les Gardiens des Éléments de Jérémy Kôle

Titre : Les Gardiens des Éléments

Auteur : Jérémy Kôle

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 392

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Le jour de ses dix-huit ans, Gabriel fait la rencontre d’un sans-abri, l’homme étrange lui révèle qu’il n’est pas comme les autres.
Rapidement, les ennuis s’enchaînent pour le jeune homme qui doit faire un choix entre deux clans qui s’affrontent depuis plus de deux mille ans, les desposynis et les pilatis.
Le compte à rebours est lancé et Gabriel entre dans ce nouveau monde parallèle investi de pouvoirs et de créatures fantastiques.
Dans le tourbillon de cette nouvelle vie, entre apprentissage de son don et intégration dans ce nouveau monde fantastique, Gabriel devra faire les bons choix pour vivre sans oublier ses origines… »

Mon avis

Je remercie l’auteur pour m’avoir proposé de découvrir son roman –  un univers particulier empreint de réalité !

L’histoire

Gabriel fêtes ses dix huit ans avec ses deux meilleurs amis; Ils décident d’entrer dans une boite de nuit mais on leur refuse l’entrée… un peu désœuvrés, ils décident de finir la nuit vers Notre Dame de Paris. Un peu à l’écart, caché sous des cartons vit un sans-abri ivrogne, de leur rencontre, la vie de Gabriel va être complètement bouleversée. Cet homme est mystérieux, et apprend à Gabriel qu’il possède en lui quelque chose de spécial qu’il ne peut pas ignorer. Dans le même temps, Gabriel avait bien senti que son organisme lui jouait des tours… la fatigue ? ou le sans-abris aurait raison… A la poursuite de ce qu’il est réellement, Gabriel va devoir faire des choix difficiles, des choix qui alimenteront sa culpabilité d’avoir mêlé ses amis à cette histoire hallucinante.

Les personnages

Gabriel : C’est un jeune homme qui vient d’avoir dix huit ans et il voit sa vie exploser en mille morceaux, parce qu’un sans-abris lui annonce qu’il possède une particularité. Gabriel est dubitatif face aux révélations de James le sans-abris; mais dans le même temps il sent son corps, son organisme réagir et le mettre dans un état de fébrilité qu’il met sur le compte de la fatigue et de l’alcool ingurgité pour son anniversaire… mais James est insistant, Gabriel va devoir faire face à son destin, avec sa particularité si précieuse aux yeux de trop d’inconnus… Malgré ces révélations, il essaie de garder la tête froide, car c’est un jeune pondéré, la seule chose qui l’importe c’est que ces amis restent avec lui ; en tout cas pendant un certain temps car les évènements vont précipiter ses décisions au profit de la sécurité de ses amis.

Leopold et Ivan : Ce sont les deux meilleurs amis de Gabriel. Ils habitent le quartier des Acacias et leurs parents s’entendent très bien. Quand ils sentent leur ami basculer devant les dires hallucinants et teintés d’alcool du sans-abris, ils font barrage et tente de protéger et d’empêcher leur ami de se faire avoir. Ils sont ultra protecteurs envers Gabriel.

James : C’est un sans-abris caché sous des cartons près de Notre Dame de Paris. A l’approche de Gabriel, mais aussi parce qu’Ivan l’a un peu secoué… James se réveille brusquement. Sa rencontre avec Gabriel va changer leur vie à tous les deux mais va aussi bouleverser tout ce en quoi Gabriel et ses amis croyaient; et c’est peu de le dire. Son discours semble appartenir à celui d’un fou furieux et l’alcool qu’il ingurgite n’aide pas son image. James est bien plus qu’un sans-abris, c’est un homme aux abois et la découverte de Gabriel est pour lui une lueur d’espoir. Malgré tout il a un caractère impatient peut-être du fait de l’alcool.

Plusieurs personnages vont faire leur apparition autour de Gabriel, pour le stopper, se servir de lui mais aussi l’aider, à vous de les découvrir

La Plume, le Scénario

L’auteur commence son récit par la soirée d’anniversaire de Gabriel à Paris; Une soirée très réaliste de trois jeunes gens en quête de folie pour une soirée spéciale. Petit à petit Jérémy Kôle, fait basculer ses personnages dans un univers fantastique qu’ils ont du mal à croire, qu’ils ont du mal à digérer…

Le réveil du lendemain d’anniversaire est difficile, très dur pour certain et une nouvelle vie, un futur sombre s’ouvre devant Gabriel… Et James va en être l’instigateur, malgré les risques, il semble penser que Gabriel est très important pour la suite de la survie de la planète.

L’écriture de l’auteur, Jérémy Kôle, a fait un travail efficace : me plonger dans l’univers des Gardiens des Éléments en passant par la porte de la réalité, par la vie quotidienne d’un jeune homme habitant d’une banlieue de Paris où les bandes rivales se cherchent également querelle. Cette vie quotidienne nous rapproche du personnage principal car elle fait partie de notre réalité de lecteur.

Doucement mais sûrement on plonge dans la folie de James (perçue de cette manière par les jeunes gens…), pour se retrouver dans une réalité faussée, en tout cas pas celle que les humains pensent habiter. Une guerre, une sauvegarde se joue sous les yeux des humains sans particularité; pendant que la Terre souffre et se déchaîne, ils n’ont aucune idée que deux clans s’affrontent mais pas pour les mêmes raisons.

Gabriel devra faire des choix pour en apprendre plus sur la particularité qui l’habite; il devra mettre sa vie de jeune humain entre parenthèse, pour parfaire son apprentissage et comprendre son don. Il n’aura de cesse de vouloir protéger ses amis et surtout ne pas oublier d’où il vient.

J’ai apprécié l’histoire, en parallèle, des Néandertaliens en début de chapitre; pour ma part j’ai lu de façon linéaire, je pense que de cette façon ça m’a rendu le récit plus dynamique et accrocheur. Avec cette histoire parallèle des Néandertaliens, on comprend petit à petit l’histoire de Gabriel et les raisons de ces bouleversements entre clans. De plus au bout d’un moment l’Histoire des Néandertaliens rejoint notre époque, vous verrez de quoi je parle en lisant le roman 😉

 

En Bref

Un premier tome qui pose les décors avec une histoire simultanément un pied dans la réalité et un autre dans le fantastique.

Des personnages qui seront intéressants à voir évoluer dans le prochain tome.

Merci à l’auteur, Jérémy Kôle pour m’avoir fait découvrir cet univers particulier !

Publicités

Le choix du Roi de Solène Bauché

Titre : Le choix du Roi

Auteure : Solène Bauché

Éditeur : Autoédité

Genre : Aventure, Historique, Fantastique

Format : Epub

Nombre de pages : 417

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure :

« Royaume des Francs, 792. L’heure est grave : Charlemagne vient d’apprendre que son fils d’un premier lit, Pépin le Bossu, a conspiré contre lui. Le roi est loin d’avoir été un père idéal, mais la sentence est sans appel : le jeune traître doit rejoindre un monastère et y demeurer le restant de ses jours. Peu enclin à faire amende honorable et encore moins à devenir un homme de Dieu, Pépin dépérit. L’héritier déchu est loin de se douter que c’est par une entremise des plus inattendues que viendra son salut, avant d’entamer un périlleux voyage vers l’inconnu…

Un récit d’aventures teinté de fantastique dans lequel les voix se croisent et l’Histoire se mêle à l’Imaginaire.« 

Mon avis :

Je remercie l’auteure Solène Bauché d’avoir accepté ma demande de partenariat, ce fut une lecture très enrichissante d’un point de vue Historique mais aussi au travers des émotions procurées par le style d’écriture de Solène Bauché
L’histoire :

L’auteure nous conte l’histoire du Roi Charles (qui n’est autre que Charlemagne) son accession au pouvoir, sa mésentente avec son frère Carloman et sa vie sentimentale en dent de scie, quelques fois dirigée éhonteusement par sa mère, mais aussi quelques fois par son impulsivité, son avidité. Il décide de répudier Himiltrude avec laquelle il a deux enfants, la fillette est enfermée avec sa mère dans un couvent et il garde près de lui son Pépin le Bossus, le pauvre enfant est né avec une difformité. Quand en 792, Charles est la cible d’une conspiration étouffée dans l’œuf, dont son fils fait partie, il décide de l’enfermer dans le monastère de Prün jusqu’à la fin de ses jours… au grand désespoir de Pépin.

Mais un soir fatidique, le salut de Pépin vient de façon totalement inattendue mais il y voit une deuxième chance; Malheureusement son périple ne fait que commencer, son périlleux voyage va le mettre à l’épreuve mais va aussi lui en apprendre un peu plus sur lui et ses aptitudes longtemps étouffées croyant n’être qu’un bon à rien infirme.

Pépin le Bossu ne sera pas seul pour traverser la vie dangereuse qu’est la liberté !
Les personnages :

Charles : D’abord un jeune qui n’en fait qu’à sa tête, à l’inverse de son frère Carloman, qui fait tout pour plaire à leur père Pépin le Bref. Autant Carloman agit insidieusement comme un serpent, autant Charles agit promptement, sans se cacher. A la mort de son père il hérite d’une partie du royaume et son frère semble avoir eu une meilleure part. Charles n’aura de cesse de respecter la promesse qu’il a faite à son père sur son lit de mort c’est à dire de protéger la Papauté contre tous les ennemis autour du royaume. Malgré sa charmante épouse, il éprouve le besoin de voir d’autres femmes. Himiltrude ne lui en tiendra pas rigueur. Il se mariera plusieurs fois au nom de la sauvegarde du Royaume. Ces deux premiers nés, ainsi reniés resteront malgré tout à jamais gravés dans sa mémoire.

Himiltrude : C’est une jeune femme pleine de joie, très proche de la nature. Elle est dévouée et tellement amoureuse de Charles qu’elle lui pardonne ses incartades. Mais le jour de la répudiation sonnera le glas dans son esprit, dans son cœur. Mais elle n’aura de cesse de dépeindre un mari et un père gentil à sa fille.

Amaudra : petite fille de deux ans, pleine de vie, enfermée vivante dans un cachot (couvent); Sa joie et son émerveillement agacent les sœurs qui lui somme de se contenir pour finalement étouffer cette gaieté naturelle. Elle n’aura de cesse de maudire cet enfermement et les causes de cette réclusion imposée.

Pépin le Bossu : C’est un petit garçon qui n’aura de cesse d’admirer et de haïr son père; il va vivre constamment dans l’ombre sans jamais prouver à tout le monde que ce n’est pas sa bosse qui pourrait l’empêcher de faire des exploits. Par honte de son infirmité, il est caché et mis au ban des reclus. Souffre douleur de ses frères et sœurs, il finira par accepter de fomenter un complot avec des ennemis de son père. Reclus lui aussi, sa vie n’aura définitivement plus de sens mais le destin ou autre chose va lui jouer un tour bien malicieux

Les femmes de Charles pourraient être décrites mais je ne retiens qu’une seule chose, ce mépris de Pépin le Bossu au profit de leurs enfants… mais aussi par dégoût de l’infirmité de Pépin sans jamais s’intéresser sincèrement à lui.
La Plume, le Scénario :

Alors je suis partie dans ce récit historique comme une furie à tel point que j’avais dû mal à me raisonner pour aller dormir. Et ça je ne l’ai pas vu venir ! Wow quelle claque, je ne sais pas si se sont les mots de l’auteure qui m’ont envoûté ou l’Histoire de Pépin qui était passionnante ou tout simplement les deux peut-être; mais une fois dans le récit je ne pouvais plus m’arrêter.
Je me suis attachée dès le départ à Pépin le Bossu, à sa vie si malheureuse, si vide d’amour… malgré tout cette violence morale et physique, il avait des rêves que le monastère balaye sans concession… Au moment le plus inattendu, il est sauvé et retrouve goût à la vie, il ouvre grand les yeux, mais il est d’une naïveté touchante, il découvre la vie, il goûte pour la première fois à ce sentiment très fort d’être aimé. Et moi lectrice avec mon imagination toute ébahie, je le suivais avec un ravissement non dissimulé, je pestais quand il se sentait pousser des ailes sans méfiance, mais finalement la réalité lui revient très vite en pleine figure, mais c’est un homme nouveau et le voir faire face avec philosophie, mais quel bonheur !

Ce que j’ai beaucoup apprécié c’est ce voile très mince entre Histoire et Roman, cette frontière qui se mélangeait très souvent; L’auteure a collé parfaitement son récit sur l’Histoire réelle de Charles et c’est un des bonus qui m’a procuré cette addiction aux lignes du roman.
C’était très instructif, j’avais l’impression que l’auteure racontait une partie de la vie de ses aïeuls.

Ce qui m’a beaucoup plu également c’est le changement de point de vue, c’était intéressant de voir la vision de chacun sur une même situation.
La partie sur Amaudra m’a complètement bouleversée, mais quelle force, quelle détermination ! Cette femme est une étoile ! Solène Bauché ne nous épargne rien, elle nous dépeint Amaudra avec ses blessures, ses défauts, ses fêlures mais elle porte en elle cette lumière, cet instinct, cette réciprocité avec la nature et finalement tout cet amour refoulé mais pas enterré et qui ne demande qu’à sortir, un personnage entier et passionnant.

Les parties sur Charles sont toutes aussi intéressantes, car pour finir Charles a eu une vie tumultueuse mais pas forcément heureuse... tantôt dirigé par le devoir, tantôt par sa passion des femmes. Il aura des moments de bonheur certes mais sa vie aura été chaotique et emplie de regret. Il a fait des choix qui ont brisé des parties de lui mais qui ont aussi bouleversé des vies qui ne demandaient rien, juste à s’épanouir. Mais un Roi doit faire des choix compliqués et il n’est pas toujours entouré des bonnes personnes pour l’aider à choisir de façon équilibré entre la raison et la passion.
Un roman Historique saupoudré très légèrement de fantastique, à peine romancé et tellement bien écrit qu’il vous clouera à votre fauteuil !

En Bref :

On devrait apprendre l’Histoire comme ça à l’école !!!

Trêve de plaisanterie, ce roman m’a bouleversé tant par l’Histoire que par ses personnages passionnants.

Merci à l’auteure Solène Bauché pour ce partenariat tellement agréable et enrichissant, pour toutes les émotions par lesquelles je suis passée ! Merci beaucoup !

Anarkhia d’Aviscène

Titre : Anarkhia

Auteur : Aviscène

Éditeur : Autoédité

Genre : Philosophie, Sociologie

Format : Epub

Nombre de pages : 140

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur :

« Dans certaines contrées de la Grèce antique, des peuples rongés par la cupidité se font souvent la guerre. Deux hommes d’une même tribu se lancent dans une étrange aventure qui changera à jamais leur perception du monde. Mythologie, Histoire, Croyances, un roman de réflexion à caractère philosophique et spirituel qui vous entraîne dans un grand voyage méditatif à la rencontre du Soi. »

Mon  avis :

Merci à l’auteur Aviscène pour ce partenariat qui s’éloigne un peu de mes lectures habituelles.

L’histoire :

Deux chefs de tribu vivent avec leur peuple sur le territoire d’Anarkhia; Un grand désordre règne sans que ni l’un ni l’autre ne puisse faire quoique ce soit pour arranger la situation. Ils décident de demander à un chaman ce qu’il entrevoit comme solution pour faire régner l’ordre et la paix en Anarkhia. Ils vont alors débuter une aventure qui les mènera peut-être à la solution; en tout cas le chemin ne sera pas aisé et leur perception du monde va en être ébranlée.

Les personnages :

Apistos et Pistos : Deux chefs de tribu qui vivent de grands festins et boivent du vin à longueur de temps. Dans leur moment de lucidité, ils s’aperçoivent qu’Anarkhia est ingérable et reste perpétuellement dans les conflits. Ils décident ensemble de trouver une solution et prennent conseil auprès d’un pseudo-chaman qu’ils ont kidnappé.Ce ne sont pas des mauvais bougres, au contraire ils prennent conscience que leur façon de vivre ne peut plus les mener bien loin.

La Plume, le Scénario :

L’auteur nous emmène en Grèce Antique dans un territoire où règne le chaos et les conflits perpétuels. Pistos et Apistos, chefs de tribu, espèrent y mettre un terme mais ils ne savent pas comment s’y prendre… Un chemin de réflexion s’ouvre à eux et leur aventure philosophique commence.

L’écriture de l’auteur est fluide agréable, ses deux personnages principaux sont drôles par moment sans vraiment le vouloir, c’est leur manière d’être qui est décalée par rapport à leur démarche, mais petit à petit ils s’alignent à leur projet pas si évident à mettre en pratique ni même à suivre.

Aviscène nous parle au travers de l’étrange aventure de ses personnages, de philosophie du monde, de la difficulté de ne pas retomber dans ces mauvaises habitudes, de vivre ensemble, de créer des lois sans grignoter la liberté.

Une forme de pensée critique va émerger au travers de leurs péripéties, de leurs déboires et de la façon dont ils vont décider de vivre et se soutenir face à la difficulté de cette ascèse en forêt. Ces deux hommes habitués à l’excès, à la guerre et au mépris des libertés de leurs ennemis vont voir leurs idéaux changer.

Au départ, septiques face à la manière d’aboutir au résultat souhaité, ils comprennent bien vite que le Sage les a fort bien conseillé. Comme toute chose, on n’y arrive pas toujours dès la première fois; alors ils décident de persévérer, de façon plus sérieuse. Et là, face à la difficulté, face à la peur, à la camaraderie et même face au danger, Pistos et Apistos se construisent grâce à leur amitié et leur bon sens qui resurgi spontanément.

Cette retraite dans la forêt les a amené à un cheminement de pensée philosophique et même spirituel, à force de balade, de méditations, de longues conversations, d’échange mais aussi de divergences et de longs silences.

Leur expérience est très intéressante et donne à penser à notre façon d’aborder le monde en tout temps;

En Bref :

Un récit court mais très marquant. Aviscène au travers de la Grèce Antique et à l’aide de deux chefs de tribu; nous montre, nous conseille sans jamais imposer une vision philosophique, spirituelle et peut-être même politique du vivre ensemble et une façon de préserver la liberté de conscience, le libre arbitre.

Merci Aviscène pour ce partenariat enrichissant !

Ceux d’en haut, livre 1 : La Momie de Pâques de Luisa Gallerini

Titre : Ceux d’en haut

Livre 1 : La Momie de Pâques

Auteure : Luisa Gallerini

Éditeur : Autoédité

Genre : Thriller, Aventure

Format : Epub

Nombre de pages : 475

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé de l’auteure :

« La vie éternelle est-elle un mythe ou une réalité ? Paris, aujourd’hui : Marie trouve une amulette égyptienne avec un mystérieux papyrus sur la place de la Bastille. Alors que rien ne la prédispose à devenir une aventurière des temps modernes, elle se prend vite au jeu des énigmes. A la recherche d’un carnet de voyage qui renferme le plus grand secret de tous les temps, elle se lance tête baissée dans une haletante chasse au trésor qui se transforme rapidement en dangereuse chasse à l’homme. Égypte, 1863 : Dans le carnet de voyage, une archéologue relate son périple à travers l’Afrique du Nord, des tombeaux de la Vallée des Rois aux catacombes d’Alexandrie, en passant par le monastère Sainte-Catherine bâti dans le désert rocheux du Sinaï. C’est lors de cette expédition aux portes de la mort que la jeune femme voit toutes ses convictions s’écrouler une à une : la magie n’existe que dans les livres, 1 + 1 = 2, l’amour entre femmes est impossible, le Christ n’a jamais ressuscité, la vie éternelle est un mythe… Entre rebondissements, révélations et complots ancestraux, « La Momie de Pâques » est une grande aventure où l’histoire se mêle au fantastique, la religion à la magie, l’amour à l’interdit. »

Mon  avis :

Merci à l’auteure Luisa Gallerini pour cette aventure intense entre Paris et l’Égypte.

L’histoire :

Un soir en rentrant chez elle, Marie trouve un papyrus et une amulette. Elle décide de faire des petites recherches qui vont l’entraîner bien loin de ce qu’elle pouvait imaginer.

Prise dans une fièvre aux énigmes; Marie nous emmène dans le passé au 19ème siècle et surtout en Égypte, sur les traces de Jeanne et Luisa. Là tout ce à quoi elle croyait, s’écroule et s’ouvre à elle un nouveau champ des possibles, une nouvelle façon de pensée la création. Jeanne nous apparaît surprise, bousculée faisant face à la dure réalité de la culture des pilleurs de tombe. Il faudra qu’elle trouve un subterfuge étonnant pour son époque pour arriver à ses fins et surtout entrer dans le monde des antiquités et aborder ce savoir et ces lieux parfois interdit aux femmes.

Entre mythes revus et corrigés, aventures, bouleversements et découvertes fracassantes; les vies de Jeanne et Marie mêlées (avec deux siècles d’intervalles) seront en danger; elles devront ruser pour aller jusqu’au bout de leurs découvertes.

Les personnages :

Marie : Elle travaille à Paris et son métier ne lui apporte pas de fortes émotions… un soir en errant dans la ville, elle tombe sur la découverte qui va complètement bouleverser sa vie, à tout jamais : un papyrus et une amulette. D’abord moyennement curieuse, elle se prend étonnamment vite au jeu des énigmes et bascule dans le monde très protégé des antiquités.

Jeanne : C’est une jeune femme qui part en expédition avec des hommes au 19ème siècle, en Égypte. Elle se rend vite compte que le monde des pilleurs de tombe est bien réel et très dangereux. Elle décide de faire un bout de chemin seule, mais pas de n’importe quelle façon, je ne vous en dirais pas plus. Faisant chemin, elle rencontre Luisa une jeune femme dont l’époux fait affaire en Égypte. Elles se lient d’une très forte amitié et Jeanne va découvrir des émotions aussi troublantes d’exquises.

Luisa : C’est une jeune femme qui voyage d’abord avec son oncle pour rejoindre son époux. Sa rencontre avec Jeanne va la sortir de sa léthargie et elle va trouver en Jeanne une compagne fonceuse, timide, douée pour tout ce qui concerne l’Égypte mais pas très calée niveau Bible. Ensemble, elles se complètent et décident de mener une aventure dangereuse mais totalement exaltante. Un personnage étonnant vous le découvrirez, tout d’abord avec son nom (je n’avais jamais rencontré une telle configuration) mais également avec une telle sagacité, une telle détermination à rebondir !

La Plume, le Scénario :

J’ai mis un certain temps avant de m’habituer à la plume de l’auteur; les 50 premières pages m’ont paru très longues car les phrases étaient trop longue, trop littéraire, trop métaphorique… bref l’écriture est devenue une barrière à mon imagination très rapidement. Le récit sur Marie ne m’apparaissait pas intéressant à cause de la réflexion causée par ses phrases trop complexes à mon goût.

Comme à mon habitude j’ai continué ma lecture, non pas parce que je m’étais engagée (un petit peu quand même…) mais aussi parce que je n’abandonne jamais un livre en cours de route. Et comme bien souvent, j’ai eu raison car la suite ou tout simplement mon temps d’adaptation passé, l’aventure de Marie, s’est avéré palpitante !

J’ai vraiment apprécié de me glisser dans la peau de Marie et suivre l’aventure de Jeanne et Luisa au travers de l’Égypte du 19ème siècle. Cette chasse au trésor déguisée en journal de bord était tout à fait captivante.

Les connaissances sur l’Égypte de l’auteure complétées à l’histoire de Jeanne et Luisa, sont devenues une aventure très intéressante. L’auteure nous  fait partager une petite immersion dans l’Égypte du 19ème siècle, grâce à la trépidante aventure de ses deux protagonistes. Deux femmes qui ont osé braver les interdits par divers subterfuges étonnamment espiègles et risqué pour l’époque !

Et ce secret qui enfle de plus en plus; on le sent si près qu’on a peur qu’il nous échappe… pour le coup Luisa Gallerini, l’auteure ménage très bien son suspens et ses effets !

Bon j’avouerai que par moment, l’envolée lyrique de l’auteure sur l’Égypte donnait des moments assez longs qui auraient pu devenir très vite ennuyeux car on s’éloignait un peu de l’histoire des personnages et le récit glissait doucement pour devenir un documentaire historique … mais ça ne durait que quelques pages; Dans ces moments là, on pouvait sentir la passion de l’auteure pour l’Égypte ancienne.

Une fois les deux protagonistes du passé parties dans leurs tribulations, l’aventure et le suspens sont devenus intense !

Ce surprenant trésor, dont il est question dans le récit, m’amène à poursuivre avec « Ceux d’en Haut, livre 2 : Une promenade hors du corps » du même auteur, Luisa Gallerini.

En Bref :

L’Égypte est un sujet toujours intéressant et plein de mystère; le berceau des religions où les plus folles rumeurs ou prophéties ou découvertes donnent encore des rêves ou des cauchemars aux passionnés comme aux non-initiés 😉

Après des débuts laborieux, la suite de l’histoire s’est révélée captivante; et j’ai vraiment pris plaisir à suivre Marie, Jeanne et Luisa (tellement que je poursuis avec le tome2)!

Merci à Luisa Gallerini de m’avoir fait confiance 🙂

Issak par Shinji Makari et Double S

 

Titre : Issak

Auteur : Shinji Makari

Dessin : Double S

Éditeur : Kioon

Sorti le 08 mars 2018

Nombre de pages : entre 208 et 224

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

Résumé :

« 1620. L’Europe est déchirée par une guerre qui oppose catholiques et protestants. Dans la forteresse de Fuchsburg, en Allemagne, des réfugiés affluent de toute la région. Parmi eux se trouve Issak, un guerrier hors pair au talent de tireur inégalé. Avec ses longs cheveux noirs, ses yeux bridés, son sabre et son imposant fusil, il ne passe pas inaperçu…

Venu du Japon, il combat comme mercenaire aux côtés des protestants. En réalité, il n’a qu’un but : laver l’honneur de son maître assassiné. Le meurtrier se serait mis au service des catholiques, et Issak parcourt les champs de bataille pour le retrouver ! Mais cette fois, la situation est désespérée : cernée par l’ennemi, Fuchsburg semble vouée à la destruction… Le samouraï errant parviendra-t-il à changer le cours de l’histoire ? »

 

Personnages principaux :

Issak : La première image d’Issak est très forte, violente même mais extrêmement bien dessinée ! Il arrive de Hollande où il a combattu avec l’armée; il recherche activement le meurtrier de son maître et un objet que cet assassin aurait dérobé. Pour cela, il écume les champs de batailles aux côtés des protestants car son rival s’est enrôlé dans le camp des catholiques… Sur sa route, il sauve Zetta des mains écœurantes de soudard assoiffés de sang et rempli de haine. Il est très calme, très consciencieux, poli et inarrêtable. Côté physique (excusez moi, il est à tomber !… ben oui mon côté midinette arrive à ressortir parfois 😀 ), de long cheveux noir, les yeux bridé et il émane de sa personne un calme rassurant.

Zetta : C’est une toute jeune fille, qui fuit la Bavière en guerre en compagnie de son grand-père, en direction d’une Terre s’appelant Utopia, une terre où tous les hommes sont égaux. Elle est sauvée in-extrémiste par Issak, des soudards qui l’agressaient. Elle est intriguée par Issak qui ne ressemble pas aux soldats et aux mercenaires européens. Elle est déterminée à rester en vie et sans vraiment le vouloir, elle et son grand-père vont suivre la route d’Issak. Leur destin semble lié, se lie au fur et à mesure des pages.

Lieux où se déroule le récit :

Le scénario se déroule à Fuchsburg, le château du représentant, frère de Frédéric V de Palatinat

Détails intéressants :

  1. Le dessin est magnifique, Double S a un trait incroyable, les personnages sont tels qu’ils pourraient être dans la réalité. Les détails sont surprenants et il se dégage une tension palpable de ces pages; mais lorsque Issak apparaît, sa présence rassure. Issak est magnifique !
  2. Au travers d’Issak, on sent toute la détermination, la constance, la patience pour obtenir un geste d’une précision inhumaine. De plus c’est un brillant stratège.
  3. Alors que la situation semble compromise, nous lecteur on sait, on sent qu’Issak va faire la différence.
  4. Ce manga opère la rencontre entre le japon féodal et l’Europe médiévale avec ses guerres de religions entre protestants et catholiques. C’est un savoureux mélange.

Mon avis :

La couverture annonce la couleur : Nous avons un homme de type asiatique qui pointe son arme avec détermination. J’ai eu l’occasion de lire un extrait grâce à mon super libraire de manga, BD et comics, vil tentateur et pourfendeur de portefeuille (oui oui je délire complètement…) Bref, je me suis retrouvée avec cet extrait entre les mains et la curiosité qui va avec !!

Toujours est-il que je suis super fan, j’ai déjà lu les 3 tomes et j’aime de plus en plus !!

Je m’explique :

Je tiens à me répéter : le dessin est SUPERBE ! J’adore le trait du dessinateur, il fait passer toutes sortes d’émotions au travers de ses personnages comme la détermination, la colère, l’intimidation, la suffisance et souvent l’apaisement avec Issak. Ce personnage est implacable, ne rate jamais sa cible, Issak apparaît sur une page et c’est la force tranquille, la patience redoutable, le contrôle de soi immuable., ça présence rassure.

L’histoire nous plonge dans le XVIIème siècle en pleine guerre de religion entre les protestants et les catholiques = la guerre des Trente ans. Mais, alors que fait un asiatique, un japonais dans cette guerre ? Il recherche ardemment le meurtrier de son maître et un objet très précieux. Issak s’engage aux côtés des protestants dans l’armée Néerlandaise et termine son chemin au château de Fuchsburg en Allemagne et se met au service de l’armée de Frédéric V du Palatinat (figure existante de l’histoire). Il se révèle être un allié précieux et de taille. Sa maîtrise du combat impressionne les commandants et les soldats; mais ils sont vite rattrapés par la panique face à l’armée espagnole, immense qui suit un homme charismatique, le général Spinola (encore une figure existante dans l’histoire). L’auteur scénariste a vraiment monté son histoire de guerrier japonais sur fond de la guerre de Trente ans, en s’appuyant sur des faits réel de l’Histoire et c’est très appréciable.

L’histoire d’Issak se superpose petit à petit sur l’Histoire Européenne; il fait partie intégrante du paysage même si son uniforme étonne et surprend. Zetta a compris que c’est un homme hors normes et elle se sent redevable d’Issak et veut à tout prix le seconder, l’aider d’une quelconque manière, elle a peur pour lui. Mais elle sait qu’il est capable de les protéger, elle le sent.

Le tome 1 pose le décor historique, présente des personnages très intéressants et surtout accroche le lecteur avec son héros Issak !

Citations retenues :

  1. […] »(Un lieu où tous les hommes sont égaux) ça n’existe pas, du moins pas sur cette terre ![…]
  2. […]C’est un génois désargenté, mais plus de 10 000 mercenaires le suivent… Ils savent qu’il est intelligent et ils ont confiance en lui ![…]
  3. […]Si la forteresse tombe, les protestants allemands seront isolés et exterminés… Alors quoiqu’il en coûte je la défendrai ![…]

En Bref :

Oui oui c’est un coup de cœur !!! ❤ ❤ ❤

L’histoire d’un guerrier japonais qui s’aventure en Europe en pleine guerre des Trente ans pour retrouver l’assassin de son maître.

Un personnage, beau, déterminé et très attachant (oui j’assume mon côté fangirl pour cette fois seulement 😉 ) Le travail de l’auteur sur l’histoire est très intéressante car il fait se rencontrer le japon féodal et l’Europe médiévale !

Une série qui mérite vraiment le détour !

P.S. => le tome 4 sort le 6 décembre normalement 🙂

Ah et ! J’oubliais le plus important : Si toi aussi tu veux te laisser tenter mais que tu hésites encore… Fonces lire cet extrait =>> ICI : ISSAK tome 1

 

Black torch de Takaki Tsuyoshi

     

Titre : Black Torch

Auteur : Takaki Tsuyoshi

Traducteur : Sébastien Ludmann

Éditeur : Kioon

Sorti du premier tome  le 08 février 2018

Nombre de pages : 190

Genre : Manga, Shonen

Fiche Bibliomania

4ème de couverture T1:

 » Jiro n’aspire qu’à vivre tranquille, et pourtant c’est un véritable aimant à problèmes : non seulement il appartient à une lignée de ninjas, mais il a en plus la capacité de communiquer avec les animaux ! Alors quand il trouve un mystérieux chat noir mal en point, il n’hésite pas une seconde à lui venir en aide.

En fait de félin, il a recueilli Rago, un Mononoke surpuissant ! Ces créatures surnaturelles, capable de dévorer les humains, vivent d’ordinaire cachées… mais Rago est en fuite, poursuivi aussi bien par des exorcistes que par ses propres pairs ! Un démon ne tarde pas à retrouver sa trace, et un combat épique s’engage. Jiro, imbattable contre de simples humains, ne fait pas le poids face à un monstre… Pour sauver son bienfaiteur de la mort, Rago n’a d’autre option que de recourir à une technique de possession. Un humain et un Mononoke alliés dans un même corps, on n’avait jamais vu ça ! Exorcistes ou esprits, quel camp choisiront-ils ? « 

Personnages principaux :

Jiro : vient d’une famille de ninja, il est très puissant face à de simple humain, qu’il bat tous sans exception haut la main; Il en est arrogant mais en même temps il a ce côté tout doux quand il parle aux animaux, bah oui il a la formidable faculté de parler aux animaux. D’ailleurs il s’entend mieux avec les animaux qu’avec les humains. Son grand-père lui a enseigné l’art des Shinobi et aimerait que son petit fils le prenne au sérieux mais Jiro veut qu’on le laisse tranquille. Il est assez irritable et n’hésite pas à faire tourner son grand-père en bourrique… Quand il rencontre Rago, il le sauve sans réfléchir, et le défend même face à un monstre qui le terrasse; de cette mésaventure Jiro et Rago vont être obligé de cohabiter dans le même corps, celui de Jiro. A partir de ce moment, ils vont devenir une puissante bête phénoménale !

Rago : C’est un Mononoke qui est poursuivi par des exorcistes mais aussi par d’autre Mononoke… On ne sait pas d’où il sort et lui ne sait plus trop pourquoi il est là sauvé par un petit humain… Ce qu’il y a de sûr c’est qu’il a une personnalité vive, il se sent supérieur aux humains mais n’est pas hostile. D’abord méfiant envers Jiro puis il comprend que ce jeune freluquet est puissant mais aussi tête brûlée. Il sort d’un profond sommeil, et il ne se rappelle de rien. En sauvant Jiro, il va peut-être découvrir ce qu’il lui est arrivé. Lui le si puissant démon pourchassé par ses frères.

Ryosuke Shiba : responsable du bureau des investigations secrètes, c’est un Onmitsu (ancien nom des Shinobi), Ce bureau officiel est  divisé en plusieurs sections secrètes. Ryosuke intervient juste à temps pour sauver et mettre sous protection Jiro Azuma / Rago. Il sens que ces deux là ont du potentiel mais sont aussi en grave danger.

D’autre personnages font leur apparition pour entrer dans la vie de Jiro et le soutenir dans sa tâche et sa survie, mais aussi d’autres beaucoup moins drôle qui cherchent à le détruire.

Lieux où se déroule le récit :

Le récit se déroule au Japon contemporain; mais l’organisation d’investigation est descendante des Shinobi de l’ère d’Edo, qui sont devenu des Omitsu à la restauration de Meiji

Détails intéressants :

  1. La personnalité de Jiro, attachante malgré son mauvais caractère, et son impolitesse envers les autres. Il parle aux animaux et ne peut pas s’empêcher de les sauver en cas de besoin… ça ne peut pas être un mauvais gars.
  2. Jiro parle aux animaux !
  3. Il ne porte pas de jugement, Rago est un Mononoke et alors ?
  4. Pourquoi faut-il faire obligatoirement partie d’un camp ?Jiro et Rago n’ont pas forcément envie de faire partie du camp des humains ou des Mononoke, c’est plus philosophique, ils veulent leur tranquillité.
  5. Jiro ne cherche pas la bagarre mais quand on le provoque ou quand il est témoins de mauvais actes; il ne peut pas s’empêcher de s’emporter…
  6. Le dessin, est tout en explosion, les monstres sont énormes mais les petits humains rachitiques sont très fort, les bastons sont chouettes ! Le trait est dynamique et vivace, les expressions des personnages sont très bien représentées.

Mon avis :

J’ai commencé par hasard cette série sur le très bon conseil du libraire dans la boutique où j’achète mes mangas 🙂 @LibrairieLePythagore

Déjà la couverture est superbe, on y voit Jiro et un chat avec le dessus du corps pris dans un nuage nébuleux et noir. On sent que ça fait partie de lui. Et puis cette couleur rouge annonce ou promet une super dynamique !

Ce qui contraste avec les premières pages du manga… Jiro possède un don très spécial, il peut converser avec les animaux; l’histoire commence par une séquence attendrissante entre Jiro et son chien qui s’inquiète car le petit s’est encore battu à l’école… mais les pages s’enchaînent et on retrouve vite notre Jiro plus grand et toujours aussi bagarreur; Il est arrogant et défie la mafia; il sait de toute façon qu’il aura le dessus sur eux !

Avec son coeur d’or, il court sauver un chat qui paraît mal en point… finalement à cause d’une bonne action, Jiro se retrouve pris dans une guerre millénaire entre Mononoke et Onmitsu; guerre qui ne l’intéresse pas mais dans laquelle il va être enrôlé de force; Jiro va devoir choisir son camp et j’ai vraiment apprécier sa réaction. Il veut rester libre de choisir ou d’ailleurs plutôt rester libre de ne pas choisir.

Rago et Jiro se sont bien trouvé, ce duo est explosif; aussi ronchon l’un que l’autre et tous les deux veulent leur tranquillité, mais le don qu’ils possèdent attire sur eux les mauvaises intentions, soit ils inquiètent car ils sont beaucoup trop puissant à deux et donc ils doivent disparaître, soit leur puissance pourrait servir l’un ou l’autre camp justement et faire la différence… Mais leur statut de double race les place au milieu de l’inimitié des deux camps.

Le bureau des investigations secrètes capture/sauve Jiro et cherche à le mettre à l’abri. Ils ne savent pas s’ils peuvent lui faire confiance et dans un même temps Jiro ne sait pas non plus s’ils ne cherchent pas tout simplement à le détruire… De cette rencontre un peu forcée va naître Black Torch ! J’adore ce nom d’escouade, ça claque !

Un tome 1 accrocheur et je vous garantis que les suivants sont tout autant passionnant !!

Citations retenues :

  1. […]mais tu sais ne pas être normal, ça peut aussi être un atout ![…]
  2. […]Je vous prend tous les deux en même temps et d’une seule main ![…]
  3. […]Intervenir sans force, c’est de l’imprudence et agir sans détermination c’est de l’inconscience.[…]
  4. […]Tu seras gentil de ne pas casser ta pipe pendant mon absence… vieux croûtons ![…]

En Bref :

Le début d’une série explosive, passionnante !

 

Moriarty, T1 de Ryôsuke Takeuchi

Titre : Moriarty, T1

Auteur, scénariste : Ryôsuke Takeuchi

Auteur, Dessinateur : Hikaru Miyoshi

Éditeur : Kana

Collection : Dark Kana

Sorti le 22 juin 2018

Nombre de pages : 212

Genre : Manga, Shonen

Fiche Bibliomania

Résumé éditeur :

« 19e siècle en Angleterre, la famille Moriarty a recueilli deux orphelins William et Louis mais en leur conférant un statut de domestique. Albert, le fils aîné de la famille est pétri d’ambition et il déteste le système social qui régit la société britannique, dans lequel les classes supérieures se pavanent et oppressent le peuple sans pour autant être dignes du respect qu’elles exigent de lui.

C’est pourquoi Albert abhorre sa propre famille et voit dans les deux orphelins l’incarnation d’un souffle nouveau. Albert leur offre son statut, sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve : se débarrasser de sa famille et du système de classes actuel !

Les trois garçons complotent ainsi pour devenir les seuls héritiers de la famille. Treize ans plus tard, à seulement 21 ans, l’aîné des orphelins William James Moriarty est devenu professeur de mathématiques à l’Université et il pourrait voir surgir sur sa route un certain Sherlock Holmes…« 

Personnages principaux :

Albert Moriarty: Il est l’aîné d’une famille richissime, il a travaillé dur à l’école pour atteindre un haut niveau; mais il a aussi chercher à s’éloigner de sa famille qu’il déteste. A l’arrivée des deux orphelins, William et Louis, il perçoit comme un espoir, une lumière sur le changement qu’il veut pour le monde et le système social en Angleterre. Son ambition est très puissante voir dévorante.

William Moriarty : c’est un enfant très intelligent, il a réponse à tous les problèmes. Il entrevoit très bien comment résoudre toute sorte de complications. Il devient très vite le consultant des villageois où vit la famille Moriarty. Il devient professeur de mathématiques à seulement 21 ans, mais continue son travail de consultant.

Louis Moriarty : C’est le dernier des frères orphelins, il est de santé fragile, mais n’en ai pas moins un enfant puis un adulte très bon gestionnaire.

Lieux où se déroule le récit :

Au XIXème siècle, en Angleterre; au début dans la balieue de Londres où vit la famille Moriarty.

Détails intéressants (ou marquants) :

  1. Cette volonté et cette soumission feinte dont William fait preuve. Rien ne l’empêche de dispenser ses conseils même face au mépris des notables et à la méchanceté cruelle de sa famille adoptive. Il garde un visage serein et protège son frère, ses frères.
  2. Cette froide détermination d’Albert, pour changer le système social qu’il ne supporte plus.
  3. La méchanceté cruelle et même douloureuse de la famille adoptive envers les deux orphelins; Ils les rejettent totalement, ils voudraient s’en débarrasser et ils les maltraitent. Même les domestiques sont haineux envers les enfants.
  4. On sent tout doucement se mettre en place la fusion de cette haine sociale envers le système britannique d’Albert et les rouages très méticuleux du cerveau de William.
  5. Le dessin, le trait de l’auteur est très agréable à suivre; On arrive à sentir ce moment « borderline » où William bascule pour assouvir l’ambition et la haine d’Albert.

Mon avis :

C’est en suivant @lerenarddore sur Twitter, Instagram et Facebook mais aussi les Éditions Komikku Encore ! Encore  !!

L’histoire commence sur les conseils qu’apporte le jeune William, puis on passe à sa véritable condition, sa dramatique et révoltante situation. Les Moriarty, on recueillit les frères orphelins pour la postérité, car ça fait bien de donner la charité, mais faut pas que ça dure trop longtemps… La mère et le petit frère d’Albert sont particulièrement cruels, voir machiavélique pour échafauder des plans afin de se débarrasser des jeunes orphelins qu’ils abhorrent… Mais ils n’ont pas encore compris qu’ils ont façonné un monstre, peut-être pas créer car il a l’air suffisamment éprouvé pour avoir basculé sans l’aide des Moriarty.

Albert s’est épris d’eux et les voir se faire traiter de la sorte, le révolte. Son intention est touchante, mais les moyens d’y arriver un peu moins…

Je suis arrivée à comprendre comment en est arrivé William Moriarty pour agir aussi froidement mais de façon aussi méticuleuse. C’est un être à part, il d’une intelligence hors norme, mais il est dénué d’empathie. Tous ses notables, qu’ils tuent avec des plans tous aussi machiavélique que son premier meurtre, sont responsables de leur condition. Ils sont coupables. Il punit les méchants sans plus ni moins de sentiments; il a juste l’impression de faire son devoir, son travail.

L’arrivée, de Molan et de Fred des nouveaux collaborateurs, lance plus précisément leur association de malfaiteurs.

Passons au trait de Hikaru Myoshi, c’est tout simplement sublime; Les images très nettes, justes et qui fourmillent de détails transmettent parfaitement les émotions, les sensations que doit ressentir le lecteur.

Citations retenues :

  1. […]un jour il faudra mettre ta belle intelligence au service du monde entier, servir l’humanité entière, ça c’est beau ![…]
  2. […]Ces prolétaires, alors ! Ce ne sont que des machines à travailler sur pattes, et ils croient que tout leur est dû![…]
  3. […]Frida et le gamin… deux victimes du système social qui étouffe ce pays. dans un autre monde, ils auraient vécu heureux.[…]

En Bref :

Un manga super intéressant, dérangeant pour le côté de cette injustice sociale, pour la façon dont sont traités les frères orphelins.

Et les débuts, finalement très jeunes des méfaits du jeune William Moriarty, ma foi assez flippant  !