Caraval de Stephanie Garber

Titre : Caraval

Auteur : Stephanie Garber

Éditeur : Bayard

Genre : Jeunesse

Nombre de pages : 479

Sorti le 8 février 2017

Fiche Bibliomania

Discussion Livraddict

4ème de couverture :

« Attention, ne vous laissez pas trop prendre au jeu… »

Mon avis :

L’histoire :

Scarlett et Tella vivent sur une île avec un père despotique et violent. Scarlett doit bientôt se marier avec un inconnu que lui a choisi son père. Elle voit là une occasion de se défaire de l’emprise de son père. Depuis de nombreuses années, elle rêve de faire venir le grand spectacle de Caraval sur son île, mais dit-on il ne passe jamais deux fois au même endroit. Ces lettres restent mortes jusqu’au jour où elle annonce au grand maître son mariage. Et là contre toute attente, elle reçoit trois invitations à Caraval situé à 2 jours de son île. Scarlett et Tella n’ont pas le même point de vue mais elles vont finalement se retrouver au milieu du grand spectacle de Caraval !

Les personnages :

Scarlett : C’est l’aînée, elle a juré de toujours protéger sa soeur, quoi qu’il lui en coûte. elle pense que son futur mariage va les mettre à l’abri de son père despotique et donc même si elle doit sacrifier ses idéaux rien n’est plus important que leur sécurité. Elle doute beaucoup, son père s’est chargé de lui faire ressentir ce sentiment d’impuissance, de faiblesse mais sa soeur est beaucoup plus importante que tout ça.

Tella : c’est la cadette, elle est révoltée, espiègle, insouciante et ne pense qu’à une chose : libérer sa soeur du joug de son père et l’empêcher de se marier avec un homme qu’elle ne connaît pas. Elle fonce tête baissée, mais elle a une telle foi en sa grande soeur qu’elle sait que Scarlett sera toujours là pour elle.

Julian : c’est un marin qui a séduit Tella ou a été séduit d’ailleurs. C’est leur billet de sortie de leur île prison pour le grand spectacle de Caraval ! Il est mystérieux, énervant, égoïste et arriviste. Il ne fait les choses que si elles lui apportent un quelconque bénéfice. Il est un peu détestable quand même … Mais il permet à Scarlett, par la force, de se sauver de l’île paternelle.

Une multitude de personnages colorés, haut en couleur plein de charme et de maléfices vont graviter autour de Scarlett pour l’aider ou au contraire l’induire en erreur et l’amener à la folie… mais je ne ferais pas l’inventaire de ses personnages tous très intéressant mais gare aux spoilers !

La Plume, le Scénario :

Je me suis lancée au hasard dans ce livre, je l’ai vu certes partout dans les forums sans jamais m’attarder sur les avis, puis je l’ai pris à la médiathèque où je travaille.

On entre dans la vie de Scarlett par une correspondance épistolaire à sens unique… Scarlett envoie des missives au grand maître Légende de Caraval. Mais malheureusement, ses courriers restent lettres mortes… Jusqu’au jour où elle reçoit une invitation pour trois.

On entre dans la peau de Scarlett très facilement. On peut comprendre ses réticences, ses motivations… tout est très bien expliqué par l’auteure.

Scarlett entre dans Caraval comme on entre dans un monde magique, épineux et maléfique… car ses peurs sont tellement fortes qu’elles fanent le jeu, qu’elles le travestissent… mais une fois prise au dépourvu et n’ayant plus de choix possible, un monde merveilleux et dangereux s’ouvre à Scarlett !

Attention, l’auteur ne cesse de le répéter ce n’est qu’un jeu « rien ici n’est réel, tout n’est qu’illusion… », tout au long du récit plusieurs personnages ne cessent de répéter cette sorte de mantra à Scarlett. Le jeu est puissant mais il faut garder à l’esprit que cela reste un jeu.

Scarlett est un peu énervante quand elle ne voit pas le danger qui est devant son nez… elle est tellement préoccupée à retrouver sa soeur. Elle a peur, mais elle reste droite et se motive sans arrêt quand l’angoisse est trop forte et qu’elle risque de l’emmener elle se ressaisit en pensant à sauver sa soeur.

L’auteure décrit les émotions que ressent Scarlett avec beaucoup de magie. Le fait que Scarlett voit les émotions des autres en couleur, et ressent aussi les odeurs de ses émotions. Ces descriptions disséminées partout dans le récit offre une petite touche de magie romantique et dangereuse.

On ressent cette magie illusionniste, qui se fane à l’aube quand le jour semble naître. Caraval s’endort pour mieux renaître la nuit où presque tout est permis (petite parenthèse : cela m’a fait penser à film animé « Le voyage de Chihiro » de Hayao Miyasaki)

Tout le jeu repose sur des indices, sur une énigme à résoudre qui aboutit à un souhait 🙂 Qui n’a pas rêvé de participer à un tel jeu ?!? Certes l’enjeu est plus que motivant et fait peur mais c’est tellement excitant !!

C’est aussi l’occasion pour Scarlett d’être formée ou initiée. Sortir du cocon paternel pour découvrir qui elle est vraiment et surtout de quoi elle est capable.

  1. elle est séparée de sa soeur
  2. elle se retrouve, seule ou plutôt accompagnée d’un marin en qui elle n’a nullement confiance, qui va l’amener au bout d’elle même.
  3. elle va découvrir qui elle est vraiment et va grandir et pouvoir affirmer ce qu’elle gardait depuis si longtemps au fond d’elle même !

Ce récit jeunesse est d’une incroyable richesse, mais attention pour lire ce livre, il faut avoir gardé au moins un petit bout de son âme d’enfant !

En Bref :

Bon il me reste tout un tas de questions sans réponses … MAIS

J’ai été conquise et ce retournement de situation tout à la fin de l’histoire ! WOW !!! Je veux lire la suite !!!

Dracaenars, Tome 1 : Le silence des dragons de Alizée Villemin

draecanars-t1Titre : Dracaenars

Tome 1 : Le silence des dragons

Auteure : Alizée Villemin

Éditeur : Editions Lune Écarlate

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 162 pages au format epub

Sorti le 17 septembre 2016

Fiche Bibliomania

Résumé auteure :

« Lorsqu’une fille d’aubergiste fougueuse et sans le sou découvre un artefact aussi ancien que mystérieux ; lorsqu’une jeune noble délicate, en quête d’amour-propre, part à la recherche d’un peuple éteint depuis des siècles… Alors peut-être tout n’est-il pas perdu ? Peut-être réussiront-elles à mettre fin au Silence des Dragons… »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict de m’avoir fait confiance à nouveau, à l’auteure Alizée Villemin et aux Editions Lune Écarlate

L’histoire :

L’histoire commence par Maëlys, fille d’un aubergiste alcoolique. Elle est résignée, sa vie ne lui plaît pas, elle ne veut pas finir comme sa mère aigrie par une vie terne. Elle est pleine d’entrain et de plus en plus songe à échapper à ce sort peu attrayant. Dans un autre royaume, Elenn est brimée car elle est rondelette, ne supportant plus les railleries de ses frères et les commentaires désobligeant des autres personnes la côtoyant… elle décide de partir à la recherche d’un peuple disparu. La détermination de ces jeunes femmes réussira t-elle à sauver le monde…

Les personnages :

Maëlys : Fille d’un aubergiste, dans une taverne puante et très loin de son fastueux passé. Cette jeune fille fougueuse se meure dans ce trou fréquenté par des hommes avides, alcooliques et peu recommandables. Mais comme sa mère, elle ne rechigne pas à la tâche et aide de son mieux. Mais dans ses rêves les plus fous, elle s’enfuie de ce monde terne pour courir l’aventure et faire de sa vie ce qu’elle veut. Au détour d’un souterrain, loin en profondeur, elle découvre un artefact très ancien. C’est la chance de sa vie, elle n’a plus le choix elle doit partir.

Faor, le père de Maëlys : Il est cet aubergiste, embué du matin au soir par l’alcool mais qui inspire encore du respect. En effet il est aussi un vétéran de l’Armée Obsidienne. Il protège sa fille, autant qu’il le peut de la malveillance des hommes… Maëlys est son joyau.

Elenn est une jeune femme rondelette, pas très belle d’après ses dires… elle est blonde aux yeux bleus et dénote parmi ses frères tous brun. Ils la jugent inutile et incapable. Un jour, prise d’une détermination sans faille, elle quitte son château pour courir l’aventure à la recherche d’un peuple perdu, ce qui lui vaut les railleries de sa famille qui ne croit pas du tout en elle… Elle traverse une période douloureuse et pleine de doute mais finalement sa détermination ne faiblit pas.

Bien sûr il y a d’autres personnages très important pour la suite de l’histoire, mais au risque de spolier, je m’arrêterai là pour les personnages 😉

La plume, le scénario :

Le récit oscille entre le point de vue sur Maëlys et celui d’Elenn pour un peu près trois tiers de l’histoire. Je trouve que cette façon d’écrire est très accrocheuse. En tout cas sur moi ça marche direct. En effet dès qu’on a terminé le chapitre sur Maëlys, on arrive sur celui d’Elenn mais on a encore en tête l’histoire de Maëlys… Donc on a envie de vite retourner dans ce qui ce passe du côté de Maëlys et vice-versa.  Et à un peu plus de la moitié du récit on est pris dans les lignes d’écriture et l’histoire s’écoule d’elle-même jusqu’à la fin. Ces femmes , ces filles vivent une aventure passionnante.

Pour Elenn ça relève plus d’un parcourt initiatique, où elle doit se trouver, se prouver aussi,  se découvrir, avoir confiance en elle et ses capacités. Rabaissée depuis sa plus tendre enfance, obligée de croire qu’elle n’est utile à personne. Toute ces années d’embrigadement ont la peau dures mais Elenn décide de sortir de sa zone de confort pour se confronter à la réalité et prouver à tous ceux qui la dédaignent qu’elle peut être utile et qu’elle n’est pas stupide.

Pour Maëlys, elle essaie plus de fuir une vie toutes tracée et morne remplie d’ennuis et de rancœur… Mariée à un homme rustre qu’elle n’aimera pas et obligée de lui obéir jusqu’à la fin de ses jours… et reprendre l’auberge crasseuse de ses parents, à essuyer ces mêmes comptoirs crasseux jusqu’à la fin de sa vie. En trouvant l’artefact, Maëlys trouve enfin le moment, l’excuse pour partir, fuir son village pour courir le monde et surtout s’éloigner le plus possible de chez elle… malgré que ça lui fende le coeur de laisser ses parents, mais ils ne peuvent rien pour elle… Aussi à son départ, elle aura une surprise de taille !!

Arriveront-elles avec leur détermination à mettre fin à ce Silence des Dragons ?

Tous les personnages dans cette histoire sont important, et intéressant à suivre, voir leur évolution. Mais je n’en parlerai pas, je ne veux pas spolier. Ce roman est captivant, alors tentez cette lecture sans tarder !!

En Bref :

Une très belle découverte ! Un univers génial et passionnant.

Merci encore à Livraddict, à Alizée Villemin l’auteure, et aux éditions Lune Écarlate pour ce très bon moment de lecture !!

Rebelle du Désert d’Alwyn Hamilton

rebelle-du-desert-t1Titre : Rebelle du Désert T1

Auteure : Alwyn Hamilton

Traductrice :Hélène Zylberait

Éditeur : Pocket Jeunesse

Genre : Fantazy, Romance, Jeunesse

Nombre de pages : 284

Sorti le 1er septembre 2016

4ème de couverture :

« Le destin du désert repose entre ses mains.

Prisonnière d’une vie étouffante au coeur du désert, Amani n’aurait jamais imaginé galoper un jour sur un cheval fantastique, en compagnie d’un fugitif recherché pour trahison. Elle ne se serait jamais doutée non plus qu’elle en tomberait amoureuse… ni qu’elle l’aiderait à mener la résistance contre le sultan. »

Mon avis :

L’histoire :

Amani s’enfuit de chez son oncle pour participer à un tournoi de tir dont elle se sait capable de gagner à condition que personne ne découvre qu’elle est une femme. C’est là-bas qu’elle rencontre Jin, un excellent tireur d’ailleurs… Il est étranger à son monde et elle le remarque tout de suite…

De déconvenues en déconvenues, Amani est amené à fuir sa ville Dustwalk sur une monture fantastique et sauvée par le bel étranger.

Elle qui rêvait de rejoindre Izman, la ville où sa vie changerait d’après sa mère, la voilà embarquée dans un mouvement de destitution du sultan tyrannique !

Elle ne soupçonne pas encore de quoi elle est capable, mais bientôt ça s’imposera à elle-même comme une évidence…

Les personnages :

Amani : c’est une jeune femme rebelle, désobéissante et très douée avec des armes à feu. Elle est hébergée par son oncle qui aimerait bien l’épouser car une femme aussi délurée qu’elle, ne doit pas rester sans un mari pour la mater !! Elle a les yeux bleus, c’est ce handicap qui a dénoncé sa mère d’adultère et lui a valu la peine de mort … Mais Amani a un rêve, celui de quitter Dustwalk pour Izman. Pour ça elle doit gagner le tournoi de tir à Deadshot, un endroit mal famé… Elle est courageuse et volontaire, elle n’hésite pas à risquer sa vie pour se libérer de ces carcans archaïques…

Jin : Un très bel étranger venu tenter sa chance au tir à Deadshot… mais pas que… il semblerait qu’il soit poursuivi pour trahison. Il va tout faire pour s’évader de Dustwalk et du coup il va sauver la vie de la belle aux yeux bleus (Amani). Malgré ses réticences à l’aider à rejoindre Izman, il finit par céder mais le destin en a décidé autrement …

D’autre personnages secondaires vont servir de tremplin pour aider ou empêcher Amani à s’échapper de Dustwalk.

La Plume, Le scénario :

Le récit est à la première personne et ça nous plonge direct dans l’action. Amani est à Deadshot et on comprend bien qu’elle n’a pas le droit et qu’elle s’est enfouie de chez son oncle. Elle est obligée de cacher qu’elle est une femme car sinon elle n’est rien. La femme doit garder les yeux baissés et rester aux tâches ménagères qui lui incombe. Rhoooooo la la ça m’a hérissé le poil, cette condition rétrograde de la femme !!! Mais malgré cette non considération de la femme, Amani se rebelle et ne veut pas suivre la tradition c’est à dire épouser un homme qu’elle n’aime pas et surtout plus vieux qui ne fera qu’abuser d’elle sans scrupule…

Amani semble très douée au maniement des armes à feu, mais un contretemps l’empêche de gagner le premier prix… un fâcheux contretemps. Mais elle n’est plus seule, car le destin a décidé que Jin, le bel étranger, serai toujours sur son chemin… Même s’il est contre le fait de voyager jusqu’à Izman, même s’il essaie de l’en dissuader… Il finira par céder. Mais ils ne sont pas au bout de leur peine, et leur aventure va les conduire là où ils ne s’attendaient pas.

J’ai bien aimé cette introduction d’êtres fantastiques comme les bouraqs (vous saurez si vous lisez ce roman 😉 ), mais aussi de Djinn, des démons manipulateurs s’accouplant avec des humaines pour créer des demi-djinn (autre appellation dans l’histoire mais là encore vous devrez lire si vous voulez savoir 😉 )

Une écriture agréable et bien traduite. Dynamique dû à l’utilisation de la première personne par Amani l’héroïne. Des rebondissements qui ne laissent pas le lecteur se reposer sur ses lauriers. Des péripéties fantastiques pour les empêcher d’aller là où ils veulent. Bref j’ai vraiment passé un très bon moment 🙂

En Bref :

Une aventure dans le désert tout à fait dépaysante et passionnante !!!

Sorceleur, T1 : le dernier vœu de Andrzej Sapkowski

sorceleur-t1Titre : Sorceleur

Tome 1 : le dernier vœu

Auteur : Andrzej Sapkowski

Traductrice : Laurence Dyèvre

Éditeur : Milady

Genre : Fantasy, Aventure

Nombre de pages : 382

Sorti le 22/04/2011

4ème de couverture :

« Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contres ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur. Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand coeur… et, au terme de sa quête, peut-être réalisera-t-il son dernier vœu : retrouver son humanité perdue. »

Mon avis :

Sorceleur un cadeau de mon chéri pour mon anniversaire, et quelle bonne idée il a eut de vouloir me faire découvrir « The Witcher » !! Merci Merci !!

L’histoire :

Geralt de Riv est un sorceleur plutôt étrange, il fait partie d’une espèce peu aimée par la population. Les sorceleurs sont perçus comme des tueurs sans scrupule seulement intéressé par l’argent. Or Geralt n’est pas comme ça. Certes on le paye pour tuer des monstres qui empêche la communauté de fonctionner normalement,  ou parce que tel vampire, goule, strige terrorisent la population.

Geralt lui cherche d’abord s’il est possible de désenvoûter la personne avant de la tuer s’il ne peut rien faire. Par contre si des êtres mal intentionnés se mettent en travers de sa route, il n’hésitera pas à trancher dans le vif pour épargner les innocents autant que possible. Ce n’est pas un tueur à gage qui n’aime que le sang et l’argent… il est bien plus étrange et compliqué que ça.

A Wysima, il affronta une strige, plus loin dans des montagnes il rencontre un monstre enfermé dans un château qui protège une brouxte, à Blaviken il doit faire face à un règlement de compte où il n’est pas facile de décider qui dit vrai ou faux, il y rencontrera Renfri la Pie-Grièche. Tous ces moments forts sont entrecoupés de son séjour dans la communauté qui vénère la Déesse Melitele. Il eut la chance, si on veut, d’être invité à la cours de Cintra pour défendre les intérêts de la Reine Calanthe, pas tout à fait honnête… et ainsi son périple continue sur les routes où on le demande !

Les personnages :

Geralt de Riv, le Sorceleur aux cheveux blancs. Il fut enlevé quand il était petit afin d’être élevé à Kaer Morhen et subir une mutation dans le but de devenir Sorceleur. Il fait partie d’une sorte de guilde de chasseur de monstres, il tue et débarrasse les villages des monstres qui les menacent contre de l’argent.

Il a les cheveux blancs sans en avoir l’âge et il a des yeux nyctalopes. Il a un compagnon de route Jaskier, troubadour paillard.

Il agit toujours selon son code, il désenvoûte qui peut l’être et tue ce qui ne peut pas l’être… et qui nuit à une population sans raison.

Jaskier : c’est un troubadour, jouant du luth et chantant les fabuleuses aventures qu’il subit parfois. C’est aussi un homme au grand coeur.

Dans ces multiples nouvelles, on croise beaucoup de personnages, humain monstrueux ou monstre plus humain encore que l’homme… il vous suffit de lire ce roman pour vous en rendre compte 😉

La plume, le scénario :

J’ai tout de suite été prise dans l’histoire, suivre Geralt le Sorceleur à la sale réputation non fondée… La traduction est agréable, j’en conclu que l’écriture de l’auteur doit l’être tout autant.

Le fait que ce premier tome soit établit en plusieurs nouvelles est très intéressant, car on découvre Geralt sous toutes les coutures ou presque. Ce personnage est captivant à suivre. Malgré son évidente supériorité par rapport à un humain, il fait preuve de beaucoup de recul face à des choix par toujours évident. Il n’est manifestement pas le monstre sanguinaire et sans scrupule que décrit la population… mais ça lui est égal, il explique et réexplique aux gens qu’il n’est pas un tueur à gage… Il est plus humain que certain 🙂

Au fil des contrées qu’il traverse, Geralt croise toutes sortes de monstres, il ne les tue pas tous car chacun à une raison d’être à la condition qu’il n’opprime pas la population, ni même ne la dissémine…

Ah ! Encore un autre point qui m’a beaucoup plu, au travers de ses aventures on suppose, sous-entend des petites histoires sorties tout droit de nos contes de fée ou pas traditionnels et c’est très très intéressant (comme la Belle et la Bête, Blanche Neige, Cendrillon, La lampe magique…)

En Bref :

Une très très bonne lecture, très agréable, passionnante !

Merci mon chéri pour cette découverte ! ❤

 

 

Yzé et le palimpseste de Florent Marotta

yze-et-le-palimpsesteTitre : Yzé et le Palimpseste

Auteur : Florent Marotta

Editions : Taurnada

Collection : Fantazy

Nombre de page : 408

Sorti le 27 juin 2016 

4ème de couverture :

« Ambre Delage est une lycéenne lambda. Orpheline de père et de mère, elle vit chez sa tante Lucy qui l’élève depuis sa naissance. Un soir, un événement dépassant l’entendement va brusquement la jeter dans un tourbillon de révélations qu’elle était loin d’imaginer. Dès lors, pour la jeune fille tout bascule. Il faut fuir. Fuir sa vie tranquille, fuir son identité. Mais qui est-elle vraiment ? »

Merci aux Édition Taurnada pour ce SP et merci à l’auteur pour cette plongée dans son univers 🙂

Mon avis :

L’histoire :

Ambre est au lycée et vit une existence normale, enfin elle est orpheline et est élevée par sa tante Lucy. Cependant de petits évènements perturbent son quotidien…

Et finalement sa vie explose dans une rafale de révélations incompréhensibles et elle doit fuir, suivre Lucy loin de ce qu’elle a toujours connu, pour se retrouver dans un endroit inconnu et où elle est accueillie par un rustre… Ensuite tout s’enchaîne sa vie va changer irrémédiablement, son identité va lui être révélé enfin pas totalement… heureusement ses nouveaux amis vont la soutenir et ses ennemis vont se montrer certes perspicace mais incapable de s’emparer d’elle… Mais pourquoi convergent ils tous vers elle avec des intentions pas toujours louables ?

Les personnages :

Ambre Delage : lycéenne tout ce qu’il y a de plus normale, sauf que toute cette vie autour d’elle est une couverture. Elle est tempétueuse et c’est ce qui va l’aider à évoluer très vite dans cette nouvelle vie imprégnée de magie. Elle maîtrise assez vite ses pouvoirs, en partie à cause de ses ennemis qui se font pressant et qui l’obligent à réagir vite et avec tellement de rage !

Lucy et Fall : ils ont pour mission de protéger Ambre et pendant de nombreuses années ils  lui ont caché la vérité sur ses origines, sur son identité, sur sa puissance… Mais c’était pour la préserver. Ils se révèlent tous les deux des combattants aguerris qui en font baver à leurs ennemis communs…

Isaac et Isobel : ce sont deux jeunes timides qui vont devenir le meilleur soutient d’Ambre, ils sont certes très réservés, et résignés mais ils vont se révéler être des personnages extrêmement puissants.

Les Magis : communauté d’êtres magiques qui se sont liés à un démon pour utiliser leur pouvoir avec beaucoup plus de puissance.

Les Wicce : communauté d’êtres magiques qui tirent leur pouvoir des éléments, enfin logiquement d’un seul élément pouvant être différent selon chaque personne.

La Fraternité de la Lumière : communauté d’être humain refusant toute forme de magie et décidée à éliminer tous les êtres magiques… malgré tout ils combattent à armes égales contre les deux communautés magiques.

Bon cette Fraternité m’a fait penser à l’animé « Hellsing Ultimate » (pour ceux qui connaissent)où justement l’Église combat des êtres surpuissant mais ils combattent à armes égales grâce au développement de technologie renforçant la résistance de leur corps (enfin c’est pas si simple dans l’animé… mais ça m’y a fait penser), un peu comme les Exaltés du roman de Florent Marotta 🙂

La Plume, le Scénario :

Florent Marotta nous plonge dans son récit direct. Son écriture est agréable et fluide, mon imagination s’est mis en pilotage automatique (je le répète souvent car c’est très important pour moi ce point).

Je me suis attachée à cette jeune fille, plongée, sans avertissement et sans que personne n’ai pu la prévenir dans un monde totalement différent de celui dans lequel elle vivait depuis de nombreuses années. Sans soupçonner la moindre once de magie… On lui demande d’effacer purement et simplement tout ce qu’elle connaît et je trouve qu’elle réagit très très bien !! Toutes ces révélations la jette dans un monde dangereux mais aussi fascinant et énigmatique.

Florent Marotta distille les infos au compte goutte, c’est à dire qu’on apprend en même temps qu’Ambre… Il arrive à retenir ce flot d’information pour le placer juste au bon moment, sans pour autant en dire trop. Il reste quand même une grand part de mystère autour de cette jeune lycéenne 😀

Volontairement je tais beaucoup sur l’histoire car je pense que ça gâcherait fortement cet effet de pression, de mystère 😉

En Bref :

Florent Marotta a créé un univers très intéressant, mêlant ce petit bout de réalité à ce combat magique très ancien qui se renouvelle pour une raison et une seule mais c’est là la grande maîtrise de l’auteur, c’est qu’on ne peut pas deviner la raison, on fait des suppositions mais je soupçonne que c’est bien plus compliqué… on a un début d’explication à cette guerre mais voilà …

Une très agréable découverte ! Merci à Florent Marotta pour ce moment de lecture et Merci à Joël des Editions Taurnada pour m’avoir fait découvrir cet auteur et pour cette captivante lecture 🙂

L’homme à la hache de Mansuz

L'homme à la hacheTitre : L’homme à la hache

Auteur : Mansuz

Illustrateur : SK

Éditeur : Autoédité

Format epub : 315,84 Ko

Genre : Horreur, Fantastique

Résumé de l’auteur :

« Brusquement le tueur lui arracha le mobile des mains et le broya contre le sol avec son poing, il craqua tel une chips. Prise de panique Marianne hurla. Savourant cet horrible instant, l’homme recula et empoigna fermement la hache pour la brandir. Mouvement gracieux du buste, prise d’élan, il avait fini de jouer. Il allait abattre violemment son arme quand une voix résonna durement :

– Connard ! Tu t’es cru chez mémé ? Le tapage nocturne ça te dis quelque chose ?

Interloqué, l’homme fit volte face. Devant lui, se tenait une jeune femme vêtue d’un pyjama. »

Mon avis :

Un grand merci à livraddict et à l’auteur Mansuz pour m’avoir offert l’opportunité de lire ce récit 🙂

L’histoire :

C’est l’histoire d’un jeune qui quitte le nid douillet parental pour s’installer seul dans un appart. Lors de la mise en carton de ses affaires, il s’arrête sur quelques souvenirs d’enfance notamment les Pog (ce détail m’a fait sourire 🙂 ), une pierre qu’il a ramassé quand il était enfant et bien d’autres petits objets qui ont tous une signification pour lui et dont il ne peut se séparer.

Arrivé dans son appart, ses rêves qu’il prenait l’habitude de noter sur un carnet deviennent plutôt des cauchemars… mais que signifient t-ils ? le reflet de son angoisse ? autre chose de plus inquiétant ?

Personnages :

Édouard : Jeune homme qui travaille dans une entreprise qui étouffe les initiatives et préconise le « mode mouton ». Ce système démotive Édouard... mais il continue de travailler et se conforme aux ordres. Il a une jolie petite amie Marianne, pétillante et encore étudiante. Il se retrouve face à un élément qui va faire basculer sa vie, le rendre plus altruiste, bon et lui donne envie de tisser des liens avec les gens. Ce qu’il développe avec la complicité d’une vieille dame est tout simplement ingénieux 😉

Marianne : est une jeune femme pétillante, pleine de vie, toujours en mouvement avec plein d’amies et surtout elle adore les films d’horreur 😉 et par dessus tout elle aime son Ed.

L’homme à la hache : il est malsain, déterminé. Il tue et rien ne semble l’arrêter. Peut lui importe, le sexe, l’âge de ses victimes … il tue froidement, il massacre …

Je pourrais continuer avec tous les personnages, parfaitement à leur place, bien imbriqués dans le récit… mais je risquerais de spolier gravement 😦

La Plume, le Scénario :

Comment faire l’éloge d’un récit sans trop dévoiler la substance essentielle et spolier méchamment ??? c’est super dur … 😦

Bon à 50% du récit j’avais deviné qui était l’homme à la hache, mais je ne m’attendais pas du tout à la tournure des évènements ! WOW bluffant !

Alors ce récit démarre calmement avec le changement de vie d’Edouard. Ce jeune homme prend son autonomie mais se laisse rattraper par les souvenirs de son enfance… tout doucement le récit tombe dans l’inquiétude… l’oppression… la peur… la frayeur.

Un récit rondement mené, avec un suspens macabre qui monte en tension au fur et à mesure de la déchéance de l’homme à la hache… L’issue est étonnante, bluffante.

J’ai apprécié l’histoire de ce maléfice puissant et addictif, collant et inaltérable… comme toujours la magie a un prix et quel prix !

Le travail sur les personnages secondaires amenés doucement dans le récit, avec leur propre chemin de vie mais avec chacun un rôle très important dans le récit, est impressionnant et très agréable.

En Bref :

Une très agréable lecture. Un suspens haletant. Et malgré la noirceur une once de lumière filtre et laisse entrevoir un peu d’espoir 🙂

L’auteur a parfaitement placé ses rebondissements  et péripéties … même quand on croit tout comprendre et bien PAF ! on se fait surprendre 😉

Intrigué ? Alors vous n’avez plus qu’à lire ce récit étrange et effrayant 😛

Les Pierres Hurlantes T1 de Lucie Dyal

Les pierres hurlantes 1Titre : Les Pierres Hurlantes

Tome 1 : Les voleurs de destins

Auteure : Lucie Dyal

Éditeur : Auto-édité

Nombre de pages  : 508

Sorti le 7 novembre 2015

4ème de couverture :

« Dans le monde magique d’Hexavia, de banals rochers s’illuminent d’écarlate et hurlent aux oreilles des magiciens à proximité, sans que quiconque n’en comprenne la raison. Une centaine d’années plus tard, le royaume de Boicéande attend la naissance d’Aliandra, l’héritière présomptive. L’enfantement qui a pourtant été prédit sous la tutelle de la magie se déroule avec douze jours d’avance. Cette différence temporelle rend caduque la destinée qui lui avait été promise et empêche toute lecture de son nouveau destin. Mais dans son entourage, elle n’est pas la seule dont l’avenir annoncé ne se réalise pas. Nul ne se doute que ces épisodes inexplicables sont le prélude à de terribles événements. »

Mon avis :

Tout d’abord je remercie Livraddict pour m’avoir fait une nouvelle fois confiance et permis ce partenariat avec l’auteure Lucie Dyal.

Merci également à l’auteure pour sa charmante dédicace et le très beau marque-page.

L’histoire :

Le monde magique d’Hexavia est bouleversé par d’étranges phénomènes de mauvais augure … Des Pierres rouges hurlent aux oreilles des mages.

Des centaines d’années plus tard une jeune fée est promu marraine du futur héritier de Boicéande et doit par conséquent dater sa venue au monde et établir si c’est une fille ou un garçon. Miabella est certes jeune et pleine de doute mais elle s’acquittera de son travail, de sa mission à merveille. Malheureusement, la naissance arrive avec douze jours d’avance. A partir de cet instant, le destin de l’enfant est illisible et l’avenir qu’on avait annoncé aux époux royaux ne se produira pas… Que va t-il advenir de l’enfant ? Qu’arrive t-il à la magie d’Hexavia ? Un nuage sombre menace de recouvrir la paix fragile des États d’Hexavia.

Les personnages :

Miabella : C’est une jeune fée, promu au rang de fée-marraine. Elle doit apporter protection à sa future filleule, mais elle doit également lui attribuer des dons afin de lui permettre de briguer sa place sur le trône de Boicéande. Elle est intelligente et intuitive. Elle pressent le danger et le devance car elle sait que son rôle sera de courte durée.

Aliandra : l’héritière au destin voilé, au destin illisible. Cette jeune enfant est déterminée et persévérante… et supporte avec beaucoup de mal sa camériste humiliante et dénuée de sentiments… Elle est persuadée que son père ne lui dit pas tout au sujet de sa naissance, qu’il l’épargne car il la trouve trop jeune… mais elle n’en peut plus de ce carcan protecteur… Sa sûreté est en jeu et celle de son royaume en dépend également. Elle est jeune, plein de bonne volonté, mais elle sent … elle se sent limitée. Elle entre doucement dans l’adolescence et les questions sur sa naissance, sa marraine, son destin, ses aptitudes tournent en boucle dans sa tête…

Lisbeth : C’est la camériste d’Aliandra choisie par Célina sa Gràce la Reine. Elle est doucereuse, moqueuse, condescendante, humiliante, et pour le coup très très louche. C’est un personnage détestable…

Ferti : C’est un ménestrel sous couverture, enquêteur sur plusieurs faits magiques étranges pour le compte d’Argerave, la communauté de la Connaissance. Il a un don pour la désincarnation qui lui permet de voguer parmi les vivants sous forme éthérée… Ainsi il repère la magie cachée et espionne les vivants. Il est très doué et va découvrir un élément qui mettra en péril sa congrégation…

Il reste énormément de personnages dans ce roman qui ont une place déterminante chacun à sa manière.

La Plume, le Scénario :

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce roman. Pourtant l’histoire me paraissait très attrayante.

Premier bémol :

Je me suis heurtée de plein fouet à l’écriture de l’auteure, très phrasée, très ampoulée qui va certes avec l’époque de son récit et la vie du royaume… mais pour le coup ça m’a freiné, ça m’a empêché de me plonger dans l’histoire. A force de très belles phrases, très bien formulées… je me suis perdue et ses longues phrases ont fait obstacle à mon imagination.

Deuxième bémol :

Les unités de mesure … ultra présente dans tout le récit et pour moi imbuvable… je m’explique … J’ai de nouveau buté sur ces mesures qui m’empêchaient d’avancer dans le récit… car sans cesse je devais retourner au début du roman dans le glossaire afin de convertir les unités de mesures parsemées dans le récit pour comprendre  à combien de temps, d’heure, de jour, de cm, de poids faisait allusion l’auteure. J’ai trouvé ces unités de mesure trop compliquées et j’ai fini par abandonner la conversion au fil de ma lecture…

Troisième bémol :

Trop trop de descriptions longues … qui ne m’ont pas paru nécessaire à la poursuite du récit. Trop de détails sur les sentiments des personnages qui m’ont fait perdre le fil du récit par moment…

Bon j’ai quand même trouvé des côtés agréables à ce récit 🙂

1er +++ :

Le personnage d’Aliandra est attachante. C’est une personne, qui ne laissera pas les mauvais augures guider sa vie. Elle veut prendre en main son destin. Elle est volontaire, déterminée même si quelques fois je n’ai pas très bien compris pourquoi elle se laissait malmener … Elle est entourée de mystère, un épais voile. Mais on sent chez elle du potentiel, mais si parfois elle se laisse aller au pessimisme…

2ème +++ :

Cette enquête menée en parallèle de l’histoire sur le phénomène des Pierres Hurlantes. Avec Ferti le ménestrel et son compère Vex. Cette façon de se désincarner pour mener ses enquêtes était super intéressante à suivre.

3ème +++ :

On sent que l’auteure a beaucoup travaillé à la création totale d’un monde à part entière avec ses propres unités de mesures, ses traditions, ses énigmes et ses personnages complets.

En Bref :

Un style trop lourd pour moi, cette écriture a complètement entravé mon imagination.

Une histoire qui pourtant serait à mon avis très intéressante à suivre

Dommage je suis passée à côté….