Rebelle du Désert d’Alwyn Hamilton

rebelle-du-desert-t1Titre : Rebelle du Désert T1

Auteure : Alwyn Hamilton

Traductrice :Hélène Zylberait

Éditeur : Pocket Jeunesse

Genre : Fantazy, Romance, Jeunesse

Nombre de pages : 284

Sorti le 1er septembre 2016

4ème de couverture :

« Le destin du désert repose entre ses mains.

Prisonnière d’une vie étouffante au coeur du désert, Amani n’aurait jamais imaginé galoper un jour sur un cheval fantastique, en compagnie d’un fugitif recherché pour trahison. Elle ne se serait jamais doutée non plus qu’elle en tomberait amoureuse… ni qu’elle l’aiderait à mener la résistance contre le sultan. »

Mon avis :

L’histoire :

Amani s’enfuit de chez son oncle pour participer à un tournoi de tir dont elle se sait capable de gagner à condition que personne ne découvre qu’elle est une femme. C’est là-bas qu’elle rencontre Jin, un excellent tireur d’ailleurs… Il est étranger à son monde et elle le remarque tout de suite…

De déconvenues en déconvenues, Amani est amené à fuir sa ville Dustwalk sur une monture fantastique et sauvée par le bel étranger.

Elle qui rêvait de rejoindre Izman, la ville où sa vie changerait d’après sa mère, la voilà embarquée dans un mouvement de destitution du sultan tyrannique !

Elle ne soupçonne pas encore de quoi elle est capable, mais bientôt ça s’imposera à elle-même comme une évidence…

Les personnages :

Amani : c’est une jeune femme rebelle, désobéissante et très douée avec des armes à feu. Elle est hébergée par son oncle qui aimerait bien l’épouser car une femme aussi délurée qu’elle, ne doit pas rester sans un mari pour la mater !! Elle a les yeux bleus, c’est ce handicap qui a dénoncé sa mère d’adultère et lui a valu la peine de mort … Mais Amani a un rêve, celui de quitter Dustwalk pour Izman. Pour ça elle doit gagner le tournoi de tir à Deadshot, un endroit mal famé… Elle est courageuse et volontaire, elle n’hésite pas à risquer sa vie pour se libérer de ces carcans archaïques…

Jin : Un très bel étranger venu tenter sa chance au tir à Deadshot… mais pas que… il semblerait qu’il soit poursuivi pour trahison. Il va tout faire pour s’évader de Dustwalk et du coup il va sauver la vie de la belle aux yeux bleus (Amani). Malgré ses réticences à l’aider à rejoindre Izman, il finit par céder mais le destin en a décidé autrement …

D’autre personnages secondaires vont servir de tremplin pour aider ou empêcher Amani à s’échapper de Dustwalk.

La Plume, Le scénario :

Le récit est à la première personne et ça nous plonge direct dans l’action. Amani est à Deadshot et on comprend bien qu’elle n’a pas le droit et qu’elle s’est enfouie de chez son oncle. Elle est obligée de cacher qu’elle est une femme car sinon elle n’est rien. La femme doit garder les yeux baissés et rester aux tâches ménagères qui lui incombe. Rhoooooo la la ça m’a hérissé le poil, cette condition rétrograde de la femme !!! Mais malgré cette non considération de la femme, Amani se rebelle et ne veut pas suivre la tradition c’est à dire épouser un homme qu’elle n’aime pas et surtout plus vieux qui ne fera qu’abuser d’elle sans scrupule…

Amani semble très douée au maniement des armes à feu, mais un contretemps l’empêche de gagner le premier prix… un fâcheux contretemps. Mais elle n’est plus seule, car le destin a décidé que Jin, le bel étranger, serai toujours sur son chemin… Même s’il est contre le fait de voyager jusqu’à Izman, même s’il essaie de l’en dissuader… Il finira par céder. Mais ils ne sont pas au bout de leur peine, et leur aventure va les conduire là où ils ne s’attendaient pas.

J’ai bien aimé cette introduction d’êtres fantastiques comme les bouraqs (vous saurez si vous lisez ce roman 😉 ), mais aussi de Djinn, des démons manipulateurs s’accouplant avec des humaines pour créer des demi-djinn (autre appellation dans l’histoire mais là encore vous devrez lire si vous voulez savoir 😉 )

Une écriture agréable et bien traduite. Dynamique dû à l’utilisation de la première personne par Amani l’héroïne. Des rebondissements qui ne laissent pas le lecteur se reposer sur ses lauriers. Des péripéties fantastiques pour les empêcher d’aller là où ils veulent. Bref j’ai vraiment passé un très bon moment 🙂

En Bref :

Une aventure dans le désert tout à fait dépaysante et passionnante !!!

Publicités

Le trésor de Cibola de Sergio Toppi

Titre : Le trésor de Cibola

Auteur et illustrateur : Sergio Toppi

Éditeur : Mosquito

48 pages

4ème de couverture :

« Cibola, la mythique cité de l’or existe-t-elle ? Nul géographe ne peut la situer, aucun conquistador n en est revenu, pas même le légendaire Cuchillo, compagnon de Cortès.
Mais toi, lecteur, grâce au concours de Toppi tu as cette chance inouïe, tu parviendras à Cibola ! Il te faudra bien sûr en payer le prix et boire à la plante qui fait perdre la mémoire, le suc rouge du nopatli qui colore de sang l’encrier du magicien Toppi. »

Mon avis :

Cette BD je l’ai repéré chez Mo’, du coup quand je l’ai trouvé à la Médiathèque, j’ai sauté sur l’occasion.

Ce que j’en retiendrais après plusieurs jours me séparant ce cette lecture, c’est cette impression de chaleur oppressante, cette soif insatiable et tout cet or insaisissable.

Cuchillo est devenu un pauvre « diable » et des inconnus lui offre la dernière mission de sa vie, mais pas n’importe laquelle : retrouver Cibola, la cité d’or !

Cette BD décrit la fin de vie de Cuchillo, désabusé, sombre presque insalubre mais libre… Il n’a plus d’argent, il souffre de la solitude, de la soif et de la faim. Il ne lui reste plus rien  qu’un vieux drap usé pour se cacher à peine du soleil. Pour sûr cet or changerait sa vie !

Les couleurs ocre, rouge, jaune, orange et marron prédominent, cela transmet chaleur et poussière… Le désert, les pierres, les rochers ont l’air de promettre tellement de choses bonnes ou mauvaises d’ailleurs. Ces paysages sont oppressants, mystérieux…

Cuchillo est-il de taille face à cette immensité poussiéreuse ?

Croit-il vraiment qu’il trouvera Cibola ? de toute façon a-t-il d’autre choix qu’y croire ?

Laissera t-on ces hommes arriver à leur but ?  Lisez ! Vous saurez  …

Ce qui m’a plu :

La sagesse d’un des indiens, son état d’esprit digne, honnête, intègre face à la menace que représente Cuchillo.

En bref :

Une BD assoiffante, poussiéreuse…

Des personnages prêts à tout pour trouver Cibola et son or !

Cette BD nous fait traverser le désert avec toute les sensations qu’on pourrait ressentir en pareille traversée … (non je n’ai jamais traverser le désert, j’imagine enfin j’essaie…).

35 / + 36 BD