Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

Titre : La deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Auteure : Raphaëlle Giordano

Éditeur : Eyrolles

Genre : Développement personnel, contemporain

Nombre de pages : 256

Sorti le 17 septembre 2015

Fiche Bibliomania

 

4ème de couverture :

 » – Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.

   – Une quoi ?

   – Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude…

   – Mais… Comment vous savez tout ça ?

   – Je suis routinologue.

   – Routino-quoi ?

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves… »

Mon avis :

L’histoire :

Camille approche les quarante ans, elle a un fils merveilleux, un mari presque parfait et un boulot. Mais elle se sent usée, fatiguée de se battre à longueur de temps. Son boulot lui apporte peu de réconfort avec des collègues railleurs, des dossiers inintéressant. Quand elle rentre le soir, son mari est devant la télé ou l’ordi, son fils enfermé dans sa chambre sur son téléphone ou sa tablette. Et elle rentre pour préparer le repas, se dispute au passage avec son fils qui préfère sa tablette à ses devoirs, et l’indifférence de son mari. Elle se sent invisible, triste, bonniche et sa vie ne lui plaît plus en tout cas pas comme ça.

A la suite d’une panne de voiture, elle rencontre Claude qui va changer sa vie. Elle se rend compte en discutant avec Claude que ses rêves sont très loin du chemin qu’elle a emprunté et grâce à lui elle va tenter de reconquérir sa vie et partir à la poursuite de ses rêves.

Les personnages :

Camille : C’est une jeune femme de 39 ans, qui s’habille pratique pour pouvoir courir toute la journée au boulot, chercher son fils à l’école, l’emmener à ses activités extra scolaires, faire à manger, s’occuper de sa maison… Bref c’est une femme dynamique mais qui s’est éloigné du bonheur petit à petit par habitude, par praticité, par usure, par déception, par fatigue… Mais elle ne désespère pas et quand Claude lui propose de reconquérir sa vie et son bonheur, elle n’hésite pas une seconde, après tout elle n’a rien à perdre, elle est déjà au bout du rouleau…

Claude c’est le sauveur de Camille, il a peut-être une soixantaine d’année, son visage serein le rend avenant. Il se dit « routinologue » et propose à Camille de l’aider à se rapproprier sa vie avec une thérapie un peu particulière mais qui a déjà fait ses preuves.

Le Plume, le Scénario :

Alors oui c’est un coup de coeur ! Chaque femme de quarante ans ou presque devrait avoir ce livre sur sa table de chevet !

Je pense que beaucoup de femme de presque quarante en est arrivé à la situation de Camille. On est presque toute passée par là, on vit la vie à cent à l’heure, on s’occupe des enfants, des maris, de son boulot… on court toute la journée pour le bien de sa petite famille et ce n’est pas une tare, c’est un choix et au début on est satisfaite de cette vie… sauf qu’au bout du compte on s’épuise et on ne le voit pas tout de suite. On habitue sa famille, à ce que superwoman s’occupe de tout, gère les problèmes, gère le compte bancaire, la plomberie, la garde des enfants, les problèmes de réseau … et tout ce petit monde s’appuie sur nous parce qu’on l’a autorisé et habitué à le faire. Mais non on n’a pas besoin d’aide, on y arrive toute seule… et avouer que ça devient dur c’est quasiment impossible. On se sent terriblement seule, soutien de famille et si on craque, on déséquilibre l’harmonie de la famille. Alors on s’enferme dans son cocon et la vie devient grise…

Mais alors ce livre est une vraie goulée d’air frais. L’aventure-Thérapie de Camille est étonnante et vivifiante. Elle est étonnante car sur le moment évidente mais il ne faut pas s’y tromper reprendre le chemin du bonheur ça demande des efforts, des gros efforts. Et Raphaëlle Giordano déploie tout un planning assez simple à mettre en place pour reconquérir sa vie, mais à quelques conditions qu’il faille vraiment le vouloir et surtout ne pas ménager ses efforts. Il faut avoir envie de sortir de cette grisaille.

Quelques exemples juste pour donner un avant-goût, de se que doit faire Camille:

  • 15 jours pour faire le ménage in/out : c’est à dire se débarrasser de tout ce qui paraît toxique/néfaste/sclérosant dans toutes ses relations et son organisation. Ensuite grand ménage, jeter au moins 10 objets inutiles, ranger, trier, améliorer.
  • Écrire sur une feuille A4 tout ce qu’elle ne veut plus être ou subir…
  • Faire la liste de ses qualités

Et plein de bonnes, très bonnes idées pour se retrouver et retrouver ses rêves.

Dans la lecture de ce roman/guide, un autre point important ressort et ce petit détail est délicieux. C’est le passage de la bienveillance. Camille est aidée et vous verrez par la suite ce que lui demande Claude, seule monnaie acceptable pour payer sa thérapie. Et je trouve cette idée juste géniale, une onde de choc qui pourrait atteindre des sommets. Un geste de bienveillance qui s’étalerait comme une onde que ferait un caillou dans l’eau. Du coup ça m’a rappelé le clip de Claudio Capéo avec sa chanson « Un Homme Debout », où le clip est semé de geste de bienveillance qui s’étire comme une onde de choc.

Ce livre m’a été conseillé par ma collègue de travail et je l’en remercie vivement ! MERCI !

En Bref :

C’était un vrai plaisir de suivre Camille, de s’identifier à elle 🙂

C’est un coup de coeur, il faut que ce livre soit lu par toutes ces femmes et même les hommes aussi qui se retrouvent à quarante ans, au bout du rouleau, usés et très très loin de leurs rêves.

Ce livre devrait être déclaré d’utilité public ! 🙂

Publicités

Quelqu’un à qui parler de Cyril Massarotto

Titre : Quelqu’un à qui parler

Auteur : Cyril Massarotto

Éditeur : XO Editions

Genre : roman contemporain

Nombre de pages : 269

Sorti le 9 février 2017

Lu le 16 avril 2017

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu’il n’a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu.

Tiens, et s’il appelait ? À sa grande surprise, quelqu’un décroche. Et pas n’importe qui : c’est à lui-même, âgé de dix ans, qu’il est en train de parler ! Mais que dire à l’enfant que l’on était vingt-cinq ans plus tôt ?

Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s’interroger : l’enfant que j’étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l’adulte que je suis aujourd’hui ? Ne l’ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ?

Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !

Mon avis :

L’histoire :

Samuel se retrouve seul pour fêter ses trente cinq ans, il commence à faire le tour de lui même et il n’est pas loin de la déprime. Il est seul, n’a pas de petite amie, son boulot l’ennui, son patron se sert de lui comme d’un souffre douleur… Bref ce n’est pas la vie qu’il aurait aimé avoir

Il se rappelle très bien son numéro de fixe quand il était enfant. Il essaie, de toute façon ça sonnera dans le vide car maintenant les numéros sont à 10 chiffres… Étonnamment quelqu’un décroche, un jeune garçon, et cet enfant c’est lui ! Curieux, mais tous les soirs Samuel de 35 ans appelle Samuel de 10 ans pour lui parler un peu du futur, mais aussi papoter sur ce que ressent l’enfant mais aussi l’adulte, chacun conseille l’autre comme des meilleurs amis.

Cette conservation quotidienne va empêcher Samuel 35 ans de sombrer dans la dépression, et va même le pousser petit à petit à reprendre sa vie en main, cette vie qui lui a échappée.

Les personnages :

Samuel, 35 ans : C’est un homme désabusé, seul, qui n’aime pas vraiment son travail. Il a laissé sa vie l’entraîner dans la solitude.

Samuel, 10 ans : C’est un petit garçon, dynamique, plein de hargne. Il n’imagine absolument pas devenir comme se décrit Samuel35. Il se fâche, il secoue le Samuel du futur, il est pas question d’abandonner, de vivre à petit feu comme ça. Et en même temps, la vie se déroule comme il était prévu dans le passé. Samule10 passe quand même par ces épreuves douloureuses de la perte d’un être cher… mais ça ne lui enlève pas l’idée d’un avenir meilleur.

La Plume, le Scénario :

Encore un roman magnifique, doux, tendre dans cette veine d’espoir qu’écrit toujours Cyril Massarotto.

Qu’est ce que ce début de roman est triste … être seul devant son gâteau d’anniversaire 😦

Qui n’a pas rêvé de partir dans le passé pour parler à son petit moi et lui dire de ne pas faire telle ou telle chose. En fait, cela ne marche pas comme ça, on ne peut pas changer se qui s’est déjà produit. Ce qui est à notre portée, c’est le futur et ça c’est à nous de le construire selon nos rêves, nos aspirations.

Samuel35 (c’est moi qui l’est surnommé comme ça) arrive a un tournant de sa vie où il est urgent de réagir. Il est dans l’impasse, il se retrouve tout seul la soirée de ses 35 ans. Petit Comeback, il réfléchit… comment en est-il arrivé là ? L’auteur l’explique tout simplement, c’est un ensemble de choix, de mésaventures, de précautions, de préservations… bref la vie que Samuel a laissé défiler trop vite, il s’est laissé distancer.

Mais l’auteur, très subtilement remet Samuel35 sur les rails, avec ces appels dans le passé. Métaphore tendre, qu’il faut garder bien au chaud cet enfant que l’on est et que l’on restera. C’est cet enfant plein de rêves que l’on doit préserver pour garder ce dynamisme, cet espoir que tout est possible. Samuel10 va rappeler à son moi futur, que c’est pas cette vie qu’il voulait, qu’il faut réagir, sortir, rencontrer des gens, avoir confiance et la vie sera plus belle, pas plus facile mais plus agréable. Samuel10 secoue Samuel35 !! Il ne veut pas se retrouve seul à 35 ans sans amis, sans amoureuse… seul.

Samuel35 par le biais de ces appels avec son moi du passé, va petit à petit reprendre goût à la vie, ça veut dire prendre des risques, oser reprendre contact avec les humains. Il va reprendre sa vie en main, il va sortir de l’impasse, sortir de ce mauvais chemin et reprendre la route.

Comme c’est bien dit dans la 4ème de couverture :

« […] Cyril Massarotto signe un roman plein de justesse, de tendresse et d’humour sur l’enfant qui demeure toujours en nous… et qu’ils ne faut jamais oublier d’écouter. »

Je ne veux pas m’appesantir sur l’histoire, ni sur les personnages car Samuel35 est entouré de personne formidables qui vont le soutenir, l’aider à reprendre la vie, et en faisant cela je serais obligée de spolier fortement… et ça pas question, vous êtes tenté ? Alors lisez ce roman !

En Bref :

Un roman doux où Cyril  Massarotto nous montre, nous souffle qu’il ne faut pas qu’on efface, qu’on enfouisse trop profond cet enfant en nous. Qu’il est toujours utile de se rappeler ce qu’on espérait de la vie et rester à l’écoute ses folies enfantines.

Encore une lecture très très agréable, pleine d’espoir !

Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker

Titre : Pax et le petit soldat

Auteur : Sara Pennypacker

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Genre : Jeunesse

Nombre de pages : 320

Sorti le 12 janvier 2017

Fiche bibliomania

 

4ème de couverture :

Un garçon et son renard que la vie sépare, l’histoire d’une indéfectible amitié. Un roman d’aventures d’une intensité bouleversante.

Mon avis :

L’histoire :

Peter a recueilli un petit renard, ils sont inséparables mais un jour son père lui demande l’impossible … Ils partent et il doit laisser son renard dans la forêt. Peter refuse mais son père va lui faire croire que c’est mieux pour le petit renard de retourner à la vie sauvage… De son côté Pax sent bien qu’il se passe quelque chose de bizarre l’odeur de son humain ne dit rien de bon; et voilà que Pax se retrouve seul dans la forêt et il ne sait pas comment il va survivre en attendant que son Peter vienne le chercher parce que bien sur son humain va revenir

Les personnages :

Peter est un jeune garçon qui vit avec son père mais un jour la guerre les rattrape et le père part s’engager et emmène Peter et l’oblige à abandonner son seul ami. Peter est déterminé, il s’enfuit car il veut à tout prix retrouver son renard, il a peur qu’il ne sache comment survivre sans lui. Il sait au plus profond de lui que l’animal va l’attendre. Il est fort, un peu fougueux mais ça il va apprendre à se maîtriser et à réfléchir au côté de Vola.

Vola, c’est une femme marginale, sans âge et avec une jambe particulière. Elle surprend Peter et décide contre tout attente de l’aider et surtout de lui permettre de se maîtriser et de réfléchir à sa situation. Son aide aura un retour inattendu. C’est une femme rêche mais elle cache beaucoup de tendresse à l’intérieur d’elle.

Pax,c’est un petit renard apprivoisé et surtout qui sent fort l’humain. Les autres renards et autres espèces se méfient de lui car il a approché les humains assez pour porter leur odeur. Il est démuni quand son humain le laisse dans cette forêt où il venait jouer avec lui, mais cette fois il est seul et il ne sait pas comment manger ni comment boire… Il va faire des rencontres inattendues, fortes en émotion et surtout il rencontre Gris qui va le guider et lui apprendre quelques petites astuces pour survivre.

Gris, c’est un vieux renard avec une famille, qui part chercher un autre endroit pour mettre sa famille à l’abri de la guerre qui ravage tout. Il emmène Pax avec lui et ensemble ils partent à la recherche d’un lieu plus accueillant. Il est ronchon mais il éprouve déjà pour Pax une tendresse paternelle, il décide de le guider …

Il y a aussi Hérissée et Avorton et d’autres humains dont Peter va faire la connaissance mais ça il va falloir lire le livre !

La Plume, le scénario :

Ce livre est une merveille poétique malgré la guerre qui rôde autour. Sara Pennypacker nous décrit cette amitié si forte et hors du commun avec beaucoup de poésie.

C’est un roman de formation, d’initiation. Cette fois,  c’est pas très commun nous avons deux héros : Pax et Peter. Chacun de ces deux personnages va vivre des aventures en parallèle de l’autre.

Le roman est construit selon la structure : La séparation, la réclusion et enfin la réintégration (oui oui je viens de suivre un cours sur le roman de formation et je ressors ma science 😉 )

Peter est contraint d’abandonner Pax dans la forêt avant de déménager chez son grand-père car son père part à la guerre (= la séparation). Mais cette décision forcée, il la regrette déjà et s’en veut terriblement de ne pas avoir tenu tête à son père et de ne pas avoir emmené Pax avec eux. Il décide de fuir et se retrouve tout seul  à 300 km de son renard avec la seule détermination de retrouver son ami (= la réclusion). Heureusement il rencontre Vola (=ancêtre), elle le garde pour le soigner d’abord et lui mener la vie dure pendant des semaines pour le faire mûrir, le faire grandir pour en quelque sorte l’initier à la vie. Ensuite quand il quittera Vola, il sera quoi faire, il ne sera plus le même petit garçon craintif mais déterminé. Il aura d’un coup grandit et il arrivera à cette fin heureuse ou pas ou en tout cas logique (=réintégration)

Pax suit le même parcours initiatique. Il se retrouve seul après que son humain l’ai abandonné dans la forêt (=séparation). il se sent seul et démuni, il a faim, soif (=réclusion). Puis il fait la rencontre de plusieurs animaux de son espèce et surtout Gris (=ancêtre), qui va en quelque sorte lui apprendre la survie. Pax suit Gris dans sa recherche d’un endroit meilleur pour sa famille et il va apprendre beaucoup au côté de Gris. Et tout comme son humain, Peter, Pax arrivera à grandir, à mûrir et devenir un vrai renard sauvage, il retrouve sa liberté d’animal de la forêt (=réintégration) ;  et peut-être qu’un jour il retrouvera son Peter… peut-être…

Leur évolution est suivie en alternance d’un chapitre à l’autre, indiqué par une tête de renard ou une tête de garçon. Cette alternance rend le récit dynamique, et surtout elle rend le lecteur complètement addict, car on veut à tout prix connaître la suite de l’un ou de l’autre sans arrêt jusqu’à la fin du roman.

Petite modif après publication, j’ai oublié de citer l’illustrateur Jon Klassen illustrateur de nombreux albums pour la jeunesse et également l’auteur de l’album « Je veux mon chapeau (I want my hat back) ». Pour Pax, la couverture et les illustrations internes sont tout simplement complémentaire au texte et superbe !

En Bref :

J’ai adoré ce roman, il est bouleversant et époustouflant ! Non les mots ne sont pas si fort !!

C’est d’une telle poésie, une telle amitié c’est très beau.

Polina de Bastien Vivès

polinaTitre : Polina

Auteur : Bastien Vivès

Editeur : Casterman

Collection/Série : KSTR

Genre : Bande Dessinée, Contemporain

Nombre de pages : 210 pages

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

 » Il faut être souple si vous voulez espérer un jour devenir danseuse. Si vous n’êtes pas souple à 6 ans, vous le serez encore moins à 16 ans. La souplesse et la grâce ne s’apprennent pas. C’est un don. Suivante… « 

Mon avis :

J’ai eu envie de lire cette BD grâce à Mo’ sa chronique m’a tenté 😉 ! Merci Mo’ une jolie découverte.

L’histoire :

C’est l’histoire d’une petite danseuse, qui aimait par dessus tout la danse. Avec sa maman, elles partent tenter leur chance à une audition pour entrer dans une grande école de danse. Polina attire l’attention du maître Bojinski pour ne jamais plus quitter son esprit. Elle évolue dans le milieu de la danse avec sa particularité, son talent et ses envies.

Bojinski est autoritaire, et enseigne à l’opposé de ses confrères. Polina va suivre divers enseignements mais elle gardera toujours à l’esprit la liberté de Bojinski son seul maître.

Les personnages :

Polina : Elle tente sa chance à une audition du grand maître Bojinski et il l’a remarque. Il va lui apprendre une danse particulière toujours très exigeante. Le précieux enseignement de M. Bojinski va faire d’elle une danseuse talentueuse et particulière.

Bojinski : C’est un maître de danse, un peu bourru très exigeant, très dur avec Polina mais il sait que ce qu’il lui enseigne restera à jamais gravé, dans ce petit prodige qu’est Polina. Il va la faire pleurer, car il aura des mots durs mais c’est toujours pour l’élever toujours plus haut.

La plume, le scénario, le trait :

Bastien Vivès, dans cette Bande Dessinée, mise tout sur le ressenti, en tout cas c’est mon impression perso. Il dessine un langage corporel plus que des personnages. Les visages ne sont pas précis, c’est je pense pour que les lecteurs se fixent sur le langage corporel qui par moment est très puissant. Il fait passer l’émotion dans les pas de danse de Polina, dans les exigences de Bojinski.

Pour le coup, c’est vrai que le trait de crayon peut un peu rebuter… car si on aime lire des BD avec des illustrations de folies… les illustrations de Bastien Vivès sont belles plus dans le sens de ce qu’elles sont sensée nous faire ressentir et dans les sentiments qu’elles véhiculent.

En Bref :

Une BD très agréable à lire, tout en ressenti 🙂

Le passage de Louis Sachar

le-passageTitre : Le Passage

Titre VO : Holes

Auteur : Louis Sachar

Éditeur : Editions Gallimard

Collection : Jeunesse, l’école des Loisirs

Traducteur : Jean-François Ménard

Nombre de pages : 326

Sorti le 08/04/2016

4ème de couverture :

« ATTENTION A LA MORSURE DU LÉZARD A TACHES JAUNES !

Stanley Yelnats a hérité de la terrible malédiction familiale qui se transmet depuis l’horrible-abominable-vaurien-d’arrière-arrière-grand-père-voleur-de-cochon. Toujours au mauvais endroit, au mauvais moment. Accusé – injustement – de vol, Stanley est envoyé au Camp du Lac vert, un camp de redressement perdu dans le désert du Texas. Ici, la vie est un enfer pour les mauvais garçons comme lui, X-Ray, Calamar, Zéro et tous les autres.
Pourquoi faut-il creuser des trous, toute la journée sous un soleil brûlant ? »

Mon avis :

L’histoire :

Stanley Yelnats est maudit …. depuis que son arrière-arrière-grand-père a soi disant volé un cochon… Mais voilà Stanley s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment… fatalité ou chance ??

Il est envoyé par le tribunal dans un Camp de rééducation pour jeunes délinquants. Il va devoir creuser un trou de 1.50m tous les jours même le samedi et le dimanche. Pourquoi ils creusent, ils ne le savent pas, enfin on leur a dit pour leur forger le caractère… mais bon quand ils trouvent un objet ils doivent en référer tout de suite au directeur, c’est bizarre et quand Zéro décide de s’évader, personne ne part à sa recherche… pourquoi ?

Les personnages :

Stanley Yelnats : Élève de collège, un tantinet enrobé, souffre douleur d’un certain Derrick. Il se trouve que dans sa famille les hommes Yelnats n’ont jamais de chance, c’est même pire que ça, c’est carrément de la poisse… Il se retrouve accusé à tort de vol de chaussures et envoyé dans un Camp pour jeunes délinquants. Là-bas il va rencontrer des personnes spéciales, caractérielles, mais aussi des gens très intéressant comme Zéro.

Zéro : C’est un jeune délinquant pris pour vol et contraint de creuser des trous comme Stanley. Il est très peu bavard mais très efficace pour creuser des trous. Mais un jours il s’évade et part dans le désert sans eau… Ce personnage est étonnant !

X-Ray, Calamar, Aisselle … : Tous des jeunes pensionnaires du Camp du Lac Vert. Personnages clichés ou pas qui vont graviter autour de Stanley et lui apprendre la vie au Camp de différentes manières (explications simples, entourloupes, trahison …)

La Plume, le Scénario :

Je vois en bas de la 4ème de couverture :« Titre recommandé par l’Éducation Nationale », et c’est exactement ça !!! chaque collégien ou lycéen devrait le lire. C’est une belle leçon de vie. Apprendre à vivre en communauté, respecter l’espace de l’autre… les aléas de la trahison, l’entraide, mais toujours face à ses difficultés, se dire qu’il faut avancer ! En plus l’écriture de l’auteur est agréable, fluide; plus aucune excuse pour commencer ce livre !!

Les petits intermèdes d’Histoire sur les ancêtres de Stanley étaient tout à fait captivant. Un chapitre de la vie de Stanley au Camp et un chapitre d’Histoire qui bien souvent expliquait la situation, pourquoi ? comment ? Quand Stanley a trouvé quelque chose dans sa terre, l’auteur s’est mis à nous expliquer petit à petit la raison de ces trous, l’histoire du lieu … et c’était tout à fait passionnant !!

Et finalement après quelques décennies, Stanley est là pour dénicher ça et là des bribes d’info qu’il ne comprend pas toujours sur son histoire ou peut-être faire un pied de nez au destin, à la malédiction. L’auteur nous donne à nous lecteur toutes les infos, on sait tout, on en sait plus que Stanley et on a envie de lui dire mais… voilà 😀 …. mais le but est tout autre, ce qui est important c’est comment Stanley va se sortir de cette expérience, ce qu’il va devenir 🙂

Tout ça pour comprendre la nécessité de cette aventure que Stanley a d’abord subi puis ça l’a aidé à grandir, à s’affirmer et à soutenir ces camarades quand c’était le moment 🙂 …

En Bref :

Un très belle histoire, passionnante et captivante. Un héros qui ressemble à tout à chacun ou à quelqu’un qu’on connaît forcément. Cette force qu’il développe pour aller jusqu’au bout de ce qu’on lui demande est tout à fait admirable. Il ne perd jamais de l’œil ce qu’il est, malgré les moqueries ou les blessures, malgré cette malédiction sur sa famille, il reste très fier d’être un Yelnats. Un belle philosophie,  une telle conscience !!