Ary de Juliaa Fynn

Titre : Ary

Tome 1 : Résister

Auteure : Juliaa Fynn

Éditeur  : Autoédité

Format : Epub

Nombre de pages : 205

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé Auteure :

 » « Tu sors d’où ? Tout le monde a des secrets ! »

Et Ary en a plus que quiconque. D’ailleurs, elle ne s’appelle pas Ary. elle change de nom au gré des missions que lui confie la résistance. La prochaine la conduira à Paris. Pour renverser le tyran en place, elle prendra tous les risques. Mais peut-on éternellement mettre ses émotions entre parenthèses au profit d’une cause plus grande. »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Juliaa Fynn l’auteure de m’avoir proposé son livre, une chouette découverte !

L’histoire :

Après de longues périodes de vagues d’attentats perpétrés par des terroristes, les pays se sont d’abord défendus comme ils pouvaient et chacun a fini par se la jouer en solo ou par alliance, pour finir les guerres ravagent notre monde.

Niels Cook arrive en sauveur de la France, il se proclame dirigeant du pays et ferme toutes les frontières. Avec fermeté, il met tout le monde  à contribution, au travail de la reconstruction et de la défense du pays. Tout le monde acquiesce sans rien dire, c’est le sauveur il sait ce qu’il fait…malheureusement toutes les libertés sont restreintes… le pays se relève tant bien que mal au prix élevé de la sacro-sainte liberté.

Ary fait partie de la Résistance, Résistance qui veut dénoncer la démagogie tyrannique de Niels Cook.

Les personnages :

Ary : c’est une jeune fille de 20 ans, enrôlée par la force des choses dans la Résistance depuis au moins 4 ans. Elle a dû quitter en urgence son domicile familial et se retrouve à réaliser des missions pour la Résistance. Elle a mis de côté ses sentiments, elle exécute ce qu’on lui demande sans trop se poser de question; ce qui fait d’elle un agent fiable. Mais peut-elle réellement continuer à résister sans émotions, sans sentiments ? ça parait de plus en plus difficile…

Marc : c’est un des boss important de la Résistance. Il est mystérieux, ne partage pas ses infos avec ses collaborateurs par sécurité, par paranoïa, parce qu’il cache peut-être quelque chose… finalement le lecteur ne sait pas trop.

Helen : Elle a pris Ary sous son aile quand la jeune fille s’est enfuie de chez elle. Elle est devenue comme une seconde mère; et elle n’est pas toujours d’accord avec la façon dont la Résistance utilise la jeune fille.

Josh : C’est un agent de la Résistance basé à Paris. Il a un passé douloureux et il est très méfiant envers tout le monde voir paranoïaque… Il est un agent de soutien pour Ary lors de sa mission parisienne…Il doit la surveiller, veiller à ce qu’elle exécute bien sa mission; mais prendre soin d’elle, veiller sur la vie de la jeune était une option qui est devenue prioritaire

La Plume, le Scénario :

Dès les premières lignes on tombe dans un roman que j’appellerai futuro-dystopique; genre scénario sombre où la France a régressé dans tous les domaines au nom de la sécurité intérieure (liberté d’expression, accès aux médias, Import-export et surtout le statut social de la femme…) Bref sur le coup c’est assez effrayant je dois dire.

Le personnage d’Ary est bien travaillé, réaliste. C’est une jeune femme à qui il ne reste plus trop d’illusion et dont la méfiance est le premier instinct, le premier sentiment qui lui vient à l’esprit quand elle rencontre quelqu’un. Il y a bien longtemps que les mots « joie et rire » ne font plus partie de son vocabulaire.

Niels Cook, le dirigeant auto proclamé entrave l’évolution du pays qu’il contrôle mais aussi des personnes qui y vivent sous couvert de sécurité intérieure… finalement l’auteure ne nous livre pas grand chose sur ce tyran… ce tome 1 est plutôt accès sur Ary.

J’avoue que ce genre de scénario me fait peur (tout comme la série « The Handmaid’s Tale » que je ne veux pas regarder…) Vous me direz « la peur n’évite pas le danger » … c’est pour ça qu’il faut rester vigilant et toujours avoir l’esprit critique en éveil face aux personnes extrêmes.

Bon revenons à Ary, pour la mission parisienne, l’auteure s’est davantage attaché à l’évolution des personnages concernés : Josh et Ary; et peut-être un peu moins sur la mission d’Ary que j’ai trouvé presque trop facile et un peu vague… bon pas la partie où son corps sert à la Résistance … bref mes sentiments sont ambiguës.

Après avec un peu de recul, la mission nous paraît aussi vague qu’elle l’est à Ary, donc finalement le lecteur se sent comme Ary;  c’est à dire un peu confus face à une mission dangereuse qui n’a pas vraiment de but ou un but pas clairement défini et surtout une mission qui est l’infime partie d’une plus grosse opération dont Ary ne sait absolument rien car son boss cache la finalité.

On arrive à la fin du roman et justement on aimerait bien savoir ce que complote la Résistance, quel est leur but final ? et surtout quelle est cette grosse opération ? Pas d’inquiétude le tome 2 est en préparation 😉 (confidence de l’auteure 😉 )

En Bref :

Un roman agréable à suivre, il se lit vite car l’écriture de l’auteure est fluide.

Un roman futuriste glaçant pour ma part pas tant dans l’histoire mais plutôt dans le symbole, le futur plausible… pour ce retour possible au « Moyen-Age » de la condition féminine.

Merci encore à l’auteure Juliaa Fynn de m’avoir proposé son roman, ravie de cette découverte qui aiguise l’esprit critique 😉

Publicités

I#CONE# de François BERDEAUX

Titre : I#CONE#

Auteur : François BERDEAUX

Éditeur : Autoédité

Format : Site Internet – www.icone.site

Genre : (Très) contemporain, ésotérique, historique

Nombre de pages : Un certain nombre

Besoin spécifique : Une connexion internet

Résumé de l’auteur :

L’auteur n’en fait pas vraiment.

Quand François Berdeaux m’a contacté, il a décrit son récit comme « un roman numérique d’un genre nouveau […] une aventure littéraire 2.0. […] ce thriller plonge dans les méandres d’un ésotérisme 2.0. en mêlant Histoire et anticipation; mélangeant les genres au sein d’un roman novateur aux allures de site internet ».

Dans le teaser dédié à ce site on peut y voir défilé un nuage de mots assez évocateurs : Prophète anonyme – La Grande Pyramide – Internet – Bitcoin -John Dee – Bourges – Henoch – Jesus – Rennes-le-Château… et il existe un lien entre tout ça !

Mon avis :

L’histoire :

Idris est dans une mauvaise passe personnelle et professionnelle… Au détour d’une conversation avec un ami, il se retrouve à visionner une vidéo sur la Grande Pyramide (l’auteur laisse un lien au lecteur pour qu’il puisse lui aussi visionner cette vidéo). Peu de temps après sa vie bascule dans une aventure haletante où théories complotistes, Histoire invraisemblable et véritable se côtoient. Plus ses recherches partent dans tous les sens plus elles se recoupent, plus on se rapproche (ou pas) de la vérité. Mais il n’est pas seul dans l’aventure, Émilie et Paul le soutiennent et l’aide à structurer ses idées.

Les personnages :

Idris : Il n’a rien du grand chercheur de trésors, pas forcément croyant non plus. Il semble être une personne lambda en déroute psychologique… Pendant que sa vie bascule, il trouve peut-être dans cette étrangeté de quoi s’accrocher à cette existence qui part en cacahouète… Il a l’air sensible, pas idiot dans le sens pas le genre à se faire arnaquer (si tenté qu’il y ait un genre). Il s’attache à Émilie car elle a l’air sincère et paraît aussi perdue que lui face à cette aventure. Et Paul est un personnage haut en couleur, très érudit ce qui fait de lui un compagnon d’aventure « fiable ». Idris ne comprend pas comment et surtout pourquoi il se retrouve dans cette aventure.

Émilie : Elle est complexe; une organisation l’a engagée pour guider Idris. Finalement on sait peu de chose sur elle, juste ce qu’elle laisse entrevoir de son profil, c’est à dire une étudiante en déroute dans les labyrinthes du métier de comédien. Elle est très emballée à chaque avancée d’Idris, dès qu’il décrypte une nouvelle piste ou ramification dans leurs recherches. Ce qu’elle aime chez lui c’est sa ténacité.

Paul : C’est un érudit, il sait beaucoup de choses qu’il transmets bien volontiers à Idris. Leur rencontre n’a pas été si chaleureuse, elle fut compliquée car Paul ne voyait pas comment répondre aux nébuleuses questions d’Idris. Mis en relation par une connaissance commune; Idris a un peu forcé la main de Paul. Après une mise au point essentielle, ils ont commencé à échanger leurs connaissances et leurs découvertes. Paul s’est révélé d’un soutien inestimable.

La Plume, le Scénario :

Ce roman est réellement novateur, pour le coup c’est la première fois que je lis une histoire de cette façon.

Je repose les bases pour vous expliquer mon rapport aux lectures et surtout aux livres :

  1. Au départ, je suis une amoureuse des livres en papier =>> l’odeur, le toucher, la vue – garder les livres sous les yeux dans une bibliothèque… ça c’est mon truc
  2. J’adore toutes les histoires qui s’approchent de loin ou de près à l’irrationnel mais avec un pied dans la réalité (le truc du plausible, peut-être possible …), j’adore la littérature jeunesse, la fantasy dans son plus large spectre, les BD, les Comics et les Mangas.
  3. Depuis maintenant un peu plus de 2 ans, je me suis mise à lire des romans d’auteurs autoédités qu’ils me proposaient, donc très souvent numérique, des « Ebooks », ce format dont je n’étais pas fervente admiratrice, le numérique ce n’était pas pour moi… Mais j’ai découvert de véritables pépites que j’aurai complétement ratée en restant fermée à ce nouveau format. En plus, de lire  sur un support numérique, ça m’a permis d’étendre mes préférences à d’autres genres (roman classique, historique, humoristique même…), bref le numérique est entré dans ma vie un peu en forçant la porte et c’est temps mieux car j’ai pu lire des récits d’un horizon beaucoup plus vaste.

Tout ça pour arriver à l’auteur, François Berdeaux qui a accosté ma boite de réception avec son roman d’un format des temps modernes; et encore un coup de fichu à mes livres papiers chéris !

Le livre, le roman, le récit est un site internet avec un certain nombre de pages; on sent bien le lourd travail de ce format !

J’ai suivi l’histoire d’Idris, d’abord avec méfiance car honnêtement, je n’arrivais pas à trouver le pourquoi de ce format; mis à part des clics… en plus l’histoire d’Idris au départ est malheureusement (pour lui) très courante. Puis au fur et à mesure des pages, je me suis retrouvée prise dans cette envie de savoir où tout ça mènerait Idris.

Pour ce faire, à chaque fin de page on clique pour passer à la page suivante, jusqu’à rien de bien extraordinaire…

Mon avis allait changer car plus on tourne de page, plus l’histoire se complexifie, plus les pages sont tentaculaires. Je m’explique les recherches d’Idris sont rattaché à des pages Google, Wikipédia et il suffit de cliquer sur des points qui se trouvent sur les pages de lecture pour avoir accès aux recherches du personnage. Chaque point de découverte est étayée par des arguments en lien avec Google, Wikipédia

L’auteur se sert également de supports vidéos/ photos des lieux dont les personnages visitent; des plans où ils séjournent lors de leurs visite dans leur course à la vérité. François Berdeaux utilise aussi le support audio pour nous faire entendre la pluie ou des pas lors de la lecture c’est indéniable ça met dans l’ambiance.

Chaque page est agrémentée par des photos, des dessins, des animations qui m’ont permise de me plonger pleinement dans l’histoire en tout cas de visualiser clairement ce que pouvait traverser Idris, Émilie et Paul.

Malheureusement, et oui il y a un MAISd’habitude c’est mon imagination qui fait ce boulot là. Et du coup, dans ce roman, la visualisation étant imposée, clairement réelle; on ne sait plus vraiment si tout ceci est réel ou simplement le récit d’un auteur peut-être visionnaire en tout cas avant-gardiste.

C’est un tout petit bémol, sachant qu’au départ je préfère le livre papier, l’auteur à pris un petit risque sans le savoir …

Je trouve le résultat quand même pas mal du tout. Et je crois que cette histoire par sa forme particulière et un sujet sous-jacent brûlant restera gravée un moment  dans mon esprit. Oui un sujet brûlant car malgré des recherches sur l’Histoire, ça reste quand même un sujet totalement d’actualité.

Cette histoire nous parle d’un Dieu pas si ancien (en tout cas qui sait très bien s’adapter) et l’auteur François Berdeaux est peut-être un lanceur d’alerte ?!?

En tout cas ces derniers chapitres m’ont fait réfléchir sur cette société dont je fais partie et qui est hyper connectée

En Bref :

Un roman prenant au fil des pages, ludique finalement car on devient un peu acteur, si on veut la suite, si on veut connaître les sources d’Idris, bref on clique … on clique… on clique…

Un récit étrange, novateur et alarmant (oserai-je dire ?).

Merci François Berdeaux pour m’avoir proposé votre récit et pour votre patience également 😉

Petit aparté je ne savais pas ce qu’était une Escape Room et soyons honnête (je vis au fond d’une grotte) je n’en soupçonnais même pas l’existence … merci aussi pour cette « grande » découverte pour moi 😉

Hex In the City, Épisode 2 : Die With Style de Dorian LAKE

Titre : Hex in the City

Épisode 2 : Die With Style

Auteur : Dorian lake

Illustratrice : Érica Petit

Éditeur : Noir d’Absinthe

Genre : Fantastique, Thriller

Nombre de pages : 154

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur :

« Taylor remplace au pied levé une chanteuse de rock disparue sans crier gare, alors qu’une nouvelle menace, aux beaux yeux bleus et à l’accent so british, arrive en ville.

À la croisée des chemins entre fantasy urbaine et polar, découvrez la suite des aventures de Taylor, Lionel et Jake dans un récit sans temps mort, dans la lignée des meilleures séries télévisées américaines. »

 

*** ATTENTION SPOILERS (peut-être…)***

Mon avis :

Je fais toujours attention de pas trop en dévoiler, voir ne rien dévoiler du tout mais parfois c’est compliqué de parler d’un roman sans rien dire sur le sujet… j’en m’en excuse d’avance si j’ai spolié …

Encore merci merci à l’auteur pour m’avoir proposé de continuer à suivre Taylor dans une nouvelle aventure.

L’histoire :

Les Die With Style, un groupe de jeunes musiciens, viennent de se produire dans un bar quelconque; Jane la chanteuse, est introuvable depuis… mais pas d’inquiétude ça lui arrive de temps en temps de disparaître…

Pendant ce temps là Taylor vit sa vie amoureuse avec fébrilité, Andréa lui demande de l’accompagner chez son dragon de mère, et Jake découvre que sa nièce est impliquée d’une manière ou d’une autre dans un homicide volontaire et pour couronner le tout la voilà embarquée dans un groupe pour sauver la soirée et les musiciens. Tout va bien dans la vie de Taylor ! mais non ça continue … mais je m’arrête là vous voulez savoir lisez le livre !!

les personnages :

Taylor : on retrouve Taylor, avec une situation amoureuse compliquée, enfin pour elle. On en apprend un peu plus sur elle, un tout petit peu plus; Elle éblouie par son énergie et sa détermination. Toujours aussi farouche et pas vraiment tendre avec ses ex…

Lionel : Déjà présent dans l’épisode 1, il se montre toujours sous un jour vieux jeu, qui ne s’étonne plus vraiment de rien… mais on apprend que malgré ce qu’il est, il a peur de quelqu’un; quelqu’un qui lui en veut depuis des siècles (oups…) mais que c’est un être sensible et il s’en étonne lui-même.

Jake : Son personnage évolue un peu également, il ressemble davantage à un policier qu’à un détective privé alcoolique que dans l’épisode un. Il décide de suivre ses propres pistes, sa propre enquête, il est loin de s’imaginer ce qu’il suit.

Andréa, Sienna font toujours partie de la vie de Taylor; Des nouveaux venus arrivent et ajoutent un touche intéressante à la nouvelle aventure de Taylor.

La Plume, Le Scénario :

Bon autant l’avouer j’ai lu ce roman en quelques heures, très très addictif; je n’ai lâché les lignes du récit qu’une fois la dernière page tournée, même en ebook ça marche :p !!

Comme à son habitude l’auteur dévoile très peu de détails à la fois, et au compte goutte… On en sait un peu plus sur Taylor, pourquoi elle s’est enfuie de New York par exemple.

Dorian Lake commence son récit avec la fin de représentation des Die With Style, un groupe de musiciens qui essaient de percer… L’auteur distille ça et là des indices de ce que pourrait être la nouvelle aventure de Taylor et le lecteur ne se rend compte de rien… on imprime dans un coin de notre tête le pourquoi puis on part sur un autre environnement, ou sur un autre personnage.

C’est toujours intéressant ce type de rythme car on passe d’un personnage à un autre, d’un lieu à un autre pour finalement tous les retrouver au même endroit à la fin ou presque. Chaque personnage est lié d’une façon particulière sans qu’aucun vraiment ne sache qu’ils sont en contact avec les mêmes personnes mais pour des raisons différentes… je ne sais pas si vous me suivez là … je pars … je pars…

La couverture est également réalisée par Érica Petit , toujours singulière et une fois qu’on lu le livre on comprend ou on visualise plutôt, le lieu.

En Bref :

C’est un récit addictif, les personnages ont évolué tout doucement; le voile est levé très très légèrement.

Merci de nouveau à Dorian LAKE de sa confiance et de me faire découvrir avant tout le monde la suite de « Hex »

Isulka la Mageresse, tome 2 : la Vieille Alliance de Dorian LAKE

Titre : Isulka la Mageresse

Tome 2 : La Vieille Alliance

Auteur : Dorian LAKE

Éditeur : Noir d’Absinthe

Genre : Victorian Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 190

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur :

« Au nom de la Vieille Alliance, qui unit la France et l’Écosse depuis l’époque de William Wallace et Robert the Bruce, Isulka, mageresse de cabaret, et Scipione, spadassin vénitien, sont appelés au cœur des Highlands pour lutter contre une ancienne malédiction…

Quelque part entre victorian fantasy, cape et épée et mythes pictes, laissez-vous entraîner dans la suite des aventures d’Isulka et de Scipione. »

Mon avis :

*** ATTENTION SPOILERS (peut-être) ***

Je fais toujours attention de ne pas trop dévoiler la trame du récit mais ça peut arriver alors si c’est le cas j’en suis désolée, et ceux qui n’ont pas encore lu Isulka la Mageresse, tome 1 : La pierre d’Isis =>> Qu’est ce que vous attendez ?!?

Merci à l’auteur, Dorian Lake, d’avoir pensé à moi pour ce tome 2 d’Isulka la Mageresse !

L’histoire :

Isulka s’est installée à Paris et présente des spectacles de vraie magie. Ce soir, alors qu’elle se produit au Chat Noir; Une mystérieuse étrangère la cherche au nom de la Vieille Alliance.  Un malédiction semble s’épanouir sur les Highlands, et Isulka est la dernière chance de Deirdré pour vaincre cette sombre magie qui menace de couvrir l’Écosse de brume tueuse.

Alors qu’Isulka est poursuivie par la police de Montmartre, elle accepte par défaut d’aider Deirdré Calloway. Dans leur fuite, elle tombe nez à nez avec Scipione et Aslin. Les deux compères étaient en train de philosopher sur un duel qui a mal tourné… Scipione est donc également poursuivi par la police…

Ainsi commence leur nouvelle aventure. Les fugitifs réussissent à trouver une échappatoire et quitte la France entre 4 planches (véridique!)

Deirdré les entraîne dans ses Highlands brumeux et dangereux; Isulka et Scipione sont loin de s’imaginer quel adversaire ils vont affronter, ni même que leur venue était très attendue.

Les personnages :

Isulka ne cache plus sa magie, et vit de ses représentations. Elle reste une femme déterminée, courageuse, indépendante et peut-être maintenant résignée à son sort… Elle a toujours des problèmes avec la police car elle vivote de fraude, et fréquente des gens pas toujours honnêtes. Bref c’est toute sa vie.

Scipione manipule sa rapière et sa dague toujours aussi virtuosement bien. il n’a pas encore réussi à retourner dans son Italie… Étant poursuivi par la police, il est de ce fait entraîner dans l’aventure qu’Isulka a accepté par défaut… Il tient toujours à elle mais c’est un grand amoureux, il n’est pas insensible au charme de l’écossaise.

Deirdré a parcouru beaucoup de kilomètres pour trouver Isulka, la seule à son avis à pouvoir l’aider à vaincre la malédiction de son pays… elle est mystérieuse, et quand elle arrive en Écosse son comportement change, elle semble plus pressée, plus intéressée. Elle est séduite par Scipione et se rapproche de lui de façon très équivoque. Elle semble forte, courageuse voir fougueuse pour avoir défié ses frères afin de courir le monde à la recherche d’un Mage. On sent une femme de pouvoir sous ses traits angéliques…

La Plume, le Scénario :

Quel plaisir de retrouver Isulka dans une nouvelle aventure, et quelle aventure !

Cette fois, Isulka nous emmène en Écosse se frotter aux mythes Pictes (sans mauvais jeux de mots 😉 si peut-être…) Elle garde des traces indélébiles de sa première aventure au Caire mais elle est toujours aussi déterminée à aider. Son passage chez les Pictes est déroutant, elle-même ne s’attendait pas à cette expérience entre deux mondes.

Je ne veux pas trop révéler de détails sinon ça gâcherait la suite de la lecture, mais ça me démange.

L’écriture de l’auteur est toujours aussi prenante, on passe d’un monde à l’autre ce qui pour moi maintient un dynamisme agréable et nous emmène très rapidement à la dernière page, j’adore ce type de rythme.

Isulka et Scipione entretiennent toujours une relation ambiguë, elle n’aime pas le voir avec d’autres femmes et lui s’inquiète de ne plus jamais la revoir.

Ils combattent chacun d’un côté d’un monde, pour finalement s’apercevoir qui ont été happés dans un complot magique très puissant.

Et comme toujours la fin laisse notre imagination partir vers d’autres horizons et on attend les prochaines aventures d’Isulka !

En Bref :

Merci encore à Dorian LAKE, l’auteur, de m’avoir permise d’assouvir ma curiosité 😉

Un très agréable moment de lecture; et l’envie de continuer à suivre Isulka.

Petit oubli !! La couverture est tout simplement superbe !!!

Tim au coeur d’or d’Olivia QUÉTIER

Titre : Tim au coeur d’or

Auteure : Olivia QUÉTIER

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain, psychologie

Format : Epub

Nombre de pages : 219 (PDF)

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteure :

« Timothé vit en Lozère. Sa mère est alcoolique, son père un homme simple et bourru. Il veut devenir artiste peintre. Il met tout en acte pour tout quitter. Mais il est ramené sans cesse à cette mère qu’il s’imagine pouvoir sauver. Timothé vit ses années de lycée dans la peur que sa mère ne sombre dans la dépression. Cependant, ses amitiés et sa passion du dessin le maintiennent debout. Alban Théo, Sidonie, vivent avec lui ces années d’adolescence. Nous le retrouvons 17 ans plus tard. Il peine à trouver sa place dans le milieu de l’art dons il ne supporte pas les codes. Pourra-t-il faire éditer sa bande dessinée « Tim au coeur d’or? »? Il est marié, vit à Paris avec un enfant. Sa femme Luce consomme beaucoup de drogues et Timothé se retrouve à nouveau confronté à l’addiction. Il comprendra qu’il doit prendre des distances avec la destructivité qui touche ses proches pour pouvoir avancer. Durant les vingt années qui traversent le roman, il cherchera à se dégager de cette place assignée par les liens familiaux. »

Mon  avis :

Merci beaucoup à l’auteure Olivia QUÉTIER pour m’avoir permis de lire son roman bouleversant et plein d’espoir 😉 MERCI !

L’histoire :

L’histoire de Tim commence par un combat, un combat qu’il choisit de mener contre son conseil de classe. Il est alors en 3ème et son passage en seconde générale est menacé par des résultats insuffisants. Il met tout en œuvre pour démontrer à son proviseur sa détermination à réussir si on lui laisse la chance d’aller au lycée général en seconde.

Tout au long du roman, il essaye de ne jamais perdre de vue sa raison d’être, son combat pour la liberté, ses dessins. Malgré les difficultés de sa famille, de ses amis, il tient bon. La vie va encore lui réserver beaucoup d’embûches, mais Thimothé fait face à son destin, à cette vie parfois brutale, mais elle lui apporte aussi son lot de bonheur.

Au travers de sa passion, de ses difficultés, Tim mûrit, évolue grâce à sa détermination, son « trop » bon coeur, sa mélancolie, mais aussi la lumière qu’il porte en lui.

Les personnages :

Tim : c’est d’abord un jeune homme optimiste, déterminé, solidaire, mélancolique, amoureux… oui oui tout ça en même temps. Sa situation familiale le pousse à continuer le plus loin possible ses études, le pousse à imposer sa passion : dessiner. Il veut fuir ce carcan familial étouffant.

On retrouve Tim, plus tard, c’est un homme mais il est toujours habité par cette même passion mais aussi ses vieux démons, cette colère, cette violence, cette tristesse qui l’étouffe jusqu’à ce qu’il comprenne pourquoi.

Alban : c’est un personnage assez emblématique, c’est l’ancre de Tim en quelque sorte. C’est le meilleur ami de Tim, depuis que Tim a décidé de le défendre des griffes de harceleurs… depuis ce jour ils sont là l’un pour l’autre, leur amitié est indéfectible. Alban est peureux, mais Tim lui donne de la force.C’est auprès d’Alban que Tim vient se ressourcer, s’apaiser, s’épancher, demander des conseils sur la vie.

Une quantité de personnages tournent, vivent autour de Tim; ses parents, le proviseur du collège, son professeur d’art au lycée, Sidonie, Luce, Théo et plein d’autres encore. Ils font tous partie intégrante de sa vie; ils ont tous plus ou moins marqués à jamais la vie de Tim; chacun a contribué à faire de lui ce qu’il est, ce qu’il est devenu. Parfois dans la douleur, parfois dans la tristesse, parfois dans la peur mais aussi parfois dans la joie et l’espoir.

La Plume, le Scénario :

J’ai été happée par les mots de l’auteure, l’histoire de Tim commence en fin de 3ème, attendant le résultat du conseil de classe. Tout commence ici ! La détermination de Tim, son évolution, la vie d’un homme.

Tim est un ado attachant, emplit de tellement de colère et de détermination. Il sait ce qu’il veut et surtout ce qu’il ne veut pas.

Son passage dans la vie est semé d’embûches, mais c’est la vie nous dirait certain… oui mais la façon dont il aborde cette vie que ne le chouchoute pas est une vraie leçon de vie.

Sa lettre, son combat pour passer à tout prix en seconde m’a émue tellement fort … c’était bouleversant.

Puis tout s’enchaîne; sa vie au lycée, son difficile retour au foyer les week-end, Alban, son chêne dans sa forêt. L’auteure est arrivée avec ses mots à me faire sentir cette beauté que voit Tim le matin avant l’école, ce moment d’apaisement dans sa forêt.

J’ai apprécié aussi cette différence entre les amis au lycée, et les amis de longue date, du village. Ces amis qu’on ne peut bien souvent pas mélanger car trop éloigner les uns des autres, trop différents peut-être, car c’est exactement comme ça que je le ressentais en étant ado. Ce petit rappel m’a replongé pour un temps dans ma jeunesse à l’internat.

Parlons aussi de ce qu’il vit au quotidien depuis tout petit avec sa mère qui l’aime tant mais que l’alcool ravage. Cette femme vit désespérément, mais l’alcool endort ses démons, Tim ne supporte plus de voir sa mère se détruire et son père ne rien faire. Il sait qu’elle l’aime mais son addiction est plus forte. Il a vraiment besoin de s’éloigner pour se construire puis vivre sa vie... Mais cette addiction, sa mère le rattrape car il n’est pas en paix avec ce qu’il fait, il a besoin qu’on lui ouvre les yeux pour enfin comprendre que le meilleur moyen de sauver sa mère c’est de la confronter à son addiction, il ne peut pas sauver quelqu’un qui ne veut pas être sauvée…

Il se retrouve père de famille et marié à une femme qui se drogue par désespoir également… là encore il va devoir traverser le désert pour comprendre ce qu’il lui arrive, ce qui arrive à son épouse et surtout pour garder solidement sa famille et pour que son petit Étienne grandisse sereinement.

Là encore, ses dessins, son inspiration mais aussi son manque d’inspiration vont être des moteurs pour le guider vers la compréhension et l’aider à sauver sa famille.

L’auteure parle aussi d’homosexualité de façon très simple et j’ai vraiment aimé ce que j’ai lu, je ne peux en dire plus, je ne veux pas faire de spoilers 😉

En Bref :

En tout cas la vie de Tim n’est pas un long fleuve tranquille; mais l’auteure prouve qu’avec de la détermination on peut faire un vrai pied de nez au destin et avoir la vie qu’on a choisit; bien sûr c’est pas facile et ça demande des efforts et quelques sacrifices mais finalement si c’est pour vivre la vie qu’on a toujours rêvé d’avoir; ça vaut peut-être le coup !

En plus, il n’est jamais trop tard, que l’on soit ado ou quarantenaire et plus encore; on peut choisir !

Merci beaucoup à l’auteure Olivia QUÉTIER pour cette leçon de vie, cette leçon d’espoir 🙂

Pour toi. Pour nous. d’Henri Nestière

Titre : Pour toi. Pour nous.

Auteur : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Genre : Historique

Format : Epub (770KB)

Nombre de pages : 336 Pdf

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur :

« Et si l’on découvrait des écrits au sein d’un oppidum. Et si un gladiateur et une noble romaine s’étaient aimés. Et si tous deux avaient vécu la révolte de Spartacus, la fuite à travers le territoire romain, avant de traverser ce que nous allions appeler la guerre des Gaules. Et si, pour une fois, on regardait l’histoire du côté celte. – « Pour toi. Pour nous » est un roman transmedia. »

Mon avis :

Encore une fois je tiens à remercier l’auteur Henri Nestière pour m’avoir permis de lire son dernier magnifique roman !

L’histoire :

Tout commence avec la découverte de papyrus sur un site archéologique, un oppidum d’Auvergne, écrit en latin. Isabelle les a trouvé, mais seul Bernard peut les traduire immédiatement sur site.

Ces papyrus racontent l’histoire d’Elvo et Célia sur fond de révolte d’esclaves : la Révolte menée par le célèbre gladiateur Spartacus.

Les personnages :

Elvo : C’est un Celte plus particulièrement Arverne. Il fut fait prisonnier pendant une guerre puis vendu pour finalement atterrir dans le ludus de Batiatus. Elvo est un gladiateur très doué et doté d’une grande force; ce que ne manque pas de remarquer Célia, une noble romaine, férue de combats de gladiateurs. Elvo, quant à lui n’aspire qu’à retrouver la liberté et sa paisible vie dans sa ferme.

Célia : Célia Calpurnius, fille d’une noble famille romaine, ses parents ne cessent de la préparer à un futur mariage arrangé pour renforcer leur influence au sein de Rome.  Elle est passionnée par les combats de gladiateurs, alors qu’elle croise le regard d’Elvo, malgré toute cette sauvagerie, cette barbarie; elle décide qu’elle veut le rencontrer en chair et en os. A sa grande surprise, Elvo a un regard doux et triste, il ne semble pas prendre plaisir à tuer.

Spartacus le Thrace, Crixus l’Allobroge et Oenomaüs sont des grands gladiateurs, des grands guerriers qui gravitent autour d’eux; ils vont tous apprendre à se connaître et à s’apprécier. Et c’est par la révolte que guide Spartacus que l’histoire d’Elvo et Célia va véritablement commencer.

La plume, le Scénario :

Je retrouve avec plaisir l’écriture d’Henri Nestière qui sait si bien nous plonger dans ses histoires.

Partant d’une découverte archéologique sur un site en Auvergne, l’auteur nous emmène sur les traces d’Elvo le gladiateur et Célia la noble romaine.

L’histoire est écrite en latin selon la tradition romaine et non Celte… L’auteur choisit les écrits d’Adélia pour conter l’aventure bouleversante d’Elvo et Célia ses parents.

Henri Nestière bâtit son histoire sur un fait historique et je trouve que le récit est d’autant plus poignant parce qu’on sait que certains faits ont vraiment eut lieu; c’est tragique et puissant à la fois. Les descriptions de l’évasion, des combats, des batailles, de la guerre tout simplement, avaient l’air si juste qu’on aurait presque pu sentir l’odeur du sang et entendre le bruit des glaives qui s’entrechoquent.

Cet immense amour que se vouent l’un à l’autre Elvo et Célia est indestructible et les rend tellement invulnérables. C’est exactement comme ça que doit être l’amour ! Ils vont déplacer des montagnes pour réaliser leurs rêves de liberté et d’amour.

Par deux fois au moins, en lisant cet amour insondable, j’étais submergée d’émotions au point de verser des larmes. C’était si bien décrit, si réel, tellement poignant. Vraiment MERCI Henri Nestière de m’avoir fait ressentir ces émotions si fortes !

Je me suis attachée plus à Elvo qu’à Célia, juste pour ses valeurs, ses envies de liberté à tout prix, pour cet amour qu’il protège, mais il ne néglige pas son devoir de guerrier et part défendre sa patrie dans le seul but de protéger sa liberté encore une fois et cet amour. Célia est tout aussi honorable, tout ce qu’elle abandonne est très important c’est une nouvelle preuve que cet amour peut abattre des montagnes. Elle aussi recherche la liberté, certes, elle n’est pas esclave mais elle est prise dans les protocoles des nobles familles avec des contraintes qui empêchent toute liberté à la femme.

Ce que j’ai vraiment apprécié c’est que l’auteur reste malgré tout très réaliste.

En Bref :

Pour moi c’est un coup de coeur, cette histoire est tellement poignante !

Découvrir, redécouvrir des pans de l’histoire de Rome et ses gladiateurs fut un vrai plaisir.

Cette histoire est tellement belle qu’elle restera un moment gravée dans ma mémoire.

Un moment de lecture comme on en voudrait à chaque nouveau livre 🙂

Hex In The City Épisode 1 : L’Éventreur de San Francisco de Dorian Lake

Titre : Hex in the city

Épisode 1 : L’éventreur de San Francisco

Auteur : Dorian lake

Illustratrice : Érica Petit

Éditeur : Noir d’Absinthe

Genre : Fantastique, Thriller

Nombre de pages : 154

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un tueur en série sévit à San Francisco. Rien ne l’inquiète : ni la loi, ni les remords. Malheureusement pour lui, Taylor, une sorcière au passé trouble et au caractère de feu, décide de s’en mêler. À la croisée des genres entre fantasy urbaine, avec ses vampires, monstres et sorcières, et le polar, découvrez un récit sans temps mort, dans la lignée des meilleures séries télévisées américaines. »

Mon avis :

J’ai reçu ce livre le 24 avril avec une dédicace très sympa ainsi qu’un très beau marque-page dédicacé également 🙂

Merci beaucoup ❤

L’histoire :

Taylor travaille dans un bar appelé « Witch Hour », elle est hébergée chez sa cousine Andréa. Apparemment elle a quitté New-York un peu précipitamment … Son oncle Jake, poivrot invétéré mais détective ayant un sacré flaire, lui conseille de faire très attention, un maniaque recherche des jeunes filles blondes et les éviscère… de son côté tonton Jake fait affaire avec des drôles de créatures, et il ne semble pas savoir avec qui il traite vraiment…

C’est sans compter sur la ténacité et l’inconscience (peut-être…) de Taylor, car si elle s’en mêle le vilain va en prendre pour son grade !

En attendant, elle sort dans des fêtes en essayant de combler un manque, tout en s’apercevant qu’elle tient beaucoup à une personne et ça la surprend 😉

Pendant ce temps là, une créature fait ses affaires, tire les ficelles, joue au gangster et amasse beaucoup d’argent;

Les personnages :

Taylor : C’est une sorcière qui travaillent dans un bar « Witch Hour » prémédité ou pas ce bar n’a que le nom, et Taylor s’y camoufle en barmaid. Elle semble libre et bien seule… Elle vit chez sa cousine Andrea, et la cohabitation n’est pas toujours simple mais elles s’apprécient. Taylor a un pouvoir mais elle n’est même pas très sûr de comment il fonctionne, elle a encore quelques réglages à effectuer, beaucoup d’entraînements et de précautions à prendre surtout. Sa vie sociale ne semble pas très active, cela est peut-être dû au fait qu’elle est encore sous le coup d’un mandat d’arrêt donc elle essaie de se faire un peu oublier.

Jake : C’était un policier très compétent, mais il a tout perdu d’un coup… sa fille, sa femme, son insigne. Il est devenu détective, qui prend des photos d’adultère et ça le désespère mais ça paye au moins le loyer et son Scotch. Son employeur est très spécial mais il n’a pas l’air de s’en rendre compte…

Lionel : l’employeur de Jake, il est énigmatique. Il ne travaille avec Jake que pour une chose… peut-être bien Taylor mais tout s’imbrique sans jamais aboutir.

Andréa : Cousine de Taylor, fille de Jake et flic. Celle-ci vole de mec en mec et ne semble pas s’apercevoir des activités étranges de Taylor, ni même de celles de son père qu’elle déteste.

Sienna habite dans un repère de « hacker » et donne à Taylor quelques sujets brûlants pour son blog 😉 Leur dernière sortie ne les a pas laissées insensible du tout.

La Plume, le scénario :

Parlons de la couverture et du titre « Hex in the City » réalisée par Erica Petit : Est-ce que je suis la seule à avoir pensé aux Hexenbiest de « Grimm » ? et en arrière plan le « Witch Hour »; clairement sans lire le résumé, on pouvait se douter que l’histoire parlerait de sorcière 🙂 Ensuite quand on regarde bien la couverture, les murs de la ruelle très serrées avec la jeune femme blonde au milieu, avec têtes de mort et bijoux, végétation envahissante et le nom Haight Street (rue connue pour ses devantures atypiques… oui oui j’ai fait des recherches 😉 ) : On se croirait dans une autre époque et les lampadaires façon vieux Londres =>> un petit rappel à jack l’éventreur de Londres (Whitechapel). Une très belle couverture !

Avec ce tome 1, l’auteur sème des indices mais ne va pas jusqu’au bout… Il laisse des traces de piste et nous embrouille.

Ce récit est assez addictif, on ne lâche pas les pages avant la fin du livre.

Finalement, l’histoire de l’éventreur de San Francisco est une excuse pour nous présenter ses personnages. Pour soulever le voile sur chaque vie. Pour nous montrer un début de piste, un début de lien entre les personnages; ça attise la curiosité, c’est inhumain M. l’auteur !

L’auteur commence son récit puis « pffff », il continue sur autre chose, le récit part dans tout les sens; de manière à harponner son lecteur sur des détails très croustillants. Finalement on a envie de savoir ce qui s’est passé avec tous ses personnages, leur passé surtout et ce qu’ils vont devenir.

Chacun des personnages à un lien bien précis avec un autre; ils sont tous liés d’une manière ou d’une autre et c’est très agaçant de pas tout savoir !

En Bref :

J’ai bien reconnu cette écriture si particulière de Dorian Lake, encore merci pour ce partenariat !

Merci à Livraddict de m’avoir sélectionnée pour cette lecture 🙂

Un récit intéressant et addictif. La suite bientôt ??

Dorian Lake est un embrouilleur de lecteur 😀 !!

Pour rappel : Ma chronique sur « La Pierre d’Isis, T1: Isulka la Mageresse » de Dorian Lake