MASQUES de Caroline Giraud

Titre : Masques

Auteure : Caroline Giraud

Editeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Aventure

Nombre de pages : 271

Sorti le 15/04/2017

Fiche Bibliomania

 

Résumé auteure :

« Pascal est un Érudit. Calculer, c’est là toute sa vie : la distance entre les planètes, l’heure exacte à laquelle il doit partir du bureau pour aller chercher son fils à l’école. Sophie est une Noble. Qu’elle ait pu souhaiter travailler, écrire ou faire du sport n’a aucune importance. Cela ne lui est pas nécessaire : le bras de son époux, le roi, suffit à remplir sa haute existence. Scarlett est une Bohémienne. Du lever du soleil à la tombée de la nuit, le son de sa guitare piste les passants. Les trottoirs la connaissent, assise sur le chemin de tous et de chacun. Elle est la fille de la meilleure, la plus belle, la plus chère des prostituées de Paris. Son destin résonne dans sa voix : elle ne sera jamais rien d’autre que la fille de la prostituée. 

Eric Shimmer. L’un des Hackers. Ils se tiennent silencieusement à l’extérieur de la ville, une arme à la main, car ils n’ont pas le droit d’entrer. Ils aiment la guerre et le sang , on les croit fous… mais peut-être attendent-ils bien plus de leur combat. Ils veulent la liberté. »

 

Mon avis :

Tout d’abord MERCIIII à l’auteure #Caroline Giraud de m’avoir proposé son roman si gentiment 🙂

L’histoire :

Pascal, l’Érudit est agacé de trouver sur son chemin tous les jours, Scarlett la bohémienne. Ce son de guitare affreux, cette voix discordante … mais paradoxalement, quand il ne la voit pas, il la cherche, il ressent un manque …

Le monde ne tourne plus très rond, les masques ont disparu…

Les Hackers cherchent à tout prix les masques qui tiennent la société en ordre. Ils veulent le désordre, ils veulent ces masques que le Sphinx a caché.

Le Sphinx a tout oublié de l’endroit où elle a caché les masques, mais elle a laissé des énigmes que seul un Érudit peu résoudre.

Pascal est le meilleur des Érudits, les Hackers le veulent, le cherchent et pour ça rien ne les arrête.

Sophie la Noble, Pascal l’Érudit et Scarlett la Bohémienne, des êtres qui n’auraient jamais dû se fréquenter, ni même se parler, vont être obligés de cohabiter, de travailler ensembles pour retrouver les masques et redonner du sens au monde. Ils vont devoir affronter les Hackers sans pitié, tortionnaires prêts à tout pour retrouver les masques avant notre drôle de groupe.

Les personnages :

Pascal est un Érudit quarantenaire, qui ne vit que pour les chiffres, l’argent et la connaissance. Il méprise presque tout le reste. Il est rebuté par les bohémiennes, pourtant Scarlett retient son attention et il ne comprend pas bien pourquoi… Tout d’abord tenté d’abandonner cette quête, il n’arrive pas à renoncer, c’est plus fort que lui.

Sophie est une Noble, sa vie n’est qu’une source d’ennui, de frivolité entre surveiller le dernier de ses fils, apaiser les humeurs belliqueuses du son premier fils et son époux couard, plongé dans l’immobilisme et l’ignorance. Mais elle se révélera être une très bonne médiatrice, et fera preuve d’une courageuse détermination quand il le faudra.

Scarlett, c’est une jeune femme tout feu tout flamme, appartenant à la caste des bohémienne. Au caractère bien trempé, très impatiente, et surtout dédaignant les Éliteux et les Noblard. Sa logique tout à elle, les sortira très souvent du pétrin.

Shimmer : c’est un Hacker épris de liberté. Ne supportant plus d’être mis au ban de la société mais désirant ardemment le pouvoir. Cette envie irrépressible de pouvoir va le conduire a une extrême sauvagerie, une barbarie. Adepte de coups et blessures, de torture et bien pire encore pour arriver à ses fins. il ne cessera de poursuivre le petit groupe de Pascal leur infligeant maintes souffrances mais sans jamais réussir à les séparer.

La plume, le scénario :

Avec « Masques », nous sommes dans un roman  mêlant créature mystérieuse, Royauté, hiérarchie de caste et téléphone portable !

J’ai commencé ce roman dès que je l’ai reçu et je ne l’ai plus lâché que pour aller dormir et travailler 😦 à ma grande impatience .

J’ai aimé ce blocage du monde sur des castes qui ne s’aiment pas, car différent les uns des autres et pour le coup engendrant méfiance, peur irrationnelle et bien d’autres clivages. Ce monde voué à ne pas évoluer, ou tout du moins favorisant certaines classes tout en acceptant aucun mélange, aucune fréquentation de quelque nature que ce soit… Bon évidemment, ça m’a fait penser à notre société qui a encore du mal à dépasser certaines mœurs, certaines idées moyenâgeuses. Et oui les habitudes ont la dent dure. L’auteure bien sûr a accentué ces traits de différences, cette animosité face à l’autre quoique parfois ce n’est pas si accentué…

Chaque chapitre est consacré au point de vue d’un personnage sur l’avancée de leur aventure. Ce qui rend le récit dynamique, rapide. Et surtout chaque personnage a son côté positif et son côté obscur. Les masques avaient cette faculté de cacher certaines vérités, en tout cas de les rendre invisible… d’empêcher le destin de se réaliser, d’anéantir toute tentative de rébellion en maintenant appuyer sur les traits de caractères obscurs.

Chacun des protagonistes veut retrouver les masques pour une raison. Le moyen d’y arriver est très discutable concernant les Hackers…

L’important dans ce récit c’est qu’il démontre qu’on ne peut pas faire grand chose tout seul. C’est toujours mieux de conjuguer les talents et d’avancer ensemble, dépasser les clivages, et apprendre à se connaître, à s’apprécier mais aussi à se comprendre. Il est parfois nécessaire de comprendre pourquoi les personnes agissent d’une façon qui nous déplaît, qu’est ce qui les à pousser à choisir tel camp et pas un autre ?

J’ai ressenti cette lecture de cette façon, un récit ou plutôt une ode à la fraternité, à l’entraide. Un récit pour aller vers l’autre si différent mais qui finalement nous ressemble un peu…

Bon il y a ce côté se concentrant sur les castes, mais aussi cette folle aventure au travers de Paris. Nos héros traversent un Paris qui n’est pas tout à fait le nôtre. Le Sphinx a laissé des énigmes pour retrouver les masques, et c’est au travers des solutions que l’auteure nous fait visiter son Paris. J’ai donc été chercher toutes ces références aux statues et au jardin des plantes, à la forêt de Fontainebleau et l’histoire du quartier du marais de Paris. Toutes ces petites recherches se sont révélées passionnantes !!! Merci beaucoup Caroline Giraud 🙂

Ce roman fut un réel plaisir de lire, partagée entre l’enthousiasme de Scarlett, la passion retenue de l’Érudit, la barbarie du Hacker et le merveilleux entretenu par le Sphinx 🙂

En Bref :

Un roman passionnant et instructif !! Oui oui j’ai découvert des choses sur Paris que je ne connaissais pas.

Avec ce récit, j’ai pu voyager jusqu’à Paris et vivre une aventure captivante !!

Chroniques Merveilleuses, tome 1 : La flèche du Scythe de Sébastien MORGAN

la-fleche-du-scytheTitre : Chroniques Merveilleuses

Tome 1 : La Flèche du Scythe

Auteur : Sébastien MORGAN

Éditeur : Auto-édité

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 262

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« IIIe siècle après JC, l’Empire Romain est assiégé de toute part. Chaque jour, les peuples barbares resserrent un peu plus leur étau. Des rumeurs font état d’une alliance possible entre les peuples goths autour du descendant d’Arminius, célèbre vainqueur des légions lors de la bataille de Teutobourg. Yares, un auxiliaire scythe est envoyé pour trouver et assassiner ce nouveau roi barbare. En s’avançant dans la grande forêt, l’éclaireur va réveiller de sombres forces. »

Mon avis :

Merci beaucoup à l’auteur Sébastien MORGAN pour m’avoir fait découvrir sa plume 🙂

L’histoire :

Yares un auxiliaire Scythe est envoyé en mission dangereuse étouffer la montée en puissance des peuples Goths. Pour éviter toute alliance, les éclaireurs Scythes sont envoyé assassiner ce nouveau roi Goth. Seulement Yares et ses hommes ont réveillé la rage de forces noires. Elles le poursuivront jusqu’à l’affrontement final ! Soucieux de mettre sa famille à l’abri du besoin, Yares fait tout ce qu’il peut pour plaire à ses supérieurs. Ses missions sont menées avec brio.

Dans un même temps sa femme et son fils se languissent de son retour. Mercurius agacé de cette absence, cumule les entourloupes et devient vraiment doué. Mais un jour il tombe sur plus fort, plus vicieux que lui et sa vie et celle de sa famille sera à jamais changée.

Rome est dans de fastes temps et fête ses 1000 ans d’existence dans des jeux sanglants, des orgies, des beuveries, des exécutions spectaculaires… Bref l’empereur Philipe l’Arabe doit conjuguer entre le faste et la guerre contre les Goths. Yares se montre en précieux soldat et surtout dévoué à son empereur.

Les Personnages :

Yares : Il est le centurion des éclaireurs dans l’armée romaine. C’est le meilleur des archers de toutes l’armée. Il exécute ses missions avec dévouement aidé de ses hommes qui lui sont tous fidèles. Il se mesure à la sorcière de la forêt, cette vipère qui a essayé de construire une alliance entre les peuples Goth. Mais depuis sa rencontre avec Alara, il n’a de cesse de la traquer, craignant pour la vie de sa famille et l’avenir de Rome. C’est un très bon soldat qui aspire être reconnu comme un citoyen véritable romain, mais l’intégration est difficile. Il ne perd pas espoir et ne ménage pas ses efforts pour y arriver.

Alara : C’est une sorcière alliée des Goths ennemis de Rome. Elle fait appel à des forces sombres pour construire une alliance entre les peuples Goths, seule solution pour les amener à la victoire. Mais c’était sans compter sur Yares… Dès leur rencontre, elle n’aura de cesse de le tourmenter pour l’amener à l’affrontement final …

Gaïus Tarquini : C’est un romain pure souche issu d’une des plus anciennes familles de Rome. Il a de grandes aspirations pour sa fille et son fils. Ses enfants doivent porter encore loin le flambeau de la famille Tarquini, le hisser encore plus haut, vers l’empereur ! C’est un être froid et calculateur. Il n’est soucieux que de sa position sociale dont il abuse violemment et n’hésite à tuer pour arriver à ses fins ou éliminer ce qui le dérange.

Mercurius : C’est le fils de Yares. Il est impulsif. Il enrage de l’absence de son père et excelle en entourloupes. Seulement un jour il tombe sur une famille de patricien qu’il aurait mieux fait d’éviter… Malgré tout ce dégage de lui, beaucoup de force, de courage et de détermination.

La plume, le scénario :

« Chronique Merveilleuses, tome 1 : La flèche du Scythe » est le premier roman de Sébastien MORGAN et c’est une belle réussite !

L’écriture de l’auteur est très agréable et emmène de suite le lecteur dans son aventure. L’empire romain est une période de l’histoire passionnante et quand elle est mêlée de fantasy c’est encore mieux !

Yares m’a tout de suite été sympathique et je me suis accrochée à lui tout au long de ce récit. Ces faits d’arme, sa loyauté, son envie de mettre sa famille à l’abri du besoin, de la protéger, son envie de devenir un citoyen romain reconnu est tellement profonde et presque inaccessible et ça il semble en être conscient mais il persiste, sa détermination est vraiment remarquable. L’armée romaine l’envoie dans des missions très dangereuses et c’est au cours de l’une d’elle que sa vie va être bousculée. Face à Alara la sorcière, il ne faiblira pas et la traquera jusqu’au bout, il en va de la survie de sa famille et en même temps c’est un danger à anéantir pour l’empire romain.

Ce mélange de fantazy était très agréable, on se retrouve dans l’armée romaine et on apprend que l’empereur possède des griffons. Dans l’une des aventures de Yares, il est passionnant d’apprendre quel lien entretien un griffon avec son cavalier attitré.

Dans un endroit du récit on apprend également l’existence d’autres monstres légendaires qui seront peut-être décisif dans la grande bataille contre les Goths.

Chaque Partie ou Chant est divisé en plus petit chapitre où l’auteur s’amuse (en tout cas c’est l’impression que ça m’a donné 🙂 ) à tourmenter le lecteur. Chaque petit chapitre saute de l’histoire d’un personnage à l’histoire d’un autre et du coup cette façon de faire est addictive car on ne peut pas s’arrêter de lire, il faut qu’on sache ce qu’il se passe pour l’un ou l’autre… bref vous l’aurez compris j’étais captivée par ce récit 🙂

Petite modif du 6 février 🙂

J’allais oublié faut absolument lire ce roman aussi parce que la fin est à tomber !!! NON MAIS C’EST QUOI CETTE FIN !! Bon je me re-saisie 😀

En Bref :

Une lecture passionnante, mêlant l’empire romain à la fantasy avec bon goût  !

Encore merci à l’auteur Sébastien MORGAN pour ce moment de lecture plus qu’agréable !!

 

La saga Le Mal par Houot et Py

 

Titre : Le Mal

le-mal-1  le-mal-2  le-mal-3

  Tome 1 : L’œil dans le mur          Tome 2 : Nyctalope                  Tome 3 : Super Manne

Auteurs : André Houot et Py

Éditeur :  Glénat

Genre : fantastique, énigme

Nombre de pages en moyenne : 48

4ème de couverture :

« Vous avez raison d’avoir peur… Il faudra tout réapprendre pour survivre lorsque le Mal reviendra !

Cette année-là, on s’aperçut que sur les feuilles des cerisiers il y avait certaines figures en mode de serpents… il annonçait son retour…

– J’y crois pas ! Qu’est ce qu’une église aussi imposante vient faire ici ? On dirait qu’elle s’est avachie sur le village comme la nef disloquée d’un grand navire gisant sur le fond ! – Elle est à la dimension de ce qu’elle a à cacher, cette église, mais c’est pas là qu’il faut chercher : regarde plutôt du côté des combes qui confluent toutes ici. Elles suintent le liquide malsain des plaies inguérissables. Le mal est si profond, t’imagines même pas ! … Chasseurs de trésors s’abstenir ! »

Mon avis :

ATTENTION PEUT ÊTRE PRÉSENCE DE SPOILERS… J’ESSAIE DE NE PAS EN FAIRE MAIS çà PEUT M’ÉCHAPPER  !!

Dans un village reculé en Dauphinois, Le village de Saint-Antoine, on a vaincu le Mal, autrefois… seuls témoins de ce combat, quelques pauvres hères et une Église au milieu du village, tellement grande, tellement imposante que l’avertissement pour les forces obscures semble toujours plané.  Le Mal attaque la peau par une petite tâche qui s’amplifie, s’infecte et finalement tue la personne infectée. Ce Mal touche aussi l’esprit des gens frappés par cette abomination… Alors depuis des siècles quand il est encore possible de sauver la personne, on ampute … on ampute…

La sérénité semble revenue, dans ce village… mais un nouvel arrivant, un simple maçon, qui a décidé d’acheter une maison au pied de l’incroyable Église…découvre des choses secrètes, déterre des choses dont il ne doit pas avoir connaissance… le Mal va t-il revenir ? Comment s’en prémunir ? Il n’y a pas de recette miracle, Hélas…

Ce maçon garde la tête froide, enfin si on veut ^^ ! Il arrive à discerner un Mal peut-être pas si ancien que ça, un Mal qu’il est peut-être possible de vaincre une bonne foi pour toute.

Cette série fait planer tout au long de ses trois tomes, un suspens incroyablement efficace, le lecteur n’arrive presque plus à discerner la vérité, mais grâce à cet entêté de maçon qui nous guide vers la « lumière » (oui je sais ça fait très cliché 😀 ) on soulève petit à petit le voile.

Le Mal rôde et une confrérie vient en aide aux villageois apeurés… elle les encercle plutôt dans leur malédiction, elle se sert de cette peur pour maintenir les fidèles à l’Église, elle règne par la peur, par l’entretien de cette ambiance anxiogène … bref pourquoi cette soi-disant confrérie s’intéresse t-elle aux villageois de Saint-Antoine ou plus particulièrement à cette imposante Église ???

Le scénario des auteurs est haletant, opprimant et on sent le Mal régner dans ces pages… des gens meurent pour les méfaits qu’ils ont commis, c’est le Mal qui les puni … peut-être pas… Les auteurs glissent entre les pages du « possible » de « l’improbable » de « l’incroyable »  et d’un seul coup Baam !  Ils nous laissent avec cette fin comment dire … mystérieuse mais le mot est encore faible…

En Bref :

Une lecture oppressante mais très très bonne justement !!!!!

 

Les Egériades, T1 : 393 Résidence Avalon de Corinne Guitteaud

les-egeriades-1Titre : Les Egériades

Tome 1 : 393 Résidence Avalon

Auteure : Corinne Guitteaud

Éditeur : Les Editions Voy'[el]

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 246

Sorti le 22/12/2014

4ème de couverture :

« Et si Lancelot n’était jamais revenu du Val sans retour, le destin des Pendragon en aurait-il été changé ? Tout commence le jour où Iris Morgenstern devient la locataire du 393 de la Résidence Avalon. Elle ignore alors que l’appartement ouvre sur un autre monde peuplé par les personnages de nos contes et de nos légendes et qu’elle est appelée à devenir la nouvelle Égéria. D’abord effrayée par l’ampleur de cette tâche, Iris se laisse peu à peu séduire par les créatures qui attendent d’elle qu’elle les guide dans leur combat contre Morgane la Fay : Agrippine, la licorne fanfaronne, Nahimana, la belle Algonquine, Robin des bois, le Prince des Voleurs, Athénor, le vieux dragon, et surtout Merlin l’Enchanteur. Face à eux, les Manitous, alliés de la sorcière, ne leur épargneront aucune épreuve, à commencer par les abominables wendigos. Et dans l’ombre, les Muses attendent leur heure dans la Cité de l’Éternel Été. »

Mon avis :

L’histoire :

Iris n’en croit pas ses yeux, elle va devenir locataire d’un magnifique appartement qui en plus est très bien situé. Mais elle est loin de se douter qu’elle ne sera pas toute seule à y habiter, enfin qu’il y aura du passage dans son futur petit nid. Son appartement est en fait un portail vers un monde peuplé de nos héros légendaires de contes traditionnels. Un monde plein de magie. Elle bascule d’un seul coup dans la légende du roi Arthur et son rôle est très important, elle va devoir défendre sa vie, ses amis, et le monde magique face aux Muses impitoyables et tyranniques. Mais elle ne sera pas seule à accomplir cette tâche, Merlin l’enchanteur, Robin de Locksley, Agrippine la licorne et Athénor le vieux dragon et plein d’autres personnages vont tous œuvrer pour la réussite de la mission d’Iris, la nouvelle Egéria.

Les personnages :

Iris Morgenstern est une jeune enseignante qui aide les personnes en difficulté à mieux s’insérer, à apprendre la langue du pays qui les accueille. Elle a plusieurs groupes en charge, sa motivation est toujours très solide. Quand elle se retrouve face à un étranger dans son appartement, elle croit avoir affaire à un cambrioleur, puis quand Merlin lui explique la situation, elle se dit qu’elle a affaire à un dingue et petit à petit elle se laisse entraîner dans cette histoire et devient même l’héroïne, la sauveuse… alors qu’elle pense ne pas posséder le talent requis pour être ce genre de personnes, les autres personnages vont s’acharner à lui prouver qu’elle est très importante et qu’avec ses actions elle peut sauver leur monde et le sien. Elle reste malgré tout de bonne composition, car elle se laisse entraîner dans cette bataille non pas sans peur mais avec courage et détermination. Autour d’elle une licorne, un vieux dragon et plein de Légende vont lutter coûte que coûte !

Merlin l’enchanteur, il se doute qui est Iris et tente de lui faire revenir les souvenirs. Il est très manipulateur et rentre souvent en conflit avec Iris malgré une attirance certainemaladroit et déterminé à sauver son monde, il déroute souvent Iris. Il est le premier personnage magique à entrer en contact avec Iris, non sans mal 😀 . Il va se battre à ses côtés quoi qu’il lui en coûte, le monde magique prévaut sur ses sentiments.

Lancelot, apparemment détourné de son destin, il erre dans le monde d’Iris à la recherche du portail pour rentrer chez lui. Malheureusement il se laisse guider par sa vengeance et ne fait pas toujours les bons choix…

Agrippine, c’est la magnifique licorne qui décide d’aider Iris dans sa quête. Elle est un peu hautaine et ses manières sont pour le moins hilarante par moment.

Athénor, le vieux dragon qui a juré fidélité à Egéria semble dévoué à Iris la nouvelle Egéria et sera toujours présent au côté de la détentrice d’Excalibur.

Ce livre regorge de personnages tous plus intéressants les uns que les autres, c’est un festival et on est absolument pas perdu, c’est un vrai bonheur !

La plume, le scénario :

J’ai d’abord été attiré par la couverture tout à fait originale, j’ai donc continué en lisant le résumé en 4ème de couverture qui a achevé de me convaincre !

Les légendes arthuriennes, mais pas que… Ce genre de dystopie, et si tel évènement n’était pas arrivé ? J’adore les revisitations de conte à la sauce folie 🙂

Le petit point qui me plait, comme d’habitude, c’est ce début de roman ancré dans la réalité : une jeune femme est sur le point de signé son contrat de location pour l’appart de ses rêves, rien de plus réel… mais doucement ou plutôt brutalement notre héroïne bascule dans le fantastique avec l’arrivée de non moins célèbre Merlin l’enchanteur dans sa chambre !!

L’auteur reprend à sa sauce les contes traditionnels sur les légendes arthuriennes en changeant la destinée d’un personnage et donnant de l’importance à des Muses qui ont détourné des règles à leur seul profit… La vie quotidienne quoi ! Quand quelqu’un a trop de puissance dans ses mains il finit par céder au doux chant du pouvoir et à le détourner pour son propre compte … Bref sauf que là le monde de la magie et le monde réel d’Iris risque d’être anéanti… C’est alors que commence la quête d’Iris accompagnée de ses fidèles amis.

Ce récit était captivant, tant par l’écriture fluide et agréable que par l’idée de revisiter la légende du roi Arthur !

En Bref :

une lecture passionnante !

La Pierre d’Isis, T1: Isulka la Mageresse de Dorian Lake

la-pierre-disisTitre : La Pierre d’Isis

Tome 1 : Isulka la Mageresse

Auteur : Dorian Lake

Illustration couverture : Virginie Carquin

Édition : Lune Écarlate Éditions

Collection : Lune Mécanique

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 206

Sorti le 20 septembre 2016

4ème de couverture :

« Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.

Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. Plus question pour Isulka et Scipione de travailler à prix bradés. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne… »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict, à l’auteur Dorian Lake et aux Editions Lune Écarlate pour ce partenariat et cette jolie découverte !

L’histoire :

Isulka se trouve un peu endettée et à court d’argument pour son créancier… elle réussit à s’échapper une nouvelle fois mais il est urgent pour elle de trouver un travail qui paye très bien et vite donc pas forcément honnête… Scipione est également à court de liquidité et dans l’urgence de trouver de l’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahisons de ses pairs… C’est alors qu’ensemble ils entrent au service de Sir James Ladd pour retrouver une bague rubis qu’on lui aurait volé et qui aurait une importance capitale. Mais cette bague a bien plus d’importance que semble le dire Ladd, et il va jeter Isulka et Scipione dans une aventure, plutôt une mésaventure, jusqu’au Caire face au fanatisme religieux d’une ancienne secte… Ensemble, l’un contre l’autre puis ensemble de nouveau ils vont apprendre à leurs dépens que cette bague exerce un pouvoir immense sur les vils esprits faible et fanatique…

Les personnages :

Isulka est une jeune femme, sans famille, habituée à prendre quelques risques pour survivre. Elle est débrouillarde, vivote de sa magie mais s’endette aux jeux… C’est une femme déterminée, courageuse et surtout indépendante. Elle a appris à cacher sa véritable magie car elle sait ce que les gens craintif et le Vatican lui feraient s’ils découvraient ses pouvoirs.

Scipione di Lucantoni : Il est Italien et c’est un des derniers spadassins (il est équipé d’une rapière) 🙂 Il louvoie beaucoup dans le but de récolter assez d’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahison de ses pairs. Il a un sens de l’honneur plutôt adaptable à la situation 😀  et Isulka va en faire les frais mais quand elle aura vraiment besoin de lui, il sera là même à en risquer sa vie.

Sir James Ladd : il se présente comme un marchand Anglais assez riche à la recherche d’une bague en rubis qu’on lui aurait volé et dont la vente sur le marché noir serait très préjudiciable à son pays. Il est tenace et usera de tout son pouvoir et son argent pour retrouver cette bague.

Aslin : Il est à la solde de Sir James Ladd, il défend ses intérêts et joue aussi les garde du corps et les hommes de main. Il est doté d’une force surpuissante, Scipione en fera les frais d’ailleurs.

D’autres personnages entre en jeu, ils sont secondaire mais ils ont leur importance dans la progression du récit.

La Plume, le Scénario :

C’est un livre très court, trop court j’ai envie de dire 🙂 une fois les dernières lignes lues… je me suis retrouvée toute seule, j’aurai bien aimé continuer l’aventure avec Isulka.

L’écriture est fluide et agréable. L’auteur est direct et on se retrouve dans le vif du sujet avec Isulka et ses créanciers. L’histoire se situe dans le passé à Paris, la Tour Eiffel est encore en construction, il existe peut-être encore des êtres possédant des pouvoirs, mais beaucoup ont été pourchassés et tués par les soldats du Vatican. Avec Scipione en dernier épéiste de l’époque, on peut traduire qu’on se trouve dans une époque charnière, car les autres personnages préfèrent utiliser des armes à feu.

L’auteur n’en a pas terminé avec nous, ils nous emmène au Caire sur les traces d’une ancienne légende ou prophétie égyptienne. Isulka en bonne chapardeuse qu’elle est, se retrouve prise au piège entre les Anglais et les fanatiques d’une secte égyptienne, à cause de cette très chère bague rubis. Ce mélange des lieux offre du dynamisme au récit et le lecteur se retrouve rapidement à la dernière page.

J’ai apprécié cette relation un peu floue entre Isulka et Scipione. Deux marginaux au prise avec leur propres démons mais se souciant de l’autre par touche très légère… Face aux monstres séculaires, aux humains patibulaires et trompeurs, ils combattent non sans mal mais avec détermination.

En Bref :

Un petit récit bien sympathique.

Petit message à l’auteur : « C’est quand la suite ? J’aimerai bien savoir ce que devient Isulka ? et j’aimerai bien aussi lire d’autres de ses aventures 😉  »

 

Qui est Terra Wilder ? d’Anne Robillard

qui est terra wilderTitre : Qui est Terra Wilder ?

Auteure : Anne Robillard

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 480

Sorti le 3 janvier 2013

4ème de couverture :

« Souhaitant oublier l’accident tragique dans lequel il a perdu sa femme et qui a failli lui coûter la vie, Terra Wilder s’installe à Little Rock, une petite ville tranquille du Canada, afin d’y enseigner la philosophie. Ce nouveau projet va lui permettre de se reconstruire. Du moins l’espère-t-il. Or dès son arrivée, d’étranges phénomènes se produisent : ses étudiants se mettent à le vénérer, les arbres cherchent à l’agripper sur son passage, le fantôme de son épouse vient le hanter.
Il découvre aussi que ses mains possèdent un pouvoir de guérison. Coïncidence ? Fatalité ? Alors que Terra s’adapte enfin à son quotidien, le passé resurgit comme un cauchemar, l’obligeant à replonger dans le projet secret sur lequel il travaillait aux Etats-Unis avant l’accident. Et si cet homme mystérieux était bien plus qu’un simple scientifique devenu professeur de philosophie ?  « 

Mon avis :

L’histoire :

Terra Wilder est fortement conseillé de s’éloigner de là où il vivait et travaillait avant son accident. Son psychiatre lui trouve un emploi de prof de philo dans un collège d’une petite ville du Canada. La classe qu’il doit prendre en charge est réputée pour faire perdre la tête au professeur… Mais contre toute attente, les élèves sont sous le charme et boivent ses paroles de prof de philo. Terra les laisse s’exprimer et deviser pour chaque question philo qu’ils leur pose et ça leur convient tout à fait. Les autres professeurs n’en reviennent pas 🙂 Mais bientôt d’étranges phénomènes apparaissent autour de Terra qui l’obligeront d’une manière ou d’une autre à retourner à ce fameux projet secret dont il voulait s’éloigner… Mais qui se cache derrière cet homme ? Il ne sait peut-être pas lui-même enfin pas tout suite 😉 ?

Les personnages :

Terra Wilder : C’est un homme mystérieux vers lequel les arbres essaient de se tendre pour le toucher à son passage. Il est invalidé par des douleurs terribles aux genoux. Il est rescapé d’un terrible accident qui a tué sa femme et ses jambes… Mais contre tout attente, un scientifique lutte pour qu’on le maintienne en vie et décide l’armée à lui fabriquer des jambes artificielles, pas tout à fait au point, enfin le croit-il … Il rencontre la bouleversante, dans tous les sens du terme, Amy à son nouveau travail. Et apprend à connaître « les 7 terreurs »…

Amy : elle est prof d’anglais dans ce fameux collège de Little Rock, collègue de Terra, il lui voue d’ailleurs un intérêt soudain et irrépressible et s’accroche à son intuition et à ce qu’elle ressent malgré tous les efforts que fait Terra pour la décourager…

Les 7 terreurs : ce sont 7 élèves réputés être l’enfer sur terre pour tous les professeurs ! Mais ils vont adorer Terra Wilder et ne plus vouloir le quitter. Auprès de lui leur résultats s’améliorent, leur envie de faire quelque chose de leur vie se précise. Terra est le seul prof qui leur montre du respect, qui les accepte comme ils sont.

Beaucoup d’autres personnages croisent la route de Terra pour le bien comme pour le mal…. et comme à mon habitude je ne veux pas en dire plus de peur de spolier !!

La plume, le scénario :

Je reste sous le charme de l’écriture d’Anne Robillard, sa plume me transporte dans son univers direct, mon imagination se met en route 🙂

Cette façon de nous transporter entre le moyen âge,  les chevaliers de la Table Ronde et notre époque + l’incroyable cerveau de cet astrophysicien !!! Bref on voyage, on suit Terra dans tout ce mélange de société, au travers de sa dette karmique. Ce passage dans les différentes époques rend le récit dynamique et à aucun moment ça ne m’a perdu. Au contraire ça me poussait toujours plus dans les chapitres et j’avais du mal à lâcher ce récit !

On démarre avec un homme meurtri par un grave accident de voiture, qui pour terminer sa guérison, fini au fin fond d’une petite ville du Canada comme professeur de philosophie. Petit à petit on en apprend un peu plus sur Terra mais pas vraiment tout… le mystère demeure... Les arbres semblent vouloir continuellement entrer en contact avec lui, Il s’aperçoit qu’il peut guérir les gens en les touchant, sa femme morte dans l’accident revient et se décrit comme son guide, une puissance obscure décide de s’inviter dans sa vie également…. ah j’oubliais, l’armée veut le récupérer à tout pris, enfin elle veut récupérer son cerveau qui semble très très précieux… Bref dans tout ça il n’est pas facile de reconstruire sa vie… Mais Terra semble un homme puissant et déterminé. Même le destin a décidé de lui imposer une mission pour le mauvais karma qu’il aurait accumulé plus de deux mille ans en arrière …..

Wow ! Quel voyage, quel suspens ! oui j’ai vraiment apprécier cette aventure 🙂

En Bref :

Encore une lecture agréable ! Une aventure captivante avec un héros mystérieux et en quête de se libérer de sa dette karmique 😉

Ahomaïshinals : Histoire de communautés d’AETEA

AhomaïshinalsTitre : Ahomaïshinals

Auteure : AETEA

Éditeur : 7 écrit

Genre : Fantastique

Nombre de pages : 766

Sorti le 11 septembre 2015

4ème de couverture :

« Si vous voulez savoir ce qui rapproche un policier, un boxeur, des enchanteurs, des dieux et autres personnages hors normes, si vous voulez vivre avec eux l’émergence de leur projet fou, rejoignez la communauté des Ahomaïshinals! Aventure, magie, romance et humour seront au rendez-vous ! »

Mon avis :

L’histoire :

Tout commence par la collaboration de Baptiste le policier avec Shaïmi une personne un peu spéciale :), ils sont coéquipiers pour les affaires étranges. En effets Shaïmi peut sentir certaines choses 😉

Puis brièvement on saute dans un autre monde, une autre planète où le destin de Iana se dessine aussi, elle se lève contre la soumission des femmes de son peuple.

Puis on fait connaissance avec le Loup et Zoé puis plus tard Leïda et leur Communauté très spéciale et enfin entrent en jeu Laura et Teïmal, de grands moments en perspective.

L’histoire de chacun va les amener à se rencontrer et à mettre au point le plus insensé de tous les plans, dont Laura sera l’instigatrice. Et quel plan !

Comme il est difficile de parler de la vie de chacun sans dévoiler l’essence du roman…

Les personnages :

Baptiste est policier et rencontre sa future femme sur son lieu de travail, sa vie va quelque peu changer et il va développer un certain don très utile.

Shaïmi, c’est une personne mystérieuse, douce mais ferme. Elle ne parait pas sont âge non plus 😀 Elle aide toujours du mieux qu’elle peut, elle soigne aussi… je ne peux pas en dire plus …rhooo

Le Loup, ah le Loup !! le fameux Loup 🙂 Il est craint et respecté pour sa justesse face aux conflits, c’est un valeureux guerrier qui défend toujours ses hommes. C’est un de mes personnage masculin préféré, il est droit, toujours juste et ne s’embarrasse pas de banalité. Quand il s’agit de sa femme, il est peut-être un peu moins dans le contrôle de soi 😀

Zoé est une humaine qui a quitté son foyer et est recueilli par Le Loup.

Leïda, cette douce jeune femme dévouée totalement à son mari et sa famille, n’a pas de passé, en tout cas il est entouré de mystère et ce n’est qu’à la toute fin que l’on en sait un peu plus sur elle, et quelles révélations ! Elle et son mari sont connecté en permanence, ils se vouent un amour sans borne c’est attendrissant 🙂

Teïmal, lui aussi est humain sans pouvoir, on ne sait rien de sa vie, juste qu’il la gagne avec ses points dans des combats illégaux. Mais cette grosse montagne de muscle est bien plus que ça …

Laura a vécu en humaine pendant très longtemps avec sa mère mais son père a refait surface et a fait basculer sa vie… à partir de cet instant où sa vie bascule, Laura va mettre au point un plan totalement fou et surtout interdit ! C’est dans la mise au point de son plan qu’elle va d’ailleurs rencontrer Teïmal ah et cette rencontre les liera à tout jamais (et c’est peu de le dire) malgré les premières difficultés 😉

Ahom, peut-être le plus important de tous les personnages 🙂 c’est une planète et pas n’importe laquelle. Elle est porteuse d’espoir mais elle est aussi vivante que les peuples qu’elle porte et a aussi des rêves, des envies 🙂

Zansha, Yema (fille de la terre), Heylengo (un dieu), Samaa (une âme pure), les magiciens de Sholwoal (frères et soeurs) et d’autres encore tous plus intéressants les uns que les autres … lisez ce livre et vous saurez !!

Je pourrais continuer pendant plusieurs lignes tant l’auteure à créer une multitude de personnages tous aussi intéressant les uns que les autres mais il va vous falloir lire ce superbe roman 😉

La plume, le scénario :

Bon 766 pages ce n’est pas rien surtout sur un grand format... comme je dis toujours aux adhérents de la médiathèque où je travaille, ce n’est pas le nombre de pages qui compte c’est l’histoire ! car un roman peut être court et très difficile à lire, très ennuyeux….

Alors on se trouve en présence d’une histoire magnifique ! Oui oui on peut le dire c’est mon coup de coeur de l’année 2016, pas plus pas moins !!

L’auteure a une telle écriture qu’au bout d’un moment on ne sait plus si on lit ou si on est projeté dans l’histoire. Son écriture est captivante, l’auteure ne laisse aucun répit au lecteur ! mais aucun ! à tout instant on se retrouve face à des rebondissements là où on ne les attendait pas franchement 🙂

Aucun temps mort, aucun ennui, on suit la vie de ces personnages avec avidité, on tremble pour eux, on se réjouit, on s’étonne avec eux ! D’ailleurs l’auteure ne nous épargne rien, la mort est aussi présente… C’est vraiment un pur moment de lecture.

Avec une multitude de personnages, je vous entend dire tout de suite « hou là ! on va se perdre … » et bien non pas du tout. Tous les personnages sont très bien présentés tour à tour, très clairement mais en respectant les mystères qui les entourent et dévoilés au fur et à mesure. Chacun à sa place dans ce roman, tous sont intéressant à leur façon, tous ont une personnalité différente selon ce qu’ils ont vécu. A aucun moment on est perdu face à cette multitude de personnages ! On s’attache à toute cette peuplade qui finalement ne veut qu’une chose que tout le monde puisse vivre en paix et en bonne intelligence malgré leurs différences.

En Bref :

Un roman d’aventure et quelle aventure ! une aventure comme on en rencontre jamais !

Un roman d’amour, des amours compliqués pas toujours facile de lutter contre les préjugés, les différences mais au final comme toujours c’est l’amour qui gagne

Un roman où l’humour à sa place aussi.

On comprend également, que rien n’est acquis, la paix est paradoxalement un combat de tous les jours. Pour préserver la paix il faut toujours rester vigilant et bienveillant, mais ce n’est pas suffisant, il faut aussi être intraitable ceux qui ne respectent pas ou ne veulent pas respecter cet état de chose doivent partir, s’éloigner.

Une formidable histoire, qui m’a beaucoup touché, bien plus que je ne saurais le dire. Et je trouve que mes mots ne rendent pas assez justice à ce roman 🙂

Merci Françoise ❤ pour m’avoir recommandé ce roman et merci AETEA 😉 pour ce magnifique moment de lecture.

Maintenant je suis impatiente de connaître la suite 🙂

Vous voulez plus de renseignement c’est ICI ==>> http://ahomaishinals.wix.com/lelivre