Caraval de Stephanie Garber

Titre : Caraval

Auteur : Stephanie Garber

Éditeur : Bayard

Genre : Jeunesse

Nombre de pages : 479

Sorti le 8 février 2017

Fiche Bibliomania

Discussion Livraddict

4ème de couverture :

« Attention, ne vous laissez pas trop prendre au jeu… »

Mon avis :

L’histoire :

Scarlett et Tella vivent sur une île avec un père despotique et violent. Scarlett doit bientôt se marier avec un inconnu que lui a choisi son père. Elle voit là une occasion de se défaire de l’emprise de son père. Depuis de nombreuses années, elle rêve de faire venir le grand spectacle de Caraval sur son île, mais dit-on il ne passe jamais deux fois au même endroit. Ces lettres restent mortes jusqu’au jour où elle annonce au grand maître son mariage. Et là contre toute attente, elle reçoit trois invitations à Caraval situé à 2 jours de son île. Scarlett et Tella n’ont pas le même point de vue mais elles vont finalement se retrouver au milieu du grand spectacle de Caraval !

Les personnages :

Scarlett : C’est l’aînée, elle a juré de toujours protéger sa soeur, quoi qu’il lui en coûte. elle pense que son futur mariage va les mettre à l’abri de son père despotique et donc même si elle doit sacrifier ses idéaux rien n’est plus important que leur sécurité. Elle doute beaucoup, son père s’est chargé de lui faire ressentir ce sentiment d’impuissance, de faiblesse mais sa soeur est beaucoup plus importante que tout ça.

Tella : c’est la cadette, elle est révoltée, espiègle, insouciante et ne pense qu’à une chose : libérer sa soeur du joug de son père et l’empêcher de se marier avec un homme qu’elle ne connaît pas. Elle fonce tête baissée, mais elle a une telle foi en sa grande soeur qu’elle sait que Scarlett sera toujours là pour elle.

Julian : c’est un marin qui a séduit Tella ou a été séduit d’ailleurs. C’est leur billet de sortie de leur île prison pour le grand spectacle de Caraval ! Il est mystérieux, énervant, égoïste et arriviste. Il ne fait les choses que si elles lui apportent un quelconque bénéfice. Il est un peu détestable quand même … Mais il permet à Scarlett, par la force, de se sauver de l’île paternelle.

Une multitude de personnages colorés, haut en couleur plein de charme et de maléfices vont graviter autour de Scarlett pour l’aider ou au contraire l’induire en erreur et l’amener à la folie… mais je ne ferais pas l’inventaire de ses personnages tous très intéressant mais gare aux spoilers !

La Plume, le Scénario :

Je me suis lancée au hasard dans ce livre, je l’ai vu certes partout dans les forums sans jamais m’attarder sur les avis, puis je l’ai pris à la médiathèque où je travaille.

On entre dans la vie de Scarlett par une correspondance épistolaire à sens unique… Scarlett envoie des missives au grand maître Légende de Caraval. Mais malheureusement, ses courriers restent lettres mortes… Jusqu’au jour où elle reçoit une invitation pour trois.

On entre dans la peau de Scarlett très facilement. On peut comprendre ses réticences, ses motivations… tout est très bien expliqué par l’auteure.

Scarlett entre dans Caraval comme on entre dans un monde magique, épineux et maléfique… car ses peurs sont tellement fortes qu’elles fanent le jeu, qu’elles le travestissent… mais une fois prise au dépourvu et n’ayant plus de choix possible, un monde merveilleux et dangereux s’ouvre à Scarlett !

Attention, l’auteur ne cesse de le répéter ce n’est qu’un jeu « rien ici n’est réel, tout n’est qu’illusion… », tout au long du récit plusieurs personnages ne cessent de répéter cette sorte de mantra à Scarlett. Le jeu est puissant mais il faut garder à l’esprit que cela reste un jeu.

Scarlett est un peu énervante quand elle ne voit pas le danger qui est devant son nez… elle est tellement préoccupée à retrouver sa soeur. Elle a peur, mais elle reste droite et se motive sans arrêt quand l’angoisse est trop forte et qu’elle risque de l’emmener elle se ressaisit en pensant à sauver sa soeur.

L’auteure décrit les émotions que ressent Scarlett avec beaucoup de magie. Le fait que Scarlett voit les émotions des autres en couleur, et ressent aussi les odeurs de ses émotions. Ces descriptions disséminées partout dans le récit offre une petite touche de magie romantique et dangereuse.

On ressent cette magie illusionniste, qui se fane à l’aube quand le jour semble naître. Caraval s’endort pour mieux renaître la nuit où presque tout est permis (petite parenthèse : cela m’a fait penser à film animé « Le voyage de Chihiro » de Hayao Miyasaki)

Tout le jeu repose sur des indices, sur une énigme à résoudre qui aboutit à un souhait 🙂 Qui n’a pas rêvé de participer à un tel jeu ?!? Certes l’enjeu est plus que motivant et fait peur mais c’est tellement excitant !!

C’est aussi l’occasion pour Scarlett d’être formée ou initiée. Sortir du cocon paternel pour découvrir qui elle est vraiment et surtout de quoi elle est capable.

  1. elle est séparée de sa soeur
  2. elle se retrouve, seule ou plutôt accompagnée d’un marin en qui elle n’a nullement confiance, qui va l’amener au bout d’elle même.
  3. elle va découvrir qui elle est vraiment et va grandir et pouvoir affirmer ce qu’elle gardait depuis si longtemps au fond d’elle même !

Ce récit jeunesse est d’une incroyable richesse, mais attention pour lire ce livre, il faut avoir gardé au moins un petit bout de son âme d’enfant !

En Bref :

Bon il me reste tout un tas de questions sans réponses … MAIS

J’ai été conquise et ce retournement de situation tout à la fin de l’histoire ! WOW !!! Je veux lire la suite !!!

Confession d’un ami imaginaire de Michelle Cuevas

Titre : Confession d’un ami imaginaire

Auteure : Michelle Cuevas

Éditeur : Nathan

Genre : Jeunesse

Nombre de pages : 196

Sorti le 9 février 2017

Fiche Bibliomania

 

4ème de couverture :

« Imaginaire ou pas, on n’est invisible que si on le croit »

Mon avis :

L’histoire :

L’histoire commence par Jacques PAPIER le frère jumeau de Fleur PAPIER. Mais depuis quelques temps il ressent un malaise, il a l’impression d’être invisible pour tout le monde, la maîtresse, ses parents.  Au détour d’une conversation épiée des parents, Jacques apprend qu’il est l’ami imaginaire de sa chère Fleur et là tout son monde s’effondre. Il s’étiole, il est malheureux … Il va passer par plusieurs épreuves pour comprendre qui il est et surtout pourquoi il existe.

Les personnages :

Fleur : c’est la soeur jumelle de Jacques, enfin c’est la petite fille qui l’a créé, imaginé, eu besoin de lui. C’est la meilleure amie de Jacques, ils se comprennent et ils font les 400 coups ensembles.

Jacques : c’est l’ami imaginaire qui s’ignore, enfin pendant un temps. Puis vient le choc ! Il est d’abord désespéré, il se sent inutile, il traverse une vraie crise existentielle. Et pourtant, Jacques a tellement à offrir. C’est un être doux, aimant, un peu angoissé mais finalement c’est le meilleur des amis imaginaires.

Beaucoup de personnages drôles et haut en couleur vont croiser la vie de Jacques et contribuer à sa renaissance.

La plume, le Scénario :

Petite touche originale, Michelle CUEVAS n’a pas écrit ce roman, elle s’est contenté de recueillir les mémoires de Jacques PAPIER. J’avoue que ce petit détail m’a bien plu.

Comme toutes mémoires, elles sont presque toutes racontées par leur auteur. En l’occurrence ici : Jacques Papier. En effet l’auteur utilise le « JE » pour plonger le lecteur dans la vie de Jacques. On entre dans l’histoire de Jacques, tout de suite, on traverse ses incompréhensions, ses inquiétudes. On l’accompagne partout.

C’est un roman de formation, basé sur les 3 critères :

  • la séparation : Jacques va devoir se détacher de Fleur, pour comprendre son existence, pour comprendre le but de son existence aussi. Cette séparation, elle est douloureuse et n’aboutit pas à ce que Jacques attendait…
  • La réclusion : Jacques se retrouve presque seul, enfin disons qu’il n’est plus accompagné de Fleur. Il doit appréhender sa nouvelle vie, comprendre le fonctionnement de sa communauté, oui oui on peut appeler ça comme ça. D’épreuve en épreuve, il va petit à petit comprendre le pourquoi de son existence, et voir enfin son utilité.
  • La réintégration : une fois délivré de ses inquiétudes, de ses questions existentielles, il peut commencer sa vie d’ami imaginaire, son métier même. Et à la fin de ce petit roman, l’auteure nous offre le luxe d’une belle rencontre 🙂

Jacques Papier va en fait subir un parcourt initiatique pour pleinement s’investir dans sa vie d’ami imaginaire indispensable et éphémère.

Le ton est drôle, touchant, émouvant parfois. C’est un petit bijou de douceur.

C’est un roman décomplexant, car oui on peut avoir un ami imaginaire, ce n’est pas interdit, c’est seulement pour un temps mais pas interdit 🙂

En Bref :

Ce roman jeunesse m’a laissé un petit sourire au coin des lèvres.

Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker

Titre : Pax et le petit soldat

Auteur : Sara Pennypacker

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Genre : Jeunesse

Nombre de pages : 320

Sorti le 12 janvier 2017

Fiche bibliomania

 

4ème de couverture :

Un garçon et son renard que la vie sépare, l’histoire d’une indéfectible amitié. Un roman d’aventures d’une intensité bouleversante.

Mon avis :

L’histoire :

Peter a recueilli un petit renard, ils sont inséparables mais un jour son père lui demande l’impossible … Ils partent et il doit laisser son renard dans la forêt. Peter refuse mais son père va lui faire croire que c’est mieux pour le petit renard de retourner à la vie sauvage… De son côté Pax sent bien qu’il se passe quelque chose de bizarre l’odeur de son humain ne dit rien de bon; et voilà que Pax se retrouve seul dans la forêt et il ne sait pas comment il va survivre en attendant que son Peter vienne le chercher parce que bien sur son humain va revenir

Les personnages :

Peter est un jeune garçon qui vit avec son père mais un jour la guerre les rattrape et le père part s’engager et emmène Peter et l’oblige à abandonner son seul ami. Peter est déterminé, il s’enfuit car il veut à tout prix retrouver son renard, il a peur qu’il ne sache comment survivre sans lui. Il sait au plus profond de lui que l’animal va l’attendre. Il est fort, un peu fougueux mais ça il va apprendre à se maîtriser et à réfléchir au côté de Vola.

Vola, c’est une femme marginale, sans âge et avec une jambe particulière. Elle surprend Peter et décide contre tout attente de l’aider et surtout de lui permettre de se maîtriser et de réfléchir à sa situation. Son aide aura un retour inattendu. C’est une femme rêche mais elle cache beaucoup de tendresse à l’intérieur d’elle.

Pax,c’est un petit renard apprivoisé et surtout qui sent fort l’humain. Les autres renards et autres espèces se méfient de lui car il a approché les humains assez pour porter leur odeur. Il est démuni quand son humain le laisse dans cette forêt où il venait jouer avec lui, mais cette fois il est seul et il ne sait pas comment manger ni comment boire… Il va faire des rencontres inattendues, fortes en émotion et surtout il rencontre Gris qui va le guider et lui apprendre quelques petites astuces pour survivre.

Gris, c’est un vieux renard avec une famille, qui part chercher un autre endroit pour mettre sa famille à l’abri de la guerre qui ravage tout. Il emmène Pax avec lui et ensemble ils partent à la recherche d’un lieu plus accueillant. Il est ronchon mais il éprouve déjà pour Pax une tendresse paternelle, il décide de le guider …

Il y a aussi Hérissée et Avorton et d’autres humains dont Peter va faire la connaissance mais ça il va falloir lire le livre !

La Plume, le scénario :

Ce livre est une merveille poétique malgré la guerre qui rôde autour. Sara Pennypacker nous décrit cette amitié si forte et hors du commun avec beaucoup de poésie.

C’est un roman de formation, d’initiation. Cette fois,  c’est pas très commun nous avons deux héros : Pax et Peter. Chacun de ces deux personnages va vivre des aventures en parallèle de l’autre.

Le roman est construit selon la structure : La séparation, la réclusion et enfin la réintégration (oui oui je viens de suivre un cours sur le roman de formation et je ressors ma science 😉 )

Peter est contraint d’abandonner Pax dans la forêt avant de déménager chez son grand-père car son père part à la guerre (= la séparation). Mais cette décision forcée, il la regrette déjà et s’en veut terriblement de ne pas avoir tenu tête à son père et de ne pas avoir emmené Pax avec eux. Il décide de fuir et se retrouve tout seul  à 300 km de son renard avec la seule détermination de retrouver son ami (= la réclusion). Heureusement il rencontre Vola (=ancêtre), elle le garde pour le soigner d’abord et lui mener la vie dure pendant des semaines pour le faire mûrir, le faire grandir pour en quelque sorte l’initier à la vie. Ensuite quand il quittera Vola, il sera quoi faire, il ne sera plus le même petit garçon craintif mais déterminé. Il aura d’un coup grandit et il arrivera à cette fin heureuse ou pas ou en tout cas logique (=réintégration)

Pax suit le même parcours initiatique. Il se retrouve seul après que son humain l’ai abandonné dans la forêt (=séparation). il se sent seul et démuni, il a faim, soif (=réclusion). Puis il fait la rencontre de plusieurs animaux de son espèce et surtout Gris (=ancêtre), qui va en quelque sorte lui apprendre la survie. Pax suit Gris dans sa recherche d’un endroit meilleur pour sa famille et il va apprendre beaucoup au côté de Gris. Et tout comme son humain, Peter, Pax arrivera à grandir, à mûrir et devenir un vrai renard sauvage, il retrouve sa liberté d’animal de la forêt (=réintégration) ;  et peut-être qu’un jour il retrouvera son Peter… peut-être…

Leur évolution est suivie en alternance d’un chapitre à l’autre, indiqué par une tête de renard ou une tête de garçon. Cette alternance rend le récit dynamique, et surtout elle rend le lecteur complètement addict, car on veut à tout prix connaître la suite de l’un ou de l’autre sans arrêt jusqu’à la fin du roman.

Petite modif après publication, j’ai oublié de citer l’illustrateur Jon Klassen illustrateur de nombreux albums pour la jeunesse et également l’auteur de l’album « Je veux mon chapeau (I want my hat back) ». Pour Pax, la couverture et les illustrations internes sont tout simplement complémentaire au texte et superbe !

En Bref :

J’ai adoré ce roman, il est bouleversant et époustouflant ! Non les mots ne sont pas si fort !!

C’est d’une telle poésie, une telle amitié c’est très beau.

Nuit blanche au musée de Danielle Thiéry

nuit-blanche-au-museeTitre : Nuit blanche au musée

Auteur : Danielle Thiéry

Éditeur : Syros

Collection : Souris noire

Genre : Jeunesse, policier

Nombre de pages : 128

Sorti le 19/05/2004

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Les parents de Lily et Lucas sont gardiens dans un musée. Ces derniers temps, il s’y passe des choses bizarres : des individus ont été aperçus rôdant dans les couloirs après les heures de visite, les alarmes anti-infraction se désactivent miraculeusement… Malgré les avertissements de Lucas, Lily ne résiste pas à aller enquêter sur place en pleine nuit. Les jumeaux sont bien loin de se douter du danger qui les guette, dans la salle égyptienne… « 

Mon avis :

Prix Gayant Lecture Catégorie 3 – 2006

L’histoire :

Lily et Lucas sont jumeaux et leurs parents sont concierges d’un musée. Ces derniers jours, il s’y passe des choses bizarres… et cela éveille la curiosité maladive de Lily. Elle décide contre l’avis de Lucas, de mener sa propre enquête. Mais Lily se rend vite compte qu’un grand danger rôde dans les couloirs du musée… et Lily est déterminée à démêler cette histoire, pourquoi y a t-il autant de monde qui circule librement dans ce musée en pleine nuit.

Les personnages :

Lily : est téméraire, fan de Lara Croft. Elle n’a peur de presque rien… et surtout elle a une curiosité dévorante. Les études l’intéressent peu et c’est surtout le sport qui la passionne.

Lucas : il aime étudier, il est curieux mais dans l’apprentissage. Le sport c’est pas son domaine. Malgré tout il assiste sa soeur dans ses bêtises, il ressent toujours le besoin de réparer les erreurs de sa soeur, en rouspétant mais il est toujours là pour elle.

La plume, le Scénario :

L’écriture de l’auteur est fluide et agréable. Ses personnages sont convaincants et il est facile de s’identifier à l’un ou à l’autre. C’est un récit certes jeunesse mais vraiment captivant !

Lily est intrépide mais elle ne mesure pas toujours dans quel pétrin elle se met. C’est ce qui la rend si sympa ! Lucas lui c’est la tête pensante, le garçon gentil qui ne fait pas de bêtise ou en tout cas n’aime pas en faire. Il suit sa soeur pour la protéger et pour l’aider.

L’énigme du Musée était passionnante. J’ai suivi Lily avec appréhension mais aussi amusement.

Malgré le danger réel, les jumeaux sont soudés et luttent l’un pour l’autre.

En Bref :

Un super roman policier jeunesse !

William Clarck, Mission 1 : L’éminence bleue par Guillaume Benech

william-clarck-1Titre : William Clarck

Tome 1 : Mission 1, l’éminence bleue

Auteur : Guillaume Benech

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Espionnage, Jeunesse

Nombre de pages : 293

Sorti le 22 septembre 2016

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« À 15 ans, William Clarck est un apprenti hacker à tendance kleptomane qui utilise ses talents pour restituer à ses camarades les objets confisqués par les professeurs. Jusqu’au jour où il se fait prendre et finit au poste. Il pensait que sa vie n’allait plus jamais être la même, mais il n’imaginait pas à quel point. de retour chez lui, il découvre avec horreur que sa mère a été assassinée et son père lui révèle une vérité incroyable: agent spécial, il a été démasqué et toute sa famille est désormais en danger…

William, aidé par sa meilleure amie Zoé, subtilise un téléphone-Taser aux services secrets auxquels il a été confié. Ensemble, ils se lancent dans une périlleuse aventure à la poursuite de l’insaisissable tueur qui a juré la perte des Clarck. »

Mon avis :

merci à Livraddict,  à l’auteur Guillaume Benech et à l’éditeur Michel Lafon.

Bon j’ai attendu, attendu et encore attendu…  Ah oui peut-être Michel Lafon avait perdu notre adresse, où encore le stagiaire comme certain l’on dit avec beaucoup d’humour … je me suis fait tout un cirque sur cette histoire et j’ai lu beaucoup d’avis en attendant… Je me suis dit « ouille ouille, j’en attends trop, je suis en train de me faire de fausses idées, je vais déchanter, je vais être déçue … » et pour tout vous dire j’ai failli tomber dans ce piège 😀 …

L’histoire :

Les ennuis de William commencent quand il devient trop sûr de lui et de ses capacités, mais aussi quand il ne se méfie pas assez des ressources de ses « ennemis ». Ainsi après une dernière escapade pour tenter de reprendre le portable de Zoé dans le bureau du directeur, William se fait prendre …

Il pensait qu’il allait passer un sale quart d’heure avec son père, sa mère … mais malheureusement pour lui ce sentiment allait être bien au delà de ce qu’il pressentait… IL va vivre un cauchemar en découvrant sa mère assassinée, découvrir que son père est un agent secret et pour le coup le super méchant est à leur trousse.

Après s’être laisser envahir par la colère, il décide de pourchasser le meurtrier de sa mère en espérant que son père ne tombera pas dans le piège de cet assassin.

Il entraîne avec lui sa meilleure amie et ensemble ils vont traverser la mer pour se rendre en Angleterre. et tenter le tout pour le tout afin de faire déjouer les plans machiavéliques du meurtrier et empêcher son père de tomber dans le piège de l’assassin !

Les personnages :

William Clarck : c’est un gros crac en informatique, il sait déjouer tous les mots de passe et code de son lycée et peut rentrer dans n’importe quel ordinateur. Grâce à sa prédisposition pour le décodage, il va découvrir des dossiers importants et très dangereux sur le meurtrier de sa mère. Quand il part à l’aventure, il est aveuglé par la colère et la peur de perdre aussi son père. Il est très perspicace et découvre vite les faux semblant de tous les protagonistes… C’est un jeune conscient d’être aller trop loin mais il ne recule pas pour autant et continue, poursuit son enquête et ses intuitions malgré la tournure dangereuse de l’histoire…

Zoé : c’est la meilleure amie de William et elle ne l’abandonnera jamais, elle ira jusqu’au bout du monde avec lui pour l’aider. Elle aussi est très performante dans tout ce qui touche à l’informatique. Ensemble ils vont mettre en péril les codes sécurités des institutions étatiques. Zoé est directe et sait bien remettre en place William quand il perd pied. C’est une jeune fille éprise de liberté et de justice avec un sens de l’amitié hors du commun. William a beaucoup de chance d’avoir une meilleure amie aussi déterminée 🙂

La plume, le scénario :

Première impression des premières pages, je me suis dit « ouh la » c’est résolument jeunesse… Pas que je n’aime pas ce genre, au contraire j’en lis beaucoup… mais pour le coup le style d’écriture était un peu … comment dire « jeunesse » mais vraiment « jeunesse »… Mais à ma grande surprise, l’histoire de William est truffée de rebondissements, l’auteur assaille le lecteur, je me suis retrouvée à dévorer le livre car je voulais savoir ce qu’il se passait. Et à chaque fois que je sentais venir l’intrigue, et bien non ça partait dans un autre sens. Finalement l’histoire a pris le pas sur l’écriture 😉

Certes, on trouve des situations pas du tout réalistes, mais c’est pas cela lire ou écrire… ?? Si c’est exactement ça ! C’est pour s’évader dans des moments, des endroits, des situations impossibles et irréels. Rencontrer des personnages formidables qui nous donnent la pêche qui nous fasse frôler le danger. Et William est de ceux-là :),  il est ce personnage qui va au bout de ses idées, de ses objectifs à savoir sauver sa famille, son père et ceux qu’il aime.

Et cette fin atroce oui oui j’ai bien dit atroce !! comment attendre jusqu’au tome 2 ?!?!

En Bref :

Après beaucoup d’attente, un début de lecture anxieux, méfiant … j’ai fini par lâcher prise aux idées reçues et grâce à la plume de l’auteur et à ses idées effervescentes, bouillonnantes enfin vous voyez un peu près ce que je veux dire ;),  j’ai carrément accroché à l’histoire de William, de Zoé.

Les suivre m’a laissé hors d’haleine et la fin m’a coupé la respiration !!

En tout cas merci encore Guillaume Benech pour ce moment de lecture très agréable, continuez ainsi pour notre plus grand plaisir !!

Rebelle du Désert d’Alwyn Hamilton

rebelle-du-desert-t1Titre : Rebelle du Désert T1

Auteure : Alwyn Hamilton

Traductrice :Hélène Zylberait

Éditeur : Pocket Jeunesse

Genre : Fantazy, Romance, Jeunesse

Nombre de pages : 284

Sorti le 1er septembre 2016

4ème de couverture :

« Le destin du désert repose entre ses mains.

Prisonnière d’une vie étouffante au coeur du désert, Amani n’aurait jamais imaginé galoper un jour sur un cheval fantastique, en compagnie d’un fugitif recherché pour trahison. Elle ne se serait jamais doutée non plus qu’elle en tomberait amoureuse… ni qu’elle l’aiderait à mener la résistance contre le sultan. »

Mon avis :

L’histoire :

Amani s’enfuit de chez son oncle pour participer à un tournoi de tir dont elle se sait capable de gagner à condition que personne ne découvre qu’elle est une femme. C’est là-bas qu’elle rencontre Jin, un excellent tireur d’ailleurs… Il est étranger à son monde et elle le remarque tout de suite…

De déconvenues en déconvenues, Amani est amené à fuir sa ville Dustwalk sur une monture fantastique et sauvée par le bel étranger.

Elle qui rêvait de rejoindre Izman, la ville où sa vie changerait d’après sa mère, la voilà embarquée dans un mouvement de destitution du sultan tyrannique !

Elle ne soupçonne pas encore de quoi elle est capable, mais bientôt ça s’imposera à elle-même comme une évidence…

Les personnages :

Amani : c’est une jeune femme rebelle, désobéissante et très douée avec des armes à feu. Elle est hébergée par son oncle qui aimerait bien l’épouser car une femme aussi délurée qu’elle, ne doit pas rester sans un mari pour la mater !! Elle a les yeux bleus, c’est ce handicap qui a dénoncé sa mère d’adultère et lui a valu la peine de mort … Mais Amani a un rêve, celui de quitter Dustwalk pour Izman. Pour ça elle doit gagner le tournoi de tir à Deadshot, un endroit mal famé… Elle est courageuse et volontaire, elle n’hésite pas à risquer sa vie pour se libérer de ces carcans archaïques…

Jin : Un très bel étranger venu tenter sa chance au tir à Deadshot… mais pas que… il semblerait qu’il soit poursuivi pour trahison. Il va tout faire pour s’évader de Dustwalk et du coup il va sauver la vie de la belle aux yeux bleus (Amani). Malgré ses réticences à l’aider à rejoindre Izman, il finit par céder mais le destin en a décidé autrement …

D’autre personnages secondaires vont servir de tremplin pour aider ou empêcher Amani à s’échapper de Dustwalk.

La Plume, Le scénario :

Le récit est à la première personne et ça nous plonge direct dans l’action. Amani est à Deadshot et on comprend bien qu’elle n’a pas le droit et qu’elle s’est enfouie de chez son oncle. Elle est obligée de cacher qu’elle est une femme car sinon elle n’est rien. La femme doit garder les yeux baissés et rester aux tâches ménagères qui lui incombe. Rhoooooo la la ça m’a hérissé le poil, cette condition rétrograde de la femme !!! Mais malgré cette non considération de la femme, Amani se rebelle et ne veut pas suivre la tradition c’est à dire épouser un homme qu’elle n’aime pas et surtout plus vieux qui ne fera qu’abuser d’elle sans scrupule…

Amani semble très douée au maniement des armes à feu, mais un contretemps l’empêche de gagner le premier prix… un fâcheux contretemps. Mais elle n’est plus seule, car le destin a décidé que Jin, le bel étranger, serai toujours sur son chemin… Même s’il est contre le fait de voyager jusqu’à Izman, même s’il essaie de l’en dissuader… Il finira par céder. Mais ils ne sont pas au bout de leur peine, et leur aventure va les conduire là où ils ne s’attendaient pas.

J’ai bien aimé cette introduction d’êtres fantastiques comme les bouraqs (vous saurez si vous lisez ce roman 😉 ), mais aussi de Djinn, des démons manipulateurs s’accouplant avec des humaines pour créer des demi-djinn (autre appellation dans l’histoire mais là encore vous devrez lire si vous voulez savoir 😉 )

Une écriture agréable et bien traduite. Dynamique dû à l’utilisation de la première personne par Amani l’héroïne. Des rebondissements qui ne laissent pas le lecteur se reposer sur ses lauriers. Des péripéties fantastiques pour les empêcher d’aller là où ils veulent. Bref j’ai vraiment passé un très bon moment 🙂

En Bref :

Une aventure dans le désert tout à fait dépaysante et passionnante !!!

L’étrange Zoo de Lavardens de Thierry Dedieu

le-zoo-de-lavardensTitre : L’étrange Zoo de Lavardens

Auteur : Thierry Dedieu

Éditeur : Editions Seuil Jeunesse

Nombre de pages : 72

Sorti le 16 octobre 2014

Genre : Jeunesse, Album

4ème de couverture :

« Ce jour-là, en rentrant de sa tournée, Monsieur le vicomte fit une rencontre qui allait bouleverser sa vie. Un cerf posté sur le chemin l’empêchait d’aller plus loin. Monsieur eut alors une idée qui, il n’en doutait pas, le rendrait riche à nouveau : il allait créer un zoo tout autour du château. Et l’on viendrait de loin pour le visiter… »

Mon avis :

L’histoire :

Monsieur le Vicomte se retrouve tout bouleversé à la suite d’une rencontre avec un cerf dans ses bois. Il eu une idée fracassante : construire un zoo dans sa propriété où tous les animaux se promèneraient en liberté et où cette étonnante vision le rendrait célèbre et lui apporterait des millions de visiteurs. en acceptant l’aide de sa belle-mère il n’avait pas prévu que les animaux aurait des demandes de conditions de travail un peu particulière…

Les personnages :

Le Vicomte : c’est un homme avec des idées avant-gardistes, qui se préoccupe du bien-être des animaux autant de sa fortune à venir 😉

La belle-mère du Vicomte : Elle veut bien accepter que les animaux rentrent dans le château mais à certaines conditions : qu’ils aient de bonnes manières, conditions très appréciées des animaux sur le long terme.

Les Animaux : Ils apprécient le Vicomte pour son traitement à leur égard mais en découvrant les bonnes manières d’abord imposée par la belle-mère du Vicomte, ils finissent par avoir des revendications sur leurs conditions de travail.

La Plume, le Scénario :

Une jolie fable partant d’une envie de faire fructifier sa fortune, sauver son château et dans un même temps laisser aux animaux une relative liberté. Le Vicomte se laisse déborder par sa belle-mère puis par les revendications des animaux.

Les pages à l’intérieur du livre sont à l’image de la couverture, sur les tons marron, jaunis. Les animaux sont finement dessinés. Le livre fait l’effet d’un vieux manuscrit sortant des archives du château du vicomte, c’est très réussi:)

Une histoire pas banal d’animaux mis en captivité, auxquels on apprend les bonnes manières et qui finissent par revendiquer leurs droits… ça rappelle un peu une certaine partie de l’histoire non ?! Enfin moi ça m’a fait un peu penser à cette période peu reluisante où l’homme blanc voulait à tout prix civiliser tous les hommes différents d’eux…. Enfin j’ai poussé peut-être un peu loin ma réflexion 😉

En Bref :

En tout cas un très joli album et une histoire pas banale.

En lice avec d’autres romans dans un concours de lecture « Des livres et vous » organisé par le département 52 en partenariat avec les collèges et médiathèques, bibliothèques, dans la tranche d’âge 6ème et 5ème mais peut-être lu à un autre degré à partir de 6 ans ;).