importante, l’amour s’oppose peut-être trop souvent au protocole ou l’inverse. Le pouvoir corrompt-il vraiment ou accentue t-il un trait de caractère déjà présent ?

Aruta se retrouve très souvent dans le désespoir le plus total; il doute énormément car il se préoccupe davantage des autres que de lui-même; ses ennemis ont compris sa psyché et ils s’en servent à mauvais escient…

Aruta va devoir suivre un long chemin pour s’affirmer et comprendre que se donner de l’importance n’implique pas toujours d’écraser les autres; Il faut suffisamment avoir confiance en soi et c’est là que le bas blesse.

Dernier point : J’adore la couverture ! Elle illustre parfaitement le récit !

En Bref

Encore un récit fascinant et dynamique.

Et oui encore une fois également ce récit a été enrichissant et plaisant.

Cette fois j’ai aimé le thème de l’affirmation et l’acceptation de soi au travers des choix que l’on doit faire pour rester en phase avec soi-même. Aruta un personnage vraiment étonnant, agaçant mais tout de même très attachant.

Merci beaucoup à l’auteur, Axel Witzke, pour ces aventures hors normes et dépaysante, la suite va être super dure à attendre !!

L’Ordre de Prométhée, Chronique 1 de F. Ropars C.

Titre : L’Ordre de Prométhée

Auteur : F. Ropars C.

Éditeur : Autoédité / Librinova

Genre : Historique, Fantastique

Format : epub

Nombre de pages : 155

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« De la violence des champs de bataille du Moyen Âge, aux fêtes somptueuses d’une élite Vénitienne membre d’une société secrète, jusqu’au château hanté d’Écosse et aux landes mystérieuses de Bretagne, le lecteur sera entraîné dans les aventures d’une héroïne à la forte personnalité retrouvant son amour perdu.

Ces amants romantiques, seront pris dans le flot de l’Histoire, des intrigues et des intérêts de sociétés secrètes se vouant une lutte sans merci depuis la nuit des temps.

De l’ésotérisme, des rebondissements, une alchimie des atmosphères se mêlant à la complexité psychologique des personnages et de l’intrigue, un soupçon d’humour, feront vivre au lecteur une incursion dans un univers fantastique et médiéval haletant. »

Mon avis

Merci beaucoup à l’auteur, F. Ropars C. qui m’a proposé ce court roman ésotérique, historique et fantastique, un vrai régal !

L’histoire

Athénaïs se retrouve sans rien demander dans un monde totalement inconnu et secret; celui des sociétés secrètes qui œuvrent pour le bien de l’humanité ou pour sa destruction… Victime de mauvaises nuits depuis quelques jours, sa vie bascule lors d’un grave accident.

Entraînée dans une tumultueuse société secrète, Athénaïs ne se doute pas un seul instant qu’elle va retrouver son amour perdu. Ils vont se reconnaître et se battre pour leur vie, pour leur amour comme ils l’ont toujours fait. Malheureusement une guerre séculaire continue et les malmène à travers le monde et les protocoles ancestraux.

De Venise en Irlande, en passant par la Bretagne. Entre complots, jalousie ancestrale, manipulation, attentat et pouvoir. Les deux âmes soeurs ont fort à faire avant de pouvoir s’aimer librement ! Pourront-ils cette fois réussir à vivre leur amour ? Ou le destin continuera t-il inlassablement à les séparer ?

Les personnages

Athénaïs : C’est une jeune femme qui se demande sans cesse si elle est bien dans son époque; Elle cherche sa place au sein de ce monde, mais ressent comme un vide, un manque. De plus ces derniers jour, elle ne dort pas bien… C’est une jeune femme ayant des ressources, combattante, lucide, déterminée et un brin têtue. Sa vie est complétement chamboulée par une société secrète qui entre en contact avec elle et lui fait traverser le monde et les siècles au propre comme au figuré. Très éprouvée, elle pense toujours au bien de son entourage, à survie de ceux qu’elle aime au détriment de sa propre vie. C’est aussi une jeune femme qui a toujours certains doutes vite balayé par une forte intuition.

Athénaïs est un personnage particulier et un peu frondeur qui est entourée par des amis fidèles mais elle va découvrir des traîtres qui se cachent dans les recoins de l’ombre… Le tout donne au récit un rythme rapide, soutenu et ne peut qu’emmener le lecteur dans son sillage.

La Plume, le Scénario

La plume de l’auteur est moderne, agréable et installe le lecteur dans un cocon sympa !

Le roman est court mais je l’ai trouvé très équilibré; pas de longueur mais pas de raccourcis non plus qui auraient pu ternir le récit. L’intrigue se met en place à un rythme régulier et soutenu.

Les personnages ont une psyché particulière et ce qui rend le récit très intéressant; l’auteur sans hésitation, entraîne le lecteur dans une histoire ésotérique ne laissant aucune place aux questions. Je me suis retrouvée attachée au personnage d’Athénaïs mais j’ai également beaucoup aimé Pierre ou Diane. Chacun à su donner au récit, à l’aventure d’Athénaïs une tournure passionnante et réaliste malgré le fantastique.

La romance est aussi importante dans le chemin du personnage principal, un même destin les lie, un amour séculaire qui traverse les âges malgré les obstacles. J’ai trouvé que c’était une belle approche romantique. Mais je suis partagée entre trouver ça tout à fait beau et faire la grimace quant au libre-arbitre... bref c’était quand même très agréable.

L’auteur introduit 3 périodes historiques, principalement 2 avec quelques détails historiques réels (c’était sympa ce petit clin d’œil à un certain blason avec le petit surnom « Hermine »). L’histoire d’Athénaïs avance avec ces retours dans le passé. On pourrait croire que le lecteur est omniscient, mais ne vous y fiez pas, les énigmes du passé ne donne pas toujours l’avantage au lecteur.

En Bref

Un récit passionnant qui oscille entre Histoire, secret et réalité.

Des personnages à la psyché intéressante, non dénué d’humour pour certains, et pourvu d’un charme indéniable pour d’autres … Une héroïne lucide, combattante, qui sait ce qu’elle veut et essaie autant que possible de s’adapter au milieu d’hommes et de femmes puissantes qui bouleversent son quotidien.

Je remercie, F. Ropars C. pour cette lecture trépidante, ésotérique et romantique !

Virtual Revolution 2046 de Guy-Roger Duvert

Titre : Virtual Revolution 2046

Auteur : Guy-Roger Duvert

Éditeur : Autoédité

Genre : Sciences Fiction

Format : epub

Nombre de pages : 309

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« La révolution a déjà eu lieu. Mais pas comme on l’attendait…

En 2046, les trois quarts de la population ont fui la réalité, passant leur temps connectés dans des mondes virtuels. Notre société n’est plus la même, désormais scindée entre trois catégories sociales : les Connectés, devenus de véritables junkies virtuels, les Vivants, qui refusent cette technologie, et enfin les Hybrides, partageant leur temps entre virtuel et réel.

À Neo Paris, Nash Trenton, un Hybride ancien flic et désormais barbouze privée, reçoit comme mission d’enquêter sur des phénomènes en apparence surnaturels se produisant en ligne. Se pourrait-il qu’un Dieu existe dans la matrice? À New-York, Genna, jeune surdouée rejetant avec force les attraits de la réalité virtuelle, travaille pour Interpol et se retrouve sur une affaire curieuse de meurtres tous perpétrés par des Connectés. Enfin, à Tokyo, Rei, jeune junkie virtuelle, vit dans un ghetto avec son amie. Les deux sont heureuses, passant leur temps en ligne, jusqu’au jour où des hommes en noir et augmentés cybernétiquement kidnappent son amie et tentent de l’éliminer, elle. Complètement inadaptée à la vie réelle, elle va néanmoins se lancer sur la piste de son amie.

Un Hybride, une Vivante et une Connectée. Trois destins liés dans une société corrompue qui a su répondre aux problèmes d’hier en en créant de nouveaux… »

Mon avis

Je remercie à nouveau l’auteur, Guy-Roger Duvert qui m’a envoyé cette fois dans un futur pas si éloigné que ça…

L’histoire

Les grands dirigeants de ce monde, en réponse aux désastreux problèmes de surpopulation, environnementaux et idéologiques, n’ont trouver que la solution des mondes virtuels. Ainsi grâce à l’avènement des verses, de la réalité virtuelle, les riches décideurs tiennent la population quasiment en laisse… enfin disons que l’équilibre est précaire.

Nash est un ancien agent des forces de l’ordre devenu privé, son employeur l’envoie sur une enquête de phénomènes paranormaux se passant en ligne …Quant à Genna, un agent d’Interpol un peu spécial, reçoit la charge d’enquêter sur des meurtres impossible de joueurs en ligne mais ayant les mêmes répercussions dans le réel;

Et Rei une jeune Connectée, ayant fait le choix de ne vivre que dans les mondes virtuels,voit sa vie bousculer par l’enlèvement de son amie par des hommes habillés en noir qui essaye de la tuer. Incapable de vivre dans le monde réel dont les codes lui sont totalement étrangers, elle va pourtant découvrir qu’elle possède une force mentale inarrêtable !

Ces trois personnages se retrouvent liés par les verses, liés par d’étranges phénomènes incohérents …

Les personnages

Nash :  C’est l’inspecteur typique, intègre, honnête dont la vie va le faire décrocher de ce chemin tout tracé. C’est un homme intelligent, perspicace. Entre son employeur et lui, une vraie confiance s’est installée. Pas besoin d’exiger, Nash comprend quand la mission devient une priorité pour l’entreprise qui l’emploie. Il a gardé ses réflexes d’enquêteur, bien-sûr et malgré qu’il fasse partie de la classe des Hybrides, les verses cachent des choses qu’il ne peut atteindre seul.

Genna :  C’est une jeune femme surdouée au service d’Interpol; Son esprit d’analyse et son intelligence en font aussi bien un très bon élément qu’un danger; d’autant qu’elle ne s’entend avec aucun des partenaires que lui octroie Interpol, la situation est toujours tendue. Cette nouvelle mission va se révéler aussi ardue que les autres mais cette fois Genna va y trouver un petit plus non négligeable…

Rei : C’est une jeune Connectée, c’est à dire que c’est une inadaptée sociale. Elle ne vit que dans le monde virtuel et se déconnecte pour les besoins essentiels de son corps. Elles vivent à deux dans un petit taudis, lorsque soudain des hommes en noir kidnappe son binôme, son amie et échappe de peu à un assassinat. Alors que tout s’effondre autour d’elle, Rei, réagit et se montre déterminée, lucide et avide de vengeance.

Si c’est trois personnages sont liés de façon ténue; les différents personnages qu’ils rencontrent et avec lesquels ils interagissent se montrent tout aussi intéressant et dynamisent le récit par leur diversité et leur charisme particulier.

La Plume, le Scénario

Une nouvelle fois je me suis laissée embarquer dans un récit futuriste et immersif. L’écriture de l’auteur, Guy-Roger Duvert, est telle que vous vous retrouvez immergés dans l’histoire d’un monde ayant cédé aux sirènes du virtuel pour solutionner les maux de l’humanité.

Les chapitres sont très courts, et sautent d’un personnage à un autre sans vraiment y avoir de fil conducteur entre eux de façon personnelle. Le suspens, l’intrigue est maintenue avec ce saut de chapitre en chapitre, de personnage en personnages, d’histoire en histoire qui finalement se rejoignent en un point plus qu’important : le monde virtuel. Mais que se passe t-il dans les verses; qui terrifie les firmes, qui inquiète les gamers, qui intrigue les enquêteurs ? et si tout ça n’était qu’un leurre ? et si tout ça dépassait toutes les considérations retenue jusque là ?

Passons à la division des classes; certes elle est plutôt simple le monde politique est quant à lui vraiment inquiétant, voir flippant mais c’est le but. Donc même si les grands de ce monde on trouver une solution provisoire qui dure; les problèmes à l’intérieur des classes restent identiques, les classes jugent, méprisent… Et c’est peut-être là que vient le problème tout simplement…

J’ai trouvé l’intrigue fine, emmenant le lecteur d’un côté presque prévisible mais finalement, l’auteur repart sur une autre piste. L’enquête est intrigante et intéressante et évidemment pousse à la réflexion quant à l’impact du numérique sur notre société, sans pour autant donné un avis tranché, partageant les avis au travers des personnages; dont la psyché m’a vraiment plu tant dans leurs traumatismes que dans leurs victoires sur eux-même et sur l’extérieur.

En Bref

Quand les attaques de personnages virtuels atteignent la réalité, cela donne ce récit policier futuriste captivant !

Trois personnages distincts à la psyché perturbée, déterminée et passionnante que le monde virtuel rapproche avec finesse.

Merci à l’auteur, Guy-Roger Duvert,  pour m’avoir donné l’occasion de commencer une aventure dépaysante, futuriste presque post apocalyptique et addictive !

L’Éveil de l’Ombre, Tome 2 : La Relique de Tiphaine Levillain

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS***

Pour ceux qui n’ont pas lu

L’Éveil de l’Ombre, tome 1 : La Traque de Tiphaine Levillain

Titre : L’Éveil de l’Ombre

Tome 2 : La Relique

Auteure : Tiphaine Levillain

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 170

Fiche Bibliomania

 Résumé de l’auteur

« La traque infernale se poursuit, alors que les mensonges et contre-vérités s’accumulent…

Cette fois-ci, Jill, Betty et Niklas savent enfin où se rendre pour empêcher l’Ombre d’arriver à ses fins : Salem. Malgré les récentes révélations sur les Filles de la Nature et la Lumière, le trio de chasseurs d’Ombre est plus fort et plus soudé que jamais. La course contre la montre se poursuit, alors que de nouveaux mensonges sont mis à jour et que l’Ombre les talonne de près. L’avenir de l’humanité n’a jamais été aussi proche de basculer dans les ténèbres… Des pluies sanglantes s’abattront-elles bientôt sur Terre ? »

Mon avis

Merci à l’auteure, Tiphaine Levillain, pour cette suite crispante, dynamique, où rien n’est défini d’avance !

L’histoire

Betty, Jill et Niklas sont au coude à coude avec l’Ombre, ayant découvert sa destination : Salem, ils vont devoir être les plus rapides pour empêcher l’Ombre d’anéantir l’humanité.

Après des découvertes, des mensonges, des rapprochements, de la méfiance, de la confiance mitigée. Notre trio à fort à faire, car repose sur ses épaules la survie de l’humanité.

Alors que Betty se découvre et apprend plus de choses sur ses « soeurs », Jill et Niklas ont également leur lot de surprise !

Qu’à prévu l’Ombre pour arriver à ses fins ? Notre trio doit rester sur ses gardes…

Les personnages

Betty : est une fille de la Nature. Elle a enfin découvert pourquoi la nature l’appelait avec tant de pression. En cavale et à la poursuite de l’Ombre, Betty se montre beaucoup plus sûr d’elle, plus volontaire. Son dernier combat lui a laissé des séquelles, mais elle en a fait une force ! Elle prend certaines décisions et surtout elle ne nage plus entre rêve et réalité, elle est bien redescendue sur terre, les pieds bien ancrés; Betty sait que le monde risque gros si elle n’arrive pas avec ses amis, oui oui ses amis, à arrêter l’Ombre ! Elle est plus courageuse, plus coriace, plus fonceuse; mais face à l’Ombre pourra t-elle inverser la tendance ?

Niklas :  C’est le chasseur d’Ombre mystérieux, pas très causant mais très très efficace ! Il est charmant, son expérience donne un certain avantage à leur trio. C’est un combattant très doué et son seul souhait est de protéger ses deux amies. Il ne cède pas beaucoup d’infos sur sa vie, son passé; mais pour l’instant cela suffit à Jill et Betty. Leur trio fonctionne à merveille; ils veillent les uns sur les autres. Qui est-il vraiment ? qu’est ce que sa lignée de chasseur d’Ombre a de si particulier ?

Des vérités sont révélées, certaines plus difficiles à avaler que d’autres; la pilule est amère mais le trio doit continuer coûte que coûte pour se mettre en travers du chemin de l’Ombre. Un ennemi à la fois !

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteure, Tiphaine Levillain est tout aussi immersive que dans le premier tome;

J’ai trouvé l’évolution des personnages très intéressante; Cette fois les personnages sont bien englués dans cette traque infernale où mensonge et vérité se mélangent… Une chose est sûr, il faut stopper l’Ombre. Des ennemis sournois et vicieux se profilent à l’horizon mais chaque chose en son temps.

Qu’on soit clair j’ai vraiment apprécié l’évolution de chaque personnage mais je ne vais pas m’alourdir sur le sujet de peur de dévoiler quelques indices. Juste une particularité d’un personnage voir deux… c’est que ce premier personnage dont je tairais le nom se doit de déconstruire tout ce qu’on lui a appris et la chose n’est pas facile à faire du tout même si ce personnage à la tête sur les épaules et se débrouille très bien. pour l’autre personnage, c’est peut-être plus en rapport avec des croyances, qu’il lui faut écouter, trier et enfin ressentir. Ce personnage avait déjà entamé une déconstruction de son éducation mais le reste du chemin n’est pas évident du tout.

Attention dans ce tome 2, vous allez être renversés tant il y a de tension, de rebondissements et de vérités révélées, puis des contre-vérités. Vous ! lecteurs vous seraient presque aussi malmené que les personnages 😉

Une histoire qui suit son cour avec tension et dynamisme; l’auteure développe son intrigue dans un timing agréable et ce n’est pas fini ! Non seulement les personnages évoluent (oui je sais je l’ai déjà dit et bien je le répète !) mais le récit prend une tournure étonnante, et n’est absolument pas prévisible, bien au contraire, le lecteur est pris dans cette cavale haletante… avec une issue incertaine.

J’adore toujours autant la couverture !

En Bref

Un récit haletant, dynamique et menant le lecteur sur une issue incertaine !

Des personnages avec une chouette évolution, des surprises, des grosses surprises !

Je remercie l’auteure, Tiphaine Levillain pour ce tome captivant, ces personnages super intéressants et cette histoire où tout n’est pas blanc ou noir !

L’Ombre du Phénix, tome 1 : Leaven de Lage Ender

Titre : L’Ombre du Phénix

Tome 1 : Leaven

Auteure : Lage Ender

Éditeur : Autoédité

Genre : Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 560

Sortie le 30 août 2020

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« La réalité est l’ensemble des phénomènes considérés comme existants effectivement par un sujet conscient. Voilà ce qu’est la réalité pour Leaven, 17 ans. La mort de sa mère est une réalité, tout comme l’idée de ne pas reprendre le chemin du lycée.

Alors, lorsqu’elle change pourtant d’avis, elle ignore que son destin tout entier vient de basculer. Elle s’apprête en effet à faire une rencontre qui va bousculer sa vision de la vérité.« 

Mon avis

Merci à l’auteure, Lage Ender, pour m’avoir proposé son roman où la réalité du monde de Leaven est totalement sombre et perturbante.

L’histoire

Leaven vit la plus terrible des situations : elle assiste à l’enterrement de sa mère et décide que la vie n’est rien sans les personnes qu’on aime. Elle ne veut plus retourner au lycée, et malgré l’avis contraire de son père. Heureusement il lui reste son père et son frère pour l’empêcher de sombrer.

Après plusieurs tergiversations, elle retourne finalement à l’école, mais son retour ne se passe pas vraiment comme elle l’aurait pensé. Un évènement va faire basculer sa vietout doucement tout va s’accélérer; Saura t-elle faire face à cet énième assaut du destin ? Saura t-elle voir la vérité là où elle se trouve en dépit de tous les signes contraires ?

Les personnages

Leaven: C’est une jeune fille de 17 ans qui doit affronter la plus terrible des épreuves : la mort de sa mère… elle est dévastée et ne veut plus aller au lycée, mais c’est pourtant une jeune fille plein de ressources et elle se doit de continuer à avancer malgré tout. Elle n’arrive pas à faire face aux évènements car ce vide dans son coeur l’anéanti. Mais la vie n’en a pas terminé avec les épreuves, et Leaven est résolue, même si le regard des autres la pétrifie; un évènement va bousculer sa vie triste, et malgré les nombreux moments où le chagrin l’enseveli, elle garde la tête hors de l’eau. En dépit du sort qui s’acharne, Leaven garde quand même le petit espoir qu’un jour la vie lui réserve de meilleurs moments.

Leaven est entourée de jeunes de son âge et si certain vont apaiser ses souffrances d’autres vont se faire un malin plaisir d’essayer de la détruire un peu plus encore… Des personnages un peu clichés mais qui accompagnent l’histoire triste de Leaven.

La Plume, le Scénario

La plume de l’auteure est agréable à lire, l’histoire se déroule sans obstacle à l’imagination;

Autant vous dire tout de suite la vie de Leaven est incroyablement triste et encore vous n’avez rien lu, le sort s’acharne… Elle pleure beaucoup, car sa vie est douloureuse, les problèmes s’accumulent et tous ces évènements sont beaucoup trop nombreux pour une seule personne. Donc son chagrin est largement compréhensible.

L’auteure nous transporte dans un lycée Étas-Unis, avec pom-pom girls belles, douées et méchantes, des sportifs de l’équipe du lycée charmeurs et dénués de cerveau … enfin presque; l’auteure ajoute par dessus des réseaux sociaux, des fêtes étudiantes dans de riches demeures. Et il y a Leaven dans ses sables mouvants qui l’emportent toujours plus profond.

Ce tome présente ce personnage si troublant de part sa force et ses faiblesses, il y a tellement de chagrin et de tristesse dans sa vie mais pas seulement, elle est ballotée dans un flow négatif constant, à tel point que je me suis demandée : mais comment fait-elle pour continuer ? C’est si dur tout ce qu’elle endure, cela prouve à quel point c’est une personne résiliente mais en même temps on sent bien qu’elle tire vraiment sur la corde et que cette corde s’effiloche dangereusement.

Elle fait heureusement une rencontre, qui va l’entraîner dans une vérité, dans une autre vérité; Saura t-elle apprécier les instants de répit que la vie lui offre ? ou la vie se joue t-elle encore de Leaven pour l’entraîner plus encore dans le miasme négatif ?

En Bref

Un tome 1 sombre, triste. Un tome qui montre au lecteur qu’il y a plusieurs vérités ou peut-être qu’une seule, à vous de voir !

Une héroïne qui pleure beaucoup et on ne peut pas lui en vouloir, ce qu’on retient c’est qu’elle est résiliente car elle continue d’avancer malgré tout… jusqu’à quel point est-ce possible ?

Merci à l’auteure, Lage Ender, de m’avoir fait découvrir son univers troublant et triste.

Necrosang, tome 1 : Terres d’Infamie de Negora

Titre : Necrosang

Tome 1 : Terres d’Infamie

Auteure : Negora

Éditeur : Éditions Crin de Chimère

Collection : Castellar

Genre : Dark Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 294

Sortie le 26 septembre 2020

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« À la suite d’une campagne désastreuse, le roi humain Eedon meurt dans l’ancienne capitale d’Osgoria et permet à la divinité noire Agonast de se réveiller. À l’est, les hommes se divisent et le royaume s’effondre sous la famine et les intrusions incessantes de créatures, tandis que des maraudeurs sanguinaires parcourent l’ouest et tuent sans raison apparente des civils en errance. Alors que le monde des vivants menace de sombrer dans le chaos, les légions mortes d’Agonast s’élèvent et marchent vers la fin de toute civilisation.

Suivez Nahim, jeune recrue au service de l’ordre d’Eschalion, dont la mission est de purger les contrées humaines des envahisseurs, ainsi que Vetryan, voldyre à la solde du dieu-tyran Raevol, dans une lutte acharnée contre la divinité noire, mais aussi contre leurs propres démons. »

Mon avis

Je remercie les Éditions Crin de Chimère et l’auteur, Negora, pour ce passage en Terres d’infamie, l’âme humaine y paraît tellement réelle…

L’histoire

Après l’effondrement du royaume du Roi Eedon, l’humanité est menacée d’extinction par le Dieu Agonast dont les ténèbres aspirent toute lumière.

Nahim, une jeune recrue du très respecté et craint Ordre d’Eschalion part en campagne contre les ennemis du royaume, enfin c’est ce que ses supérieurs veulent lui faire croire… Le jeune recrue va combattre l’horreur du monde mais aussi l’implacable vérité, pourra t-il continuer à se battre ? un choix s’impose : la survie ou la mort !

Vetryan, est une jeune recrue également, mais c’est le dieu Vengeur Raevol qui le sauve pour constituer son armée contre le mal qui parcourt les Terres humaines.

Les personnages

Nahim: Nahim est un jeune homme honoré et impressionné d’entrer dans le célèbre Ordre d’Eschalion. C’est un bon combattant et surtout ce qui le différencie des autres c’est qu’il réfléchi beaucoup à ses actes, aux conséquences et surtout au sens de cette guerre sans fin, horrible et cruelle. Il a une âme lumineuse et c’est peut-être le plus humain de tous les personnages. Plein de courage, de détermination, mais aussi de peur et de doute. Toujours hanté par ses actes de guerre, par les images de combat. Mais il garde un irréductible espoir de sortir de cet immonde pugilat de l’horreur en vainqueur; pour lui la vie ne peut pas et ne doit pas s’éteindre, Agonast doit être anéanti… mais malgré cette ténacité et cette détermination, cette foi en la vie, Nahim, le petit humain fera t-il le poids face aux monstruosités d’Agonast ?

Vetryan: C’est un voldyre malade dont la mission sur cette Terre n’est pas terminée. C’est un personnage mystérieux, perdu, dérouté entre ses souvenirs et la réalité; Il paraît chétif, de faible constitution mais il cache des ressources dont lui même n’a pas connaissance… c’est un personnage trouble, protéger par sa mère au-delà du possible, il reste attaché à sa famille et sa ville mais Raevol l’a enrôlé et tous ses souvenirs se troublent et se mélangent. Quand une vérité lui apparaît, il semble reprendre le contrôle de son esprit, il semble retrouver une certaine lucidité… Mais osera t-il s’opposer à cette vérité ? C’est un être qui doute beaucoup, qui finalement s’attache à ses compagnons de guerre et il se demande où est la finalité de toute cette brutalité, ces monstruosités ?

C’est deux protagonistes évoluent dans des sphères différentes mais dans un même but et leurs compagnons de guerre sont autant de raison pour eux de continuer à se battre contre le Dieu des ténèbres qui étouffe chaque étincelle de lumière…

La Plume, le Scénario

Ce roman commence dans la noirceur, le ton est donné et l’écriture de l’auteur, Negora est effroyablement efficace. Vetryan est à l’agonie et l’auteur nous fait pressentir le pire.

Autant vous prévenir ce roman est sombre, emplit de terreur, de sang qu’on pourrait croire qu’Agonast a entaché la plume de l’auteur.

Les chapitres alternent le plus souvent entre Vetryan et Nahim mais d’autres personnages apparaissent important pour qu’un chapitre leur soit consacré. Suivre ses deux vies, dures, perturbantes rendent le récit captivant. On passe de l’un à l’autre, ils combattent le même ennemi sans le savoir. Si Nahim s’engage volontairement dans l’Ordre de l’Eschalion pour défendre les royaumes, Vetryan est enrôlé par une divinité vengeresse et ses sens sont embrumés pendant un moment avant qu’apparaissent une étrange lucidité.

Agosnast le dieu qui englouti toute étincelle de lumière semble indestructible, ses légions sont effroyables et laissent derrière elles des milliers de morts, charcutés, démembrés, dévorés, le sang coule à flot, les chairs putrides recouvrent tout ce qui est vivant… des visions d’horreur, des créatures dont l’imagination n’a que trop de facilité à atteindre …

Dans ce flot de noirceur, l’auteur aborde un thème que même l’obscurité ne peut éteindre : l’amour, le début de sentiments profonds et sincères, la reconnaissance de deux êtres en plein milieu du chaos. C’est léger et rassurant, même dans ce déluge d’horreurs

Un autre thème est abordé subtilement : obéissance aveugle à la hiérarchie, l’importance de la hiérarchie mais aussi les secrets de la hiérarchie. Nahim refuse de tomber dans le désespoir d’un avenir infernal, sa foi en l’avenir, sa foi en l’être humain en tout être d’ailleurs le maintien, le rend combatif. Il comprend très vite et avec un peu d’aide le fonctionnement de ses supérieurs. Pour Vetryan, la vengeance est le premier moteur, celui qui lui fera retrouver sa force, mais Agonast est puissant et Vetryan va être tiraillé entre des songes tantôt plaisants tantôt terribles et une réalité inquiétante où l’on sent la puissance du mal approcher; on sent que quelque chose se tapit dans l’ombre des lignes du récit.

Un thème qui va de paire avec la manière de faire du commandement supérieur, entretenir la peur de l’autre, la peur de ce qui est différent. Et ça Nahim va le comprendre très vite, et Vetryan va le subir. Si le premier est troublé par ses découvertes le second est un peu blessé par cette méfiance à son égard.

Dernier point : La couverture ! Elle est monstrueusement bien réalisée et transmets l’ambiance du récit ! Et elle est réalisée par Matteo Spirito

En Bref

Un roman DarkFantasy sombre, effroyable qui dès les premières lignes sape l’espoir du lecteur !

Des personnages très humains (réalistes, cruels, mais aussi plein d’espoir et de détermination à survivre), des êtres différents, des créatures monstrueuses; des dieux fidèles à eux-même;

Une ambiance gore, franchement effrayante mais il reste quelque part dans ces lignes des points de lumière.

Merci aux Éditions Crin de Chimère et à l’auteur Negora pour ce voyage en Terres d’infamie, pour ce voyage horrifique et pourtant je n’en suis pas friande du tout mais l’écriture et l’univers de l’auteur est particulier et a su tenir mon intérêt plus fort que l’épouvante.