Quelqu’un à qui parler de Cyril Massarotto

Titre : Quelqu’un à qui parler

Auteur : Cyril Massarotto

Éditeur : XO Editions

Genre : roman contemporain

Nombre de pages : 269

Sorti le 9 février 2017

Lu le 16 avril 2017

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu’il n’a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu.

Tiens, et s’il appelait ? À sa grande surprise, quelqu’un décroche. Et pas n’importe qui : c’est à lui-même, âgé de dix ans, qu’il est en train de parler ! Mais que dire à l’enfant que l’on était vingt-cinq ans plus tôt ?

Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s’interroger : l’enfant que j’étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l’adulte que je suis aujourd’hui ? Ne l’ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ?

Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !

Mon avis :

L’histoire :

Samuel se retrouve seul pour fêter ses trente cinq ans, il commence à faire le tour de lui même et il n’est pas loin de la déprime. Il est seul, n’a pas de petite amie, son boulot l’ennui, son patron se sert de lui comme d’un souffre douleur… Bref ce n’est pas la vie qu’il aurait aimé avoir

Il se rappelle très bien son numéro de fixe quand il était enfant. Il essaie, de toute façon ça sonnera dans le vide car maintenant les numéros sont à 10 chiffres… Étonnamment quelqu’un décroche, un jeune garçon, et cet enfant c’est lui ! Curieux, mais tous les soirs Samuel de 35 ans appelle Samuel de 10 ans pour lui parler un peu du futur, mais aussi papoter sur ce que ressent l’enfant mais aussi l’adulte, chacun conseille l’autre comme des meilleurs amis.

Cette conservation quotidienne va empêcher Samuel 35 ans de sombrer dans la dépression, et va même le pousser petit à petit à reprendre sa vie en main, cette vie qui lui a échappée.

Les personnages :

Samuel, 35 ans : C’est un homme désabusé, seul, qui n’aime pas vraiment son travail. Il a laissé sa vie l’entraîner dans la solitude.

Samuel, 10 ans : C’est un petit garçon, dynamique, plein de hargne. Il n’imagine absolument pas devenir comme se décrit Samuel35. Il se fâche, il secoue le Samuel du futur, il est pas question d’abandonner, de vivre à petit feu comme ça. Et en même temps, la vie se déroule comme il était prévu dans le passé. Samule10 passe quand même par ces épreuves douloureuses de la perte d’un être cher… mais ça ne lui enlève pas l’idée d’un avenir meilleur.

La Plume, le Scénario :

Encore un roman magnifique, doux, tendre dans cette veine d’espoir qu’écrit toujours Cyril Massarotto.

Qu’est ce que ce début de roman est triste … être seul devant son gâteau d’anniversaire 😦

Qui n’a pas rêvé de partir dans le passé pour parler à son petit moi et lui dire de ne pas faire telle ou telle chose. En fait, cela ne marche pas comme ça, on ne peut pas changer se qui s’est déjà produit. Ce qui est à notre portée, c’est le futur et ça c’est à nous de le construire selon nos rêves, nos aspirations.

Samuel35 (c’est moi qui l’est surnommé comme ça) arrive a un tournant de sa vie où il est urgent de réagir. Il est dans l’impasse, il se retrouve tout seul la soirée de ses 35 ans. Petit Comeback, il réfléchit… comment en est-il arrivé là ? L’auteur l’explique tout simplement, c’est un ensemble de choix, de mésaventures, de précautions, de préservations… bref la vie que Samuel a laissé défiler trop vite, il s’est laissé distancer.

Mais l’auteur, très subtilement remet Samuel35 sur les rails, avec ces appels dans le passé. Métaphore tendre, qu’il faut garder bien au chaud cet enfant que l’on est et que l’on restera. C’est cet enfant plein de rêves que l’on doit préserver pour garder ce dynamisme, cet espoir que tout est possible. Samuel10 va rappeler à son moi futur, que c’est pas cette vie qu’il voulait, qu’il faut réagir, sortir, rencontrer des gens, avoir confiance et la vie sera plus belle, pas plus facile mais plus agréable. Samuel10 secoue Samuel35 !! Il ne veut pas se retrouve seul à 35 ans sans amis, sans amoureuse… seul.

Samuel35 par le biais de ces appels avec son moi du passé, va petit à petit reprendre goût à la vie, ça veut dire prendre des risques, oser reprendre contact avec les humains. Il va reprendre sa vie en main, il va sortir de l’impasse, sortir de ce mauvais chemin et reprendre la route.

Comme c’est bien dit dans la 4ème de couverture :

« […] Cyril Massarotto signe un roman plein de justesse, de tendresse et d’humour sur l’enfant qui demeure toujours en nous… et qu’ils ne faut jamais oublier d’écouter. »

Je ne veux pas m’appesantir sur l’histoire, ni sur les personnages car Samuel35 est entouré de personne formidables qui vont le soutenir, l’aider à reprendre la vie, et en faisant cela je serais obligée de spolier fortement… et ça pas question, vous êtes tenté ? Alors lisez ce roman !

En Bref :

Un roman doux où Cyril  Massarotto nous montre, nous souffle qu’il ne faut pas qu’on efface, qu’on enfouisse trop profond cet enfant en nous. Qu’il est toujours utile de se rappeler ce qu’on espérait de la vie et rester à l’écoute ses folies enfantines.

Encore une lecture très très agréable, pleine d’espoir !

Amour, les 10 commandements de Suzanne Marty

Titre : Amour, les 10 commandements

Auteure : Suzanne Marty

Éditeur : Auto-édité

Genre : contemporain, humoristique, psychologique

Nombre de pages : 92

Sorti le 7 février 2017

Fiche Bibliomania

 

Résumé Livraddict :

« Le domaine de notre vie qui génère le plus de frustrations et de déceptions est sans aucun doute le domaine amoureux. Que de temps perdu à soupirer après de beaux indifférents, à attendre l’improbable coup de fil d’un troll sexy ; que d’énergie gaspillée dans des histoires foireuses, que de larmes versées à cause d’illusions perdues…
Pour que cette malédiction cesse, j’ai tenté d’établir la liste des grands principes qu’il me paraît judicieux de respecter dans le domaine amoureux. »

Après son roman « La rousse qui croyait au père Noël », Suzanne Marty explore dix raisons qui font échouer la plupart des relations amoureuses. Un petit livre entre humour et sérieux qui s’adresse à tous les hommes et femmes à la recherche de l’amour avec un grand A !

Mon avis :

Merci à Livraddict et à l’auteure Suzanne Marty pour ce partenariat rafraîchissant !

Ce petit livre de 92 pages et un concentré de tout ce que n’importe quel homme ou femme pourrait penser de l’Amour ! Quelle géniale idée de les transposer en commandements, c’est très drôle parfois touchant… Chacun se retrouve dans l’un ou l’autre car oui l’Amour c’est pas simple, c’est même dur, c’est compliqué, c’est décevant, c’est frustrant, c’est douloureux mais alors pourquoi aime t-on ?!? Ben oui parce que ça vaut le coup quand mêêêmmme !

Bon j’ai terminé ce roman avec une sensation un peu pessimiste… oui ce recueil de commandements est un brin pessimiste. Car il ne faut pas se leurrer, l’Amour c’est un piège pour les romantiques, les fleurs bleus, les cœurs d’artichaut … Oui il faut se méfier de se qu’on croit ressentir et l’auteur nous aide à y voir plus clair.

Bien sûr, on pourrait se dire au diable tous ces calculs, toutes ces vérifs mais on sait très bien, je reste persuadée que chacun de nous a été, est ou sera blessé à un moment donné dans sa vie amoureuse. C’est ce qui nous construit un peu, c’est difficile (pas impossible) de trouver la paix sans amour.

L’auteur nous engage à faire le tri entre ce que ressent notre coeur, notre cerveau et notre sacrosaint macrobiote. Et c’est pas une mince affaire, surtout qu’une fois qu’on a réussi il faut que notre partenaire soit aussi clean de son côté 😀 !

Suzanne Marty nous parle de l’Amour avec beaucoup d’humour, d’amertume parfois, de tristesse aussi. Car l’Amour n’épargne malheureusement personne.

Je déclare que chacun de nous devrait posséder ce petit recueil dans sa bibliothèque, non il devrait rester bien en vue dans la PAL 😉 pour nous donner envie de replonger dedans de temps en temps.

Merci Suzanne Marty pour ce joli emballage et cette gentille dédicace c’est super sympa, une dédicace qui me va droit au coeur ❤

En Bref :

Ce recueil doit être déclaré D’UTILITÉ PUBLIQUE !!!

La Bibliothèque, T1 : Grandir de Pauline Deysson

Titre : La Bibliothèque

Tome 1 : Grandir

Auteure : Pauline Deysson

Genre : Science Fiction, Philosophie

Éditeur : Auto édité

Sorti le 30 juillet 2016

Fiche Bibliomania

 

4ème de couverture :

Imaginez un monde où ni la pauvreté, ni la guerre, ni les livres n’existeraient plus. Le technomonde.

Imaginez un lieu hors du temps, qui abriterait tous les rêves de l’humanité. La Bibliothèque.

Imaginez que ces deux univers se rencontrent.

A 10 ans, Émilie est choisie pour devenir la nouvelle Bibliothécaire.

Elle a le pouvoir d’entrer dans les rêves, et de les vivre comme s’ils étaient réels.

Son premier livre la conduira sur une voie semée d’embûches, de magie et de doutes. L’accompagnerez-vous?

Mon avis :

Je remercie Livraddict pour ce partenariat ainsi que l’auteure Pauline Deysson.

l’histoire :

C’est l’histoire d’Émilie, une jeune fille de 16 ans qui est habitante du techno-monde. Chaque être vivant est heureux, comblé par un Revery. Cette machine est connectée à vous et détecte vos besoins et vos désirs pour ensuite les combler. Arrive enfin pour Émilie, l’étape finale, le test pour gagner son autonomie et surtout son propre Revery. A la suite de ce test  qui s’assure que votre éducation, votre embrigadement a bien fonctionné, Émilie va bientôt posséder son Revery… Est ce vraiment ce qu’elle veut ?

Les personnages :

Émilie c’est une jeune fille qui se sent décalée de ses camarades et rajuste souvent le tir pour ne pas être trop différente. Elle aime la liberté plus que tout, les découvertes. Elle est volontaire, intuitive, très déductive et surtout déterminée à aider les autres.

Antonie : c’est l’ancienne qui s’occupe de la Bibliothèque sur un autre plan de dimension. Elle approche peut-être de son temps et cherche un ou une remplaçante. Mais le travail de l’auteur(e) qu’elle va trouver, va être ardu, il faudra lutter contre le techno-monde…

Emilie va rencontrer de multiple personnes prêtes à l’aider partout où elle ira. Les débuts sont laborieux car ses compagnons vont devoir lui faire confiance, mais après ils formeront presque une famille.

La plume, le scénario :

La 4ème de couverture m’a intriguée, une lutte entre Bibliothèque et Techno-monde !

Tout d’abord, le style de l’auteur est très philosophiquetrès littéraire, très bien écrit, trop bien… j’ai eu l’impression que c’était très scolaire, pas au sens simple, non au sens où rien ne dépasse. Tout est très respecté. Une syntaxe grammaticale parfaite, des phrases parfaites. Et cette perfection m’a entravé… j’ai eu du mal à entrer dans le récit.

Après c’est cet imbriquement de réalités qui m’a un peu perturbé… Je m’explique : une fois qu’Émilie se trouve dans un livre/monde ont a tendance à partir avec elle et hop on se réveille brutalement comme elle dans la bibliothèque. J’ai éprouvé comme elle d’ailleurs de la déception à chaque fois qu’elle revenait à la bibliothèque. De plus il faut se ressaisir et se remémorer dans qu’elle monde Émilie se trouve…

J’ai également trouvé certains passages trop long, mais certainement nécessaire à la pose du l’histoire.

Dernier bémol, la lutte entre le Techno-monde et les LIVRES papier ou la Bibliothèque était un peu énervante, je m’explique : C’est typique d’une bibliothécaire de rejeter le numérique alors qu’on devrait s’allier et non essayer d’étouffer l’autre pour la suprématie de l’un. En entre dans un monde où le numérique est en pleine expansion et justement c’est le moment pour les Bibliothèques, qui perdent des adhérents, de changer… mais ça c’est évidemment un autre débat. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire une corrélation avec notre société. Je suis moi-même adepte du livre papier pour plein de raisons, mais je suis en pleine réflexion sur ce qu’apporte le numérique de positif à la Bibliothèque, sans pour autant éliminer complètement le papier… surtout pas !

Avec du recul, les aventures d’Émilie dans son livre, enfin le livre d’Antonie, sont captivantes. Chaque tableau correspondant à une strophe à décrypter, à un monde merveilleux. Émilie rencontre des êtres fascinants et étonnants. Toutes ces épreuves pour visiter le monde dans son entier, tout découvrir et rien. Le passé, le présent, le futur. Une vision intéressante.

Émilie s’adapte étonnamment bien, à cet univers complètement renversant. Elle comprend vite le rôle qu’elle devra tenir dans cette bibliothèque. Nourrir ces âmes, sauver tous les rêves, les enrichir pour maintenir la liberté, le libre arbitre, face au techno-monde où tout est pré-mâché, pré-établit où l’on vous guide pour mieux vous manipuler. Point de vue intéressant mais discutable.

En Bref :

Je suis finalement passé à côté, cet univers est passionnant mais pour moi l’écriture très littéraire de l’auteur l’a empêcher de s’épanouir largement.

Je remercie encore une fois l’auteure Pauline Deysson pour m’avoir fait découvrir son univers et pour sa charmante attention 😉

Merci à Livraddict également pour cette confiance 🙂

 

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi de Laurent Gounelle

Tous d’abord Très Belle Année à tous et à toutes  !! Que cette année vous apporte du réconfort, du bien-être, de la sérénité beaucoup de découvertes livresques passionnantes et surtout énormément d’amour!

 

 

et-tu-trouveras-le-tresorTitre : Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

Auteur : Laurent Gounelle

Édition : Kero

Genre : Développement personnel, contemporain

Nombre de pages : 328

Sorti le 5 octobre 2016

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles…
Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l’homme de s’élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable. »

Mon avis :

Je suis très contente de commencer cette nouvelle année avec un roman aussi magnifique, enfin avec ce coup de coeur !!!

L’histoire :

Alice et Jérémie se connaissent depuis l’enfance. Un jour, Jérémie décide de devenir prêtre. Mais au fil de temps, Jérémie perds son enthousiasme face au peu de personne qui suivent ses offices. Inquiète sa mère demande à Alice de venir l’aider à affronter cette petite crise. Alice est pleine de dynamisme et persuadée que tout peut se régler avec un peu de communication bien ciblée. Décidée à redonner le moral à son ami d’enfance, elle fonce et lui promet de l’aider mais à sa manière ! C’est alors qu’Alice se rend compte que ce qu’elle a à accomplir est titanesque… elle ne se laisse pas abattre et plonge dans le monde de la spiritualité… ce qu’elle va découvrir, cette vérité cachée va l’étourdir 😉

Les personnages :

Alice : Jeune femme dynamique travaillant dans le secteur de la communication où on apprend à vendre sa mère… de plus elle est athée et sa vie est bien loin de la sérénité et de la spiritualité. Mais elle a fait une promesse et elle compte bien s’y tenir malgré l’ampleur de la tâche.

Jérémie est un prêtre dans la religion catholique. Il est de plus en plus découragé devant le peu de fidèles qui fréquentent ses offices… Il est très respectueux du protocole religieux qu’il suit avec beaucoup d’ardeur et de foi. Quand Alice déboule dans sa vie pour tout changer dans le but de lui apporter plus de fidèles, il est d’abord réticent puis petit à petit il se laisse séduire par la spontanéité et la détermination d’Alice.

Quelques caricatures pas si caricatures de « grenouille de bénitier » 🙂

La plume, le scénario :

Alors je suis tombé dedans complètement par hasard et le hasard fait très souvent bien les choses 😉

La couverture m’a attiré l’œil car j’utilise depuis un certain temps cette image comme couverture de ma page facebook. Alors très étonnée, j’ai dévoré le résumé et hop je l’ai rapporté à la maison #maviepassionnantedelectrice.

Et une fois commencé je n’ai pas réussi à m’arrêter ! Je pense pouvoir dure que c’est un autre coup de coeur !!

J’avais un peu peur du contenu car ce roman est classé dans la case « développement personnel », mais j’ai déjà lu un roman de Laurent Gounelle qui m’avait déjà beaucoup plu.

Donc l’histoire de ce jeune prêtre en mal de fidèles et de son amie d’enfance hyper éloignée de la religion m’a fait l’écho d’un duo très atypique !! Alice avec son expérience de la communication complètement en dehors de la spiritualité, même très très éloignée va promettre à Jérémie de l’aider.

Après quelques recherches, elle commence à lui faire changer deux ou trois choses dans sa façon de conduire son office… puis au fur et à mesure de ses découvertes et de son observation, Alice offre d’autres conseils à Jérémie… plus ou moins concluant et pas toujours du goût de Jérémie et de ses plus fidèles paroissiens… d’essai infructueux en bonnes idées, il semblerait que la formule fonctionne…

A force de creuser, de chercher à comprendre les paroles de Jésus dans la Bible, Alice va digresser vers le Taoïsme, l’Hindouisme, le Bouddhisme.. et ce qu’elle va trouver va être très étonnant, très important et en même temps tellement plus acceptable, plus plausible pour quelqu’un comme elle qui est athée. Mais c’est d’autant plus troublant pour celui qui officie, dans la religion catholique. Alice ne s’arrête pas là, elle décide de discuter avec des experts, pour approfondir ses connaissances. Elle rencontre d’abord un spécialiste des religions orientales, puis un célèbre astrophysicien et enfin avec Jérémie, ils suivent des cours, des conférences de développement personnel.

Finalement au court du voyage initiatique et spirituel d’Alice afin de sauver son ami d’enfance du désespoir, on apprend … on apprend … et quelque part je dirais que Laurent Gounelle a réussi à me convaincre que le bonheur, la sérénité, le bien-être se trouve en nous bien profond, parfois bien caché et qu’il faut creuser et parfois pendant longtemps, il faut aussi faire des efforts… hé on a rien sans rien !! Mais la finalité c’est quand même se retrouver soi, et quand on s’est trouvé et qu’on assume ce qu’on a trouvé tout parait beaucoup plus simple, plus facile et étrangement l’instant présent prend son importance 🙂

Merci beaucoup à Laurent Gounelle d’offrir ce concentré d’espoir et de guide du bien-être et d’offrir une voie ou une vision différente des religions 🙂

Bioshock : Rapture par John Shirley

bioshockTitre : Bioshock, Rapture

Auteur : John Shirley

Traducteur : Cédric Degottex

Éditeur : Bragelonne

Nombre de pages : 403

Genre : Science Fiction

Sorti le 17 février 2016

4ème de couverture :

« C’était la fin de la seconde guerre mondiale. Le New Deal du président Roosevelt avait redéfini la politique américaine. Les bombardements de Hiroshima et Nagasaki avaient créé la peur de l’annihilation totale. L’émergence d’agences gouvernementales avait rendu la population méfiante. Le sentiment de liberté peuple s’était étiolé… Et nombreux étaient ceux qui voulaient retrouver cette liberté.

Parmi eux, un grand rêveur, un immigré qui s’était tiré des abysses de la pauvreté pour devenir l’un des hommes les plus riches et les plus admirés au monde. Il s’appelait Andrew Ryan, et il avait la conviction que les grands hommes méritaient ce qu’il y avait de mieux. Alors il s’est mit en quête de l’impossible : une utopie libre de tout gouvernement, de censure, de restriction morale… Il a créé Rapture, la lumineuse cité sous les mers.

Mais l’utopie a été frappée d’une terrible tragédie.

Voici comment tout a commencé… et tout a fini. »

Mon avis :

Cadeau d’anniversaire de mon chéri, en tout cas merci pour cette découverte !!

L’histoire :

Tout part d’un sentiment de frustration, Andrew Ryan, pense à l’impossible et le réalise. Il n’en peut plus du gouvernement des Etats-Unis qui accablent le peuple et surtout les riches d’impôts. Il n’en peut plus de ce gouvernement qui entrave l’esprit scientifique avec des règles d’éthique qui selon lui empêchent la créativité et le génie de faire surface… il veut une cité où chacun est libre de créer, d’inventer sans censure, plus de règles, plus de roi, et plus de dieu !

Bill est plombier, et intervient dans le building de Ryan Enterprise. Monsieur Ryan le remarque pour son efficacité et sa discrétion. L’homme d’affaire lui propose alors une idée folle et c’est à partir de ce moment là que Bill devient un homme important respecté et respectable, il œuvre efficacement à la réalisation de la Cité sous les mers.

Gorland, un contrebandier sans scrupules doublé d’un bandit mafieux, fait son apparition et se jure qu’il ne restera pas derrière le grand Ryan, avec tout son génie, il infiltre la cité et développe son affaire à tel point qu’il devient gênant...

Ainsi les grandes idées de Monsieur Ryan se retrouvent éprouvées, et peut-être remises en cause, mais l’homme d’affaire utopique ne veut pas lâcher son rêve aussi facilement… quitte à piétiner quelques idéaux

Les personnages :

Andrew Ryan : Il fuit avec son père la répression bolchevique russe... Sur ces bases de peur au départ de la révolution rouge, après par ce dégoût pour toutes les idées communistes, de collectivités et d’altruisme déguisé; Andrew Ryan bâti son empire à la sueur de son front et gardant toujours à l’esprit ses idéaux de liberté. Il devient l’homme le plus riche des Etats-Unis et ne veut plus rendre de compte à l’État. Il décide de donner vie à un impossible rêve : Rapture, la cité sous les mers, celle dont on ne revient pas, la ville de toutes les libertés où le marché du commerce doit s’épanouir à qui voudra bien faire des efforts.

Bill : Bill est plombier et se retrouve dans le groupe de fondateur de la cité sous-marine. Ryan le remarque lors de l’une de ces interventions dans l’entreprise Ryan et lui propose de participer à sa grande folie en échange de toute la reconnaissance que Bill pourrait rêver et surtout un très très bon salaire. Bill est heureux, riche, respecté mais petit à petit une idée se fraye un chemin jusqu’à la surface de son esprit… son éthique personnelle vient assombrir ses idéaux...

Gorland : Enfant il fut orphelin et il a dû se battre pour faire sa place… travaillant dans un théâtre pour se payer sa soupe, il apprend beaucoup sur le métier d’acteur, et surtout il y voit une bonne application dans ses escroqueries de tous les jours … Ayant eut vent du projet pharaonique de Ryan, il veut en être, sauf que pour entrer à Rapture, il faut y être invité… Comme de bien entendu Gorland fait ça à sa manière et réussit à monter une sacrée affaire, une sacrée arnaque pour spolier tout ce que possède Ryan… La lutte est sanglante… Mais surtout Gorland a un esprit extrêmement intelligent et voit loin, très loin pour préparer ses arnaques, il est prêt à tout pour prendre le contrôle de Rapture.

La plume, le Scénario :

J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. D’une part car je ne suis pas fan de l’époque de l’après guerre et d’autre part car pendant une bonne centaine de pages, l’auteur pose le décor, la préparation du projet de Ryan, l’histoire des personnages… bref c’est nécessaire mais du coup je n’ai pas accroché au premier abord… J’ai persévéré et heureusement car la suite n’allait pas être de tout repos. Tout s’enclenche une fois la cité créée,une fois les premiers résidents invités pour toujours à Rapture. Très vite on s’aperçoit que l’utopie de Ryan va avoir des limites, il n’a pas pensé à tout, ou tout du moins, les petits bémols, de cette nouvelle société, restaient pour lui quantité négligeable et sans importance… Sauf que profitant du mécontentement d’une partie du peuple l’équipe adverse prend les rênes et s’infiltre dans la brèche… On sent venir la décadence tout doucement, la dérive d’un tel système, une éthique piétinée qui va réduire le petit peuple de travailleur de Rapture en esclavage. Et Ryan malgré les preuves de son échec, au lieu de changer de cap et rétablir la grande cité, reste sur ses positions et entame une guerre sanglante pour le pouvoir.

Finalement Ryan n’est pas mieux que certain, il avait une telle utopie en tête, de tels rêves qu’on ne peut lui en vouloir de s’accrocher à ce qu’il en reste… il a englouti toute une vie dans cette cité.

Les maillons, qui se resserrent autour d’Andrew Ryan, sont longs, patients, sa décadence doit être magistrale… mais Ryan reste debout et lutte avec acharnement pour ces idées quitte à voir mourir son personnel, rien n’est plus important que cette cité.

C’était intéressant de suivre cette personnalité autoritaire mais rêveuse. Sa lente agonie nous laisse entrevoir la fin, mais accrochez vous, il ne lâche rien cet arrogant tyran utopique. Vraiment, on passe par tous les sentiments le concernant… sa force de volonté est tellement impressionnante, sa détermination tellement violente !

L’évolution de Bill au sein de cette grande folie est vraiment passionnante aussi, ses rêves changent au fur et à mesure que le visage de Rapture mute en une espèce de monstre capitaliste sans foi ni loi…

En Bref :

Malgré un début peu enthousiasmant, cette lecture est devenue intéressante par la suite. Le personnage principal est complètement démago mais sa personnalité était pour le moins intrigant. Quand à Bill, j’ai eu plaisir à le suivre, à remarquer ses changements d’idées, son évolution, son réveil.

Un livre tout droit sorti d’un jeu vidéo et ma foi pas mal réussi.

Trois amis en quête de sagesse de Christophe ANDRÉ, Alexandre JOLLIEN et Matthieu RICARD

3-amis-en-quete-de-sagesseTitre : Trois amis en quête de sagesse

Auteurs : Christophe ANDRÉ, Alexandre JOLLIEN et Matthieu RICARD

Éditeur : Editions Iconoclaste

Genre : Philosophie, Psychologie

Nombre de pages : 528

Sorti le 13 janvier 2016

4ème de couverture :

« Un moine, un philosophe, un psychiatre. Depuis longtemps, ils rêvaient d’écrire un livre ensemble, pour être utile, pour apporter des réponses aux questions que tout être humain se pose sur la conduite de son existence. Quelles sont nos aspirations les plus profondes ? Comment diminuer le mal-être ? Comment vivre avec les autres ? Comment développer notre capacité au bonheur et à l’altruisme ? Comment devenir plus libre ?

Sur chaque thème, ils racontent leurs expériences, leurs efforts  et les leçons apprises en chemin. Chaque fois, ils nous proposent des conseils. Leurs points de vue sont différents, mais ils retrouvent toujours l’essentiel.

Un livre limpide et lumineux pour apprendre le métier de vivre. »

Mon avis :

Je vais construire ma chronique de la même façon que d’habitude même si ce n’est pas un roman à proprement parler  🙂

L’histoire ou plutôt les thèmes de cet ouvrage :

« Ce livre est né de notre amitié. Nous avions un profond désir d’une conversation intime sur les sujets qui nous tiennent à coeur. » source : 4ème de couv.

Ce livre se découpe en 12 grand thèmes qui vont de leurs aspirations profondes à l’art de l’écoute mais aussi  le corps : boulet ou idole ?, ils discutent de l’altruisme, de la simplicité, de la culpabilité, de la souffrance, de la vraie liberté

A chaque thème chacun y va de son expérience, de son vécu mais aussi de ses conseils pour enfin interagir avec ce que disent les deux autres. Leur échange est captivant. La vie n’est facile pour personne, je vois d’ici certain qui pensent que si quelques personnes ont la vie plus facile que d’autre… détrompez vous chacun se bat à sa manière et à son niveau, personne n’est épargné.

Chaque Sages (oui oui  c’est pas mal de les appeler comme ça 🙂 non ?) décrit sa vision des choses pour la comparer avec ses compagnons. Quelque fois ils ont des points de vue différents, de part leur vécu, leur travail, leurs croyances mais toujours aussi respectueux l’un que de l’autre, on s’aperçoit que finalement ils tendent vers le même idéal : le bien-être, le bonheur, les autres…

Ce livre aborde des sujets qui touchent tous les êtres humains, ils essaient d’apporter leur soutien, leur lumière, leur aide, leur bienveillance, leurs conseils afin de prodiguer le plus de bien possible autour d’eux et même au-delà ?

Les personnages ou plutôt qui sont ces trois auteurs ? (bio présente sur la 4ème de couverture):

Christophe ANDRÉ est médecin psychiatre. Il a été l’un des premiers à introduire l’usage de la méditation en psychothérapie. Il est l’auteur, notamment, d’Imparfait, libre et heureux (prix psychologies Magazine 2006), Méditer jour après jour, et de Et n’oublie pas d’être heureux…

Alexandre JOLLIEN est philosophe. Il a vécu dix-sept ans dans une institution spécialisée pour personnes handicapées. Il est l’auteur, entre autres, de l’Éloge de la faiblesse (prix de l’Académie française 1999), Petit traité de l’abandon et Vivre sans pourquoi...

Matthieu RICARD est moine bouddhiste depuis quarante ans. Il vit au Népal, où il se consacre aux projets humanitaires de l’association Karuna-Shechen. Il est notamment l’auteur de Le Moine et le Philosophe, l’Art de la méditation, Plaidoyer pour le bonheur, Plaidoyer pour l’altruisme et Plaidoyer pour les animaux…

La plume, les Plumes :

C’est un ouvrage inspirant.Pour moi ça restera mon livre de chevet, et ce n’est surtout pas péjoratif ! Je le garde près de moi comme certains peuvent garder la Bible ou le Coran… Ce livre est tellement lumineux et rempli de bienveillance 🙂

J’ai lu dans certains avis que la religion d’Alexandre Jollien dérangeait car trop proéminente… J’ai trouvé ça plutôt intéressant cette relation qu’il a avec sa religion et les préceptes de ses maîtres bouddhistes.

Je suis peut-être prédisposée à ce genre de pratique car je médite tous les matins depuis plus d’un an (grâce à Jonathan Lehmann des Antisèches du Bonheur), j’en avais vraiment besoin et comme certains je pensais que c’était un peu du folklore, de la poudre aux yeux. Et bien non, depuis je suis plus calme, je prends beaucoup de recul par rapport aux situations délicates… attention je n’en ai pas terminé avec les assauts des émotions mais méditer m’a peut-être évité de passer par la case anxiolytiques… Et surtout je vois mon environnement social de façon différente. Je suis de ceux qui pensent que la méditation devrait faire partie du cursus scolaire dès le plus jeune âge.

Bon terminé avec « ma life » 😛

L’écriture de ce recueil est très agréable, jamais assommante, toujours intéressante. Le style est fluide. Chaque thème est abordé de façon simple, direct avec des exemples, des vécus de nos trois compères; ça offre à ce livre beaucoup de dynamisme, ça le rend fascinant. Chaque chapitre est construit sous une forme de dialogue, où chacun des trois auteurs intervient qu’en il en ressent le besoin ou quand il s’interroge ou quand l’idée d’un de ses amis lui rappelle une anecdote, ce qui rend le récit très vivant comme si on assistait réellement à leurs échanges 🙂 !!

Le chapitre 9 : l’école de la simplicité, est mon chapitre préféré.

Mes pages coup de ❤ : la page 93 et la page 94 : Nos conseils face à l’ego

Quelques citations parmi tant d’autres qui ont retenu mon attention :

  1.  p82 « Quand nous ressentons de la joie, l’ego s’éclipse » Alexandre JOLLIEN
  2.  p89  » Une des plus belles définitions de la gratitude que je connaisse est celle du philosophe André Comte-Sponville, qui écrit :‘La gratitude se réjouit de ce qu’elle doit, quand l’amour-propre préférerait l’oublier’. Christophe ANDRÉ
  3.  p122  » Faites fondre la glace des concepts, et vous aurez l’eau vive de la liberté intérieure » Matthieu RICARD

En Bref :

Je maintiens c’est un livre à lire et à relire indéfiniment !!!

Quelques conseils à appliquer tout simplement sans se compliquer la vie et en plus ça améliore notre état d’esprit et nos conditions de vie avec la communauté, avec les autres mais aussi avec soi-même ❤ ❤ ❤ !!!

Merci aux auteurs ! Votre but était d’être utile, d’apporter des réponses à certaines questions et bien c’est chose faite.

Bravo et merci pour votre bienveillance, votre lumière ❤

Qui est Terra Wilder ? d’Anne Robillard

qui est terra wilderTitre : Qui est Terra Wilder ?

Auteure : Anne Robillard

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 480

Sorti le 3 janvier 2013

4ème de couverture :

« Souhaitant oublier l’accident tragique dans lequel il a perdu sa femme et qui a failli lui coûter la vie, Terra Wilder s’installe à Little Rock, une petite ville tranquille du Canada, afin d’y enseigner la philosophie. Ce nouveau projet va lui permettre de se reconstruire. Du moins l’espère-t-il. Or dès son arrivée, d’étranges phénomènes se produisent : ses étudiants se mettent à le vénérer, les arbres cherchent à l’agripper sur son passage, le fantôme de son épouse vient le hanter.
Il découvre aussi que ses mains possèdent un pouvoir de guérison. Coïncidence ? Fatalité ? Alors que Terra s’adapte enfin à son quotidien, le passé resurgit comme un cauchemar, l’obligeant à replonger dans le projet secret sur lequel il travaillait aux Etats-Unis avant l’accident. Et si cet homme mystérieux était bien plus qu’un simple scientifique devenu professeur de philosophie ?  « 

Mon avis :

L’histoire :

Terra Wilder est fortement conseillé de s’éloigner de là où il vivait et travaillait avant son accident. Son psychiatre lui trouve un emploi de prof de philo dans un collège d’une petite ville du Canada. La classe qu’il doit prendre en charge est réputée pour faire perdre la tête au professeur… Mais contre toute attente, les élèves sont sous le charme et boivent ses paroles de prof de philo. Terra les laisse s’exprimer et deviser pour chaque question philo qu’ils leur pose et ça leur convient tout à fait. Les autres professeurs n’en reviennent pas 🙂 Mais bientôt d’étranges phénomènes apparaissent autour de Terra qui l’obligeront d’une manière ou d’une autre à retourner à ce fameux projet secret dont il voulait s’éloigner… Mais qui se cache derrière cet homme ? Il ne sait peut-être pas lui-même enfin pas tout suite 😉 ?

Les personnages :

Terra Wilder : C’est un homme mystérieux vers lequel les arbres essaient de se tendre pour le toucher à son passage. Il est invalidé par des douleurs terribles aux genoux. Il est rescapé d’un terrible accident qui a tué sa femme et ses jambes… Mais contre tout attente, un scientifique lutte pour qu’on le maintienne en vie et décide l’armée à lui fabriquer des jambes artificielles, pas tout à fait au point, enfin le croit-il … Il rencontre la bouleversante, dans tous les sens du terme, Amy à son nouveau travail. Et apprend à connaître « les 7 terreurs »…

Amy : elle est prof d’anglais dans ce fameux collège de Little Rock, collègue de Terra, il lui voue d’ailleurs un intérêt soudain et irrépressible et s’accroche à son intuition et à ce qu’elle ressent malgré tous les efforts que fait Terra pour la décourager…

Les 7 terreurs : ce sont 7 élèves réputés être l’enfer sur terre pour tous les professeurs ! Mais ils vont adorer Terra Wilder et ne plus vouloir le quitter. Auprès de lui leur résultats s’améliorent, leur envie de faire quelque chose de leur vie se précise. Terra est le seul prof qui leur montre du respect, qui les accepte comme ils sont.

Beaucoup d’autres personnages croisent la route de Terra pour le bien comme pour le mal…. et comme à mon habitude je ne veux pas en dire plus de peur de spolier !!

La plume, le scénario :

Je reste sous le charme de l’écriture d’Anne Robillard, sa plume me transporte dans son univers direct, mon imagination se met en route 🙂

Cette façon de nous transporter entre le moyen âge,  les chevaliers de la Table Ronde et notre époque + l’incroyable cerveau de cet astrophysicien !!! Bref on voyage, on suit Terra dans tout ce mélange de société, au travers de sa dette karmique. Ce passage dans les différentes époques rend le récit dynamique et à aucun moment ça ne m’a perdu. Au contraire ça me poussait toujours plus dans les chapitres et j’avais du mal à lâcher ce récit !

On démarre avec un homme meurtri par un grave accident de voiture, qui pour terminer sa guérison, fini au fin fond d’une petite ville du Canada comme professeur de philosophie. Petit à petit on en apprend un peu plus sur Terra mais pas vraiment tout… le mystère demeure... Les arbres semblent vouloir continuellement entrer en contact avec lui, Il s’aperçoit qu’il peut guérir les gens en les touchant, sa femme morte dans l’accident revient et se décrit comme son guide, une puissance obscure décide de s’inviter dans sa vie également…. ah j’oubliais, l’armée veut le récupérer à tout pris, enfin elle veut récupérer son cerveau qui semble très très précieux… Bref dans tout ça il n’est pas facile de reconstruire sa vie… Mais Terra semble un homme puissant et déterminé. Même le destin a décidé de lui imposer une mission pour le mauvais karma qu’il aurait accumulé plus de deux mille ans en arrière …..

Wow ! Quel voyage, quel suspens ! oui j’ai vraiment apprécier cette aventure 🙂

En Bref :

Encore une lecture agréable ! Une aventure captivante avec un héros mystérieux et en quête de se libérer de sa dette karmique 😉