Contes Nippons au coin du feu

Titre : Contes Nippons au coin du feu

Auteurs : Collectif => Audrey Calviac, Dola Rosselet, Maud Wlek, Vérène Dévanthéry, Célia Haro, Marine Stengel, Anthony Boulanger, Laurent Combaz Louise Roullier, Vanessa Terral, Nimu.

Éditeur : Hystérie

Format : Epub (247 pages)

Genre : Conte

Fiche Bibliomania

Résumé :

« Onze histoires nippones à lire au coin du feu. Attention, la porte des rêves et des cauchemars est ouverte.

– Le pays des Yokaï, Audrey Calviac
– De soie et de fourrure, Dola Rosselet
– Le Yurei, Maud Wlek
– Huit pattes, sept queues, Vérène Dévanthéry
– SokuShinbutsu, Célia Haro
– Tetsuya,Marine Stengel
– L’Empereur solitaire et le cadeau du Corbeau Rouge, Anthony Boulanger
– So leng et Le Pouvoir venu du levant, Laurent Combaz
– Les trois coups du spectre, Louise Roullier
– Hahanaru Shizen, Nimu, maitre du feu de camp à L’Académie de Minuit
– L’héritage de Susanoo, Vanessa Terral, invitée

L’anthologie officielle du Salon Japan Impact 2017 »

Mon avis :

Je remercie Livraddict et les éditions Hystérie pour cette découverte !!

Je lis pas mal de manga, je regarde pas mal d’animés et j’avoue que ce recueil de contes m’a tout de suite attiré 🙂

Et je ne suis  vraiment pas déçue 🙂

Le collectif d’auteur nous fait voyager au travers des mythes, légendes, croyances, superstitions japonaises et ce fut une lecture passionnante.

Certaines de ces nouvelles m’ont laissé sur ma faim, j’aurai aimé qu’elles continuent comme « le pays des Yokaï » d’Audrey Calviac et « De soie et de Fourrure » de Dola Rosselet. On se retrouve pris dans le jeu d’écriture de ces deux auteures et on a plus envie de les quitter. Elles ont su doser tension et rebondissements avec beaucoup de finesse.

La nouvelle la plus frustrante c’est bien « So Leng et le pouvoir venu du levant » de Laurent Combaz, je veux la suite en livre 😀 !!!

La dernière nouvelle « L’héritage de Susanoo » est ma préférée ! Car j’aime le fait que des humains soient choisis pour protéger le monde, des Ténèbres et surtout quand le plus insignifiant des personnages est le plus puissant au final 🙂

L’histoire de « Tetsuya » est effrayante, ce Yokaï est vraiment mauvais … et quelle émotion dans « Le Yureï », toute cette tension qu’on ne comprend pas comme le personnage,  Maude Vlek a une écriture vraiment efficace 🙂

La nouvelle « L’empereur solitaire et le corbeau rouge » d’Anthony Boulanger est la plus surprenante, car on vient de lire des nouvelles avec des esprits mauvais, qui tuent des gens et là on s’attend à de mauvaises choses et non cette histoire est très belle et en plus si on veut on peut approfondir les mythes qui y sont distiller 😉

« Haha Naru Shizen » est finalement un conte d’aventure au coeur des légendes, un récit passionnant.

La nouvelle « Sokushinbutsu » de Célia Haro est un peu glaçante et très sombre, d’autant plus qu’on n’arrive pas trop à savoir le pourquoi du comment.

« Les trois coups du spectre » de Louise Roullier est peut-être la nouvelle qui m’a le moins stimulée car je ne suis pas très au fait du jeu de go par conséquent certaine partie du récit m’ont paru un peu long…

« Huit pattes et sept queues » de Vérène Dévanthéry y décrit parfaitement le sadisme, le jeu, le mauvais côté des esprits toujours prêt à torturer, à jouer avec les pauvres petits humains… et sans scrupules bien sûr !

Un recueil passionnant ! MERCI MERCI !

En Bref :

Je remercie une nouvelle fois Livraddict et les Éditions Hystérie pour m’avoir accordé cette très belle découverte, qui donne envie de continuer des recherches sur les contes et légendes japonaises.

Publicités

MASQUES de Caroline Giraud

Titre : Masques

Auteure : Caroline Giraud

Editeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Aventure

Nombre de pages : 271

Sorti le 15/04/2017

Fiche Bibliomania

 

Résumé auteure :

« Pascal est un Érudit. Calculer, c’est là toute sa vie : la distance entre les planètes, l’heure exacte à laquelle il doit partir du bureau pour aller chercher son fils à l’école. Sophie est une Noble. Qu’elle ait pu souhaiter travailler, écrire ou faire du sport n’a aucune importance. Cela ne lui est pas nécessaire : le bras de son époux, le roi, suffit à remplir sa haute existence. Scarlett est une Bohémienne. Du lever du soleil à la tombée de la nuit, le son de sa guitare piste les passants. Les trottoirs la connaissent, assise sur le chemin de tous et de chacun. Elle est la fille de la meilleure, la plus belle, la plus chère des prostituées de Paris. Son destin résonne dans sa voix : elle ne sera jamais rien d’autre que la fille de la prostituée. 

Eric Shimmer. L’un des Hackers. Ils se tiennent silencieusement à l’extérieur de la ville, une arme à la main, car ils n’ont pas le droit d’entrer. Ils aiment la guerre et le sang , on les croit fous… mais peut-être attendent-ils bien plus de leur combat. Ils veulent la liberté. »

 

Mon avis :

Tout d’abord MERCIIII à l’auteure #Caroline Giraud de m’avoir proposé son roman si gentiment 🙂

L’histoire :

Pascal, l’Érudit est agacé de trouver sur son chemin tous les jours, Scarlett la bohémienne. Ce son de guitare affreux, cette voix discordante … mais paradoxalement, quand il ne la voit pas, il la cherche, il ressent un manque …

Le monde ne tourne plus très rond, les masques ont disparu…

Les Hackers cherchent à tout prix les masques qui tiennent la société en ordre. Ils veulent le désordre, ils veulent ces masques que le Sphinx a caché.

Le Sphinx a tout oublié de l’endroit où elle a caché les masques, mais elle a laissé des énigmes que seul un Érudit peu résoudre.

Pascal est le meilleur des Érudits, les Hackers le veulent, le cherchent et pour ça rien ne les arrête.

Sophie la Noble, Pascal l’Érudit et Scarlett la Bohémienne, des êtres qui n’auraient jamais dû se fréquenter, ni même se parler, vont être obligés de cohabiter, de travailler ensembles pour retrouver les masques et redonner du sens au monde. Ils vont devoir affronter les Hackers sans pitié, tortionnaires prêts à tout pour retrouver les masques avant notre drôle de groupe.

Les personnages :

Pascal est un Érudit quarantenaire, qui ne vit que pour les chiffres, l’argent et la connaissance. Il méprise presque tout le reste. Il est rebuté par les bohémiennes, pourtant Scarlett retient son attention et il ne comprend pas bien pourquoi… Tout d’abord tenté d’abandonner cette quête, il n’arrive pas à renoncer, c’est plus fort que lui.

Sophie est une Noble, sa vie n’est qu’une source d’ennui, de frivolité entre surveiller le dernier de ses fils, apaiser les humeurs belliqueuses du son premier fils et son époux couard, plongé dans l’immobilisme et l’ignorance. Mais elle se révélera être une très bonne médiatrice, et fera preuve d’une courageuse détermination quand il le faudra.

Scarlett, c’est une jeune femme tout feu tout flamme, appartenant à la caste des bohémienne. Au caractère bien trempé, très impatiente, et surtout dédaignant les Éliteux et les Noblard. Sa logique tout à elle, les sortira très souvent du pétrin.

Shimmer : c’est un Hacker épris de liberté. Ne supportant plus d’être mis au ban de la société mais désirant ardemment le pouvoir. Cette envie irrépressible de pouvoir va le conduire a une extrême sauvagerie, une barbarie. Adepte de coups et blessures, de torture et bien pire encore pour arriver à ses fins. il ne cessera de poursuivre le petit groupe de Pascal leur infligeant maintes souffrances mais sans jamais réussir à les séparer.

La plume, le scénario :

Avec « Masques », nous sommes dans un roman  mêlant créature mystérieuse, Royauté, hiérarchie de caste et téléphone portable !

J’ai commencé ce roman dès que je l’ai reçu et je ne l’ai plus lâché que pour aller dormir et travailler 😦 à ma grande impatience .

J’ai aimé ce blocage du monde sur des castes qui ne s’aiment pas, car différent les uns des autres et pour le coup engendrant méfiance, peur irrationnelle et bien d’autres clivages. Ce monde voué à ne pas évoluer, ou tout du moins favorisant certaines classes tout en acceptant aucun mélange, aucune fréquentation de quelque nature que ce soit… Bon évidemment, ça m’a fait penser à notre société qui a encore du mal à dépasser certaines mœurs, certaines idées moyenâgeuses. Et oui les habitudes ont la dent dure. L’auteure bien sûr a accentué ces traits de différences, cette animosité face à l’autre quoique parfois ce n’est pas si accentué…

Chaque chapitre est consacré au point de vue d’un personnage sur l’avancée de leur aventure. Ce qui rend le récit dynamique, rapide. Et surtout chaque personnage a son côté positif et son côté obscur. Les masques avaient cette faculté de cacher certaines vérités, en tout cas de les rendre invisible… d’empêcher le destin de se réaliser, d’anéantir toute tentative de rébellion en maintenant appuyer sur les traits de caractères obscurs.

Chacun des protagonistes veut retrouver les masques pour une raison. Le moyen d’y arriver est très discutable concernant les Hackers…

L’important dans ce récit c’est qu’il démontre qu’on ne peut pas faire grand chose tout seul. C’est toujours mieux de conjuguer les talents et d’avancer ensemble, dépasser les clivages, et apprendre à se connaître, à s’apprécier mais aussi à se comprendre. Il est parfois nécessaire de comprendre pourquoi les personnes agissent d’une façon qui nous déplaît, qu’est ce qui les à pousser à choisir tel camp et pas un autre ?

J’ai ressenti cette lecture de cette façon, un récit ou plutôt une ode à la fraternité, à l’entraide. Un récit pour aller vers l’autre si différent mais qui finalement nous ressemble un peu…

Bon il y a ce côté se concentrant sur les castes, mais aussi cette folle aventure au travers de Paris. Nos héros traversent un Paris qui n’est pas tout à fait le nôtre. Le Sphinx a laissé des énigmes pour retrouver les masques, et c’est au travers des solutions que l’auteure nous fait visiter son Paris. J’ai donc été chercher toutes ces références aux statues et au jardin des plantes, à la forêt de Fontainebleau et l’histoire du quartier du marais de Paris. Toutes ces petites recherches se sont révélées passionnantes !!! Merci beaucoup Caroline Giraud 🙂

Ce roman fut un réel plaisir de lire, partagée entre l’enthousiasme de Scarlett, la passion retenue de l’Érudit, la barbarie du Hacker et le merveilleux entretenu par le Sphinx 🙂

En Bref :

Un roman passionnant et instructif !! Oui oui j’ai découvert des choses sur Paris que je ne connaissais pas.

Avec ce récit, j’ai pu voyager jusqu’à Paris et vivre une aventure captivante !!

je-lis-des-auto-edites

Rebelle du Désert d’Alwyn Hamilton

rebelle-du-desert-t1Titre : Rebelle du Désert T1

Auteure : Alwyn Hamilton

Traductrice :Hélène Zylberait

Éditeur : Pocket Jeunesse

Genre : Fantazy, Romance, Jeunesse

Nombre de pages : 284

Sorti le 1er septembre 2016

4ème de couverture :

« Le destin du désert repose entre ses mains.

Prisonnière d’une vie étouffante au coeur du désert, Amani n’aurait jamais imaginé galoper un jour sur un cheval fantastique, en compagnie d’un fugitif recherché pour trahison. Elle ne se serait jamais doutée non plus qu’elle en tomberait amoureuse… ni qu’elle l’aiderait à mener la résistance contre le sultan. »

Mon avis :

L’histoire :

Amani s’enfuit de chez son oncle pour participer à un tournoi de tir dont elle se sait capable de gagner à condition que personne ne découvre qu’elle est une femme. C’est là-bas qu’elle rencontre Jin, un excellent tireur d’ailleurs… Il est étranger à son monde et elle le remarque tout de suite…

De déconvenues en déconvenues, Amani est amené à fuir sa ville Dustwalk sur une monture fantastique et sauvée par le bel étranger.

Elle qui rêvait de rejoindre Izman, la ville où sa vie changerait d’après sa mère, la voilà embarquée dans un mouvement de destitution du sultan tyrannique !

Elle ne soupçonne pas encore de quoi elle est capable, mais bientôt ça s’imposera à elle-même comme une évidence…

Les personnages :

Amani : c’est une jeune femme rebelle, désobéissante et très douée avec des armes à feu. Elle est hébergée par son oncle qui aimerait bien l’épouser car une femme aussi délurée qu’elle, ne doit pas rester sans un mari pour la mater !! Elle a les yeux bleus, c’est ce handicap qui a dénoncé sa mère d’adultère et lui a valu la peine de mort … Mais Amani a un rêve, celui de quitter Dustwalk pour Izman. Pour ça elle doit gagner le tournoi de tir à Deadshot, un endroit mal famé… Elle est courageuse et volontaire, elle n’hésite pas à risquer sa vie pour se libérer de ces carcans archaïques…

Jin : Un très bel étranger venu tenter sa chance au tir à Deadshot… mais pas que… il semblerait qu’il soit poursuivi pour trahison. Il va tout faire pour s’évader de Dustwalk et du coup il va sauver la vie de la belle aux yeux bleus (Amani). Malgré ses réticences à l’aider à rejoindre Izman, il finit par céder mais le destin en a décidé autrement …

D’autre personnages secondaires vont servir de tremplin pour aider ou empêcher Amani à s’échapper de Dustwalk.

La Plume, Le scénario :

Le récit est à la première personne et ça nous plonge direct dans l’action. Amani est à Deadshot et on comprend bien qu’elle n’a pas le droit et qu’elle s’est enfouie de chez son oncle. Elle est obligée de cacher qu’elle est une femme car sinon elle n’est rien. La femme doit garder les yeux baissés et rester aux tâches ménagères qui lui incombe. Rhoooooo la la ça m’a hérissé le poil, cette condition rétrograde de la femme !!! Mais malgré cette non considération de la femme, Amani se rebelle et ne veut pas suivre la tradition c’est à dire épouser un homme qu’elle n’aime pas et surtout plus vieux qui ne fera qu’abuser d’elle sans scrupule…

Amani semble très douée au maniement des armes à feu, mais un contretemps l’empêche de gagner le premier prix… un fâcheux contretemps. Mais elle n’est plus seule, car le destin a décidé que Jin, le bel étranger, serai toujours sur son chemin… Même s’il est contre le fait de voyager jusqu’à Izman, même s’il essaie de l’en dissuader… Il finira par céder. Mais ils ne sont pas au bout de leur peine, et leur aventure va les conduire là où ils ne s’attendaient pas.

J’ai bien aimé cette introduction d’êtres fantastiques comme les bouraqs (vous saurez si vous lisez ce roman 😉 ), mais aussi de Djinn, des démons manipulateurs s’accouplant avec des humaines pour créer des demi-djinn (autre appellation dans l’histoire mais là encore vous devrez lire si vous voulez savoir 😉 )

Une écriture agréable et bien traduite. Dynamique dû à l’utilisation de la première personne par Amani l’héroïne. Des rebondissements qui ne laissent pas le lecteur se reposer sur ses lauriers. Des péripéties fantastiques pour les empêcher d’aller là où ils veulent. Bref j’ai vraiment passé un très bon moment 🙂

En Bref :

Une aventure dans le désert tout à fait dépaysante et passionnante !!!

Les Egériades, T1 : 393 Résidence Avalon de Corinne Guitteaud

les-egeriades-1Titre : Les Egériades

Tome 1 : 393 Résidence Avalon

Auteure : Corinne Guitteaud

Éditeur : Les Editions Voy'[el]

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 246

Sorti le 22/12/2014

4ème de couverture :

« Et si Lancelot n’était jamais revenu du Val sans retour, le destin des Pendragon en aurait-il été changé ? Tout commence le jour où Iris Morgenstern devient la locataire du 393 de la Résidence Avalon. Elle ignore alors que l’appartement ouvre sur un autre monde peuplé par les personnages de nos contes et de nos légendes et qu’elle est appelée à devenir la nouvelle Égéria. D’abord effrayée par l’ampleur de cette tâche, Iris se laisse peu à peu séduire par les créatures qui attendent d’elle qu’elle les guide dans leur combat contre Morgane la Fay : Agrippine, la licorne fanfaronne, Nahimana, la belle Algonquine, Robin des bois, le Prince des Voleurs, Athénor, le vieux dragon, et surtout Merlin l’Enchanteur. Face à eux, les Manitous, alliés de la sorcière, ne leur épargneront aucune épreuve, à commencer par les abominables wendigos. Et dans l’ombre, les Muses attendent leur heure dans la Cité de l’Éternel Été. »

Mon avis :

L’histoire :

Iris n’en croit pas ses yeux, elle va devenir locataire d’un magnifique appartement qui en plus est très bien situé. Mais elle est loin de se douter qu’elle ne sera pas toute seule à y habiter, enfin qu’il y aura du passage dans son futur petit nid. Son appartement est en fait un portail vers un monde peuplé de nos héros légendaires de contes traditionnels. Un monde plein de magie. Elle bascule d’un seul coup dans la légende du roi Arthur et son rôle est très important, elle va devoir défendre sa vie, ses amis, et le monde magique face aux Muses impitoyables et tyranniques. Mais elle ne sera pas seule à accomplir cette tâche, Merlin l’enchanteur, Robin de Locksley, Agrippine la licorne et Athénor le vieux dragon et plein d’autres personnages vont tous œuvrer pour la réussite de la mission d’Iris, la nouvelle Egéria.

Les personnages :

Iris Morgenstern est une jeune enseignante qui aide les personnes en difficulté à mieux s’insérer, à apprendre la langue du pays qui les accueille. Elle a plusieurs groupes en charge, sa motivation est toujours très solide. Quand elle se retrouve face à un étranger dans son appartement, elle croit avoir affaire à un cambrioleur, puis quand Merlin lui explique la situation, elle se dit qu’elle a affaire à un dingue et petit à petit elle se laisse entraîner dans cette histoire et devient même l’héroïne, la sauveuse… alors qu’elle pense ne pas posséder le talent requis pour être ce genre de personnes, les autres personnages vont s’acharner à lui prouver qu’elle est très importante et qu’avec ses actions elle peut sauver leur monde et le sien. Elle reste malgré tout de bonne composition, car elle se laisse entraîner dans cette bataille non pas sans peur mais avec courage et détermination. Autour d’elle une licorne, un vieux dragon et plein de Légende vont lutter coûte que coûte !

Merlin l’enchanteur, il se doute qui est Iris et tente de lui faire revenir les souvenirs. Il est très manipulateur et rentre souvent en conflit avec Iris malgré une attirance certainemaladroit et déterminé à sauver son monde, il déroute souvent Iris. Il est le premier personnage magique à entrer en contact avec Iris, non sans mal 😀 . Il va se battre à ses côtés quoi qu’il lui en coûte, le monde magique prévaut sur ses sentiments.

Lancelot, apparemment détourné de son destin, il erre dans le monde d’Iris à la recherche du portail pour rentrer chez lui. Malheureusement il se laisse guider par sa vengeance et ne fait pas toujours les bons choix…

Agrippine, c’est la magnifique licorne qui décide d’aider Iris dans sa quête. Elle est un peu hautaine et ses manières sont pour le moins hilarante par moment.

Athénor, le vieux dragon qui a juré fidélité à Egéria semble dévoué à Iris la nouvelle Egéria et sera toujours présent au côté de la détentrice d’Excalibur.

Ce livre regorge de personnages tous plus intéressants les uns que les autres, c’est un festival et on est absolument pas perdu, c’est un vrai bonheur !

La plume, le scénario :

J’ai d’abord été attiré par la couverture tout à fait originale, j’ai donc continué en lisant le résumé en 4ème de couverture qui a achevé de me convaincre !

Les légendes arthuriennes, mais pas que… Ce genre de dystopie, et si tel évènement n’était pas arrivé ? J’adore les revisitations de conte à la sauce folie 🙂

Le petit point qui me plait, comme d’habitude, c’est ce début de roman ancré dans la réalité : une jeune femme est sur le point de signé son contrat de location pour l’appart de ses rêves, rien de plus réel… mais doucement ou plutôt brutalement notre héroïne bascule dans le fantastique avec l’arrivée de non moins célèbre Merlin l’enchanteur dans sa chambre !!

L’auteur reprend à sa sauce les contes traditionnels sur les légendes arthuriennes en changeant la destinée d’un personnage et donnant de l’importance à des Muses qui ont détourné des règles à leur seul profit… La vie quotidienne quoi ! Quand quelqu’un a trop de puissance dans ses mains il finit par céder au doux chant du pouvoir et à le détourner pour son propre compte … Bref sauf que là le monde de la magie et le monde réel d’Iris risque d’être anéanti… C’est alors que commence la quête d’Iris accompagnée de ses fidèles amis.

Ce récit était captivant, tant par l’écriture fluide et agréable que par l’idée de revisiter la légende du roi Arthur !

En Bref :

une lecture passionnante !

La Pierre d’Isis, T1: Isulka la Mageresse de Dorian Lake

la-pierre-disisTitre : La Pierre d’Isis

Tome 1 : Isulka la Mageresse

Auteur : Dorian Lake

Illustration couverture : Virginie Carquin

Édition : Lune Écarlate Éditions

Collection : Lune Mécanique

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 206

Sorti le 20 septembre 2016

4ème de couverture :

« Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.

Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. Plus question pour Isulka et Scipione de travailler à prix bradés. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne… »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict, à l’auteur Dorian Lake et aux Editions Lune Écarlate pour ce partenariat et cette jolie découverte !

L’histoire :

Isulka se trouve un peu endettée et à court d’argument pour son créancier… elle réussit à s’échapper une nouvelle fois mais il est urgent pour elle de trouver un travail qui paye très bien et vite donc pas forcément honnête… Scipione est également à court de liquidité et dans l’urgence de trouver de l’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahisons de ses pairs… C’est alors qu’ensemble ils entrent au service de Sir James Ladd pour retrouver une bague rubis qu’on lui aurait volé et qui aurait une importance capitale. Mais cette bague a bien plus d’importance que semble le dire Ladd, et il va jeter Isulka et Scipione dans une aventure, plutôt une mésaventure, jusqu’au Caire face au fanatisme religieux d’une ancienne secte… Ensemble, l’un contre l’autre puis ensemble de nouveau ils vont apprendre à leurs dépens que cette bague exerce un pouvoir immense sur les vils esprits faible et fanatique…

Les personnages :

Isulka est une jeune femme, sans famille, habituée à prendre quelques risques pour survivre. Elle est débrouillarde, vivote de sa magie mais s’endette aux jeux… C’est une femme déterminée, courageuse et surtout indépendante. Elle a appris à cacher sa véritable magie car elle sait ce que les gens craintif et le Vatican lui feraient s’ils découvraient ses pouvoirs.

Scipione di Lucantoni : Il est Italien et c’est un des derniers spadassins (il est équipé d’une rapière) 🙂 Il louvoie beaucoup dans le but de récolter assez d’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahison de ses pairs. Il a un sens de l’honneur plutôt adaptable à la situation 😀  et Isulka va en faire les frais mais quand elle aura vraiment besoin de lui, il sera là même à en risquer sa vie.

Sir James Ladd : il se présente comme un marchand Anglais assez riche à la recherche d’une bague en rubis qu’on lui aurait volé et dont la vente sur le marché noir serait très préjudiciable à son pays. Il est tenace et usera de tout son pouvoir et son argent pour retrouver cette bague.

Aslin : Il est à la solde de Sir James Ladd, il défend ses intérêts et joue aussi les garde du corps et les hommes de main. Il est doté d’une force surpuissante, Scipione en fera les frais d’ailleurs.

D’autres personnages entre en jeu, ils sont secondaire mais ils ont leur importance dans la progression du récit.

La Plume, le Scénario :

C’est un livre très court, trop court j’ai envie de dire 🙂 une fois les dernières lignes lues… je me suis retrouvée toute seule, j’aurai bien aimé continuer l’aventure avec Isulka.

L’écriture est fluide et agréable. L’auteur est direct et on se retrouve dans le vif du sujet avec Isulka et ses créanciers. L’histoire se situe dans le passé à Paris, la Tour Eiffel est encore en construction, il existe peut-être encore des êtres possédant des pouvoirs, mais beaucoup ont été pourchassés et tués par les soldats du Vatican. Avec Scipione en dernier épéiste de l’époque, on peut traduire qu’on se trouve dans une époque charnière, car les autres personnages préfèrent utiliser des armes à feu.

L’auteur n’en a pas terminé avec nous, ils nous emmène au Caire sur les traces d’une ancienne légende ou prophétie égyptienne. Isulka en bonne chapardeuse qu’elle est, se retrouve prise au piège entre les Anglais et les fanatiques d’une secte égyptienne, à cause de cette très chère bague rubis. Ce mélange des lieux offre du dynamisme au récit et le lecteur se retrouve rapidement à la dernière page.

J’ai apprécié cette relation un peu floue entre Isulka et Scipione. Deux marginaux au prise avec leur propres démons mais se souciant de l’autre par touche très légère… Face aux monstres séculaires, aux humains patibulaires et trompeurs, ils combattent non sans mal mais avec détermination.

En Bref :

Un petit récit bien sympathique.

Petit message à l’auteur : « C’est quand la suite ? J’aimerai bien savoir ce que devient Isulka ? et j’aimerai bien aussi lire d’autres de ses aventures 😉  »

 

L’Architective, les reliques perdues de Mel Andoryss

L'ArchitectiveTitre : L’architective, Les reliques perdues

Auteure : Mel Andoryss

Éditeur : Castelmore

Genre : Jeunesse, fantastique

Nombre de pages : 320

Sorti le 15 juin 2016

4ème de couverture :

 » JE SAIS,

JE SUIS BIZARRE…

Armand sera en retard pour son premier jour de lycée.

Il aurait préféré ne pas se faire remarquer mais, en tant qu’architective, il doit honorer ses obligations. En effet, une enquête urgente lui a été assignée. Il lui faut se rendre dans un hôtel particulier où, grâce à son pouvoir, il accédera à l’âme du bâtiment pour percer un lourd secret de famille. La routine pour Armand… sauf que rien ne se déroule comme prévu.

Des inconnus ont découvert son secret et le traquent. Comme si cela ne suffisait pas d’avoir de dangereux individus à ses trousses, le jeune homme rencontre une nouvelle camarade de classe qui lui retourne le cerveau. Et ce n’est pas seulement parce qu’elle est jolie… »

Mon avis :

L’histoire :

Armand loupe sa première rentrée au lycée, car sa mère l’emmène dans un hôtel particulier où il doit exercer son don : il est Architective, c’est à dire qu’il peut lire l’âme des maisons et retrouver des secrets de familles…

Seulement cette fois ce n’est pas une plongée comme les autres et ce qu’il entrevoit le pousse à enquêter plus loin, mais il va vite s’apercevoir qu’il n’est pas seul sur le coup et que son don intéresse quelques personnes certainement mal intentionnées

Mais sa journée n’est pas finie, il rencontre une étrange camarade de classe qui peut tordre les murs… Seule bonne nouvelle dans sa pitoyable journée, c’est que Cédric son meilleur pote est dans sa classe également.

Cette plongée dans l’hôtel Beaucaire va l’entraîner lui et ses amis dans une course folle et dangereuse… mais cette aventure servira également à Armand à découvrir de façon plus approfondie l’étendue de ses pouvoirs

Les personnages :

Armand est un jeune garçon qui entre en seconde dans un lycée parisien. Il est architective, c’est à dire qu’il peut lire l’âme des bâtiments et découvrir des secrets bien enfouis. Sa mère a souvent recourt à son don et son père le guide dans ses démarches. Il fait la rencontre étrange et bouleversante d’une de ses camarades de classe qui influe sur les murs de façon étonnante… mais il rencontre aussi des vieux amis de son père qui ne lui veulent pas que du bien…

Mallaurie :  c’est cette jeune fille qui tord les murs mais pas que… elle est rousse est très jolie et surtout elle a repéré Armand mais pas comme il l’aurait voulu…

Cédric : c’est le pote d’Armand, c’est son allié de toujours pour jouer au char sur les ordinateurs de la maison familiale, c’est le champion des recherches internet et il sera d’une aide précieuse pour Armand lors de son enquête spéciale. C’est aussi apparemment un très grand acteur pour ce qui est de se jouer des adultes 😀 !!

La plume, le scénario :

J’ai déjà lu l’auteure Mel Andoryss, mais sous une autre forme que le roman 🙂 ; les deux premiers tomes de la trilogie « Le soufflevent » en BD et j’ai vraiment aimé !!

Étonnée de la trouver sous une autre forme de récit, je me suis laissée prendre par ma curiosité 🙂 et de nouveau je n’ai pas été déçue !

C’est une histoire peu commune, qui change des pouvoirs habituels comme télépathe ou autre magie… Armand lit l’âme des maisons, leur passé et aussi leurs secrets, certaines sont contentes de l’accueillir mais d’autres ne sont pas très heureuse d’un étranger dans leurs murs, d’autres sont tristes… bref c’est super intéressant de suivre Armand et son équipe 😉 En plus quand il plonge dans cet hôtel particulier, il ne sait pas encore que cette plongée sera étrange et pleine d’enseignements. En quelques jours il va en apprendre plus sur lui même et ses capacités qu’il n’en a appris ces dernières années. C’est une aventure d’un genre initiatique 🙂

Le lecteur découvre en même temps qu’Armand l’étendue de son don et encore il s’aperçoit qu’il y a surement plus à connaître qu’il ne suppose.

Mel Andoryss nous entraîne dans cette quête de reliques perdues, et ce premier tome nous sert de présentation pour le personnage d’Armand ! et c’est pas de tout repos !

En Bref :

Une aventure passionnante et vibrante de pouvoir étonnant !

Walkyrie par Cordurié – Kovacevic

Walkyrie T1Titre : Walkyrie

Tome 1 : Froid comme la mort

Auteur, dessinateur, coloriste : Sylvain Cordurié,  Drazen Kovacevic, Simon Champelovier

Traducteur : Csaba Kopeczky

Éditeur : Soleil Production

Collection : Soleil Celtic

Nombre de pages : 48

Genre : fantastique, mythologique

Sorti le 22/08/2012

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Un hiver meurtrier ravage Midgard. Las d’implorer la clémence des dieux, Alrik, le fils du roi Lothar, décide les clans vikings de l’envoyer, lui et d’autres guerriers, plaider directement leur cause auprès d’Odin. Ayant besoin d’un guide, Alrik se tourne vers Gunhild, une walkyrie exilée pour avoir offert sa virginité à Hermód, l’un des fils d’Odin, lui aussi chassé de la cité des Ases. Commence alors un voyage qui conduira Alrik et les siens jusqu’à Asgard, et à prendre part à la plus grande guerre qu’aient connu les Neufs Mondes. »

Mon avis :

Dans un monde tourmenté par la colère et le conflit, la témérité d’un prince va l’amener à découvrir un effroyable spectacle dans le royaume d’Odin; Une Walkyrie, Gunhild, et son fidèle compagnon Hermód (fils d’Odin) vont devenir les guide de ce prince fougueux.

Ce qu’ils vont découvrir vont glacés d’effroi même les plus courageux. Leur quête d’un monde meilleur, d’une vie moins dure, du pardon du Dieu Odin va devenir plus compliquée qu’ils ne l’avaient même envisagée…

Le trait du dessinateur est superbe, les personnages sont beaux très expressif… les couleurs se marient bien à l’ambiance écrite par l’auteur.

En Bref :

Une courte chronique pour ne pas trop en dévoiler… Un bonne BD qui me pousse à attendre avec impatience la suite !

Le deuxième cadeau de ma sœurette n°2

Kdo anni