les Gardiens des Éléments de Jérémy Kôle

Titre : Les Gardiens des Éléments

Auteur : Jérémy Kôle

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 392

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Le jour de ses dix-huit ans, Gabriel fait la rencontre d’un sans-abri, l’homme étrange lui révèle qu’il n’est pas comme les autres.
Rapidement, les ennuis s’enchaînent pour le jeune homme qui doit faire un choix entre deux clans qui s’affrontent depuis plus de deux mille ans, les desposynis et les pilatis.
Le compte à rebours est lancé et Gabriel entre dans ce nouveau monde parallèle investi de pouvoirs et de créatures fantastiques.
Dans le tourbillon de cette nouvelle vie, entre apprentissage de son don et intégration dans ce nouveau monde fantastique, Gabriel devra faire les bons choix pour vivre sans oublier ses origines… »

Mon avis

Je remercie l’auteur pour m’avoir proposé de découvrir son roman –  un univers particulier empreint de réalité !

L’histoire

Gabriel fêtes ses dix huit ans avec ses deux meilleurs amis; Ils décident d’entrer dans une boite de nuit mais on leur refuse l’entrée… un peu désœuvrés, ils décident de finir la nuit vers Notre Dame de Paris. Un peu à l’écart, caché sous des cartons vit un sans-abri ivrogne, de leur rencontre, la vie de Gabriel va être complètement bouleversée. Cet homme est mystérieux, et apprend à Gabriel qu’il possède en lui quelque chose de spécial qu’il ne peut pas ignorer. Dans le même temps, Gabriel avait bien senti que son organisme lui jouait des tours… la fatigue ? ou le sans-abris aurait raison… A la poursuite de ce qu’il est réellement, Gabriel va devoir faire des choix difficiles, des choix qui alimenteront sa culpabilité d’avoir mêlé ses amis à cette histoire hallucinante.

Les personnages

Gabriel : C’est un jeune homme qui vient d’avoir dix huit ans et il voit sa vie exploser en mille morceaux, parce qu’un sans-abris lui annonce qu’il possède une particularité. Gabriel est dubitatif face aux révélations de James le sans-abris; mais dans le même temps il sent son corps, son organisme réagir et le mettre dans un état de fébrilité qu’il met sur le compte de la fatigue et de l’alcool ingurgité pour son anniversaire… mais James est insistant, Gabriel va devoir faire face à son destin, avec sa particularité si précieuse aux yeux de trop d’inconnus… Malgré ces révélations, il essaie de garder la tête froide, car c’est un jeune pondéré, la seule chose qui l’importe c’est que ces amis restent avec lui ; en tout cas pendant un certain temps car les évènements vont précipiter ses décisions au profit de la sécurité de ses amis.

Leopold et Ivan : Ce sont les deux meilleurs amis de Gabriel. Ils habitent le quartier des Acacias et leurs parents s’entendent très bien. Quand ils sentent leur ami basculer devant les dires hallucinants et teintés d’alcool du sans-abris, ils font barrage et tente de protéger et d’empêcher leur ami de se faire avoir. Ils sont ultra protecteurs envers Gabriel.

James : C’est un sans-abris caché sous des cartons près de Notre Dame de Paris. A l’approche de Gabriel, mais aussi parce qu’Ivan l’a un peu secoué… James se réveille brusquement. Sa rencontre avec Gabriel va changer leur vie à tous les deux mais va aussi bouleverser tout ce en quoi Gabriel et ses amis croyaient; et c’est peu de le dire. Son discours semble appartenir à celui d’un fou furieux et l’alcool qu’il ingurgite n’aide pas son image. James est bien plus qu’un sans-abris, c’est un homme aux abois et la découverte de Gabriel est pour lui une lueur d’espoir. Malgré tout il a un caractère impatient peut-être du fait de l’alcool.

Plusieurs personnages vont faire leur apparition autour de Gabriel, pour le stopper, se servir de lui mais aussi l’aider, à vous de les découvrir

La Plume, le Scénario

L’auteur commence son récit par la soirée d’anniversaire de Gabriel à Paris; Une soirée très réaliste de trois jeunes gens en quête de folie pour une soirée spéciale. Petit à petit Jérémy Kôle, fait basculer ses personnages dans un univers fantastique qu’ils ont du mal à croire, qu’ils ont du mal à digérer…

Le réveil du lendemain d’anniversaire est difficile, très dur pour certain et une nouvelle vie, un futur sombre s’ouvre devant Gabriel… Et James va en être l’instigateur, malgré les risques, il semble penser que Gabriel est très important pour la suite de la survie de la planète.

L’écriture de l’auteur, Jérémy Kôle, a fait un travail efficace : me plonger dans l’univers des Gardiens des Éléments en passant par la porte de la réalité, par la vie quotidienne d’un jeune homme habitant d’une banlieue de Paris où les bandes rivales se cherchent également querelle. Cette vie quotidienne nous rapproche du personnage principal car elle fait partie de notre réalité de lecteur.

Doucement mais sûrement on plonge dans la folie de James (perçue de cette manière par les jeunes gens…), pour se retrouver dans une réalité faussée, en tout cas pas celle que les humains pensent habiter. Une guerre, une sauvegarde se joue sous les yeux des humains sans particularité; pendant que la Terre souffre et se déchaîne, ils n’ont aucune idée que deux clans s’affrontent mais pas pour les mêmes raisons.

Gabriel devra faire des choix pour en apprendre plus sur la particularité qui l’habite; il devra mettre sa vie de jeune humain entre parenthèse, pour parfaire son apprentissage et comprendre son don. Il n’aura de cesse de vouloir protéger ses amis et surtout ne pas oublier d’où il vient.

J’ai apprécié l’histoire, en parallèle, des Néandertaliens en début de chapitre; pour ma part j’ai lu de façon linéaire, je pense que de cette façon ça m’a rendu le récit plus dynamique et accrocheur. Avec cette histoire parallèle des Néandertaliens, on comprend petit à petit l’histoire de Gabriel et les raisons de ces bouleversements entre clans. De plus au bout d’un moment l’Histoire des Néandertaliens rejoint notre époque, vous verrez de quoi je parle en lisant le roman 😉

 

En Bref

Un premier tome qui pose les décors avec une histoire simultanément un pied dans la réalité et un autre dans le fantastique.

Des personnages qui seront intéressants à voir évoluer dans le prochain tome.

Merci à l’auteur, Jérémy Kôle pour m’avoir fait découvrir cet univers particulier !

Publicités

Lonicéra, tome 1 : le peuple oublié de Magali Bergeon-Lefranc

Titre : Lonicéra

Tome 1 : Le Peuple Oublié

Auteure : Magali Bergeon-Lefranc

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 130

Simplement.Pro

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure

« (…) l homme la poussa dans l eau sans détour en lui criant : Bonne chance, fille de l Élue ! » Lorsqu Océane, jeune femme acariâtre et vindicative, franchit le portail entre les mondes, elle est loin de se douter que son destin vient de se mettre en marche. Au contact des fées et des elfes, elle renouera avec son passé et avec les « Énergies de la Nature ». Elle devra réapprendre à voir, à écouter, et surtout à ressentir. Mais ce passé, bien plus fort qu elle, la mènera dans les contrées inexplorées du monde magique où, avec sa fidèle amie Hédéra, elle devra affronter la reine maléfique qui veut réduire le monde à néant.« 

Mon avis

Je remercie l’auteure Magali Bergeon-Lefranc pour m’avoir proposé ce partenariat. Suivre Lonicéra au travers de son apprentissage, de sa renaissance m’ont fait passer des moments surprenants.

L’histoire

Océane est une écorchée vive, la vie ne lui a pas fait de cadeau et elle a décidé qu’elle ne ferait de fleur à personne. Elle est odieuse avec tout le monde et refuse le moindre lien, la moindre inclinaison vers une autre personne… Mais elle ne sait pas qu’en partant sur une enquête journalistique à propos du monstre du Loch Ness, elle part à la rencontre de son destin, de sa vraie nature, de la vie mais également du danger. Elle peste contre son patron qui a osé l’envoyer sur un sujet douteux et méprise tous les autochtones qu’elle croise à la recherche du témoin qui a vu le monstre… Sean et Océane sont dubitatif aussi bien l’un comme l’autre mais l’aventure commence et il est trop tard pour reculer !

Les personnages

Océane : C’est une jeune femme égocentrique, acariâtre et antipathique. C’est une écorchée vive et elle déteste le monde entier. Pour elle nouer une quelconque relation est voué fatalement à souffrir … Donc elle évite tout type d’échange et reste seule derrière son masque d’indifférence et de méchanceté. La vie ne l’a pas épargné, mais au détour d’une mission journalistique, elle va faire face à son passé et quoiqu’elle pense, elle devra renouer avec la personne qu’elle est réellement même si elle doit souffrir pour ça… Elle doit retrouver ces sensations, cette communion avec la nature et la tâche paraît insurmontable, mais c’est sans compter sur sa ténacité et sa détermination. Malgré son ambivalence, elle semble rejeter tout ce qui peut l’attendrir, mais elle laisse Gweltaz l’aider à retrouver la sérénité.

Hédéra : Est une fée particulière, malgré le mauvais caractère d’Océane, Hédéra s’accroche car elle sait qu’elles devront lutter ensemble. Sœurs de coeur,elles vont apprendre à s’apprivoiser. Si Hédéra est très lucide sur leur mission, malgré son tout jeune âge; Elle reste légère et enfantine. Hédéra tempère le caractère bien trempé d’Océane.

Gweltaz : C’est un elfe qui habite au milieu des fées, il accueille avec bienveillance et patience une Océane courroucée pour s’être fait avoir et ne comprenant pas bien ce qu’elle vient faire dans ce monde inconcevable… Gweltaz va s’occuper d’Océane avec douceur et gentillesse même quand elle est odieuse avec lui. Il la comprend et va l’aider à amorcer le chemin de la conscience de soi et de la nature qui l’entoure. C’est un habile bricoleur qui préfère réparer avec ses mains plutôt qu’avec sa magie.

D’autre fées, d’autres elfes vont rencontrer Océane et Hédéra, mais ce sera à vous de découvrir qui ils sont pour les deux jeunes filles 😉

La Plume, le Scénario

On entre dans l’histoire avec l’enfance d’Océane, qui semble heureuse et choyée. Puis très vite, les années ont passé et Océane est devenue une jeune femme antipathique, désagréable et méchante… Malgré cela, dès les premiers mots j’ai senti cette grande souffrance… qui m’a poussée plus en avant dans la lecture pour comprendre ce qui avait bien pu arriver à Océane pour la transformer en une personne aussi acariâtre …

Bon c’est vrai que son antipathique caractère nous donne envie de la baffer … oui oui juste ça … le pauvre Henry…

L’auteure, sans tournure, nous plonge dans l’autre monde avec Océane littéralement; et alors commence pour elle comme pour nous la lente découverte de son passé, de ses racines, de la redécouverte de la vie... ouh ce n’est pas sans mal… et il va falloir des personnes bien patientes pour supporter son caractère parano, son caractère bravache pour la guider et faire en sorte qu’elle se sente bien dans ce nouveau monde qui est véritablement le sien.

J’ai beaucoup aimé ce retour aux sources pour Océane, cette initiation à trouver dans la nature tant de beauté, de douceur de vivre. Ce parallèle entre nos vies dans le monde humain,très cadré par le temps et la vie à cent à l’heure; qui n’a pas lieu d’être chez les fées et les elfes car être à l’écoute de la nature, vivre en communion avec la nature et les animaux suffit à une douce vie, au bonheur simple d’être en vie et entouré des gens qu’on aime. C’était comment dire très agréable à lire, ça m’a fait chaud au coeur.

Juste un petit mot sans trop en dire sur la belle romance qui se met en place tout doucement, je fais un petit parallèle sur une petite partie; quand on a envie de protéger ceux qu’on aime, on développe des ressources dont on ne se serait jamais senti capable, mais parfois elles surgissent quand on en a besoin; et on sait que c’est là au fond de nous, ça arrive vraiment, bon peut-être pas avec des pouvoirs magiques 😉 quoique que …

Trop de pouvoir rend fou ou aveugle au besoin du monde; quand on touche au pouvoir et qu’on est seul ou mal entouré; il est certain qu’on se perd… Océane et Hédéra ne sont pas seules avec leur pouvoir, elles s’entraident et elles ont bien compris qu’à plusieurs on va beaucoup plus loin. C’est une belle leçon de vie.

J’ai complètement adhéré à cette vision du monde, où entraide, bienveillance, patience, écoute, permettent de vivre ensemble mieux et avec douceur.

Je ne sais pas si l’auteure voulait aller dans ce sens, en tout cas ma lecture m’a porté dans ce sens, et je remercie chaleureusement Magali Bergeon-Lefranc pour ce rappel toujours nécessaire.

En Bref

Un mot sur cette couverture qui est superbe, et le chèvrefeuille qu’est ce que ça sent bon !

Un roman essentiel pour se rappeler que le retour aux choses simples est parfois salutaire.

Des personnages bienveillants, attachants et passionnants font de ce récit une douceur, comme l’effet d’une tasse de chocolat chaud après une promenade dans le froid; Mais il permet un petit rappel : Vivre ensemble c’est bien, apprendre au contact des autres, écouter, aimer et respecter la nature aussi !

Merci à l’auteure Magali Bergeon-Lefranc pour cette lecture non seulement agréable mais aussi utile, merci pour tous ces petits rappels qui ont sonné comme une alerte dans mon esprit !

Troubles Envahissants du Développement, Autisme, Loisirs, Intégration – TEDALI

Aujourd’hui je ne fais pas de chronique comme d’habitude, j’avais envie de vous parler d’une association de chez moi !

C’est la Journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme, oui j’entends déjà les râleurs qui vont dire oui ben il ne suffit pas d’y penser seulement aujourd’hui et je suis d’accord mais c’est pas interdit de communiquer sur cette journée, d’en profiter pour mettre en lumière des personnes formidables, engagées et dynamiques !

Je vais vous présenter TEDALI !

TEDALI = Troubles Envahissants du Développement, Autisme, Loisirs, Intégration

FOCUS :

TEDALI a été créée en 2012 par Mme Estelle BLANCHARD, elle est secondée par Mme Christine MICHAUT qui est trésorière de l’association, à elles deux, elles abattent un travail considérable auprès des familles; le but était de permettre aux enfants, souffrants de troubles de développement comme l’autisme, et leur famille, de profiter de loisirs quand ils en avaient envie, et pas seulement dans le cadre de soin ou en institut. Mais face à la détresse de beaucoup de familles, l’association a servi et sert encore de soutien aux familles pour les recours aux tribunaux et les montages de dossiers administratifs; la part d’accompagnement aux loisirs s’étant rétrécie car malheureusement la fondatrice et ses bénévoles n’ont pas de temps à rallonge…

Face à ce besoin toujours en hausse, le projet d’accompagnement aux loisirs, a été mis entre parenthèse pendant quelques années, l’urgence était d’aider les familles adhérentes ou pas à faire face aux rouages administratifs qui cachaient (et qui cachent toujours…) ce déficit cruel de solution ou en tout cas de prise en charge et de structure en France. Maintenant, le projet peine à sortir de terre car l’association n’a plus de local et ne peut donc plus accueillir les familles de façon correcte… Les solutions trouvées en derniers recours ne permettent pas une prise en charge adaptée. L’association ne peut plus recevoir de famille sans local et par la force des choses les activités de l’association sont lourdement ralenties…

Je disais donc faute de structures suffisantes en France, et notre département ne fait pas défaut à cette malheureuse règle; les familles françaises s’exilent en Belgique où l’accompagnement est beaucoup plus soutenu, la scolarisation est de droit, et ils existent de nombreuses classes spécialisées. Parce qu’en France, les pouvoirs publics ne s’en sont pas préoccupés, des familles françaises sont obligées de tout quitter pour que leurs enfants aient une chance de vivre comme tout le monde.

Alors en France c’est pour quand ??

Le PROJET de TEDALI : L’association souhaite mettre en place un service d’accompagnement aux loisirs sportifs et culturels mais aussi un accompagnement dans la vie sociale vers l’autonomie pour toutes les familles demandeuses avec un ou plusieurs enfants (ou adultes) en situation de troubles du développement tel que l’autisme.

Un service d’accompagnement aux loisirs, ça veut dire quoi exactement ? Et bien c’est démocratiser les loisirs de toutes sortes pour tous ces enfants et leur famille; c’est à dire permettre l’accès aux loisirs tel qu’ils soient pour tous et sans contraintes. C’est possible, l’association l’a déjà expérimenté.

 

Ex de sorties :

– Sortie escalade

– Sortie Bowling

– Sortie Accrobranche

– Visite de la caserne des pompiers

– Sortie CinéMa-Différence

 

Et pour le démocratiser il lui faut un soutien politique, un soutien financier car depuis 2012, l’association œuvre sur ses fonds propres et grâce aux dons mais pour pouvoir être encore plus efficace et mettre son projet à l’œuvre il lui faut de l’aide, une aide plus conséquente !

********

TEDALI est une association locale, dynamique, motivée et déclarée d’utilité publique. La présidente veut rester en local car dans notre bassin de population, il y a beaucoup de famille à aider, soutenir et surtout, le territoire se prête parfaitement aux objectifs du projet ! Après, que le projet soit repris et développé dans d’autres départements, d’autres territoires, Madame BLANCHARD n’y voit pas d’inconvénient bien au contraire. Il faut déjà montrer l’exemple chez nous et aider au développement de ce projet.

Alors comment aider ?

En premier lieu, l’association TEDALI a besoin

– d’un local (elle en avait un, mais le local a été donné un groupe de musique amateur) sur Biesles car l’association a vraiment à coeur de rester dans le village.

– de personnels qualifiés

– de bénévoles dynamiques et motivés

Une fois ces besoins comblés, le projet pourra se mettre en route et les évolutions seront à ajuster au fur et à mesure.

S’il vous plaît PARTAGER PARTAGER PARTAGER !!!!! Merci tout plein !!!!

Anarkhia d’Aviscène

Titre : Anarkhia

Auteur : Aviscène

Éditeur : Autoédité

Genre : Philosophie, Sociologie

Format : Epub

Nombre de pages : 140

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur :

« Dans certaines contrées de la Grèce antique, des peuples rongés par la cupidité se font souvent la guerre. Deux hommes d’une même tribu se lancent dans une étrange aventure qui changera à jamais leur perception du monde. Mythologie, Histoire, Croyances, un roman de réflexion à caractère philosophique et spirituel qui vous entraîne dans un grand voyage méditatif à la rencontre du Soi. »

Mon  avis :

Merci à l’auteur Aviscène pour ce partenariat qui s’éloigne un peu de mes lectures habituelles.

L’histoire :

Deux chefs de tribu vivent avec leur peuple sur le territoire d’Anarkhia; Un grand désordre règne sans que ni l’un ni l’autre ne puisse faire quoique ce soit pour arranger la situation. Ils décident de demander à un chaman ce qu’il entrevoit comme solution pour faire régner l’ordre et la paix en Anarkhia. Ils vont alors débuter une aventure qui les mènera peut-être à la solution; en tout cas le chemin ne sera pas aisé et leur perception du monde va en être ébranlée.

Les personnages :

Apistos et Pistos : Deux chefs de tribu qui vivent de grands festins et boivent du vin à longueur de temps. Dans leur moment de lucidité, ils s’aperçoivent qu’Anarkhia est ingérable et reste perpétuellement dans les conflits. Ils décident ensemble de trouver une solution et prennent conseil auprès d’un pseudo-chaman qu’ils ont kidnappé.Ce ne sont pas des mauvais bougres, au contraire ils prennent conscience que leur façon de vivre ne peut plus les mener bien loin.

La Plume, le Scénario :

L’auteur nous emmène en Grèce Antique dans un territoire où règne le chaos et les conflits perpétuels. Pistos et Apistos, chefs de tribu, espèrent y mettre un terme mais ils ne savent pas comment s’y prendre… Un chemin de réflexion s’ouvre à eux et leur aventure philosophique commence.

L’écriture de l’auteur est fluide agréable, ses deux personnages principaux sont drôles par moment sans vraiment le vouloir, c’est leur manière d’être qui est décalée par rapport à leur démarche, mais petit à petit ils s’alignent à leur projet pas si évident à mettre en pratique ni même à suivre.

Aviscène nous parle au travers de l’étrange aventure de ses personnages, de philosophie du monde, de la difficulté de ne pas retomber dans ces mauvaises habitudes, de vivre ensemble, de créer des lois sans grignoter la liberté.

Une forme de pensée critique va émerger au travers de leurs péripéties, de leurs déboires et de la façon dont ils vont décider de vivre et se soutenir face à la difficulté de cette ascèse en forêt. Ces deux hommes habitués à l’excès, à la guerre et au mépris des libertés de leurs ennemis vont voir leurs idéaux changer.

Au départ, septiques face à la manière d’aboutir au résultat souhaité, ils comprennent bien vite que le Sage les a fort bien conseillé. Comme toute chose, on n’y arrive pas toujours dès la première fois; alors ils décident de persévérer, de façon plus sérieuse. Et là, face à la difficulté, face à la peur, à la camaraderie et même face au danger, Pistos et Apistos se construisent grâce à leur amitié et leur bon sens qui resurgi spontanément.

Cette retraite dans la forêt les a amené à un cheminement de pensée philosophique et même spirituel, à force de balade, de méditations, de longues conversations, d’échange mais aussi de divergences et de longs silences.

Leur expérience est très intéressante et donne à penser à notre façon d’aborder le monde en tout temps;

En Bref :

Un récit court mais très marquant. Aviscène au travers de la Grèce Antique et à l’aide de deux chefs de tribu; nous montre, nous conseille sans jamais imposer une vision philosophique, spirituelle et peut-être même politique du vivre ensemble et une façon de préserver la liberté de conscience, le libre arbitre.

Merci Aviscène pour ce partenariat enrichissant !

Taddeuz et le collier Aztèque, Tome 1 de Marie-Françoise Chevallier Le Page

Titre : Taddeuz

Tome 1 : Et le collier Aztèque

Auteur : Marie-Françoise Chevalllier Le Page

Éditeur : Édition de la Safranède

Genre : Jeunesse, Aventure

Format : PDF

Nombre de pages : 312

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Laissez-vous emporter par les aventures de ce garçon exceptionnel!
MÉMOIRES D’UN JEUNE HOMME DE 13 ANS par TADDEUZ
Taddeuz a treize ans.
A sa majorité il succèdera à sa maman, la regrettée grande reine duTadjasthan. Auparavant il poursuit ses études sur une île au nord de l’Écosse, dans un pensionnat dont la spécialité est de former de futurs dirigeants, en les envoyant par groupes de six en mission à l’étranger. C’est ainsi qu’ils apprennent, sur le terrain, les matières fondamentales, le travail en équipe, et la réalité de la vie en société.
Une première mission de 90 jours conduit Taddeuz et ses amis au Mexique, avec leurs kalongs, à la recherche d’un très ancien collier aztèque composé d’un métal aux propriétés exceptionnelles dont la formule a été perdue.
Poursuivi par d’horribles tueurs à la solde d’un dangereux et puissant collectionneur avide de s’accaparer le précieux bijou, Taddeuz va découvrir qu’il possède un don très particulier grâce auquel il pourra sauver ses cinq camarades de classe, en particulier sa très chère amie Altaïr, et retrouver la trace de la parure disparue.
Au cours de cette mission, tous auront été confrontés à des situations si incroyables qu’à son retour, Taddeuz décidera, malgré le désaccord de son père le régent, d’en faire le récit en publiant ses mémoires. »

Mon avis :

Merci aux Éditions de la Safranède de m’avoir proposé ce partenariat.

L’histoire :

Taddeuz est destiné à devenir roi du Tadjasthan à sa majorité. Pour le prémunir et le préparer à ce grand rôle, son père l’envoi en Écosse à la Glenowl Academy. Là-bas, il apprend qu’il ne va pas étudier de façon conventionnelle.

Afin de développer certaines compétences, Taddeuz est envoyé en mission à l’étranger avec cinq de ses camarades

Leur voyage va les secouer et les confronter à la réalité; ce qu’ils vont apprendre aussi bien en culture générale qu’en techniques relationnelles va s’en aucun doute les enrichir… Mais arriveront-ils à dépasser leurs préjugés, leurs peurs, leur ego … afin de rapporter tous ensemble le fameux collier Aztèque ?

Les personnages :

Taddeuz: Futur roi du Tajasthan, c’est un ado de 13 ans, habitué à la prévenance dû à son rang. N’étant jamais contredit mais plutôt écouté, la vie à Glenowl Academy va être un vrai challenge ! Malgré tout c’est un élève sérieux et très intelligent.

Altaïr : C’est la jolie fille blonde du groupe; elle est fine déductrice et très enthousiaste pour la recherche et la résolution d’énigmes.  Cette belle jeune fille ne laisse pas Taddeuz indifférent.

Dans leur groupe, d’autres personnages sont tout aussi intéressant mais je préfère que vous les découvriez seul en lisant ce livre 😉

La Plume, le Scénario :

Ce récit est classé #jeunesse et effectivement il est résolument jeunesse; malgré cela mes 41 ans et moi n’ont eu aucun mal à l’assimiler ! l’écriture de l’auteure est très agréable, fluide et le fait, que ce soit Taddeuz qui raconte son histoire, dynamise et pose une ancre dans le récit.

Dans ce premier tome on s’attarde sur Taddeuz, futur roi d’un tout petit pays : le Tajasthan. Il est habitué à avoir des cours particuliers et rencontre rarement des enfants de son âge. Il décide d’écrire ses mémoires, lui un enfant de 13 ans. A première vue, je me suis sentie partagée, soit c’est un enfant imbu de lui-même et il va nous résumer ses 13 petites années de vie soit ce qu’il a à nous raconter est tout à fait exceptionnel !

Ensuite quand on lit le résumé, la lectrice que je suis s’est dit « ils envoient des enfants à l’étranger, seuls…, STOP ! » Il a fallu que je me repositionne non plus comme une maman mais presque comme un lecteur jeunesse ou plutôt tout simplement comme un lecteur, pour absorber cette histoire sans chercher midi à 14h.

Et alors là, l’aventure a commencé ! tout d’abord marrante, inquiétante mais aussi merveilleuse !

Ces 6 ados vont apprendre à vivre en équipe pendant 90 jours et ce n’est pas une mince affaire, surtout quand on vient de se connaître il y a quelques jours.

Bref, ils sont envoyé à la recherche d’un collier Aztèque et pas n’importe lequel… Donc ils partent en mission, mais ils ne sont quand même pas abandonnés à leur sort… mais ils ne le savent pas. Malgré tout ils sont soumis au danger de ce collectionneur fou et tueur.

Taddeuz et les autres vont devoir se montrer inventifs, téméraire et tacticiens parfois aussi; Ils vont rencontrer des moments de doutes, de peurs intenses mais aussi de moments merveilleux et tout ça en seulement 90 jours.

Ils apprennent à se faire confiance, à s’écouter et ils vont développer des liens qui entraveront quelques fois leur avancée par peur de perdre l’un des leurs ou se disputer quand un des membres fera cavalier seul…

J’ai trouvé de tout dans ce récit, de l’aventure, de l’inquiétude, du suspens et aussi du merveilleux. Je me suis attachée à cette petite bande et quand je trouvais le démêlé un peu facile l’auteur insérait au bon moment un rebondissement et hop c’était reparti !

J’ai apprécié ce petit tour des Pyramides de Teotihuacán; endroit qui existe réellement et après ce livre ça donne envie d’aller au Mexique pour visiter ces pyramides, site classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO ! Pour cette mission Maître Atahualpa et un de leur professeur : Cuauthémoc sont des pseudonymes (ou pas) empruntés à deux grands personnages liés au site des Pyramides de Teotihuacán; j’ai trouvé ces détails très sympas !

J’aime beaucoup quand les auteurs insèrent un petit bout de réalité dans leur univers; ça me permet de m’identifier ou d’assimiler plus facilement 🙂

Un petit mot sur les Kalongs qui ont l’air de merveilleux animaux !!

En Bref :

Une belle aventure à la sauce « le club des cinq » mélangée à « Harry Potter et l’école des sorciers » !

Encore merci aux Éditions de la Safranède et à l’auteur Marie-Françoise Chevallier Le Page pour m’avoir fait partager l’aventure de cette joyeuse bande d’ados !!

Somali et l’esprit de la forêt par Yako Gureishi

Titre : Somali et l’esprit de la forêt

Auteur : Yako Gureishi

Éditeur : Komikku

Sorti le 10 novembre 2016

Nombre de pages : 196

Genre : Manga, Seinen

Fiche Bibliomania

 

 

Résumé :

« Depuis que le monde est dominé par les créatures non-humaines, les hommes en sont réduits à mener une existence clandestine pour échapper à la persécution sans répit des nouveaux maîtres.
Un jour, un golem, gardien des forêts, recueille une fillette appartenant à cette race humaine en voie d’extinction et décide d’entreprendre avec elle un périlleux voyage à travers les contrées.
Ainsi commencent les aventures de cet étrange duo dépareillé, mais uni par un attachement quasi filial. « 

Personnages principaux :

L’esprit de la forêt : C’est un golem, dont la tâche est d’être un gardien de la forêt où il vit Seulement voilà au fin fond de cette forêt, il trouve Somali, une jeune enfant de la race humaine en voie d’extinction. A sa vue, elle l’appelle tout de suite « Père ». Il décide de la prendre sous son aile et de partir à la recherche d’une communauté humaine, qui pourront peut-être même lui indiquer où sont ses parents. Il porte une cape et son visage représente une sorte de tête de squelette; il semble tout rapiécé de la tête au pied, son corps tient grâce à d’innombrables lanières. Il ne ressent rien, ne devrait avoir aucun sentiment et n’avoir en tête que son devoir de  protéger la forêt. Mais au contact de la petite Somali les choses ne sont pas si simple.

Somali : c’est une jeune enfant humaine trouvée au milieu de la forêt avec des chaînes autour du cou, des poignets et des chevilles; L’esprit de la forêt décide de la prendre sous son aile. C’est une enfant, elle est espiègle, insouciante et ne perçoit pas vraiment le danger. Elle porte une cape avec une capuche à oreilles pour tromper les non-humains qu’ils croisent sur leur chemin. Elle mange avec beaucoup d’entrain quand c’est bon mais manifeste vraiment comme une enfant son désaccord quand la nourriture n’est pas terrible.

Lieux où se déroule le récit :

Le récit se déroule au départ dans une forêt, puis le golem et Somali quitte cette forêt pour traverser diverses contrées habitées par des non-humains, à la recherche d’une communauté humaine.

Détails intéressants :

  1. Ce lien qui unit Somali et l’esprit de la forêt, père-fille; c’est attendrissant et l’esprit de la forêt apprend autant que Somali à ses côtés !
  2. Fait étonnant, apparemment un esprit de la forêt ne quitte jamais sa forêt, c’est risqué, elle risque de dépérir sans son gardien, alors comment est-ce possible que le golem ne semble pas au courant ?
  3. Les humains sont en voie d’extinction, seuls les non-humain vivent en maître sur cette terre. certain sont cruels, d’autres curieux, d’autres avide de connaissance… tous vivent en harmonie avec leur contrée.
  4. Ce manga m’a fait penser à l’Enfant et le Maudit de Nagabe d’une certaine manière et à The Ancient Magus Bride de Koré Yamazaki; Ce sont des duos atypiques mais liés par un lien indéfectible. .
  5. Le dessin, le trait de l’auteur est magnifique, minutieux et plein de détails surprenants. Autant le lire avec lenteur pour en apprécier tous les détails

Mon avis :

C’est toujours en suivant @lerenarddore sur Twitter, Instagram et Facebook mais aussi les Éditions Komikku que je me suis encore une fois laissée tenter !!

En trouvant une jeune humaine dans la forêt, le golem pour une raison qu’on ignore au début, décide de partir à la recherche de ses parents. Elle la nourrit, l’habille et veille sur sa sécurité. Il participe également à son éducation le long de leur trajet.

Il est très protecteur, et veille sur elle comme un joyau. Leur relation est vraiment celle d’un père et de sa fille.

Il ne sait pas vraiment où il doit chercher; et récolte des indices au travers des contrées qu’ils traversent, au hasard des rencontres qu’ils font.

Sous cet aspect doux et attendrissant, il ne faut pas oublier que les humains ne sont plus là en maître sur cette terre. Ils sont une race en voie d’extinction. Ils sont persécutés par les nouveaux maîtres et ils sont donc obligés de vivre une vie cachée, une vie clandestine pour survivre. D’ailleurs dans ce tome, le golem et Somali en rencontre un seul et il est bien camouflé. Donc en fond de cette douceur, se cache une violence sans nom... une race est poursuivie dans le but de l’éteindre. Les rares fois où il est question d’humains, les non-humain en parle comme des êtres belliqueux et destructifs.

Passons au crible cette relation atypique mais très profonde; L’esprit de la forêt ne ressent rien, ni en mangeant ni même quand il est question de sentiment. Contrairement à la jeune humaine qui apprécie fortement ses plats, qui éprouve de l’étonnement, de la joie, de la tristesse, de la douleur. Cela étonne le golem; mais ce qu’il commence à suspecter c’est que ces sentiments qui lui sont étrangers sont en train peut-être de le contaminer… comment ? au contact de Somali ? Tout à commencer quand il l’a pris sous son aile; pourquoi a-t-il fait ça ? si ce n’est pas par compassion ?!

Citations retenues :

  1. […]Quand c’est bon, je ne peux pas m’empêcher de montrer ma joie ! (Somali)[…]
  2. […]Tu ne montre jamais ta joie, père?(Somali)[…]A quoi ça servirait ? ça m’est inutile.(le golem)[…]
  3. […] Pfff… Pourquoi ils se font toujours la guerre ? la paix c’est quand même mieux…(les non-humains en parlant des humains)[…]
  4. […]C’est quoi la tranquillité ? C’est quand on a le coeur léger… parce qu’on a ni crainte ni souci… […]

En Bref :

Un très beau moment de lecture, aussi bien pour les yeux que pour l’esprit !

 

Lune Pourpre, Tome 1 : Initiée de Laëtitia Danae

Titre : Lune Pourpre

Tome 1 : Initiée

Auteure : Laëtitia Danae

Éditeur : Éditions SNAG

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 508

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ». Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, mangé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. »

Mon avis :

L’histoire :

Lilith, 10 ans, vit avec son père dans un petit village très rural. Elle l’aide aux champs et à la maison. Elle possède une habilité qu’elle doit à tout prix cacher pour préserver sa vie.

Au pied du mur, son père Léon se décide à confier Lilith à une autre communauté qui saura la préserver de la folie du Roi. Ils lui apprendront à contrôler ses pouvoirs et à s’en servir à bon escient mais surtout ils vont lui apprendre à survivre, à se défendre.

Désemparée à l’idée de quitter son foyer, mais curieuse de l’aventure et des dangers qui l’attendent, Lilith part un peu la mort dans l’âme avec Sando.

Lilith est encore loin d’imaginer, de comprendre ce qu’elle représente pour la communauté qui l’a prend en charge. Cette soudaine attention lui fait peur, la perturbe … mais ça lui permet de se soustraire à une mort certaine si le Souverain apprend son existence.

Les personnages :

Lilith : C’est une petite fille solitaire, la compagnie des autres enfants l’indiffère et l’incommode. Elle ne recherche pas de lien au grand dam de son père. Sa particularité secrète l’a met à l’écart, c’est si dur de ne pas utiliser ce pouvoir. Malgré cela, elle éprouve le besoin d’aider, de réparer mais elle ne souhaite pas de compagnie autre que celle de son père.

Léon : Il élève Lilith seul, sa femme est morte en lui laissant un merveilleux cadeau. C’est un paysan qui ne se laisse pas faire, notamment par le prêtre de son village qui essaie de lui imposer sa religion et ses superstitions ridicules. Mais il sent le danger, la solitude et l’habileté de Lilith va se savoir et la mettre en danger; il va alors prendre la lourde décision de confier sa fille à une communauté pour lui sauver la vie.

Je ne peux évidemment pas vous parler des autres personnages sans dévoiler un peu plus les aventures de Lilith… Donc comme d’habitude j’en reste là…

La Plume, le Scénario :

Le style de l’auteur est particulier, prenant et m’a fait visualiser clairement le mode de vie de Lilith ainsi que tous les paysages qu’elle croise.

L’auteur a créé un univers bien à elle avec quand même des repères, des rappels qui font appel à notre imaginaire collectif. Lilith va rencontrer beaucoup de personnes venant d’horizon différent, de peuplade anéantie ou sous le joug du Roi Donavan.

Lilith avec d’autres compagnons va subir un entraînement hors pair pour apprendre à maîtriser son habileté, pour apprendre à se défendre, à résister. Elle devra endurcir son corps et son coeur, car malheureusement son coeur va être mis à rude épreuve, l’auteure ne lui épargne rien !

Suivre Lilith dans son cheminement, dans son évolution fut un réel plaisir. La surprendre en plein doute comme un spectateur qui en sait plus qu’un simple spectateur en rajoute à notre trouble. Lilith est perdue et nous on rage car on ne voit pas le bout du tunnel… c’est frustrant… vous l’aurez vite compris, une fois qu’on est pris dans l’aventure de Lilith on tremble pour elle, on respire de joie (oui oui ça se fait ça …) Bref les mots de l’auteure sont addictifs.

Bien sûr Lilith se retrouve dans une guerre qu’elle n’a pas voulu, qu’elle n’a pas choisi mais elle ne peut pas se défiler, trop de gens compte sur elle; Elle n’est pas seule, elle va lutter avec ses compagnons d’infortune contre ce Roi Donavan qui veut exterminer toutes créatures avec des pouvoirs.

Cette lutte est sans merci et pour avoir une chance d’être victorieuse, elle doit subir un entraînement douloureux et intense, elle doit être initiée.

La solitaire Lilith va devoir s’associer voir plus et comprendre que les amis c’est bien aussi, ça fait du bien; c’est envahissant mais à plusieurs on va plus loin. Et les chances de détruire le Roi sont plus nombreuses…

Un dernier petit mot pour la superbe couverture !!!

En Bref :

Voilà un bon pavé de 508 pages avalé quasi d’une traite, aucune longueur, aucun ennui quelconque; juste une irrépressible envie de continuer et continuer à lire tout en sentant la frustration arriver avec les dernières pages !

Un univers fantastique mêlé d’une certaine réalité s’approchant de la notre, en tout cas peut-être de notre Moyen-Âge.