Les Citadelles Tomes 1 & 2 d’Isabelle Morot-Sir

Titre : Les Citadelles Tomes 1&2

Auteure : Isabelle Morot-Sir

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 442

Sorti le 18 août 2018

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé :

 » Comment peut-on passer d’une vie fade de secrétaire dans un cabinet notarial parisien, à celle de gardienne d’un pouvoir mythique? De surcroît au milieu de plaines immobiles, sous un soleil écrasant, dans une citadelle en guerre, parcourue par des dragons et leurs non moins terrifiants dragonniers… C’est bien ce que risque de découvrir Mona à son coeur défendant, elle qui meurtrie par la vie ne souhaite plus dans son existence que l’amitié de sa plante carnivore…
Et si notre place n’était pas celle que l’on croit? Et si notre monde en cachait un autre? Et si notre destin était écrit? L’héroïne d’Isabelle Morot-Sir ne se doutait pas qu’une visite chez l’antiquaire pouvait transformer sa vie… Et pourtant! Cocktail entraînant de fantasy et de romance, « La Citadelle des dragons » veille à garder grandes ouvertes les portes de l’imagination. »

Mon avis :

Un grand merci un l’auteure Isabelle Morot-Sir pour ce partenariat; ce fut une lecture très enivrante que dis-je une folle aventure !

L’histoire :

L’histoire commence par la description d’une brise traversant la ville… C’était très beau à lire !

Mais on tombe brusquement comme le vent sur Mona; une jeune femme à la démarche mécanique et déterminée. Elle est secrétaire d’un notaire plutôt gentil; mais Mona traîne une tristesse, un chagrin incommensurable, elle s’interdit même le plus petit plaisir de vie… Bref, ce jour-là son patron l’envoie chez un client pour lui faire signer des papiers…Et si la vie lui réservait un autre destin, une autre mission et si la vie en avait décidé autrement pour elle !

Voilà comment Mona se retrouve brusquement dans un monde en guerre, gardienne d’un pouvoir immense et bien plus encore…

Les personnages :

Mona : C’est une jeune femme blonde, un peu chétive … enfin on pourrait dire un petit gabarit. Dans sa vie la tristesse l’habite, la parasite même… on ne sait pas tout de suite pourquoi, j’ai soupçonné un terrible drame puis alors que la vie voudrait lui offrir quelque petite joie, Mona se les interdit. Alors le destin ou la vie ou autre chose, quoique ce soit a décidé que Mona était la personne idéale pour accomplir le destin de Gardienne. En rentrant dans une boutique d’antiquité, elle est loin de se douter que certaine rencontre vous marque et vous change à vie

L’antiquaire : c’est un vieux monsieur, un peu étrange voir carrément énigmatique. Il a l’air d’un vieux savant fou, qui s’en fiche de ces papiers à signer, mais par contre il semble très intéressé par Mona, en tout cas par ce qu’elle dégage. Il l’épie car il est persuadé qu’elle va trouver dans son immense capharnaüm ce qu’elle cherche …

oui oui j’essaie d’être énigmatique 😀 Je ne voudrais pas tout dire quand même ! Où serait le plaisir du lecteur que j’aurais réussi à tenter ?

La Plume, le scénario :

Quel début de récit que le passage d’une brise, d’un vent espiègle dans la ville, je pouvais presque le visualiser tellement c’était joliment transcrit ! Voilà comment en quelques pages je savais déjà que j’allais vivre une formidable aventure !

Et quelle aventure, suivre Mona, douloureusement au travers de cette ville, sa ville, m’a transpercé le coeur…son saut dans un monde inconnu avec tous ces gens qui faisaient d’elle la gardienne qui allait tous les sauver et ses rencontres chocs ! wow !

Puis à chaque pas, dans cette nouvelle vie qui s’offrait à elle, fut étonnant, plein de doute. Que pouvait bien faire un petit bout de femme dans cette dure vie, malgré tout le respect que tout le monde pouvait lui apporter; malgré ce pouvoir…

Je me suis attaché à Mona, à sa façon de penser, à sa détermination à trouver des solutions aux problèmes qu’on attendaient qu’elle résolvent. C’était épuisant, frustrant puis quand elle a enfin trouvé, mais oui ça tombait sous le sens, c’était risqué mais c’était la seule solution…

L’auteure a réussi à me faire (presque…) « rentrer » dans la peau de Mona, dans ces décisions, dans ses doutes, dans ses joies. Une écriture si « imprégnante » qu’elle vous propulse au coeur du récit avant que vous ne vous en rendiez compte.

C’est frustrant de ne pas raconter l’histoire un peu plus mais elle est tellement captivante que chaque détail a son importance et le plus petit spoilers risque de ternir cette belle aventure. En tout cas Mona nous donne une belle leçon de vivre ensemble; j’ai vraiment aimé ce passage dont je ne dirais rien mais qui fiche une claque car tellement plein de réalisme et de sens !

Chaque personnage est décrit avec réalisme; par exemple, j’aurais aimé voir vraiment le sourire carnassier de Tar’dva; avec les descriptions de l’auteure je pouvais aisément le visualiser et surtout l’apprécier 😉 chut ! je n’en dirais pas plus.

J’ai volontairement occulté le résumé du deuxième tome car non vraiment trop de spoilers !!! Tout ce que je peux dire c’est que le lien entre les deux tomes est puissant mais chaque histoire à son importance et celle du deuxième tome est tout aussi tragique que belle. Suivre la protagoniste fut tout aussi époustouflant que dans le premier. Une expérience différente, mais néanmoins aussi passionnante. Dans ce récit ça parle d’hérédité, de différence, de pouvoir être soi-même sans se l’autoriser, de vouloir prouver à tous qu’on est supérieure et surtout digne de son héritage génétique …. je crois que j’en ai trop dit 😥

En Bref :

Merciii Isabelle Morot-Sir ! Pour m’avoir fait découvrir votre univers ! et surtout m’avoir fait partager le quotidien de vos héros 🙂 ❤

Une très belle lecture, qui restera dans mon esprit un petit moment car tellement imprégnante et pleine de sens !

Publicités

La Meute Harbor, Saison 2 : Démons d’Audrey S.G.

Titre : La Meute Harbor

Saison 2 : Démons

Auteure : Audrey S.G.

Genre : Bit-Lit, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 206

Sorti le 21 janvier 2019

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION SPOILERS pour ceux qui n’ont pas lu la saison 1 ***

Résumé :

 »  « Il n’était qu’un commencement. »

Depuis la victoire de la meute sur Néro et ses loups, Héléna, Valentin et leurs amis s’imaginent à l’abri du danger et à même de protéger ceux qui leur sont le plus chers. Mais en réalité… tout ne fait que commencer.
Tapis dans l’ombre des secrets et des non-dits, une nouvelle menace se profile et s’insinue dans l’esprit et dans le cœur des membres de la meute.
Pris au piège de leurs peurs les plus profondes, Héléna, Valentin et les autres devront affronter bien plus que des ennemis faits de chairs et de sangs.

« Et si les démons les plus dangereux étaient ceux qui sommeillent en vous ? ». »

Mon avis :

Encore merci pour ce partenariat, ce fut un réel plaisir de suivre Héléna et la meute à nouveau !!

Pour info, j’ai lu et donné mon avis sur la saison 1 de  « La Meute Harbor »,  et sur le Hors Série « La Meute Harbor, HS : Porter et Ludivine »

Et je suis ravie d’avoir poursuivi cette histoire et  surtout d’avoir pu découvrir comment tous ces personnages ont évolué c’était sympa !

L’histoire :

L’auteure laissait ses lecteurs sur une belle amorce à la fin de la saison 1; et comme un poisson j’ai saisi cette amorce !! Ma curiosité était piquée 😉

Après avoir tenu en respect la meute, et liquidé Nero; la Meute Harbor semble tranquille, apaisée mais un plus grand danger les guette et ça personne n’y est insensible…Valentin a de curieuses sensations, les adultes semblent leur cacher des choses... et ce nouvel élève qu’est ce qu’il veut à son Héléna …

Mais pendant ce temps là, Héléna aspire à faire sa dernière année de lycée et souhaite en profiter au maximum avant de reprendre une vie de meute étourdissante. Mais Sélène, sa tante la presse pour qu’elle acquière enfin ce dernier pouvoir. Les entraînement s’intensifient et laissent Héléna de plus en plus désemparée et démotivée.

Alors qu’ils pensaient tous souffler après cette confrontation mortelle avec la meute de Nero; il n’en est rien. Leur vie semble basculer à nouveau; Ils se retrouve tous empêtrés dans des conflits et problèmes qu’ils n’avaient même pas songé…

Les personnages :

Héléna : ce personnage opère une belle évolution, désormais plus sûre d’elle, enfin le naturel revient parfois au galop et les ennemis profite de cette faille. Elle est détentrice des pouvoirs de la Terre, du Feu mais surtout de l’Eau et maintenant elle doit réussir à trouver le chemin vers un nouveau pouvoir. Malgré sa détermination et sa motivation, cette phase devient très compliquée. Son amour pour Valentin est toujours aussi puissant mais la possessivité et la jalousie de son Loup préféré deviennent un peu étouffant

Valentin : Je dirais que son personnage se fragilise, il soutient tant bien que mal sa dulcinée mais il a tellement peur de la perdre qu’il la surprotège. Ils se disputent beaucoup et Valentin semble ne plus comprendre les sautes d’humeurs d’Héléna.

Le « couple Austin-Salem » : s’éloigne de plus en plus; et un terrible secret les empêche de concrétiser cet amour indiscutable.

Porter et Ludivine : Ils restent peut-être le couple le plus stable de la meute face à toutes ces incertitudes et ces doutes;  j’aimerai continuer à raconter ce qu’ils vivent mais non je ne peux pas …

Ashton : Nouvel élève au lycée, il se rend compte qu’il n’est pas facile de se faire de nouveau amis. Qu’il est d’autant plus compliqué d’entrer dans le cercle de la meute et encore plus dangereux d’essayer de sympathiser avec Héléna et Salem.

***SPOILERS***

La Plume, le scénario :

Que dire, je me suis retrouvée une nouvelle fois embarquée par l’écriture de l’auteure Audrey S.G.

Retrouvée la meute a été un plaisir non dissimulé :).

A un certain moment de l’histoire, j’avoue avoir suivi les sentiments d’Héléna; je comprenais son besoin d’air, sa sensation d’étouffement. L’écriture de l’auteure était telle que je ne me suis pas méfiée et je me suis laissée entraîner dans cette spirale; et après avoir eu l’explication, je me suis dit que l’auteure avait de sacrés bons personnages, très ingénieux … Je sais que pour celui ou celle qui me lit, ça ne veut strictement rien dire mais je ne peux pas en dire plus … sans spolier un peu plus… l’auteure comprendra, enfin je pense 😀

Les scènes de sexe disséminée dans le récit, sont toujours très précise, courte et transmettent très bien cet instinct animal, cette protection, ce désir de possession des loups mais aussi ce très puissant lien qui unis un loup garou à sa compagne.

Encore une fois, l’auteure ménage ses effets et ne dévoile ses cartes que petit à petit; on croirait presque par moment qu’elle prend plaisir à perdre son lecteur autant que ses personnages 😉

Un tout petit mot sur la couverture, qui est percutante et surtout qui parle d’elle même! Allez les futurs lecteurs creusaient vous la cervelle avec ce petit indice 😀

En Bref :

Une lecture agréable, dynamique et étonnante puisque l’auteur Audrey S.G s’est amusée à me laisser prendre le même chemin de perdition que ses personnages.

Gremlin’s Road, tome 1 : Yougoslavia 1986 de Sébastiane T. Cornick et Mary Mogwai

Titre : Gremlin’s Road

Tome 1 : Yougoslavia, 1986

Auteures : Sébastiane T. Cornick et Mary Mogwai

Éditeur : Éditions Sydney Laurent

Genre : Thriller, Fantastique

Format : Epub

Nombre de pages : 252

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Je suis une journaliste motarde, spécialisée dans le surnaturel. Je vois des fantômes et discute avec eux. C’est pratique pour les interviews exclusives… Avec un CV comme le mien, vous ne pensez tout de même pas que je peux passer inaperçue ? Apparemment, mon Patron le croit et m’envoie enquêter sur des massacres étranges en Yougoslavie. En pleine guerre froide. Avec un simple appareil photo et mon 400 XLS. Le voyage ne va pas être de tout repos… »

Mon avis :

 

L’histoire :

Carine est journaliste dans un journal traitant le surnaturel. Cette fois, son patron l’envoie en Yougoslavie, sur une histoire sombre et lugubre… Le plus étonnant c’est que son patron est plus touché que d’habitude. Elle doit faire équipe avec l’arrogant et très sexy Damien, un collègue coureur et très sûr de lui. Ils décident de parcourir près de 10 000 km à moto jusqu’à la Yougoslavie où se perpétue d’horribles meurtres laissant des charniers écœurants à plusieurs endroits… Carine et Damien n’ont aucune idée de ce qui les attend là bas , ce qui est sûr c’est qu’ils auront besoin de leur habilités particulières 😉

Les personnages :

Carine : est une journaliste un peu particulière, elle adore sa moto qu’elle répare in-extrémis pour son voyage en Yougoslavie. Elle a un tempérament fort, elle est très maligne, un peu « fonce dans le tas », elle est de taille face à un gang de motard ! Mise à part son statut de motarde, elle a un familier très étrange et son habilité l’aide grandement dans son travail de journaliste du surnaturel. Elle se retrouve dans un pays inconnu avec un collègue diablement sexy… mais dans l’obscurité d’horribles choses guettent et traquent leur proie.

Damien: C’est le collègue de Carine, il fait tourner toutes les têtes en particulier celle des femmes … pas une ne résiste à son charme; si peut-être une, Carine, et il n’a qu’une envie c’est de changer ça ! Damien a lui aussi un certain potentiel surnaturel qui lui a valu beaucoup de souffrance dans le passé… et il est loin de s’imaginer que cette habilité va lui causer encore de sérieux ennuis.

Plusieurs personnages peuplent ce périple à moto et vous en dire davantage serait spolier.

La Plume, le Scénario :

Alors ce n’est pas la première fois que je lis les romans de l’auteure Sébastiane T. Cornick, j’en suis à mon troisième roman. Mais elle écrivait sous un autre nom que je tairais car elle a décidé de changer de nom pour une très bonne raison ! Cette histoire est écrit à deux et elle est très réussie 🙂

De premier abord, j’ai trouvé ce roman lugubre et affreusement macabre… tout au moins le début du roman. Vous le savez je ne suis absolument pas fan de charnier, de sang, de membres arrachés et baam ! je tombe dedans, enfin pas dans le charnier mais dans un récit au premier abord horrifique…

J’ai choisi ce livre parce que je connais l’écriture d’une des auteures (Sébastiane T. Cornick) et je savais que cette histoire me plairait. Et donc passé ce côté sanguinolent qui pour le coup n’est pas trop omniprésent, disons que l’écriture des auteures le fait passer très bien 🙂

Plus on avance dans l’histoire, plus elle devient passionnante, inquiétante, dangereuse mais aussi sulfureuse.

Carine et Damien suivent la route des charniers pour comprendre ce qu’il se passe dans cette contrée et pourquoi les autorités ne font pas grand chose… Ce qu’ils vont découvrir est énorme. Ils vont devoir lutter ensemble, se faire confiance, s’entraider… et peut-être bien que par la force des choses bien plus encore. Ce qu’il couve entre eux est très chaud, vont-ils céder ? Non mais vous croyez quand même pas que je vais vous donner un scoop pareil, vous voulez en savoir plus, rien de plus simple faut lire ce roman !!

Et la moto dans tout ça ? on en parle ? Ben oui les auteures sont fans de moto ça c’est clair comme de l’eau de roche; comment ne pas le sentir dans toutes ces descriptions autant de route que de moto. Et cet esprit motard, qu’elles décrivent si bien, avec l’entraide et le côté familial mais aussi fêtard !! Ce Road Trip à moto est particulier et rien n’est épargné à notre héroïne, pas même les pannes et les problèmes de liquidité. Quelques fois ça sent le vécu, peut-être pas mais en tout cas ça fait très réel !

J’ai apprécié cette incursion de fantastique qui englobe tout le roman et lui donne une dynamique fantasmagorique, parfois très glauque mais aussi très sulfureuse. Les auteures malmènent leurs personnages principaux, cette enquête leur laissera des traces à non point douter…

En Bref :

Une lecture passionnante malgré le côté « charnier ». L’enquête en Yougoslavie est sordide et va pousser nos deux personnages principaux au bout d’eux mêmes; sur fond de road trip à moto, d’enquête dangereuse, de mafia, de racket, de sorcellerie et d’érotisme.

Les auteures ont écrit une histoire particulière qui ne laisse pas indifférent.

Au Service Surnaturel de Sa Majesté de Daniel O’Malley

Titre : Au Service Surnaturel de Sa Majesté

Auteur : Daniel O’Malley

Traducteur : Charles Bonnot

Éditeur : Pocket

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 664

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Lorsqu’elle reprend conscience dans un parc de Londres, entourée de cadavres d’hommes en costume portant des gants en latex, Myfanwy Thomas ne se souvient de rien. D’après la lettre qu’elle a trouvé dans sa poche, elle savait qu’elle allait perdre la mémoire et s’est laissé tous les indices nécessaires pour découvrir qui veut l’éliminer. Elle rejoint ainsi la Checquy, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne Britannique. Au sein de cette version de MI5 anglais, la jeune femme, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, devra se frayer un chemin dans un univers semé d’embûches et lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables… »

Mon avis :

L’histoire :

Tout commence par une scène complètement surréaliste, une jeune femme se retrouve au milieu de cadavre sous la pluie et elle ne sait pas qui elle est… Son instinct de survie et une lettre laissée dans sa poche lui font quitter les lieux et chercher un endroit cossu où se réchauffer et chercher des réponses à sa situation catastrophique.

Myfanwy Thomas est amnésique, mais son autre moi avait tout prévu et conserve un coup d’avance sur les commanditaires de son meurtre raté. Étonnement, la jeune femme, malgré sa fébrilité, se rend à son travail en essayant de cacher son amnésie, et réussi petit à petit à se frayer un chemin dans le plan machiavélique de ses détracteurs.

Elle est drôle, cynique et s’étonne de ce qu’elle voit mais n’en montre rien; elle encaisse tous ces renseignements sans brocher pour dénouer le mystère autour d’elle… Pour la guider, son moi est d’une aide tout à fait précieuse. Après tout, son travail, est assez perturbant et déroutant : La Checquy est une organisation au service de la Couronne pour lutter contre la menace surnaturelle;

Les personnages :

Myfanwy Thomas : est une jeune femme chétive et timide, qui a surpris un complot contre elle, elle sait l’issue incontournable et inéluctable. Alors elle décide de ne pas baisser les bras et d’aider son futur moi sans mémoire à survivre et à rechercher qui veut la tuer. A l’aide de précieuses lettres et d’un classeur ultra détaillé; elle aide son moi amnésique à lutter et se venger pour faire triompher la vérité et abattre ses ennemis. Elle se révèle être une formidable administratrice. Et finalement, elle est plutôt douée pour le terrain.

Ingrid : c’est la secrétaire de Myfanwy, c’est une secrétaire au top niveau; elle sait parfaitement comment mettre sa supérieure dans des conditions optimales pour faire et réussir son travail. Elle ingénieuse et elle n’est pas née de la dernière pluie, elle a compris que quelque chose clochait avec sa patronne.

Je pourrais décrire tous les personnages tant ils sont intéressants mais ça serait injuste pour votre future lecture 😉

La Plume, le Scénario :

La plume de Daniel O’Malley est très fluide, très drôle. Le récit est raconté par Myfanwy sans mémoire; mais les incursions de la première Myfanwy, au travers de ses lettres, sont très drôles. Elle fait preuve d’une lucidité désarmante mais en même temps elle a une telle rage de vivre et une détermination à retrouver ses ennemis que ça défie l’entendement.

Évidemment la vraie Myfanwy est un peu invisible, peureuse et chétive mais ses ennemis l’ont sous estimé car c’est une formidable administratrice et devant sa découverte ultra sensible, Myfanwy n’est pas dupe et elle a vraiment compris que sa vie était en danger. Alors elle prépare son futur moi sans mémoire à reprendre le flambeau après elle avec le moins de désavantage et le plus d’informations possible pour continuer son enquête et sauver sa peau.

Les premières pages sont assez glauques, bizarres puis au fur et à mesure qu’on lit les lettres de la première Myfanwy je me suis prise au jeu et j’ai donc suivi son périple avec trépignement. Ces interventions sont timides et ses décisions prises sur le vif mais elles se terminent toujours avec succès et ses ennemis commencent à se poser des questions, d’autant que la prem’s Myfanwy n’allait pas sur le terrain !

Elle fait équipe avec des partenaires particuliers, allant du cerveau pour 4 corps à un vampire et entre autre une visiteuse de rêve… Une conspiration des forces surnaturelles menacent la couronne Britannique; mais c’est sans compter sur la perspicacité de Myfanwy et de sa super secrétaire !

Je suis passé de rebondissement en rebondissement sans aucun temps mort; le tout parfaitement orchestré, très drôle et surtout avec un suspens efficace. Ces 664 pages très fines qui m’avaient un peu fait peur au début, ont été un vrai plaisir de lecture. Autant je stressais toute seule sur mon canapé autant je riais toute seule et mon entourage me regardait avec un œil suspicieux 😀 !

En fait, si l’histoire surnaturelle est intéressante avec quelques humains avec des pouvoirs et des scientifiques complètement macabres, tout repose sur l’enquête menée par Myfanwy 1 et continuée par Myfanwy 2 et les ratés qui vont avec; le tout forme une sacrée histoire fantastique avec tous les ingrédients d’une excellente lecture.

En Bref :

L’héroïne est géniale et super attachante;

Le suspens, les guets-apens, les trahisons mais aussi l’auto dérision de Myfanwy 1 et l’écriture, la traduction de ce roman ont donné un chouette moment de lecture !

Issak par Shinji Makari et Double S

 

Titre : Issak

Auteur : Shinji Makari

Dessin : Double S

Éditeur : Kioon

Sorti le 08 mars 2018

Nombre de pages : entre 208 et 224

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

Résumé :

« 1620. L’Europe est déchirée par une guerre qui oppose catholiques et protestants. Dans la forteresse de Fuchsburg, en Allemagne, des réfugiés affluent de toute la région. Parmi eux se trouve Issak, un guerrier hors pair au talent de tireur inégalé. Avec ses longs cheveux noirs, ses yeux bridés, son sabre et son imposant fusil, il ne passe pas inaperçu…

Venu du Japon, il combat comme mercenaire aux côtés des protestants. En réalité, il n’a qu’un but : laver l’honneur de son maître assassiné. Le meurtrier se serait mis au service des catholiques, et Issak parcourt les champs de bataille pour le retrouver ! Mais cette fois, la situation est désespérée : cernée par l’ennemi, Fuchsburg semble vouée à la destruction… Le samouraï errant parviendra-t-il à changer le cours de l’histoire ? »

 

Personnages principaux :

Issak : La première image d’Issak est très forte, violente même mais extrêmement bien dessinée ! Il arrive de Hollande où il a combattu avec l’armée; il recherche activement le meurtrier de son maître et un objet que cet assassin aurait dérobé. Pour cela, il écume les champs de batailles aux côtés des protestants car son rival s’est enrôlé dans le camp des catholiques… Sur sa route, il sauve Zetta des mains écœurantes de soudard assoiffés de sang et rempli de haine. Il est très calme, très consciencieux, poli et inarrêtable. Côté physique (excusez moi, il est à tomber !… ben oui mon côté midinette arrive à ressortir parfois 😀 ), de long cheveux noir, les yeux bridé et il émane de sa personne un calme rassurant.

Zetta : C’est une toute jeune fille, qui fuit la Bavière en guerre en compagnie de son grand-père, en direction d’une Terre s’appelant Utopia, une terre où tous les hommes sont égaux. Elle est sauvée in-extrémiste par Issak, des soudards qui l’agressaient. Elle est intriguée par Issak qui ne ressemble pas aux soldats et aux mercenaires européens. Elle est déterminée à rester en vie et sans vraiment le vouloir, elle et son grand-père vont suivre la route d’Issak. Leur destin semble lié, se lie au fur et à mesure des pages.

Lieux où se déroule le récit :

Le scénario se déroule à Fuchsburg, le château du représentant, frère de Frédéric V de Palatinat

Détails intéressants :

  1. Le dessin est magnifique, Double S a un trait incroyable, les personnages sont tels qu’ils pourraient être dans la réalité. Les détails sont surprenants et il se dégage une tension palpable de ces pages; mais lorsque Issak apparaît, sa présence rassure. Issak est magnifique !
  2. Au travers d’Issak, on sent toute la détermination, la constance, la patience pour obtenir un geste d’une précision inhumaine. De plus c’est un brillant stratège.
  3. Alors que la situation semble compromise, nous lecteur on sait, on sent qu’Issak va faire la différence.
  4. Ce manga opère la rencontre entre le japon féodal et l’Europe médiévale avec ses guerres de religions entre protestants et catholiques. C’est un savoureux mélange.

Mon avis :

La couverture annonce la couleur : Nous avons un homme de type asiatique qui pointe son arme avec détermination. J’ai eu l’occasion de lire un extrait grâce à mon super libraire de manga, BD et comics, vil tentateur et pourfendeur de portefeuille (oui oui je délire complètement…) Bref, je me suis retrouvée avec cet extrait entre les mains et la curiosité qui va avec !!

Toujours est-il que je suis super fan, j’ai déjà lu les 3 tomes et j’aime de plus en plus !!

Je m’explique :

Je tiens à me répéter : le dessin est SUPERBE ! J’adore le trait du dessinateur, il fait passer toutes sortes d’émotions au travers de ses personnages comme la détermination, la colère, l’intimidation, la suffisance et souvent l’apaisement avec Issak. Ce personnage est implacable, ne rate jamais sa cible, Issak apparaît sur une page et c’est la force tranquille, la patience redoutable, le contrôle de soi immuable., ça présence rassure.

L’histoire nous plonge dans le XVIIème siècle en pleine guerre de religion entre les protestants et les catholiques = la guerre des Trente ans. Mais, alors que fait un asiatique, un japonais dans cette guerre ? Il recherche ardemment le meurtrier de son maître et un objet très précieux. Issak s’engage aux côtés des protestants dans l’armée Néerlandaise et termine son chemin au château de Fuchsburg en Allemagne et se met au service de l’armée de Frédéric V du Palatinat (figure existante de l’histoire). Il se révèle être un allié précieux et de taille. Sa maîtrise du combat impressionne les commandants et les soldats; mais ils sont vite rattrapés par la panique face à l’armée espagnole, immense qui suit un homme charismatique, le général Spinola (encore une figure existante dans l’histoire). L’auteur scénariste a vraiment monté son histoire de guerrier japonais sur fond de la guerre de Trente ans, en s’appuyant sur des faits réel de l’Histoire et c’est très appréciable.

L’histoire d’Issak se superpose petit à petit sur l’Histoire Européenne; il fait partie intégrante du paysage même si son uniforme étonne et surprend. Zetta a compris que c’est un homme hors normes et elle se sent redevable d’Issak et veut à tout prix le seconder, l’aider d’une quelconque manière, elle a peur pour lui. Mais elle sait qu’il est capable de les protéger, elle le sent.

Le tome 1 pose le décor historique, présente des personnages très intéressants et surtout accroche le lecteur avec son héros Issak !

Citations retenues :

  1. […] »(Un lieu où tous les hommes sont égaux) ça n’existe pas, du moins pas sur cette terre ![…]
  2. […]C’est un génois désargenté, mais plus de 10 000 mercenaires le suivent… Ils savent qu’il est intelligent et ils ont confiance en lui ![…]
  3. […]Si la forteresse tombe, les protestants allemands seront isolés et exterminés… Alors quoiqu’il en coûte je la défendrai ![…]

En Bref :

Oui oui c’est un coup de cœur !!! ❤ ❤ ❤

L’histoire d’un guerrier japonais qui s’aventure en Europe en pleine guerre des Trente ans pour retrouver l’assassin de son maître.

Un personnage, beau, déterminé et très attachant (oui j’assume mon côté fangirl pour cette fois seulement 😉 ) Le travail de l’auteur sur l’histoire est très intéressante car il fait se rencontrer le japon féodal et l’Europe médiévale !

Une série qui mérite vraiment le détour !

P.S. => le tome 4 sort le 6 décembre normalement 🙂

Ah et ! J’oubliais le plus important : Si toi aussi tu veux te laisser tenter mais que tu hésites encore… Fonces lire cet extrait =>> ICI : ISSAK tome 1

 

Fool’s Paradise de Ninjyamu et Misao

Titre : Fool’s Paradise

Auteur : Ninjyamu

Illustrateur : Misao

Éditeur : Komikku

Sorti le 21 septembre 2018

Nombre de pages : 192

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

 

Quand l’adoration déclenche le CHAOS

Résumé :

 » La super-idole Sela Hiiragi a été gravement blessée dans un attentat à la bombe. Tout le monde pense que l’auteur des faits pourrait être Kazutaka Nichiya, un garçon ayant commis plusieurs attentats à la bombe quelques années plus tôt, alors qu’il avait 13 ans. Après cet incident, l’amour qu’éprouvent les fans pour Sela fait place à une haine collective à l’égard du criminel. Comment empêcher que le chaos se propage ? Dans un pays devenu incontrôlable, la police aura fort à faire pour retrouver le criminel et apaiser les tensions… « 

Personnages principaux :

Sela Hiiragi : C’est une jolie jeune fille, une idole, victime d’un terrible attentat pendant l’un de ses concerts. Malgré ses très graves blessures, elle ne pense qu’à se relever et continuer d’être une idole. Elle est forte et dure avec elle-même, en même temps, on perçoit qu’elle n’a que cette vie d’idole pour la maintenir en vie. C’est toute sa vie, elle cherche à offrir du bonheur aux gens et ne veut surtout pas qu’on l’évince à cause de ses blessures.

Monsieur Kûdo : est contrôleur judiciaire et consultant à  l’université de Tôô, il est persuadé que ce programme un peu spécial : le SRTP, (un programme de réinsertion sociale sensée contrôler la criminalité et la réduire à néant) aide les jeunes délinquants à ne pas récidiver. Il s’occupe de plusieurs délinquants juvéniles et continue avec la même conviction. D’un autre côté, il suit la jeune Sela depuis qu’elle a manifesté un jour le rêve de devenir une idole. Son attentat l’a beaucoup ébranlé.

Lieux où se déroule le récit :

Le récit se déroule dans un Japon au système judiciaire futuriste.

Détails intéressants :

  1. Cette détermination, voir l’obsession de Sela, à se relever et continuer à être une idole.
  2. De même pour Monsieur Kûdo, cette confiance, cette envie pour que ce système judiciaire soit parfait et fonctionne très bien.
  3. Le revers de la médaille de ce fameux système judiciaire, qui n’est pas si beau, si pur et pavé de bonnes intentions; la sanction pour les délinquants juvéniles, la méthode pour les rendre dociles est brutale.
  4. Les personnages autour de Sela tous aussi suspicieux les uns que les autres
  5. L’enquête menée par un grand-père en retraite de la police, qui aide un jeune policier à trouver des pistes; en parallèle avec l’enquête personnelle de Monsieur Kudô. Cet aspect de l’histoire contribue à faire monter la tension
  6. Le dessin, le trait de l’auteur est agréable, il nous transporte assez facilement dans cette histoire aux aspects mignons qui bascule très rapidement dans quelque chose de sombre, voir très glauque… son dessin évolue pour mieux envelopper son lecteur

Mon avis :

L’histoire commence par Monsieur Kudô, expliquant en quoi le recours au SRTP, système judiciaire de réinsertion pour certains criminels est très prometteur, en effet il indique un taux de récidive de 0%. Il défend avec conviction et enthousiasme ce système dont il est persuadé qu’il va vider les prisons.

L’idole Sela Hiiragi, elle est sur scène, c’est la folie ! Et d’un seul coup c’est la stupeur, Sela est victime d’un attentat à la bombe qui lui inflige de très graves blessures aux jambes. La foule est atterrée, choquée mais très vite les médias font leurs choux gras et induise l’idée de la récidive d’un terroriste connus de tous; d’un seul coup, comme un seul homme la foule se ligue contre cet homme avec une haine sans pareil… J’ai vraiment apprécié que l’auteur parle de ce que les médias peuvent faire pour manipuler les foules, comment il est possible avec des mots habiles ou des suggestions toutes simples faire pencher la balance d’une façon très violente.

Autant, il nous fait part de cet aspect médiatique, où d’un côté on a des journalistes qui ne cherchent qu’à faire sensation, devenir célèbre et d’un autre côté on trouve, les consommateurs de ces médias qui ont tout simplement l’air de mouton… Autant il montre les coulisses d’un système judiciaire qui à l’air de fonctionner, d’ailleurs Monsieur Kûdo, semble vraiment convaincu que c’est un très bon système. Mais voilà l’auteur nous montre, ce que la population ne voit pas, le revers de ce système pas tout à fait clean… justement le point de vue des criminels est assez saisissant !

Il y a plusieurs autres sujets abordés dans ce manga; notamment la place des « idoles » dans le cœur de la population; une sorte de jeunesse gaie et innocente plus ou moins célèbre. Sela Hiiragi est une « idole » très célèbre et adorée par la foule; sa violente agression va déclencher une haine incontrôlable; à tel point que des violences éclatent juste pour des différences de point de vue ou pour avoir osé dire que Sela n’est plus intéressante. L’auteur nous montre la possibilité que cet engouement pour une personne peut vite dégénérer et déstabiliser le pouvoir en place.

Le scénario de Ninjyamu monte crescendo, on part d’un fait violent certes mais la suite nous montre une jeune fille déterminée voire désespérée de continuer à être une « Idole » … puis au fur et à mesure, le ton monte, la tension se fait plus pesante et la haine se déchaîne pour conclure avec une fin de tome glaçante !

Citations retenues :

  1. […]Kazutaka Nichiya l’auteur des attentats à la bombe en série dans le métro… n’avait que 13 ans au moment des faits et pourtant ceux qui ont réclamé la peine de mort pour lui l’ont fait avec une conviction inébranlable[…]
  2. […]Savez-vous quelle est la condition nécessaire pour que naisse un super-idole ? … c’est une crise économique.[…]
  3. […]Quand l’économie va mal, on n’a pas d’argent ni de temps à consacrer à un être aimé en chair et en os.[…]
  4. […]Si je ne suis plus une idole, j’en mourrai ![…]

En Bref :

Un premier tome qui explique la culture des « Idoles » au Japon. Ce premier thème aide l’auteur à partir sur d’autres sujets comme la manipulation de foule par les médias, la tentation d’un système judiciaire révolutionnaire, les dessous des statistiques et un personnage principal brillant et glaçant à la fois !

 

Moriarty, T1 de Ryôsuke Takeuchi

Titre : Moriarty, T1

Auteur, scénariste : Ryôsuke Takeuchi

Auteur, Dessinateur : Hikaru Miyoshi

Éditeur : Kana

Collection : Dark Kana

Sorti le 22 juin 2018

Nombre de pages : 212

Genre : Manga, Shonen

Fiche Bibliomania

Résumé éditeur :

« 19e siècle en Angleterre, la famille Moriarty a recueilli deux orphelins William et Louis mais en leur conférant un statut de domestique. Albert, le fils aîné de la famille est pétri d’ambition et il déteste le système social qui régit la société britannique, dans lequel les classes supérieures se pavanent et oppressent le peuple sans pour autant être dignes du respect qu’elles exigent de lui.

C’est pourquoi Albert abhorre sa propre famille et voit dans les deux orphelins l’incarnation d’un souffle nouveau. Albert leur offre son statut, sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve : se débarrasser de sa famille et du système de classes actuel !

Les trois garçons complotent ainsi pour devenir les seuls héritiers de la famille. Treize ans plus tard, à seulement 21 ans, l’aîné des orphelins William James Moriarty est devenu professeur de mathématiques à l’Université et il pourrait voir surgir sur sa route un certain Sherlock Holmes…« 

Personnages principaux :

Albert Moriarty: Il est l’aîné d’une famille richissime, il a travaillé dur à l’école pour atteindre un haut niveau; mais il a aussi chercher à s’éloigner de sa famille qu’il déteste. A l’arrivée des deux orphelins, William et Louis, il perçoit comme un espoir, une lumière sur le changement qu’il veut pour le monde et le système social en Angleterre. Son ambition est très puissante voir dévorante.

William Moriarty : c’est un enfant très intelligent, il a réponse à tous les problèmes. Il entrevoit très bien comment résoudre toute sorte de complications. Il devient très vite le consultant des villageois où vit la famille Moriarty. Il devient professeur de mathématiques à seulement 21 ans, mais continue son travail de consultant.

Louis Moriarty : C’est le dernier des frères orphelins, il est de santé fragile, mais n’en ai pas moins un enfant puis un adulte très bon gestionnaire.

Lieux où se déroule le récit :

Au XIXème siècle, en Angleterre; au début dans la balieue de Londres où vit la famille Moriarty.

Détails intéressants (ou marquants) :

  1. Cette volonté et cette soumission feinte dont William fait preuve. Rien ne l’empêche de dispenser ses conseils même face au mépris des notables et à la méchanceté cruelle de sa famille adoptive. Il garde un visage serein et protège son frère, ses frères.
  2. Cette froide détermination d’Albert, pour changer le système social qu’il ne supporte plus.
  3. La méchanceté cruelle et même douloureuse de la famille adoptive envers les deux orphelins; Ils les rejettent totalement, ils voudraient s’en débarrasser et ils les maltraitent. Même les domestiques sont haineux envers les enfants.
  4. On sent tout doucement se mettre en place la fusion de cette haine sociale envers le système britannique d’Albert et les rouages très méticuleux du cerveau de William.
  5. Le dessin, le trait de l’auteur est très agréable à suivre; On arrive à sentir ce moment « borderline » où William bascule pour assouvir l’ambition et la haine d’Albert.

Mon avis :

C’est en suivant @lerenarddore sur Twitter, Instagram et Facebook mais aussi les Éditions Komikku Encore ! Encore  !!

L’histoire commence sur les conseils qu’apporte le jeune William, puis on passe à sa véritable condition, sa dramatique et révoltante situation. Les Moriarty, on recueillit les frères orphelins pour la postérité, car ça fait bien de donner la charité, mais faut pas que ça dure trop longtemps… La mère et le petit frère d’Albert sont particulièrement cruels, voir machiavélique pour échafauder des plans afin de se débarrasser des jeunes orphelins qu’ils abhorrent… Mais ils n’ont pas encore compris qu’ils ont façonné un monstre, peut-être pas créer car il a l’air suffisamment éprouvé pour avoir basculé sans l’aide des Moriarty.

Albert s’est épris d’eux et les voir se faire traiter de la sorte, le révolte. Son intention est touchante, mais les moyens d’y arriver un peu moins…

Je suis arrivée à comprendre comment en est arrivé William Moriarty pour agir aussi froidement mais de façon aussi méticuleuse. C’est un être à part, il d’une intelligence hors norme, mais il est dénué d’empathie. Tous ses notables, qu’ils tuent avec des plans tous aussi machiavélique que son premier meurtre, sont responsables de leur condition. Ils sont coupables. Il punit les méchants sans plus ni moins de sentiments; il a juste l’impression de faire son devoir, son travail.

L’arrivée, de Molan et de Fred des nouveaux collaborateurs, lance plus précisément leur association de malfaiteurs.

Passons au trait de Hikaru Myoshi, c’est tout simplement sublime; Les images très nettes, justes et qui fourmillent de détails transmettent parfaitement les émotions, les sensations que doit ressentir le lecteur.

Citations retenues :

  1. […]un jour il faudra mettre ta belle intelligence au service du monde entier, servir l’humanité entière, ça c’est beau ![…]
  2. […]Ces prolétaires, alors ! Ce ne sont que des machines à travailler sur pattes, et ils croient que tout leur est dû![…]
  3. […]Frida et le gamin… deux victimes du système social qui étouffe ce pays. dans un autre monde, ils auraient vécu heureux.[…]

En Bref :

Un manga super intéressant, dérangeant pour le côté de cette injustice sociale, pour la façon dont sont traités les frères orphelins.

Et les débuts, finalement très jeunes des méfaits du jeune William Moriarty, ma foi assez flippant  !