Lune Pourpre, Tome 1 : Initiée de Laëtitia Danae

Titre : Lune Pourpre

Tome 1 : Initiée

Auteure : Laëtitia Danae

Éditeur : Éditions SNAG

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 508

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ». Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, mangé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. »

Mon avis :

L’histoire :

Lilith, 10 ans, vit avec son père dans un petit village très rural. Elle l’aide aux champs et à la maison. Elle possède une habilité qu’elle doit à tout prix cacher pour préserver sa vie.

Au pied du mur, son père Léon se décide à confier Lilith à une autre communauté qui saura la préserver de la folie du Roi. Ils lui apprendront à contrôler ses pouvoirs et à s’en servir à bon escient mais surtout ils vont lui apprendre à survivre, à se défendre.

Désemparée à l’idée de quitter son foyer, mais curieuse de l’aventure et des dangers qui l’attendent, Lilith part un peu la mort dans l’âme avec Sando.

Lilith est encore loin d’imaginer, de comprendre ce qu’elle représente pour la communauté qui l’a prend en charge. Cette soudaine attention lui fait peur, la perturbe … mais ça lui permet de se soustraire à une mort certaine si le Souverain apprend son existence.

Les personnages :

Lilith : C’est une petite fille solitaire, la compagnie des autres enfants l’indiffère et l’incommode. Elle ne recherche pas de lien au grand dam de son père. Sa particularité secrète l’a met à l’écart, c’est si dur de ne pas utiliser ce pouvoir. Malgré cela, elle éprouve le besoin d’aider, de réparer mais elle ne souhaite pas de compagnie autre que celle de son père.

Léon : Il élève Lilith seul, sa femme est morte en lui laissant un merveilleux cadeau. C’est un paysan qui ne se laisse pas faire, notamment par le prêtre de son village qui essaie de lui imposer sa religion et ses superstitions ridicules. Mais il sent le danger, la solitude et l’habileté de Lilith va se savoir et la mettre en danger; il va alors prendre la lourde décision de confier sa fille à une communauté pour lui sauver la vie.

Je ne peux évidemment pas vous parler des autres personnages sans dévoiler un peu plus les aventures de Lilith… Donc comme d’habitude j’en reste là…

La Plume, le Scénario :

Le style de l’auteur est particulier, prenant et m’a fait visualiser clairement le mode de vie de Lilith ainsi que tous les paysages qu’elle croise.

L’auteur a créé un univers bien à elle avec quand même des repères, des rappels qui font appel à notre imaginaire collectif. Lilith va rencontrer beaucoup de personnes venant d’horizon différent, de peuplade anéantie ou sous le joug du Roi Donavan.

Lilith avec d’autres compagnons va subir un entraînement hors pair pour apprendre à maîtriser son habileté, pour apprendre à se défendre, à résister. Elle devra endurcir son corps et son coeur, car malheureusement son coeur va être mis à rude épreuve, l’auteure ne lui épargne rien !

Suivre Lilith dans son cheminement, dans son évolution fut un réel plaisir. La surprendre en plein doute comme un spectateur qui en sait plus qu’un simple spectateur en rajoute à notre trouble. Lilith est perdue et nous on rage car on ne voit pas le bout du tunnel… c’est frustrant… vous l’aurez vite compris, une fois qu’on est pris dans l’aventure de Lilith on tremble pour elle, on respire de joie (oui oui ça se fait ça …) Bref les mots de l’auteure sont addictifs.

Bien sûr Lilith se retrouve dans une guerre qu’elle n’a pas voulu, qu’elle n’a pas choisi mais elle ne peut pas se défiler, trop de gens compte sur elle; Elle n’est pas seule, elle va lutter avec ses compagnons d’infortune contre ce Roi Donavan qui veut exterminer toutes créatures avec des pouvoirs.

Cette lutte est sans merci et pour avoir une chance d’être victorieuse, elle doit subir un entraînement douloureux et intense, elle doit être initiée.

La solitaire Lilith va devoir s’associer voir plus et comprendre que les amis c’est bien aussi, ça fait du bien; c’est envahissant mais à plusieurs on va plus loin. Et les chances de détruire le Roi sont plus nombreuses…

Un dernier petit mot pour la superbe couverture !!!

En Bref :

Voilà un bon pavé de 508 pages avalé quasi d’une traite, aucune longueur, aucun ennui quelconque; juste une irrépressible envie de continuer et continuer à lire tout en sentant la frustration arriver avec les dernières pages !

Un univers fantastique mêlé d’une certaine réalité s’approchant de la notre, en tout cas peut-être de notre Moyen-Âge.

Publicités

Challenge #1mois/1000pages Janvier 2014 de Crouton

1 mois 1000 pagesDepuis plusieurs mois, je crois même plus d’un an… je participe au #1mois/1000pages de Crouton (si ça pique votre curiosité, vous voulez en savoir plus, et bien cliquez sur l’image ci-dessus) Et j’ai décidé cette année que je ferais un petit bilan tous les mois sur ce chouette challenge 🙂

Voilà le mois de janvier est terminé, il est temps de faire le bilan lecture 🙂

1) « Les Hérauts de Valdemar, T2 : l’Envol de la Flèche » de Mercedès Lackey avec 281 pages (roman)

2)« Les Hérauts de Valdemar, T3 : La Chute de la Flèche » de Mercedès Lackey avec 283 pages (roman)

3) « Multiversum » de Leonardo Patrignani avec 329 pages (roman)

4) « Wondercity, T3 : le feu Dragon » par Gualdoni avec 48 pages (BD)

5) « Murena, T9 : Les épines » par Dufaux et Delaby avec 56 pages (BD)

6) « Barthélémy Styx, T1 : La mer aux esprits » d’Anne Rossi avec 300 pages (roman) Chronique à venir …

4 romans lus avec 1193 pages + 2 BD avec 104 pages

L'Envol de la Flèche T2  La chute de la Flèche T3  Multiversum  Barthelemy Styx T1

wondercity T3  Murena T9

J’arrive à un total de 1297 / 1800 … Défi raté 😦 mais c’est pas grave je repars pour le mois de février 2014 avec cette fois 1500 pages (je joue un peu plus petit 🙂 )

Les Vestiges de l’Aube de David S. Khara

Titre : les vestiges de l’aube

Auteur : David S. Khara

Editeur : Michel Lafon

Genre : Thriller fantastique

Nombre de pages : 246

La fiche Bibliomania

Le blog de David S. Kahra

Présentation de l’éditeur:

« Depuis les attentats du 11 septembre, Barry Donovan est dévoré par le désespoir. Et ce n’est pas son métier de flic, dans un New York accablé par la criminalité, qui lui remonte le moral. Son seul réconfort : les conversations virtuelles qu’il entretient chaque soir avec un certain Werner Von Lowinsky, aristocrate cultivé et apaisant. Peu à peu, sans s’être jamais rencontrés, ils deviennent amis, se confiant leurs préoccupations les plus secrètes, échangeant sur les sujets les plus intimes.Mais Barry ignore encore que Werner  n’est pas un homme comme les autres…

Des collines de Virginie au cœur de Manhattan, de la guerre de Sécession au xxie siècle, des flics aux vampires, David S. Khara prouve ici qu’il a trouvé sa voie. »

Mon avis :

Je tiens à remercier Livraddict pour ce partenariat avec Michel Lafon. Ce fut une lecture très agréable.

Une série de meurtre tous semblables tombe sur les bras du policier Barry Donnavan. Tout laisse à penser que c’est un serial killer. D’un autre côté Barry entretien une Web amitié avec un mystérieux Werner Von Lowinsky.

Ce polar me donne l’effet d’une excuse, pour parler de cette amitié mystérieuse et relancer cette enquête sur les meurtres. Le fameux Werner c’est mis en tête d’aider Barry, son seul ami depuis des siècles. Quand à Barry, il se trouve englué dans son enquête et ses conversations avec Werner lui procure une relative sérénité.

Barry est un flic intègre, qui a besoin de travailler pour oublier la douleur de sa vie personnelle. Ce travail lui occupe l’esprit et l’empêche d’être trop pessimiste. Ces conversations avec Werner lui redonne du souffle.

Werner, lui a traversé les siècles, il se sent seul et ses web-échanges avec Barry lui donne l’impression de se rapprocher de son humanité perdue. Il est entier, exclusif, quiconque tenterait de faire du mal à Barry, goûterait à ses méthodes pour le moins sanglantes…

L’histoire est captivante, bien que le dénouement soit un peu rapide, avec les méthodes radicales de Werner.

L’auteur passe de l’histoire de Barry à celle de Werner (en Italique), juste assez pour nous titiller… J’aime ce procédé car ça apporte une certaine dynamique au récit. Le lecteur se trouve pris, notre curiosité est piquée à vif et il faut qu’on lise la suite sans s’arrêter !!

Ce qui m’a plu :

Le personnage de Werner, parce qu’il est entier. Son envie d’être utile le rend plus que tout humain, il se rapproche de cette vie pour de nouveaux servir l’humanité qui ne le mérite pas toujours.

La réaction de Barry, quand il se rend compte de la nature de Werner. Très logique, implacable, c’est son ami peu importe ses méthodes, il lui a sauvé la vie.

En Bref :

Un polar fantastique captivant, des personnages attachants, des histoires passées bouleversantes ! En Bref ce deuxième succès de David S. Khara confirme qu’il a trouvé une excellente reconversion.

Une belle découverte !!

Encore merci à LIVRADDICT et à MICHEL LAFON !!

L’héritage des Darcer de Marie Caillet

4ème de couverture :

« Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse.
Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Et pour couronner le tout, à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d’aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté… Le pire danger ne l’attend peut-être pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds.
Le pire danger pour un coeur confiant ne tient peut-être qu’en un seul nom : Orest. »

J’ai lu ce roman dans le cadre d’un partenariat avec les Éditions Michel Lafon et la Team Livraddict que je remercie vivement pour cette belle découverte.

Mon avis :

Le roman tourne autour de deux personnages principaux : Mydria et Orest

Mydria (« My » pour les intimes) Siartt est une jeune noble, frivole mais assez forte de caractère. Le jour où elle décide de faire face à son destin, elle n’a pas du tout réfléchit aux conséquences de sa fugue. Elle n’est jamais sortie seule du château. Elle se retrouve livrée à elle même et ma foi elle ne se débrouille pas trop mal.

My est parfois agaçante par sa naïveté et dans la panique elle ne réfléchit pas du tout … elle fonce ! Mais elle est admirable car dans ce monde d’Homme qu’est la Guilde, elle sait s’imposer, tout d’abord comme prisonnière un peu énervée, puis comme boulet râleur et attachant lors de leur mission et enfin comme élément salvateur et respecté aprés tout c’est elle qui réussit à les mener au bout de leur mission… Mydria a de belles valeurs qu’elle n’oublie pas même quand elle est poussée dans ses derniers retranchements.

Orest, c’est un assassin imperturbable, il tue et ramasse son magot sans sourciller.

Lorsqu’il tombe sur cette jeune noble, complétement perdue dans le seule repère de bandit qu’il fallait qu’elle évite. Orest sait tirer profit de la détresse de Mydria… il l’a fait boire et lui soutire son précieux secret. Dés lors commence entre eux une perpétuelle provocation. Au début, il la voit comme une prisonnière qui va les emmener droit à la réussite, puis petit et petit il va être surpris, étonné par l’adaptation naturelle de Mydria dans ce monde agressif. Parfois, elle l’agace, le vexe avec toute ces questions qu’elle pose pour essayer de le percer à jour… Et durant leur voyage, il n’aura de cesse que de vouloir la protéger de tout… d’abord pour le magot final puis il comprend qu’il n’est pas concevable de la perdre pour son coeur…

Les autres membres de la Guilde sont devenus au fil du chemin, au fil des épreuves : une famille unie et protectrice.

Krud, le chef qui sait s’imposer simplement et sans répliques… Allian, son bras droit, est un esprit très logique et permet à la troupe d’échapper à l’usurpateur. Chaque membre apprend à apprécier le mauvais caractère de Mydria et les incessantes disputes qu’elle entretien avec Orest…

Toute cette histoire commence par Madael, le souverain, le dernier des Darcer… Celui-ci  prend la fuite avec le trésor royal pour permettre à ses descendants de reprendre le trône à l’usurpateur serviteur de la Déléane. Pour ça il va offrir à ses descendants un cadeau empoisonné, un chemin tortueux pour arriver au pouvoir : un sifflet, une lettre et surtout le Don d’ailes… avec seules indications qu’il faut coûte que coûte réinstaller la dynastie des Darcer sur le trône à l’aide du trésor royal qu’il a réussit à cacher au yeux de l’usurpateur.

Inexorablement Madael pousse ses descendants  à abandonner leur foyer pour cette quête impossible… pendant des décennies des enfants vont grandir sans leur père !

Mydria refuse ce don et cette mission, mais par la force des choses et des hommes de la Guilde elle va se retrouver sur les traces de ses ancêtres. Après la sortie fracassante de Liett, la traversée mortelle des Ravins d’Erlett, les Valons suivis des Bois magiques, ils arrivent enfin au bout du voyage mais Madael leur réserve une dernière surprise… ils ont perdu la moitié de leurs membres ce qui les attend est curieux  et « vénéneux » et ce qu’ils vont en tirer n’est pas ce en quoi ils s’attendaient !!  Mydria est-elle la dernière des Darcer ?? L’usurpateur est-il de taille fasse aux valeureux membres de la Guilde qui se sont sortis de pièges bien plus compliqués et dangereux ??

En bref c’est très beau roman… J’ai suivis Mydria avec avidité, au gré de ses sensations, de ses humeurs… Elle m’a agacé, elle m’a ravie et j’ai beaucoup aimé ses belles valeurs … Je la sentais faible physiquement, une frêle jeune femme, mais avec un esprit tellement fort et impétueux qu’il compensait ces faiblesses. Ce périple a permis à Mydria de grandir (« trop vite certes…), une dure école de la vie, mais elle a développé d’excellentes qualités pour régner…

Conclusion, encore une femme forte qui réussit à aller là où ses désirs profonds  et sa volonté la portent !

Encore un grand merci aux Éditions Lafon et à la Team Livraddict pour m’avoir permis de découvrir Marie Caillet et son roman extraordinaire.

Maintenant j’ai hâte d’être au 24 novembre sur Livraddict pour lui poser toutes les questions que j’ai en tête !!! MERCI !!

Et un petit plus : ICI et d’autres avis : ICI

Incarceron de Catherine Fisher

L’histoire :

Incarceron est une Prison qui ne ressemble à aucune autre. Elle a été créée dans un but louable, elle devait être un exemple, un monde parfait et merveilleux… mais il en fut tout autrement… La noirceur des hommes est ressortie, les jalousies, des clans se sont formés et pour survivre il faut dépouiller ou tuer son voisin … La prison a évolué, elle pense par elle-même, elle se gère toute seule et elle décide de qui doit vivre ou pas.

Finn, le Prophète, n’est pas un prisonnier comme les autres, il sent qu’il vient de l’extérieur et il ne pense qu’à  une seule chose : s’évader.

Claudia est la fille du directeur d’Incarceron, elle est à l’extérieur, mais sa vie est réglementée. Dans son monde, ils doivent vivre selon le Protocole, le progrès est prohibé, tout matériel électroniques  et/ou informatiques, alors pour survivre ils vivent en cachant le progrès, tout n’est qu’apparence… mais Claudia étouffe…

Chacun de leur côté, Finn et Claudia trouvent un moyen de communiquer et l’espoir renaît de chaque côté  de la Prison …

Claudia va t-elle réussir à trouver la Porte d’Incarceron ? Et Finn avec ces visions réussira t-il à rejoindre Claudia et découvrir qui il est vraiment ??

Mon avis :

Un univers sombre et passionnant !!

En voulant bien faire, les savants, les intelligents ont voulu créer un monde parfait… mais il n’avaient pas prévu que la Prison prendrait du caractère et s’autogèrerait… Incarcéron est devenue un tyran qui décide de vie ou de mort…

Finn n’a plus de souvenir, mais il sent qu’il vient de l’extérieur… il fait des rêves étranges qui lui vaut le surnom : « le Prophète ». il fait partie d’une Unité : « Racaille », qui vit en spoliant les autres; Keiro son frère de sang et Attia une jeune esclave qu’il a sauvé, ainsi qu’un Sapient (le savant), le soutiennent dans sa quête.

Claudia, elle, tout en étant à l’extérieur d’Incarceron, est prisonnière du Protocole !

Le Protocole, c’est un mode de vie  où le progrès électronique et informatique est proscrit, tout ce progrès ne doit pas apparaître sous peine de condamnation …

A leur manière,  Finn et Claudia sont prisonniers, de façon très différente, avec des conditions de vie incomparable mais ils restent prisonniers quand même …

Une aventure sombre, où les intrigues de la cours royale et l’enfer sophistiqué de la Prison s’entrechoquent … Cet univers est passionnant, douloureux et palpitant !!

STONEHEART de Charlie Fletcher

Tome 3 : Langue d’Argent

Le Broyeur à Glace a profité du retour d’Edie et George pour passer dans notre monde, et lance son APPEL…

Les deux ados ne comprennent pas ce qui se passe, ils découvrent un monde gelé recouvert de neige. Il n’y a plus un seul humain dans la ville de Londres…

Des centaines de Tares courent vers l’Est de la Ville, elles répondent à l’APPEL;

La guerre devient inévitable entre les Tares (« le Mal ») et les Répliques (« le Bien »).  A cette guerre se mêle le fol espoir d’Edie de retrouver sa mère, et la peur de George de faire face à son destin !

Le Clan des Répliques, pour gagner, aura besoin d’Edie la Fulgurance et de George le créateur… mais ces deux ados arriveront-ils à rassembler assez de répliques pour anéantir le Broyeur et ses Tares ? Rassembler pour Vaincre !

L’énigme de la Sphinge les mène à la victoire mais sauront-ils la déchiffrer ?

Mon avis : Un dernier tome cataclysmique, le mal progresse et on ne voit pas comment les jeunes vont s’en sortir …

On retrouve cette dualité du Bien et du Mal, mais la limite n’est pas franchement claire. Les Répliques ne répondent pas à l’APPEL du Broyeur mais quelques une se font happer. Les Tares quant à elles ne résistent pas à l’APPEL, mais certaines d’entre elles se rangent du côté du créateur. Chacun doit choisir sa voie, son camp …

L’écriture de Charlie Fletcher est telle qu’on ne  peut pas lâcher l’histoire, son système de chapitres très courts rend la trame de l’histoire super dynamique; Le passage d’un personnage à l’autre, nous emprisonne dans une spirale infernale, attise notre curiosité, on ne peut que continuer à lire !!