Escape Journey T1 par Ogeretsu Tanaka

Titre : Escape Journey 1

Auteur : Ogeretsu Tanaka

Editeur : Taifu Comics

Genre : Yaoi

Nombre de pages : 258

Sorti le 23 mars 2017

Fiche Bibliomania

Attention pour Public Averti

4ème de couverture :

« Taichi et Naoto sortaient ensemble à l’époque du lycée. Néanmoins, ce dernier décida de rompre quand son partenaire lui dit que leur relation n’allait pas plus loin que le sexe selon lui. Ils se recroisent pourtant lors de leur premier jour de fac. Même si Naoto est toujours en colère, il se rend compte que Taichi a changé et commence peu à peu à lui pardonner. Seulement, Naoto est angoissé à l’idée de retomber dans les écueils du passé.

Parallèlement, Fumi, une camarade, tombe amoureuse de Taichi et un rendez-vous arrangé est organisé. »

Mon avis :

Merci à Livraddict et Taifu Comics de m’avoir accordé ce partenariat, merci pour cette découverte !

L’histoire :

Taichi et Naoto se sont fréquentés au lycée mais leur relation c’est soldée par un échec. Naoto a rompu car pour lui leur relation n’allait pas plus loin que du sexe…

Naoto retrouve Taichi à l’université et constate qu’il est toujours attiré par lui. Taichi tente de lui faire comprendre qu’il a changé, mais Naoto est sceptique… Malgré tout leur attirance sexuelle est violente et leur sentiments puissants, dans tout ça ils ont du mal à démêler leur raisonnement pour voir enfin qu’ils souhaitent tous les deux une vraie relation. Ils vont peut-être avoir besoin d’une amie pour y voir plus clair !

Les personnages :

Naoto : c’est un jeune homme avenant qui plaît aux filles et s’entend très bien avec tout le monde. Jusqu’au jour où ses potes lui présente le nouveau : Taichi ! Ses sentiments pour lui refont surface même s’il cherche à les enfouir dans son esprit.

Taichi : Il est un peu l’inverse de Naoto, il est timide, réservé plutôt et n’est pas si à l’aise avec les filles. Il cherche à renouer avec Naoto, pour lui prouver qu’il a changé.

La Plume, le Scénario :

L’histoire de Naoto et Taichi est intense. On comprend bien que leur attraction physique est très forte. Ils ne peuvent pas se retrouver seul sans s’embrasser ou faire l’amour.

Naoto craint de retomber dans leur ancienne relation uniquement basée sur le sexe, et pour le coup il ne voit pas le changement de Taichi et leurs disputes reprennent. Ils ne se comprennent pas car ils ont peur de ce qu’ils ressentent, de se faire rejeter par l’autre et du coup leur relation est compliquée et violente.

Il faudra l’intervention de Fumi pour leur ouvrir les yeux sur la simplicité de l’amour ! Même si elle est tombée amoureuse de Taichi, lui déclarer, a obligé Taichi à lui ouvrir son coeur; à lui avouer qu’il aimait une autre personne.

L’histoire de Naoto et Taichi est touchante et troublante. Ces deux êtres s’aiment mais ne savent pas communiquer, ils sont freiné par leur précédent essai.

C’est une belle histoire d’amour 🙂

En Bref :

C’est certes un Yaoi donc bourré de scènes très explicites, mais l’histoire d’amour n’en reste pas moins touchante 🙂

Publicités

L’enfant et le maudit, T1: Siùl, a Rùn de Nagabe

Titre : L’enfant et le Maudit

Tome 1 : Siùl, a Rùn

Éditeur : Edition Komikku

Type : Shonen

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 174

Sorti le 9 mars 2017

ISBN : 978-2-37287-197-6

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Il y a très longtemps, dans une contrée lointaine, existaient deux pays… « L’intérieur » où vivaient les humains, et « l’extérieur », où habitaient des créatures monstrueuses qu’il ne fallait surtout pas toucher, sous peine de subir la malédiction. Cette histoire commence le jour où se sont rencontrés deux êtres qui n’auraient jamais dû se croiser… Ils sont aussi différents que le jour et la nuit…
Et malgré tout ce qui les sépare, malgré les ténèbres qui les entourent, ils vont écrire petit à petit une fable tous les deux… « 

Mon avis :

L’histoire :

C’est l’histoire d’une petite fille blanche de peau comme de cheveux qui vit avec un grand monstre noir. Sheeva est humaine et elle a été recueillie par le Professeur une créature de l’extérieur. Seule condition pour que leur vie se déroule un peu près bien et c’est indiscutable, elle ne doit pas le toucher sous peine de subir la malédiction. Elle reste persuadée que le professeur la garde en attendant le retour de sa tante… qui devient de plus en plus improbable.

Les personnages :

Sheeva : Une petite fille raisonnable sur certaines règles mais beaucoup moins sur d’autres. Elle n’aime pas rester enfermée et échappe quelques fois à la vigilance du professeur. Elle est éprise de liberté et aimerait beaucoup rencontrer d’autres personnes. Même si elle sait que c’est dangereux. Elle croit au retour de sa tante avec beaucoup d’impatience.

Le Professeur : C’est un être noir avec une tête d’oiseau orné de corne de bélier, qui est qualifié de créature monstrueuse de l’extérieure. Il prend soin de Sheeva, l’élève comme il peut car il ne peut pas la toucher. Il la maintient loin des êtres de l’extérieur et l’apprend à se méfier des êtres de l’intérieur aussi.

La Plume, le Scénario :

C’est une histoire apparemment simple, d’opposition entre le bien et le mal; entre la lumière et les ténèbres; entre les gens de l’intérieur et les gens de l’extérieur. Mais ça va bien au delà. Sheeva, contre toute attente, est élevée avec beaucoup d’amour par un être de l’extérieur. Malgré tout, elle a pour consigne de ne jamais le toucher. Il y aurait du côté des créatures de l’extérieur des êtres qui ne se laissent pas emporter par les ténèbres.

Sheeva est insouciante, elle sait très bien qu’elle ne doit pas trop tarder toute seule dehors mais c’est plus fort qu’elle. Alors le Professeur veille sur elle et la retrouve à chaque fois pour la protéger.

Dans cette contrée lointaine, on sent bien que la frontière entre le bien et le mal ou entre l’intérieur et l’extérieur est très mince voire perméable puisque déjà des créatures de l’extérieur sont venues massacrer les gens de l’intérieur, les transformer aussi. Sheeva va en faire l’expérience, les humains ont peur d’elle et les créatures la convoitent.

La rencontre entre Sheeva et le Professeur n’aurait jamais dû avoir lieu, mais le destin en a décidé autrement.

Ce tome un est doux malgré la noirceur qui rôde.

Le lien qui unit ces deux opposés est fort et semble indestructible.

En Bref :

Un joli T1 qui donne très envie de suivre cette série !

Bungô Stray Dogs T1 par Kafka Asagiri et Harukawa 35

bungo-stray-dogs-t1Titre : Bungô Stray Dogs

Auteurs : Kafka Asagiri et Harukawa 35

Éditeur : OTOTO

Genre : Manga, Seinen

Nombre de pages : 192

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Après avoir été expulsé de son centre d’accueil, Atsushi Nakajima se retrouve seul et à la rue… il rencontre alors un étrange jeune homme du nom d’Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de l’Agence des Détectives armés, une troupe d’enquêteurs aux pouvoirs paranormaux, à la recherche d’un mystérieux tigre mangeur d’hommes. Atsushi semble avoir d’étroits liens avec ce tigre, et se retrouve enrôlé malgré lui parmi ces fameux Détectives sur l’initiative de Dazai. Action et batailles entre illustres écrivains à Yokohama !
Découvrez un titre qui redonne vie à de célèbres écrivains qui ont troqué leur plume contre des pouvoirs surnaturels. Bungô Stray Dogs mêle avec brio fantastique et littérature classique. »

Mon avis :

Je remercie Livraddict et les éditions OTOTO pour ce partenariat découverte !

L’histoire :

Tout commence par la lente fin d’Atsushi … il est sur le point de mourir de faim car orphelin on l’a mis dehors de l’institution qui le recueillait pour restriction budgétaire…

Il sauve la vie de Dazai malgré son état, et lui avoue être poursuivi par un monstre. Dazai, lui apprend faire partie d’une agence de détectives privés doté de pouvoirs paranormaux. Dazai est sur la piste du tigre et décide d’intégrer Atsushi à sa troupe… par bonté de coeur ? pour en faire un appât . peut-être ou peut-être pas … Ils doivent faire face à de dangereux rebels et Atsushi peut peut-être leur être utile.

Les personnages :

Atsushi est une petite chose chétive quand l’agence entre en contact avec lui. Il est sur le point de mourir de faim et il croit être poursuivi par un monstre, un tigre.

Dazai, c’est un personnage fantasque avec une fascination pour le suicide, pour toute sorte de manière de s’ôter la vie… Il est très fort en déduction et il a déjà ciblé Atsushi.

Kunikida c’est le rabat joie de service, toujours très sérieux, très pessimiste, très terre à terre ! Il n’éprouve aucune pitié pour l’Atsushi affamé…

Il y a d’autres personnage avec des personnalités bien différentes qui nous montre bien davantage sur les héros principaux.

La plume, le scénario :

L’intrigue de départ m’a séduite, une troupe d’enquêteur aux pouvoir paranormaux; ça ne pouvait qu’être bien !

Et bien oui l’histoire est intrigante. Le temps de découvrir les personnages un par un, puis de les intégrer dans l’histoire, de savoir où est leur place et le tour est joué. On est pris dans le récit, dans le graphisme et c’est partie pour une chouette aventure.

Le trait de l’artiste Harukawa 35 est sympa, il se marie bien avec le scénario et traduit parfaitement les sentiments des différents personnages. Un plaisir des yeux.

On arrive à la fin de ce manga avec l’envie de continuer et d’en savoir plus.

L’obsession pour le suicide de Dazai est un peu loufoque mais peu à peu on se dit que ça va prendre son sens.  C’est très drôle surtout quand on s’aperçoit que ces collègues ne s’inquiètent pas plus pour ça car apparemment c’est pas si grave car Dazai essaie et essaie depuis des lustres toutes sortes de manière d’en finir et il en réchappe à chaque fois !

Le sérieux et l’agacement de Kunikuda est amusant également car il semblerait que lui seul prenne la mission très au sérieux et que les autres s’amusent sans prendre conscience du danger… puis Akutagawa fait son entrée, membre de la mafia portuaire, il va rendre le récit soudain très sérieux et dangereux. Et il va donner toute son importance à l’utilité de l’Agence des Détectives Privés.

En Bref :

Encore une fois merci à Livraddict, aux Editions OTOTO et aux auteurs Kafka Asagiri et Harukawa 35

Pour le coup je suis vraiment tentée de continuer la série 🙂 et en plus ce titre fait partie du Challenge « Do You Speak Manga ? » de Nekotenshi

doyouspeakmanga

Links de Natzuki Kizu

linksTitre : Links

Auteur : Natzuki Kizu

Éditeur : Taïfu Comics

Genre : Manga, Yaoi

Nombre de pages : 240

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« 8 hommes, 4 couples… certains se connaissent depuis plusieurs années, d’autres depuis seulement quelques jours. Chacun à son histoire, mais tous se retrouvent dans le fait qu’une simple rencontre a bouleversé le cours de leur existence. Links est l’histoire de ces 4 couples réunis par le destin. Une destinée qui leur a accordé la possibilité de vivre une histoire qu’ils n’auraient pu imaginer avant et (re)trouver, peut-être, un sentiment qui reste unique à chacun
Sekiya X Shibata
Sekiya, un animateur radio souffrant d’un trouble de la personnalité évident, ne cesse d’être courtisé par Shibata, un homme adorable, mais ne parvient pas à exprimer la tristesse qui le hante.
Yahiko X Akiha X Un certain homme
Depuis la mort de son ancien amant, Akiha, le patron d’un café, n’arrive plus à se lancer pleinement dans une relation. C’est toujours le cas avec Yahiko qui l’aime pourtant envers et contre tout.
Kameda X Ogikawa
Kameda et Ogikawa ont sympathisé grâce à un chat abandonné. Prenant soin de ce dernier, ils passent des jours paisibles a priori sans ambiguïté aucune.
Sado X Nakajô
Même s’ils n’arrêtent pas de se disputer, Nakajô et Sado passent pour un couple. Seulement, comme Nakajô sait qu’il ne pourra jamais vraiment conquérir Sado, il se résigne et reste près de ce dernier tout en essayant de le détester. »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict et les Éditions Taïfu Comics pour m’avoir accordé ce partenariat 🙂 Et m’avoir fait découvrir Natzuki Kizu.

Pour ceux qui ne savent pas, un manga Yaoi c’est un genre d’œuvres de fiction centré sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre personnages de sexe masculin.

L’histoire et les personnages :

Un peu plus de la moitié du manga sert à nous présenter  les 4 couples, leur début, leurs déboires, leurs difficultés et leur tendresse… Leur histoire quoi 🙂

Quand Shibata rencontre Sekiya, il ne le lâche plus. Fervent admirateur de l’animateur radio qu’est Sekiya, Shibata ne ménage pas ses efforts pour devenir son ami. Shibatat ne se rend pas tout de suite compte qu’il trouble fortement Sekiya, avec son entrain, sa joie, ses prévenances. Quand à Sekiya il est nerveux, soupe au lait et désespère de pas pouvoir exprimer ses sentiments clairement.

Akiha ne se remet pas vraiment de la mort de son ancien petit-ami. Quand Sado lui conseille d’essayer d’aimer à nouveau. Au bout d’un an de deuil, il semble peut-être prêt à ouvrir son coeur à Yahiko qui l’aime par dessus tout, et reste patient quoi qu’il arrive.

Kameda trouve Ogikawa, endormi avec un petit chat, sur le trottoir sous la pluie. Il décide de les aider et les ramène chez lui. Au fur et à mesure des jours, de doux sentiments se tissent entre les deux hommes, Ogikawa adore la cuisine de Kameda, et Kameda adore la présence d’Ogikawa… et leur petit chat …

La relation de Sado et Nakajo est plus compliquée, plus brute. Ils se disputent souvent, mais leur relation possède ce petit quelque chose qui fait qu’ils ne peuvent pas se séparer. A la suite d’un tragique accident de voiture, mêlant son frère à une famille yakuza, la famille de Nakajo, Sado se retrouve seul. Alors il décide de rendre visite à Nakajo à l’hôpital puis plus tard, ils se retrouveront dans le même lycée… Une relation étrange basée sur la reconnaissance, la disparition du frère de Sado, va naître entre eux de façon brutale, mais leurs sentiments sont là et ils n’y peuvent rien 😉

La plume, le scénario :

Links est plutôt tourné vers la romance, des relations difficiles car encombrées du passé, de douces rencontres, des partenaires persévérants et parfois patient. Bref tout est raconté avec douceur, calme et surtout centré sur la patience. L’objectif est d’attendre que l’autre soit prêt pour une relation durable, pour une relation tout court. Certains des personnages sont tellement attentionnés c’est craquant, c’est beau, c’est chaleureux.

Les difficultés des uns sont en partie résolues par les autres … C’est 4 couples se connaissent, se fréquentent et chacun y va de son conseil, de son écoute.

Mon couple préféré serait Kameda et Ogikawa, dont la romance se passe tout en douceur, leur amour prend le temps de naître avec beaucoup de douceur. Leur relation est simple, basée sur une belle amitié au départ.

Les autres ont un peu plus de problèmes, comme tous les couples je présume. Mais le résultat est prometteur et surtout avec beaucoup de patience et de ténacité de certains. Quelque fois certaines situations sont drôle, amusantes 🙂

Chaque évolution de couple est intéressante. Par moment c’est prenant, poignant tant leur relation est forte de sentiment, de véracité et de sincérité.

Suivre la vie de ces couples d’homme était très agréable, poignante et surtout accès sur la patience et la ténacité, la persévérance.

Juste un dernier mot sur le graphisme, les personnages sont magnifiques !

En Bref :

Il est beaucoup question de persévérance, de ténacité, d’amour et d’amitié mais c’est pas du tout lourd c’est attendrissant.

Une très belle découverte pour moi !!

Je remercie Livraddict et les Editions Taïfu Comics et surtout l’auteur Natzuki Kizu pour ce partenariat !

Baby Sitters Tome 1 par Hari Tokeino

baby-sitters-1Titre : Baby Sitters (T1)

Auteur : Hari Tokeino

Traductrice : Anne-Sophie Thévenon

Editeur : Glénat

Genre : Manga, Shôjo

Nombre de pages : 192

Sorti le 1er janvier 2014

4ème de couverture :

« Ryuichi et son petit frère Kotaro, qui est encore tout petit, ont perdu leurs parents dans un accident d’avion. Ils sont tous deux recueillis par la directrice de l’Académie Morinomiya, mais à une condition : que Ryuichi soit baby-sitter à la crèche de l’établissement ! Que va-t-il faire, confronté à de très énergiques bébés ?! »

Mon avis :

L’histoire :

Deux jeunes enfants ont perdu leur parents dans un accident d’avion, ils sont recueillis par la directrice sévère de l’Académie Morinomiya qui a perdu son enfant dans la même catastrophe aérienne.

La seule condition est que Ryuichi occupe le poste de Baby-sitter au sein de l’Académie à chaque moment où il n’est pas en cours.

Ryuichi se retrouve confronté aux enfants énergiques des professeurs, va-t-il réussir sa mission? Il seconde dans un premier temps un employé pour le moins léthargique… alors il décide de prendre en main tous ces enfants pour leur bien-être.

Les personnages :

Ryuichi : le grand frère, il est volontaire et déterminé à prouver sa reconnaissance à l’égard de la généreuse directrice d’Académie. Il s’avère d’une patience infinie, et très doué pour consoler ;). Une personnalité adorable !

Kotaro : le petit frère, il ne fait pas de bruit et semble très très sage. Il est encore très jeune et ses seuls repères sont son grand frère  Ryuichi et la directrice (malgré son air revêche)

Yoshihito Usaida : L’employé de crèche un peu léthargique… c’est un ancien élève de l’Académie. Au contact de la bonne humeur de Ryuichi il va se réveiller et se prendre au jeu.

La directrice : Elle est d’un abord un peu revêche, mais on s’aperçoit au fur et à mesure de l’évolution de tome 1 qu’elle est quand même sensible. Elle a perdu son fils et sa belle-fille dans cet accident d’avion et en leur hommage elle a voulu que leur projet de crèche voit le jour. Ainsi en devenant la tutrice de Ryuichi et Kotaro et en assignant au grand frère cette place de baby-sitter, elle fait perdurer ce beau projet. Elle se prend évidemment d’affection pour eux.

La plume, le scénario :

J’ai tout de suite adhéré à cette histoire. C’est touchant et très drôle par moment. L’auteur démarre avec une histoire tragique d’orphelins, pour enfin terminer sur une touche lumineuse ;). Pour le trait du dessin c’est tout mignon des bébés tout rond bien différencié des adultes.

Ryuichi a l’habitude de s’occuper de son petit frère, alors la directrice pense qu’il est apte à devenir le baby-sitter de la crèche de l’Académie, bien-sûr en dehors de ses heures de cours. Et pour remercier la directrice de prendre bien soin d’eux, il va évidemment donner le meilleur de lui-même. Il est secondé par un  ancien élève un peu neurasthénique, mais qui va se révéler un bon allié 🙂

Tout est pris en considération, le choc du petit Kotaro qui vient de perdre ses parents, qui change de maison, de camarade de classe ou de crèche plutôt. Il est assailli par l’image de nouvelle tête, des personnes inconnues qui vont maintenant faire partie de sa vie. Le petit bout de chou prend tellement sur lui qu’il tombe malade et attrape de la fièvre sans se plaindre… De même, cet attachement discret qu’il voue à la Directrice, tout cela est très touchant.

Plusieurs fois dans le manga, j’ai éclaté de rire, tellement certaine situation étaient loufoque et mais réaliste 🙂 mais j’ai aussi versé ma petite larme, car quelques passages sont vraiment émouvants…car ils touchent au réel, a des situations qu’on pourrai réellement rencontrer et c’est ça qui est touchant, qui est émouvant mais pas que …

En Bref :

Un super manga ! Il fait partie du concours de lecture organisé par le Département 52 pour un niveau collège, mais il peut être lu par des CM1-CM2.

 

Trinity Blood, T1 : l’étoile de la désolation de Sunao Yoshida

trinity-bloodTitre : Trinity Blood

Tome 1 : L’étoile de la désolation

Auteur : Sunao Yoshida

Traducteurs : Chihiro Tagawa, Carole Renaudin, Patrick Honnoré

Éditeur : Hachette

Genre : Fantastique, Ado et Young Adult

Nombre de pages : 281

Sorti le 1er octobre 2008

4ème de couverture :

« Abel Nightroad part en mission dans la vieille ville d’lstvàn. Officiellement, il occupera les fonctions de prêtre de l’Église Saint-Matthias. En réalité, il est envoyé par le Vatican pour recueillir des informations sur une arme épouvantable  » l’étoile de la désolation « . Le marquis de Hongrie, Gyula, qui l’a héritée de ses ancêtres, compte en faire un usage apocalyptique. C’est un être abject, un vampire assoiffé de violence, qui voue une haine farouche aux humains. Face à lui, Abel, accompagné de la séduisante Esther, se révèle un adversaire redoutable…  »

Mon avis :

L’histoire :

L’abbé Abel Nightroad est muté à lstvàn. Il rencontre un jeune gars qui le bouscule dans sa précipitation et surtout à la vue de la patrouille qui s’approche. Le prête va apprendre à ses dépens qu’il y a un couvre-feu et qu’il n’a pas le droit de se trouver à l’extérieur à cette heure. Son comité d’accueil est le colonel Radcon un milicien particulièrement cruel et sadique et surtout sans scrupule. Son agression est interrompue par l’arrivée du marquis de Hongrie. Curieux et suspicieux quant à la raison de la venue du prêtre à l’Église St Matthias, celui-ci l’invite dans sa fabuleuse et luxueuse villa. Contraint d’accepter il va vite s’apercevoir qu’il est tombé juste au bon endroit pour sa mission. Guyla se montre particulièrement cruel, malfaisant et sans l’intervention de Sœur Esther, Abel risquait d’y passer. Mais qui est Sœur Esther  ? Cette jeune femme séduisante n’a pas fini  de surprendre par ses capacités, le prête Abel Nightroad.

Les personnages :

L’abbé Abel Nightroad : Il est grand, très mince, d’apparence plutôt chétive, un peu mou, pas très dégourdi… Dès le départ on se dit qu’il ne va pas faire le poids face aux brutes du marquis et au marquis lui-même. En fait il joue son rôle à merveille, c’est un agent spécial de l’Ax du Vatican, envoyé dans cette contrée dévastée pour détruire une arme (l’étoile de la désolation) capable d’anéantir tout ce qui s’opposera au Marquis. Cette arme peut facilement détruire une ville entière.

Sœur Esther : Esther est une jeune femme rentrée dans les ordres à St Matthias mais pas seulement et elle sera d’un grand secours pour l’abbé. Cette jeune femme est séduisante et surprenante, dotée d’une volonté farouche de défendre les êtres humains face au monstre le Marquis Gyula. Elle aura aussi son lot de surprise, elle doutera du bien fondé de ses actions, mais toujours résistera en elle cette détermination de sauver les hommes face à la cruauté des vampires.

Le Marquis de Hongrie, Gyula : il est cruel, sans pitié mais surtout il est rongé par la vengeance, il éprouve une haine, une répulsion envers les humain sans pareil… il affame le peuple de lstvàn et l’asservit  pour finalement se servir d’eux comme garde-manger. Pourquoi agit-il ainsi ? parce que c’est un vampire, non !  pas seulement… il faudra faire un petit bond en arrière d’une centaine d’années pour comprendre la raison de sa folie.

Ensuite on a le colonel Radcon, la brute épaisse avec le cerveau grillé, il commande la milice et il se délecte de la souffrance qu’il provoque… Dans la milice, Tres Iqus est un personnage étrange et tellement froid dans l’exécution de sa mission, ce personnage, vous verrez, est bluffant !!

La Plume, le Scénario :

Je suis entrée direct dans l’histoire entre la milice qui brutalise un abbé et l’arrivée du train du Maître, l’auteur nous plonge dans ce carnage sans concession. J’avoue qu’au début l’air chétif et benêt du prêtre m’a un peu agacé. L’auteur a bien ménagé son effet. Avec Radcon, il arrive à nous faire détester le personnage rien qu’avec de fines descriptions de ses agissements, ça devient viscéral ce type est un brutos détestable… avec le Vampire c’est tout autre chose, il est repoussant car cruel et démoniaque, il suffit d’un petit retournement de situation et l’auteur arrive à insinuer dans notre esprit un léger doute … était-il vraiment comme ça avant (euh .. avant quoi ? ben faut lire le livre si vous voulez savoir, comptez pas sur moi pour vous le dire !! 😀 )

En finissant ce roman, je me suis dit « il faut absolument que je lise les mangas… eh oh !! surprise à la fin du livre, on retrouve des planches de manga 🙂

Pour finir le style est cash, l’histoire posée, les personnages sont brut de décoffrage et malgré nos suppositions, l’auteur glisse un petit doute complètement insidieux …

En bref :

Un chouette roman qui donne envie de lire les mangas !!!

 

GATE au delà de la porte par Takumi Yanai

Gate 1Titre : GATE, au delà de la porte (T1)

Auteur : Takumi YANAI

Dessinateur : Satoru SAO

Éditeur : OTOTO

Genre : Manga Seinen

Nombre de pages : 208

Sorti le 13 mai 2016

4ème de couverture :

« 20XX, un été dans le quartier de Ginza en plein cœur de Tokyo, une mystérieuse porte donnant sur un monde parallèle apparaît brusquement. De celle-ci surgissent des monstres et des soldats d’un autre temps. Les Forces japonaises d’autodéfense, les FJA, interviennent et s’installent ensuite dans cet autre monde pour y entreprendre une mission d’exploration… »

Mon avis :

L’histoire :

En plein Tokyo une mystérieuse porte s’ouvre … avant que les habitants ne comprennent ce qu’il se passe une armée de créatures féroces débarque et tue tout ce qui se trouve sur son passage. Pour répondre à l’attaque des monstres, les FJA, Forces Japonaises d’Autodéfenses passent la porte et s’installent dans ce nouveau monde dans le but de mener à bien une mission d’exploration.

En entrant dans ce monde, ils commencent par sauver des vies d’une bête féroce et ailée… puis ils s’aperçoivent que le peuple de ce monde est en exode à cause de cette fureur 😉

Les personnages :

Yoji Itami,  il devient malgré lui commandant de la troisième patrouille de reconnaissance. Otaku (=Geek) auto proclamé 😀 il travaille beaucoup pour profiter à fond de ses loisirs pendant ses jours de congés. Il est attachant car il semble maîtriser son domaine, protéger les foules, aider les peuples sans défense et mener ses troupes à les suivre dans toutes ses initiatives, à côté de ça il à l’air d’un oiseau tombé du nid.

Tuka Luna Marceau : c’est une jeune Elfe de noble naissance, seule survivante de son village et sauvée par Yoji Itami. Elle reste très choquée par la disparition des siens…

Lelei La Lalena : c’est une sage et une mage de la race des humains. Elle peine à contenir l’esprit pervers de son maître :-D, sauvée également par le troisième patrouille de reconnaissance. Elle maîtrise assez rapidement le japonais et sert d’interprète avec les différents protagonistes.

Rory Mercury : Rory est une demi-déesse, apôtre du Dieu Emroy (=Dieu de la Mort). Elle a l’apparence d’une jeune lolita gothique, mais elle est très agée et sait très bien se battre.

La plume, le scénario :

J’ai lu ce tome très rapidement, une histoire vivante, l’apparition de plusieurs personnages au fur et à mesure de l’avancée de l’exploration des patrouilles JPA. Un trait qui traduit parfaitement l’action, de beaux personnages. Une histoire et un dessin qui se complètent parfaitement 🙂

Des personnages haut en couleur, drôle le plus souvent. Notamment Yoji, il est étonnant, accro à la technologie mais malgré cela quand il est dans l’action, dans la défense de personnes, il devient très sérieux et efficace.

Mêlé monde moderne dépourvu de magie et monde quasi médiéval empreint de magie donne un résultat très intéressant. Les JPA arrivent en mission d’exploration dans ce nouveau monde et pour le coup, ils en ont pour leur temps, car ils font de multiples découvertes toutes plus étonnantes, incroyables et nouvelles pour eux. Par contre, ça ne semble pas choquer Yoji Itami, car en tant que Otaku invétéré, il semble maîtriser toutes les connaissances requises pour ce nouveau monde qui peuple déjà son univers virtuel 😀 (l’héroïc fantasy et ses créatures 😉 ).

Comme dans le monde réel, quand une découverte est faite, toutes les puissances veulent en être. Pour ce récit c’est les chinois et les américains principalement qui voient en ce nouveau monde, un monde de ressources inestimables à piller… et surtout à ne pas laisser le Japon en profiter seul.

En Bref :

Un Manga drôle, agréable et dynamique 🙂

Je remercie Livraddict pour proposer toujours des livres de qualité et me faire confiance à nouveau.

Merci aux Éditions OTOTO et à l’auteur Takumi Yanai pour ce moment de lecture très agréable.