L’IndéPanda n°9

 

Titre : L’IndéPanda

Auteure : Collectif

Éditeur : Autoédité

Genre : Magasine

Format : epub

Nombre de pages : 97

Sorti le 1er octobre 2019

 

Résumé

Trois ans ! Pour ce numéro anniversaire, le comité de lecture de L’Indé Panda vous a concocté un magazine aux plumes savoureuses…
Fanny Crubellier, avec beaucoup de délicatesse, vous parlera de résilience. Puis, grâce à Suzanne Marty, vous basculerez dans un futur pas si lointain, où les sentiments ne tiennent qu’à un chiffre. De frissons en actes courageux et féministes, de messages poignants en romances hors-normes, les spectres de la vie et de la mort vous guettent au fil des pages… Bienvenue dans ce neuvième numéro de L’Indé Panda !

***

Au sommaire :
Fanny Crubellier – Résilience
Suzanne Marty – Bon numéro
Benoît Barker – Shutdown
Adriana Kritter – Permis de sauver
Céline Saint-Charle – Les cages
Noémie Delpra – Il était cinq heures
Jo Frehel – Par amour
Florence Dalbes Gleyzes – Comme un crabe
Mélanie De Coster – Qui allez-vous appeler ?
Jean-Marc Bassetti – Ma première gare mondiale
Bertrand Peillard – Petite résurrection en forme de sourire banane

 

Mon avis

Merci au collectif de l’IndéPanda de m’avoir fait découvrir ce magasine !

 

 

La Plume, le Scénario

Je vais passer en revue chaque nouvelle, afin de décrire ce qui a retenu mon attention sur chacune d’elle.

Mais avant, j’aimerai donner mon avis sur le recueil en général. Les nouvelles se suivent et ne se ressemblent pas, chacune à un genre particulier et c’est très appréciable car on saute du coq à l’âne à grande vitesse. La nouvelle étant un format court, l’histoire et les personnages sont très condensé et en fait sur plusieurs d’entre elles c’est plutôt l’ambiance qui m’a séduit (un petit clin d’œil à mon compagnon qui m’a aidé à mettre des mots sur la provenance de ce fameux ressenti). Malgré tout certains personnages sont très développés et la nouvelle dont ils dépendent est extrêmement centrée sur leur histoire plus que sur l’ambiance. J’en viens à dire que ce magasine est un mélange des genres, des ambiances, et des manières d’écrire.  J’ai apprécié à chaque fin de nouvelle, le petit mot de l’auteur, à chacun sa manière de se présenter;

les Nouvelles

1) « Résilience » de Fanny Crubellier

Au détour d’une rencontre, entre discussions intéressantes, jeux de séduction, l’impensable, le souvenir douloureux remonte et fait échos entre ces deux protagonistes. Une histoire courte, peut-être trop courte pour véhiculer une émotion ou compréhension de cette résilience. Quand l’un peine à oublier ou essaye d’avancer, l’autre semble avoir réussit cette étape et s’en étonne. Un face à face tantôt tendu, tantôt agréable mais il est peut-être trop tôt…

Je n’ai pas réussit à accrocher à ces personnages, et j’ai trouvé la fin de la nouvelle trop précipitée et presque trop facile.

2) « Bon Numéro » de Suzanne Marty

Alors je connais déjà un peu l’auteure pour avoir lu « Amour, les 10 commandements » (un recueil très agréable); Dans cette nouvelle, je n’ai par retrouvé cet humour, cette amertume et la tristesse qui caractérisaient le recueil que j’ai déjà lu; Bien au contraire, cette nouvelle était très agréable également mais d’une autre manière, avec ces deux protagonistes qui portent les couleurs de l’espoir et de la vie.

L’introduction de la magie de façon un peu innocente éclaire le récit et rend l’histoire douce et agréable comme un bonbon 😉 et surtout porte l’espoir bien haut !

3) « Shutdown » de Benoît Barker

Avec cette nouvelle, on reste suspendu à l’histoire; le thriller est efficace et véritablement surprenant; Le lecteur est envoyé sur une piste plausible mais l’auteur cache bien son jeu !

ça fait peur, on est tendu quand on lit, et ces quelques pages suffisent à augmenter la pression et la peur de façon efficace !

4) « Permis de Sauver » d’Adriana Kritter

Ce récit nous plonge dans une période de l’Histoire où la femme n’était pas libre, et pire ne pouvait pas passer son permis, c’était impensable. La protagoniste se heurte à un homme particulièrement rétrograde, et bourré de préjugés. Mais avec beaucoup d’humour et une répartie agréable, elle va tenter de clouer cet homme de Cromagnon. La fin de cette nouvelle est étonnante, touchante et pleine d’espoir et de positivité !

L’auteure nous parle d’Histoire, de féminisme, c’est touchant plein d’humour mais aussi très instructif.

5) « Les cages » de Céline Saint-Charles

Vous ne comprendrez qu’à la dernière page… C’est osé et astucieux et en même temps je ne peux m’empêcher de penser que peut-être il faudrait des mesures aussi radicales pour réduire les statistiques.

Le suspens est là, on essaye de comprendre, on arrive aux mêmes conclusions que le personnage principal ensuite tout s’éclaire à la toute fin ! et WOW !

6) « Il était cinq heures » de Noémie Delpra

Cette histoire est triste et injuste mais malheureusement trop commune et ultra réaliste ! et ce n’est pas un défaut c’est un cri, une dénonciation car il faut agir.

L’auteur parle de cyberharcèlement, du mal que cela peut faire à la victime, sans que les auteurs ne ressentent rien à part le plaisir d’une vengeance ou d’une mauvaise blague… bref cette façon de faire qui s’est répandue ces dernières années est odieuse, monstrueuse et tue ! Alors STOP !

7) « Par amour » de Jo Frehel

En quelques mots, une histoire triste d’un homme simple qui aimait le travail à la scierie et l’infirmière de son voisin. Alors oui, ce Thimothée est touchant, car il est face à lui même, à la solitude. Et ses actes sont désarmant de simplicité et tellement difficile à accepter ce que lui ne voit que comme la seule solution…

Cette nouvelle est très touchante et en même temps douloureuse.

8) « Comme un crabe » de Florence Dalbes Gleyzes

Alors cette nouvelle est difficile à interpréter car j’en suis encore à me demander qui est vraiment cette jeune femme timide et asociale… Et pourquoi un type comme Bertrand se retrouve au prise avec son succès facile mais finalement doute de lui … Qui est vraiment Betty ?

Une nouvelle perturbante, et dynamique avec cette façon de passer du « Il » à « elle », ces différences de point de vue éclairent à demi sur la situation des deux protagonistes mais une épaisse brume persiste.

9) « Qui allez-vous appeler » de Mélanie De Coster

L’auteure nous emmène chez une vieille dame au prise avec des fantômes qui en veulent à sa vie et à sa maison. La vieille dame lutte depuis toujours comme l’a fait sa grand-mère et comme elle a continué de le faire avec feu son mari. Le suspens est tangible, il ne reste plus qu’elle mais les fantômes, les monstres sont très tenaces…

La fin de ce récit est surprenante mais en même temps très limpide. Finalement cette nouvelle joue au miroir. Mais je ne dis rien de plus à vous de découvrir !

10) « Ma première gare mondiale » de Jean-Marc Bassetti

L’auteur parle des dégâts de la Première Guerre Mondiale, où comment des souvenirs vont être effacés à jamais avec l’avancée du progrès. Ces petits moments en famille le dimanche sont plein émotions, et semblent peser sur le personnage principal malgré une certaine allégresse à faire ces trajets-aller en train.

Cette nouvelle charrie beaucoup de nostalgie.

11) « Petite résurrection en forme de sourire banane » de Bertrand Peillard

L’auteur nous plonge dans un récit plutôt hyper réaliste, un constat intimiste, caustique et fataliste. Après cette plongée dans les eaux sombres de la lucidité; l’auteur transporte le personnage dans un dernier sursaut de vie, un revirement, un espoir que c’est possible, qu’on peut toujours s’en sortir, qu’on doit s’en sortir…

Cette nouvelle c’est une dernière étincelle de vie et finalement la fin ne m’a pas surprise car je la sentais venir comme une tension palpable, c’était très efficace !

 

En Bref

Ce recueil de nouvelles, sous la bannière de l’IndéPanda, fut très agréable à lire ! Merci pour ces différents genres, c’est court mais c’est intense !

La Fiancée de Gravesend de Gaëlle Laurier

 

Titre : La Fiancée de Gravesend

Auteure : Gaëlle Laurier

Éditeur : Autoédité

Genre : Romance, Historique

Format : PDF, epub

Nombre de pages : 344

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Gravesend dans le Kent, été 1785.

La famille Torntown propriétaire d’une mine doit faire face à la faillite. Celle-ci étant épuisée, le patriarche se voit obligé de promettre son unique fille en mariage à un prêteur sur gages à la réputation douteuse afin de s’en sortir.

Mais Katherine refuse de devenir l’épouse d’un homme si peu recommandable et tente de trouver par elle-même un autre parti. Cependant, la guerre d’indépendance ayant ravi beaucoup de jeunes hommes, les prétendants se font rares.

Jusqu’à l’arrivée miraculeuse de Heathcliff Conway, un ex-lieutenant de l’armée anglaise et de son ami Charleston, esclave affranchi. Les deux hommes ayant acquis une ferme dans la région, Kate décide alors de tout faire afin de séduire le propriétaire des lieux et se sortir de la ruine.

Encore faut-il que le jeune homme soit disposé à se marier. »

Mon avis

Je remercie l’auteure, Gaëlle Laurier, de m’avoir accordé sa confiance en acceptant ma demande de SP; Merci pour ce moment de lecture intense et chaleureux !

L’histoire

La famille de Kate connait une déconvenue financière; en effet les mines dont est propriétaire sont père sont épuisées et il a dû se résoudre à renvoyer tous ses ouvriers... Au bord de la faillite et rationnant même les repas, Monsieur Torntown se résigne à marier son unique fille à un homme peu recommandable mais seul à vouloir l’aider à redresser son entreprise.

C’est sans compter sur le caractère indépendant et surtout avisé de Kate, qui n’accepte pas d’être mariée au plus offrant et surtout cet union jetterait le déshonneur sur sa famille… Elle se met en quête de se trouver un meilleur parti pour sauver sa famille. L’arrivée inopinée de deux étrangers sur les terres voisines lui confèrent beaucoup d’espoir; elle se met donc en tête de séduire son voisin;  mais il n’est pas facile à amadouer, par conséquent Kate se résigne à travailler pour lui afin de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille…

Mais son prétendant évincé ne veut pas lâcher l’affaire et fait fit de ce refus, il n’aura de cesse d’insister et de nuire à la famille Torntown tant qu’il n’aura pas obtenu la main de la jeune Kate !

Kate sera t-elle assez téméraire pour tenir tête à son père à l’ignoble prétendant qui lui a choisit ?

Les personnages

Kate : C’est une jeune femme de 22 ans, très coquette, mais qui sait aussi se salir les mains dans le potager quand c’est nécessaire. Elle est très respectueuse de ses parents et répugne à leur désobéir. Cependant en apprenant que son père veut la marier pour faciliter ses finances, elle se rebelle, dans un premier temps pas ouvertement, mais il lui faudra se trouver au pied du mur afin de prendre des décisions radicales. A la recherche d’un mari qui pourra sauver sa famille de la faillite, elle jette son dévolu sur le nouvel arrivant. Elle est déterminée, travailleuse et sauver sa famille passe avant ses états d’esprits sauf quand son père risque le déshonneur en voulant la marier à un homme peu scrupuleux. Kate est pleine de ressources, et faute de se trouver un mari, elle travaille dur pour que sa famille ne souffre pas de famine.

Heath : Ancien soldat d’une armée ayant perdue la guerre, Heath arrive dans une ferme qu’il a acquise durant ses années aux Amériques. Il est taciturne, franchement pas bavard mais il apprécie le mal que Kate se donne pour les aider lui et son ami Charleston. Il semble traîner une lourde peine, il semble désabusé et seul subvenir à ses besoins et celui de son ami lui importe, faire partie du monde reste secondaire voir inintéressant…

Charleston : C’est l’ami de Heath, ancien soldat également mais n’ayant pas le même statut que son camarade. Il est jovial, avenant et se prend de suite d’amitié pour Kate. Par la suite, il lui sera d’un grand secours en lui dévoilant un peu le passé de son ami Heathcliff; mais il lui sera également d’un soutien sans faille.

Mitchell : Cet homme est un prêteur sur gage; affable et faux, manipulateur et cruel; Son apparente bienséance ne trompe pas Kate qui le connaît de réputation déjà, mais elle est loin d’imaginer jusqu’où cet homme est prêt à aller pour l’obliger à accepter le mariage.

D’autres personnages adorables mériteraient d’apparaître dans cette section, mais je vous laisse le plaisir de les découvrir en lisant ce roman !

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteure, Gaëlle Laurier, est agréable, immersive et permet une entrée rapide dans l’histoire.

L’utilisation du récit à la première personne du singulier par la voix de Kate, le personnage principal y est sûrement pour beaucoup; Ce procédé m’a permis de m’identifier tout de suite à la jeune femme (même si je suis beaucoup plus vieille hein ?? ça sert parfois à ça les livres 😉 )

Ce qui a retenu mon intérêt c’est la détermination de la jeune fille à sauver sa famille, elle ne change pas de cap, prend divers chemins en fonction de ses déconvenues et des rebondissements sur lesquels elle n’avait aucun pouvoir. Son premier objectif c’était d’épouser un jeune homme riche pour mettre sa famille à l’abri du besoin, mais après plusieurs essais infructueux, elle n’a fait qu’ajuster son objectif pour arriver à une issue acceptable pour sa famille. En ses actes je l’ai trouvé admirable.

L’histoire en elle-même n’est pas simple en ce sens où les protagonistes ne dévoilent pas tout d’un coup; chacun à un passé douloureux, difficile. Les personnages de l’auteur sont réalistes car chacun à ses petites failles. Kate, par exemple, n’a pas encore connu d’homme et ses réactions face à Heath sont très drôles.

J’ai eu également des moments où mon coeur s’est serré devant le poids du passé, et les aveux de certains personnages; d’autres fois j’ai vraiment douté des évènements, certains rebondissements m’ont tendue comme un arc.

Quand j’ai terminé ce roman ce matin, je me suis retrouvée toute bête et toute triste.... mince c’était déjà fini … mais je n’avais pas envie de fermer ce livre !

Un dernier petit mot pour la couverture qui est superbe !

En Bref

Une aventure, une romance où tout n’est pas joué, solide et efficace avec beaucoup de rebondissements qui laisse le lecteur dans l’incertitude par moment.

Un grand merci encore à l’auteure Gaëlle Laurier pour m’avoir procurer autant d’émotion au cours de la lecture de son roman !

Il me tarde de lire d’autres romans de l’auteure !

 

Un amour fou de Daria Chernova

Titre : Un amour fou

Auteur : Daria Chernova

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain

Format : Epub

Nombre de pages : 150

 

 

Résumé de l’auteur

« Mansour Reza, étudiant en art et prince de son état, fait une première connaissance de la Déesse Anahita sous la forme d’un portrait grandeur nature caché au milieu d’un banal bazar parisien. Il achète la peinture et en tombe éperdument amoureux. De ce jour, il n’aura de cesse de retrouver le modèle qui a servi au peintre et, croit-il, vit toujours, puisqu’il s’agit d’une déesse, immortelle et éternellement jeune par conséquence. Sa quête doublée d’une enquête quasi policière le mènera dans une bourgade reculée du centre de la France où les châteaux ont encore de sombres bois inviolés et d’obscures prisons, où châtelaine, sorcière et malheureuse orpheline ont toutes d’inavouables secrets à lui révéler. Plus d’une fois, il croira trouver la Déesse. Il l’apercevra même, une fois, brièvement, à moins que ce ne soit un mirage dû à sa folle passion. Mais c’est seulement quand il aura été jusqu’au bout de son chemin et aura perdu toute illusion, tout espoir d’aboutir, que la folie menacera de l’engloutir, qu’elle viendra, finalement, à lui. »

Mon avis

Merci à l’auteure, Daria Chernova, de m’avoir proposé son roman !

L’histoire

Mansour Reza tombe malgré lui sur un tableau qui va bouleverser son quotidien.

En cherchant un peu d’ombre et de fraîcheur, il entre dans une échoppe vendant des tableaux, c’est dans ce magasin ou galerie qu’il va rencontrer pour la première fois le sourire de la Déesse. Après il n’aura de cesse de chercher ce modèle, cette muse qui a permis au peintre de reproduire une telle merveille. Il décide de se rendre à la dernière adresse connu du peintre et va malgré lui tomber d’embûche en embûche, il devra persévérer et mener son enquête qui l’emmènera bien plus loin qu’il ne pensait.

Les personnages

Mansour Reza : C’est un étudiant en art, assez critique. Il donne l’impression de ne voir que le côté négatif de tout ce qui l’entoure avec un flegme étonnant. Il tourne presque tout en dérision. De premier abord, il ne m’est pas apparu très agréable, l’impression qu’il se trouvait toujours dans le jugement.

Anna : Elle est un peu plus jeune que Mansour, et travaille à l’office du tourisme de M***, le dernier domicile du peintre. Elle semble enfantine, très espiègle, survoltée, sans gêne, un rien insistante, et carrément entreprenante avec Mansour alors qu’elle ne sait rien de lui. Elle sera quand même d’une aide précieuse dans l’enquête, à la recherche de la muse de Mansour. De nature très altruiste, elle invitera Mansour chez sa mère.

La famille d’Anna serait intéressante à décrire mais je vous laisse le plaisir de la découvrir par vous-même !

La Plume, le Scénario

On commence le roman avec l’auteure qui donne son sentiment assez négatif sur Paris, qu’elle ne semble pas beaucoup apprécier… on sent une période peut-être pas facile, enfin c’est le sentiment que ça m’a donné.

Ensuite Mansour m’est apparu comme quelqu’un d’un peu pédant, très critique, moqueur et assez condescendant envers notamment la boutique d’art où il entre pour trouver un peu d’air plus frais… Je n’ai pas beaucoup apprécié son manque de savoir vivre. Il n’avait pas l’air de savoir apprécier ce que lui offrait quand même le magasin d’art à savoir un peu de frais, bon tout relatif, mais du frais quand même… De plus c’est lui qui a choisit d’y entrer.

Il découvre un tableau qui va le bouleverser au point qu’il va rechercher la muse; dans sa quête il va rencontrer Anna, la fantasque Anna qui décidera de l’accompagner partout où il désire mener son enquête. Elle l’aidera même à enfreindre la loi afin de trouver des indices et faire avancer la recherche de Mansour. Absolument pas farouche, elle m’a un peu agacée car elle semblait s’accrocher plus à la représentation de Mansour, c’est à dire un étudiant parisien.

Par contre, l’auteure nous montre un peu plus loin dans le récit qu’Anna est une jeune femme sensible et fait partie d’une famille atypique, haute en couleur. Et qu’en fait elle a très bien cerné le personnage de Mansour.

J’ai senti Mansour sombre en tout cas au début, un peu taciturne; en bref un personnage au premier abord un peu antipathique ! Bon au fur et à mesure de l’histoire, le caractère de Mansour se dévoile un peu plus , par moment il est naïf mais finalement c’est plus par excès de bienséance; il s’adapte extraordinairement vite à la folle, vivante et excessive famille d’Anna car son but est d’en apprendre le plus possible sur la famille du peintre et par la même se rapprocher de sa muse.

A la lecture de cette histoire, j’ai perçu deux récits en parallèle, l’obsession de Mansour pour la Déesse et en même temps l’étrange relation qu’il noue très doucement avec Anna, très intimement liés à cette quête du divin. D’ailleurs Anna semble l’avoir compris bien mieux que personne et son attachement véritable lui fera faire une folie, Mansour pourra t-il lui pardonner ?

J’ai apprécié que l’enquête de Mansour et son audace à aller plus loin que ce qui était autorisé, aboutisse sur un autre sujet sans intention première. Ainsi enquête policière et chasse au trésor se sont mêlés au travers du sourire de la Déesse !

Un dernier point, la couverture est subliiime !!!

En Bref

Bon honnêtement, je me suis laissée tenter par un super résumé, mais je n’ai par retrouvé cet engouement, principalement à cause du personnage principal qui m’a paru d’un côté antipathique puis un peu naïf tout en étant intéressé… sombre, trop détaché par moment… et d’autre part je n’ai pas ressenti cet amour cette obsession si forte pour la Déesse, certes Mansour recherche ardemment la muse mais… bref je suis peut-être passé à côté car je me suis fixé sur le personnage étrange de Mansour.

En tout cas merci quand même à l’auteure, Daria Chernova pour m’avoir confié la lecture de son premier roman.

les Gardiens des Éléments de Jérémy Kôle

Titre : Les Gardiens des Éléments

Auteur : Jérémy Kôle

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 392

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Le jour de ses dix-huit ans, Gabriel fait la rencontre d’un sans-abri, l’homme étrange lui révèle qu’il n’est pas comme les autres.
Rapidement, les ennuis s’enchaînent pour le jeune homme qui doit faire un choix entre deux clans qui s’affrontent depuis plus de deux mille ans, les desposynis et les pilatis.
Le compte à rebours est lancé et Gabriel entre dans ce nouveau monde parallèle investi de pouvoirs et de créatures fantastiques.
Dans le tourbillon de cette nouvelle vie, entre apprentissage de son don et intégration dans ce nouveau monde fantastique, Gabriel devra faire les bons choix pour vivre sans oublier ses origines… »

Mon avis

Je remercie l’auteur pour m’avoir proposé de découvrir son roman –  un univers particulier empreint de réalité !

L’histoire

Gabriel fêtes ses dix huit ans avec ses deux meilleurs amis; Ils décident d’entrer dans une boite de nuit mais on leur refuse l’entrée… un peu désœuvrés, ils décident de finir la nuit vers Notre Dame de Paris. Un peu à l’écart, caché sous des cartons vit un sans-abri ivrogne, de leur rencontre, la vie de Gabriel va être complètement bouleversée. Cet homme est mystérieux, et apprend à Gabriel qu’il possède en lui quelque chose de spécial qu’il ne peut pas ignorer. Dans le même temps, Gabriel avait bien senti que son organisme lui jouait des tours… la fatigue ? ou le sans-abris aurait raison… A la poursuite de ce qu’il est réellement, Gabriel va devoir faire des choix difficiles, des choix qui alimenteront sa culpabilité d’avoir mêlé ses amis à cette histoire hallucinante.

Les personnages

Gabriel : C’est un jeune homme qui vient d’avoir dix huit ans et il voit sa vie exploser en mille morceaux, parce qu’un sans-abris lui annonce qu’il possède une particularité. Gabriel est dubitatif face aux révélations de James le sans-abris; mais dans le même temps il sent son corps, son organisme réagir et le mettre dans un état de fébrilité qu’il met sur le compte de la fatigue et de l’alcool ingurgité pour son anniversaire… mais James est insistant, Gabriel va devoir faire face à son destin, avec sa particularité si précieuse aux yeux de trop d’inconnus… Malgré ces révélations, il essaie de garder la tête froide, car c’est un jeune pondéré, la seule chose qui l’importe c’est que ces amis restent avec lui ; en tout cas pendant un certain temps car les évènements vont précipiter ses décisions au profit de la sécurité de ses amis.

Leopold et Ivan : Ce sont les deux meilleurs amis de Gabriel. Ils habitent le quartier des Acacias et leurs parents s’entendent très bien. Quand ils sentent leur ami basculer devant les dires hallucinants et teintés d’alcool du sans-abris, ils font barrage et tente de protéger et d’empêcher leur ami de se faire avoir. Ils sont ultra protecteurs envers Gabriel.

James : C’est un sans-abris caché sous des cartons près de Notre Dame de Paris. A l’approche de Gabriel, mais aussi parce qu’Ivan l’a un peu secoué… James se réveille brusquement. Sa rencontre avec Gabriel va changer leur vie à tous les deux mais va aussi bouleverser tout ce en quoi Gabriel et ses amis croyaient; et c’est peu de le dire. Son discours semble appartenir à celui d’un fou furieux et l’alcool qu’il ingurgite n’aide pas son image. James est bien plus qu’un sans-abris, c’est un homme aux abois et la découverte de Gabriel est pour lui une lueur d’espoir. Malgré tout il a un caractère impatient peut-être du fait de l’alcool.

Plusieurs personnages vont faire leur apparition autour de Gabriel, pour le stopper, se servir de lui mais aussi l’aider, à vous de les découvrir

La Plume, le Scénario

L’auteur commence son récit par la soirée d’anniversaire de Gabriel à Paris; Une soirée très réaliste de trois jeunes gens en quête de folie pour une soirée spéciale. Petit à petit Jérémy Kôle, fait basculer ses personnages dans un univers fantastique qu’ils ont du mal à croire, qu’ils ont du mal à digérer…

Le réveil du lendemain d’anniversaire est difficile, très dur pour certain et une nouvelle vie, un futur sombre s’ouvre devant Gabriel… Et James va en être l’instigateur, malgré les risques, il semble penser que Gabriel est très important pour la suite de la survie de la planète.

L’écriture de l’auteur, Jérémy Kôle, a fait un travail efficace : me plonger dans l’univers des Gardiens des Éléments en passant par la porte de la réalité, par la vie quotidienne d’un jeune homme habitant d’une banlieue de Paris où les bandes rivales se cherchent également querelle. Cette vie quotidienne nous rapproche du personnage principal car elle fait partie de notre réalité de lecteur.

Doucement mais sûrement on plonge dans la folie de James (perçue de cette manière par les jeunes gens…), pour se retrouver dans une réalité faussée, en tout cas pas celle que les humains pensent habiter. Une guerre, une sauvegarde se joue sous les yeux des humains sans particularité; pendant que la Terre souffre et se déchaîne, ils n’ont aucune idée que deux clans s’affrontent mais pas pour les mêmes raisons.

Gabriel devra faire des choix pour en apprendre plus sur la particularité qui l’habite; il devra mettre sa vie de jeune humain entre parenthèse, pour parfaire son apprentissage et comprendre son don. Il n’aura de cesse de vouloir protéger ses amis et surtout ne pas oublier d’où il vient.

J’ai apprécié l’histoire, en parallèle, des Néandertaliens en début de chapitre; pour ma part j’ai lu de façon linéaire, je pense que de cette façon ça m’a rendu le récit plus dynamique et accrocheur. Avec cette histoire parallèle des Néandertaliens, on comprend petit à petit l’histoire de Gabriel et les raisons de ces bouleversements entre clans. De plus au bout d’un moment l’Histoire des Néandertaliens rejoint notre époque, vous verrez de quoi je parle en lisant le roman 😉

 

En Bref

Un premier tome qui pose les décors avec une histoire simultanément un pied dans la réalité et un autre dans le fantastique.

Des personnages qui seront intéressants à voir évoluer dans le prochain tome.

Merci à l’auteur, Jérémy Kôle pour m’avoir fait découvrir cet univers particulier !

Quelques Heures d’Henri Nestière

Titre : Quelques Heures

Auteure : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain

Format : PDF

Nombre de pages : 190

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Boxeur en perdition, Alexis Felone subit une terrible défaite sur le ring. Dans sa chambre, subissant les ragots de la presse et les critiques des réseaux sociaux, la chanteuse Lia déprime. Minuit, dans l’impossibilité de trouver le sommeil, tous deux errent dans la ville qui s’éteint. Entre liberté et remise en question, quelques heures s’ouvrent devant eux pour retrouver l’espoir, croire à nouveau en l’avenir, en leur monde. »

Mon avis

J’ai de nouveau la chance de lire Henri Nestière ! Merci, Merci  pour cette confiance !

L’histoire

Alexis vient de perdre son dernier match de boxe, et Lia, la chanteuse est la proie de critiques et de harcèlement sur les réseaux sociaux… Tous deux sont à un carrefour de leur vie et tout seul dans leur chambre, le sommeil tarde à venir, alors ils décident d’arpenter la ville. Leurs chemins se croisent sur un pont, Lia est au désespoir et Alexis le sent et décide de s’arrêter, il en ressent aussi le besoin. Ils vont alors errer à deux dans cette ville et faire le point sur leur vie, sur leurs faiblesses, leur forces, leurs blessures et leurs rêves.

Les personnages

Lia : C’est une jeune chanteuse connue, son dernier album essuie des critiques acerbes dans les médias mais aussi sur les réseaux sociaux. Le milieu du show business a laissé sa marque sur Lia, elle s’y est perdue mais elle a repris  le contrôle de sa vie. Seulement les médias et des anonymes ne veulent pas voir ses efforts et continue d’appuyer la où ça fait mal. Ayant sorti un album plus en accord avec elle-même, les critiques se déchaînent et la laissent au bord du gouffre et du désespoir

Alexis Felone : C’est un boxeur professionnel à un tournant de sa vie. Il perd son dernier match car il n’est plus aussi déterminé ni sûr que c’est cette vie qu’il voulait… Tirer vers le bas par les médias par ces récentes défaites, sa remontée est d’autant plus difficile qu’il ne trouve plus la motivation, ni de raison à tout ce système. Lui, il aime seulement la boxe…

Ces deux personnages sont tout les deux écraser par un rouleau compresseur qui a fait d’eux des objets, des marionnettes même; A deux ils vont en prendre conscience, en tout cas ils vont essayer; Ils se sont trouvé par le plus grand des hasards ou bien c’est le destin 😉

La Plume, le Scénario

Sur les conseils de l’auteur, Henri Nestière, j’ai lu son récit en écoutant en boucle une playlist de Lene Marlin; Nouvelle expérience pour moi qui lis presque toujours dans le silence. Eh bien Merci Henri, car cette musique collait parfaitement à votre récit, de plus ça a contribué à me mettre encore plus dans l’intimité de ces deux âmes échouées…

Je retrouve cette écriture si vivante propre à l’auteur, et je me suis laissée surprendre une nouvelle fois !

Le récit commence par la défaite d’Alexis Felone, Il est mis KO sur le ring et ne ressent plus rien et s’écroule. Au même moment Lia tombe sur son lit de tristesse de désillusion… L’auteur met tout de suite dans l’ambiance, on entre dans la vie de ces deux là par la petite porte, la porte du dernier instant, de la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Ils en sont là, tous les deux à quelques mètres à peine l’un de l’autre, âmes éperdues dans un océan d’ingratitude et d’acharnement médiatique, dans le but de les anéantir par pure méchanceté, sacrifiés sur l’autel des apparences, du mensonge, du fric et des faux semblants…

La rencontre : elle est fortuite, fugace mais j’ai senti comme Alexis qu’il fallait qu’il s’attarde; Lia avait besoin de lui et lui avait besoin de Lia même s’ils ne le savent pas encore. Une rencontre entre deux jours, il est minuit et l’auteur m’a donné l’impression de mettre le monde sur pause pour Alexis et Lia. J’ai beaucoup aimé le réalisme avec lequel ils entrevoient leurs vies de ce jour, leur premier contact pas évident mais si essentiel.

Ensuite, au travers de leur périple dans la ville; ils échangent sur leurs rêves passés et perdus, les débuts regrettés rattrapés par la machine Business… Ils se complètent, pas forcément d’accord mais pas forcément en désaccord; Chacun complète la vision de l’autre, ils se soutiennent.

L’auteur traite d’un sujet très actuel : la tyrannie des réseaux sociaux; car oui, il faut être conscient et surtout ne pas se fermer les yeux, beaucoup de gens, pas tous, se servent des réseaux sociaux pour déverser leur haine, leur venin sur des proies qu’ils ont habilement choisies ou au hasard… et c’est tellement facile derrière son écran. La loi de l’apparence sans âme est la religion dictée par le Dieu de la communication moderne. Bon heureusement il ne faut quand même pas tout voir en noir, il s’agit comme l’écrit l’auteur, comme le dit Alexis « d’une minorité qui prend beaucoup de place et d’importance » mais c’est une minorité… Les médias ne sont pas en reste, ils jouent le jeu de cette loi de l’apparence sans âme, il faut du commercial, il faut des potins qui se vendent, il faut du glauque pour faire du fric… ouais c’est super sombre comme vision mais c’est quand même réel…

Dans leur pérégrination, Alexis et Lia vont aussi se questionner sur l’Art et ses « Mille visions » (lisez ce roman vous comprendrez), sur leur présent qu’il faut à tout prix préserver et défendre et pour ça ils se remettent en cause, ou cherchent un chemin différent pour trouver le parfait alignement entre ce qu’ils font, ce qu’ils sont et ce qu’ils ont réellement envie.

J’ai vraiment aimé ces petits clins d’œil musicaux, notamment « Nothing else matter » de Metallica ! (j’adore !!) et la cloche de AC/DC !! Wow ça m’a renvoyé quelques années en arrière, pfiou …

Je m’arrête mais j’aurais encore beaucoup beaucoup à dire !!

 

En Bref

Pour finir, cette lecture fut un instant paisible, touchant et fort;

Le moment magique où deux êtres sont là l’un pour l’autre, se sauvent mutuellement et la promesse pas si impossible que ça.

Un récit qui me reste en mémoire, qui m’a poussé à la réflexion et me pousse encore… Un récit qui m’a fait sourire, qui a étreint mon petit coeur et mouillé mes yeux; un récit important, tellement contemporain qui m’a fait passer par des émotions intenses !

Merci beaucoup Henri Nestière pour ce partage, pour cette bienveillance, pour cette belle lecture, !

 

Souvenirs Introuvables de Laura Wilhelm

Titre : Souvenirs Introuvables

Auteure : Laura Wilhlem

Éditeur : Autoédité

Genre : Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 75

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteure :

« Jade est une brillante étudiante en journalisme, elle a 25 ans et ne veut aucun homme dans sa vie. Sauf que … elle ne se souvient de rien ! Totalement amnésique suite à un accident de parapente qui aurait pu la tuer, elle décide de réintégrer son ancienne vie. Elle va découvrir des facettes d’elle-même qu’elle va détester et fera tout pour retrouver ses souvenirs. À ses risques et périls… »

Mon avis :

J’ai de nouveau la chance de lire Laura Wilhelm avec un deuxième titre ! Merci beaucoup pour votre confiance et le plaisir de lecture 🙂

Le premier titre, se décline en 2 tomes ICI =>> Azmel, tome 1 : La Porte du Temps et Azmel, tome 2 : Magie Alternative

L’histoire :

Le récit commence dans une chambre d’hôpital, une jeune fille se réveille d’une longue convalescence. Jade a eu un très grave accident de parapente et elle ne se souvient de rien… Elle décide malgré tout de reprendre le cours de son ancienne vie, avec l’aide de ses parents qui lui semblent distant, de sa meilleure amie qui lui laisse un arrière goût … Bref toute cette ancienne vie lui donne l’impression qu’elle n’était pas une gentille fille bien au contraire. A la recherche de ses souvenirs, de la moindre bribe, Jade va se heurter à des flashes désagréables mais qui pourtant la conduiront peut-être à retrouver la mémoire ou au moins découvrir sa véritable personnalité.

Les personnages :

Jade : C’est une jeune femme déterminée qui s’interroge sur son passé, elle n’aime pas vraiment la fille qu’on lui dépeint, celle qu’elle était avant l’accident… elle cherche à tout prix à découvrir qui elle était. Elle se réveille à l’hôpital, elle panique et reste désorientée… pendant la visite de ses parents, elle sent que quelque chose s’est passé entre eux même s’ils semblent vouloir ne pas lui montrer. Tout ces sentiments contradictoires, cette intuition qu’il lui manque quelque chose d’essentiel mise à part sa mémoire, l’a pousse à chercher même au péril de sa vie les réponses.

Vanessa : c’est la meilleure amie volubile, extravagante et imposante avec un caractère joyeux surjoué. Elle est décidée à aider Jade à se remettre au travail et à reprendre l’université. Elle entraîne Jade en cours, au travail pour la plonger ou peut-être la noyer dans un surplus d’information.

Quelques jeunes hommes gravitent autour de Jade pour différentes raisons; ils sont tous important pour l’histoire de Jade mais je ne peux pas vous en parler au risque de vous faire manquer le plaisir de découvrir par vous même quel rôle ils ont auprès de elle.

La Plume, le Scénario :

Encore une histoire de Laura Wilhelm lu très rapidement; C’est intense et le choix de faire raconter le récit par le personnage principal rend l’intrigue immersive.

L’écriture de l’auteure est fluide et addictive car ancrée dans la réalité. J’ai presque ressenti le malaise de Jade à son réveil de l’hôpital, c’est extrêmement bien décrit de telle façon qu’il ressort une impression de possibilité. Et j’adore lire des histoires qui pourraient arriver, ce sentiment de plausibilité, ce qui n’est pas du tout pareil que des récits d’histoire vécue, dont je suis beaucoup moins fan.

Cette histoire qui au départ semble être un banal accident s’épaissit au fur et à mesure des pages, et l’auteure transmet au lecteur un sentiment de malaise grandissant, voir de danger au travers sa plume; Ce danger que son personnage principal ne semble pas percevoir, fixée seulement sur l’idée de retrouver la mémoire, la vérité.

Quelle impuissance pour le lecteur ! D’être juste ce spectateur qui ne peut intervenir !! Grrr …

Juste un petit mot sur ce début de romance, c’est si intense et doux à la fois … je peux comprendre les décisions de Jade mais rhooooo…..

En Bref :

Un personnage déterminé, fragile (à cause de son amnésie) mais assez têtue pour omettre la prudence face au danger et s’y jeter la tête la première, afin de retrouver ses souvenirs à n’importe quel prix !

Un tome 1 passionnant, encore une fois l’écriture de l’auteure, Laura Wilhelm, rend le récit addictif.

Troubles Envahissants du Développement, Autisme, Loisirs, Intégration – TEDALI

Aujourd’hui je ne fais pas de chronique comme d’habitude, j’avais envie de vous parler d’une association de chez moi !

C’est la Journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme, oui j’entends déjà les râleurs qui vont dire oui ben il ne suffit pas d’y penser seulement aujourd’hui et je suis d’accord mais c’est pas interdit de communiquer sur cette journée, d’en profiter pour mettre en lumière des personnes formidables, engagées et dynamiques !

Je vais vous présenter TEDALI !

TEDALI = Troubles Envahissants du Développement, Autisme, Loisirs, Intégration

FOCUS :

TEDALI a été créée en 2012 par Mme Estelle BLANCHARD, elle est secondée par Mme Christine MICHAUT qui est trésorière de l’association, à elles deux, elles abattent un travail considérable auprès des familles; le but était de permettre aux enfants, souffrants de troubles de développement comme l’autisme, et leur famille, de profiter de loisirs quand ils en avaient envie, et pas seulement dans le cadre de soin ou en institut. Mais face à la détresse de beaucoup de familles, l’association a servi et sert encore de soutien aux familles pour les recours aux tribunaux et les montages de dossiers administratifs; la part d’accompagnement aux loisirs s’étant rétrécie car malheureusement la fondatrice et ses bénévoles n’ont pas de temps à rallonge…

Face à ce besoin toujours en hausse, le projet d’accompagnement aux loisirs, a été mis entre parenthèse pendant quelques années, l’urgence était d’aider les familles adhérentes ou pas à faire face aux rouages administratifs qui cachaient (et qui cachent toujours…) ce déficit cruel de solution ou en tout cas de prise en charge et de structure en France. Maintenant, le projet peine à sortir de terre car l’association n’a plus de local et ne peut donc plus accueillir les familles de façon correcte… Les solutions trouvées en derniers recours ne permettent pas une prise en charge adaptée. L’association ne peut plus recevoir de famille sans local et par la force des choses les activités de l’association sont lourdement ralenties…

Je disais donc faute de structures suffisantes en France, et notre département ne fait pas défaut à cette malheureuse règle; les familles françaises s’exilent en Belgique où l’accompagnement est beaucoup plus soutenu, la scolarisation est de droit, et ils existent de nombreuses classes spécialisées. Parce qu’en France, les pouvoirs publics ne s’en sont pas préoccupés, des familles françaises sont obligées de tout quitter pour que leurs enfants aient une chance de vivre comme tout le monde.

Alors en France c’est pour quand ??

Le PROJET de TEDALI : L’association souhaite mettre en place un service d’accompagnement aux loisirs sportifs et culturels mais aussi un accompagnement dans la vie sociale vers l’autonomie pour toutes les familles demandeuses avec un ou plusieurs enfants (ou adultes) en situation de troubles du développement tel que l’autisme.

Un service d’accompagnement aux loisirs, ça veut dire quoi exactement ? Et bien c’est démocratiser les loisirs de toutes sortes pour tous ces enfants et leur famille; c’est à dire permettre l’accès aux loisirs tel qu’ils soient pour tous et sans contraintes. C’est possible, l’association l’a déjà expérimenté.

 

Ex de sorties :

– Sortie escalade

– Sortie Bowling

– Sortie Accrobranche

– Visite de la caserne des pompiers

– Sortie CinéMa-Différence

 

Et pour le démocratiser il lui faut un soutien politique, un soutien financier car depuis 2012, l’association œuvre sur ses fonds propres et grâce aux dons mais pour pouvoir être encore plus efficace et mettre son projet à l’œuvre il lui faut de l’aide, une aide plus conséquente !

********

TEDALI est une association locale, dynamique, motivée et déclarée d’utilité publique. La présidente veut rester en local car dans notre bassin de population, il y a beaucoup de famille à aider, soutenir et surtout, le territoire se prête parfaitement aux objectifs du projet ! Après, que le projet soit repris et développé dans d’autres départements, d’autres territoires, Madame BLANCHARD n’y voit pas d’inconvénient bien au contraire. Il faut déjà montrer l’exemple chez nous et aider au développement de ce projet.

Alors comment aider ?

En premier lieu, l’association TEDALI a besoin

– d’un local (elle en avait un, mais le local a été donné un groupe de musique amateur) sur Biesles car l’association a vraiment à coeur de rester dans le village.

– de personnels qualifiés

– de bénévoles dynamiques et motivés

Une fois ces besoins comblés, le projet pourra se mettre en route et les évolutions seront à ajuster au fur et à mesure.

S’il vous plaît PARTAGER PARTAGER PARTAGER !!!!! Merci tout plein !!!!