Quelqu’un à qui parler de Cyril Massarotto

Titre : Quelqu’un à qui parler

Auteur : Cyril Massarotto

Éditeur : XO Editions

Genre : roman contemporain

Nombre de pages : 269

Sorti le 9 février 2017

Lu le 16 avril 2017

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu’il n’a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu.

Tiens, et s’il appelait ? À sa grande surprise, quelqu’un décroche. Et pas n’importe qui : c’est à lui-même, âgé de dix ans, qu’il est en train de parler ! Mais que dire à l’enfant que l’on était vingt-cinq ans plus tôt ?

Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s’interroger : l’enfant que j’étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l’adulte que je suis aujourd’hui ? Ne l’ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ?

Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !

Mon avis :

L’histoire :

Samuel se retrouve seul pour fêter ses trente cinq ans, il commence à faire le tour de lui même et il n’est pas loin de la déprime. Il est seul, n’a pas de petite amie, son boulot l’ennui, son patron se sert de lui comme d’un souffre douleur… Bref ce n’est pas la vie qu’il aurait aimé avoir

Il se rappelle très bien son numéro de fixe quand il était enfant. Il essaie, de toute façon ça sonnera dans le vide car maintenant les numéros sont à 10 chiffres… Étonnamment quelqu’un décroche, un jeune garçon, et cet enfant c’est lui ! Curieux, mais tous les soirs Samuel de 35 ans appelle Samuel de 10 ans pour lui parler un peu du futur, mais aussi papoter sur ce que ressent l’enfant mais aussi l’adulte, chacun conseille l’autre comme des meilleurs amis.

Cette conservation quotidienne va empêcher Samuel 35 ans de sombrer dans la dépression, et va même le pousser petit à petit à reprendre sa vie en main, cette vie qui lui a échappée.

Les personnages :

Samuel, 35 ans : C’est un homme désabusé, seul, qui n’aime pas vraiment son travail. Il a laissé sa vie l’entraîner dans la solitude.

Samuel, 10 ans : C’est un petit garçon, dynamique, plein de hargne. Il n’imagine absolument pas devenir comme se décrit Samuel35. Il se fâche, il secoue le Samuel du futur, il est pas question d’abandonner, de vivre à petit feu comme ça. Et en même temps, la vie se déroule comme il était prévu dans le passé. Samule10 passe quand même par ces épreuves douloureuses de la perte d’un être cher… mais ça ne lui enlève pas l’idée d’un avenir meilleur.

La Plume, le Scénario :

Encore un roman magnifique, doux, tendre dans cette veine d’espoir qu’écrit toujours Cyril Massarotto.

Qu’est ce que ce début de roman est triste … être seul devant son gâteau d’anniversaire 😦

Qui n’a pas rêvé de partir dans le passé pour parler à son petit moi et lui dire de ne pas faire telle ou telle chose. En fait, cela ne marche pas comme ça, on ne peut pas changer se qui s’est déjà produit. Ce qui est à notre portée, c’est le futur et ça c’est à nous de le construire selon nos rêves, nos aspirations.

Samuel35 (c’est moi qui l’est surnommé comme ça) arrive a un tournant de sa vie où il est urgent de réagir. Il est dans l’impasse, il se retrouve tout seul la soirée de ses 35 ans. Petit Comeback, il réfléchit… comment en est-il arrivé là ? L’auteur l’explique tout simplement, c’est un ensemble de choix, de mésaventures, de précautions, de préservations… bref la vie que Samuel a laissé défiler trop vite, il s’est laissé distancer.

Mais l’auteur, très subtilement remet Samuel35 sur les rails, avec ces appels dans le passé. Métaphore tendre, qu’il faut garder bien au chaud cet enfant que l’on est et que l’on restera. C’est cet enfant plein de rêves que l’on doit préserver pour garder ce dynamisme, cet espoir que tout est possible. Samuel10 va rappeler à son moi futur, que c’est pas cette vie qu’il voulait, qu’il faut réagir, sortir, rencontrer des gens, avoir confiance et la vie sera plus belle, pas plus facile mais plus agréable. Samuel10 secoue Samuel35 !! Il ne veut pas se retrouve seul à 35 ans sans amis, sans amoureuse… seul.

Samuel35 par le biais de ces appels avec son moi du passé, va petit à petit reprendre goût à la vie, ça veut dire prendre des risques, oser reprendre contact avec les humains. Il va reprendre sa vie en main, il va sortir de l’impasse, sortir de ce mauvais chemin et reprendre la route.

Comme c’est bien dit dans la 4ème de couverture :

« […] Cyril Massarotto signe un roman plein de justesse, de tendresse et d’humour sur l’enfant qui demeure toujours en nous… et qu’ils ne faut jamais oublier d’écouter. »

Je ne veux pas m’appesantir sur l’histoire, ni sur les personnages car Samuel35 est entouré de personne formidables qui vont le soutenir, l’aider à reprendre la vie, et en faisant cela je serais obligée de spolier fortement… et ça pas question, vous êtes tenté ? Alors lisez ce roman !

En Bref :

Un roman doux où Cyril  Massarotto nous montre, nous souffle qu’il ne faut pas qu’on efface, qu’on enfouisse trop profond cet enfant en nous. Qu’il est toujours utile de se rappeler ce qu’on espérait de la vie et rester à l’écoute ses folies enfantines.

Encore une lecture très très agréable, pleine d’espoir !

La Passe-Miroir, Tome 1 : Les Fiancés de l’Hiver de Christelle Dabos

La passe-miroir T1Titre : La Passe-Miroir

Tome 1 : Les Fiancés de l’Hiver

Auteure : Christelle Dabos

Éditeur : Gallimard

Genre : Fantazy, Jeunesse

Nombre de pages : 519

Sorti le 6 juin 2013

4ème de couverture :

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du pôle. A quelle fin a-t-elle était choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.
Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d’une grande saga fantastique et le talent d’un nouvel auteur à l’imaginaire saisissant. Lauréat du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard jeunesse, RTL et télérama. »

Mon avis :

L’histoire :

Ophélie, une jeune femme chétive, travaillant dans un musée sur Anima est choisie par un prince Barbare d’une arche du Nord … Ayant toujours refusée à se marier, ses parents et les Doyennes ont décidé d’un mariage arrangé. Cette fois, elle ne peut pas se défiler et doit sauver l’honneur de sa famille… Pourquoi un prince l’a t-elle choisi, elle une jeune femme insignifiante et si chétive, si ordinaire… qu’attend -t-on d’elle ?

Elle est emmenée dans un royaume qu’on pourrait apparenter à un vrai nid de vipères… sur son arche Anima, les mœurs ne sont pas du tout les mêmes… elle n’est pas au fait des us et coutumes de la cour et en particulier celle-là !

Mais contre tout attente, elle résiste et rencontre dans ce monde illusionniste des alliés et réussit à rester en vie. Malgré un fiancé froid, distant et rustre, Ophélie sait qu’elle peut lui faire confiance… ou pas…

Les personnages :

Ophélie : C’est une liseuse, son don lui permet de lire le passé des objets, mais elle peut aussi passer au travers des miroirs. Cassant son existence paisible sur Anima, Thorn du terrible clan des Dragons la demande comme épouse, ce que s’empressent d’accepter ses parents et surtout les Doyennes de son arche. Ophélie est emportée dans l’arche du Nord où vit Thorn, son fiancé. Elle va découvrir un froid mordant mais aussi des gens mordants, malfaisant, des complots, des assassinats… Bref une vie de cour épuisante de lâcheté et de jeu des apparences puérils mais terriblement dangereux !  Contrainte à cacher son identité en attendant son mariage, Ophélie va apprendre à ses dépens mais aussi quelque fois à son avantage les us et coutumes de cette vie grise, morne et pleine de faux semblants… Elle a beau être chétive, elle n’est pas moins déterminée à garder son libre arbitre et à garder en main sa destinée.

Thorn : Il est grand, très grand mais maigre et surtout il est glacial dans tout les sens du terme. Sa personnalité le rend antipathique tout de suite à Ophélie qui n’aime pas ses manières… Il semble toujours pressé par le temps… il est venu rencontrer sa promise mais il a décidé de l’emporter avec lui plus tôt que prévu. Il est issue du clan des Dragons mais pas seulement… il se montre froid et très économe en mot avec Ophélie mais il cache un lourd secret dont dépens sa dynastie… Pourquoi a-t-il besoin de se lier avec Ophélie ? Que lui apportera cette union ?

La plume, le scénario :

L’écriture de l’auteure est très agréable, elle a permis à mon imagination de se mettre en route tout de suite, c’est un gage de bonne suite 🙂

En effet, le don d’Ophélie est très intéressant et on a envie d’en savoir plus… c’est une liseuse, elle lit le passé des objets qui arrivent dans son musée, mais pas seulement c’est aussi une Passe-Miroir. Ophélie, l’héroïne est captivante, elle a une petite taille, elle est chétive,mais malgré tout on sent que c’est un sacré bout de femme et ce détail me plait énormément. J’adore quand les héroïnes sont fortes, déterminées et intelligentes. Malgré le froid et la rudesse de son nouveau pays, elle survit et elle avance dans les intrigues sans jamais se faire devancer, elle est manipulée mais jamais très longtemps. Elle est difficile à abattre, et s’attire les bonnes grâces de certains personnages qui lui sauveront peut-être la vie 😉 Ce monde de faux semblant la révolte, révulse même mais malgré tout ça elle survit bien décidée à mener sa vie comme elle a toujours voulu.

L’auteure arrive à nous immerger dans ce monde froid, glacial d’ailleurs pas toujours à cause de la température… ce monde de la cour est pourri jusqu’à la moelle … et grâce à son écriture dynamique, on plonge dans le récit sans jamais s’ennuyer. On suit les aventures d’Ophélie avec impatience, pression, stress, on tremble pour elle, et quand on pense que tout est fini et bien hop l’auteure nous emmène vers d’autres énigmes.

Par contre l’auteure n’est pas tendre avec son personnage principal; Ophélie en bave, elle est malmenée, maltraitée, blessée, et l’auteure arrive à nous faire ressentir de l’injustice, de la rébellion face à toute cette malfaisance !

En Bref :

Une lecture dynamique, étonnante, qui nous fait ressentir différentes émotions ! c’est très agréable !

Et en prime une héroïne pas niaise, ni nunuche ! Ah ça fait du bien !!

Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs

Miss peregrine et les enfants particuliers T1Titre : Miss Peregrine et les enfants particuliers (T1)

Auteur : Ransom Riggs

Éditeur : Bayard

Genre : Jeunesse et fantastique

Nombre de pages : 432

Sorti le 31 mai 2012

4ème de couverture :

« Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante »

Résumé interne :

« Une île mystérieuse – Un orphelinat en ruines – Une étrange collection de photos

Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ».

Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse… »

Mon avis :

L’histoire :

Tout petit le jeune Jacob Portman buvait émerveillé les récits de son grand-père sur son enfance. En grandissant, il trouve ces histoires un peu farfelues et commence à douter de la véracité des faits relatés… ça fait beaucoup de peine à son grand-père mais il comprend… et se résigne.

Seulement un soir, Jacob retrouve son grand-père dans le petit bois derrière chez lui mortellement blessé, dans un dernier souffle Abe Portman lui livre une dernière énigme. Après plusieurs mois de thérapie auprès d’un psychiatre Jacob décide qu’il est plus que temps d’aller visiter la petite île du pays de Galles si chère à son grand-père, par la même occasion il en profitera pour se débarrasser de ses vieux fantômes … enfin le croit-il …

Sur l’île, il découvre les ruines du pensionnat et en fouillant il retrouve l’existence de photos attestant de la véracité des dires de son grand-père…. mais il doute encore jusqu’à ce qu’il se retrouve prisonnier par des enfants qui le prennent pour un monstre…

Les personnages :

Jacob Portman : jeune garçon de 16 ans, sa vie est entourée des récits étranges de son grand-père … Il n’a quasiment pas d’ami et le seul qu’il a est un marginal mais c’est un fidèle ami. Lorsqu’il découvre son grand-père presque mort et qu’il aperçoit son tueur, il croit devenir fou et ses parents l’envoient en thérapie auprès d’un psychiatre, le Dr Golan. Après sa thérapie il décide d’aller avec son père sur l’île de son grand-père et là il découvre le pensionnat en ruine mais aussi tout ce qu’à vécu son grand-père !

Les autres personnages sont intéressants, mais si je vous en cite un seul je vais spolier le récit 😉

La Plume, le Scénario :

Le récit est agréable à lire, l’imagination n’a aucun mal à se développer et à se rendre dans ce pensionnat d’un genre particulier.

L’aventure est palpitante, car Jacob est au prise avec une situation extraordinaire que les personnes autour de lui voient comme impossible. C’est une lutte pour la vérité mais aussi pour Jacob qui doute, soit il se débarrasse une fois pour toutes des histoires rocambolesques de son grand-père soit il découvre qu’il a vraiment vécu toute cette aventure.

Ce récit m’a laissé une imagination sans couleur, comme une photo jaunie. Une vie où il faut se cacher des esprits ordinaires, des monstres, des autres… J’ai apprécié la lecture mais j’ai comme une vision en noir et blanc ou jaunie de toute cette histoire… c’est peut-être voulu et c’est pas forcément mal. Comme si je regardais un vieux film 🙂

En Bref :

C’était une belle histoire, particulière, autour d’enfants si particuliers…

La Carte du temps de Félix J. Palma

Titre : La carte du Temps

Auteur : Félix J. Palma

Éditeur : Robert Laffont

Nombre de page : 549

Paru le 10/02/2011

4ème de couverture :

« A Londres, en 1896, l’agence de voyages dans le temps Murray propose au public « las de voyager dans l’espace » de voyager « dans la quatrième dimension », précisément en l’an 2000.
L’écrivain H G Wells, auteur de La Machine à remonter le temps, doute pourtant de la réalité d’un tel voyage, car il pense qu’on ne peut pas changer le passé. Andrew Harrington, jeune homme de bonne famille éperdument amoureux de Marie Kelly, la dernière prostituée assassinée par le sinistre Jack l’Eventreur, voit là une façon d’éviter ce crime odieux et se lance dans l’aventure, tandis que la jeune Claire se rêve un avenir passionné et échange de son côté une correspondance avec Derek, un homme du XXe siècle…Roman historique et de science-fiction, histoire romantique sur le modèle des romans-feuilletons du XIXe siècle, le livre de Félix J Palma est avant tout un roman d’aventures dans le Londres de H G Wells sur les chausse-trappes du temps et les pouvoirs de l’écriture.
Au hasard des pages, on croisera les figures de Bram Stocker, Henry James et Jules Verne, mais aussi Elephant man ou Darwin. L’auteur ne recule devant aucun tour de force narratif. Il nous conduit jusqu’au paradoxe ultime du voyage dans le temps : que se passerait-il si l’on pouvait changer le cours des événements ? Et de la vie même ? Bientôt l’écrivain Wells, inventeur de The Time Machine, pourra converser avec celui qu’il serait devenu s’il avait fait d’autres choix, saisi d’autres opportunités.
Vertigineux »

Mon avis :

Je dois cette lecture au partenariat permis par Livraddict et bien sûr les Éditions Robert Laffont. Merci pour cette belle découverte !

Ce roman se découpe en trois parties, avec trois personnages principaux :

  • Andrew Harrington s’éprend d’une victime de Jack l’évantreur et veut retourner dans le passé pour empêcher l’assassin de tuer Marie Kelly.
  • Claire Haggerty n’aime pas sa vie, et à la suite d’un voyage dans le futur elle tombe amoureuse du capitaine Shackleton sauveur de l’humanité dans le futur !
  • H. G. Wells à qui il est donné le choix de contrôler ou pas sa vie …

Étrangement tous ces personnages sont liés, de même les personnages secondaires … leurs vies se croisent s’en qu’ils ne s’en aperçoivent vraiment…

L’auteur nous expose leurs états d’âme, leurs besoins de croire en des choses invraisemblables tellement la douleur de la perte d’un être cher est profonde pour Andrew par exemple. Claire est persuadée qu’elle peut avoir une autre vie, celle-ci l’ennuie et l’occasion de vivre quelque chose d’extraordinaire est trop tentant ! Quant à Wells,  c’est plus ambiguë. Il est sceptique  à l’idée des voyages temporels… mais il va se retrouver dans une situation étrange qui va semer le doute dans son esprit…

L’écriture de l’auteur est agréable, de temps en temps il s’adresse au lecteur, conscient bien évidemment que ses digressions sont un peu longues quoique très importantes pour la compréhension du récit, disons qu’avec toutes ces histoires sur les personnages secondaires ou autre il nous donne une vue d’ensemble sur la situation de chaque personnages principaux; et plus important il nous plonge dans l’histoire, pour qu’on adhère complétement  et à la fin de la partie il bifurque… je ne peux en dire plus de peur de révéler la trame de l’histoire.

J’avoue que les digressions pour certaines m’ont paru vraiment trop longues quoique intéressantes et le fait d’introduire  des personnages historiques dans le récit l’on rendu plus piquant plus réaliste comme par exemple la discussion entre H. G. Wells et Éléphant Man, ou encore l’apparition de Bram Stocker …

Je pense que c’est un livre à lire vraiment  à tête reposée sans le soucis du délai, il fourmille de mille détails, de mille idées … Il est très riche et mérite qu’on s’y attarde très longtemps pour apprécier pleinement la plume de Félix J. Palma.

Ce qui m’a plu :

C’est la façon tout à fait anodine qu’à l’auteur d’imbriquer la vie de tous ses personnages.

J’ai préféré la troisième partie beaucoup plus ambiguë et emprunte de doute …

En Bref :

Si en commençant le livre j’avais quelques doutes sur l’intérêt de l’histoire avec toutes ces digressions, il est clair que mon avis a radicalement changé au cours du récit. C’est un très bon roman, l’auteur fait ce qu’il veut du lecteur, c’est un sacré bon manipulateur  !! Il a une plume fabuleuse !

Merci encore à Livraddict et Robert Laffont de m’avoir permis de découvrir ce magnifique texte !!

Filles de Lunes, tome 1 : Naïla de Brume de Elisabeth Tremblay

Titre : Filles de Lune

Tome 1 : Naïla de Brume

Auteur : Elisabeth Tremblay

Éditions : Mortagne Fantazy

430 pages

4ème de couverture :

« A vingt-cinq ans, encore sous le choc d’un double deuil, Naïla entreprend avec sa tante, la rénovation de la maison familiale, dans ce petit village au bord du fleuve qui lui rappelle tant de merveilleux souvenirs.
Mais ce qu’elle imagine comme un moment de quiétude va se transformer en découvertes troublantes qui la feront douter de ses origines, de ses croyances, de ses convictions, et même de sa santé mentale. A qui sont ces livres traitant de sorcellerie et de mondes parallèles ? Qui est cette femme qui se prétend son aïeule ? Quelle est donc cette langue mystérieuse qu’elle est seule à pouvoir déchiffrer ? Et qui est-elle réellement : Naïla Langevin, simple humaine, ou Naïla de Brume, héritière de la lignée maudite ? »

Voilà mon premier billet livresque de l’année 2011 !

Mon avis :

Naïla est venue se réfugier chez sa Tatie Hilda à la suite d’évènements douloureux dans sa vie… toutes les deux décident de réhabiliter une vieille maison de famille.

Lorsqu’un jour Hilda s’absente, Naïla découvre que son passé n’est pas celui qu’elle connaît…

Alors commence pour elle, une lente découverte, un apprentissage des plus loufoque croit-elle au début puis les pièces du puzzle se mettent en place et Naïla comprend que le seul moyen de découvrir qui elle est vraiment, c’est de passer dans l’autre monde, son monde !!

Naïla est courageuse, endurante mais cela ne suffit pas… il lui faut la protection d’un Cyldas  qui tarde à assumer ses responsabilités et les plongent tous les deux dans le vif du problème!! et les emmène tout droit dans le château des tortures !! Ainsi Naïla continue de subir son destin de façon répugnante !! Et là je me suis dit : « Aller Naïla reveilles toi, réveilles tes pouvoirs ! ». Certaines scènes furent angoissantes ! L’auteure ne lui laisse aucun répits… Et nous lecteur, on est emporté dans l’aventure, on angoisse pour Naïla, on maudit Alexis et son foutu caractère !

La lecture de ce récit est agréable; du au fait, je pense, à l’enchaînement des paragraphes très courts de façon à ce que nous lecteur on ne puisse plus lâcher le livre ! Ah mais j’y suis Elisabeth Tremblay nous a jeté un sort … ! Non non je rigole en fait son écriture est tout simplement fluide  et agréable si agréable que les mots défilent et le temps aussi sans qu’on s’en rende compte !

On arrive à s’identifier à Naïla, nous les femmes, car l’auteur a écrit tout le récit à la première personne, c’est Naïla qui s’exprime dans toute son aventure. L’auteure ne reprend la parole que pour nous conter les aventures des autres personnages ! Son style est vraiment très agréable !!

Ce qui m’a plu :

Le fait que l’histoire de Naïla commence dans notre monde bien réel … puis par le seul passage d’une pierre on se retrouve projeté avec Naïla dans un monde en négatif (photo) du notre !! Et puis alors qu’on croit en savoir suffisamment on en apprend encore sur les Filles de Lune et leur triste destin, je me suis pris à espérer que son destin serait plus combattif et surtout moins pénible mais je pense que plus le récit avance plus notre Fille de Lune va rencontrer des embuches …

En Bref :

Un belle série que je vais suivre avec beaucoup d’impatience !!

Une auteure fascinante avec un style tout à fait agréable !!