MASQUES de Caroline Giraud

Titre : Masques

Auteure : Caroline Giraud

Editeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Aventure

Nombre de pages : 271

Sorti le 15/04/2017

Fiche Bibliomania

 

Résumé auteure :

« Pascal est un Érudit. Calculer, c’est là toute sa vie : la distance entre les planètes, l’heure exacte à laquelle il doit partir du bureau pour aller chercher son fils à l’école. Sophie est une Noble. Qu’elle ait pu souhaiter travailler, écrire ou faire du sport n’a aucune importance. Cela ne lui est pas nécessaire : le bras de son époux, le roi, suffit à remplir sa haute existence. Scarlett est une Bohémienne. Du lever du soleil à la tombée de la nuit, le son de sa guitare piste les passants. Les trottoirs la connaissent, assise sur le chemin de tous et de chacun. Elle est la fille de la meilleure, la plus belle, la plus chère des prostituées de Paris. Son destin résonne dans sa voix : elle ne sera jamais rien d’autre que la fille de la prostituée. 

Eric Shimmer. L’un des Hackers. Ils se tiennent silencieusement à l’extérieur de la ville, une arme à la main, car ils n’ont pas le droit d’entrer. Ils aiment la guerre et le sang , on les croit fous… mais peut-être attendent-ils bien plus de leur combat. Ils veulent la liberté. »

 

Mon avis :

Tout d’abord MERCIIII à l’auteure #Caroline Giraud de m’avoir proposé son roman si gentiment 🙂

L’histoire :

Pascal, l’Érudit est agacé de trouver sur son chemin tous les jours, Scarlett la bohémienne. Ce son de guitare affreux, cette voix discordante … mais paradoxalement, quand il ne la voit pas, il la cherche, il ressent un manque …

Le monde ne tourne plus très rond, les masques ont disparu…

Les Hackers cherchent à tout prix les masques qui tiennent la société en ordre. Ils veulent le désordre, ils veulent ces masques que le Sphinx a caché.

Le Sphinx a tout oublié de l’endroit où elle a caché les masques, mais elle a laissé des énigmes que seul un Érudit peu résoudre.

Pascal est le meilleur des Érudits, les Hackers le veulent, le cherchent et pour ça rien ne les arrête.

Sophie la Noble, Pascal l’Érudit et Scarlett la Bohémienne, des êtres qui n’auraient jamais dû se fréquenter, ni même se parler, vont être obligés de cohabiter, de travailler ensembles pour retrouver les masques et redonner du sens au monde. Ils vont devoir affronter les Hackers sans pitié, tortionnaires prêts à tout pour retrouver les masques avant notre drôle de groupe.

Les personnages :

Pascal est un Érudit quarantenaire, qui ne vit que pour les chiffres, l’argent et la connaissance. Il méprise presque tout le reste. Il est rebuté par les bohémiennes, pourtant Scarlett retient son attention et il ne comprend pas bien pourquoi… Tout d’abord tenté d’abandonner cette quête, il n’arrive pas à renoncer, c’est plus fort que lui.

Sophie est une Noble, sa vie n’est qu’une source d’ennui, de frivolité entre surveiller le dernier de ses fils, apaiser les humeurs belliqueuses du son premier fils et son époux couard, plongé dans l’immobilisme et l’ignorance. Mais elle se révélera être une très bonne médiatrice, et fera preuve d’une courageuse détermination quand il le faudra.

Scarlett, c’est une jeune femme tout feu tout flamme, appartenant à la caste des bohémienne. Au caractère bien trempé, très impatiente, et surtout dédaignant les Éliteux et les Noblard. Sa logique tout à elle, les sortira très souvent du pétrin.

Shimmer : c’est un Hacker épris de liberté. Ne supportant plus d’être mis au ban de la société mais désirant ardemment le pouvoir. Cette envie irrépressible de pouvoir va le conduire a une extrême sauvagerie, une barbarie. Adepte de coups et blessures, de torture et bien pire encore pour arriver à ses fins. il ne cessera de poursuivre le petit groupe de Pascal leur infligeant maintes souffrances mais sans jamais réussir à les séparer.

La plume, le scénario :

Avec « Masques », nous sommes dans un roman  mêlant créature mystérieuse, Royauté, hiérarchie de caste et téléphone portable !

J’ai commencé ce roman dès que je l’ai reçu et je ne l’ai plus lâché que pour aller dormir et travailler 😦 à ma grande impatience .

J’ai aimé ce blocage du monde sur des castes qui ne s’aiment pas, car différent les uns des autres et pour le coup engendrant méfiance, peur irrationnelle et bien d’autres clivages. Ce monde voué à ne pas évoluer, ou tout du moins favorisant certaines classes tout en acceptant aucun mélange, aucune fréquentation de quelque nature que ce soit… Bon évidemment, ça m’a fait penser à notre société qui a encore du mal à dépasser certaines mœurs, certaines idées moyenâgeuses. Et oui les habitudes ont la dent dure. L’auteure bien sûr a accentué ces traits de différences, cette animosité face à l’autre quoique parfois ce n’est pas si accentué…

Chaque chapitre est consacré au point de vue d’un personnage sur l’avancée de leur aventure. Ce qui rend le récit dynamique, rapide. Et surtout chaque personnage a son côté positif et son côté obscur. Les masques avaient cette faculté de cacher certaines vérités, en tout cas de les rendre invisible… d’empêcher le destin de se réaliser, d’anéantir toute tentative de rébellion en maintenant appuyer sur les traits de caractères obscurs.

Chacun des protagonistes veut retrouver les masques pour une raison. Le moyen d’y arriver est très discutable concernant les Hackers…

L’important dans ce récit c’est qu’il démontre qu’on ne peut pas faire grand chose tout seul. C’est toujours mieux de conjuguer les talents et d’avancer ensemble, dépasser les clivages, et apprendre à se connaître, à s’apprécier mais aussi à se comprendre. Il est parfois nécessaire de comprendre pourquoi les personnes agissent d’une façon qui nous déplaît, qu’est ce qui les à pousser à choisir tel camp et pas un autre ?

J’ai ressenti cette lecture de cette façon, un récit ou plutôt une ode à la fraternité, à l’entraide. Un récit pour aller vers l’autre si différent mais qui finalement nous ressemble un peu…

Bon il y a ce côté se concentrant sur les castes, mais aussi cette folle aventure au travers de Paris. Nos héros traversent un Paris qui n’est pas tout à fait le nôtre. Le Sphinx a laissé des énigmes pour retrouver les masques, et c’est au travers des solutions que l’auteure nous fait visiter son Paris. J’ai donc été chercher toutes ces références aux statues et au jardin des plantes, à la forêt de Fontainebleau et l’histoire du quartier du marais de Paris. Toutes ces petites recherches se sont révélées passionnantes !!! Merci beaucoup Caroline Giraud 🙂

Ce roman fut un réel plaisir de lire, partagée entre l’enthousiasme de Scarlett, la passion retenue de l’Érudit, la barbarie du Hacker et le merveilleux entretenu par le Sphinx 🙂

En Bref :

Un roman passionnant et instructif !! Oui oui j’ai découvert des choses sur Paris que je ne connaissais pas.

Avec ce récit, j’ai pu voyager jusqu’à Paris et vivre une aventure captivante !!

je-lis-des-auto-edites

Publicités

Caraval de Stephanie Garber

Titre : Caraval

Auteur : Stephanie Garber

Éditeur : Bayard

Genre : Jeunesse

Nombre de pages : 479

Sorti le 8 février 2017

Fiche Bibliomania

Discussion Livraddict

4ème de couverture :

« Attention, ne vous laissez pas trop prendre au jeu… »

Mon avis :

L’histoire :

Scarlett et Tella vivent sur une île avec un père despotique et violent. Scarlett doit bientôt se marier avec un inconnu que lui a choisi son père. Elle voit là une occasion de se défaire de l’emprise de son père. Depuis de nombreuses années, elle rêve de faire venir le grand spectacle de Caraval sur son île, mais dit-on il ne passe jamais deux fois au même endroit. Ces lettres restent mortes jusqu’au jour où elle annonce au grand maître son mariage. Et là contre toute attente, elle reçoit trois invitations à Caraval situé à 2 jours de son île. Scarlett et Tella n’ont pas le même point de vue mais elles vont finalement se retrouver au milieu du grand spectacle de Caraval !

Les personnages :

Scarlett : C’est l’aînée, elle a juré de toujours protéger sa soeur, quoi qu’il lui en coûte. elle pense que son futur mariage va les mettre à l’abri de son père despotique et donc même si elle doit sacrifier ses idéaux rien n’est plus important que leur sécurité. Elle doute beaucoup, son père s’est chargé de lui faire ressentir ce sentiment d’impuissance, de faiblesse mais sa soeur est beaucoup plus importante que tout ça.

Tella : c’est la cadette, elle est révoltée, espiègle, insouciante et ne pense qu’à une chose : libérer sa soeur du joug de son père et l’empêcher de se marier avec un homme qu’elle ne connaît pas. Elle fonce tête baissée, mais elle a une telle foi en sa grande soeur qu’elle sait que Scarlett sera toujours là pour elle.

Julian : c’est un marin qui a séduit Tella ou a été séduit d’ailleurs. C’est leur billet de sortie de leur île prison pour le grand spectacle de Caraval ! Il est mystérieux, énervant, égoïste et arriviste. Il ne fait les choses que si elles lui apportent un quelconque bénéfice. Il est un peu détestable quand même … Mais il permet à Scarlett, par la force, de se sauver de l’île paternelle.

Une multitude de personnages colorés, haut en couleur plein de charme et de maléfices vont graviter autour de Scarlett pour l’aider ou au contraire l’induire en erreur et l’amener à la folie… mais je ne ferais pas l’inventaire de ses personnages tous très intéressant mais gare aux spoilers !

La Plume, le Scénario :

Je me suis lancée au hasard dans ce livre, je l’ai vu certes partout dans les forums sans jamais m’attarder sur les avis, puis je l’ai pris à la médiathèque où je travaille.

On entre dans la vie de Scarlett par une correspondance épistolaire à sens unique… Scarlett envoie des missives au grand maître Légende de Caraval. Mais malheureusement, ses courriers restent lettres mortes… Jusqu’au jour où elle reçoit une invitation pour trois.

On entre dans la peau de Scarlett très facilement. On peut comprendre ses réticences, ses motivations… tout est très bien expliqué par l’auteure.

Scarlett entre dans Caraval comme on entre dans un monde magique, épineux et maléfique… car ses peurs sont tellement fortes qu’elles fanent le jeu, qu’elles le travestissent… mais une fois prise au dépourvu et n’ayant plus de choix possible, un monde merveilleux et dangereux s’ouvre à Scarlett !

Attention, l’auteur ne cesse de le répéter ce n’est qu’un jeu « rien ici n’est réel, tout n’est qu’illusion… », tout au long du récit plusieurs personnages ne cessent de répéter cette sorte de mantra à Scarlett. Le jeu est puissant mais il faut garder à l’esprit que cela reste un jeu.

Scarlett est un peu énervante quand elle ne voit pas le danger qui est devant son nez… elle est tellement préoccupée à retrouver sa soeur. Elle a peur, mais elle reste droite et se motive sans arrêt quand l’angoisse est trop forte et qu’elle risque de l’emmener elle se ressaisit en pensant à sauver sa soeur.

L’auteure décrit les émotions que ressent Scarlett avec beaucoup de magie. Le fait que Scarlett voit les émotions des autres en couleur, et ressent aussi les odeurs de ses émotions. Ces descriptions disséminées partout dans le récit offre une petite touche de magie romantique et dangereuse.

On ressent cette magie illusionniste, qui se fane à l’aube quand le jour semble naître. Caraval s’endort pour mieux renaître la nuit où presque tout est permis (petite parenthèse : cela m’a fait penser à film animé « Le voyage de Chihiro » de Hayao Miyasaki)

Tout le jeu repose sur des indices, sur une énigme à résoudre qui aboutit à un souhait 🙂 Qui n’a pas rêvé de participer à un tel jeu ?!? Certes l’enjeu est plus que motivant et fait peur mais c’est tellement excitant !!

C’est aussi l’occasion pour Scarlett d’être formée ou initiée. Sortir du cocon paternel pour découvrir qui elle est vraiment et surtout de quoi elle est capable.

  1. elle est séparée de sa soeur
  2. elle se retrouve, seule ou plutôt accompagnée d’un marin en qui elle n’a nullement confiance, qui va l’amener au bout d’elle même.
  3. elle va découvrir qui elle est vraiment et va grandir et pouvoir affirmer ce qu’elle gardait depuis si longtemps au fond d’elle même !

Ce récit jeunesse est d’une incroyable richesse, mais attention pour lire ce livre, il faut avoir gardé au moins un petit bout de son âme d’enfant !

En Bref :

Bon il me reste tout un tas de questions sans réponses … MAIS

J’ai été conquise et ce retournement de situation tout à la fin de l’histoire ! WOW !!! Je veux lire la suite !!!

Les Pierres Hurlantes T1 de Lucie Dyal

Les pierres hurlantes 1Titre : Les Pierres Hurlantes

Tome 1 : Les voleurs de destins

Auteure : Lucie Dyal

Éditeur : Auto-édité

Nombre de pages  : 508

Sorti le 7 novembre 2015

4ème de couverture :

« Dans le monde magique d’Hexavia, de banals rochers s’illuminent d’écarlate et hurlent aux oreilles des magiciens à proximité, sans que quiconque n’en comprenne la raison. Une centaine d’années plus tard, le royaume de Boicéande attend la naissance d’Aliandra, l’héritière présomptive. L’enfantement qui a pourtant été prédit sous la tutelle de la magie se déroule avec douze jours d’avance. Cette différence temporelle rend caduque la destinée qui lui avait été promise et empêche toute lecture de son nouveau destin. Mais dans son entourage, elle n’est pas la seule dont l’avenir annoncé ne se réalise pas. Nul ne se doute que ces épisodes inexplicables sont le prélude à de terribles événements. »

Mon avis :

Tout d’abord je remercie Livraddict pour m’avoir fait une nouvelle fois confiance et permis ce partenariat avec l’auteure Lucie Dyal.

Merci également à l’auteure pour sa charmante dédicace et le très beau marque-page.

L’histoire :

Le monde magique d’Hexavia est bouleversé par d’étranges phénomènes de mauvais augure … Des Pierres rouges hurlent aux oreilles des mages.

Des centaines d’années plus tard une jeune fée est promu marraine du futur héritier de Boicéande et doit par conséquent dater sa venue au monde et établir si c’est une fille ou un garçon. Miabella est certes jeune et pleine de doute mais elle s’acquittera de son travail, de sa mission à merveille. Malheureusement, la naissance arrive avec douze jours d’avance. A partir de cet instant, le destin de l’enfant est illisible et l’avenir qu’on avait annoncé aux époux royaux ne se produira pas… Que va t-il advenir de l’enfant ? Qu’arrive t-il à la magie d’Hexavia ? Un nuage sombre menace de recouvrir la paix fragile des États d’Hexavia.

Les personnages :

Miabella : C’est une jeune fée, promu au rang de fée-marraine. Elle doit apporter protection à sa future filleule, mais elle doit également lui attribuer des dons afin de lui permettre de briguer sa place sur le trône de Boicéande. Elle est intelligente et intuitive. Elle pressent le danger et le devance car elle sait que son rôle sera de courte durée.

Aliandra : l’héritière au destin voilé, au destin illisible. Cette jeune enfant est déterminée et persévérante… et supporte avec beaucoup de mal sa camériste humiliante et dénuée de sentiments… Elle est persuadée que son père ne lui dit pas tout au sujet de sa naissance, qu’il l’épargne car il la trouve trop jeune… mais elle n’en peut plus de ce carcan protecteur… Sa sûreté est en jeu et celle de son royaume en dépend également. Elle est jeune, plein de bonne volonté, mais elle sent … elle se sent limitée. Elle entre doucement dans l’adolescence et les questions sur sa naissance, sa marraine, son destin, ses aptitudes tournent en boucle dans sa tête…

Lisbeth : C’est la camériste d’Aliandra choisie par Célina sa Gràce la Reine. Elle est doucereuse, moqueuse, condescendante, humiliante, et pour le coup très très louche. C’est un personnage détestable…

Ferti : C’est un ménestrel sous couverture, enquêteur sur plusieurs faits magiques étranges pour le compte d’Argerave, la communauté de la Connaissance. Il a un don pour la désincarnation qui lui permet de voguer parmi les vivants sous forme éthérée… Ainsi il repère la magie cachée et espionne les vivants. Il est très doué et va découvrir un élément qui mettra en péril sa congrégation…

Il reste énormément de personnages dans ce roman qui ont une place déterminante chacun à sa manière.

La Plume, le Scénario :

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce roman. Pourtant l’histoire me paraissait très attrayante.

Premier bémol :

Je me suis heurtée de plein fouet à l’écriture de l’auteure, très phrasée, très ampoulée qui va certes avec l’époque de son récit et la vie du royaume… mais pour le coup ça m’a freiné, ça m’a empêché de me plonger dans l’histoire. A force de très belles phrases, très bien formulées… je me suis perdue et ses longues phrases ont fait obstacle à mon imagination.

Deuxième bémol :

Les unités de mesure … ultra présente dans tout le récit et pour moi imbuvable… je m’explique … J’ai de nouveau buté sur ces mesures qui m’empêchaient d’avancer dans le récit… car sans cesse je devais retourner au début du roman dans le glossaire afin de convertir les unités de mesures parsemées dans le récit pour comprendre  à combien de temps, d’heure, de jour, de cm, de poids faisait allusion l’auteure. J’ai trouvé ces unités de mesure trop compliquées et j’ai fini par abandonner la conversion au fil de ma lecture…

Troisième bémol :

Trop trop de descriptions longues … qui ne m’ont pas paru nécessaire à la poursuite du récit. Trop de détails sur les sentiments des personnages qui m’ont fait perdre le fil du récit par moment…

Bon j’ai quand même trouvé des côtés agréables à ce récit 🙂

1er +++ :

Le personnage d’Aliandra est attachante. C’est une personne, qui ne laissera pas les mauvais augures guider sa vie. Elle veut prendre en main son destin. Elle est volontaire, déterminée même si quelques fois je n’ai pas très bien compris pourquoi elle se laissait malmener … Elle est entourée de mystère, un épais voile. Mais on sent chez elle du potentiel, mais si parfois elle se laisse aller au pessimisme…

2ème +++ :

Cette enquête menée en parallèle de l’histoire sur le phénomène des Pierres Hurlantes. Avec Ferti le ménestrel et son compère Vex. Cette façon de se désincarner pour mener ses enquêtes était super intéressante à suivre.

3ème +++ :

On sent que l’auteure a beaucoup travaillé à la création totale d’un monde à part entière avec ses propres unités de mesures, ses traditions, ses énigmes et ses personnages complets.

En Bref :

Un style trop lourd pour moi, cette écriture a complètement entravé mon imagination.

Une histoire qui pourtant serait à mon avis très intéressante à suivre

Dommage je suis passée à côté….

je-lis-des-auto-edites

 

Les Carnets de Cerise de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Titre : Les Carnets de Cerise

couv72483582T1 : Le Zoo Pétrifié

« Il était une fois… Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois… ben moi, Cerise ! J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l’on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes…
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu’un de vraiment mystérieux… »

 

couv52998057T2 : Le Livre d’Hector

« Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent… Prenez Elisabeth… toutes les semaines, depuis vingt ans, cette vieille dame emprunte le même livre à la bibliothèque. Pourquoi ? Que contient-il de si important pour elle ? Quel secret cache-t-il qu’elle n’aurait toujours pas découvert ? Une nouvelle énigme pour Cerise, prête à tout pour la résoudre, quitte à détruire ce qu’elle a de plus cher. »

couv70172615T3 : Le dernier des cinq trésors

« Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commence à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux…

Cette fois, elle s’intéresse à Sandra… Son atelier de reliure regorge d’ouvrages anciens. Mais il en est un qu’elle n’a jamais réparé. Pourquoi ? Savait-elle seulement qu’il était là ? Et quels sont ces cinq trésors lies à la vie de la jeune femme ?

Cerise, Line et Erica vont suivre ensemble ce jeu de piste, cette enquête à tiroirs, pour tenter de rendre à Sandra ce qu’elle a perdu, il y a tant d’années… »

couv69403311T4 : La Déesse sans visage

« Cerise est une jeune fille qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement les adultes. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux… L’heure des vacances a sonné ! La visite d’un étrange manoir annonce une nouvelle enquête : chaque pièce est une énigme, chaque objet est un indice. Mais il est des secrets plus anciens qui ne demandent qu’à être dévoilés. Qui est cette déesse sans visage qui trône dans une pièce secrète ? Où se cache la partie manquante de ce tableau ? Mais surtout, qui tire vraiment les ficelles de ce nouveau mystère ? Si Cerise ne résolvait pas l’énigme à temps, les conséquences pourraient être terribles… »

Auteur : Joris Chamblain

Illustratrice : Aurélie Neyret

Editeur : Soleil

Collection : Métamorphose

Nombre de pages par tome : T1 76pages, T2 76pages, T3 86pages, T4 88pages

Dernière parution le 27/01/2016

Mon avis :

L’histoire :

Cerise est une jeune fille curieuse, avide de mystères, d’enquêtes, de problèmes à résoudre, elle a deux copines Line et Erica.

Au gré des tomes, on apprend à connaître Cerise et ce qui la pousse à aider les gens aux travers de ses diverses enquêtes.

Grâce à Madame Desjardin, elle apprend à observer les gens et à essayer de découvrir ce qu’ils cachent. D’ailleurs Cerise veut devenir romancière comme Mme Desjardin. Ensemble elles vont résoudre plusieurs enquêtes qui débouchent toujours sur le bonheur d’autrui mais bizarrement qui la mettent de plus en plus mal à l’aise et triste… Dans l’envie tellement forte de vouloir résoudre ses enquêtes, Cerise oublie que ses façons de faire peuvent heurter, blesser, déstabiliser son entourage. Elle en arrive à se disputer avec ses amies car elle leur en demande beaucoup sans jamais mesurer les conséquences de leurs actions… mais elle fait tout ça sans méchanceté, elle se laisse emporter par son envie folle de réussir à trouver le bout de son enquête.

Personnages :

Cerise a presque 12 ans au début des premiers tomes, elle a deux copines très proche et une maman un peu sévère. Mme Desjardin est la personne qui lui a donné le goût de sourire à nouveau, de s’ouvrir aux autres, d’observer tout ce qui l’entoure, c’est son amie spéciale 🙂 . Elle s’enflamme très vite pour un mystère et emporte tout sur son passage, tel un ouragan. Sa volonté, sa détermination est sans faille, elle veut résoudre ces mystères coûte que coûte et c’est bien là le souci, elle va l’apprendre à ses dépens… Mais cette jeune fille est un petit bout de bonheur à l’état brut, qui ne demande qu’à aider les gens à sourire, à devenir heureux… Mais pourquoi fait-elle tout ça ? Que cache t-elle au plus profond d’elle ?

Mme Desjardin est une vieille dame romancière qui incite Cerise à être toujours plus curieuse de tout, à s’interroger sur les personnes qui l’entoure, les passants dans la rue… et à débrider son imagination pour développer leur histoire. Mme Desjardin a aussi sa petite histoire, tout n’a pas toujours été rose dans sa vie…

Line et Erica se laissent entraîner dans les folies de Cerise jusqu’au jours où trop c’est trop… Erica est toujours ronchon, Line c’est la grande photographe 🙂 une chose est sûre, elles aiment par dessus tout Cerise 🙂

A fur et à mesure des tomes, on rencontre des personnages drôle, attachant, bouleversant… Michel le peintre du zoo, Elisabeth la vieille dame de la bibliothèque, Sandra la relieuse, Marvin du manoir du mystère …

La plume, le Scénario :

L’histoire de Cerise est très attachante, la manière dont elle mène ces enquêtes est passionnante. A chaque enquête elle redonne le sourire à quelqu’un, elle illumine sa vie, elle allège ses états d’âme… bref Cerise est un concentré de bonheur, mais on perçoit que parfois c’est au détriment de sa propre sérénité.

Les dessins sont d’une douceur, c’est apaisant, c’est agréable et surtout c’est parfaitement collé au récit :). Le trait de l’illustratrice nous plonge dans l’histoire de l’auteur.

Le dessin véhicule à la puissance 10 l’émotion  du récit 🙂 et tout ce rose, marron, rouge, c’est chaud, c’est doux et je le redis c’est très agréable pour les yeux et l’esprit 🙂

J’avais l’impression que plus les tomes passaient plus la pression augmentait sur le personnage de Cerise, on sent bien que plus ça vient plus ce que cache au fond d’elle même Cerise… commence à vouloir sortir. On perçoit qu’à chacune de ces enquêtes, Cerise est heureuse pour les gens qu’elle illumine, mais il y a une certaine tristesse qui traîne, sous-jacente et ça m’effleurait à chaque fois sans trop appuyer… et c’est cette petite touche d’émotion qui rend le récit vraiment bon, touchant, bouleversant parfois, attendrissant.

Un autre point positif, c’est ce côté enquête qu’il faut résoudre à tout prix qui amusant, prenant et très très intéressant. On s’amuse à suivre Cerise dans toutes ses démarches pour éclaircir chaque mystère 🙂

En Bref :

Ma petite préférence va aux deux derniers tomes mais les 4 tomes sont très bien !!

Une série de 4 tomes, vraiment bien écrite, agréable, amusante, drôle et touchante qu’on aimerait bien voir continuer 🙂

Une plume pleine d’émotion et un graphisme doux font de cette série une vrai petite perle 🙂

Merci Joris Chamblain

Merci Audrey Neyret