Nocturne de sang de Michel Pelini

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Titre : Nocturne de sang

Auteur : Michel Pelini

Illustrateur : Nicolas Jamonneau

Éditeur : Crin de Chimères – Éditions

Collection : Archelune

Genre : Fantastique, Thriller

Format : Epub

Nombre de pages : 283

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Enfant, Jessica Janin a connu l’horreur. Enlevée et séquestrée par Léon Schwartz, un pédophile de la pire espèce, elle a sauvé sa vie de justesse.

Lorsque vingt-quatre ans plus tard, elle apprend la mort du criminel en prison, la jeune femme pense qu’elle pourra enfin tourner la page du traumatisme qui la hante toujours.

Mais Schwartz, qui a passé un pacte avec le Diable, revient d’entre les morts sous la forme d’un vampire, bien décidé à se venger de celle qui lui a échappé.

Jessica a déjà vaincu le criminel une fois, en sera-t-elle capable à nouveau ? Pour l’affronter, elle pourra compter sur l’aide de deux chasseurs de vampires, Mathieu Leroux et son frère, Maxime, autiste doué de pouvoirs médiumniques. Schwartz, quant à lui, a plusieurs alliés parmi les démons, notamment l’un des plus puissants vampires du monde, qui a un vieux compte à régler avec Maxime. »

Mon avis

Je remercie les Éditions Crin de Chimère et l’auteur Michel Pelini pour ce deuxième partenariat; quand la survivante d’un pédophile croise des frères chasseurs de vampires !

L’histoire

24 ans se sont passés depuis que Jessica a réussi à fuir et à faire incarcérer un pédophile redoutable. Alors que sa vie de musicienne est millimétrée au métronome, passant entre fuir les journalistes et jouer sa si précieuse musique, le plus effroyable de ses cauchemars revient d’entre les morts…

Maxime, diagnostiqué autiste, s’est encore une fois échappé de son institut; Son frère Mathieu connait son frère par coeur et à l’habitude de ses fuites; alors qu’ils décident tous les deux de faire un break, Maxime fait une crise prophétique, à son réveil leur vie se retrouvent mêlée à celle d’un pédophile transformé en vampire qui veut sa revanche mais leur situation devient beaucoup plus compliquée quand leur plus puissant ennemi ajoute son grain de sel.

Les personnages

Jessica Janin: c’est une jeune rescapée, enlevée et séquestrée à l’âge de six ans par un pédophile; elle réussit à s’enfuir et à se construire la vie qu’elle voulait : devenir une musicienne, une pianiste; pas pour la célébrité, juste pour elle-même, pour éprouver cette félicité si étrange quand elle joue et que personne ne peut comprendre, mais peu importe… Elle reste traumatisée par ces deux années de captivité, elle ne réussit pas à s’attacher à qui que ce soit, sa vie est cadrée au millimètre avec le moins d’interaction possible avec les autres… elle est assez stoïque, voir même froide, calculatrice (mais dans le mauvais sens du terme, elle est prudente et contrôle chaque temps de sa vie pour éviter le moins d’imprévu possible), elle est terriblement seule et finalement tellement apeurée; Elle a construit d’immenses barrières tout autour d’elle pour se protéger, elle mais aussi ce qui lui est le plus cher;

Mathieu : C’est un chasseur de vampire, sa vie sociale s’en trouve forcément réduite; Il occupe un travail répétitif qu’il semble apprécier quand même et lui permet de passer les journées sans trop sentir la solitude lui peser. Son frère Maxime est en institut, diagnostiqué autiste et régulièrement en fugue, mais Mathieu connait son objectif. Ensemble, ils luttent au hasard des crises prophétiques de Maxime, lorsque l’une d’elle les mène tout droit vers la célèbre pianiste classique Jessica Janin. Mathieu est entraîné depuis sa plus tendre enfance à protéger les cibles du mal et à soutenir son frère dans cette lutte.

J’aurais pu choisir d’autres personnages à décrire mais j’aurais peut-être dévoilé une partie du récit, à vous de découvrir qui sont les autres 😉 !

 

La Plume, le Scénario

La plume de l’auteur est fluide, directe, concise et rend le récit très réaliste, épouvantablement réaliste !

Ce que j’ai apprécié c’est que dans l’horreur des situations, l’auteur, Michel Pelini, ne s’est pas appesantit sur les détails, c’est court, l’idée est émise, ça laisse suffisamment d’indices au lecteur pour qu’il comprenne la situation, l’horrible situation…

Un autre point qui était très intéressant, dans le récit, ce sont les retours dans le passé pour expliquer l’enfance aussi bien du Mal comme des chasseurs de vampires; ces parties m’ont donné quelques réponses.

Concernant les personnages du pédophile ou encore du puissant vampire, ce sont deux êtres assez similaires, ils sont vraiment ignobles, ce ne sont pas juste des déséquilibrés, leur âme est aussi noir que néant... et leur opposé c’est Maxime, il est l’instrument du Bien, le seul rempart contre ignominie du Mal. Une opposition entre le bien et le mal tout en abordant le thème de l’autisme, tout d’abord, le fait de ne pas se sentir à sa place, de ne pas se sentir obligé de combler les silences, les autres et leur interaction; Ensuite, de lenfance maltraitée, non pas en explication au mal, en tout cas je ne l’ai pas compris du tout comme ça, mais plutôt en terrain propice à entretenir les racines du Mal ou au contraire à une formidable résilience teintée quand même d’un traumatisme ineffaçable.

Jessica, qui est pourtant décrite comme extrêmement cartésienne, a accepté très facilement l’existence des vampires, l’attaque était soudaine et très violente mais comme à son habitude, elle est resté presque neutre (certes terrorisée, mais je n’ai pas ressentie cette peur…), implacable, habituée à l’horrible, j’irai pas jusqu’à blasée mais je l’ai trouvé très froide, absente, a agir mécaniquement, peut-être que c’est une manière de protéger son esprit de l’impensable.

Un autre personnage m’a un peu chiffonné… Clara, j’aurai aimé avoir des réponses; pourquoi agit-elle de cette façon; c’était un peu frustrant. Finalement, Jessica accepte encore placidement cet état de fait, certes elle a eu des réponses et elles ont convenu…

La première partie du récit m’a rendu curieuse, l’intrigue, les personnages étaient posés, il ne restait plus que l’action à mettre en place, elle arrive brutalement, à l’image du vampire, mais j’ai trouvé la suite un peu chaotique, dans le sens où les décisions prises par les personnages ne semble pas très pertinentes et ils le savent c’est ce qui était le plus perturbant, puis ce fut rapide : la suite des évènements c’est trouvé bousculée et la chute encore plus, je me suis sentie dépitée, certes une fin un peu logique mais tellement morne, implacable et encore une fois assez neutre, blanche… Une acceptation injuste des évènements par les personnages, qui m’a énormément gêné.

 

En Bref

Un thriller vampirique sanglant, sur fond de pédophilie et de Mal absolu;

Des personnages étrangement résilients, une héroïne placide un peu trop en retrait.

Je n’ai pas vraiment été convaincue par ce récit malgré une première moitié vraiment intéressante;

Merci quand même aux Éditions Crin de Chimère de m’avoir fait confiance à nouveau et à l’auteur Michel Pelini, pour avoir accepter de partager son thriller vampirique avec moi.

 

Crin de Chimère - Éditions

Ne passez pas par la case départ de Xavière Hardy

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Ne passez pas par la case départ

Auteure : Xavière Hardy

Éditeur : Éditions Complicités

Genre : Contemporain

Format : epub

Nombre de pages : 172

Fiche Bibliomania

 

 

 

Résumé de l’auteur

« New York, Rome, Montréal.
Qui se cache derrière cette inconnue qui envoie des lettres du monde entier à un homme en prison?
Pourquoi Raphaël en a-t-il pris pour dix ans, refusant de livrer ses complices évaporés dans la nature avec le butin ?
Quand Philippe met la main sur la première lettre, son instinct lui dicte qu’elle est liée de près à l’affaire de la Croisette. Un an plus tôt, le cambriolage d’une bijouterie de luxe fait la une des journaux. S’ensuivent des mois d’une enquête qui piétine, laissant au point mort le commissaire Philippe Chartreux et ses hommes.
Quel est le lien avec France, cette mère courage élevant seule son enfant dans la plus grande discrétion d’une banlieue parisienne ?
France, Raphaël, Philippe.
Trois destins entrecroisés pour qui les mots auront le pouvoir de changer leurs vies. »

 

Mon avis

Je remercie l’auteure, Xavière Hardy  et les Éditions Complicités de m’avoir proposé son roman contemporain chargé de tension et d’émotions

 

L’histoire

Un casse impressionnant sur La Croisette : un homme braque une bijouterie et se fait rattraper après une interminable course poursuite. Philippe Chartreux, commissaire en charge de l’enquête use toutes les pistes avec ses hommes pour retrouver les bijoux mais sans succès…

Du fond de sa cellule, un prisonnier se met à recevoir un lettre par mois d’une inconnue lui décrivant ses voyages et ses états d’âme, l’espoir secret de le revoir un jour.

A plusieurs kilomètres de Cannes, France, mère célibataire vit et se débat seule avec son enfant à charge. Elle arrive à faire sa place discrètement, sa détermination à survivre est tellement forte qu’elle force le respect.

 

Les personnages

France :  une étudiante en lettres, qui au hasard d’une soirée rencontre l’homme de sa vie. Ensuite tout ce bouscule, sa vie bascule et avec un courage étonnant, elle se révèle astucieuse et débrouillarde pour réussir à vivre normalement; n’hésitant pas à aller jusqu’à l’épuisement pour gagner quelques euros de plus… Puis son enfant naît et elle se découvre beaucoup plus calculatrice qu’elle ne l’aurait pensé. Elle agit avec la peur au ventre, et lutte pour obtenir une vie modeste et décente pour élever son fils en toute discrétion. Ce qu’elle traverse l’use mais elle garde toujours en tête son objectif et elle garde le cap. Sa détermination est inébranlable.

Le Prisonnier : il a joué, il a perdu… pourtant il pensait son plan infaillible, mais plus le moment fatidique arrivait plus il y voyait des failles et alors il n’eut plus qu’une idée en tête : son plan B même si ça l’emmenait direct en prison (sans passer par la case départ); Il est resté imperméable au commissaire avec une volonté à toute épreuve pour protéger son plan B. Il va purger sa peine au gré des lettres qu’il reçoit tous les mois et qui le maintiennent en vie, qui l’encouragent à continuer, à espérer. Il est envahit de doute mais il persiste.

Le commissaire : Il arrive au bout de sa carrière, et ce Casse lui tombe dessus comme un énorme grain dans l’engrenage. Il se démène, entre une épouse ambitieuse et outrageusement dépensière, sa hiérarchie et la ténacité du prisonnier à ce taire. L’enquête n’avance pas et devient vite sans issue; L’apparition de ces lettres au prisonnier lui redonne de l’espoir mais très vite ces lettres vont lui souffler davantage que des indices;

 

La Plume, le Scénario

L’auteure nous emmène sur les traces d’un braqueur de bijouterie;

Xavière Hardy utilise des phrases courtes très appréciables, son récit est dynamique et la vie des protagonistes semble filer à une vitesse incroyable telle qu’il suffit de quelques heures pour arriver à la dernière page du roman et ne pas en sortir si indemne.

Dès les premières lignes on comprend où on se trouve; puis dans les suivants on apprend le comment du pourquoi; Évidement on sent le mauvais plan, on sent que ça ne peut pas bien se terminer… j’en ai voulu, au début en tout cas, à cette jeune femme de se laisser éblouir par les belles paroles de son chevalier servant. Mais au fur et à mesure des pages, on comprend finalement ce que ces deux-là attendaient de la vie, leurs rêves, leurs espoirs et tous les moyens étaient bons pour y arriver. Avec des rêves plein la tête, un optimisme suraigu qui étouffait un peu plus la petite voix de la raison… Ils en sont arrivés à un point de non retour, mais pas à la destination finale, leur détermination en marche, chacun a su garder la tête au-dessus de l’eau; c’était touchant, c’était tellement poignant qu’on en oublierait presque le braquage.

Ces fameuses lettres apportent bien plus qu’au seul destinataire, l’expéditrice ne sait pas quel bien elle fait, c’est étonnant et vraiment touchant de voir ce côté un peu moins dur de la prison, qui traduit chez tous les prisonniers d’une manière ou d’une autre, cette envie de liberté, cette part de rêve de liberté.

Le personnage du commissaire est intéressant également, car sa vie est assez morne et ce braquage va bousculer ses dernières années professionnelles mais personnelles également. Il est étouffé par un climat politico-mafieux, une femme ambitieuse voulant rivaliser avec les épouses des hauts gradés, leur budget en souffre plus que de raison… Il aime son métier mais la pression des chefs le rend aigri. Les lettres vont lui faire comprendre où est vraiment sa place et lui apporter un peu de baume au coeur.

L’histoire de France est bouleversante, cette jeune étudiante se retrouve enceinte et en plus elle doit se battre pour survivre, elle va tenter le tout pour le tout mais pas n’importe comment, elle est intelligente et fait ses choix avec une étonnante lucidité, et un calcul très précis. Elle est déterminée et fidèle à ses convictions, même si quelques fois elle pense flancher, elle va sortir de sa zone de confort plusieurs fois et à chaque fois j’ai transpiré d’angoisse derrière elle.

Tout au long du récit, une fine tension ne m’a jamais lâché; je comprenais exactement ce que ressentait France avec cette angoisse chevillée au corps en tout temps.

Attention les dernières pages mettent le lecteur à rude épreuve; c’est super dur d’être les spectateurs de cette fin, on est là accroché au protagonistes et on est impuissant. L’auteure met en place une telle tension… pfiou !

 

En Bref

Un récit sous tension entre braquage, idéalisme, envie de liberté et un amour inébranlable.

Des personnages réalistes et touchants, une histoire de détermination, de ténacité à aller contre le destin et croire que le libre-arbitre est la seule solution positive et remplie d’espoir.

Cette envie de construire leur famille à tout prix, envers et contre tous et de vivre ensemble était vraiment émouvante;

Merci à l’auteure, Xavière Hardy et aux Éditions Complicités au travers d’Olivier Petot pour ce moment de lecture qui ne laisse pas indemne, pour cette très belle histoire !

Au Nom des Dieux – de l’Eau et du Sang, Livre 2 : Volonté Inébranlable de Gautier Durrieu de Madron

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Au nom des Dieux – de l’eau et du sang

Tome 2 : Volonté Inébranlable

AuteurGautier Durrieu de Madron

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Mythe/Mythologie

Format : PDF

Nombre de pages : 626

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
Au Nom des Dieux – de l’Eau et du Sang, Livre 1 : Destinée Manifeste

 

Résumé de l’auteur

« 2 ans se sont écoulés depuis le début de la guerre contre l’Empire d’Amérique. 2 longues années durant lesquelles toutes les tentatives pour libérer les continents occupés se sont soldées par des échecs cuisants. Et le temps presse. La popularité et la propagande de l’Empereur se répandent un peu plus chaque jour…
Après des mois d’entrainement et de préparation, Lucie, Soren, Judith, Mizushi, Edgar et Mathieu sont prêts à retourner au front. Et il leur faut faire vite. Les choses s’enveniment de l’autre côté de l’Atlantique. Arlando invoque des légions de démons sur Terre grâce au pouvoir de la Lance. Et bientôt il reprendra sa croisade sur le reste du monde. D’alliances en trahisons, de complots en batailles, le groupe de demi-dieux devra traverser les affres de cette guerre s’il veut pouvoir préserver ce en quoi il croit. »

 

Mon avis

Je remercie l’auteur, Gautier Durrieu de Madron, pour m’avoir permis de continuer l’aventure avec ses demi-dieux, et je vous garantis qu’il n’y a aucun temps mort dans ces 626 pages !

L’histoire

Nos six héros ont échappé à la mort in extrémis, certains des leurs y sont restés à leur grand désespoir;

Après s’être entraînés durement, ils repartent vers l’ennemi qui prend de plus en plus de pouvoir et perd le sens premier de ses revendications. Les demi-dieux partent en guerre contre le mal pour la liberté des peuples. Ils vont enchaîner batailles, missions secrètes, alliances et trahisons. Leur quotidien ne va plus ressembler qu’à un combat incessant, une lutte pour avancer vers l’ennemi et le destituer, l’éliminer.

Encore une fois, leur épreuves de la guerre vont les modeler; Seront-ils assez fort face à la puissance de l’ennemi ? Leur volonté résistera t-elle ?

 

Les personnages

Judith : fille de Lugh, Judith est une Marine’s de métier; La guerre elle connaît et ses connaissances du combat seront très appréciables. Elle a un franc parler, mais curieusement quand il s’agit de laisser parler son coeur, judith se transforme en adolescente rougissante. Elle est un pilier solide du groupe des demi-dieux et n’hésite pas à prendre des risques pour sauver ses amis.

Mathieu : C’est le seul humain dans ce groupe de demi-dieux, il était avocat et ses talents de stratège donnent beaucoup d’avantage dans leur combat mais aussi lors de négociations un peu tendues. Il est le porteur de la Lame de Lucifer, elle l’a choisi et tous les deux semblent s’accorder de leur situation compliquée. Même si la Lame est très taquine, ses mots font toujours mouche. Malgré son humanité ou grâce à cela peut-être, Mathieu est un élément clé de cette guerre.

Mizushi : C’est la plus jeune du groupe, elle est peu sûr d’elle et elle a souvent l’impression de ne servir à rien, de ne pas être à la hauteur des autres membres. Cette guerre va la transformer, petit à petit avant qu’elle ne se rende compte qu’elle a vraiment sa place dans ce groupe de sauveur de l’humanité. Ses actions sont toujours portées vers les autres et son soutien est indéfectible.

L’évolution de Lucie, Soren, Edgard et tous les autres est intéressante à suivre, au travers de leur alliés, de leurs ennemis, des traites, des agents double. Les demi-dieux rencontrent toutes sortes de personnages tous aussi percutants les uns que les autres, qui les ralentissent, les renforcent et les aident à avancer, à continuer vers leur ultime but : Cristobal, l’empereur Cristobal.

La Plume, le Scénario

Dès les premières lignes, on replonge dans cet univers si particulier au travers d’une écriture fluide et agréable;

L’auteur, Gautier Durrieu de Madron, continue dans ce Livre 2 d’utiliser la technique de un chapitre = un personnage, le récit est dynamique et par cette façon de faire donne au lecteur presque une vue globale…enfin presque … je dis « enfin presque » car évidement la lectrice que je suis n’a rien vu venir des trahisons et pourtant ce récit nous rend paranos !

Dans ce Livre 2, ce qu’il ressort encore plus fort je trouve c’est cette cohésion fraternelle, familiale presque entre les membres de ce groupe de demi-dieux. Ils sont là chacun pour l’autre, ils se soutiennent, se conseillent et s’aiment tellement. Leur divers panthéons les surveillent, si quelques uns sont observateurs, d’autres offrent une petite aide, d’autres sont carrément hostile, colérique et je dirais jaloux (y en a un qui m’a énervé !!)

Alors comme dans le Livre 1, l’auteur, Gautier Durrieu de Madron, n’épargnent pas ses personnages, enfin par moment on sent quand même que les personnages partent à volo, l’auteur n’a certainement pas pu faire grand chose 😀 !! Leur volonté de débarrasser le monde de Cristobal est tellement puissante qu’ils se lancent dans la bataille jusqu’au bout de leur force. Ils subissent des revers sévères mais toujours ils se relèvent et n’en démordent pas !

Alors chaque ligne de ce récit met sous tension, ça n’arrête jamais; les batailles s’enchaînent, les complots se suivent; le groupe de héros est jeté dans la guerre; on retient son souffle du début jusqu’à la fin… les combats sont intenses, décris avec un tel réalisme qu’ils plongent le lecteur dans ces zones de turbulences, par moment j’aurais presque pu sentir l’odeur métallique du sang. Les demi-dieux se battent, se battent, inlassablement toujours et encore durant ses 626 pages. Aucun temps mort, ça c’est garanti; Ce Livre 2 c’est la guerre, la lutte pour la liberté, c’est des millions de morts pour cette sacro-sainte liberté, c’est l’étonnante apparition du destin, de la foi, puis finalement du libre-arbitre.

Je me suis étonnée de fatiguer face à l’afflux de batailles, de stratégies militaires et encore de batailles, et encore de batailles… et finalement ce que j’ai le plus aimé ce sont les personnages et leur évolution, leur caractère, leurs failles, leur franc-parler, leur diplomatie, l’osmose de certains duos comme Mathieu et la Lame ou Lucie et Soren…  tous les personnages étaient passionnants.

 

En Bref

Une aventure éreintante, emplie de batailles, de stratégies militaires, de complots, de trahisons, et encore de batailles et de missions secrètes… le récit de cette guerre usante est soutenu par des personnages fort, attachants et passionnants aussi bien dans leur humanité que dans leur Déité

Merci à nouveau à l’auteur Gautier Durrieu de Madron pour ce Livre 2 avec ces personnages si intéressants !

 

De Pouvoir et de Sang d’Henri Nestière

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : De Pouvoir et de Sang

Auteur : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy

Format : PDF

Nombre de pages : 533

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteur

« Le roi Ostes mort, son fils, Ariest, est intronisé comme souverain du royaume d’Elor, tandis que son ami Lélion le rejoint pour devenir son premier conseiller. Au cœur de la capitale, les complots ne tardent pas à naître, alors que les nobles tentent de se rapprocher de ce nouveau pouvoir et aiguisent leurs ambitions, quitte à se confronter. Pendant ce temps, au-delà des mers, Danann, demi-sœur bâtarde d’Ariest, se fait sa place et se révèle sur le territoire des pillards Rôns. Mais ce que tous ignorent, c’est qu’au mur de Barius, qui protège le royaume depuis plusieurs siècles, les Moerdiens, ennemis ancestraux, se rassemblent. »

 

Mon avis

Et voilà un dixième roman d’Henri Nestière  de lu et encore une fois merci, car comme à chaque fois Henri Nestière explore l’âme humaine dans ce qu’elle peut avoir de pire comme dans ce qui est le plus beau.

L’histoire

Le Roi Ostes est mort et son fils Ariest s’apprête à continuer le règne de sa famille. Peu sûr de lui, mais avec avant tout l’envie de faire au moins aussi bien que son père. Il s’entoure de conseillers en qui il a confiance. Lélion, son cher ami aura la lourde tâche de l’assister du mieux qu’il peut. Mais le pouvoir est une chose terrible et les vautours ne sont pas loin, et même bien plus près qu’il ne le pense. Kasoé est un Humbors, et protège l’ultime frontière entre le royaume d’Elor et le Moerd. Ce qu’il va vivre est sans aucune mesure et le royaume dépendra de sa survie... Par delà les mers, Danann, princesse d’Elor mais Lorin du peuple Rôn va devoir conduire son peuple vers de meilleurs jours avec le souhait de ne plus faire couler le sang… sa tâche sera compliquée et semée d’embûches mais une vie meilleure pour son peuple d’adoption en vaut largement la chandelle.

Les personnages

Ariest : C’est donc le nouveau roi d’Elor; C’est un homme tellement préoccupé à faire de son mieux et au moins aussi bien que son père le feu roi Ostes, qu’il doute en permanence et écoute trop l’avis de ses conseillers. Il fait des erreurs car il n’a pas assez confiance en son jugement, mais il saura le moment venu où est sa place. Entouré de fidèles, il écoute et prend parfois des décisions contradictoires, jusqu’à ce qu’une personne l’enjoigne à suivre son intuition, et à se faire confiance. Il a le soutient indéfectible de sa fille Galën.

Danann : Demie-soeur bâtarde d’Ariest, mais princesse d’Elor tout de même. Elle n’a pas eu la vie facile, mais elle dit elle-même ne pas avoir été malheureuse. Devenue la Lorin du peuple Rôn, elle n’aura de cesse de les mener sur le chemin d’une vie meilleure. A la tête d’une soi-disant bande de pillards, elle démontrera ses idéaux et fera comprendre aux autres provinces, que les gens de son peuple sont bien plus que des charognards furieux. Elle fait preuve de beaucoup de bienveillance mais reste ferme et inébranlable face à la désobéissance. Si elle enlève les chaines de certains, elle se montre inflexible face à la suffisance des riches gouverneurs uniquement préoccupé à leur profit en usant et abusant de leurs esclaves. Elle prend ses décisions elle-même mais sait écouter avec sagesse ceux qui l’entourent.

Kasoé : C’est un défenseur du royaume d’Elor, et sa place est très importante. Face à une Horde d’envahisseurs inarrêtables et cruels, il va lutter pour sa survie au profit de la survie du royaume, car sans sa ténacité et sa détermination, le royaume risque d’être balayé. C’est un combattant mais ça ne l’empêche pas d’être terrifié devant un ennemis cruel, mais il garde la tête froide et fera tout son possible pour arriver jusqu’au roi Ariest afin de le prévenir de la menace.

Alors tout un tas de personnages secondaires tournent autour des ses trois là, des personnages très intéressants, je pense surtout à Adéniel, Lélion, Galën mais aussi Garyl et Toal. Pour diverses raisons ils ont tous un rôle très important dans ce récit. Pour diverses raisons, chacun lutte à sa manière, du bon ou du mauvais côté, ce qui est intéressant c’est aussi comment ils en sont arrivés, tous, dans ce conflit de pouvoir et de sang.

La Plume, le Scénario

Comme à mon habitude avec l’auteur, Henri Nestière, je me laisse emporter par son écriture et dès les premières lignes je plonge très rapidement dans son univers.

Alors cette fois encore, c’est un récit fantasy sans vraiment de magie à proprement parler. Le royaume d’Elor enterre son roi, et son fils Ariest doit prendre la succession. Tout est une question de pouvoir dans ce récit de manière aussi subtile et cruelle que peut être cette course à la puissance.

Au travers de personnages opposés dans leur façon de conduire leur peuple, Henri Nestière nous montre les différents rouages du pouvoir.

Le roi Ariest est peu sûr de lui, il suit un peu trop les avis de ses conseillers en qui il a toute confiance mais ce qui lui manque, qui lui fait défaut (et c’est là que certains y verront une brèche et chercheront à s’y engouffrer) c’est de finalement prendre une décision en accord avec ses propres principes, suivre son intuition.

Danann quant à elle, a décidé de survivre et elle sait ce qu’elle veut pour son peuple. Donc c’est presque naturellement qu’elle s’est imposée en chef, en Lorni des Rôns qui veulent bien la suivre. Elle tient ses promesses, c’est une briseuse de chaînes ( 😉 =>> Daenerys) ; Son peuple lui fait confiance car elle n’a jamais menti et elle est toujours restée juste face à chaque situation. Bienveillante mais intransigeante quant à ses exigences pour le bon fonctionnement de la vie à l’intérieur de son peuple, de son clan.

Puis il y a les comploteurs, qui œuvrent dans le dos de leur dirigeant. Des personnes a priori au delà de tous soupçons mais trop sûr d’eux quant à la politique d’un royaume. Des menteurs manipulateurs éhontés qui devront payer cher leur trahison.

Ensuite, au regard de cette guerre puissante et avide de sang, il y a aussi un autre personnage qui lutte pour la survie de son peuple mais il a été dupé, manipulé et dans sa détresse il n’a certainement pas vu d’autre solution.

Voilà ce que le pouvoir peut faire quand il est mal utilisé, détourné… Le doute est nécessaire quelques fois pour réfléchir davantage, mais trop de doute peut peut-être poussé à faire des erreurs. Utiliser le pouvoir avec bienveillance c’est aussi une facette intéressante; Utiliser la force furieuse et brute du pouvoir, faire couler le sang pour la survie de son peuple c’est également une facette incontournable. Si chacun des personnages ont le pouvoir d’agir selon sa conscience, sa situation, on peut voir dans ce récit les conséquences de chacune de ces voies. Attention, elles ne sont pas toutes à décrier, ces personnages ont agit selon l’urgence de la situation, selon leur éducation, selon leur égo, selon leurs désirs. Chacune de ses raisons est à décortiquer.

Ce récit sur le pouvoir et le sang est autant de pistes de réflexion qui pourraient très bien s’adapter à l’actualité, je trouve par certains côtés…

 

En Bref

Un récit passionnant lu en un peu plus d’une journée;

Le thème du pouvoir est traité sous différents éclairages, et donne à réfléchir.

Les personnages sont fascinants, tant dans leurs forces que dans leurs faiblesses et leur façon d’appréhender le pouvoir et le sang versé !

Merci mille fois à l’auteur, Henri Nestière, pour cette lecture réflexive et poignante !

 

Moi, Meallan, fils et petit-fils de mage de Laurence Colin

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Moi, Meallan, fils et petit-fils de mage

Auteure : Laurence Colin

Éditeur : Éditions du Saule

Genre : Jeunesse, Fantazy

Format : epub

Nombre de pages : 144

Fiche Bibliomania

 

 

 

Résumé de l’auteur

« Meallan a 10 ans et la nuit il rêve des loups, et plus particulièrement d’un loup, triste, celui qu’il a vu enfermé dans un zoo.
Il a alors une idée : libérer ce loup !
Seul, avec sa magie, il se lance dans cette aventure… »

 

Mon avis

Merci aux Éditions du Saule, et à l’auteure, Laurence Colin, pour ce partenariat tout doux mais pas que …

 

L’histoire

Meallan est un jeune mage de 10 ans mais la magie est tout juste tolérée à la maison et évidement interdite à l’extérieur. Pour lui, comme ses cousin/cousine, la magie c’est magnifique, c’est grisant…

Meallan a une autre passion proscrite… les loups; mais ce sujet est tabou à la maison et il ne comprend pas pourquoi personne ne veut lui expliquer.

Alors que son obsession des loups devient de plus en plus envahissante, Meallan va commettre l’irréparable.

 

Les personnages

Meallan :  C’est le plus âgés des enfants de la maison. Il est fils de mage ce qui implique qu’il sait faire de la magie. Il sait qu’il ne doit jamais montrer sa magie à qui que ce soit en dehors de la maison. C’est une situation difficile pour lui, mais il comprend; Il aimerait se confier à quelqu’un, à un ami mais il est responsable et sait quels risques il encourt si sa magie est découverte, il mettrait également sa famille en grand danger. Malgré tout ça, c’est un jeune garçon qui a la tête sur les épaules; Il veut juste des réponses à ses questions. Face à ce mur de silence, il improvise et fait ce qu’il pense juste. Il est très courageux et téméraire.

 

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est claire et concise; tout à fait adaptée pour la jeunesse sans trop de chichi, elle ne prend pas le jeune lecteur pour ce qu’il n’est pas.

Laurence Colin nous fait aborder le récit par l’intermédiaire de Meallan qui écrit son journal de bord.

Meallan est un petit mage obsédé par les loups. Il est tout doux avec des problèmes d’enfants de 10 ans… enfin… la magie en plus. Il occupe une maison avec des cousin/cousines plus jeunes que lui, donc un peu plus turbulent et curieux. Son gros problème c’est surtout toutes ses questions sans réponses... et les loups… le Loup.

J’ai trouvé ce récit très réaliste car Meallan se heurte de plein fouet à un mur de silence; Les adultes ne prennent pas en considération son besoin de réponses. Après tout il est trop petit, il ne comprendrait pas, il pourrait éventer certains secrets… bref autant de préjugés qui plongent le jeune garçon dans la dissimulation.

Interdit de magie, interdit de parler des loups, Meallan a décidé de suivre son instinct en toute objectivité et lucidité ; Ce qu’il réalise est incroyable pour un jeune garçon de son âge et les adultes l’ont un peu cherché.

L’auteur nous donne quelques indices sur les possibles réponses aux questions qui taraudent Meallan, mais je me suis sentie comme lui, un peu frustrée, j’aurais aimé être dans la confidence… en savoir un peu plus …

Dernier point : J’adore toutes les douces illustrations du roman !!

 

En Bref

Un récit jeunesse tout doux qui aborde de vrais problèmes d’enfants.

On sous-estime, trop souvent, la compréhension des enfants, face aux problèmes des adultes.

Ils ont cette intuition si forte et surtout cette acceptation teintée de frustration mais aussi de compréhension instinctive.

Je remercie les Éditions du Saule et l’auteur Laurence Colin, pour ce roman jeunesse très agréable.

 

 

Azmel, Tome 3 : Ancrage de Laura Wilhelm

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Azmel

Tome 3 : Ancrage

Auteur : Laura Wilhelm

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique

Format : Epub

Nombre de pages : 350

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
Azmel, tome 1 : La Porte du Temps
Azmel, tome 2 : Magie Alternative

 

Résumé de l’auteur

« … Trouveront-ils une issue… » Le clan des Élus et les frères noirs qui s’associent pour la bonne cause… Un combat contre un très ancien démon qui tourne mal… Léna et Andy qui se retrouvent propulsées en 1566… Totalement perdues, les deux jeunes femmes vont tenter de retrouver leurs ancêtres afin de revenir à leur époque. Cependant, tout ne va pas se passer comme prévu et elles vont se retrouver confrontées à diverses forces malines qui en veulent à leurs vies. Les Élues arriveront-elles à retourner en 2018 ? L’amour de Léna et Rick sera-t-il assez fort pour surmonter cette nouvelle épreuve ? Entre violences physiques et psychologiques, l’affrontement ne fait que commencer. Traquée à travers le temps, Léna devra une nouvelle fois faire preuve de courage et de persévérance pour arriver à ses fins. Seulement cette fois, rien ni personne ne pourra l’aider… « 

Mon avis

Encore une nouvelle fois merci à l’auteure, Laura Wilhelm, pour m’avoir permis de boucler la boucle avec Azmel !

L’histoire

On retrouve Lena emplie de doute quant à son couple mais également confuse entre la réalité et sa vie pendant son coma… Très vite les choses se bousculent, Léna et Andy sont tombé en 1566; Le démon les a entrainé avec lui au travers de la porte du Temps…

Coincées en 1566, elles sont livrées à elles-mêmes, elle ne connaissent personnes et ne souhaitent qu’une chose retourner à leur époque !

Mais comme rien n’est simple dans ce bas monde, elles vont devoir trouver beaucoup de magie, donc des alliés et apparemment ça ne court pas les rues d’Amary au XVIème siècle.

Les personnages

Andréa : C’est la cousine de Léna. Cette jeune personne est d’ordinaire pétillante, joviale et optimiste mais leurs déboires dans le passé va bousculer un peu cet état d’esprit. Elle se révèle plus sombre, désespérée, apeurée voire terrifiée. Découvrir cette facette de sa cousine va ébranler Léna et elle n’aura de cesse de vouloir la venger coûte que coûte.

Léna : Si au début, elle semble désorientée, et sur son couple et sur la réalité, elle reprend très vite du poil de la bête. Tombée dans une époque où il ne fait pas bon de faire étalage de ses pouvoirs au risque de brûler sur un bûcher, Léna va devoir faire preuve de contrôle et ça va s’avérer très complexe… Elle va passer par tout un tas d’états d’esprit, de mélancolique quand elle pense à Rick à super déterminée pour trouver des alliés mais elle aura quelques moments de découragement, d’envie d’abandonner…Ses adversaires seront de taille et son caractère impulsif ne va pas faciliter la communication.

Léna et Andréa vont faire d’heureuses rencontres mais aussi de beaucoup moins bonnes, certains leur laisseront un goût amer…

 

La Plume, le Scénario

J’ai lu ce dernier tome très rapidement; L’écriture de l’auteure, Laura Wilhelm, est très agréable et vous projette dans l’histoire très facilement.

Léna se retrouve une nouvelle fois dans une situation compliquée;

Malgré la situation complexe, j’ai trouvé que le récit partait sur un rythme plus lent que le tome 2. Léna et Andréa sont embarquées avec le puissant démon en 1566, mais leur cheminement dans cette époque est plus lent car leur mauvaise situation, les embûches qu’elles rencontrent, les forces du mal qui les convoitent ralentissent considérablement leurs faits et gestes.

Léna, dans ce tome, est mordante, méfiante, son pouvoir déborde très souvent; elle ne contrôle pas ses pouvoirs et ils risquent à tout moment de la mettre en difficulté… Elle ressemble davantage à une Élue dans ce récit, une jeune femme plus sûr d’elle, toujours inconsciente malgré tout de s’attaquer à plus hargneux qu’elle sous son impulsivité !

Tout ce récit nous montre à quel point, Léna a muri et a été obligée de grandir. Elle ne parvient toujours pas à assimiler qu’elle est la plus puissante des Élues et que l’équilibre du monde repose sur elle. Mais des alliés, une personne en particulier sera un guide précieux pour l’aider à accepter cette destinée. Quelle agréable surprise, ce personnage ! 

J’apprécie l’entrée de nouveaux personnages, principalement dans ce cas car ils sont ambiguës, et Léna doit se fier à son intuition, à ce qu’elle ressent mais ce n’est pas facile car elle n’est pas en position de réfléchir calmement, elle ne peut pas vraiment écouter son instinct car tous ses sens sont en émoi… Ces nouveaux personnages sont intéressant et relance l’intrigue du récit.

Une nouvelle fois ce cher petit couple est mis à rude épreuve, mais cette fois c’est l’épreuve ultime; et j’ai beaucoup aimé l’évolution de leur relation, cette douce complicité, cette communication fluide. Finalement redécouvrir ce qu’ils sont l’un pour l’autre : Une ancre !

Les éléments s’enchaînent très rapidement, dès les dernières pages, en tant que lecteur je me suis laissée emmener, embarquer plutôt dans cette rapide fin !

Dernier point super troublant et tout cas super coïncidence surtout, j’ai en ma possession un certain traité dont parle l’auteur… qui m’avait été envoyé lors d’un swap par Candide Littéraire 🙂

En Bref

Une belle trilogie se termine !

L’ultime combat contre un démon, l’ultime épreuve de l’amour, l’ultime chance de vivre, l’ultime et décisive rencontre !

Le rythme ralenti dans ce dernier tome, l’heure est grave, les dangers plus pernicieux !

Les personnages d’Azmel ont grandit, ont démontré leur puissance avec ou sans magie d’ailleurs; chacun ancien ou nouveau était intéressant à découvrir et à suivre.

Merci à l’auteure, Laura Wilhelm, pour cette chouette aventure, cet amour interdit et tous ces personnages haut en couleur.

 

Erhetylia, tome 0 : Le prix de la Liberté de Meryma Haelströme

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Erhetylia

Tome 0 : Le prix de la Liberté

Auteur : Meryma Haelströme

Éditeur : Autoédité

Genre : Nouvelle, préquelle

Format : epub

Nombre de pages : 35

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Dans un monde où la magie élémentaire est considérée comme une hérésie, Siobhan, jeune fille de 16 ans au caractère bien trempé, est réduite en esclavage pour avoir pratiqué la pyromancie. Elle qui n’aspirait qu’à vivre l’aventure et découvrir le monde, voit ses rêves soudain piétinés. Alors qu’elle est vendue à une riche famille du sud, Siobhan pourra-t-elle revenir à temps pour éviter un drame ? Le prix pour accéder à ses rêves n’est-il pas trop cher payé ? »

 

Mon avis

Merci à l’auteure, Meryma Haelströme, pour m’avoir donné l’eau à la bouche avec cette préquelle très courte mais qui promet une chouette trilogie !

L’histoire

Siobhan est une jeune fille impulsive et l’insistance d’un prétendant fut l’étincelle de trop à son histoire; Obligée par son père à se rendre utile auprès d’un oncle ronchon, Siobhan est habituée à être un peu malmenée, et elle se défend très bien avec sa langue acérée. Mais quand son don de pyromancie explose sans contrôle, sa vie pleine de rêve est réduite à néant et sa famille punie… Achetée par une riche famille du sud, elle va nourrir chaque jour des envies d’évasion mais réussira t-elle vraiment à s’échapper ? et qui sont les personnes qui l’ont acheté ?

 

Les personnages

Siobhan:  C’est une jeune fille de seize ans, impétueuse, impertinente et avec des idées très arrêtées quant à son avenir, ses choix, ses rêves. Ce n’est pas une mauvaise fille pour autant, elle est juste un peu en rébellion contre les adultes qui gère sa vie sans lui demander son avis. Elle peut être distraite, et son oncle ne nous dira pas le contraire… Elle gère très mal son afflux d’émotions et c’est ce qui la conduira à l’esclavage. Malgré tout, elle reste une jeune fille de son âge, qui doit gérer un don interdit par l’autorité, et qui rend ses parents craintifs et presque honteux. Elle rêve d’aventures, d’histoires extraordinaires, de partir à la découverte d’autres villes. Une jeune fille presque comme les autres.

 

La Plume, le Scénario

Le récit de cette préquelle est très court mais j’avoue qu’elle met tout de suite l’eau à la bouche concernant la future trilogie qui va en découler.

L’écriture  de l’auteure est fluide et agréable, les évènements s’enchaînent rapidement et emportent Siobhan avec eux. Ce qui apparaît clairement c’est qu’elle n’a aucune emprise sur les évènements, et c’est justement ça qui va la laisser sur un long chemin de réflexion, et d’acceptation.

L’auteure, Meryma Haelströme, commence à aborder le thème traditionnel du mariage forcé pour faire une bonne alliance ou plus terre à terre espérer que ses enfants aient une meilleure vie que leurs parents.

Ensuite, les mésaventures s’enchaînent en rebondissements étonnants et quelque fois peut-être un peu prévisible quand même.

J’avoue que ce personnage m’a tout de suite plu et j’espère qu’elle va faire de cette trilogie une aventure passionnante !

En tout cas ce début de trilogie m’a vraiment donné envie de connaître la suite, de savoir comment va évoluer Siobhan, si elle va rencontrer d’autres personnes avec d’autres dons…. bref tout un tas de raisons qui me pousseront à poursuivre cette aventure en Erhetylia si l’occasion m’en est donnée.

 

En Bref

Une préquelle intéressante qui laisse penser que la suite va être passionnante !

Merci à l’auteure, Meryma Haelströme pour cette tentation à poursuivre les aventures de Siobhan !