La Rose Bleue de Camille Melo

Titre : La Rose Bleue

Auteure : Camille Melo

Éditeur : Autoédité

Genre : Bit-Lit

Format : Epub

Nombre de pages : 295

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure :

« Prisonnière d’un lourd fardeau qui la tourmente depuis sa naissance, Esther, fille du stratège de Transilvania, le royaume des vampires, n’aspire qu’à vivre comme le commun des mortels. Mais son destin bascule le jour où elle échappe de peu aux griffes des Corbeaux déchus, grâce au troublant Aaron, redoutable chasseur de vampires. En quête de réponses, Esther ne se doute pas une seconde qu’elle est sur le point de déterrer un lourd secret de famille, qui pourrait bien être la clé de son enlèvement et des mystérieuses attaques orchestrées par les Corbeaux déchus, à travers tout le royaume.Va-t-elle se tourner vers les bons alliés ? Son Gardien William a-t-il raison de se méfier d’Aaron ? Que cache réellement le Chasseur ? »

Mon avis :

Merci à l’auteure Camille Melo de m’avoir fait entrer dans le royaume des vampires de Transilvania.
L’histoire :

Esther est une vampire avec un lourd fardeau qu’elle doit à tout prix cacher pour ne pas être la cible des ennemis de Transilvania, des ennemis des vampires : Les corbeaux déchus. Mais comme toutes les jeunes filles, elle aimerait beaucoup pouvoir se promener en liberté, en tout inconscience, profiter du paysage sans inquiétude, voire du monde bouger autour d’elle… mais sa constitution restreint ses mouvements à son grand désespoir. Mais un jour, en faisant preuve d’un peu d’insistance son Gardien accepte de l’emmener avec lui à condition qu’elle respecte à la lettre ses mesures de prudence et de sécurité… Elle est loin de se douter que cette petite balade va être le commencement d’une aventure terrible, d’un bouleversement des sens, de sa nature et de tout ce qui l’entoure. Son entourage est très protecteur et prend des décisions radicales pour sa sécurité.
Les personnages :

Esther : c’est une jeune fille, fragile, chétive, pâle et d’une gentillesse et d’une bienveillance à toute épreuve ou presque. Elle se désespère de dépendre de son entourage du fait de sa fragilité; elle a beau s’entraîner, son fardeau est de plus en plus lourd, elle ne peut pas se défendre seule. Elle aime beaucoup son Gardien, c’est son meilleur ami depuis quelques années et elle lui fait une totale confiance.

Aaron: C’est un garçon mystérieux, distant, froid mais qui décide tout de même de défendre Esther quand elle en a besoin. Il lui laisse entendre qu’il ne faut pas qu’elle s’approche de lui.

Wiliam : C’est le meilleur ami d’Esther qui a gagné le droit de protéger Esther officiellement à force de travail et d’acharnement. Il est doux et très protecteur. Il sait très bien comment se sent Esther avec son fardeau. Il fait de son mieux pour être toujours d’humeur joyeuse et apporter du réconfort à Esther. Il se défie d’Aaron, il ne fait pas confiance à ce jeune homme trop mystérieux.

Esther et William vont être entraînés malgré leur prudence à rencontrer des personnes sombres; ils devront combattre au péril de leur vie mais qui se cache réellement derrière les ennemis d’Esther; Ont-ils conscience, ces sanguinaires, qu’ils se trompent de cible ?

Je ne vous les décrirais pas, bien qu’ils le méritent amplement; mais c’est à vous de les découvrir en lisant le livre de l’auteure Camille Melo !
La Plume, le Scénario :

Je trouvai l’écriture des premières pages trop hachée; je ne me l’explique pas vraiment… j’avais l’impression de faire des arrêts, ça ne me semblait pas fluide. Mais au fur et à mesure de l’histoire, je me suis attachée à cette histoire, bizarrement peut-être plus à Aaron.

En effet sur plusieurs pages, je trouvais Esther insupportable, de pleurer à tout bout de champ, de gémir de peur, d’inquiétude; c’était super agaçant. Une fois qu’on apprend à la connaître, on comprend un peu mieux ses réactions et finalement sa révolte face à ses difficultés. Finalement, elle m’a beaucoup intrigué et j’ai vraiment envie de lire la suite de son aventure !
L’histoire devient plus épaisse, plus ardue au moment où les difficultés pour Esther se montrent insurmontables. Esther se révèle bien plus forte qu’il n’y paraît et prouve qu’elle peut faire face malgré son désavantage !

Je disais que je m’étais attachée à Aaron, non pas juste parce que c’est le beau gosse de service; non, il dégage beaucoup de mystère, il a surtout des zones d’ombres dont il n’est pas fier mais qu’il ne nie pas, et surtout ça ne l’empêche pas d’être quelqu’un de très doux et attentionné. Ces deux facettes de sa personnalité en font un être totalement imparfait mais finalement équilibré; son obscurité ne peut pas exister sans la lumière dont il peut faire preuve.

Au travers de l’exil d’Esther se cache un très lourd secret qui ne doit pas tomber entre de mauvaise main;

Un détail de l’histoire que j’ai trouvé important, c’est que dans cette histoire les monstres sanguinaires ne sont pas ceux qu’on pourrait croire ! Les forces du mal se cache sous les traits des humains spéciaux avides de pouvoir, de sang et d’exterminations… Mais qui sont-ils réellement ? L’auteure nous les livrent mais j’ai envie d’en savoir plus car ils ne semblent pas si unis que ça …

Bon on en parle de cette fin qui laisse pantois ! non mais oh 😮 ; on nous harponne bien et hop on nous laisse dans le désarroi … 😦

En Bref :

Si le début m’a posé quelques difficultés de fluidité dans ma lecture, l’histoire m’a vite conquis et emporté avec les aventures d’Esther ou plutôt ses mésaventures…

Un personnage masculin attachant et mystérieux qu’on n’a pas envie de laisser dans les dernières pages.

Encore merci à l’auteure Camille Melo pour m’avoir permis de découvrir son univers vampirique différents et intrigant 😉

Publicités

L’ensorceleur, tome 1 : Charmes d’Élodie Charriéras

Titre : L’Ensorceleur

Tome 1 : Charmes

Auteure : Élodie Charriéras

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Jeunesse

Format : Epub

Nombre de pages : 276

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteure :

« Geoffrey Deneyrieux, 21 ans, a tout pour être heureux : une famille aimante, de l’argent, un métier et… une fiancée ! Son père l’oblige à épouser Charlène, la folle aux fantômes !
Sa vie bascule quand il rencontre une jeune brodeuse : il tombe aussitôt sous le charme de la belle et mystérieuse Isaline. Mais Isaline est-elle vraiment honnête avec lui ? Quelle est cette mission qu’elle a promis d’accomplir pour la Voix ?
Geoffrey plonge malgré lui dans un univers magique et dangereux… »

Mon  avis :

Merci à l’auteure Élodie Charriéras de m’avoir permis de découvrir son univers.

L’histoire :

Geoffrey a son avenir tout tracé et surtout décidé; il n’a pas eu l’occasion ni même la permission de décider de quoi que ce soit. C’est comme ça dans la famille Deneyrieux… Geoffrey va bientôt se marier avec Charlène, une curieuse jeune femme qui parlerait aux fantômes… Geoffrey ne l’aime pas, mais il se soumet à la décision de son père… en tout cas jusqu’à ce qu’il rencontre la jolie Isaline. Il tombe immédiatement amoureux d’elle mais il est loin de s’attendre à ce que cache Isaline, ni pourquoi leur rencontre n’est peut-être pas le fruit du hasard. Geoffrey va bouleverser sa vie pour Isaline, va bouleverser l’ordre établit mais qu’en est-il vraiment des enjeux de cet amour, d’Isaline tout simplement ?

Les personnages :

Geoffrey : Est un beau jeune homme qui a intégré l’entreprise familiale et dont l’avenir est tout tracé par son père depuis sa naissance. Il se soumet, travaille d’arrache-pied et après le travail il se rend dans un endroit où il est bénévole. C’est dans ce lieu qu’il rencontre Isaline, la jolie Isaline. Elle est brodeuse et vient proposer son travail au directeur de l’établissement. Geoffrey est scotché par la beauté de la brodeuse.

Isaline: C’est une jeune brodeuse en mission pour la Voix.  Elle est douce, artiste dans l’âme et brode avec beaucoup de talents. Quand elle rencontre Geoffrey, elle tombe sous le charme. Mais qu’en est-il de sa mission ? Que cache t-elle à Geoffrey qui pourrait mettre en péril leur entente.

D’autres personnage entourent Geoffrey et Isaline, notamment Charlène que j’aurai bien décrite mais je vous laisse le loisir de la découvrir ! Les parents de Geoffrey sont aussi intéressant et sa soeur; son frère dur et froid comme leur père bref vous voulez en savoir plus et bien il faut lire ce roman !

La Plume, le Scénario :

Je suis entrée assez facilement dans l’histoire, notamment avec les premières pages qui sont intrigantes, qui épie Geoffrey ?

Ensuite au fil de la lecture, je dirai que la description systématique des personnages de la racine des cheveux aux chaussures me coupait ma lecture… Disons qu’à chaque entrée de personnage, j’avais l’impression de faire un arrêt sur image, un ralenti sur le personnage. A tout moment dans le récit, les vêtements des personnages sont décrits; ça m’a gêné…

Passé ce détail de description, l’histoire de Geoffrey se déroule tout doucement; L’introduction de la magie, du fantastique n’apparaît qu’un peu avant le milieu du récit, c’est étonnant mais je ne me suis pas vraiment posée la question, je l’ai noté car quand elle est apparue je me suis dit: « Ah oui c’est une histoire fantastique ».

Bon Geoffrey est parfait, son travail et son bénévolat, sa gentillesse et sa douceur notamment avec Lilas son cheval. Les seuls moments où il est un peu désagréable c’est avec Charlène sa promise. Faut dire c’est un personnage étonnant, j’aurai aimé en savoir un peu plus sur elle, voit-elle réellement des fantômes ?

Geoffrey a superbe voiture, une carrure à faire pâlir bref peut-être un peu trop… ah et j’oubliais il est aussi très romantique. Le seul point négatif qu’a ce personnage c’est qu’il accepte beaucoup trop vite tout ce que lui raconte Isaline, il ne se pose quasiment pas de questions, il s’en pose mais elles s’envolent très vite.

Les missions qu’il accompli avec Isaline sont intéressantes, on commence à entrer dans le vif du sujet, on en sait un peu plus sur les raisons qui ont poussé Isaline à entrer en contact avec Geoffrey, même s’il ne fait aucun doute sur ce qu’elle éprouve, je me suis interrogée sur ses motivations, sur la Voix, sur sa relation avec la Voix.

Cyp, le frère d’Isaline a également attisé ma curiosité au moins autant que Charlène; que cache son comportement ? qu’est-il arrivé dans sa vie, dans la vie de sa famille ?

En Bref :

Un roman jeunesse agréable, avec beaucoup de facilité dans le scénario, des personnages beaux, séduisant et peut-être un peu naïfs, un peu trop parfaits.

Mais quand on rentre dans les missions d’Isaline ça devient intéressant et on a envie d’en savoir un peu plus.

Merci encore à l’auteure Élodie Charriéras.

Ceux d’en haut, livre 2 : Une promenade hors du corps de Luisa Gallerini

Titre : Ceux d’en haut

Livre 2 : Une promenade hors du corps

Auteure : Luisa Gallerini

Éditeur : Autoédité

Genre : Thriller, Aventure

Format : Epub

Nombre de pages : 429

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’aurait pas lu le livre 1 : la Momie de Pâques

Résumé de l’auteure :

« Imaginez qu’un à un, vos sens se dérèglent : l’odorat, le goût, l’ouïe, la vue, le toucher. Imaginez que des pouvoirs surnaturels commencent à se manifester : intuition, télépathie, voyance. Imaginez, enfin, que vous êtes une honorable mère de famille dans le Paris bourgeois du 19ème siècle. Croyez-vous que la société vous accueillera à bras ouverts ? Pour Adélaïde, tout commence par une botte de persil au marché. Puis c’est l’engrenage : exorcisme, asile psychiatrique… Où se terminera son cauchemar ? En pleine crise d’éternité, Marie se sent terriblement seule. Existe-t-il d’autres immortels sur terre ? Qui sont « Ceux d’en haut » ? Se soumettra-t-elle aux lois, aux rituels de cette communauté de l’ombre ? Et pourquoi ses membres s’intéressent-ils tant aux expériences de mort imminente ? Second tome de la série Ceux d’en haut, « Une promenade hors du corps » fait suite aux aventures de Marie dans « La Momie de Pâques ». »

Mon  avis :

Merci à l’auteure Luisa Gallerini pour m’avoir permis de continuer l’aventure ! et quelle aventure !!

L’histoire :

Adélaïde est en plein désarrois, qui pourrait croire, elle est femme de médecin, maman de trois enfants; le cadre est idéal. Mais nous sommes au 19ème siècle et la moindre particularité, la moindre chose pas tout à fait normale est mise sur le compte du diable. Adélaïde ne contrôle plus vraiment ses sens et souffre d’un afflux puissant de sensations ressenties au maximum. Elle se croit tout d’abord folle et ne dit rien à personne jusqu’à qu’elle ne puisse plus se contrôler. Au sein même de sa famille, il va devoir subir trahison et abandon, elle ne sait pas où tout ça va l’emporter… On retrouve Marie, qu’on avait laissé dans le livre 1, en pleine crise d’éternité, la solitude lui pèse et le manque d’accroche également. Obligée de fuir souvent, de changer de nom pour échapper à un ennemi invisible et non défini... Le destin de ses deux femmes se déroule jusqu’à peut-être se croiser.

Les personnages :

Marie : Elle reste la même jeune femme, peut-être un peu plus nonchalante car elle est en pleine crise d’éternité. Sa solitude forcée lui pèse et le fait de changer de nom souvent et de travail commence à la fatiguer mais elle tient le choc car elle veut satisfaire sa bienfaitrice. Croyant pouvoir s’en sortir toute seule, elle devise avec le roi du darkweb mais elle se méprend et tombe bien vite sous le coup du chantage, il ne lui restera plus beaucoup de solution…

Adélaïde : C’est une jeune femme avec une bonne situation, un mari médecin, trois enfants dynamiques. Lorsque ses sens se développent sans trop savoir pourquoi; elle est démunie et pense devenir folle. Elle devra affronter l’Exorcisme, l’asile, lâchée et trahie au sein même de son cercle de confiance.

D’autres personnages gravitent autour d’elles et mériteraient un petit mot ici, mais comme toujours je ne veux pas dévoiler trop d’intrigue.

La Plume, le Scénario :

Si le début, et je dis bien le début du livre 1 a freiné mon imagination, le livre 2  s’est révélé beaucoup plus addictif !!

A la suite du livre 1, j’ai donc continué l’aventure avec Marie, le personnage principal de l’auteure Luisa Gallerini, et quel plaisir, pas de longueur, juste une hâte de passer de chapitre en chapitre pour suivre les protagonistes !

On retrouve Marie dans sa vie de tous les jours et on sent ce poids de la solitude et en même temps on comprend la nécessité… Mais ce n’est pas une vie facile, de plus elle doit souvent changer de nom, déménager très vite pour échapper à un ennemi qui semble très accroché.

Comme dans le livre 1, l’auteur m’a tenu dans le creux de sa main avec ses chapitres enchevêtrés entre passé et présent. Par contre cette fois, le personnage du passé raconte elle même son histoire, il ne fait pas suite à la lecture d’un journal de bord, en tout cas au début… on ne sait pas vraiment qui est le personnage, c’est Adélaïde bien sûr mais on ne sait pas encore quel rôle elle joue dans tout ce récit, que vient faire ses particularités dans l’histoire et c’est très efficace et intrigant !

L’intrigue était passionnante :

  • d’un point de vue social d’une part, au 19ème siècle, le simple fait de posséder des dispositions non communes aux restes des mortels faisait de vous un suppôt de Satan pour les voisins, votre famille et surtout pour l’Église; Même Adélaïde a peur de ses sens sur-développés, elle pense devenir folle comme sa grand-mère dont on ne sera pas vraiment ce qu’il lui est arrivé; Celui qui n’est pas comme tout le monde passe par l’Exorcisme et/ou l’Asile… d’autre part, avec le mari d’Adélaïde, on approche la société des médecins, la reconnaissance recherchée par certains, le poids du « qu’en dira t-on ».
  • Ensuite, d’un point vue purement littéraire, l’étourdissement des sens d’Adélaïde est curieux, mais alors qu’est ce que c’est énervant de la voir se flageller, de voir qu’elle croit devenir folle… grrrr on a envie de lui dire mais non c’est formidable !!! mais bon il faut se rappeler qu’on est au 19ème siècle.

Et à chaque fois que l’on retrouve Marie, on doit quitter Adélaïde et vice versa, rhoooo c’est frustrant j’avais envie de continuer avec Adélaïde, de même quand j’étais prise dans le récit de Marie … je n’avais pas envie de la quitter. Que d’émotion, l’auteure par ce stratagème m’a bien harponné avec ses protagonistes.

Passons au présent avec Marie, qui approche une société secrète sans trop le savoir. Croyant fuir ses poursuivants en recherchant des renseignements sur le Darkweb; Marie se retrouve prise au piège entre une communauté « Ceux d’en Haut » et le roi des Hackers qui essaie de se faufiler jusqu’aux racines de la communauté… mais quel est le but de ces deux entités ? Pourquoi tiennent t-ils absolument à mettre la main sur Marie ? L’auteure nous dévoile une petite partie des desseins de la communauté, à vous de lire ce roman pour trouver la réponse !

En Bref :

Ce récit m’a direct emporté dans l’histoire, peut-être parce que je venais de finir le livre 1 et je voulais continuer à suivre Marie. L’histoire d’Adélaïde mêlée à celle de Marie fut un vrai plaisir de lecture. Emportée dans le Paris du 19ème siècle entre exorcisme et asile;  puis retour au présent dans une folle poursuite entre réseaux sociaux où le tout numérique prend tout son sens quand on pense aux données de chacun et une très vieille communauté qui ne souhaite pas apparaître sur le net.

Une lecture passionnante !

Merci à l’auteure Luisa Gallerini de m’avoir fait confiance pour la lecture de ses 2 livres ! Merci de m’avoir fait découvrir votre univers si varié !

Ceux d’en haut, livre 1 : La Momie de Pâques de Luisa Gallerini

Titre : Ceux d’en haut

Livre 1 : La Momie de Pâques

Auteure : Luisa Gallerini

Éditeur : Autoédité

Genre : Thriller, Aventure

Format : Epub

Nombre de pages : 475

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteure :

« La vie éternelle est-elle un mythe ou une réalité ? Paris, aujourd’hui : Marie trouve une amulette égyptienne avec un mystérieux papyrus sur la place de la Bastille. Alors que rien ne la prédispose à devenir une aventurière des temps modernes, elle se prend vite au jeu des énigmes. A la recherche d’un carnet de voyage qui renferme le plus grand secret de tous les temps, elle se lance tête baissée dans une haletante chasse au trésor qui se transforme rapidement en dangereuse chasse à l’homme. Égypte, 1863 : Dans le carnet de voyage, une archéologue relate son périple à travers l’Afrique du Nord, des tombeaux de la Vallée des Rois aux catacombes d’Alexandrie, en passant par le monastère Sainte-Catherine bâti dans le désert rocheux du Sinaï. C’est lors de cette expédition aux portes de la mort que la jeune femme voit toutes ses convictions s’écrouler une à une : la magie n’existe que dans les livres, 1 + 1 = 2, l’amour entre femmes est impossible, le Christ n’a jamais ressuscité, la vie éternelle est un mythe… Entre rebondissements, révélations et complots ancestraux, « La Momie de Pâques » est une grande aventure où l’histoire se mêle au fantastique, la religion à la magie, l’amour à l’interdit. »

Mon  avis :

Merci à l’auteure Luisa Gallerini pour cette aventure intense entre Paris et l’Égypte.

L’histoire :

Un soir en rentrant chez elle, Marie trouve un papyrus et une amulette. Elle décide de faire des petites recherches qui vont l’entraîner bien loin de ce qu’elle pouvait imaginer.

Prise dans une fièvre aux énigmes; Marie nous emmène dans le passé au 19ème siècle et surtout en Égypte, sur les traces de Jeanne et Luisa. Là tout ce à quoi elle croyait, s’écroule et s’ouvre à elle un nouveau champ des possibles, une nouvelle façon de pensée la création. Jeanne nous apparaît surprise, bousculée faisant face à la dure réalité de la culture des pilleurs de tombe. Il faudra qu’elle trouve un subterfuge étonnant pour son époque pour arriver à ses fins et surtout entrer dans le monde des antiquités et aborder ce savoir et ces lieux parfois interdit aux femmes.

Entre mythes revus et corrigés, aventures, bouleversements et découvertes fracassantes; les vies de Jeanne et Marie mêlées (avec deux siècles d’intervalles) seront en danger; elles devront ruser pour aller jusqu’au bout de leurs découvertes.

Les personnages :

Marie : Elle travaille à Paris et son métier ne lui apporte pas de fortes émotions… un soir en errant dans la ville, elle tombe sur la découverte qui va complètement bouleverser sa vie, à tout jamais : un papyrus et une amulette. D’abord moyennement curieuse, elle se prend étonnamment vite au jeu des énigmes et bascule dans le monde très protégé des antiquités.

Jeanne : C’est une jeune femme qui part en expédition avec des hommes au 19ème siècle, en Égypte. Elle se rend vite compte que le monde des pilleurs de tombe est bien réel et très dangereux. Elle décide de faire un bout de chemin seule, mais pas de n’importe quelle façon, je ne vous en dirais pas plus. Faisant chemin, elle rencontre Luisa une jeune femme dont l’époux fait affaire en Égypte. Elles se lient d’une très forte amitié et Jeanne va découvrir des émotions aussi troublantes d’exquises.

Luisa : C’est une jeune femme qui voyage d’abord avec son oncle pour rejoindre son époux. Sa rencontre avec Jeanne va la sortir de sa léthargie et elle va trouver en Jeanne une compagne fonceuse, timide, douée pour tout ce qui concerne l’Égypte mais pas très calée niveau Bible. Ensemble, elles se complètent et décident de mener une aventure dangereuse mais totalement exaltante. Un personnage étonnant vous le découvrirez, tout d’abord avec son nom (je n’avais jamais rencontré une telle configuration) mais également avec une telle sagacité, une telle détermination à rebondir !

La Plume, le Scénario :

J’ai mis un certain temps avant de m’habituer à la plume de l’auteur; les 50 premières pages m’ont paru très longues car les phrases étaient trop longue, trop littéraire, trop métaphorique… bref l’écriture est devenue une barrière à mon imagination très rapidement. Le récit sur Marie ne m’apparaissait pas intéressant à cause de la réflexion causée par ses phrases trop complexes à mon goût.

Comme à mon habitude j’ai continué ma lecture, non pas parce que je m’étais engagée (un petit peu quand même…) mais aussi parce que je n’abandonne jamais un livre en cours de route. Et comme bien souvent, j’ai eu raison car la suite ou tout simplement mon temps d’adaptation passé, l’aventure de Marie, s’est avéré palpitante !

J’ai vraiment apprécié de me glisser dans la peau de Marie et suivre l’aventure de Jeanne et Luisa au travers de l’Égypte du 19ème siècle. Cette chasse au trésor déguisée en journal de bord était tout à fait captivante.

Les connaissances sur l’Égypte de l’auteure complétées à l’histoire de Jeanne et Luisa, sont devenues une aventure très intéressante. L’auteure nous  fait partager une petite immersion dans l’Égypte du 19ème siècle, grâce à la trépidante aventure de ses deux protagonistes. Deux femmes qui ont osé braver les interdits par divers subterfuges étonnamment espiègles et risqué pour l’époque !

Et ce secret qui enfle de plus en plus; on le sent si près qu’on a peur qu’il nous échappe… pour le coup Luisa Gallerini, l’auteure ménage très bien son suspens et ses effets !

Bon j’avouerai que par moment, l’envolée lyrique de l’auteure sur l’Égypte donnait des moments assez longs qui auraient pu devenir très vite ennuyeux car on s’éloignait un peu de l’histoire des personnages et le récit glissait doucement pour devenir un documentaire historique … mais ça ne durait que quelques pages; Dans ces moments là, on pouvait sentir la passion de l’auteure pour l’Égypte ancienne.

Une fois les deux protagonistes du passé parties dans leurs tribulations, l’aventure et le suspens sont devenus intense !

Ce surprenant trésor, dont il est question dans le récit, m’amène à poursuivre avec « Ceux d’en Haut, livre 2 : Une promenade hors du corps » du même auteur, Luisa Gallerini.

En Bref :

L’Égypte est un sujet toujours intéressant et plein de mystère; le berceau des religions où les plus folles rumeurs ou prophéties ou découvertes donnent encore des rêves ou des cauchemars aux passionnés comme aux non-initiés 😉

Après des débuts laborieux, la suite de l’histoire s’est révélée captivante; et j’ai vraiment pris plaisir à suivre Marie, Jeanne et Luisa (tellement que je poursuis avec le tome2)!

Merci à Luisa Gallerini de m’avoir fait confiance 🙂

Les Clans-Unis, Lutèce au Crépuscule de Naëlle Burgonde

Titre : Les clans-Unis, Lutèce au Crépuscule

Auteure : Naëlle Burgonde

Éditeur : Autoédité – Librinova

Genre : Fantazy

Format : Epub

Nombre de pages : 247 (PDF)

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteure :

« Une agression, une nuit, à la sortie de la Pyramide, nouvelle boîte de nuit Lutécienne, et Thémis se retrouve plongée dans un univers aussi étrange qu’inquiétant.
Cette nuit-là, Thémis découvre que le petit ami de son jumeau, Sam, est un vampire – et que son vampirisme n’a rien à voir avec les vampires du cinéma – que les pouvoirs paranormaux qu’elle possède depuis sa naissance ont une origine surprenante et que les chevaliers sauveurs de damoiselles en détresse ne sont pas toujours charmants.
Toutefois, poussée par la curiosité, Thémis se familiarise doucement avec ce monde et ses coutumes.
Jusqu’au jour où Sam disparaît. Soudain, son monde vole en éclat et tout s’accélère. »

Mon  avis :

Merci à l’auteure Naëlle Burgonde pour avoir permis ce partenariat et m’avoir offert une agréable lecture.

L’histoire :

Thémis et Sam se retrouvent  dans une nouvelle boite de nuit dont ils ressentent tout de suite une ambiance particulière et menaçante. Quand ils décident de partir, ils sont agressés par des créatures immenses et dangereuses. Ils sont sauvés in extrémis par un personnage tout aussi terrifiant... qui deviendra par la force des choses emblématique dans la suite des évènements…

Sam est enquêteur et ce genre d’endroit commence à l’intriguer; il sait qu’il y en a plusieurs et que leur influence malsaine commence à s’étendre et prendre un pouvoir très dangereux… mais Sam devient gênant et se fait enlever; à compter de ce jour Thémis n’a plus qu’une idée en tête retrouver son frère et abattre tout ce qui l’en empêchera, avec l’aide des vampires du Clans-Unis ou pas. Elle fonce tête baissée !

Les personnages :

Thémis : C’est un petit bout de bonne femme avec un caractère bien trempé, toujours célibataire car personne ne trouve grâce à ses yeux et surtout personne n’accepte cette relation fusionnelle qu’elle entretient avec son frère jumeau Sam. Elle est dotée d’un pouvoir surnaturel depuis son jeune âge et essaie tant bien que mal de le contrôler. Il est assez efficace pour se défendre de simple humain, mais qu’en est-il vraiment face à une bête assoiffée de sang ? Quand elle apprend l’existence de vampire, sa vision du monde change et s’ouvre en grand. Elle se rend compte qu’autour des humains vivent des vampires depuis toujours en totale cohabitation … enfin jusqu’à quelques mois…

Sam : C’est le frère jumeau de Thémis, leur lien est très puissant depuis qu’ils sont tout petit. Personne ne pourra leur enlever. Il est enquêteur indépendant, lors d’une mission il rencontre celui qui va devenir son petit ami, un vampire : Wolf. Il est assez nonchalant mais il sait se battre. Lorsqu’ils se font agresser lui et sa soeur à la sortie de la boite de nuit, une seule chose compte : protéger sa soeur. A la suite de cette agression, il mène sa propre enquête et se fait enlever.

Il y a beaucoup d’autres personnages qui mériteraient que je les présente, mais ça enlèverai une partie de la découverte du prochain lecteur que j’aurai réussi à tenter… Tout ce que je pourrais dire c’est que les vampires ne sont pas tous comme on pourrait se les imaginer

La Plume, le Scénario :

L’écriture de Naëlle Burgonde est fluide et agréable, elle utilise un très bon hameçon pour commencer son récit (en tout cas pour moi il était efficace !) : Tout commence par une scène des plus réelles, une exposition, un salon de la joaillerie, après, tout s’enchaîne très rapidement. Si l’histoire m’a très vite captivé; je me suis retrouvée un peu dépassée par l’afflux de nouveaux personnages et leur clan, au point que je me suis fait un brouillon pour ancrer ces personnages et leur position plus aisément.

Après ces quelques pages qui m’ont un peu déstabilisée sans enlever le plaisir de lecture, j’ai lu la suite avec intérêt et curiosité mêlée.

Le monde de Thémis et Sam est captivant; leur lien étrange et leur statut bien plus encore ! (mais de quel statut elle parle elle ?!? 😛 ) ben je vais encore une fois pas m’étendre sur le sujet…

Ce monde des vampires bien que le sujet est déjà abordé dans plusieurs romans, offre une nouvelle donne, une autre vision; Les vampires de l’auteure Naëlle Burgonde sont spéciaux; non ils ne brillent pas au soleil 😀 ! Ils ne sont pas des vampires comme on a coutume de les visionner ou imaginer; J’ai vraiment apprécié cette nouvelle race où l’on trouve aussi bien des bons et des méchants… L’humain paraît un tout petit peu fragile à côté de ces créatures impressionnantes, mais certaines luttent pour protéger l’humain, pour protéger cette cohabitation. Par contre, certaines beaucoup moins scrupuleuses considèrent  évidement les humains comme une nourriture, comme du bétail, comme des distributeurs de sang frais… pour ça pas de changement du côté vampire du mal 😉 .

Passons à la romance, je ne peux pas en dire de trop sans faire de spoil… mais tout ce que je peux dire c’est qu’il y a plusieurs romances, tout d’abord celle de Sam dont l’auteur parle dans le résumé; Sam est en couple avec un vampire et il n’en a encore pas parlé à sa soeur qui ne sait pas que les vampires existent… Sam et sa soeur ont un don spécial, un don qui les protège des vampires peu scrupuleux… on apprendra au fur et à mesure du récit que le couple déjà peu orthodoxe de Sam et Wolf (humain/vampire) n’est pas ordinaire car de mémoire de vampire personne n’a connu le détail étonnant de Sam !

Quand à l’autre romance…. ben je peux rien dire et pourtant j’en meure d’envie !!! Elle est juste étonnante mais pas tant que ça vu le caractère des personnages concernés, et puis déconcertante, émouvante…. Grrrrr je ne peux rien dire !!!!

Thémis et Sam vont devoir affronter les forces du mal (ouais j’y vais fort …); bon des vampires qui ont choisi le mauvais clan; Et ce n’est peut-être pas Thémis et Sam qui devraient avoir peu des vampires assoiffés de sang…

J’ai aimé voir les vampires sous cet angle; c’était agréable, nouveau et passionnant !

Une dernière petite chose qui m’a un peu manqué, c’était un petit fil conducteur avec la joaillerie de Thémis 😉 , rien de bien méchant et qui n’a en rien entaché ma lecture.

En Bref :

Un sujet (les vampires) déjà abordé dans moult romans, mais Naëlle Burgonde, l’auteure a ce petit truc en plus; Elle a donné un nouveau sens, une nouvelle direction, une nouvelle race de vampire peut-être … en tout cas c’était rafraîchissant et très agréable !!

Merci d’avoir partagé avec moi votre univers Naëlle Burgonde !!

Anouk d’Olivia QUÉTIER

Titre : Anouk

Auteure : Olivia QUÉTIER

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain, psychologie

Format : Epub

Nombre de pages : 220 (PDF)

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteure :

« On en a tous rêvé. Elle l’a fait. Disparaître. Anouk, mariée, deux enfants, part comme chaque matin au travail. Mais elle ne s’y arrêtera pas. Elle poursuivra sa route. Ce livre est l’histoire de sa disparition. Elle quittera tout, son mari, ses enfants, son amant, ses amis, elle se délestera de ses papiers, de son argent, de sa vie. Elle fuit, se fuit, change de nom, de métier, de relations. Ses démons intérieurs ne la quittent cependant pas.
Son mari, Pierrick, la cherche, la poursuit, tente de retracer son chemin, il questionne leur entourage et peu à peu se dévoile la véritable histoire d’Anouk.
Un récit à double voix où Anouk et Pierrick livrent chacun leur expérience de cette disparition volontaire. »

Mon  avis :

Merci beaucoup à l’auteure Olivia QUÉTIER pour m’avoir à nouveau fait confiance avec son nouveau roman poignant et douloureux ! MERCI !

L’histoire :

Anouk est à bout, elle ne supporte plus sa vie, son travail et sa famille… elle se sent usée, plus apte à compenser. Un matin en partant comme d’habitude au travail; elle ne s’y arrête pas… elle continue, elle s’échappe de cette vie qui l’étouffe ou tout au moins elle croit y réchapper mais n’est-ce pas une pure illusion…

Anouk et Pierrick nous raconte, cette longue descente aux enfers pour elle, cette attente insoutenable pour lui. Si Anouk veut effacer celle qu’elle est, Pierrick la recherche ardemment; il veut y croire, il veut encore la sauver, la ramener dans sa maison près de ses enfants… Il ne comprend pas, il échafaude des scénarios, du plus obscur au plus optimiste... en vain.

Parcourt d’un couple à la dérive, d’enfants embarqués dans ce tumultueux mouvement à jamais marqués.

Les personnages :

Anouk : c’est d’abord une jeune femme presque comme les autres, écrasé par un travail qui l’a déçoit, qu’elle finit par détester, une famille comme les autres où le mari attend sagement son retour pour préparer à manger, des enfants qui bougent, qui crient, qui n’obéissent pas… Une vie presque normale. Mais ce soir c’est le soir de trop. Elle est pleine de paradoxe, elle aime son mari, ses enfants mais ne les supporte plus… Elles les abandonne pour qu’ils vivent mieux sans elle… mais elle choisit de disparaître pas juste de les quitter… juste disparaître sans un mot...

Pierrick : C’est le mari, gentil et attentif qui pense faire de son mieux pour soutenir sa femme en plein désarroi. Il pense savoir ce qui est bien pour elle. Elle la recherche ardemment sans s’être vraiment posé la question : »veut-elle rentrer ? » …tout au moins au départ… malgré tout ce qu’il subit il s’accroche veut ramener sa femme, la maman à ses enfants. Il est courageux, car il décide de prendre sa famille à bras le corps, il est déchiré entre son travail, ses enfants et les recherches qu’il fait pour retrouver son épouse. Tout un tas de sentiments le traverse, il s’use, il se refuse d’entendre ce que ses amis et proches essaient de lui faire comprendre; il y croit, il va ramener son Anouk !

La Plume, le Scénario :

Olivia Quétier, l’auteure, nous amène dans la vie d’Anouk à ce moment charnière, plutôt à ce moment critique où tout bascule. Anouk est au bout du rouleau, et l’auteure nous le fait sentir avec ses mots. J’avoue m’être retrouvée dans ses mots le ras le bol d’un travail non valorisant, de rentrer à la maison éreintée et finalement il faut entamer sa deuxième journée et faire à manger pour sa petite famille… ce ras le bol d’être sollicitée à un moment où on aimerait être dans une bulle et ne rien entendre ni voir… L’envie soudaine de tout quitter et d’aller loin sur une île ou au plus profond des bois…

Quel drame, de suivre Anouk dans sa descente aux enfers. Je l’ai détesté de se tuer à petit feu, de laisser ses proches sans savoir si elle va bien alors qu’elle se perdait dans une autre vie. j’étais agacée de cette perdition dont on apprend au fur et à mesure des pages les raisons au début vagues puis plus précises. Et d’un autre côté l’envie de la prendre dans mes bras et lui dire de tenir que la vie vaut le coup !

Anouk n’était pas la seule à m’énerver, son mari qui tentait tout, malgré le mal qu’elle faisait à leur famille… Mais finalement il essayait juste de maintenir ce qu’il perdait comme un pull en laine que l’on détricote dont on retient le dernier fil … Son sursaut m’a fait comprendre que oui c’était le mieux qu’il avait à faire pour sauver sa famille, ses enfants et ça passait par le sacrifice d’Anouk.

On sent dès les premières lignes qu’Anouk n’est pas une simple femme fatiguée qui lâche prise… malheureusement on finit par toucher un sujet très sérieux lié à l’enfance et aux secrets qui font plus de mal qu’ils ne protègent… mais pas que… si vous voulez savoir ce qui pousse Anouk à rejeter plus loin son existence, il faudra lire le livre d’Olivia Quétier, je ne vais pas tout dire quand même !

Que c’était douloureux de la suivre, de la sentir se perdre et d’entraîner quiconque pouvait s’attacher à son bateau…

Quand on est parent, ce livre pousse à la réflexion, est-ce qu’on est assez présent dans la vie de l’enfant ? est-ce qu’on a pas loupé quelque chose ? est ce qu’on est trop présent? faut-il privilégier ses enfants au détriment de sa vie personnelle ? Est-ce égoïste d’essayer de refaire sa vie après un divorce ? Faut-il tout dire aux enfants ? Bref, finalement ce livre torture les esprits hypersensibles peut-être...

En Bref :

Une lecture importante, percutante et douloureuse. Voilà en trois mots ce que je peux dire d’Anouk d’Olivia Quétier.

Merci pour ce moment de lecture spécial, douloureux certes mais qui amène à la réflexion que finalement sa vie n’est pas si mal et surtout qu’il faut être attentif à l’autre tout autant qu’à soi.

Les Citadelles Tomes 1 & 2 d’Isabelle Morot-Sir

Titre : Les Citadelles Tomes 1&2

Auteure : Isabelle Morot-Sir

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 442

Sorti le 18 août 2018

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé :

 » Comment peut-on passer d’une vie fade de secrétaire dans un cabinet notarial parisien, à celle de gardienne d’un pouvoir mythique? De surcroît au milieu de plaines immobiles, sous un soleil écrasant, dans une citadelle en guerre, parcourue par des dragons et leurs non moins terrifiants dragonniers… C’est bien ce que risque de découvrir Mona à son coeur défendant, elle qui meurtrie par la vie ne souhaite plus dans son existence que l’amitié de sa plante carnivore…
Et si notre place n’était pas celle que l’on croit? Et si notre monde en cachait un autre? Et si notre destin était écrit? L’héroïne d’Isabelle Morot-Sir ne se doutait pas qu’une visite chez l’antiquaire pouvait transformer sa vie… Et pourtant! Cocktail entraînant de fantasy et de romance, « La Citadelle des dragons » veille à garder grandes ouvertes les portes de l’imagination. »

Mon avis :

Un grand merci un l’auteure Isabelle Morot-Sir pour ce partenariat; ce fut une lecture très enivrante que dis-je une folle aventure !

L’histoire :

L’histoire commence par la description d’une brise traversant la ville… C’était très beau à lire !

Mais on tombe brusquement comme le vent sur Mona; une jeune femme à la démarche mécanique et déterminée. Elle est secrétaire d’un notaire plutôt gentil; mais Mona traîne une tristesse, un chagrin incommensurable, elle s’interdit même le plus petit plaisir de vie… Bref, ce jour-là son patron l’envoie chez un client pour lui faire signer des papiers…Et si la vie lui réservait un autre destin, une autre mission et si la vie en avait décidé autrement pour elle !

Voilà comment Mona se retrouve brusquement dans un monde en guerre, gardienne d’un pouvoir immense et bien plus encore…

Les personnages :

Mona : C’est une jeune femme blonde, un peu chétive … enfin on pourrait dire un petit gabarit. Dans sa vie la tristesse l’habite, la parasite même… on ne sait pas tout de suite pourquoi, j’ai soupçonné un terrible drame puis alors que la vie voudrait lui offrir quelque petite joie, Mona se les interdit. Alors le destin ou la vie ou autre chose, quoique ce soit a décidé que Mona était la personne idéale pour accomplir le destin de Gardienne. En rentrant dans une boutique d’antiquité, elle est loin de se douter que certaine rencontre vous marque et vous change à vie

L’antiquaire : c’est un vieux monsieur, un peu étrange voir carrément énigmatique. Il a l’air d’un vieux savant fou, qui s’en fiche de ces papiers à signer, mais par contre il semble très intéressé par Mona, en tout cas par ce qu’elle dégage. Il l’épie car il est persuadé qu’elle va trouver dans son immense capharnaüm ce qu’elle cherche …

oui oui j’essaie d’être énigmatique 😀 Je ne voudrais pas tout dire quand même ! Où serait le plaisir du lecteur que j’aurais réussi à tenter ?

La Plume, le scénario :

Quel début de récit que le passage d’une brise, d’un vent espiègle dans la ville, je pouvais presque le visualiser tellement c’était joliment transcrit ! Voilà comment en quelques pages je savais déjà que j’allais vivre une formidable aventure !

Et quelle aventure, suivre Mona, douloureusement au travers de cette ville, sa ville, m’a transpercé le coeur…son saut dans un monde inconnu avec tous ces gens qui faisaient d’elle la gardienne qui allait tous les sauver et ses rencontres chocs ! wow !

Puis à chaque pas, dans cette nouvelle vie qui s’offrait à elle, fut étonnant, plein de doute. Que pouvait bien faire un petit bout de femme dans cette dure vie, malgré tout le respect que tout le monde pouvait lui apporter; malgré ce pouvoir…

Je me suis attaché à Mona, à sa façon de penser, à sa détermination à trouver des solutions aux problèmes qu’on attendaient qu’elle résolvent. C’était épuisant, frustrant puis quand elle a enfin trouvé, mais oui ça tombait sous le sens, c’était risqué mais c’était la seule solution…

L’auteure a réussi à me faire (presque…) « rentrer » dans la peau de Mona, dans ces décisions, dans ses doutes, dans ses joies. Une écriture si « imprégnante » qu’elle vous propulse au coeur du récit avant que vous ne vous en rendiez compte.

C’est frustrant de ne pas raconter l’histoire un peu plus mais elle est tellement captivante que chaque détail a son importance et le plus petit spoilers risque de ternir cette belle aventure. En tout cas Mona nous donne une belle leçon de vivre ensemble; j’ai vraiment aimé ce passage dont je ne dirais rien mais qui fiche une claque car tellement plein de réalisme et de sens !

Chaque personnage est décrit avec réalisme; par exemple, j’aurais aimé voir vraiment le sourire carnassier de Tar’dva; avec les descriptions de l’auteure je pouvais aisément le visualiser et surtout l’apprécier 😉 chut ! je n’en dirais pas plus.

J’ai volontairement occulté le résumé du deuxième tome car non vraiment trop de spoilers !!! Tout ce que je peux dire c’est que le lien entre les deux tomes est puissant mais chaque histoire à son importance et celle du deuxième tome est tout aussi tragique que belle. Suivre la protagoniste fut tout aussi époustouflant que dans le premier. Une expérience différente, mais néanmoins aussi passionnante. Dans ce récit ça parle d’hérédité, de différence, de pouvoir être soi-même sans se l’autoriser, de vouloir prouver à tous qu’on est supérieure et surtout digne de son héritage génétique …. je crois que j’en ai trop dit 😥

En Bref :

Merciii Isabelle Morot-Sir ! Pour m’avoir fait découvrir votre univers ! et surtout m’avoir fait partager le quotidien de vos héros 🙂 ❤

Une très belle lecture, qui restera dans mon esprit un petit moment car tellement imprégnante et pleine de sens !