Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

Titre : La deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Auteure : Raphaëlle Giordano

Éditeur : Eyrolles

Genre : Développement personnel, contemporain

Nombre de pages : 256

Sorti le 17 septembre 2015

Fiche Bibliomania

 

4ème de couverture :

 » – Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.

   – Une quoi ?

   – Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude…

   – Mais… Comment vous savez tout ça ?

   – Je suis routinologue.

   – Routino-quoi ?

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves… »

Mon avis :

L’histoire :

Camille approche les quarante ans, elle a un fils merveilleux, un mari presque parfait et un boulot. Mais elle se sent usée, fatiguée de se battre à longueur de temps. Son boulot lui apporte peu de réconfort avec des collègues railleurs, des dossiers inintéressant. Quand elle rentre le soir, son mari est devant la télé ou l’ordi, son fils enfermé dans sa chambre sur son téléphone ou sa tablette. Et elle rentre pour préparer le repas, se dispute au passage avec son fils qui préfère sa tablette à ses devoirs, et l’indifférence de son mari. Elle se sent invisible, triste, bonniche et sa vie ne lui plaît plus en tout cas pas comme ça.

A la suite d’une panne de voiture, elle rencontre Claude qui va changer sa vie. Elle se rend compte en discutant avec Claude que ses rêves sont très loin du chemin qu’elle a emprunté et grâce à lui elle va tenter de reconquérir sa vie et partir à la poursuite de ses rêves.

Les personnages :

Camille : C’est une jeune femme de 39 ans, qui s’habille pratique pour pouvoir courir toute la journée au boulot, chercher son fils à l’école, l’emmener à ses activités extra scolaires, faire à manger, s’occuper de sa maison… Bref c’est une femme dynamique mais qui s’est éloigné du bonheur petit à petit par habitude, par praticité, par usure, par déception, par fatigue… Mais elle ne désespère pas et quand Claude lui propose de reconquérir sa vie et son bonheur, elle n’hésite pas une seconde, après tout elle n’a rien à perdre, elle est déjà au bout du rouleau…

Claude c’est le sauveur de Camille, il a peut-être une soixantaine d’année, son visage serein le rend avenant. Il se dit « routinologue » et propose à Camille de l’aider à se rapproprier sa vie avec une thérapie un peu particulière mais qui a déjà fait ses preuves.

Le Plume, le Scénario :

Alors oui c’est un coup de coeur ! Chaque femme de quarante ans ou presque devrait avoir ce livre sur sa table de chevet !

Je pense que beaucoup de femme de presque quarante en est arrivé à la situation de Camille. On est presque toute passée par là, on vit la vie à cent à l’heure, on s’occupe des enfants, des maris, de son boulot… on court toute la journée pour le bien de sa petite famille et ce n’est pas une tare, c’est un choix et au début on est satisfaite de cette vie… sauf qu’au bout du compte on s’épuise et on ne le voit pas tout de suite. On habitue sa famille, à ce que superwoman s’occupe de tout, gère les problèmes, gère le compte bancaire, la plomberie, la garde des enfants, les problèmes de réseau … et tout ce petit monde s’appuie sur nous parce qu’on l’a autorisé et habitué à le faire. Mais non on n’a pas besoin d’aide, on y arrive toute seule… et avouer que ça devient dur c’est quasiment impossible. On se sent terriblement seule, soutien de famille et si on craque, on déséquilibre l’harmonie de la famille. Alors on s’enferme dans son cocon et la vie devient grise…

Mais alors ce livre est une vraie goulée d’air frais. L’aventure-Thérapie de Camille est étonnante et vivifiante. Elle est étonnante car sur le moment évidente mais il ne faut pas s’y tromper reprendre le chemin du bonheur ça demande des efforts, des gros efforts. Et Raphaëlle Giordano déploie tout un planning assez simple à mettre en place pour reconquérir sa vie, mais à quelques conditions qu’il faille vraiment le vouloir et surtout ne pas ménager ses efforts. Il faut avoir envie de sortir de cette grisaille.

Quelques exemples juste pour donner un avant-goût, de se que doit faire Camille:

  • 15 jours pour faire le ménage in/out : c’est à dire se débarrasser de tout ce qui paraît toxique/néfaste/sclérosant dans toutes ses relations et son organisation. Ensuite grand ménage, jeter au moins 10 objets inutiles, ranger, trier, améliorer.
  • Écrire sur une feuille A4 tout ce qu’elle ne veut plus être ou subir…
  • Faire la liste de ses qualités

Et plein de bonnes, très bonnes idées pour se retrouver et retrouver ses rêves.

Dans la lecture de ce roman/guide, un autre point important ressort et ce petit détail est délicieux. C’est le passage de la bienveillance. Camille est aidée et vous verrez par la suite ce que lui demande Claude, seule monnaie acceptable pour payer sa thérapie. Et je trouve cette idée juste géniale, une onde de choc qui pourrait atteindre des sommets. Un geste de bienveillance qui s’étalerait comme une onde que ferait un caillou dans l’eau. Du coup ça m’a rappelé le clip de Claudio Capéo avec sa chanson « Un Homme Debout », où le clip est semé de geste de bienveillance qui s’étire comme une onde de choc.

Ce livre m’a été conseillé par ma collègue de travail et je l’en remercie vivement ! MERCI !

En Bref :

C’était un vrai plaisir de suivre Camille, de s’identifier à elle 🙂

C’est un coup de coeur, il faut que ce livre soit lu par toutes ces femmes et même les hommes aussi qui se retrouvent à quarante ans, au bout du rouleau, usés et très très loin de leurs rêves.

Ce livre devrait être déclaré d’utilité public ! 🙂

Publicités

L’Arnacoeur de Pascal Chaumeil

L'arnacoeurTitre : L’Arnacoeur

Réalisateur : Pascal Chaumeil

Sortie le 17 mars 2010

Genre : Romance, Comédie

Durée : 1h45

Casting : Romain Duris (Alex), Vanessa Paradis (Juliette), Julie Ferrier (Mélanie), François Damien (Marc)

Synopsis :

« Votre fille sort avec un sale type ? Votre soeur s’est enlisée dans une relation passionnelle destructrice ? Aujourd’hui, il existe une solution radicale, elle s’appelle Alex. Son métier : briseur de couple professionnel. Sa méthode : la séduction. Sa mission : transformer n’importe quel petit ami en ex. Mais Alex a une éthique, il ne s’attaque qu’aux couples dont la femme est malheureuse.
Alors pourquoi accepter de briser un couple épanoui de riches trentenaires qui se marie dans une semaine ? »

Mon avis :

J’ai voulu regarder ce film par curiosité… car j’avais beaucoup aimé Romain Duris dans « Et après… » de Gilles Bourdos sorti en 2007.

Je n’étais pas forcément fan de Vanessa Paradis mais force est de reconnaitre qu’elle joue très bien… elle est toute en sensibilité.

L’histoire :

Alex est un briseur de « couple mal assorti » professionnel. Il ouvre les yeux des femmes malheureuse sans s’en rendre compte. Il ne brise jamais leur coeur, il ouvre le chemin vers une vie plus heureuse. Sa dernière mission semble plus ardue, d’une part les délais sont très court et d’autre part la  jeune femme qu’il doit séduire est coriace.

Les personnages :

Alex est un briseur de coeur. Il est charmant, serviable… Il sait tout faire et surtout il sait séduire, il sait … mais surtout il semble dépourvu de sentiment, il endosse un rôle.

Juliette est une belle jeune femme, intelligente… Elle a fait des études d’œnologie et s’apprête à se marier avec un jeune anglais charmant mais « lisse » et sans surprise…

Mélanie et Marc (la soeur et le beau-frère d’Alex) aident Alex  dans ses missions. Ils sont très efficaces, organisés et hilarant !

Le scénario :

Alex « L’arnacoeur » va se faire attraper à son propre jeu… Ce film est bourré de cliché mais c’est tellement bon pour moi la jeune femme romantique et surtout désabusée… J’aime croire toute ces choses, qu’un homme est assez fou pour apprendre à danser comme Patrick Swayze dans « Dirty Dancing ». Un mec me fait ça  … je meurs ! Quel romantisme, j’adore mais y aurait-il encore des hommes courageux dans ce bas monde ? « non, non ma grande, ressaisi toi ça n’existe que dans les films… », voilà ce que j’aurais dû me dire mais bon voilà…

Sinon il l’a séduit parce qu’il est payé pour le faire, mais il n’avait pas prévu que ce serait lui qui allait tomber sous le charme… mais comment va t-il lui expliquer que tout était vrai et qu’il s’en fout du fric ?! Je sais  c’est du déjà vu mais c’est tellement pas bien interprété, c’est drôle, c’est touchant bref pour moi c’est le cocktail gagnant !

En Bref :

Ah oui !! Je peux le dire c’est mon premier coup de coeur film de l’année 2013

Un bol plein de bonheur de Tsuru Moriyama

Titre : Un bol plein de bonheur

Auteur : Tsuru Moriyama

Traducteur : Tamako Kageyama

Editeur : Delcourt, paru le 13/01/2010

Collection : Ginkgo

200 pages

4ème de couverture :

« Un quartier populaire d’Osaka dans les années soixante.
Une mère de famille excédée par les frasques de son mari alcoolique décide de le quitter en emmenant avec elle son tout jeune fils. Seule, elle va se sacrifier afin de lui transmettre des valeurs de respect de soi et des autres, qui lui permettront de trouver sa place dans la société au prix de ses propres efforts. »

Mon avis :

Ce manga m’a été offert par Jérôme dans le cadre du Manga-Loto organisé par Mo’ la Fée.

Une très belle histoire, une femme quitte son mari joueur invétéré et alcoolique pour que son fils vive une vie meilleure, ou tout du moins pour qu’il grandisse avec de bonnes valeurs.

La vie d’une femme seule avec un enfant est trés dure au Japon mais Kazuko va se battre et elle ne va jamais baisser les bras !

Ce manga est un formidable hommage à ses femmes qui ose braver la vie seule pour apporter à leurs enfants de vraies valeurs, des valeurs nobles !! Des mères courages !!

Hiroshi va comprendre en grandissant que sa maman s’est battue toute sa vie pour lui, pour qu’il ai une vie meilleure, pour qu’il aille à l’école, au collège, au lycée puis enfin à l’école de police !! Entre la mère et le fils, j’ai senti quelque chose de fort, de plus fort encore que l’amour plus fort peut-être pas mais complémentaire en tout cas : le respect et la fierté, ces deux sentiments les unissent à tout jamais et ils ont transformé leur vie, pas toujours facile, en bonheur absolu !

Kazuko ne voulait surtout pas qu’Hiroshi prenne modèle sur son père… et toute sa vie elle l’a menée pour qu’Hiroshi ait un coeur courageux et humble !!

Les années passent et Hiroshi prend soudain conscience de l’ampleur du combat de sa mère face à la société, face à sa décision pour qu’à aucun moment son fils ne subisse les conséquences d’une telle décision et d’une telle combativité… A son tour Hiroshi essaiera de transmettre ce coeur courageux et humble à son fils,à ses collègues… Kazuko peut partir paisiblement, sa vie de dur labeur n’était pas vaine, elle a réussit sa mission et le plus important elle a réussit à se hisser elle et son fils vers le bonheur tout simplement !

Ce qui m’a plu :

Et force mon respect, c’est ce courage, cette course vers le bonheur mais pas à tout prix… ce bonheur au mérite que Kazuko s’efforce au prix de durs labeurs d’offrir à son fils, pour qu’il devienne un homme bon et courageux.

Merci Jérôme pour cette belle découverte, ce manga est fort !!

C’est un formidable hommage à toutes les mamans qui coûte que coûte protège leurs enfants du malheur !!

20 BD / + 36 BD