Jackals par Shirya MURATA

 

Titre : Jackals

Auteur : Shirya MURATA

Éditeur : Ki-oon

Tome 1 à Tome 7

Nombre de pages : entre 210 pages en moyenne

Genre : Seinen

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Cicero City, ville rongée par le crime et la corruption, est sous la coupe de nombreuses organisations criminelles qui se livrent une guerre sans merci pour son contrôle. Pour servir leurs desseins, ces gangs font régulièrement appel aux  » Jackals « , des assassins professionnels et impitoyables qui louent leurs services au plus offrant. »

***ATTENTION RISQUE DE SPOILERS ***

Mon avis :

Comme d’habitude je fais toujours attention à ne rien dévoiler mais il se peut que par inadvertance je donne des indices … avec mes excuses …

L’histoire :

Nichol D. Heyward est un Jackals, c’est à dire un assassin professionnel et impitoyable. Il a un surnom : l’alligator, car il laisse derrière lui des scènes de massacres épouvantables. Il n’est pas vraiment attiré par l’argent, il cherche plutôt à se venger de ceux qui ont commandité le meurtre de sa mère. Nichol va se retrouver malgré lui au coeur d’une guerre opposant deux gangs puissants, les Gabriella et les Tennouren.

Sous-estimé et mal-aimé, Nichol luttera pour défendre ses principes et les personnes auxquelles il tient.

Les personnages :

Nichol D. Heyward : il est grand, musculeux et très habile avec son arme « l’alligator ». Derrière lui ne reste que des cadavres et des m3 d’hémoglobine. C’est un assassin professionnel, mais il tient à son indépendance, à sa liberté. Mêlé malgré lui à la guerre entre Gabriella et Tennouren. Il va lutter pour sa vie et pour sa vengeance, il ne se soumettra jamais ! Et surtout il est loin d’imaginer ce qu’il va découvrir…

Fox Heyward : Dit le « Renard argenté », ancien puissant Jackals à la retraite. Il met son expérience au service de Nichol et joue le manager pour ce qui est de lui trouver des missions. Il a recueilli Nichol quand celui-ci avait à peine 14 ans.

Sheryl Carter : C’est la fille du commissaire Carter, qui habite à côté des Heyward. Elle est plus jeune que Nichol, mais elle le materne car elle trouve ses réactions et ses agissements immatures.

Foa Requiem : Il a le même âge que Nichol et c’est également un Jackals toujours en action et animé par la vengeance ! Il veut trouver ceux qui ont assassiné ses parents. Il va aller de surprise en surprise, lui aussi est largement sous-estimé par ses adversaires.

Gabriella et Tennouren : sont deux gangs sanguinaires luttant pour le contrôle de Cicero city et en particulier une zone de non-droit où personne n’a de contrôle, lieu de carnage permanent. Ils utilisent les Jackals pour assassiner les membres de leur adversaire; mais avec leur arrogance et leur forte estime d’eux, ils ont oubliés de se méfier de la force que donne la vengeance.

La Plume, le Scénario :

La police d’écriture du titre annonce la couleur, elle sous-entend la violence; Plus on passe de tome, plus il y a de sang sur la couverture… La violence monte crescendo.

Derrière tous ces règlements de comptes, ces taillages en pièce, ces massacres; l’auteur installe un fils rouge pour l’histoire du héros. Certes c’est un assassin professionnel, mais contrairement à tous ces camarades Jackals une chose le pousse en avant; c’est son envie de vengeance mais par dessus tout c’est de sauvegarder sa liberté; ne dépendre d’aucun gang, suivre sa propre voie, ses propres principes; protéger les personnes auxquelles il tient. Sa rencontre avec Foa Requiem est totalement surprenante et finalement ces deux là se ressemblent un peu peut-être…

Si la démarche de Nichol, depuis ses 14 ans, c’est de se perfectionner pour venger le drame de sa vie; l’auteur nous bouscule avec des rebondissements étonnant; mais il n’épargne pas ses personnages non plus.

Nichol est attachant malgré le sang qu’il a sur les mains, ses adversaires sont puant d’autosatisfaction et de mépris pour les autres… par conséquent, il n’est pas difficile de ne pas aimer ces monstres sanguinaires avec une force brute mais un tout petit cerveau, persuadés qu’ils vont gagner facilement.

Nichol est un peu un écorché vif, il est impulsif et peut-être bien immature comme le pense Sheryl 😉 mais c’est d’autant plus intéressant dans son cheminement vers la liberté et pour préserver une hypothétique paix.

En Bref :

Une série manga musclée !

Très violent, ça découpe dans tous les bouts, mais des personnages attachant malgré tout et une histoire intéressante 🙂

Publicités

Tei Lagan et les conséquences du coeur de Henri Nestière

Titre : Tei Lagan et les conséquences du coeur

Auteur : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Format : ePub

Nombre de pages : 291 (pdf)

Genre : Historique

 

 

Résumé de l’auteur :

« Je me moque de la justice des hommes, je cherche juste à ce que certains comprennent les conséquences du cœur. »

Bretagne, 1743. Libéré de prison, après avoir été dénoncé pour un vol nullement commis, le petit escrinier que j’étais rentre dans son village pour y apprendre que sa femme et sa fille n’étaient plus, emportées par la récente épidémie de dysenterie.

Que peut-on ressentir dans de tels moments ? Quand j’appris que les élites brestoises avaient laissé débarquer le marquis d’Antin ainsi que ses hommes, alors qu’ils les savaient contagieux, et qu’ils les avaient, de plus, dispersés dans divers hôpitaux, je ne pus que côtoyer le désir de vengeance.

Partant pour Brest, même si mon cœur allait fortement se lier à ma petite Jeanne, devenant autant brigand que bourgeois apprécié, il ne fallait surtout pas s’attendre à ce que ma revanche faiblisse, parce qu’il était hors de question que j’épargne une seule de mes proies… quitte à risquer de me perdre moi-même.

Mon avis :

Je remercie l’auteur, Henri Nestière, de m’avoir proposé son roman, ce fut une belle découverte et un vrai moment de plaisir.

L’histoire :

Tei Lagan est un escrinier (un fabricant d’écrin, de coffres) dans son village. Un jour malchanceux, Tei est emprisonné sur dénonciation. Aucune chance pour lui de prouver son innocence…  Durant 5 années, il est privé de sa famille. Marie sa femme, vient le voir de temps à autre mais cela devient de plus en plus difficile. Sa fille, lui manque comme un trou dans le coeur… Mais voilà le jour béni où sa peine est enfin purgée. Il rentre chez lui, mais le silence et la solitude l’attendent. Sa femme et sa fille ont été emportées par une épidémie de dysenterie.

Alors Tei Lagan, se transforme en vengeance pure, car cette épidémie s’est répandue à cause de nobles peu regardant sur la quantité de victime. En disséminant des hommes contaminés dans plusieurs hôpitaux en vendant leurs habits porteurs du virus…

Les personnages :

Tei Lagan, c’est un homme simple avec beaucoup de bonté cachée dans son coeur, mais la perte de sa famille va le rendre tellement en colère, tellement triste. Qu’il va se transformer en vil manipulateur, contrebandier pour atteindre ceux qui ont contribué à l’épidémie de dysenterie. Il est très habile, très intelligent, personne ne se méfie. Il entre dans la peau de ses personnages qu’il a créé pour arriver à ses fins, il y arrive très bien au point de s’y perdre quelques fois. Mais grâce à la présence de Jeanne, une part de Tei arrive toujours à refaire surface.

Jeanne : C’est une mendiante dont Tei s’est pris en pitié. Il a décidé de la recueillir comme sa fille; et de la sortir de la rue, du mépris et de la mort. Il va forcer le respect à son égard, la vêtir comme une dame respectable, lui enseigner la lecture et être présent auprès d’elle. Elle va devenir sa « petite vie », au fil du temps, Jeanne et Tei se rapprochent comme un père et sa fille. Elle est douce, attentive, attentionnée et surtout jamais dans le jugement.

Le Comte de Langis : Il va devenir un ami très précieux, et enseigner à Tei les manières des bourgeois, de la noblesse. Il lui enseignera le parlé métaphorique des nobles. Au côté du Comte, Tei commence alors sa vengeance, mais il se fera un véritable ami. Quant au Comte, la présence de Tei, aura éloigné ses démons le temps de leurs entrevues et lui aura aussi permis de se sentir utile.

Le Comte Gangel, le Marquis de Guilin, l’Échevin Deloël, le Sieur Charles-Henry de Tromin: Ces personnes de la noblesse, de la bourgeoisie, vont devenir des amis de Tei, sans savoir vraiment, sans connaître le véritable Tei. Ils vont l’introduire dans la société chacun à sa manière, selon leur vanité, leur appât du gain, leur intérêt malsain. Ils ne savent pas encore quelle vengeance terrible ils accueillent dans leur vie…

La plume, le scénario :

Le style d’écriture de l’auteur nous plonge direct dans le 18ème siècle. Le récit est conté par Tei lui-même qui s’exprime comme en son temps. C’est étonnant, et ce n’est nullement dérangeant. Bien au contraire, on se sent proche de Tei, de ce qu’il vit au milieu de ces bourgeois, de ces nobles suffisants. Mais aussi de ses sympathiques amis paysans ou taverniers. C’est un style très beau, très imagé et beaucoup plus vivace qui transforme la lecture presque en film.

Je me suis attachée immédiatement à Tei, peut-être parce qu’il était victime d’abus judiciaire. Que son retour à la maison était triste… malgré sa joie d’être libre et de se rapprocher des deux femmes de sa vie, on sentait que quelque chose n’allait pas… malgré cette joie, la lectrice que je suis, était déjà triste sans savoir… Dans sa vengeance, on ne peut lui en vouloir, car face à ses actes, il reste conscient que c’est mal, mais ils doivent payer. Comme il dit, ils doivent connaître « les conséquences du coeur ». On ne peut pas mépriser la vie des gens juste parce que sa position le permet. Dans son dessein de vengeance, on sent l’homme bon, d’ailleurs il aide Jeanne, Justin et d’autres pour compenser ses actes malsains, il ne se sent pas plus pardonnable pour autant; mais sa bonté ressort de ses personnages manipulateurs.

J’ai suivi avec fébrilité la déchéance de ces assassins, j’avais peur que Tei soit confondu, et enfin le dernier acte de Tei n’est pas si étonnant quand on a appris à connaître cet escrinier de Landudal; ça termine l’idée qu’on se fait du personnage, c’est rassurant et triste à la fois.

En Bref :

L’écriture de Henri Nestière m’a conquise, ce fut une très agréable lecture.

Un récit passionnant, triste, touchant ou réel et imaginaire s’entremêle.

Saga les Passagers du Vent T1 au T5 par BOURGEON

Titre de la Saga: Les passagers du vent

Les passagers du vent T1   passagerduventcouv02eo  passagerduventcouv03eo  passagersduvent04  passagersduvent05_306

T1 : La fille sous la Dunette

T2 :  le Ponton

T3 : Le comptoir de Juda

T4 : L’heure du serpent

T5 : Le bois d’ébène

Auteur : François Bourgeon

Éditeurs :  Glénat

Nombre de pages au tome : 48

Date de sortie du 1er tome : 01/1980

Résumé Bédéthèque :

« La Fille sous la dunette » est le premier des cinq tomes des « Passagers du Vent », créée par François Bourgeon. XVIIIe siècle, à bord d’un navire. Hoël Tragan aperçoit deux jeunes femmes sous la dunette. Piqué par la curiosité, il s’aventure dans la zone interdite à l’équipage. Repéré, il est arrêté et mis aux fers. Il reçoit alors la visite d’un « jeune homme » qui s’avère être Isa, l’une des filles qu’il avait vues. Isa lui racontera comment, jeune enfant, elle avait échangé d’identité avec son amie par jeu, ce qui lui valut de perdre son titre de noblesse. Après diverses péripéties, notamment un combat contre des vaisseaux britanniques, Hoel est fait prisonnier par la Royal Navy…. »

Mon avis :

L’histoire :

Hoël Tragan un matelot se retrouve mêlé à une histoire d’usurpation d’identité

Agnès et Isabeau, la première est noble, la deuxième noble de naissance mais devient dame de compagnie. Elles s’entendent presque comme des sœurs et se ressemblent comme deux gouttes d’eau… elle décide de jouer un tour au père d’Agnès trop souvent absent… et inter-changent leur identité.

Monsieur de Roselande se laisse duper et emmène Isabeau à la place d’Agnès. Agnès est laissée à un couvent pour son éducation pendant qu’Isabeau vit une belle vie à Paris. Cinq ans après, elles se retrouvent enfin et leur épopée commence … Isa rencontre Hoël sur un bateau et leurs vies en seront irrémédiablement bouleversées.

Personnages :

Isabeau de Marnaye : Devenue à la suite d’une farce Agnès de Roselande, n’ayant pas eu le courage d’avouer la supercherie, elle endosse l’identité de sa maîtresse… et la laisse cinq année terribles dans un couvent avant de venir la chercher…

Agnès de Roselande : Devenue Isabeau de Marnaye, est contrainte au couvent autoritaire et tyrannique à la suite d’une farce… malheureusement retrouver son identité s’avère beaucoup plus difficile… Elle nourrit alors une haine farouche à toute la famille Roselande et mijote une vengeance froide… elle est rebelle, libérée, très aventurière et sait se rendre indispensable auprès de la fausse Agnès…

Hoël Tragan : C’est un fier matelot, un peu trop curieux… mais ça il l’apprendra à ses dépens 😉

Plume de l’auteur, scénario :

Autant la plume de l’auteur que son trait de crayon, nous emmènent dans ses voyages à bord de bateaux… sur des terres inconnues enfin presqu’inconnues … 😀 Les personnages sont dépaysés, trimballés d’un bateau à un autre d’une péripétie à une autre, d’un danger à un autre ! Bref super intéressant !!

Une histoire de tromperie de l’identité, nous fait voyager loin sur les côtes africaines pendant l’esclavage.

Un peu d’Histoire, de l’amour, de la haine, de grands idéaux, de la violence et surtout au final une belle épopée 🙂

En Bref :

Une saga qui date un peu, mais super agréable 😉

True Grit d’Ethan et Joel Coen

Titre du Film : True Grit

Réalisateurs : Ethan et Joel Coen

Synopsis :

“1870, juste après la guerre de Sécession, sur l’ultime frontière de l’Ouest américain. Seul au monde, Mattie Ross, 14 ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d’or par le lâche Tom Chaney. L’assassin s’est réfugié en territoire indien. Pour le retrouver et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn, un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf, un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense. Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenace et obstiné, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n’obéit qu’à son code d’honneur. Ce trio improbable chevauche désormais vers ce qui fait l’étoffe des légendes : la brutalité et la ruse, le courage et les désillusions, la persévérance et l’amour…”

Casting :

Jeff Bridge (“Tron Legacy”) => Rooster Cogburn

Matt Damon (“la vengeance dans la peau”) => Laboeuf

Hailee Steinfeld => Mattie Ross

Josh Brolin (“Wall Street”) => Tom Chaney

Mon avis :

Je commence à m’habituer au réalisme du scénario des frères Coen ! Dans True Grit, pas de romantisme, on ne tourne pas autour du pot. Mattie ne veut pas que la mort de son père reste impunie et sa détermination l’emportera jusqu’au bout du voyage.

Malgré leur rudesse, les personnages masculins sont attachants. Le vieux Marshal est impressionné par le bagou et la ténacité de Mattie. Et le Texas Ranger toujours sûr de lui est troublé par un petit bout de bonne femme de 14 ans qui résiste au monde impitoyable des hommes. On comprend facilement Matties, elle veut venger son père d’un meurtrier sans scrupules  et l’avoir en face d’elle n’y changera rien à sa détermination à lui faire payer son acte ! Elle est parfois agaçante car elle utilise toujours des histoires d’avocats et de contrat pour dissuader ces acolytes de l’abandonner.

Deux représentants de la loi vont poursuivre un meurtrier et sa bande au travers d’une nature pas toujours accueillante , rude et froide, sous l’impulsion d’une jeune adolescente de 14 ans. Emportée par une vengeance tenace Matties va survivre jusqu’au bout et avec ses acolytes ils débusqueront le gibier malfaisant là où ils n’y croyaient plus. Ce qui est incroyable c’est que la main de Mattie ne tremble pas face au monstre lâche !

Ce qui m’a plu :

C’est la relation entre le vieux Marshall et Mattie, même si elle n’est pas exprimée franchement, on la perçoit par non-dit et elle est très forte et sincère. Le Marshall est prêt à tout pour aider et protéger Mattie.

Le duo Marshall Cogburn / Ranger Laboeuf  est marrant, c’est une tension emplit de testostérone chacun veut démontrer qui est le meilleur mais finalement ils ont beaucoup de respect l’un pour l’autre.

Mattie est entourée de deux gros rustres plein de bon coeur !

En Bref :

Même si la fin reste toute logique, elle nous laisse un arrière goût d’inachevé … C’est une aventure extraordinairement inoubliable… Un instant exceptionnel dans la vie d’une ado de 14 ans !!

Encore un très bon film des frère Coen, un film Western génial  !!