Overlord, tome 1 : Le Roi Mort-Vivant de Kugane Maruyama

Titre : Overlord

Tome 1 : Le Roi Mort-Vivant

Auteur : Kugane Maruyama

Illustrateur : So-Bin

Éditeur : Edition Ofelbe (Big Light Novel)

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 544

Fiche Bibliomania

4ème de Couverture :

« Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puissante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas déconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde. »

Mon avis :

Je ne pense pas que ce roman soit jeunesse, il y a certains détails assez violents ou explicitement sexuels qui méritent de ne pas être classé en Jeunesse.

Je remercie Livraddict, les éditions Ofelbe et bien sûr l’auteur Kugane Maruyama; Ce fut une découverte instructive  🙂

L’histoire :

Un banal citoyen, employé standard se retrouve propulsé dans le jeu Yggdrasil où il incarne un puissant maître maléfique Momonga, seigneur respecté de la guilde Ainz Ooal Gown. En attendant la fin définitive du jeu, l’arrêt des serveurs, Momonga s’aperçoit qu’il est dans un monde inconnu sous la forme de son avatar de jeu et possède aussi ses redoutables pouvoirs.

Il déplore sa solitude, il aurait aimé que ses camarades de jeu viennent le soutenir pour la fin.

Pour survivre, il va devoir partir à l’exploration de ce monde inconnu pour pouvoir mieux l’annexer à son territoire, le Grand Tombeau de Nazarick.

Les personnages :

Momonga est un joueur de DMMO-RPG notamment du célèbre Yggdrasil, où il incarne le terrible Overlord, Momonga, le seigneur Mort-Vivant du Grand Tombeau de Nazarick. Mais il a atterri dans un monde inconnu et pour survivre il devra en apprendre un peu plus sur ce monde surprenant et le conquérir.

La Plume, le Scénario :

Je ne suis pas une habituée des JDR et encore moins des MMO-RPG et par conséquent beaucoup de chose m’ont carrément passé à côté faute de compréhension (niveau 100, 30…) tous ces détails techniques de pouvoir, de magie… bref tout ça c’est révélé obscur.

Et enfin la majorité du roman est centrée sur le personnage de Momonga, le seigneur maléfique qui voit sa nature de Mort- Vivant devenir une réalité et en sa capacité à l’accepter. Malgré tout l’humain sous la surface de l’Overlord tente des gestes héroïques et lumineux en total décalage avec la noirceur du Tombeau de Nazarick.

Bon tout n’était pas aussi opaque , c’était avant tout instructif 🙂 mais je pense que le manga est beaucoup plus parlant, beaucoup plus sympa !

Ce tome un s’articule en deux grandes parties :

  • 1ère partie Le Roi Mort Vivant qui est une présentation de Momonga et de son fief Le Grand Tombeau de Nazarick avec tous ses niveaux et ses différents gardiens très puissant et surtout tous dévoué au grand seigneur Mort-Vivant.
  • 2ème partie Le Guerrier Noir présent le monde inconnu dans lequel Momonga a atterri et présente d’autres personnages, secondaires et surtout humains qui l’accompagnent dans sa quête d’information dans le but d’annexer ce monde au Grand Tombeau de Nazarick.

A la limite j’ai préféré la deuxième partie car peut-être un peu moins technique et développant une histoire parallèle à Momonga.

En Bref :

Ce fut d’abord une lecture instructive avant d’être une lecture plaisir.

Encore merci à Livraddict pour cette confiance renouvelée, et merci pour cette découverte aux éditions Ofelbe et l’auteur Kugane Maruyama

Je n’ai pas vraiment accroché car je suis totalement inculte dans ce genre de Jeu.

Publicités

L’étrange Bibliothèque de Haruki Murakami

Titre : L’étrange bibliothèque

Auteur : Haruki Murakami

Traducteur : Hélène Moria

Illustrateur : Kat Menschlik

Éditeur : Belfond

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 62

Sorti le 4 novembre 2015

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Je m’assis sur le lit, m’enfouis le visage dans les mains. Pourquoi devais-je subir une telle épreuve ? Alors que j’étais simplement venu à la bibliothèque emprunter des livres !

 » Dites-moi, M. l’homme-mouton, fis-je. Pour quelle raison le vieil homme veut-il m’aspirer le cerveau ?

– Eh bien, lorsque le cerveau est bourré de savoir, il est particulièrement délicieux. Nutritif et consistant. Bien crémeux, riche en pulpe. «  »

Mon avis :

L’histoire :

Un jeune garçon se rend à la bibliothèque pour rendre les livres qu’il a emprunté. Il aimerait en consulter d’autres et la responsable l’envoi vers un endroit étrange, une sorte de salle d’archiviste au sous-sol. La personne qu’il rencontre ensuite n’est pas agréable, elle respire la fourberie, et tient avec beaucoup de persuasion à apporter des livres qui traitent de sujets pointus à ce jeune garçon.

Mais il y a une condition, le jeune enfant doit les lire sur place et dans un endroit encore plus sombre et humide que le sous-sol.. dans un endroit très très profond  de la bibliothèque.

Malgré son inquiétude, le jeune le suit, surtout par politesse mais il ressent déjà de la peur. Il n’aurait sûrement pas dû suivre ce vieil homme étrange…

Les personnages :

Le jeune garçon : De part son éducation, il est très respectueux des règles établies et surtout du règlement de la bibliothèque.  On sent également qu’il mourrait d’envie de sortir de la bibliothèque en prenant ces jambes à son cou, mais par politesse, il accepte la proposition du vieil archiviste.

Le vieil homme : C’est une personne étrange, qui détecte les gros lecteurs, ceux avide de connaissances pour les prendre et les gaver un peu plus encore de connaissance… et les retenir dans un but inavouable… Il est de suite très antipathique et assez repoussant, il sent le mensonge à plein nez.

Quelques autres personnages importants pour le déroulement du récit font leur apparition mais je ne souhaite pas les citer pour éviter de spolier.

La Plume et le Scénario :

C’est une étrange histoire, sombre et inquiétante.

L’utilisation du « JE » par l’auteur, nous plonge dans cette histoire directement. On sent venir l’irréversible, on voudrait reculer, on est ce jeune garçon et l’auteur a ce pouvoir de nous mettre dans la peau de son personnage.

Certes, on peut se dire, rhooo ! il est niais celui-là, il a senti tout de suite que le vieux était louche, bizarre mais par politesse déplacée, il saute à pied joint dans la gueule du loup. Et encore avec ça, au lieu de penser à sa vie, il pense à sa mère qui va le rouspéter car il a perdu ses chaussures.

L’ambiance est noire comme dans les couloirs des archives, comme dans une cave humide ou les oubliettes d’un château. Plus on avance dans le récit plus c’est oppressant. On en vient à abandonner, oui nous lecteurs, on croit savoir que tout est finit… l’auteur à ce pouvoir là !

Mais l’auteur n’en a pas terminé avec son personnage et son lecteur, il nous torture encore et encore !

En Bref :

Je n’ai pas particulièrement apprécié cette histoire, cette lecture; je ne l’ai pas détesté non plus. L’auteur est très doué pour prendre au piège le lecteur. Mais il reste une étrange sensation après la lecture de ce récit malgré ces quelques 60 pages magnifiquement illustré, complètement dans le ton de l’auteur, irréaliste, sombre et inquiétant. On a vraiment l’impression d’avoir été trempé dans l’histoire noire de cette bibliothèque et d’être tâché…

Les survivants d’Aglot de Delphine Biaussat

les-survivant-daglotTitre : Les survivants d’Aglot

Auteure : Delphine Biaussat

Édition : Auto-édité

Format : ePub

Type, forme : Novella

Nombre de pages : 60 (584 Ko)

Genre : Fantastique

Sorti le 29/08/2016

Résumé de l’auteure :

« C’est la catastrophe à Aglot : les morts se relèvent ! Ils détruisent tout sur leur passage. Anthony, nouveau gardien à la prison de la ville, et Émilie, l’une des détenues, vont coopérer pour survivre. Entre tensions et révélations, ils vont tenter de percer le mystère de cette invasion. Réussiront-ils à sauver les citoyens, et envisager un avenir heureux ? »

Mon avis :

Tout d’abord merci à l’auteure Delphine Biaussat pour m’avoir fait découvrir sa Novella ! 🙂

L’histoire :

L’histoire démarre dans une prison, décrite par Émilie une détenue. Son univers n’est pas très heureux et ses conditions de vie très moyenne… De l’autre côté des barreaux, Anthony nous raconte son parcourt et ses conditions de travail. Et soudain leur monde bascule dans l’enfer. Ils vont devoir lutter ensemble, se serrer les coudes pour survivre et comprendre ce qui a pu se passer… Ils vont vite saisir que le problème s’étend au-delà de la prison.

Les personnages :

Émilie est détenue malgré sa version des faits. Absolument pas destinée à faire de la prison, cette jeune femme a commis un acte que personne n’a compris. Toutes les preuves la désignent comme complice. D’abord très douce, trop fragile, elle va endurer les conditions de vie à la prison et surtout les assauts d’une détenue qui semble tout particulièrement la détester…  Les jours passent et Émilie s’endurcit pour survivre et supporter l’enfermement.

Anthony est devenu gardien de prison après avoir pris conscience qu’il fallait faire quelque chose de sa vie pour être respecté des siens et surtout pour s’épanouir. Il est le petit dernier recruté et forcément on l’appelle « le bleu »… Mais quand l’inévitable survient, il fait preuve d’un grand sang froid , d’une détermination et d’un courage à toute épreuve pour protéger les personnes qui sont avec lui… en particulier Émilie, la détenue, qui l’agace.

La plume, le scénario :

Bon autant l’avouer tout de suite je l’ai reçu jeudi 29 septembre et le soir même je me suis plongée dedans 🙂 et je n’ai pas pu lâcher une seule ligne avant la fin.

L’écriture de l’auteur est moderne, plutôt de style courant, quelques tournures de phrases un peu maladroites mais ça n’a en rien gâché ma lecture, du tout. Pas d’emphase, tout est direct et c’est très bien  !! L’alternance de point de vue entre Émilie et Anthony rend le récit léger et dynamique.

J’ai lu cette Nouvelle d’une traite. L’auteure nous plonge direct dans l’univers carcéral, gris, froid, triste et violent avec Émilie. Plus tard on comprendra pourquoi Émilie est en prison, lorsqu’elle racontera à Anthony sa mésaventure… On commence la Nouvelle dans la réalité de la prison et soudain l’improbable arrive et plongent les personnages principaux dans l’horreur. Ils font face à l’impensable, et ensemble ils devront s’entraider, se faire confiance pour survivre et comprendre ce qui leur arrive et résoudre le problème.

L’action est rapide. Les personnages trouvent la solution rapidement mais on est dans une Nouvelle donc c’est tout à fait normal et ça ne dérange pas du tout. La nouvelle est courte et les personnages ont peu de temps pour sauver leur peau et leur ville !

Ce petit brin de fantastique horrible mêlé à la sorcellerie m’a vraiment plu.

En Bref :

Encore MERCI Delphine Biaussat pour ce captivant moment de lecture !! Quand la réalité chavire dans l’horreur, pas le choix pour survivre il faut se faire confiance et se serrer les coudes, une bonne dose de courage est aussi nécessaire ! Et vous lecteur, aurez-vous le courage de lire cette Novella ! 😀 En tout cas laissez-vous tenter par votre curiosité 😛 !! Vous ne serez pas déçu !

je-lis-des-auto-edites