Overlord, tome 1 : Le Roi Mort-Vivant de Kugane Maruyama

Titre : Overlord

Tome 1 : Le Roi Mort-Vivant

Auteur : Kugane Maruyama

Illustrateur : So-Bin

Éditeur : Edition Ofelbe (Big Light Novel)

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 544

Fiche Bibliomania

4ème de Couverture :

« Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puissante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas déconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde. »

Mon avis :

Je ne pense pas que ce roman soit jeunesse, il y a certains détails assez violents ou explicitement sexuels qui méritent de ne pas être classé en Jeunesse.

Je remercie Livraddict, les éditions Ofelbe et bien sûr l’auteur Kugane Maruyama; Ce fut une découverte instructive  🙂

L’histoire :

Un banal citoyen, employé standard se retrouve propulsé dans le jeu Yggdrasil où il incarne un puissant maître maléfique Momonga, seigneur respecté de la guilde Ainz Ooal Gown. En attendant la fin définitive du jeu, l’arrêt des serveurs, Momonga s’aperçoit qu’il est dans un monde inconnu sous la forme de son avatar de jeu et possède aussi ses redoutables pouvoirs.

Il déplore sa solitude, il aurait aimé que ses camarades de jeu viennent le soutenir pour la fin.

Pour survivre, il va devoir partir à l’exploration de ce monde inconnu pour pouvoir mieux l’annexer à son territoire, le Grand Tombeau de Nazarick.

Les personnages :

Momonga est un joueur de DMMO-RPG notamment du célèbre Yggdrasil, où il incarne le terrible Overlord, Momonga, le seigneur Mort-Vivant du Grand Tombeau de Nazarick. Mais il a atterri dans un monde inconnu et pour survivre il devra en apprendre un peu plus sur ce monde surprenant et le conquérir.

La Plume, le Scénario :

Je ne suis pas une habituée des JDR et encore moins des MMO-RPG et par conséquent beaucoup de chose m’ont carrément passé à côté faute de compréhension (niveau 100, 30…) tous ces détails techniques de pouvoir, de magie… bref tout ça c’est révélé obscur.

Et enfin la majorité du roman est centrée sur le personnage de Momonga, le seigneur maléfique qui voit sa nature de Mort- Vivant devenir une réalité et en sa capacité à l’accepter. Malgré tout l’humain sous la surface de l’Overlord tente des gestes héroïques et lumineux en total décalage avec la noirceur du Tombeau de Nazarick.

Bon tout n’était pas aussi opaque , c’était avant tout instructif 🙂 mais je pense que le manga est beaucoup plus parlant, beaucoup plus sympa !

Ce tome un s’articule en deux grandes parties :

  • 1ère partie Le Roi Mort Vivant qui est une présentation de Momonga et de son fief Le Grand Tombeau de Nazarick avec tous ses niveaux et ses différents gardiens très puissant et surtout tous dévoué au grand seigneur Mort-Vivant.
  • 2ème partie Le Guerrier Noir présent le monde inconnu dans lequel Momonga a atterri et présente d’autres personnages, secondaires et surtout humains qui l’accompagnent dans sa quête d’information dans le but d’annexer ce monde au Grand Tombeau de Nazarick.

A la limite j’ai préféré la deuxième partie car peut-être un peu moins technique et développant une histoire parallèle à Momonga.

En Bref :

Ce fut d’abord une lecture instructive avant d’être une lecture plaisir.

Encore merci à Livraddict pour cette confiance renouvelée, et merci pour cette découverte aux éditions Ofelbe et l’auteur Kugane Maruyama

Je n’ai pas vraiment accroché car je suis totalement inculte dans ce genre de Jeu.

Publicités

Chroniques Merveilleuses, tome 1 : La flèche du Scythe de Sébastien MORGAN

la-fleche-du-scytheTitre : Chroniques Merveilleuses

Tome 1 : La Flèche du Scythe

Auteur : Sébastien MORGAN

Éditeur : Auto-édité

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 262

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« IIIe siècle après JC, l’Empire Romain est assiégé de toute part. Chaque jour, les peuples barbares resserrent un peu plus leur étau. Des rumeurs font état d’une alliance possible entre les peuples goths autour du descendant d’Arminius, célèbre vainqueur des légions lors de la bataille de Teutobourg. Yares, un auxiliaire scythe est envoyé pour trouver et assassiner ce nouveau roi barbare. En s’avançant dans la grande forêt, l’éclaireur va réveiller de sombres forces. »

Mon avis :

Merci beaucoup à l’auteur Sébastien MORGAN pour m’avoir fait découvrir sa plume 🙂

L’histoire :

Yares un auxiliaire Scythe est envoyé en mission dangereuse étouffer la montée en puissance des peuples Goths. Pour éviter toute alliance, les éclaireurs Scythes sont envoyé assassiner ce nouveau roi Goth. Seulement Yares et ses hommes ont réveillé la rage de forces noires. Elles le poursuivront jusqu’à l’affrontement final ! Soucieux de mettre sa famille à l’abri du besoin, Yares fait tout ce qu’il peut pour plaire à ses supérieurs. Ses missions sont menées avec brio.

Dans un même temps sa femme et son fils se languissent de son retour. Mercurius agacé de cette absence, cumule les entourloupes et devient vraiment doué. Mais un jour il tombe sur plus fort, plus vicieux que lui et sa vie et celle de sa famille sera à jamais changée.

Rome est dans de fastes temps et fête ses 1000 ans d’existence dans des jeux sanglants, des orgies, des beuveries, des exécutions spectaculaires… Bref l’empereur Philipe l’Arabe doit conjuguer entre le faste et la guerre contre les Goths. Yares se montre en précieux soldat et surtout dévoué à son empereur.

Les Personnages :

Yares : Il est le centurion des éclaireurs dans l’armée romaine. C’est le meilleur des archers de toutes l’armée. Il exécute ses missions avec dévouement aidé de ses hommes qui lui sont tous fidèles. Il se mesure à la sorcière de la forêt, cette vipère qui a essayé de construire une alliance entre les peuples Goth. Mais depuis sa rencontre avec Alara, il n’a de cesse de la traquer, craignant pour la vie de sa famille et l’avenir de Rome. C’est un très bon soldat qui aspire être reconnu comme un citoyen véritable romain, mais l’intégration est difficile. Il ne perd pas espoir et ne ménage pas ses efforts pour y arriver.

Alara : C’est une sorcière alliée des Goths ennemis de Rome. Elle fait appel à des forces sombres pour construire une alliance entre les peuples Goths, seule solution pour les amener à la victoire. Mais c’était sans compter sur Yares… Dès leur rencontre, elle n’aura de cesse de le tourmenter pour l’amener à l’affrontement final …

Gaïus Tarquini : C’est un romain pure souche issu d’une des plus anciennes familles de Rome. Il a de grandes aspirations pour sa fille et son fils. Ses enfants doivent porter encore loin le flambeau de la famille Tarquini, le hisser encore plus haut, vers l’empereur ! C’est un être froid et calculateur. Il n’est soucieux que de sa position sociale dont il abuse violemment et n’hésite à tuer pour arriver à ses fins ou éliminer ce qui le dérange.

Mercurius : C’est le fils de Yares. Il est impulsif. Il enrage de l’absence de son père et excelle en entourloupes. Seulement un jour il tombe sur une famille de patricien qu’il aurait mieux fait d’éviter… Malgré tout ce dégage de lui, beaucoup de force, de courage et de détermination.

La plume, le scénario :

« Chronique Merveilleuses, tome 1 : La flèche du Scythe » est le premier roman de Sébastien MORGAN et c’est une belle réussite !

L’écriture de l’auteur est très agréable et emmène de suite le lecteur dans son aventure. L’empire romain est une période de l’histoire passionnante et quand elle est mêlée de fantasy c’est encore mieux !

Yares m’a tout de suite été sympathique et je me suis accrochée à lui tout au long de ce récit. Ces faits d’arme, sa loyauté, son envie de mettre sa famille à l’abri du besoin, de la protéger, son envie de devenir un citoyen romain reconnu est tellement profonde et presque inaccessible et ça il semble en être conscient mais il persiste, sa détermination est vraiment remarquable. L’armée romaine l’envoie dans des missions très dangereuses et c’est au cours de l’une d’elle que sa vie va être bousculée. Face à Alara la sorcière, il ne faiblira pas et la traquera jusqu’au bout, il en va de la survie de sa famille et en même temps c’est un danger à anéantir pour l’empire romain.

Ce mélange de fantazy était très agréable, on se retrouve dans l’armée romaine et on apprend que l’empereur possède des griffons. Dans l’une des aventures de Yares, il est passionnant d’apprendre quel lien entretien un griffon avec son cavalier attitré.

Dans un endroit du récit on apprend également l’existence d’autres monstres légendaires qui seront peut-être décisif dans la grande bataille contre les Goths.

Chaque Partie ou Chant est divisé en plus petit chapitre où l’auteur s’amuse (en tout cas c’est l’impression que ça m’a donné 🙂 ) à tourmenter le lecteur. Chaque petit chapitre saute de l’histoire d’un personnage à l’histoire d’un autre et du coup cette façon de faire est addictive car on ne peut pas s’arrêter de lire, il faut qu’on sache ce qu’il se passe pour l’un ou l’autre… bref vous l’aurez compris j’étais captivée par ce récit 🙂

Petite modif du 6 février 🙂

J’allais oublié faut absolument lire ce roman aussi parce que la fin est à tomber !!! NON MAIS C’EST QUOI CETTE FIN !! Bon je me re-saisie 😀

En Bref :

Une lecture passionnante, mêlant l’empire romain à la fantasy avec bon goût  !

Encore merci à l’auteur Sébastien MORGAN pour ce moment de lecture plus qu’agréable !!

je-lis-des-auto-edites

 

Dracaenars, Tome 1 : Le silence des dragons de Alizée Villemin

draecanars-t1Titre : Dracaenars

Tome 1 : Le silence des dragons

Auteure : Alizée Villemin

Éditeur : Editions Lune Écarlate

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 162 pages au format epub

Sorti le 17 septembre 2016

Fiche Bibliomania

Résumé auteure :

« Lorsqu’une fille d’aubergiste fougueuse et sans le sou découvre un artefact aussi ancien que mystérieux ; lorsqu’une jeune noble délicate, en quête d’amour-propre, part à la recherche d’un peuple éteint depuis des siècles… Alors peut-être tout n’est-il pas perdu ? Peut-être réussiront-elles à mettre fin au Silence des Dragons… »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict de m’avoir fait confiance à nouveau, à l’auteure Alizée Villemin et aux Editions Lune Écarlate

L’histoire :

L’histoire commence par Maëlys, fille d’un aubergiste alcoolique. Elle est résignée, sa vie ne lui plaît pas, elle ne veut pas finir comme sa mère aigrie par une vie terne. Elle est pleine d’entrain et de plus en plus songe à échapper à ce sort peu attrayant. Dans un autre royaume, Elenn est brimée car elle est rondelette, ne supportant plus les railleries de ses frères et les commentaires désobligeant des autres personnes la côtoyant… elle décide de partir à la recherche d’un peuple disparu. La détermination de ces jeunes femmes réussira t-elle à sauver le monde…

Les personnages :

Maëlys : Fille d’un aubergiste, dans une taverne puante et très loin de son fastueux passé. Cette jeune fille fougueuse se meure dans ce trou fréquenté par des hommes avides, alcooliques et peu recommandables. Mais comme sa mère, elle ne rechigne pas à la tâche et aide de son mieux. Mais dans ses rêves les plus fous, elle s’enfuie de ce monde terne pour courir l’aventure et faire de sa vie ce qu’elle veut. Au détour d’un souterrain, loin en profondeur, elle découvre un artefact très ancien. C’est la chance de sa vie, elle n’a plus le choix elle doit partir.

Faor, le père de Maëlys : Il est cet aubergiste, embué du matin au soir par l’alcool mais qui inspire encore du respect. En effet il est aussi un vétéran de l’Armée Obsidienne. Il protège sa fille, autant qu’il le peut de la malveillance des hommes… Maëlys est son joyau.

Elenn est une jeune femme rondelette, pas très belle d’après ses dires… elle est blonde aux yeux bleus et dénote parmi ses frères tous brun. Ils la jugent inutile et incapable. Un jour, prise d’une détermination sans faille, elle quitte son château pour courir l’aventure à la recherche d’un peuple perdu, ce qui lui vaut les railleries de sa famille qui ne croit pas du tout en elle… Elle traverse une période douloureuse et pleine de doute mais finalement sa détermination ne faiblit pas.

Bien sûr il y a d’autres personnages très important pour la suite de l’histoire, mais au risque de spolier, je m’arrêterai là pour les personnages 😉

La plume, le scénario :

Le récit oscille entre le point de vue sur Maëlys et celui d’Elenn pour un peu près trois tiers de l’histoire. Je trouve que cette façon d’écrire est très accrocheuse. En tout cas sur moi ça marche direct. En effet dès qu’on a terminé le chapitre sur Maëlys, on arrive sur celui d’Elenn mais on a encore en tête l’histoire de Maëlys… Donc on a envie de vite retourner dans ce qui ce passe du côté de Maëlys et vice-versa.  Et à un peu plus de la moitié du récit on est pris dans les lignes d’écriture et l’histoire s’écoule d’elle-même jusqu’à la fin. Ces femmes , ces filles vivent une aventure passionnante.

Pour Elenn ça relève plus d’un parcourt initiatique, où elle doit se trouver, se prouver aussi,  se découvrir, avoir confiance en elle et ses capacités. Rabaissée depuis sa plus tendre enfance, obligée de croire qu’elle n’est utile à personne. Toute ces années d’embrigadement ont la peau dures mais Elenn décide de sortir de sa zone de confort pour se confronter à la réalité et prouver à tous ceux qui la dédaignent qu’elle peut être utile et qu’elle n’est pas stupide.

Pour Maëlys, elle essaie plus de fuir une vie toutes tracée et morne remplie d’ennuis et de rancœur… Mariée à un homme rustre qu’elle n’aimera pas et obligée de lui obéir jusqu’à la fin de ses jours… et reprendre l’auberge crasseuse de ses parents, à essuyer ces mêmes comptoirs crasseux jusqu’à la fin de sa vie. En trouvant l’artefact, Maëlys trouve enfin le moment, l’excuse pour partir, fuir son village pour courir le monde et surtout s’éloigner le plus possible de chez elle… malgré que ça lui fende le coeur de laisser ses parents, mais ils ne peuvent rien pour elle… Aussi à son départ, elle aura une surprise de taille !!

Arriveront-elles avec leur détermination à mettre fin à ce Silence des Dragons ?

Tous les personnages dans cette histoire sont important, et intéressant à suivre, voir leur évolution. Mais je n’en parlerai pas, je ne veux pas spolier. Ce roman est captivant, alors tentez cette lecture sans tarder !!

En Bref :

Une très belle découverte ! Un univers génial et passionnant.

Merci encore à Livraddict, à Alizée Villemin l’auteure, et aux éditions Lune Écarlate pour ce très bon moment de lecture !!

Lady Mechanika, tome 1 : Le mystères du corps mécanique par Joe Benitez

lady-mechanika-1Titre : Lady Mechanika

Tome 1 : Les mystères du corps mécanique

Auteur : Joe Benitez

Édition : Glénat

Collection : Comics

Nombre de pages : 112

Sorti le 1er juin 2016

Genre : Comics, Science fiction

Résumé Livraddict :

« Dans un monde fait de magie et de science, une femme enquête sur son passé…
Elle est l’unique survivante d’une terrible expérience qui l’a laissée avec deux bras mécaniques. N’ayant aucun souvenir de sa captivité ou de son existence passée, elle s’est construit une nouvelle vie d’aventurière et de détective privée. Elle use de ses capacités uniques pour agir là où les autorités en sont incapables. Mais la quête de son passé perdu ne s’arrête jamais. Les journaux l’ont appelée : “ Lady Mechanika ” ! »

Mon avis :

L’histoire :

Lady Mechanika a deux bras mécaniques, résultat d’une monstrueuse expérience. Mais malgré cela, elle est devenu une détective privé hors pair; son domaine de prédilection commence où s’arrête le pouvoir des autorités. Elle évolue dans un monde où magie et superstition se heurtent. Le développement industriel est à son paroxysme et donne lieu à des dérives cruelles et inhumaines dans la recherche à l’armement… Lorsqu’elle aperçoit une petite fille mourante avec des appendices mécaniques à la place des bras, elle ne peut s’empêcher de se replonger dans ses recherches sur son passé qu’elle a totalement oublié. A tout ça s’ajoute une bande de mercenaire à la solde d’un mystérieux homme qui semble s’intéresser de très près à sa mécanique…

Les personnage :

Lady Mechanika : Une jeune femme plantureuse avec de bras mécaniques, qui manie les armes à feu avec brio ! Elle a tout oublié de son passé, mais il semble revenir la narguer … Elle est détective privé, son domaine de prédilection : les bas fonds, les zones de non-droit… Très douée, elle attire l’attention sur elle, un homme malveillant s’intéresse à ses bras et aimerait la capturer pour l’étudier… C’est une jeune femme rebelle et as de la gâchette 😉

Plusieurs personnages secondaires peuplent ce comics somptueux. Des méchants cruel et monstrueux, des garces, des monstres, des génétiquement modifiés, de malheureux enfants torturés… bref un univers sombre et tortueux.

La plume, le scénario :

Le graphisme est à tombé ! Tout dans le trait est magnifique, il n’y aurait presque pas besoin de récit 😉 Tant le dessin se suffit à lui-même.

lm1  

Mélange d’ère industrielle, de magie, d’expérience scientifique sur des cobayes humains et de superstition religieuse importante. Bref du Steampunk ! On se retrouve en Angleterre où le flegme anglais côtoie la violence de la course à l’armement. L’élégance du langage anglais frôle le meurtre le plus atroce… Certes le style ampoulé dénote dans ce monde déjanté de Steampunk, mais c’est un tout, et l’un n’irait pas sans l’autre. Et c’est un vrai régal !!

L’héroïne est géniale, c’est une forte tête, puissante avec ses deux bras mécaniques. Elle aimerait bien savoir pourquoi, elle est encore en vie mais ne se rappelle absolument rien de sa vie d’avant. Des mercenaires la poursuivent, car son corps et sa vie intéresse de mystérieux mécènes…

Joe Benitez nous embarque et ça donne envie de continuer la série. Et plutôt deux fois qu’une !!

Le tome un est parsemé de rebondissements, l’auteur nous montre à quel point Lady Mechanika est héroïne peu commune !

Le méchant du comics m’a un peu fait pensé au méchant de Sherlock Holmes : Professeur Moriarty, pour le mystère, l’insaisissable…

En Bref :

Un super comics que je continuerai sûrement à suivre au gré des occasions  !

La Pierre d’Isis, T1: Isulka la Mageresse de Dorian Lake

la-pierre-disisTitre : La Pierre d’Isis

Tome 1 : Isulka la Mageresse

Auteur : Dorian Lake

Illustration couverture : Virginie Carquin

Édition : Lune Écarlate Éditions

Collection : Lune Mécanique

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 206

Sorti le 20 septembre 2016

4ème de couverture :

« Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.

Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. Plus question pour Isulka et Scipione de travailler à prix bradés. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne… »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict, à l’auteur Dorian Lake et aux Editions Lune Écarlate pour ce partenariat et cette jolie découverte !

L’histoire :

Isulka se trouve un peu endettée et à court d’argument pour son créancier… elle réussit à s’échapper une nouvelle fois mais il est urgent pour elle de trouver un travail qui paye très bien et vite donc pas forcément honnête… Scipione est également à court de liquidité et dans l’urgence de trouver de l’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahisons de ses pairs… C’est alors qu’ensemble ils entrent au service de Sir James Ladd pour retrouver une bague rubis qu’on lui aurait volé et qui aurait une importance capitale. Mais cette bague a bien plus d’importance que semble le dire Ladd, et il va jeter Isulka et Scipione dans une aventure, plutôt une mésaventure, jusqu’au Caire face au fanatisme religieux d’une ancienne secte… Ensemble, l’un contre l’autre puis ensemble de nouveau ils vont apprendre à leurs dépens que cette bague exerce un pouvoir immense sur les vils esprits faible et fanatique…

Les personnages :

Isulka est une jeune femme, sans famille, habituée à prendre quelques risques pour survivre. Elle est débrouillarde, vivote de sa magie mais s’endette aux jeux… C’est une femme déterminée, courageuse et surtout indépendante. Elle a appris à cacher sa véritable magie car elle sait ce que les gens craintif et le Vatican lui feraient s’ils découvraient ses pouvoirs.

Scipione di Lucantoni : Il est Italien et c’est un des derniers spadassins (il est équipé d’une rapière) 🙂 Il louvoie beaucoup dans le but de récolter assez d’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahison de ses pairs. Il a un sens de l’honneur plutôt adaptable à la situation 😀  et Isulka va en faire les frais mais quand elle aura vraiment besoin de lui, il sera là même à en risquer sa vie.

Sir James Ladd : il se présente comme un marchand Anglais assez riche à la recherche d’une bague en rubis qu’on lui aurait volé et dont la vente sur le marché noir serait très préjudiciable à son pays. Il est tenace et usera de tout son pouvoir et son argent pour retrouver cette bague.

Aslin : Il est à la solde de Sir James Ladd, il défend ses intérêts et joue aussi les garde du corps et les hommes de main. Il est doté d’une force surpuissante, Scipione en fera les frais d’ailleurs.

D’autres personnages entre en jeu, ils sont secondaire mais ils ont leur importance dans la progression du récit.

La Plume, le Scénario :

C’est un livre très court, trop court j’ai envie de dire 🙂 une fois les dernières lignes lues… je me suis retrouvée toute seule, j’aurai bien aimé continuer l’aventure avec Isulka.

L’écriture est fluide et agréable. L’auteur est direct et on se retrouve dans le vif du sujet avec Isulka et ses créanciers. L’histoire se situe dans le passé à Paris, la Tour Eiffel est encore en construction, il existe peut-être encore des êtres possédant des pouvoirs, mais beaucoup ont été pourchassés et tués par les soldats du Vatican. Avec Scipione en dernier épéiste de l’époque, on peut traduire qu’on se trouve dans une époque charnière, car les autres personnages préfèrent utiliser des armes à feu.

L’auteur n’en a pas terminé avec nous, ils nous emmène au Caire sur les traces d’une ancienne légende ou prophétie égyptienne. Isulka en bonne chapardeuse qu’elle est, se retrouve prise au piège entre les Anglais et les fanatiques d’une secte égyptienne, à cause de cette très chère bague rubis. Ce mélange des lieux offre du dynamisme au récit et le lecteur se retrouve rapidement à la dernière page.

J’ai apprécié cette relation un peu floue entre Isulka et Scipione. Deux marginaux au prise avec leur propres démons mais se souciant de l’autre par touche très légère… Face aux monstres séculaires, aux humains patibulaires et trompeurs, ils combattent non sans mal mais avec détermination.

En Bref :

Un petit récit bien sympathique.

Petit message à l’auteur : « C’est quand la suite ? J’aimerai bien savoir ce que devient Isulka ? et j’aimerai bien aussi lire d’autres de ses aventures 😉  »

 

Sorceleur, T1 : le dernier vœu de Andrzej Sapkowski

sorceleur-t1Titre : Sorceleur

Tome 1 : le dernier vœu

Auteur : Andrzej Sapkowski

Traductrice : Laurence Dyèvre

Éditeur : Milady

Genre : Fantasy, Aventure

Nombre de pages : 382

Sorti le 22/04/2011

4ème de couverture :

« Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contres ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur. Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand coeur… et, au terme de sa quête, peut-être réalisera-t-il son dernier vœu : retrouver son humanité perdue. »

Mon avis :

Sorceleur un cadeau de mon chéri pour mon anniversaire, et quelle bonne idée il a eut de vouloir me faire découvrir « The Witcher » !! Merci Merci !!

L’histoire :

Geralt de Riv est un sorceleur plutôt étrange, il fait partie d’une espèce peu aimée par la population. Les sorceleurs sont perçus comme des tueurs sans scrupule seulement intéressé par l’argent. Or Geralt n’est pas comme ça. Certes on le paye pour tuer des monstres qui empêche la communauté de fonctionner normalement,  ou parce que tel vampire, goule, strige terrorisent la population.

Geralt lui cherche d’abord s’il est possible de désenvoûter la personne avant de la tuer s’il ne peut rien faire. Par contre si des êtres mal intentionnés se mettent en travers de sa route, il n’hésitera pas à trancher dans le vif pour épargner les innocents autant que possible. Ce n’est pas un tueur à gage qui n’aime que le sang et l’argent… il est bien plus étrange et compliqué que ça.

A Wysima, il affronta une strige, plus loin dans des montagnes il rencontre un monstre enfermé dans un château qui protège une brouxte, à Blaviken il doit faire face à un règlement de compte où il n’est pas facile de décider qui dit vrai ou faux, il y rencontrera Renfri la Pie-Grièche. Tous ces moments forts sont entrecoupés de son séjour dans la communauté qui vénère la Déesse Melitele. Il eut la chance, si on veut, d’être invité à la cours de Cintra pour défendre les intérêts de la Reine Calanthe, pas tout à fait honnête… et ainsi son périple continue sur les routes où on le demande !

Les personnages :

Geralt de Riv, le Sorceleur aux cheveux blancs. Il fut enlevé quand il était petit afin d’être élevé à Kaer Morhen et subir une mutation dans le but de devenir Sorceleur. Il fait partie d’une sorte de guilde de chasseur de monstres, il tue et débarrasse les villages des monstres qui les menacent contre de l’argent.

Il a les cheveux blancs sans en avoir l’âge et il a des yeux nyctalopes. Il a un compagnon de route Jaskier, troubadour paillard.

Il agit toujours selon son code, il désenvoûte qui peut l’être et tue ce qui ne peut pas l’être… et qui nuit à une population sans raison.

Jaskier : c’est un troubadour, jouant du luth et chantant les fabuleuses aventures qu’il subit parfois. C’est aussi un homme au grand coeur.

Dans ces multiples nouvelles, on croise beaucoup de personnages, humain monstrueux ou monstre plus humain encore que l’homme… il vous suffit de lire ce roman pour vous en rendre compte 😉

La plume, le scénario :

J’ai tout de suite été prise dans l’histoire, suivre Geralt le Sorceleur à la sale réputation non fondée… La traduction est agréable, j’en conclu que l’écriture de l’auteur doit l’être tout autant.

Le fait que ce premier tome soit établit en plusieurs nouvelles est très intéressant, car on découvre Geralt sous toutes les coutures ou presque. Ce personnage est captivant à suivre. Malgré son évidente supériorité par rapport à un humain, il fait preuve de beaucoup de recul face à des choix par toujours évident. Il n’est manifestement pas le monstre sanguinaire et sans scrupule que décrit la population… mais ça lui est égal, il explique et réexplique aux gens qu’il n’est pas un tueur à gage… Il est plus humain que certain 🙂

Au fil des contrées qu’il traverse, Geralt croise toutes sortes de monstres, il ne les tue pas tous car chacun à une raison d’être à la condition qu’il n’opprime pas la population, ni même ne la dissémine…

Ah ! Encore un autre point qui m’a beaucoup plu, au travers de ses aventures on suppose, sous-entend des petites histoires sorties tout droit de nos contes de fée ou pas traditionnels et c’est très très intéressant (comme la Belle et la Bête, Blanche Neige, Cendrillon, La lampe magique…)

En Bref :

Une très très bonne lecture, très agréable, passionnante !

Merci mon chéri pour cette découverte ! ❤

 

 

Yzé et le palimpseste de Florent Marotta

yze-et-le-palimpsesteTitre : Yzé et le Palimpseste

Auteur : Florent Marotta

Editions : Taurnada

Collection : Fantazy

Nombre de page : 408

Sorti le 27 juin 2016 

4ème de couverture :

« Ambre Delage est une lycéenne lambda. Orpheline de père et de mère, elle vit chez sa tante Lucy qui l’élève depuis sa naissance. Un soir, un événement dépassant l’entendement va brusquement la jeter dans un tourbillon de révélations qu’elle était loin d’imaginer. Dès lors, pour la jeune fille tout bascule. Il faut fuir. Fuir sa vie tranquille, fuir son identité. Mais qui est-elle vraiment ? »

Merci aux Édition Taurnada pour ce SP et merci à l’auteur pour cette plongée dans son univers 🙂

Mon avis :

L’histoire :

Ambre est au lycée et vit une existence normale, enfin elle est orpheline et est élevée par sa tante Lucy. Cependant de petits évènements perturbent son quotidien…

Et finalement sa vie explose dans une rafale de révélations incompréhensibles et elle doit fuir, suivre Lucy loin de ce qu’elle a toujours connu, pour se retrouver dans un endroit inconnu et où elle est accueillie par un rustre… Ensuite tout s’enchaîne sa vie va changer irrémédiablement, son identité va lui être révélé enfin pas totalement… heureusement ses nouveaux amis vont la soutenir et ses ennemis vont se montrer certes perspicace mais incapable de s’emparer d’elle… Mais pourquoi convergent ils tous vers elle avec des intentions pas toujours louables ?

Les personnages :

Ambre Delage : lycéenne tout ce qu’il y a de plus normale, sauf que toute cette vie autour d’elle est une couverture. Elle est tempétueuse et c’est ce qui va l’aider à évoluer très vite dans cette nouvelle vie imprégnée de magie. Elle maîtrise assez vite ses pouvoirs, en partie à cause de ses ennemis qui se font pressant et qui l’obligent à réagir vite et avec tellement de rage !

Lucy et Fall : ils ont pour mission de protéger Ambre et pendant de nombreuses années ils  lui ont caché la vérité sur ses origines, sur son identité, sur sa puissance… Mais c’était pour la préserver. Ils se révèlent tous les deux des combattants aguerris qui en font baver à leurs ennemis communs…

Isaac et Isobel : ce sont deux jeunes timides qui vont devenir le meilleur soutient d’Ambre, ils sont certes très réservés, et résignés mais ils vont se révéler être des personnages extrêmement puissants.

Les Magis : communauté d’êtres magiques qui se sont liés à un démon pour utiliser leur pouvoir avec beaucoup plus de puissance.

Les Wicce : communauté d’êtres magiques qui tirent leur pouvoir des éléments, enfin logiquement d’un seul élément pouvant être différent selon chaque personne.

La Fraternité de la Lumière : communauté d’être humain refusant toute forme de magie et décidée à éliminer tous les êtres magiques… malgré tout ils combattent à armes égales contre les deux communautés magiques.

Bon cette Fraternité m’a fait penser à l’animé « Hellsing Ultimate » (pour ceux qui connaissent)où justement l’Église combat des êtres surpuissant mais ils combattent à armes égales grâce au développement de technologie renforçant la résistance de leur corps (enfin c’est pas si simple dans l’animé… mais ça m’y a fait penser), un peu comme les Exaltés du roman de Florent Marotta 🙂

La Plume, le Scénario :

Florent Marotta nous plonge dans son récit direct. Son écriture est agréable et fluide, mon imagination s’est mis en pilotage automatique (je le répète souvent car c’est très important pour moi ce point).

Je me suis attachée à cette jeune fille, plongée, sans avertissement et sans que personne n’ai pu la prévenir dans un monde totalement différent de celui dans lequel elle vivait depuis de nombreuses années. Sans soupçonner la moindre once de magie… On lui demande d’effacer purement et simplement tout ce qu’elle connaît et je trouve qu’elle réagit très très bien !! Toutes ces révélations la jette dans un monde dangereux mais aussi fascinant et énigmatique.

Florent Marotta distille les infos au compte goutte, c’est à dire qu’on apprend en même temps qu’Ambre… Il arrive à retenir ce flot d’information pour le placer juste au bon moment, sans pour autant en dire trop. Il reste quand même une grand part de mystère autour de cette jeune lycéenne 😀

Volontairement je tais beaucoup sur l’histoire car je pense que ça gâcherait fortement cet effet de pression, de mystère 😉

En Bref :

Florent Marotta a créé un univers très intéressant, mêlant ce petit bout de réalité à ce combat magique très ancien qui se renouvelle pour une raison et une seule mais c’est là la grande maîtrise de l’auteur, c’est qu’on ne peut pas deviner la raison, on fait des suppositions mais je soupçonne que c’est bien plus compliqué… on a un début d’explication à cette guerre mais voilà …

Une très agréable découverte ! Merci à Florent Marotta pour ce moment de lecture et Merci à Joël des Editions Taurnada pour m’avoir fait découvrir cet auteur et pour cette captivante lecture 🙂