Yggdrasil, T1 : La Prophétie de Myriam Caillonneau

Titre : Yggdrasil

Tome 1 : La Prophétie

Auteure : Myriam Caillonneau

Éditeur : Autoédité

Genre : Sciences-Fiction

Nombre de pages : 570

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Une dictature religieuse et militaire règne sur la galaxie. L’armée sainte, fanatiquement dévouée à la cause de celui qui se fait appeler Dieu, élimine impitoyablement ceux qui refusent de suivre les préceptes de la religion. Pourtant, les hérétiques propagent les paroles d’une prophétie annonçant qu’un Espoir va se lever et libérer l’univers.

Tourmentée par de terribles cauchemars prémonitoires, Nayla Kaertan arrivera-t-elle à échapper à l’inquisition qui traque sans relâche ceux qui, comme elle, ont des dons étranges. Doit-elle craindre son supérieur, un homme mystérieux, qui semble posséder des pouvoirs surnaturels ?
Aura-t-elle la force d’affronter son destin ? »

Mon avis :

L’histoire :

Nayla Kaertan arrive avec un détachement de conscrits (soldats débutants) sur  la base H515 de la planète RgM12. C’est un endroit perdu au fin fond de la galaxie. Mais Dieu sait ce qu’il fait et probablement que cette base à besoin d’aide. Aucun doute ne doit subsister…

Malmenés par le lieutenant Mapal, Nayla et ses camarades sont mis immédiatement au pas; Nayla rencontre enfin son supérieur à la cellule scientifique. Le Lieutenant Dane Mardon est un homme froid et mystérieux. Son exigence lui fait une réputation d’homme intraitable, son charme froid n’empêche pas les jeunes femmes de parier sur celle qui le fera flancher.

Nayla est déstabilisée par des cauchemars, des visions qu’elle doit cacher sous peine d’être arrêtée et considérée comme un monstre. Elle ne peut se confier à personne et ses visions lui consomment de plus en plus d’énergie… Qui est Mardon ? Peut-elle lui faire confiance ? Pourquoi est-il si autoritaire, tyrannique avec ses subordonnés ?

Les personnages :

Nayla : c’est une jeune femme qui vient de la planète Olima, où une rébellion a été sévèrement matée. En âge de partir en conscription pour Dieu, elle quitte  sa planète et son père. Très consciencieuse, son travail est toujours mené à la perfection. Elle présente une certaine habileté en ingénierie. Plutôt calme, elle applique les préceptes qu’on lui a enseigné, avec application et abnégation; mais un sentiment hérétique gonfle au plus profond d’elle qui menace sa stabilité et sa sécurité.

Lieutenant Dane Mardon : Il est chargé de la cellule scientifique et il est responsable du laboratoire de la base H515. Il est froid, mystérieux, implacable mais Nayla le déstabilise, il sent en elle une grande puissance qu’il ne s’explique pas.

Le lieutenant Mapal : C’est le lieutenant qui accueille les conscrits (les nouveaux) à la base. Il fait figure de brute épaisse et sans cervelle. Il les martyrise par plaisir. Il les teste et les pousse à bout. C’est un soldat avant tout, dévoué à Dieu aveuglément.

D’autres personnages sont très intéressants, mais les décrire m’obligerai à spolier…

La Plume, le Scénario :

L’auteur a une écriture fluide, qui vous transporte direct dans son univers.

J’ai bien aimé cette avancée lente et inéluctable dans l’histoire. L’évolution de Nayla, qui arrive en fidéle soldat de la Foi, une foi qui s’étiole petit à petit… Sa rencontre avec le mystérieux Dem, va changer la donne.

Les multiples péripéties, les rebondissements sont autant d’actions qui malmènent les personnages et le lecteur dans une histoire qui s’achemine vers un destin incertain. On retient son souffle, on souffre, on s’émeut, on stresse… bref toutes les émotions se mélangent dès que Nayla et Dem sont ensemble.

Les passages avec Dieu sont perturbant, ce type est vraiment malade, égocentrique, tyrannique, mais en même temps on sent qu’il a peur, l’Yggdrasil lui montre une réalité possible. Son autorité morbide fait froid dans le dos; Il règne par la peur, par la terreur, ses gardes noirs véritables tueurs sans scrupule tuent de façon implacable, ils ne discutent pas les ordres aussi sanglant et discutables soient-ils.

On termine le tome 1, assoiffé… on veut lire la suite 🙂

En Bref :

Un récit agréable, dépaysant, dystopique; Merci à l’auteur pour ce moment de plaisir 🙂

Publicités

Le Chant des Anges de Folco Chevallier

Titre : Le Champ des Anges

Auteur : Folco Chevallier

Éditeur : Autoédité

Format : ePub

Genre : Science Fiction

Nombre de pages : 171 pages Pdf

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur :

« Trois ans que la mère de Juliette a disparu. Trois ans que Juliette tente de la reconnaître dans les visages anonymes des rues de Los Angeles. Quand elle surgit dans les bureaux de Léo, son père, elle ne peut contenir sa joie : enfin, elle l’a retrouvée ! Las. Léo sait qu’il n’a plus le choix : il doit trouver le courage qu’il n’a jamais eu. Il doit avouer à sa fille de sept ans que Gabrielle, tuée dans un accident de voiture, ne reviendra jamais. Mais aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres. Aujourd’hui, Léo va échapper à la mort. Aujourd’hui, Gabrielle va revenir à la vie. Aujourd’hui, quelqu’un va libérer le Chant des Anges.

Mon avis :

Tout d’abord je tiens à remercier l’auteur Folco Chevallier qui m’a envoyé son roman « Le chant des Anges », mais également ses nouvelles « Le Chemin » et « 21h00 » qui feront l’objet d’une chronique plus tard mais ont toutes été passionnantes 🙂

L’histoire :

Léo vit à deux cent à l’heure, il enchaîne les succès professionnels. Quant à Juliette, elle scrute sans arrêt les visages qu’elle croise, à la recherche de sa mère. Elle reste persuadée que sa maman s’est perdue, qu’elle a perdu la mémoire et qu’elle ne sait plus revenir chez elle … Chaque jour est un crève coeur pour Léo, il faut qu’il se décide à lui dire la vérité.

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres. Léo est plongé dans d’âpres négociations pour un contrat très important quand sa fille Juliette arrive toute bouleversée. Elle sait où se trouve sa maman, d’ailleurs elle la voit mais ne comprend pas pourquoi son père ne la voit pas; elle finit par tomber en catalepsie.

C’est précisément ce moment que choisit le mécène des phénomènes paranormaux pour appeler Léo et le sommer de le rejoindre de toute urgence … il semblerait que la radio de Léo diffuse un mystérieux son qui fait perdre toute notion aux personnes qui l’écoute.

Léo est tiraillé par l’inquiétude pour l’état de santé de Juliette et la colère qu’il ressent pour ce pseudo scientifique qui ose l’accuser de diffuser un son très bizarre.

Les personnages :

Léo : Chef d’entreprise hyper dynamique, qui ne laisse aucune place au hasard, il est tout en haut car il s’est donné les moyens; il est impitoyable et négocier avec lui est toujours une épreuve de force. Quand il veut quelque chose, il ne laisse pas l’affaire lui échapper. Il est seul avec sa fille Juliette qu’il adore. Sa femme est morte sept années auparavant, mais Juliette continue de croire que sa maman s’est perdue…

Léo va se retrouver mêlé à une folle histoire où le voile qui permet de revoir l’être cher se déchire mais au lieu de résonner comme une félicité, ça présage un cataclysme. Sera t-il faire face ? Et Juliette va t-elle enfin comprendre que sa maman n’est plus là même si elle la voit toujours ?

Juliette est une petite fille de sept ans qui recherche sa mère désespérément. Elle adore son père; mais elle scrute chaque visage qu’elle croise dans l’espoir de reconnaître sa mère et de la ramener à la maison. Son père n’a jamais oser lui avouer qu’elle était morte dans l’accident de voiture.

Juliette perçoit le chant des Anges et voit sa maman puis tombe en catalepsie; son expérience du chant restera à jamais gravé dans sa mémoire; vous comprendrez pourquoi si vous lisez le roman 😉

Franck Waterlink : Il est diplômé en mathématique du très célèbre et sérieux MIT. Pour une raison bien précise, il crée une organisation mystérieuse et y met tout son argent au service des recherches sur les phénomènes paranormaux. Lorsqu’il perçoit le Chant des Anges sur les ondes de la radio de Léo. Il le contacte immédiatement car il commence à comprendre que cette expérience du son n’est pas du tout bonne pour l’humanité…

La Plume, Le Scénario :

Le résumé de l’auteur est accrocheur, je me suis dit : »tient, un pont entre l’espace-temps où se trouvent les anges et la terre où restent les vivants » ça m’intéressait et je sentais que je n’allais pas être déçue. L’écriture de Folco Chevallier est fluide et agréable, elle m’a transporté immédiatement dans l’histoire.

Effectivement, on commence le roman avec la description simple de la vie quotidienne d’un couple mais l’auteur y ajoute cette petite touche d’irréel. Puis on arrive dans la vie de Léo et Juliette, avec cette petite qui cherche partout sa maman, sa détermination est bouleversante et on sens qu’il va se passer quelque chose c’est latent.

Le découpage des chapitres est intéressant et entretien le suspens et l’envie du lecteur de continuer à lire pour connaître la suite. J’ai particulièrement apprécié les petits chapitres où l’auteur fait intervenir Gabrielle, l’épouse disparue, ça laisse une trace, des questions sur la suite.

L’entrée de M. Waterlink fait redescendre un peu le côté mystérieux de l’histoire… en tout cas ça m’a fait cet effet là. En fait j’étais limite un peu déçue de l’origine de ce chant… mais la suite fut surprenante et l’auteur à bien entretenu le stress. L’issue de cette aventure n’était pas si prévisible et m’a généré un peu de stress 😉

En Bref :

Une lecture très agréable !!

The Irregular at Magic High School de Tsutomu Sato

Titre : The Irregular at Magic High School

Auteur : Tsutomu Sato

Éditeur : Ofelbe

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 414

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« En 2095, trente ans après l’intervention des magiciens qui mirent fin à la Troisième Guerre mondiale, la magie, autrefois fruit des mythes et légendes, est devenue une technologie courante tout comme les pouvoirs qu’elle procure.
Tatsuya Shiba et sa jeune soeur Miyuki ont tous deux rejoint la plus prestigieuse de toutes les écoles de magie, mais si l’un est relégué au rang des élèves les moins doués, l’autre est considérée comme un véritable prodige.
Alors qu’ils ne rêvent que d’une scolarité sans histoire, les conspirations et les menaces pesant sur l’académie les forceront à agir ! »

Mon avis :

L’histoire :

Tatsuya et Miyuki Shiba sont reçu tous les deux dans le meilleur lycée de magie. A une différence prêt, Miyuki a réussi tous ses examens théorie et pratique, mais son frère a raté la pratique, néanmoins il intègre quand même ce lycée car ses résultats sont excellents mais il ne bénéficiera pas de l’accompagnement d’un professeur. Il fait partie de cet ensemble de lycée accepté en seconde catégorie : Les Graines (termes officieux).

Cette discrimination ne le gène en rien, il sait ce qu’il vaut et il vient se perfectionner en pratique de la magie et surtout il accompagne sa soeur.

Autant Miyuki est déjà promu représentante des nouveaux élèves, autant son frère est dénigré…

Mais lors d’une échauffourée, il est obligé d’intervenir et montre à quel point il est doué même s’il a un déficit en pratique de la magie. Il est alors recruté dans le comité de discipline…

Alors qu’ils avaient décidé tous les deux de passer une scolarité paisible, leur aventure commence sur les chapeaux de roue.

Les personnages :

Tatsuya Shiba : Il est mystérieux; on sait qu’il a raté son examen pratique de magie, mais qu’il est excellent dans tout le reste. Il préserve sa soeur comme un bijou dans un coffret. Il est très tendre avec elle, très protecteur. Sa relation avec sa soeur est ambiguë, bizarre… Il se lie d’amitié avec Leo, Mizuki, Erika. Par contre il se méfie de la Présidente des élèves, il ne comprend pas trop son fonctionnement.

Il est plutôt du genre « mec blasé », qui ne fête pas forcément sa victoire, il est tout en retenue.

Miyuki Shiba : c’est la petite soeur de Tatsuya, elle vénère son frère et ne tolère pas qu’il soit sous estimé. Elle aurait tendance à ce mettre en colère et ne plus rien contrôler, heureusement Tatsuya est toujours là pour la canaliser. Son comportement vis à vis de son frère est trouble, ambiguë, elle l’aime follement mais serait-ce un amour fraternel exclusif ou bien plus que ça ? A chaque contact avec son frère, elle s’apaise.

Les amis des Shiba :Mizuki, Leo et Erika sont des personnages intéressants car l’auteur dévoile petit à petit leur capacités, enfin il évoque leur capacité juste assez pour nous donner l’eau à la bouche.

L’autre catégorie de personnages est plus ambivalente, ils font partie de l’élite et considère Tatsuya comme une Graine mais après avoir vu sa façon de régler un conflit, ils commencent à reconnaître ses capacités. Mayumi d’abord puis Mari sont des responsables représentant les élèves surtout les Fleurs au début… Puis elles commencent à comprendre l’intérêt d’intégrer Tatsuya dans leur équipe.

La Plume, le scénario :

Je vais d’abord parler des illustrations qui sont superbes et donne une touche sympa au roman 🙂

L’intrigue se place en douceur, lentement. L’auteur soulève le voile du mystère petit à petit. Juste assez pour nous donner envie de continuer. On comprend vite que Tatsuya est bien plus qu’un élève de second cursus. Son intelligence, son entraînement est intrigant. Par contre lui ne fait pas de cas de cette puissance, il est très humble, il ne s’affiche pas; d’ailleurs il chercherai plutôt à ne pas se faire voir… c’est mystérieux : Que cache t-il ?

Sa petite soeur est ultra puissante également  mais ne fait pas l’étalage de ces capacités non plus, elle s’en sert quand c’est utile ou quand elle ne maîtrise pas sa colère, son ressentiment.

L’auteur a d’ailleurs choisi d’établir entre ces deux là, une relation ambiguë, ils s’aiment énormément, se défendent l’un l’autre et se voue une vénération différente mais qui revient au même… Quand est-il vraiment de leur sentiments ? et pourquoi des frères et sœurs agissent-ils comme ça ?

Un petit bémol (qui n’en est pas un) dans l’histoire, qui m’a freiné au début et qui est devenu nécessaire après, enfin j’en ai compris la nécessité : c’est la description des CAD !! Rhoooooo qu’est-ce que je galérai au début, c’était pas intéressant pour moi, ça me cassait mon histoire et puis rapidement j’ai compris qu’il fallait en savoir plus sur ces CAD pour bien comprendre comment fonctionne la magie de Miyuki et Tatsuya ainsi que celle des autres.

Pour faire évoluer doucement ses personnages, l’auteur a introduit un complot contre le mode d’instruction en place. Cette discrimination entre les personnes ayant des capacités naturelles de magie, ceux qui doivent travailler pour arriver à un niveau convenable et ceux qui sont malheureusement dépourvu de toutes capacités magiques. Ce fossé créant ainsi une rébellion parmi ceux qui n’ont pas été gâtés par la nature…

J’ai terminé ce tome avec l’envie de savoir qui était réellement Tatsuya et Miyuki et comment aller évoluer leur relation et également comment allaient-ils gérer les futurs complots maintenant qu’ils s’étaient un peu dévoilés… Quel rôle ont-ils dans ce monde magique ?

En Bref :

Une lecture passionnante ! Je serais bien tentée par le tome 2 🙂

Opération Borodine la 23ème République de Julie Armen

Titre : Opération Borodine la 23ème République

Auteure : Julie Armen

Éditeur : Le Clos Perret sa propre maison d’Édition)

Genre : Contemporain, dystopie

Format : ePub

Poids en Ko : 581

Résumé auteur :

« La création d’un Islam de France n’a pas renforcé la sécurité dans le pays, bien au contraire. Les actes de terrorisme, qui sévissent sur l’ensemble du territoire jusque dans les écoles, amènent le chef de l’État à nommer un proche des Frères musulmans à la tête du gouvernement. Ce dernier impose des mesures allant bien au-delà du « fait religieux » : les femmes n’ont plus le droit de travailler et sont contraintes de porter le niqab ; les homosexuels sont licenciés ; les ennemis du régime pourchassés? Malgré un retour au calme, les arrestations se multiplient. C’est la liberté qu’on muselle. La Russie s’interroge d’autant que ses services secrets ont déjà « déjoué » un faux attentat sur le sol français. La population est dévastée et tente de réagir. Le Kremlin soutient Claire Dubreuil et Fatima Benshaïb qui, bravant tout danger, seront les premières à mettre en place, l’opération Borodine, dont la finalité est de redonner vie au peuple français. Mais n’est-ce pas trop périlleux ? À l’heure où l’on fête le centenaire de la révolution d’Octobre, l’auteur nous fait découvrir une Russie insoupçonnée et les liens d’amitié qui l’unissent à la France. »

Mon avis :

Je remercie Chrissou Ebouquin pour m’avoir proposé ce roman de Julie Armen : Opération Borodine la 23ème République.

L’histoire :

La France est victime de terrorisme et décide de créer un « Islam de France » pour calmer les violentes attaques; mais rien n’y fait. En dernier recours, le Chef de l’État français nomme un homme proche des Frères Musulmans à la tête du gouvernement.

Mais en voulant éradiquer les violences, la France a entraîné son peuple dans une tout autre direction. Celle de l’asservissement des femmes, la chasse aux homosexuels, l’opposition au gouvernement est muselée… De leur contrée lointaine les Russes sont témoins malheureux de la décadence de la France, et décident de réagir, de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver la culture française, de soutenir toute forme de résistance autant sur le point logistique, armement et extraction urgente.

Les personnages :

Claire, Pauline, Viane, Fatima ont décidé d’entrer en résistance pour sauver ceux qu’elles aiment. Elles sont voisines et ensemble elles vont braver les dangers de l’obscurantisme.

Jean-Marc : il est avocat et associé à Fatima, il fait tout ce qu’il peut pour défendre les opprimés du régime avec les lois et surtout il veut aider Fatima car il sous-estime sa force de caractère, son ingéniosité, sa ruse…

Gaétan : lui travaille pour le gouvernement dans un ministère appelé le « Vivre Ensemble », il croit réellement à ces valeurs, il croit que tout est possible, il est convaincu que ce qu’il fait va dans le bon sens pour le peuple français jusqu’à ce qu’il soit confronté violemment à la  réalité : soit le début d’une dictature qui bafoue les droits de certains citoyens au bénéfice des autres, du favoritisme, du prosélytisme, des mensonges politiques…

Dimitri, Arnaud : ils sont rôdés aux sauvetages, aux missions spéciales, au soutien aux populations. Ils s’intègrent dans le groupe de résistance française et lient de profonds sentiments avec certaines résistantes comme Pauline qui tombe sous le charme et Claire qui réitère toujours la même erreur… Ce sont des agents spéciaux, très efficaces.

La plume, le scénario :

Bon honnêtement le sujet m’a dérangée; je me suis dit « ouille » comment je vais chroniquer ce roman, avec cette gêne… Attention à l’amalgame entre les terroristes et l’islam… Bon plusieurs fois dans le roman, des personnages secondaires, expliquent que l’islam ce n’est pas ce que ce régime met en place… Je pense quand même que c’est un sujet sensible, où il faut prendre toutes les précautions pour ne pas faire d’amalgame.

Comment commenter sans faire passer de message négatif ou au contraire pousser à la propagande d’un islam néfaste ? Comment parler juste du roman, de la plume de l’auteure ?

Je l’ai ressenti comme une propagande au début en tout cas, comme une gêne, une petite méfiance… c’est presque caricatural… Alors je me suis dit, c’est un roman et il faut que je reste impartiale. Donc j’ai continué à lire ce récit.

J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié le style d’écriture de l’auteure, on plonge très vite dans la vie de ses personnages, dans la vie de ce groupe de voisins qui ont beaucoup de points communs.

Julie Armen nous fait ressentir, cet état d’urgence qui va crescendo et qui débouche sur la fin des libertés et la débandade complète, l’anéantissement d’une nation par le mensonge, le musellement de la presse, la répression de l’opposition, le plan de réforme de l’éducation … Bref l’extinction de tous les points sensibles qui font d’une nation un pays libre.

Arrive en opposition, l’éloge à la Russie, amie de la France qui veut à tout prix préserver la culture de la France, sauver la culture française; j’ai trouvé ce thème caricatural, car oui l’auteure veut nous montrer une autre facette de la Russie en tout cas moins négative que ce qu’on peut voir dans les médias et dans l’Histoire.

Mais dans tous les cas, son point de vue est intéressant.

En mettant de côté ma méfiance et en restant tout à fait impartiale, ce roman fut très agréable. L’évolution des personnages a été très intéressante à suivre.

En Bref :

Malgré un bémol sur le sujet brûlant, je me suis prise à ma lecture que j’ai appréciée au fil des pages.

je-lis-des-auto-edites

Overlord, tome 1 : Le Roi Mort-Vivant de Kugane Maruyama

Titre : Overlord

Tome 1 : Le Roi Mort-Vivant

Auteur : Kugane Maruyama

Illustrateur : So-Bin

Éditeur : Edition Ofelbe (Big Light Novel)

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 544

Fiche Bibliomania

4ème de Couverture :

« Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puissante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas déconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde. »

Mon avis :

Je ne pense pas que ce roman soit jeunesse, il y a certains détails assez violents ou explicitement sexuels qui méritent de ne pas être classé en Jeunesse.

Je remercie Livraddict, les éditions Ofelbe et bien sûr l’auteur Kugane Maruyama; Ce fut une découverte instructive  🙂

L’histoire :

Un banal citoyen, employé standard se retrouve propulsé dans le jeu Yggdrasil où il incarne un puissant maître maléfique Momonga, seigneur respecté de la guilde Ainz Ooal Gown. En attendant la fin définitive du jeu, l’arrêt des serveurs, Momonga s’aperçoit qu’il est dans un monde inconnu sous la forme de son avatar de jeu et possède aussi ses redoutables pouvoirs.

Il déplore sa solitude, il aurait aimé que ses camarades de jeu viennent le soutenir pour la fin.

Pour survivre, il va devoir partir à l’exploration de ce monde inconnu pour pouvoir mieux l’annexer à son territoire, le Grand Tombeau de Nazarick.

Les personnages :

Momonga est un joueur de DMMO-RPG notamment du célèbre Yggdrasil, où il incarne le terrible Overlord, Momonga, le seigneur Mort-Vivant du Grand Tombeau de Nazarick. Mais il a atterri dans un monde inconnu et pour survivre il devra en apprendre un peu plus sur ce monde surprenant et le conquérir.

La Plume, le Scénario :

Je ne suis pas une habituée des JDR et encore moins des MMO-RPG et par conséquent beaucoup de chose m’ont carrément passé à côté faute de compréhension (niveau 100, 30…) tous ces détails techniques de pouvoir, de magie… bref tout ça c’est révélé obscur.

Et enfin la majorité du roman est centrée sur le personnage de Momonga, le seigneur maléfique qui voit sa nature de Mort- Vivant devenir une réalité et en sa capacité à l’accepter. Malgré tout l’humain sous la surface de l’Overlord tente des gestes héroïques et lumineux en total décalage avec la noirceur du Tombeau de Nazarick.

Bon tout n’était pas aussi opaque , c’était avant tout instructif 🙂 mais je pense que le manga est beaucoup plus parlant, beaucoup plus sympa !

Ce tome un s’articule en deux grandes parties :

  • 1ère partie Le Roi Mort Vivant qui est une présentation de Momonga et de son fief Le Grand Tombeau de Nazarick avec tous ses niveaux et ses différents gardiens très puissant et surtout tous dévoué au grand seigneur Mort-Vivant.
  • 2ème partie Le Guerrier Noir présent le monde inconnu dans lequel Momonga a atterri et présente d’autres personnages, secondaires et surtout humains qui l’accompagnent dans sa quête d’information dans le but d’annexer ce monde au Grand Tombeau de Nazarick.

A la limite j’ai préféré la deuxième partie car peut-être un peu moins technique et développant une histoire parallèle à Momonga.

En Bref :

Ce fut d’abord une lecture instructive avant d’être une lecture plaisir.

Encore merci à Livraddict pour cette confiance renouvelée, et merci pour cette découverte aux éditions Ofelbe et l’auteur Kugane Maruyama

Je n’ai pas vraiment accroché car je suis totalement inculte dans ce genre de Jeu.

MASQUES de Caroline Giraud

Titre : Masques

Auteure : Caroline Giraud

Editeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Aventure

Nombre de pages : 271

Sorti le 15/04/2017

Fiche Bibliomania

 

Résumé auteure :

« Pascal est un Érudit. Calculer, c’est là toute sa vie : la distance entre les planètes, l’heure exacte à laquelle il doit partir du bureau pour aller chercher son fils à l’école. Sophie est une Noble. Qu’elle ait pu souhaiter travailler, écrire ou faire du sport n’a aucune importance. Cela ne lui est pas nécessaire : le bras de son époux, le roi, suffit à remplir sa haute existence. Scarlett est une Bohémienne. Du lever du soleil à la tombée de la nuit, le son de sa guitare piste les passants. Les trottoirs la connaissent, assise sur le chemin de tous et de chacun. Elle est la fille de la meilleure, la plus belle, la plus chère des prostituées de Paris. Son destin résonne dans sa voix : elle ne sera jamais rien d’autre que la fille de la prostituée. 

Eric Shimmer. L’un des Hackers. Ils se tiennent silencieusement à l’extérieur de la ville, une arme à la main, car ils n’ont pas le droit d’entrer. Ils aiment la guerre et le sang , on les croit fous… mais peut-être attendent-ils bien plus de leur combat. Ils veulent la liberté. »

 

Mon avis :

Tout d’abord MERCIIII à l’auteure #Caroline Giraud de m’avoir proposé son roman si gentiment 🙂

L’histoire :

Pascal, l’Érudit est agacé de trouver sur son chemin tous les jours, Scarlett la bohémienne. Ce son de guitare affreux, cette voix discordante … mais paradoxalement, quand il ne la voit pas, il la cherche, il ressent un manque …

Le monde ne tourne plus très rond, les masques ont disparu…

Les Hackers cherchent à tout prix les masques qui tiennent la société en ordre. Ils veulent le désordre, ils veulent ces masques que le Sphinx a caché.

Le Sphinx a tout oublié de l’endroit où elle a caché les masques, mais elle a laissé des énigmes que seul un Érudit peu résoudre.

Pascal est le meilleur des Érudits, les Hackers le veulent, le cherchent et pour ça rien ne les arrête.

Sophie la Noble, Pascal l’Érudit et Scarlett la Bohémienne, des êtres qui n’auraient jamais dû se fréquenter, ni même se parler, vont être obligés de cohabiter, de travailler ensembles pour retrouver les masques et redonner du sens au monde. Ils vont devoir affronter les Hackers sans pitié, tortionnaires prêts à tout pour retrouver les masques avant notre drôle de groupe.

Les personnages :

Pascal est un Érudit quarantenaire, qui ne vit que pour les chiffres, l’argent et la connaissance. Il méprise presque tout le reste. Il est rebuté par les bohémiennes, pourtant Scarlett retient son attention et il ne comprend pas bien pourquoi… Tout d’abord tenté d’abandonner cette quête, il n’arrive pas à renoncer, c’est plus fort que lui.

Sophie est une Noble, sa vie n’est qu’une source d’ennui, de frivolité entre surveiller le dernier de ses fils, apaiser les humeurs belliqueuses du son premier fils et son époux couard, plongé dans l’immobilisme et l’ignorance. Mais elle se révélera être une très bonne médiatrice, et fera preuve d’une courageuse détermination quand il le faudra.

Scarlett, c’est une jeune femme tout feu tout flamme, appartenant à la caste des bohémienne. Au caractère bien trempé, très impatiente, et surtout dédaignant les Éliteux et les Noblard. Sa logique tout à elle, les sortira très souvent du pétrin.

Shimmer : c’est un Hacker épris de liberté. Ne supportant plus d’être mis au ban de la société mais désirant ardemment le pouvoir. Cette envie irrépressible de pouvoir va le conduire a une extrême sauvagerie, une barbarie. Adepte de coups et blessures, de torture et bien pire encore pour arriver à ses fins. il ne cessera de poursuivre le petit groupe de Pascal leur infligeant maintes souffrances mais sans jamais réussir à les séparer.

La plume, le scénario :

Avec « Masques », nous sommes dans un roman  mêlant créature mystérieuse, Royauté, hiérarchie de caste et téléphone portable !

J’ai commencé ce roman dès que je l’ai reçu et je ne l’ai plus lâché que pour aller dormir et travailler 😦 à ma grande impatience .

J’ai aimé ce blocage du monde sur des castes qui ne s’aiment pas, car différent les uns des autres et pour le coup engendrant méfiance, peur irrationnelle et bien d’autres clivages. Ce monde voué à ne pas évoluer, ou tout du moins favorisant certaines classes tout en acceptant aucun mélange, aucune fréquentation de quelque nature que ce soit… Bon évidemment, ça m’a fait penser à notre société qui a encore du mal à dépasser certaines mœurs, certaines idées moyenâgeuses. Et oui les habitudes ont la dent dure. L’auteure bien sûr a accentué ces traits de différences, cette animosité face à l’autre quoique parfois ce n’est pas si accentué…

Chaque chapitre est consacré au point de vue d’un personnage sur l’avancée de leur aventure. Ce qui rend le récit dynamique, rapide. Et surtout chaque personnage a son côté positif et son côté obscur. Les masques avaient cette faculté de cacher certaines vérités, en tout cas de les rendre invisible… d’empêcher le destin de se réaliser, d’anéantir toute tentative de rébellion en maintenant appuyer sur les traits de caractères obscurs.

Chacun des protagonistes veut retrouver les masques pour une raison. Le moyen d’y arriver est très discutable concernant les Hackers…

L’important dans ce récit c’est qu’il démontre qu’on ne peut pas faire grand chose tout seul. C’est toujours mieux de conjuguer les talents et d’avancer ensemble, dépasser les clivages, et apprendre à se connaître, à s’apprécier mais aussi à se comprendre. Il est parfois nécessaire de comprendre pourquoi les personnes agissent d’une façon qui nous déplaît, qu’est ce qui les à pousser à choisir tel camp et pas un autre ?

J’ai ressenti cette lecture de cette façon, un récit ou plutôt une ode à la fraternité, à l’entraide. Un récit pour aller vers l’autre si différent mais qui finalement nous ressemble un peu…

Bon il y a ce côté se concentrant sur les castes, mais aussi cette folle aventure au travers de Paris. Nos héros traversent un Paris qui n’est pas tout à fait le nôtre. Le Sphinx a laissé des énigmes pour retrouver les masques, et c’est au travers des solutions que l’auteure nous fait visiter son Paris. J’ai donc été chercher toutes ces références aux statues et au jardin des plantes, à la forêt de Fontainebleau et l’histoire du quartier du marais de Paris. Toutes ces petites recherches se sont révélées passionnantes !!! Merci beaucoup Caroline Giraud 🙂

Ce roman fut un réel plaisir de lire, partagée entre l’enthousiasme de Scarlett, la passion retenue de l’Érudit, la barbarie du Hacker et le merveilleux entretenu par le Sphinx 🙂

En Bref :

Un roman passionnant et instructif !! Oui oui j’ai découvert des choses sur Paris que je ne connaissais pas.

Avec ce récit, j’ai pu voyager jusqu’à Paris et vivre une aventure captivante !!

je-lis-des-auto-edites

Shikanoko, Livres 1: l’enfant du Cerf de Lian Hearn

Titre : Shikanoko

Livre 1 : L’enfant du Cerf

Auteur : Lian Hearn

Traducteur : Philippe Giraudon

Editeur : Gallimard

Genre : Jeunesse, Fantasy

Nombre de pages : 336

Sorti le 3 janvier 2017

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Aux sources du Clan des Otori… Une épopée fantastique dans un Japon médiéval fascinant.

Laissé pour mort dans la montagne, le jeune Shikanoko trouve refuge chez un sorcier qui lui fabrique un masque aux immenses pouvoirs magiques. Il devient «l’Enfant du Cerf». Il parlera aux fantômes et aux esprits protecteurs, il apprendra des hommes et des femmes les plus puissants, il connaîtra le raffinement, l’amour et les sentiments les plus purs, mais aussi la bestialité, la cruauté et les machinations politiques… »

Mon avis :

L’histoire :

Le jeune Kazumaru est la proie de son oncle qui cherche à obtenir le pouvoir sur le domaine de Kumayama et la seule façon d’y parvenir c’est de tuer l’héritier. Lors d’une pseudo chasse où Kazumaru devait mourir accidentellement, un cerf s’interpose et sauve Kazumaru, mais son oncle le laisse pour mort dans la forêt. Le jeune trouve refuge chez un sorcier qui le soigne et lui fabrique avec de la sorcellerie un masque très particulier, il va devenir « L’enfant du cerf » = Shikanoko. Ce masque lui confère des pouvoirs de plus en plus fort mais aussi de plus en plus sombre. Il va se retrouver au milieu d’une guerre de clan et il n’aura d’autre choix que de se plier pour apprendre à apprivoiser son masque …

Les personnages :

Shikanoko : Un jeune homme lucide, qui sait faire face à la mort, de nombreuses fois mais apparemment elle n’est pas prête à l’emmener. Il va connaitre l’exil, la réclusion puis il fera face à ses peurs et s’opposera à ce masque qui le transforme en monstre ! Il va défier les grands de ce monde pour accomplir sa propre destinée.

Sesshin : c’est un vieux sage qui accompagne le seigneur Kiyoyori. Shikanoko va être amené à l’aider à survivre. Ce qui lui offre en retour nous est encore mystérieux.

Shizoku : C’est le sorcier d la montagne, celui qui a recueilli Shikanoko pour faire de lui l’enfant du cerf.

Dame Tora : on ne sait pas beaucoup de chose sur elle, juste qu’elle est au bandit de la montagne mais il semblerait qu’elle soit aussi une sorcière de mèche avec Shizoku… elle séduit les hommes pour obtenir quelque chose dont on ne connaît encore pas l’objectif final.

Aki : la princesse de l’automne est là pour protéger le jeune empereur, le cacher. Son chemin va hélas croiser celui de Shikanoko dans un mauvais moment mais elle va lui permettre de se libérer de son masque.

La Plume, le Scénario :

C’est un récit agréable romantico-médiavéval sur fond d’orient bien sûr.

L’auteure nous plonge dans un monde oriental, avec des traditions différentes des nôtres, des valeurs autres. Et elle y ajoute une pointe de sorcellerie, et de vieilles croyances.

Le pouvoir est présent de bout en bout du récit. Tout est question de pouvoir. Le masque veut prendre pouvoir de Shikanoko et le rendre bestial. Les seigneurs de chaque clan s’agitent pour savoir qui va prendre le pouvoir car l’empereur se meurt et son héritier , un jeune prince, est une cible quasi morte et le second héritier un tout jeune enfant va devoir affronter la vie extérieure s’il veut survivre. Chaque grand seigneur cherche une alliance avec d’autres pour retourner la situation et prendre de force le pouvoir.

Les femmes ont un rôle tout à fait secondaire, mais elles sont déterminantes dans les évènements. Elles sont des accélérateurs... mais elles sont victimes aussi et doivent comploter sous couvert pour regagner le pouvoir.

Chaque femme va aider un homme ou faire périr un homme… mais à chaque fois elles se retrouvent dans une situation malsaine et font avancer le récit dans un sens ou dans l’autre.

Je n’ai pas lu du tout le clan des Otori et bien maintenant ce roman m’a donné envie de m’y intéresser de près.

En Bref :

Une épopée qui commence dans le tumulte et le sang ! Ce récit promet des tomes palpitants pour la suite !!