Les cénacles du Don, tome 1 : Les dieux déchus de Régis Moreau

Titre : Les cénacles du Don

Tome 1 : Les dieux déchus

Auteur : Régis Moreau

Éditeur : autoédité

Genre : fantastique, thriller, ésotérisme

Format : PDF

Nombre de pages : 342

Sorti le 1er juillet 2019

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Plus d’aventure, plus de liberté ! Depuis qu’elle a échappé à une terrible mort, Jessie ne souhaite que cela.Elle va apprendre, à ses dépens, que tous les désirs ne sont pas bons à réaliser. Ce que nos sociétés modernes ont oublié, elle va le redécouvrir brutalement : sorcière, augure, torche, porte-chance, thaumaturge ou encore combattant.Jessie va entrer dans : les cénacles du Don. « 

Mon avis

Je remercie l’auteur, Régis Moreau, pour m’avoir proposé son roman en partenariat; j’ai découvert un récit qui donne des sueurs froides mais que je n’ai pas pu lâché !

L’histoire

Par le geste bienveillant d’un bon samaritain, Jessie voit son monde éclaté ! Après avoir rencontré un petit homme au comportement bizarre, Jessie va se poser des questions sur sa vie, sur son travail, sur ce qu’elle attend de la vie;

Est-ce qu’une vie calme et monotone à souhait lui convient ou va t-elle laisser son envie d’aventure l’étreindre tellement fort qu’elle va faire ce choix irrécupérable ?!? Une seule rencontre suffit à la faire basculer dans un monde oublié des humains et/ou relégué au folklore.

D’abord incrédule, elle ne verra que le merveilleux, inconsciente des dangers qui rôdent autour d’elle. Va t-elle s’en sortir indemne ?

Les personnages

Jessie : C’est une jeune femme qui s’ennuie dans son boulot, mais qui ne se décide pas à changer; ça lui offre un certain confort et pour l’instant c’est suffisant; Sa rencontre avec un homme étrange va la pousser à suivre sa curiosité beaucoup trop loin; mais sa soif d’aventure va faire taire ses alarmes; Après un choc traumatique, elle réfléchit sur sa vie, sur son avenir et finalement elle ne peut pas continuer ainsi, elle veut que ça bouge, elle veut de l’aventure ! Plus tard dans le récit, elle va se montrer forte, déterminée, mordante aussi et surtout avec cette envie de vivre à tout prix !

Le bon samaritain : C’est un homme étrange, d’apparence inoffensive, gentil mais bourré de tics nerveux; Bon il aborde Jessie en tout bien tout honneur; cette rencontre va le décider à faire un choix également. Leur rencontre va bouleversé leur deux vies comme ils ne s’y attendaient pas, enfin pas aussi vite ni de cette façon peut-être…

Jessie va plonger dans un monde sombre et oublié des humains; les personnes qu’elle rencontre vont la faire irrémédiablement changer.

La Plume, le Scénario

La plume de l’auteur, Régis Moreau est fluide et m’a plongé direct dans le récit;

Le début du récit est doux, mais étrange;

on suit un personnage au comportement bizarre mais qui ne semble pas vouloir de mal aux personnes qui l’entourent; Ses actions sont louables, c’est indéniable; Je me suis dit sur le moment c’est un homme qui n’aime pas la solitude, qui a besoin de se trouver dans le monde pour échapper à son quotidien triste; Puis il rencontre Jessie !

Jessie : le point de départ d’un gros dérapage, le récit prend une toute autre tournure, une toute autre allure aussi, l’histoire s’assombrit, l’ambiance s’alourdit et j’ai plongé les deux pieds devant dans ce thriller ésotérique, en même temps que Jessie ! D’un seul coup, tout va très vite et sorcières, augure, torche, porte-chance, thaumaturge ou encore combattants se révèlent avec tout ce qu’il y a d’abord de merveilleux mais aussi tout ce qui peu y avoir d’obscur dans ce monde caché/dissimulé aux humains.

Alors oui les humains sont ce qu’ils sont avec ou sans pouvoir, leurs instincts sont les mêmes; Quand ils cèdent à leurs plus bas instincts, cela fait d’eux des personnes dangereuses. Là l’auteur nous plonge au coeur de la noirceur, la torture mentale, physique, tout est bon pour s’approprier les choses et les gens… Jessie va l’apprendre à ses dépens …

Après un début tranquille, Régis moreau enchaîne à une vitesse folle, je me suis retrouvée comme Jessie, pas eu le temps de voir venir, pas eu le temps de comprendre dans quoi la suite de l’histoire aller définitivement m’embarquer… Je n’aime pas trop tout ce qui est obscur, malfaisant, meurtre et compagnie mais alors là j’ai été servie; Cette tension qui ne nous lâche pas, cette sensation que ce qui arrive n’est pas bon du tout, c’est flippant, c’est le malaise… malgré que je ne sois pas fan de ce côté malfaisant, je n’ai pas pu lâcher ma lecture, j’étais accrochée aux basques de Jessie !

J’ai bien aimé cette façon d’aborder ces différents dons, d’un côté comme de l’autre, bon je ne peux pas en dire de trop sans dévoiler des détails compromettant le récit.

En Bref

L’auteur, Régis Moreau, commence son histoire de façon douce, étrange et on s’installe dans le récit gentiment, puis attention d’un seul coup vous partez dans l’obscurité, la tension; vous n’allez rien voir venir et vous ne pourrez plus lâcher l’histoire !

C’est sombre, ça vous cogne (par moment) mais c’est addictif, vous resterez accroché à Jessie !

Merci à l’auteur, Régis Moreau, de m’avoir piégé dans un récit aussi tendu et sombre mais au final bien passionnant !

Legendion, tome 2 : Les Feus Rehaens de Remi Bomont

 

Titre : Legendion

Tome 2 : Les Feus de Rehaens

Auteur : Remi Bomont

Éditeur : Les éditions des Mots qui Trottent

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 350

Sorti le 15 mai 2019

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Legendion, tome 1 : Le Cercle de Seheiah

Résumé de l’auteur

« L’escalade de feu et de sang devient de plus en plus certaine ; De nouvelles factions émergent et viennent menacer l’équilibre quasi millénaire du royaume d’Escasam. Entre l’armée de Ô et les Naurs, Saint-Rehael, la cité pélerine, semble destiner à devenir le théâtre de toutes les horreurs et de tous les miracles.Qui de Eloran, Lerena, Mamias, Eres, Evelène survivra à cet enfer annoncé ?« 

Mon avis

Encore une fois, merci à l’auteur, Remi Bomont pour sa confiance renouvelée !

L’histoire

Saint-Rehael est cernée, au bord du gouffre, au bord de l’asphyxie, au bord de la mort… La mort rôde, cependant les miracles apparaissent ici ou là et insufflent un peu d’espoir aux habitants venus se réfugier sur le Rocher. Mamias a semé le trouble en prenant les armes avec ses paladins, mais néanmoins leurs motivations restent la survie du plus de personnes possible, le moyen pour l’instant importe peu même si la méfiance assaille des habitants meurtris et apeurés. Eloran et Lerena semble être le centre d’intérêt des envahisseurs… Saint Rehael, une cité mystique, son sol aura beau être souillé de sang, Saint Rehael sera aussi le lieu de miracles inexplicables et heureux… Zâhal n’a pas tout à fait oublié ses créations, en tout cas c’est ce que pense Mamias et ses moines.

Les personnages

Evelène : c’est la jeune femme qu’Eloran veut protéger par dessous tout; elle est douce et pleine de bienveillance; le départ d’Eloran (pour la protéger de mercenaires), plusieurs années avant, l’a anéantie… mais comme tout, elle a continué à vivre pour son père, par mécanisme; Elle aime rendre service dans l’auberge de Mme Poulhard. Tous s’entendent pour dire que c’est une bien jolie personne dans son entièreté. Le retour d’Eloran lui redonne ce souffle de vie qui avait déserté ses yeux… mais va t-elle réussir à survivre dans ce chaos sanglant ?

Eloran Hallebardier: Mamias, le moine, fait de lui un sauveur, un meneur … ce rôle, il n’en veut pas, il ne s’en sent pas vraiment digne… et puis au prochain Echos tout va disparaître alors à quoi bon ? Eloran est spécial, il va devoir l’accepter, le comprendre et se faire confiance. Retrouver Evelène a toujours été sa première motivation à son retour sur l’île. Mais sa mission est bien au-delà de ses considérations, son passé l’a façonné et il doit tout reconstruire car sa présence n’est pas un hasard.

Lerena Elewoon : La jeune princesse aura vécu les pires moments de sa vie dans un condensé de temps sanglant; dans ce tome 2, elle a mûri, il ne peut en être autrement. Elle prend conscience de son vrai rôle de future Reine, et dit définitivement adieu à l’âge de l’insouciance. La résolution de cette guerre dépendra de sa survie, de son rôle, de ses décisions (pas seulement…); Par elle, l’espoir doit regonfler les cœurs pour le combat à venir ! Les Forces Interdites, elle n’est plus si sûr qu’il faille considérer ces capacités comme un crime, et elle est consciente que c’est avec elle que devra s’amorcer le changement de mentalités.

Lerena et Eloran, un même destin ? Chacun à leur manière, ils sont les fleurons de l’espoir de tout Escasam, Eloran doit encore cacher ce dont il est capable et qu’il ne comprend pas encore très bien et par opposition, Lerena doit se montrer forte et digne dans son rôle de future Reine. L’ombre et la lumière dans un même but.

La Plume, le Scénario

J’ai lu ce tome 2, en moins de temps qu’il n’en faut pour avaler sa salive… bon j’exagère mais c’est pour dire que j’ai dévoré littéralement ce deuxième épisode … euh tome, et bien oui mon imagination s’est enclenchée et je n’avais plus l’impression de lire !

J’ai retrouvé cette écriture agréable qui m’avait plu dans le tome 1, très explicite visuellement;

Alors, avec ce nouveau chapitre du Legendion, l’auteur m’a plongé au coeur de la guerre, au coeur de l’horreur !

Les chapitres s’enchaînent rapidement, entre retour dans le passé et présent, cette dynamique renforce cet état d’urgence absolue, d’horreur inéluctable; Saint Rehael est le lieu de tout, il se passe d’étranges choses aussi bien horribles que miraculeuses. Tantôt on perd espoir, car l’armée des Naurs est tellement impressionnante que la fin nous parait écrite, sans espoir de changement, tantôt un souffle puissant d’espoir mystique balaie les certitudes et redonne de l’énergie aux défenseurs du Rocher. L’auteur use et abuse de cette dualité pour nous ballotter nous lecteur d’un côté comme de l’autre et on termine par se perdre (dans le bon sens) et à penser toutes les fins possibles.

L’auteur se sert de Lerena pour réaffirmer cette interprétation des textes par les hommes, cette vanité, cette peur plutôt des Forces Interdites dont le seul moyen de les contrôler était de punir de peine de mort quiconque était surpris à les utiliser. Étant un crime contre le royaume, ces Forces Interdites disparaîtraient avec les siècles… Peut-être une conviction naïve et rapide de la part des monarques…

Quelques passages métaphysiques, par le personnage d’Eloran, sur la condition de l’être ou pas, de la réalité, des rêves, de la résilience, de la cohérence. Ces passages mystiques s’il en est, m’ont permis d’appréhender Eloran un peu mieux, en même temps que lui finalement;

L’auteur introduit l’armée d’Ohen, constituée de différents peuples, qui pour aucune autre raison que la survie des peuples et du royaume, ne se seraient alliés; l’auteur par cette armée, nous montre également qu’un peuple est jugé par les actes de son dirigeant; les clans du sud sont réputés sauvages, brutaux et peu civilisés. Hors, cette armée est constitué d’hommes alliés pour la même cause et sans leur dirigeant, ces soldats font une armée certes dépareillée mais prête à soutenir la future Reine d’Escasam.

On en parle de cette couverture ?! Elle est superbe et elle résume carrément ce tome 2 !

Et ce tome 2 m’a convaincu, conquise; Je dois suivre Eloran et Lerena !

En Bref

Comme promis par l’auteur, Rémi Bomont, ce tome 2 est plus riche et génère moins de frustration au  lecteur !

Évidement, j’ai trouvé les réponses à mes quelques questions et je ne doute pas que la suite de cette saga sera passionnante et riche en rebondissements !

Merci à l’auteur, Remi Bomont, pour m’avoir réitéré sa confiance; ma lecture a été intense et passionnante !

 

Le Cœur de l’Oealys, tome 2 : La Nouvelle Reine de Lily Chagnon

Titre : Le Coeur de l’Oealys

Tome 2 : La Nouvelle Reine

Auteure : Lily Chagnon

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 540

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Le Coeur de l’Oealys, tome 1 : La prophétie

 

Résumé de l’auteur

« Je m’appelle Catherine… Et c’est ma seule certitude.
Entre celle que j’étais, celle que je rêvais d’être, celle que je deviens et celle que je pourrais être, je ne sais plus qui je suis. J’ai pourtant intérêt à le découvrir et très vite! Car le réveil du Sanctuaire ne sera pas sans conséquences. M’est-il possible d’échapper à la prophétie? Ou suis-je condamnée à la concrétiser? Et à en payer le prix… »

Mon avis

Une nouvelle fois merci à l’auteure, Lily Chagnon pour cette suite des aventures de Catherine ! encore beaucoup beaucoup d’émotions dans ses mots !

L’histoire

Après le choc de la découverte, après le sauvetage, la blessure et un retour troublant, troublé par ses pensées, Catherine devait faire face, maintenant, à ce que le destin lui réservait… Loin d’elle l’idée d’endosser ce rôle prédestiné, elle n’en veut pas, elle souhaite retrouver sa petite cabane dans les bois, où elle est certaine qu’elle sera heureuse avec Paul. Mais, pour l’heure il faut mettre à l’abri tout ce petit monde qui la craint, qui la vénère pour certaines … mais d’autres encore sont trop choquées pour comprendre que ce qu’elle demande à Catherine et très difficile à réaliser. Après l’installation et une organisation menée de main de maître par tante Alice et Madame Moulard, les survivantes demandent bien plus, et elles légitiment leur demande par « quitter une prison pour une autre… », elle veulent faire venir leur famille, elle veulent retrouver leur liberté ! Mais est-ce possible ? l’inquisition ne va t-elle pas les pourchasser ? leur famille va t-elles les reprendre ? Seront-elles toujours les bienvenues dans leur village et quartier ?

Autant de question auxquelles Catherine ne peut répondre dans l’immédiat, pour l’heure elle ne souhaite pas ce voyage qu’elle pressent comme dangereux et trop soudain… Mais elle ne pourra pas éternellement retenir ces jeunes femmes perdues et confuses.

Les personnages

Catherine:  est contrainte d’endosser son rôle de Grande Prêtresse de la Déesse de la vie; elle doit faire face à l’engouement, à la méfiance, au dégoût et à la peur irraisonnée… En sauvant sa soeur et ses compagnes de cellules, Catherine n’a pas pensé qu’elle réveillait pour de bon le Sanctuaire, et que les complications allaient s’agglutiner. Elle est toujours partagée entre son devoir de sauver toutes ses femmes et ses familles, et son envie de rejeter ce destin qui lui est imposé. Elle regrette les moments innocents avec sa soeur et son Paul, maintenant elle risque la vie des gens par ses actes mais en même temps elle se rend compte qu’il est hors de question de laisser encore une seule femme dans les mains de l’Inquisition. Son règne s’installe, trop vite, elle a peur et les moments de joie sont plus rares que les moments d’angoisse. De grosse responsabilités pèsent sur ses épaules et elle souhaite épargner sa famille, malgré les demandes pour la soulager… mais est-ce encore possible ?

Tante Alice : est devenue un soutien fort et indispensable dans l’organisation du Sanctuaire et l’accueil des nouveaux habitants. Elle veille sur Catherine, l’amène aux réflexions essentielles sans lui imposer sa façon de voir les choses. Elle est tellement fière de sa fille d’adoption. Elle la soutien sans retenue et s’inquiète beaucoup évidement car elle sent ce que perd Catherine au profit du destin…

Paul : Il se fait moins présent dans ce tome 2, bien qu’il soit présent à chaque pas de Catherine; Il est toujours là pour la soutenir, l’aider et la ressourcer. D’un commun accord, il ne sera jamais sur le devant de la scène avec Catherine, c’est elle la reine et lui, il veut simplement rester son Paul, son compagnon de l’ombre pour leur garder un peu de normalité dans leur destin fulgurant et envahissant. Il est devenu le pilier de Catherine, discret et efficace, son moment de retour à la réalité. Il est toujours là quand elle a besoin de lui et son amour est infini.

Dans cette aventure, dans ce réveil du destin, Catherine rencontre énormément de personnes, des bonnes, des mauvaises; De merveilleuses personnes qui ont tout à lui offrir et d’autres abjectes dont il faudra qu’elle se défende pour garder en sécurité ses protégées.

 

La Plume, le Scénario

Donc voilà j’ai continué à suivre Catherine avec la même émotion;

Et dans ce tome, encore une fois, Lily Chagnon, l’auteure, a mis mes sentiments à rude épreuves, je ne pouvais m’empêcher de sentir la joie dans les moments d’allégresse, j’étais émue dans les moments presque magiques, et mes larmes ont coulé tellement facilement dans les moments plus tragiques … c’est inhumain de faire ça à son lecteur !

L’écriture de l’auteure est toujours aussi immersive, fluide, l’histoire de Catherine se déroule avec la même facilité que les images d’un film. Une fois qu’on commence, on est pris au piège, comment ne pas continuer à suivre Catherine dans ses différentes aventures au cours de ce deuxième tome ?!

Après le soulagement d’avoir sauvé et mis en sécurité toutes ses femmes, Catherine n’est pas au bout de ses peines. Plus le récit avance, plus la tension monte, plus les difficultés s’entassent. L’auteure m’a bien fait ressentir ce danger imminent, mais curieusement j’avais une confiance aveugle en Catherine, je sentais qu’elle était capable de beaucoup, finalement je me suis jointe aux personnes qu’elle a sauvé et qui plaçaient en elle beaucoup d’espoir, moi aussi en tant que lectrice j’ai ajouté mon poids d’espérance sur les épaules de cette nouvelle reine… cest dingue d’arriver à faire ressentir ça à son lectorat, non ?!

La culpabilité de Catherine s’efface un peu sous la masse d’autres responsabilités et de dangers à éliminer. C’est une femme devenue plus forte, toujours empreinte de doute, de regret de sa vie d’avant, mais étonnamment lucide quant à son devoir de sauver les femmes de l’Inquisition, voir de détruire l’Inquisition elle-même. Elle se montre dure parfois, toujours juste, mais aussi parce que le temps lui est compté. Rusée, déterminée et tellement en colère face à l’inacceptable ! Combien de femme devra t-elle sortir des griffes lubriques de l’Inquisition ?

L’auteure parle encore d’opinion publique, il y a ceux qui ont peur qui préfèrent croire les mensonges croyant se préserver; il y a ceux qui semblent extatiques prêt à croire l’impensable, il y a les septiques qui préfèrent voir de leurs propres yeux; Bref l’auteure nous montre une fois encore qu’il est évidemment facile de retourner la foule, le public; Qu’il est facile d’embrigader la population par la peur !

« Le Coeur de l’Oealys » est vraiment tombé à pic pour moi, en plein dans l’actualité, les violences faites aux femmes, la soumission, la dégradation, l’abus de pouvoir des soit-disant Inquisiteurs, bras armés des Dieux …, mettre au bûcher des femmes pour maintenir la population sous le joug de l’autorité, sous le joug du roi ! Mais quelle horreur ! Car finalement ça n’a pas beaucoup changé, c’est plus insidieux, c’est plus sournois mais finalement la femme est toujours la cible pour maintenir la peur !!! oui je m’égare mais peut-être pas temps que ça 😉

En Bref

Confirmation ! Je suis conquise, je suis fan ! Un roman bouleversant, plein d’émotion, de rebondissements, de tension et l’amorce d’un changement de mentalité !

Quand une femme contrainte par le destin décide de sauver ses Soeurs et de changer le monde en mieux !

Un immense merci à l’auteure, Lily Chagnon, pour ces bouleversantes pages, pour cette formidable aventure et une héroïne, parce que oui s’en est une, une héroïne en or à laquelle je reste profondément attachée même après avoir tourné la dernière page !

Le Cœur de l’Oealys, tome 1 : La Prophétie de Lily Chagnon

Titre : Le Coeur de l’Oealys

Tome 1 : La Prophétie

Auteure : Lily Chagnon

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 757

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Je m’appelle Catherine.
L’Inquisition m’a pris ma mère. Ils l’ont tuée afin de prouver son innocence. Je suis devenue orpheline. Je n’ai plus rien. J’ai dû m’exiler, loin du village où je suis née, où j’ai grandi. Je dois désormais refaire ma vie et prendre ma place au sein d’une famille que je ne connais pas. Le tout en cachant au monde qui je suis et ce dont je suis capable, sous peine d’y perdre la vie.« 

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure, Lily Chagnon pour ce partenariat tellement intense et riche en émotions !

L’histoire

Catherine entame un long et déchirant voyage; elle quitte le Père Ambroise pour aller vivre dans la famille de sa mère. L’inquisition a tué sa mère et Catherine doit se cacher, doit dissimulé ce qu’elle est. Elle apprendra bientôt ses origines, mais là encore elle devra faire plus que profil bas…

Catherine est orpheline, obligée de vivre avec une famille qu’elle ne connait pas, qui ne semble pas heureuse de la voir. Elle croit n’être plus rien, mais son destin lui réserve bien des surprises et ne la ménage pas du tout.

Nageant entre culpabilité, mauvaise estime de soi, l’envie de trouver sa place, son amour inconditionnel pour une certaine petite souris, Catherine va grandir et se découvrir, apprendre a accepter ce qu’elle est… trop doucement, mais assurément.

Les personnages

Catherine: C’est une jeune orpheline, jetée dans le monde des adultes presque sans arme… la perte de sa mère et sa séparation d’avec le Père Ambroise finissent de l’anéantir. Pour clore le tout, elle arrive dans une famille dont les membres ne sont pas tous d’accord pour l’accueillir. Après toutes ses mésaventures, elle ne s’estime plus digne d’intérêt … mais Catherine est dévouée, tenace et déterminée. Elle cache au fond de son coeur un immense puits d’amour. L’amour d’Amélia va la toucher en plein coeur, et lui faire voir qu’elle en est digne mais bien plus encore. Elle va découvrir qu’elle fait partie d’une famille particulière, authentique et soudée. Elle apprendra trop tardivement ce lourd secret transmis de mère en fille depuis des siècles, et ce destin qui ne cessera de la pousser à aller au bout d’elle même et d’entraîner dans son sillage les gens qui tiennent à elle.

Tante Alice : Cette femme va devenir le pilier de Catherine, son seul allié contre tous; Non seulement, elle l’accepte à bras ouvert mais elle impose sa volonté et la protège. Tante Alice cache bien des choses, ses regrets, sa culpabilité, sa tristesse mais elle n’est jamais avare pour offrir tout l’amour nécessaire à toute sa petite famille. Alice va se faire un devoir d’accueillir Catherine comme il se doit; de lui apporter tout ce qui a bien pu lui manquer jusqu’à ce jour, avec ces modestes moyens mais toujours avec beaucoup d’amour. Comme elle l’a toujours fait pour son tendre petit coeur, sa fille : Amélia

Amélia : Une jeune fille pétillante, sautillante, pleine de joie et avec une telle imagination c’est inconcevable à ce point ! ce petit phénomène va s’accrocher à Catherine, et lui envoyer tellement d’onde d’amour que la jeune orpheline ne pourra plus jamais concevoir la vie sans son Amélia, cette petite souris malicieuse et espiègle. Amélia cache un secret pesant également et n’ose pas imaginer le jour où Catherine le découvrira… pour elle ça sera la fin d’une vie presque ordinaire…

Dans cette longue histoire, beaucoup de personnage entrent dans le récit, alliés ou ennemis de Catherine, leur évolution est étonnante pour certain. Chacun participe à l’accomplissement du destin de Catherine, dont seul vous lecteur connaitrait la fin 😉

 

La Plume, le Scénario

Alors ! Et ben oui j’ai embarqué à bord d’une petite carriole avec une jeune orpheline et je ne l’ai plus jamais lâché !

Je pleurais déjà comme une madeleine à la 61ème page, mais que d’émotion, oh mais non c’était tellement prenant !!

Je vais essayer de revenir sur Terre, hein ? pour vous expliquer pourquoi vous devez absolument lire ce chouette roman!

L’écriture de l’auteure est complètement immersive, ses mots sont chargés de vraies émotions, je ne sais pas comment elle fait pour transmettre des émotions aussi fortes, c’est vraiment bluffant; j’ai un début d’idée peut-être que Lily Chagnon touche de très près l’âme du lecteur avec cette jeune orpheline. Car ce que représente Catherine, nous touche particulièrement; cette culpabilité, cette soif d’amour, cette envie d’être utile, cette gratitude infinie, cette détermination à protéger ceux qu’elle aime même au péril de sa vie, cette non-conscience d’être importante aux yeux des siens, cette fausse idée d’être un fardeau, cette culpabilité encore et toujours, cette sensation d’être redevable à jamais; tout ça réunit on ne peut qu’aimer profondément Catherine !

Lily Chagnon aborde aussi le thème de la maladie, cette maladie invisible qui rend chétif, qui sépare du monde ordinaire; Je ne dévoilerais pas le personnage, mais tout ce que je peux dire c’est que cette maladie, même si elle rend différend, si elle affaibli et empêche de vivre au même rythme que les autres, elle ne rend pas moins ce personnage vivant, époustouflant et lui donne cette envie de dévorer la vie à pleine dent, de voir le bon côté des choses plutôt que s’appesantir sur son sort, cette vivacité d’esprit, cet amour et cette confiance insondables, indestructibles cest … c’est trop pour mon petit coeur !

C’est le deuxième roman qui me fait entrer dans un récit fantasy différent; en effet les touches de surnaturel sont très légères tout au long de l’histoire, Catherine doit cacher qui elle est vraiment, sans vraiment savoir qui elle est, ce qu’elle est. Elle sais juste qu’elle fait peur et que l’inquisition viendra bien assez tôt la chercher pour la brûler… On entre de plein fouet dans la fantasy empreinte de surnaturelle plus marquée quasiment à plus de 60% du récit. J’ai vraiment aimé cette lente mais insupportable attente que quelque chose d’étonnant allait arriver.

Dans cette histoire, il est aussi question de réputation, de préjugé, de sentiments erronés; En effet, l’auteur nous montre que tout n’est pas blanc ou noir. Ces personnages issus d’un univers fantasy, n’échappe pas à la vindicte populaire, celui-ci est coureur de jupon, celle-ci est bizarre, cella-là encore est trop prude… bref chacun à la réputation selon ces actions, selon aussi les a-priori des autres sans réel fondement, bref c’est comme dans notre monde. Ce qui est le meilleur pour moi c’est que Lily Chagnon nous démontre qu’il n’y a pas mieux que nos actes pour nous définir, ses personnages vont démontrer qui ils sont réellement, qu’ils peuvent changer, qu’ils sont déterminés, ou au contraire nous faire entrevoir que sous cette carapace dure ce cache un être plein de regret et d’une douceur incroyable. Bref Lily Chagnon explore le subjectif, les sentiments indéchiffrables avec beaucoup de finesse !

Je ne parle pas de la romance, c’est à vous de la découvrir, elle est belle, forte, effrayante parfois, triste mais encore une fois, les actes prouvent ce que le coeur veut exprimer !

Les fautes 😉 ? aucune idée et peu importe en même temps;  je n’ai pas lu, j’ai navigué sur ce récit avec mon imagination, vous savez cette sensation de plus avoir l’impression de lire mais de regarder un film, une vie ❤

En Bref

J’ai rarement été autant noyée dans mes émotions en lisant, et pour moi c’est un gage de qualité pour un auteur !

Attention c’est mon critère à moi !

L’auteure arrive à m’embarquer sans que je n’ai plus l’impression de lire, arrive à me faire pleurer, rire alors c’est gagné, c’est ce que je recherche dans mes lectures; Voyager, ressentir, m’émerveiller !

Je suis tellement fan, que je me suis déjà plongée dans tome 2 que je chroniquerai bientôt 🙂

Un grand merci à l’auteure, Lily Chagnon, pour ces montagnes russes d’émotions et tout simplement pour cette lecture intense et passionnante !

Chroniques Céleste, tome 1 : La Citadelle Interdite de Léona Everhard

Titre : Chroniques Célestes

Tome 1 : La Citadelle Interdite

Auteure : Léona Everhard

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 132

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« L’archipel de Valesphyr est une machine à broyer les rêves. Depuis des temps immémoriaux, celui-ci est divisé en deux castes. Sous le joug des Privilégiés, les Rebuts savent que toute forme de rébellion est vaine.

Sylwen, un jeune homme qui vit grâce à une prothèse robotisée, rêve de quitter la terre ferme pour parcourir les airs. Il pensait pouvoir devenir Navigateur en entrant dans la Marine Céleste, mais il échoue, rattrapé par son statut de Mâchefer.

Alors quand son ami Trévor suspecte le gouvernement de verser un pot-de-vin contre l’annulation du programme archéologique visant à rénover la Babylone Céleste, ils décident d’aller y jeter un œil.

Pourquoi le métal inspire-t-il la peur du gouvernement ? Quel danger renferme la Citadelle ?

Une escapade à la découverte de leurs origines qui va bouleverser leurs vies et faire vaciller les fondements de leur société.« 

Mon avis

Je remercie l’auteure, Léona Everhard pour ce joli partenariat !

L’histoire

A Valesphyr, il n’y a que deux clans… Les Privilégiés et les Rebuts. Pendant que les premiers peuvent se permettre de rêver, les autres s’use la santé pour servir les premiers.

Les Rebuts ne doivent pas avoir le moindre espoir d’améliorer leurs conditions de vie, un Rebuts reste un Rebuts... Alors que Sylwen, s’est acharné pendant des mois, a remplit toutes les conditions requises pour entrer au service de la Marine Céleste, cet espoir est réduit à néant car il vit et se déplace grâce à un exosquelette. Et ce défaut plus celui flagrant de venir de la classe des Rebuts, empêche la réalisation de ses rêves, mais c’est compter sur sa détermination et son ami de toujours Trévor !

Trévor travaille chez un architecte et laisse un peu trop traîner ses oreilles, mais il ne comprend pas toujours tout et interprète beaucoup ce qu’il entend; C’est ainsi qu’il met à jour un complot visant un programme archéologique très important.

Un soir ils se laissent aller à rêver et l’impensable arrive ! Face aux concours de circonstances les voilà parti à l’aventure, ce qu’il n’avait pas prévu c’est qu’ils emmèneraient un clandestin dans leur sillage.

Les personnages

Sylwen: est un jeune homme handicapé, mais dont le père adoptif a trouvé la solution pour lui permettre de marcher à nouveau. Il est donc arnaché d’un exosquelette qui lui permet de vivre plus facilement. Mais à cause de cette amélioration, il ne peut accéder à l’étape « Recrue » de la Marine Céleste. Ses supérieurs l’ont laissé faire ses classes en tant qu’Apprentis, d’ailleurs sa ténacité et sa persévérance on fait de lui un excellent élève. Lorsque ses rêves sont réduit à néant, son cœur est emplit de rage et de rancœur et d’une tristesse infinie… il ne pense qu’à une chose leur montrer à tous de quoi il est capable !

Trévor : c’est l’ami sincère de Sylwen; il est ultra sensible et peu passer de l’euphorie au désespoir en quelques secondes. Il travaille comme « larbin » chez un architecte, et n’aspire qu’à partir à l’aventure, découvrir l’ancienne Babylone. Il intercepte une carte, et part un heureux hasard, un vieux marin leur offre son antiquité de navire.

Un personnage clandestin sera le lien entre leur vie d’avant et la suite de leur aventure; ce personnage leur sera très précieux, certes perspicace et piquant mais sincère.

 

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est simple, agréable et facile à lire.

Ce roman est classé dans la case Jeune Adulte, je l’aurais plutôt mis dans les romans jeunesse/ados mais finalement toute cette thématique peut très bien s’appliquer aux Jeunes Adultes, oserais-je Adulescent ! La raison de cette pensée ? peut-être parce que l’auteur nous parle de rêve et d’avenir au travers de jeunes personnages.

L’auteur nous emmène, donc, dans la vie d’une bande de jeune Rebuts de la société de Valesphyr; Ils aspirent à élever leurs conditions de vie, mais tout en sachant que s’est impossible. Sylwen, est un Mâchefer doublé d’un Rebut… et Trévor n’est pas mieux… Leur vie semble toute tracée, est surtout vouée à rester tel quelle. Mais ces jeunes sont rêveurs et fantasques et quand une opportunité s’offre à eux, ils sautent à pieds joints dedans et pensent aux conséquences seulement après.

L’auteure, Léona Everhard, aborde le thème du handicap avec le personnage Sylwen qui en a bavé pour en arriver là où il en est. Il a subit le drame, l’abandon, le désespoir, les moqueries et pour finir une victoire sur sa condition d’handicapé, grâce à sa ténacité et sa détermination mais aussi et surtout parce qu’il n’était pas seul; son père adoptif a tout fait pour trouver une solution afin que Sylwen retrouve l’usage de ses jambes. Alors oui, Sylwen a un exosquelette sans lequel il ne pourrait pas marcher et ça il en est conscient mais son jeune âge et son impétuosité font qu’il ne prend pas toujours soin de ce qui lui permet de tenir debout et de se mouvoir.

Avec Trévor, l’auteure aborde l’hypersensibilité; ce jeune est sujet à des crises d’euphorie ingérables mais très vite il peut retomber dans le désespoir; Alors, non il n’est pas « borderline » mais c’est un garçon qui ressent très fort les sentiments des personnes qui l’entourent.

Ah tous les deux, ils représentent, ce moment de l’adolescence fougueuse, déterminée, plein de rêves, gonflés de sentiments d’injustice et d’incompréhension, ce moment où on croit encore que tout est possible malgré tout; Pendant qu’un rêve de liberté, l’autre rêve d’aventures et de découvertes. Ensemble il feront plier le monde ! Heureusement, l’auteur introduit un troisième personnage, pour tempérer toute cette fougue, je n’en dis pas plus, vous découvrirez par vous même.

Un petit mot sur cette petite touche « Steampunk », le terme n’est peut-être pas utilisé à bon escient mais j’ai apprécié ce mélange de vie reculée, sans aménagement moderne mais en même temps l’utilisation du métal pour la flotte royale; alors je ne veux pas trop en dire, mais il suffit d’observer la couverture…

Observez bien la couverture, elle est très explicite, presque tout y est dit ! Une très jolie couverture tout en symbolique !

En Bref

Ce premier tome de Chroniques Célestes est écrit tout en douceur et bienveillance, malgré des sujets pas faciles comme le handicap et les classes sociales;

Les personnages sont différents les uns les autres mais ils ont en commun cette jeunesse rêveuse et déterminée, prête à révolutionner le monde !

Merci à l’auteure, Léona Everhard, pour ce récit très agréable !

A Fleur de Peau, Attraction – Aversion d’Allan William

Titre : A Fleur de Peau

Attraction – Aversion

Auteure : Allan William

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, romance

Format : PDF

Nombre de pages : 443

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Dans l’univers il y a des choses inébranlables : la vie, la mort, le temps, l’espace. Pendant que certains philosophent sur le monde, d’autres l’abordent d’une manière plus naturelle et innocente. En ce qui concernait Elizabeth, ses préoccupations se résumaient à déménager dans une grande ville, entrer à la faculté et ainsi, dans le monde adulte. Elle y avait pensé mille fois et de mille façons différentes. Pourtant rien ne pouvait la préparer à ce qu’elle allait vivre ni à l’homme qu’elle allait rencontrer. Doté de grands yeux jaunes et d’une rapidité sans pareille, il ne ressemblait à aucun autre. Il paraissait totalement étranger à ce monde et pourtant il allait devoir apprendre à y vivre…

Entre science, magie et amour, l’aventure d’Elizabeth et de Fauve peut commencer…« 

Mon avis

Merci à l’auteur, Allan William, de m’avoir fait découvrir l’histoire d’Élisabeth et Fauve !

L’histoire

Élisabeth commence une nouvelle vie; Elle entre à l’université et doit donc se séparer de sa famille et quitter son cocon rassurant et un peu étouffant. Elle le désire ardemment, avec une pointe de tristesse dans le cœur, mais elle veut débuter une nouvelle vie, une vie à elle.

Elle emménage dans une maison appartenant à une vieille dame qui lui loue le 1er étage;

Ses premières semaines sont loin de ce qu’elle c’était imaginée; et ce qui se cache dans le grenier au-dessus de sa chambre va la faire basculer dans une vie qu’elle ne soupçonnait pas du tout.

Ainsi commence la vie indépendante d’Élisabeth !

Les personnages

Élisabeth DeCoeur : C’est une jeune fille qui souhaite acquérir son indépendance en allant à l’université; elle est d’une gentillesse, d’une prévenance étonnante; la grande ville, l’université va changer son train train quotidien et protégé du cocon familial. Elle rencontre Alexandra, une jeune femme pétillante et joyeuse, un brin superficielle…

Alexandra Jones : Cette jeune femme intrépide devient la meilleure amie d’Élisabeth; Elle boude un peu devant le sérieux de sa nouvelle amie mais elle est bien décidé à lui montrer ce que c’est de vivre à la ville. Petit cœur d’artichaut quand elle aperçoit un jeune homme étrange et mystérieux, à la journée de présentation de l’université.

Fauve : C’est un homme étrange, fuyant, sur la défensive et surtout avec d’extraordinaires yeux jaunes. Il vit reclus, en marge de la société, du monde, il se cache. Il n’était pas préparé à sa rencontre avec Élisabeth. Il doit apprendre à vivre avec son temps et surtout avec le monde qui l’entoure et ça va pas être une mince affaire.

Élisabeth et Fauve rencontrent beaucoup de personnes, bien intentionnées ou pas et ces personnages les font avancer sur l’échiquier de leur destin.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est atypique car elle est facile et en même temps abrupte; abrupte à cause de certains raccourcis dans l’histoire qui m’ont un peu gêné.

L’auteur ancre son histoire dans un monde bien réel, une jeune fille part à l’université conquérir son indépendance; puis petit à petit Élisabeth est plongée dans un monde étrange et difficilement concevable… Croyant fortement à ce qu’elle voit et ressent, cela lui a permis d’appréhender ce monde qui finalement lui ouvre un avenir d’infini possibilité et surtout va la sortir peut-être d’une vie un peu morose passée à étudier (vie qu’elle avait décidé pour elle).

Une petite chose m’a chiffonné, cela fait partie de ces impressions de raccourcis vite fait… Qu’est ce qui passe par la tête de cette jeune étudiante d’amener dans le monde un homme reclus vraisemblablement depuis des années ? Mais pourquoi ? Oui pour ne pas qu’il reste enfermé comme une bête… mais non pas direct comme ça dans la foule, en plus du matin jusque tard dans la nuit … vraiment j’étais catastrophée pour lui, je le plaignais vraiment… alors peut-être que c’était le but de l’auteur, que son lecteur s’attache encore plus à son étrange personnage ?

Ensuite autre raccourcis qui m’a fait tiqué, c’est l’entrée du fantastique dans le récit ! et l’acceptation rapide des personnages à y croire et même plus. Certes on se trouve dans un moment de l’histoire où il y a urgence, les personnages sont pris au piège mais mais … c’était tout de même abrupte !

Bon malgré ces petits détails qui m’ont un peu gêné, le duo, de personnages Élisabeth et Fauve, est vraiment attachant et c’est un régal de les voir évoluer avec lenteur, douceur; Ils s’apprivoisent tous les deux, ils développent une sphère unique; c’était très beau à lire et… ce stress quand les choses se corsent, j’ai eu tellement peur qu’ils soient séparés !

Une autre chose importante qui apparait au tout début du roman, et un peu vers la fin; mais d’où vient Fauve ? et cet élément tenaille jusqu’à la fin…

Dans cette histoire, les personnages sont un peu dépassé par les évènements, le lecteur aussi !

 

En Bref

Un roman écrit avec une plume atypique, abrupte qui donne un récit passionnant, surprenant et destabilisant parfois;

L’auteur m’a bien attrapé avec ce duo de personnages doux et sensible pris dans une histoire renversante.

Merci à l’auteur, Allan William, pour ce moment de lecture agréable.

Les Contes d’Érenn, tome 3 : Les Sources du Chaos de E. Loisel

Titre : Les Contes d’Érenn

Tome 3 : Les Sources du Chaos

Auteure : E. Loisel

Éditeur : Marathon Éditions

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 344

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’aurait pas lu
– le tome 1 : Le Nécromancien
– le tome 2 : Les îles soeurs

Résumé de l’auteure

« Lors de leur dernière incursion au Pays de Llyr, Maud et ses amis ont été plongés dans l’enfer de Trafalgar Gaol, la terrible prison érigée au sein des îles sœurs. Les horreurs qui y ont lieu servent le sombre projet nourri par le Grand Maître Tazig Kozh : régner sur l’ensemble de la Terre d’Érenn.
Leur seule piste pour enrayer cette menace est celle des carreaux de verre qui les emmène à l’ouest du Pays de Dôn, dans le désert Aza. Découvriront-ils l’identité du complice qui fournit le Grand Maître en carreaux ? Quels autres secrets sont enfouis sous le sable du désert ? »

 

Mon avis

Je remercie Marathon Éditions et l’auteure E. Loisel une nouvelle fois pour m’avoir donné l’occasion  de continuer à suivre Maud et sa troupe , l’univers d’Erenn se découvre encore un peu plus et c’est vraiment captivant !

L’histoire

Maud et sa troupe continue leur quête de l’antidote, cette fois l’urgence est plus que vitale; la survie de la population des Terres d’Erenn est en jeu; Tazig Kozh, ce fou c’est mis en tête de régner sur les Terres d’Erenn de la plus sombre de façon.  Des carreaux de verre doivent servir son projet; alors la seule piste pour la troupe de Maud c’est le désert Aza. Ils vont devoir affronter le soleil Éanien, d’autant plus qu’ils ne sont pas les bienvenus en terre hostile… Vont-il trouver le complice du Grand Maître ? Sont-ils prêt à faire face non seulement à eux-même, mais aussi au grand secret qui se cache dans le sable du désert ?

Les personnages

Maud : avait déjà changé, elle était plus déterminée encore pour trouver un antidote; mais son cœur ne pouvait choisir… Dans ce tome 3, elle s’accroche et ne veut surtout pas être un poids pour sa troupe, elle montre beaucoup de persévérance, de mordant; mais elle n’ose laisser son cœur parler… Et face au Fléau, sa raison l’emporte et enfouit ses sentiments, mais pour combien de temps encore ?

Gaël : Mis à mal par l’insolence et la désinvolture de Vesper le nouveau venu; Il est d’abord très embarrassé, ne réplique pas mais au fur et à mesure de leur aventure et de leur traversée du désert, Gaël montre un peu plus d’assurance, teintée de timidité mais il sait ce qu’il veut, ça lui fait peur mais il prend la décision d’aller là où lui dicte son cœur malgré les risques. Gaël doute par moment du bien fonder de sa présence dans ce groupe… la suite de l’aventure lui donnera une réponse sûre !

Yian : Il fait désormais parti de la troupe de Maud; très souvent en retrait comme à son habitude pour observer et intervenir quand il en ressent le besoin. Ce voyage, cette aventure va lui montrer que le passé n’est pas toujours celui qu’on croit. Il n’abandonne pas Maud, il est évident pour lui que cette jeune femme doit rester en vie coûte que coûte; C’est son devoir de la protéger. par moment il essaye de mettre Maud mal à l’aise et devant le fait accompli… mais elle emplit encore plus son cœur. Sa relation avec le Nécromancien s’est pacifiée et prend une tournure inattendue.

Vesper et Télia : Les jumeaux Éaniens ont rejoint Rodan le nécromancien pour lui prêter main forte dans sa quête, pas seulement parce qu’ils veulent l’aider mais il semblerait que dans le désert Aza se trouvent des complices de Tazig Kozh. Leur présence sera précieuse. Si Télia est mesurée et bienveillante, Vesper est insolent et désinvolte, il prend un malin plaisir à intervenir sans tact, mais il vise toujours juste, de plus il semblerait que taquiner Gaël soit bien plus qu’un plaisir de le tourner en ridicule.

D’autres personnages entrent en jeu, complètent et complexifient l’aventure, la quête de la troupe de Maud.

La Plume, le Scénario

J’ai plongé à nouveau dans l’univers des Terres d’Erenn avec plaisir et avidité; j’avais vraiment envie de connaître la suite de l’aventure.

L’écriture est toujours aussi agréable et immersive, on ne se retrouve pas du tout perdu, j’ai eu l’impression de continuer comme si je ne m’étais pas arrêtée de lire.

On sent tout de suite cette pression encore plus grande, cette épée de Damoclès sur la troupe; oui il faut qu’ils empêchent le Fléau de tuer des gens mais là l’urgence c’est de contrecarrer les plans de Tazig Kozh et l’empêcher de réaliser sa folie; la population des Terres d’Erenn risque de disparaître. Ce Fléau était déjà une voie sans issue, un tueur patient et inéluctable; mais en plus il a fallu que l’auteur ajoute la folie du Grand Maître !

Alors que la troupe avance, chacun avec ses petits secrets, plus ou moins grave… L’auteur aborde le thème du choix cornélien : suivre son cœur ou suivre sa raison avec son personnage Luke, dès le départ, le lecteur sait que Luke s’est fixé des objectifs, malgré tout son cœur lui assoupli la raison mais il est tenace et n’abandonne pas, il est lucide également ce qui peut-être lui « facilite » le choix de la raison.

Avec Gaël, l’auteure aborde avec pudeur, douceur parfois le thème de l’homosexualité; Si Gaël ne veut pas que ces compagnons de voyage connaissent ses penchants, Vesper a tout compris et fait tout pour mettre Gaël mal à l’aise et devant le fait accompli. Par provocation, Vesper apprend à Gaël à faire face à ses envies, à écouter son cœur et surtout à ne pas avoir honte; certes Vesper ne fait pas dans la dentelle; il est insolent, désinvolte et provocateur mais derrière ce masque ce cache un homme avec un passé difficile, des peurs pas tout à fait guéries… la force tranquille et presque, oserai-je dire rurale de Gaël s’oppose à l’imposante assurance pleine de morgue de Vesper.

Dans ce tome 3, chacun des personnages à son histoire, sa particularité expliquée au lecteur; chacun de ces personnages à une raison d’être, chacun est à sa place.

Ce tome 3 est renversant !

Beaucoup de surprise

Beaucoup de secrets mis à jour

Beaucoup de dépassement de soi pour les personnages

Vraiment cette lecture était intense et passionnante !

En Bref

Un tome 3 qui ne démérite pas des deux premiers tomes, plus l’histoire avance, plus on veut connaître la suite, plus l’histoire gonfle, se complexifie mais attention le lecteur n’est pas laissé à la ramasse; L’auteure apporte quand même beaucoup de réponses, dévoile des secrets mais néanmoins d’autres questions se posent.

A suivre de toute urgence !

Merci Merci à Marathon Éditions et à l’auteure E. Loisel pour cette lecture addictive et passionnante !