Lune Pourpre, Tome 1 : Initiée de Laëtitia Danae

Titre : Lune Pourpre

Tome 1 : Initiée

Auteure : Laëtitia Danae

Éditeur : Éditions SNAG

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 508

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ». Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, mangé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. »

Mon avis :

L’histoire :

Lilith, 10 ans, vit avec son père dans un petit village très rural. Elle l’aide aux champs et à la maison. Elle possède une habilité qu’elle doit à tout prix cacher pour préserver sa vie.

Au pied du mur, son père Léon se décide à confier Lilith à une autre communauté qui saura la préserver de la folie du Roi. Ils lui apprendront à contrôler ses pouvoirs et à s’en servir à bon escient mais surtout ils vont lui apprendre à survivre, à se défendre.

Désemparée à l’idée de quitter son foyer, mais curieuse de l’aventure et des dangers qui l’attendent, Lilith part un peu la mort dans l’âme avec Sando.

Lilith est encore loin d’imaginer, de comprendre ce qu’elle représente pour la communauté qui l’a prend en charge. Cette soudaine attention lui fait peur, la perturbe … mais ça lui permet de se soustraire à une mort certaine si le Souverain apprend son existence.

Les personnages :

Lilith : C’est une petite fille solitaire, la compagnie des autres enfants l’indiffère et l’incommode. Elle ne recherche pas de lien au grand dam de son père. Sa particularité secrète l’a met à l’écart, c’est si dur de ne pas utiliser ce pouvoir. Malgré cela, elle éprouve le besoin d’aider, de réparer mais elle ne souhaite pas de compagnie autre que celle de son père.

Léon : Il élève Lilith seul, sa femme est morte en lui laissant un merveilleux cadeau. C’est un paysan qui ne se laisse pas faire, notamment par le prêtre de son village qui essaie de lui imposer sa religion et ses superstitions ridicules. Mais il sent le danger, la solitude et l’habileté de Lilith va se savoir et la mettre en danger; il va alors prendre la lourde décision de confier sa fille à une communauté pour lui sauver la vie.

Je ne peux évidemment pas vous parler des autres personnages sans dévoiler un peu plus les aventures de Lilith… Donc comme d’habitude j’en reste là…

La Plume, le Scénario :

Le style de l’auteur est particulier, prenant et m’a fait visualiser clairement le mode de vie de Lilith ainsi que tous les paysages qu’elle croise.

L’auteur a créé un univers bien à elle avec quand même des repères, des rappels qui font appel à notre imaginaire collectif. Lilith va rencontrer beaucoup de personnes venant d’horizon différent, de peuplade anéantie ou sous le joug du Roi Donavan.

Lilith avec d’autres compagnons va subir un entraînement hors pair pour apprendre à maîtriser son habileté, pour apprendre à se défendre, à résister. Elle devra endurcir son corps et son coeur, car malheureusement son coeur va être mis à rude épreuve, l’auteure ne lui épargne rien !

Suivre Lilith dans son cheminement, dans son évolution fut un réel plaisir. La surprendre en plein doute comme un spectateur qui en sait plus qu’un simple spectateur en rajoute à notre trouble. Lilith est perdue et nous on rage car on ne voit pas le bout du tunnel… c’est frustrant… vous l’aurez vite compris, une fois qu’on est pris dans l’aventure de Lilith on tremble pour elle, on respire de joie (oui oui ça se fait ça …) Bref les mots de l’auteure sont addictifs.

Bien sûr Lilith se retrouve dans une guerre qu’elle n’a pas voulu, qu’elle n’a pas choisi mais elle ne peut pas se défiler, trop de gens compte sur elle; Elle n’est pas seule, elle va lutter avec ses compagnons d’infortune contre ce Roi Donavan qui veut exterminer toutes créatures avec des pouvoirs.

Cette lutte est sans merci et pour avoir une chance d’être victorieuse, elle doit subir un entraînement douloureux et intense, elle doit être initiée.

La solitaire Lilith va devoir s’associer voir plus et comprendre que les amis c’est bien aussi, ça fait du bien; c’est envahissant mais à plusieurs on va plus loin. Et les chances de détruire le Roi sont plus nombreuses…

Un dernier petit mot pour la superbe couverture !!!

En Bref :

Voilà un bon pavé de 508 pages avalé quasi d’une traite, aucune longueur, aucun ennui quelconque; juste une irrépressible envie de continuer et continuer à lire tout en sentant la frustration arriver avec les dernières pages !

Un univers fantastique mêlé d’une certaine réalité s’approchant de la notre, en tout cas peut-être de notre Moyen-Âge.

Publicités

Rebelle du Désert d’Alwyn Hamilton

rebelle-du-desert-t1Titre : Rebelle du Désert T1

Auteure : Alwyn Hamilton

Traductrice :Hélène Zylberait

Éditeur : Pocket Jeunesse

Genre : Fantazy, Romance, Jeunesse

Nombre de pages : 284

Sorti le 1er septembre 2016

4ème de couverture :

« Le destin du désert repose entre ses mains.

Prisonnière d’une vie étouffante au coeur du désert, Amani n’aurait jamais imaginé galoper un jour sur un cheval fantastique, en compagnie d’un fugitif recherché pour trahison. Elle ne se serait jamais doutée non plus qu’elle en tomberait amoureuse… ni qu’elle l’aiderait à mener la résistance contre le sultan. »

Mon avis :

L’histoire :

Amani s’enfuit de chez son oncle pour participer à un tournoi de tir dont elle se sait capable de gagner à condition que personne ne découvre qu’elle est une femme. C’est là-bas qu’elle rencontre Jin, un excellent tireur d’ailleurs… Il est étranger à son monde et elle le remarque tout de suite…

De déconvenues en déconvenues, Amani est amené à fuir sa ville Dustwalk sur une monture fantastique et sauvée par le bel étranger.

Elle qui rêvait de rejoindre Izman, la ville où sa vie changerait d’après sa mère, la voilà embarquée dans un mouvement de destitution du sultan tyrannique !

Elle ne soupçonne pas encore de quoi elle est capable, mais bientôt ça s’imposera à elle-même comme une évidence…

Les personnages :

Amani : c’est une jeune femme rebelle, désobéissante et très douée avec des armes à feu. Elle est hébergée par son oncle qui aimerait bien l’épouser car une femme aussi délurée qu’elle, ne doit pas rester sans un mari pour la mater !! Elle a les yeux bleus, c’est ce handicap qui a dénoncé sa mère d’adultère et lui a valu la peine de mort … Mais Amani a un rêve, celui de quitter Dustwalk pour Izman. Pour ça elle doit gagner le tournoi de tir à Deadshot, un endroit mal famé… Elle est courageuse et volontaire, elle n’hésite pas à risquer sa vie pour se libérer de ces carcans archaïques…

Jin : Un très bel étranger venu tenter sa chance au tir à Deadshot… mais pas que… il semblerait qu’il soit poursuivi pour trahison. Il va tout faire pour s’évader de Dustwalk et du coup il va sauver la vie de la belle aux yeux bleus (Amani). Malgré ses réticences à l’aider à rejoindre Izman, il finit par céder mais le destin en a décidé autrement …

D’autre personnages secondaires vont servir de tremplin pour aider ou empêcher Amani à s’échapper de Dustwalk.

La Plume, Le scénario :

Le récit est à la première personne et ça nous plonge direct dans l’action. Amani est à Deadshot et on comprend bien qu’elle n’a pas le droit et qu’elle s’est enfouie de chez son oncle. Elle est obligée de cacher qu’elle est une femme car sinon elle n’est rien. La femme doit garder les yeux baissés et rester aux tâches ménagères qui lui incombe. Rhoooooo la la ça m’a hérissé le poil, cette condition rétrograde de la femme !!! Mais malgré cette non considération de la femme, Amani se rebelle et ne veut pas suivre la tradition c’est à dire épouser un homme qu’elle n’aime pas et surtout plus vieux qui ne fera qu’abuser d’elle sans scrupule…

Amani semble très douée au maniement des armes à feu, mais un contretemps l’empêche de gagner le premier prix… un fâcheux contretemps. Mais elle n’est plus seule, car le destin a décidé que Jin, le bel étranger, serai toujours sur son chemin… Même s’il est contre le fait de voyager jusqu’à Izman, même s’il essaie de l’en dissuader… Il finira par céder. Mais ils ne sont pas au bout de leur peine, et leur aventure va les conduire là où ils ne s’attendaient pas.

J’ai bien aimé cette introduction d’êtres fantastiques comme les bouraqs (vous saurez si vous lisez ce roman 😉 ), mais aussi de Djinn, des démons manipulateurs s’accouplant avec des humaines pour créer des demi-djinn (autre appellation dans l’histoire mais là encore vous devrez lire si vous voulez savoir 😉 )

Une écriture agréable et bien traduite. Dynamique dû à l’utilisation de la première personne par Amani l’héroïne. Des rebondissements qui ne laissent pas le lecteur se reposer sur ses lauriers. Des péripéties fantastiques pour les empêcher d’aller là où ils veulent. Bref j’ai vraiment passé un très bon moment 🙂

En Bref :

Une aventure dans le désert tout à fait dépaysante et passionnante !!!