AHOGUR de Sonia J.Fadda

Titre : Ahogur

Auteure : Sonia J. Fadda

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy

Format : Pdf

Nombre de pages : 463

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Ahogur est le premier volet d’une histoire se déroulant à une époque similaire à nos temps médiévaux. Dans un monde sans nom, au cœur des contrées humaines, Ulysse élève seul une poignée d’enfants trouvés. Le bûcheron leur enseigne tout ce qu’il sait et à eux six, ils forment une curieuse famille. Leur vie aurait pu suivre paisiblement son cours si d’inhabituels événements ne s’étaient produits à deux pas de chez eux. Des évènements qui ramenaient Ulysse vingt ans plus tôt, vers un passé tumultueux. Pressentant une menace dont elle ne sait rien, Solène sa fille, sera celle par qui la vérité fera son chemin. Ce faisant, elle apprendra que la violence et la mort se joignent parfois à l’amour et l’amitié par des détours inespérés. Et sous l’égide de l’alchimiste, elle découvrira l’existence de tout un monde caché au regard des humains. Où les créatures féériques et les potions miraculeuses deviennent la normalité. Pour Solène, le voyage ne fait que commencer. »

Mon avis :

Je remercie l’auteur Sonia J. Fadda pour ce Service Presse passionnant et émouvant !

L’histoire :

Tout commence par une famille très très spéciale, Ulysse un bûcheron, a recueilli 5 enfants et fait du mieux qu’il peut pour les élever et les préparer à la vie.

3 filles et 2 garçons, tous différents les uns des autres mais unis peut-être encore plus qu’une famille de sang.

Un soir en rentrant chez eux, Ulysse et les enfants font une macabre découverte; Premier fait de violence depuis de très nombreuses années, Ulysse pressent que ce n’est pas anodin et repense à son passé douloureusement… Colin et Solène sont déjà aux aguets pour défendre leur petite chaumière tandis que Edwyna, protège les petits.

Mais tout ne tourne pas comme ils l’auraient prévu et il leur aura fallu traverser un insupportable moment de douleur pour comprendre que la situation était sur le point de faire basculer leur vie. Effectivement tout s’enchaîne, et la routine de cette famille change de façon irrémédiable.

Les personnages :

Solène : c’est une jeune femme de vingt ans tout juste, qui ne ressemble pas à une jeune fille comme les autres. Déjà elle n’aime pas les robes, et éconduit toute tentative de séduction éhonté. Ce qui l’intéresse est vague ce qu’elle sait en revanche c’est qu’elle ne veut pas de vivre avec un mari et des enfants tout autour d’elle; Elle est très bonne au lancer de poignard, elle se défend à l’archerie. La fratrie est très unie, mais Solène et Colin ont peu de différence et leur lien est spécial.

Colin : C’est un jeune homme volontaire, plus doué au lancer de hache qu’à la lecture 😉 et il seconde son père avec détermination. Il court la campagne dès qu’il le peut et rejoint sa dulcinée. Mais quand le temps des choix est là, Colin ne sait plus trop où se tourner, ce rêve de voyage et de liberté pourraient bien être réduit à néant par de sombres et funestes évènements

Edwyna : C’est une belle jeune femme qui aspire à une vie normale avec un mari et des enfants. Elle ne comprend pas sa soeur Solène qui repousse systématiquement tous les hommes qui lui font la court. Elle est la plus douée de la famille avec un arc et des flèches. Elle seconde son père dans la chaumière et s’occupe des plus petits, elle partage cette tâche avec Solène.

Ulysse : il ne dit pas tout à ses enfants en tout cas pas tout de suite, c’est un homme hors norme, une force de la nature avec un coeur gros comme « ça ». Quand il a décidé de s’installer en campagne, il n’avait pas prévu de fonder une famille; mais au gré des évènements, il recueille 5 enfants qui formeront une famille atypique mais qui pourtant, au début, il s’y est évertué, ressemblait bien plus à une famille tout ce qu’il y a de plus normale. C’est finalement ce qui fait leur force.

La Plume, le Scénario :

Dès le départ, on entre directement dans la vie d’Ulysse, de façon très sobre. On découvre la vie simple de ce bûcheron avec ses 5 enfants. Ils ont une petite maisonnette et vivent de chasse, de piégeage dans la forêt non loin de leur maison.

Le lecteur est jeté dans les affres de l’inquiétude en même temps qu’Ulysse, dès la découverte macabre sous le pont l’auteur nous fait sentir que ce n’est pas anodin; qu’Ulysse pressent ce que c’est… A partir de ce moment, je suis restée accrochée aux semelles d’Ulysse.

L’écriture de l’auteure est captivante, cependant, Sonia J.Fadda ne nous relate pas l’aventure elle-même; elle laisse cette mission à un de ses personnages principals : Solène. Et c’est ce qui rend le récit encore plus vivant. Avec l’utilisation de Solène pour raconter l’aventure de cette famille, je me suis vraiment prise d’affection pour tout ce petit monde; dans la joie et la tristesse. Que d’émotion !

J’ai vraiment aimé l’évolution de ces personnages; ils passent de paisible famille ordinaire à famille spéciale extrêmement soudée; un bloc qu’il n’est pas permis de séparer… Cependant, la famille est la famille et un moment il faut que les enfants prennent leur envol avec tous les bagages émotionnels que ça implique… Que d’émotion !

Les signes de Fantazy sont très discrets au début et un peu plus présent vers la fin du récit. Mais cette discrétion enveloppe l’histoire d’une façon étrange, mystérieuse qui harponne le lecteur.

J’ai également beaucoup apprécier le fait que l’histoire se déroule dans des temps ressemblant très fortement aux temps médiévaux. Le style de vie de bûcheron, de fermier, de meunier… les guerres de territoires, les châteaux …

Enfin, chaque enfant est très intéressant, ce sont des enfants recueillis par Ulysse mais on saisit que nul n’est besoin d’être une famille de sang pour s’aimer aussi fort et sentir cette appartenance à un groupe spécial !! Les enfants ont été élevé ensemble dans l’amour et l’entraide. Lisez ! vous verrez les caractères de chacun, les habiletés, les rêves et l’amour qu’il se portent à tous.

J’aurais encore beaucoup à dire mais ça voudrait dire que je dois faire des gros gros spoliers !! Vous ne voulez pas ça ? si ! NON !!

Je ne peux pas… Lisez ! Vous verrez, vous ne serez pas déçu; ce roman est vraiment prenant et passionnant !

En Bref :

Je ne vais pas être très originale … MERCI à l’auteure Sonia J.Fadda d’avoir partagé son univers avec moi !

C’était vraiment un vrai plaisir de lecture !

Publicités

Au Service Surnaturel de Sa Majesté de Daniel O’Malley

Titre : Au Service Surnaturel de Sa Majesté

Auteur : Daniel O’Malley

Traducteur : Charles Bonnot

Éditeur : Pocket

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 664

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Lorsqu’elle reprend conscience dans un parc de Londres, entourée de cadavres d’hommes en costume portant des gants en latex, Myfanwy Thomas ne se souvient de rien. D’après la lettre qu’elle a trouvé dans sa poche, elle savait qu’elle allait perdre la mémoire et s’est laissé tous les indices nécessaires pour découvrir qui veut l’éliminer. Elle rejoint ainsi la Checquy, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne Britannique. Au sein de cette version de MI5 anglais, la jeune femme, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, devra se frayer un chemin dans un univers semé d’embûches et lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables… »

Mon avis :

L’histoire :

Tout commence par une scène complètement surréaliste, une jeune femme se retrouve au milieu de cadavre sous la pluie et elle ne sait pas qui elle est… Son instinct de survie et une lettre laissée dans sa poche lui font quitter les lieux et chercher un endroit cossu où se réchauffer et chercher des réponses à sa situation catastrophique.

Myfanwy Thomas est amnésique, mais son autre moi avait tout prévu et conserve un coup d’avance sur les commanditaires de son meurtre raté. Étonnement, la jeune femme, malgré sa fébrilité, se rend à son travail en essayant de cacher son amnésie, et réussi petit à petit à se frayer un chemin dans le plan machiavélique de ses détracteurs.

Elle est drôle, cynique et s’étonne de ce qu’elle voit mais n’en montre rien; elle encaisse tous ces renseignements sans brocher pour dénouer le mystère autour d’elle… Pour la guider, son moi est d’une aide tout à fait précieuse. Après tout, son travail, est assez perturbant et déroutant : La Checquy est une organisation au service de la Couronne pour lutter contre la menace surnaturelle;

Les personnages :

Myfanwy Thomas : est une jeune femme chétive et timide, qui a surpris un complot contre elle, elle sait l’issue incontournable et inéluctable. Alors elle décide de ne pas baisser les bras et d’aider son futur moi sans mémoire à survivre et à rechercher qui veut la tuer. A l’aide de précieuses lettres et d’un classeur ultra détaillé; elle aide son moi amnésique à lutter et se venger pour faire triompher la vérité et abattre ses ennemis. Elle se révèle être une formidable administratrice. Et finalement, elle est plutôt douée pour le terrain.

Ingrid : c’est la secrétaire de Myfanwy, c’est une secrétaire au top niveau; elle sait parfaitement comment mettre sa supérieure dans des conditions optimales pour faire et réussir son travail. Elle ingénieuse et elle n’est pas née de la dernière pluie, elle a compris que quelque chose clochait avec sa patronne.

Je pourrais décrire tous les personnages tant ils sont intéressants mais ça serait injuste pour votre future lecture 😉

La Plume, le Scénario :

La plume de Daniel O’Malley est très fluide, très drôle. Le récit est raconté par Myfanwy sans mémoire; mais les incursions de la première Myfanwy, au travers de ses lettres, sont très drôles. Elle fait preuve d’une lucidité désarmante mais en même temps elle a une telle rage de vivre et une détermination à retrouver ses ennemis que ça défie l’entendement.

Évidemment la vraie Myfanwy est un peu invisible, peureuse et chétive mais ses ennemis l’ont sous estimé car c’est une formidable administratrice et devant sa découverte ultra sensible, Myfanwy n’est pas dupe et elle a vraiment compris que sa vie était en danger. Alors elle prépare son futur moi sans mémoire à reprendre le flambeau après elle avec le moins de désavantage et le plus d’informations possible pour continuer son enquête et sauver sa peau.

Les premières pages sont assez glauques, bizarres puis au fur et à mesure qu’on lit les lettres de la première Myfanwy je me suis prise au jeu et j’ai donc suivi son périple avec trépignement. Ces interventions sont timides et ses décisions prises sur le vif mais elles se terminent toujours avec succès et ses ennemis commencent à se poser des questions, d’autant que la prem’s Myfanwy n’allait pas sur le terrain !

Elle fait équipe avec des partenaires particuliers, allant du cerveau pour 4 corps à un vampire et entre autre une visiteuse de rêve… Une conspiration des forces surnaturelles menacent la couronne Britannique; mais c’est sans compter sur la perspicacité de Myfanwy et de sa super secrétaire !

Je suis passé de rebondissement en rebondissement sans aucun temps mort; le tout parfaitement orchestré, très drôle et surtout avec un suspens efficace. Ces 664 pages très fines qui m’avaient un peu fait peur au début, ont été un vrai plaisir de lecture. Autant je stressais toute seule sur mon canapé autant je riais toute seule et mon entourage me regardait avec un œil suspicieux 😀 !

En fait, si l’histoire surnaturelle est intéressante avec quelques humains avec des pouvoirs et des scientifiques complètement macabres, tout repose sur l’enquête menée par Myfanwy 1 et continuée par Myfanwy 2 et les ratés qui vont avec; le tout forme une sacrée histoire fantastique avec tous les ingrédients d’une excellente lecture.

En Bref :

L’héroïne est géniale et super attachante;

Le suspens, les guets-apens, les trahisons mais aussi l’auto dérision de Myfanwy 1 et l’écriture, la traduction de ce roman ont donné un chouette moment de lecture !

Une Nuit d’Enfer pour Adi de Amélie Diack

Titre : Une nuit d’enfer pour Adi

Auteur : Amélie Diack

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy, Nouvelle

Format : Epub

Nombre de pages : 10

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Après des fiançailles controversées, Adi attend Maïssa à l’hôtel. Ils doivent prendre des décisions importantes pour leur mariage. L’attente est longue et il est impatient. »

Mon avis :

Merci à Amélie Diack, l’auteure pour m’avoir proposé sa nouvelle 🙂

L’histoire :

C’est l’histoire d’une union ne faisant pas l’unanimité; la famille du jeune Adi n’aime pas sa future épouse. Après des fiançailles pas très gaies, il part dans un hôtel où ils doivent se rejoindre loin de ces mauvais esprits qui cherchent à les séparer… mais Adi semble enfermé dans un cauchemar horrible où les pires choses sont en train de l’anéantir.

Le personnage :

Adi : C’est un jeune homme ayant décidé de prendre pour épouse une femme contre l’avis de sa propre famille. Il est fier d’avoir choisi l’amour plutôt que la tradition et la famille. Seulement au moment de retrouver sa dulcinée dans un hôtel, il est victime de visions épouvantables, il s’enfuit de l’hôtel mais retrouve des scènes toutes aussi terrifiantes ailleurs… Il est pris de panique et ne comprend pas vraiment pourquoi ces cauchemars s’acharnent sur lui.

La Plume, le Scénario :

La nouvelle est très courte et relate la nuit terrifiante d’Adi un jeune homme ayant défié la tradition en voulant épouser une jeune femme non désirée par sa famille. Il semblerait qu’Adi ait été victime d’ensorcellement et que peut-être sa famille avait raison… En tout cas la nuit d’Adi est pas terrible du tout. Lui qui recherchait un peu d’apaisement loin de son village; il va vivre un véritable enfer…

Bon je ne suis pas fan du tout de toutes ses visions d’horreur, de corps décharnés, de monstres prêt à vous avaler tout cru en pensant bien à vous croquer avant… Mais honnêtement avec cette nouvelle courte d’une dizaine de pages, je n’ai pas pensé du tout me retrouver dans une nouvelle à tendance #Horreur.

L’auteure est quand même très forte et en quelques dizaines de pages, elle a fait vivre à son personnage le pire des cauchemars. La description de ce que vit Adi est digne d’un envoûtement ou d’un empoisonnement, en tout cas c’est ce que j’ai pensé jusqu’à la dernière page.

Par contre, on sent la pression sociale et familiale dans cette nouvelle; même la fin signe un avertissement; la tradition doit être respectée… sinon l’enfer vous guette.

Vous aimeriez bien savoir comment se termine cette nuit d’enfer pour Adi, à vous de lire la nouvelle !

Un tout petit mot sur la couverture qui très belle !

En Bref :

Je devrais me méfier quand le mot enfer apparaît dans le titre d’un livre ou d’une nouvelle … oui mais parfois ça passe.

Autant vous dire tout de suite je n’aime pas lire des trucs horribles, des récits horrifiques… la nouvelle est courte donc la nuit d’Adi s’est lu assez rapidement.

L’écriture est fluide mais les allusions et descriptions cauchemardesques …sans moi.

Merci quand même à l’auteure de m’avoir fait confiance en me proposant sa nouvelle.

 

Lachaon n’est plus parfait d’Inès Abdesselam

Titre : Lachaon n’est plus parfait

Auteure : Inès Abdesselam

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy, Dystopie, Young Adult

Format : Epub

Nombre de pages : 388

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un matin banal dans le ParfaitMonde, le monde des humains devenu parfait.
Un jeune homme de 17 ans nommé Lachaon, se réveille comme tout le monde.
Pourtant, il n’est plus parfait.
Alors que cette dictature de la perfection qu’il ne pourra jamais égaler va lui devenir insupportable, une femme aux pouvoirs inédits, Iola, le délivre et l’emmène vers d’autres vérités et d’autres mondes, au-delà des limites de temps et d’espace.

Qui suivre, à qui se fier, quel idéal poursuivre, que faire de tout ce pouvoir qu’il a entre les mains ? Autant de questions adolescentes que Lachaon devra sonder au fil des pages pour trouver la force de combattre la dictature de la perfection.« 

Mon avis :

Avant de rédiger ma chronique, je tiens à remercier l’auteure de m’avoir proposé son roman et de m’avoir fait découvrir son univers.

L’histoire :

Lachaon se réveille un matin et ne supporte plus la perfection du monde dans lequel il vit. Toute cette perfection l’ennuie… Alors contre le règlement, il sort de chez lui, quand tout le monde dort, et part visiter son village. Il commence a être troublé par certains signes anormaux dans le monde parfait… Soudain une jeune femme l’emporte, le plonge dans un monde complètement inconnu où réalité et rêve ou plutôt souvenir se mêlent.

Comment va-t-il faire pour démêler le vrai, le réel dans cet espace temps délirant, complètement différent de ce qu’il vivait avant ?

Les personnages :

Lachaon : est un jeune dont la perfection s’est effacée… Il ne supporte plus les niaiseries, les commentaires insipides de ses camarades ni même des adultes qui l’entourent. Il n’a plus besoin de dormir et par conséquent sort de chez lui la nuit, afin de ne pas éveiller les soupçons de ses proches sur son imperfection. Ce qu’il découvre le trouble, ce qui le déroute encore plus ce sont les personnes autour de lui qui ne font pas attention aux signes troublants autour d’eux (le château jaune, les fleurs en forme de F…). Quand il est emporté par Iola loin de ce monde Parfait, il découvre une immensité incompréhensible et surtout ses possibilités, ses habiletés à créer des choses l’étonnent mais il va devoir choisir dans quel camp il va combattre, pour ça il devra comprendre qui sont les personnages fantasques autour de lui.

Iola : c’est une jeune femme qui vient du monde Hors Limite. Elle est sombre et on ne sait pas très bien où va sa loyauté. Elle est ballottée entre passé, présent et futur et a un peu de mal à démêler tout ça. Faut dire ses ennemis sont déroutants… Elle est allée chercher Lachaon pour libérer le monde Parfait de l’emprise d’une ennemie… mais elle est difficile à cerner.

Amaryliss: c’est une humaine, tout ce qui a de plus normale. Elle découvre avec horreur et affliction l’imperfection. Elle est terrorisée mais elle est emportée par la troupe de Lachaon et décide de s’accrocher à ce dernier.

La Plume, le Scénario :

L’auteure a créé un univers de toute pièce où le passage d’un monde à l’autre se fait tantôt par l’esprit tantôt à l’aide des pouvoirs des habitants du monde Hors Limite.

Le Parfait monde est un monde limité et insipide où les humains s’émerveillent toute la journée de platitudes consternantes pour Lachaon. Ils ne s’en aperçoivent pas puisque c’est leur monde et ils sont enfermés dans cette boucle.

Le monde Hors Limite est une sorte de repère de rebelles ayant survécu à l’assaut, à la guerre menée par les Madfix.

Les personnages de cette histoire adorent semble t-il prendre possession de l’esprit des autres, fouiller leurs souvenirs. Chacun à cette capacité, amplifiée pour les plus sournois qui possèdent des artefacts.

Le style de l’auteure est particulier et j’avoue avoir été perdue plusieurs fois par chapitre. Je m’explique, certains personnages me donnaient l’impression d’apparaître dans le récit comme ça sans savoir d’où ils venaient et surtout pourquoi ils étaient là. Où encore certains personnages se retrouvent dans une situation différente de celle du début de la phrase. Tous ces rebondissements soudain m’ont complètement désorienté.

Je n’ai pas réussi du tout à m’accrocher à un seul personnage car je n’ai pas vraiment compris leur mission, leur état ou simplement pourquoi ils étaient à cet endroit de l’histoire. J’avais l’impression d’être aussi perdue que les personnages en fait. Arrivée à la dernière page du roman, je n’ai pas saisi le rôle de l’humaine, ni pourquoi elle avait été emportée dans ce périple.

Le début du récit m’a semblé chaotique, mais je l’ai mis sur le compte de la situation de Lachaon qui vivait quelque chose de déroutant. Mais tous les personnages se retrouvaient perdus à un moment donné de l’histoire et pour le coup ça a fini de m’ensevelir… si bien qu’à un peu plus de la moitié de l’histoire, je ne savais plus qui était dans quel camp…

J’ai fini par me dire que j’étais en train de lire un récit surréaliste mêlé de métaphysique poussée à son extrême et j’avoue je n’ai vraiment pas compris la finalité de l’histoire. J’ai passé mon temps à être perdue et à essayer de raccrocher les wagons.

On peut dire que je suis carrément passée à côté de ce roman et j’en suis désolée pour l’auteure. Je ne suis peut-être pas le bon public pour cette histoire.

En Bref :

Merci à l’auteur de m’avoir fait découvrir son univers, certes déroutant et même si je suis passée à côté, c’était une expérience inédite !

Alrin, Tome 1 : La vengeance du fou d’Henri Nestière

Titre : Alrin

Tome 1 : La vengeance du fou

Auteur : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy

Format : PDF

Nombre de pages : 319

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Le royaume d’Hantre est sur le point de connaître sa plus terrible épidémie : c’est le moment que choisit Alrin Maingalf, homme de justice, pour lancer son implacable vengeance quant au meurtre de sa femme, unique source d’affection qu’il ait eue dans sa vie. Entre le fou et les nantis, tous les coups seront permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s’en sortiront indemnes… »

Mon avis :

C’est son quatrième roman que m’offre de lire l’auteur Henri Nestière et je suis une nouvelle fois enchantée par son écriture et son histoire.

L’histoire :

Le Träck Maingalf parcourt sa ville au bord de l’explosion; mais ça personne ne se doute encore… même Alrin, le Träck, le fou… Sa vie n’a plus aucun sens depuis l’assassinat de son aimée épouse Zylis; désormais ses pas ne sont guidés que par sa vengeance. Lui et son épouse se sont retrouvé au milieu d’une guerre familiale très ancienne dont plus personne ni d’un côté ni de l’autre ne sait comment elle a commencé…

Pendant qu’il fait le travail qu’on lui demande, sa vengeance reste tapie prête à fondre sur son ennemi; Ils ont commis une erreur fatale, ils ont soufflé sur les braises de sa vengeance.

Alrin se retrouve seul au milieu de ces deux familles riches et emplies de haine;

Mais un autre danger guette tout le monde, un danger violent et sanguinaire…

Les personnages :

Alrin : est le Träck fou, l’homme de justice, de Hance; mais cet homme n’a jamais eu la vie facile et au moment où la vie lui a fait le cadeau de lui offrir une âme soeur, elle lui fut retirée violemment au milieu d’une querelle de famille dont il n’avait que faire … Sa vie n’a été depuis qu’une suite de tortures et de maltraitances; la folie l’a pris mais ne lui a pas complètement pris l’esprit… malgré son indifférence il essaie de protéger ce qui lui reste d’être chers…

Le Tryl : c’est le prêtre fanatique de Hance; il abhorre toutes les joyeusetés auxquelles s’adonnent les habitants de Hance comme le jour des fous. Il harangue la foule à tuer et se sert du grand Danger comme combustible à la peur, à la fureur de la foule.

La famille Dowstend / La famille Royenn : Familles de Nantis parmi les plus importants de Hance, familles en guerre depuis des décennies, elles se vouent une haine sans nom et tue chacun leur tour un membre de la famille ennemie sans plus trop savoir pourquoi… De plus elles n’ont que faire du petit peuple…

La Plume, le Scénario :

Une fois encore l’auteur change de genre littéraire, il s’attaque à la Fantazy. C’est mon genre de prédilection dans le choix de mes lectures en général. Mais je pense que c’est la première fois que je lis un roman de Fantazy de ce type. Car habituellement quand j’entends Fantazy c’est synonyme de pouvoir magique, de mage, d’un ennemi sombre, obscur et redoutable. Mais j’avais perdu de l’esprit que la Fantazy ne se résume pas qu’à cela.

En effet, l’auteur nous emmène dans le village de Hance où Alrin le fou travaille comme homme de justice. Il a cette particularité, la folie, qui peut effrayer ses ennemis, ses proies mais aussi ces collègues mais son travail est toujours fait comme il est demandé. Sa folie le décale de la réalité parfois, il paraît souvent absent… mais en fait il est en tête à tête avec sa folie.

Alrin n’est pas un héros, il n’a pas fait d’éclat à proprement parler… c’est un homme meurtri par la vie, une vie sévère cependant elle ne l’a pas complètement détruit… et la folie dont elle lui a fait cadeau l’aide si on veut à continuer, à avancer.

L’auteur nous conte l’histoire de cet homme fou amoureux devenu fou de tristesse… Quelqu’un l’aide à encaisser toute cette tristesse, et à surtout l’aide et le pousse à assouvir cette vengeance qui le consume.

Au fil de ma lecture, Alrin est devenu un personnage attachant. Certes il est fou, revêche, alcoolique et violent mais on sait nous le lecteur qu’au fond de lui il y a un coeur en or fou de douleur. Car malgré tous ses traits de caractères assez négatifs, Alrin éprouve encore de la compassion pour les autres, pour certains; ceux en qui il reconnaît de la bonté, de la loyauté et une belle âme, et ça il tient à le protéger de la noirceur qui envahit Hance.

Je ne vais pas spolier mais cette folie qui le consume, m’a plusieurs fois laisser un arrière goût amer, certes elle l’aide à se tenir debout mais elle le pousse dans l’obscurité, elle le pousse à commettre des actes irréversibles… plusieurs fois cette folie que je trouvais au début douce et belle s’est mise à évoluer très rapidement vers un côté sombre et sanguinaire, entraînant Alrin avec elle … et on sent qu’Alrin lui ait tout acquit et ça m’a énervé mais c’est complètement normal… mais quand même ! Rhoooo ! Pour comprendre foncez lire ce roman !

« La vengeance du fou » est le tome 1; Donc pour la suite je me demande : que va devenir Alrin ? que va faire sa folie ? Comment va t-elle l’entraîner encore plus loin ? Dans quel but désormais ? Oui c’est tout autant de questions que je me suis posée aux derniers mots lus.

Dans ma lecture, il y a aussi cette notion d’injustice qui ressort entre les différentes classes sociales : Alrin a l’habitude de combattre la vermine, les assassins, les mauvais bougres aussi bien du côté des pauvres que du côté des riches… mais son combat, sa vengeance va l’obliger à se mesurer aux nantis qui n’ont aucune envie de céder du terrain à un fou. Cette lutte des classes paraît à Alrin injuste. Un homme qu’il soit issue de la noblesse ou d’un milieu plus pauvre n’échappe pas à la justice… mais ce dont Alrin est témoin lui insuffle du dégoût face à cette injustice car pour lui chaque homme mérite la même justice.

Cette même injustice l’auteur nous la montre quand le peuple a peur, il peut aisément être manipulé pour obtenir la sécurité… Et quand le danger est présent, les nantis savent et peuvent se mettre à l’abri pendant que le petit peuple de travailleurs affronte ce danger chaque jour… un petit clin d’œil peut-être à notre société qui creuse de plus en plus les différences… 😉

Un tout petit mot sur la couverture qui je trouve correspond parfaitement au personnage d’Alrin !

En Bref :

Encore une étonnante histoire et un rappel essentiel (pour moi !) que la Fantazy est un vaste genre multipliant les types littéraires.

Merci Henri Nestière pour cette passionnante histoire, pour toujours me faire confiance tout comme moi je sais qu’à chaque nouveau roman de genre littéraire différent j’aurais un très bon moment de lecture !

Chroniques des dieux de James CLEMENS

   

Titre : L’ombre de l’assassin T1 + L’ombre du Chevalier T2

Auteur : James CLEMENS

Editeur : Bragelonne

Format : Ebook

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 641 T1 et 628 T2

Fiche Bibliomania

Résumés :

Tome 1 : »Les dieux de Myrillia ont créé les Neuf Contrées qui ont vécu en paix depuis quatre mille ans. Jusqu’à maintenant, car Meeryn, déesse des Îles d’Estivage, a été assassinée. Le seul témoin, un infirme nommé Tylar de Noche, est un Chevalier d’ombre tombé en disgrâce. La déesse mourante lui a accordé dans un dernier souffle une puissante bénédiction qui a guéri son corps brisé, une marque que beaucoup voient comme la preuve qu’il est l’assassin. Pourchassé, aidé par d’autres parias, Tylar doit débusquer et vaincre un être assez puissant pour tuer un immortel… »

Je ne mets pas le résumé du tome 2 pour éviter les spoilers

Mon avis :

Mon avis sur la première saga que j’ai lu de James Clemens et que j’ai tout simplement dévoré et recommandé à tous les lecteurs et non lecteurs tellement je suis ultra ultra fan !!!!

« les Bannis et les Proscrits » de James Clemens Tome 1

L’histoire :

Tylar, un chevalier banni et brisé est témoin de la l’assassinat d’une déesse. Cette dernière lui offre son dernier souffle de vie. Pour certains, il ne fait aucun doute que c’est lui l’assassin mais d’autre choisissent de le suivre, de l’aider dans sa quête car ils pressentent une grande guerre, la fin de Myrillia.

Pendant ce temps, à l’orphelinat Fléchette subit les brimades de ses camarades mais elle a son petit compagnon invisible « Tichiot » qui est prêt à la défendre devant le danger.

Il est temps aux dieux et déesses de choisir leurs prochaines mains, car ces serviteurs ont une vie très courte…

Dans les profondeurs de Tashijan une magie noire opère depuis des millénaires… Les remparts de Myrillia vont-il réussirent à tenir face à cette menace grandissante ?

Les personnages :

Tylar de Noche, un pauvre hère banni, brisé, déformé par la torture, l’esclavage et le vagabondage. Alors qu’il essuie un revers à cause de sa présence dans un lieu réservé aux chevaliers; une ombre mystérieuse lui sauve la mise… prenant la fuite jusque dans les bas fond, il est témoin de la tentative d’assassinat d’une immortelle ! En s’approchant, elle lui accorde sa grâce avant de mourir… Son statut devient encore plus compliqué, pour les uns c’est un déicide pour les autres c’est un élu. Au travers de ses mésaventures, de ses recherches sur l’assassin de Meeryn il va se constituer une petite bande de rebelles, de laisser pour compte, de rejetés; afin de déjouer les plans maléfiques de la noirceur qui se tapie dans les profondeurs de Tashijan.

Fléchette : c’est une jeune fille de 13 ans, orpheline, elle est amenée tout bébé dans le Conclave  de Pont-de-Chrism, une école pour jeune fille et jeune gens bien-nés. Évidemment elle ne se sent pas à sa place et ses camarades le lui rappellent sans arrêt. Elle est le souffre douleur de ces gens de la haute société qui ne voit en elle que souillure. Mais Fléchette a un secret, elle a un compagnon fantastique, que personne ne voit. Qu’importe si c’est son imagination, il lui apporte du réconfort même si elle ne peut pas vraiment le toucher. Mais qui est vraiment Fléchette ? personne n’a vraiment conscience que ce petit bout de jeune fille a de grandes capacités.

Je m’arrête là pour les personnages, donner des indices sur les autres vous gâcherai une partie de l’histoire… 😉

La Plume, le Scénario :

Je suis ultra fan de James Clemens, son écriture me téléporte dans son histoire. Ses descriptions sont absolument nécessaires et font partie de ce que j’aime dans le déroulement de l’histoire. Il maîtrise l’art de la description, tant redouté des lecteurs. Les descriptions sont chez James Clemens décrites de façon tellement réelle même dans un récit fantastique que l’on ressent toute l’histoire à fleur de peau. Pour les dégoûtés des descriptions, lisez James Clemens, ça va vous réconcilier avec les descriptions si peu aimées.

L’auteur commence toujours de façon lente et étudiée, juste assez pour emmener son lecteur là où il veut qu’il aille et plus la lecture se poursuit plus le récit devient intense pour atteindre un paroxysme énorme !

Comme dans les « Bannis et les Proscrits », l’auteur malmène ses personnages principaux. Il leur fait subir le déshonneur, la torture, le viol, et d’autres violence tout aussi terribles… Ses personnages en ressortent fort, brisés et fracturés à jamais mais ils sont les sauveurs car ils ont déjà regardé la mort en face. Après toutes ses atrocités subies, James Clemens remonte ses personnages à une place avantageuse, la place qu’il auraient dû avoir dés le départ, mais leurs souffrances ne sont pas terminées. Ils ont désormais la force de combattre le Mal, cette malfaisante obscurité.

Comme à son habitude, James Clemens aime mettre à l’honneur plusieurs personnages secondaires qui ont autant d’importance que les principaux. Ils sont toujours spéciaux, mystérieux, ils ont également leur part de noirceur, ce sont des êtres qui en ont aussi bavé mais qui ont une profonde bienveillance envers ceux qu’ils aiment et apprécient, envers l’humanité qu’il faut protéger des dieux rendus fous.

Son univers est construit sur plusieurs milliers d’années, avec des dieux et déesses mais aussi des humains. Mais ce sont des dieux que les humains côtoient, qu’ils servent pour le bien du peuple en bonne coopération, mais lorsque l’obscurité touche les dieux, ils deviennent fous, tuent et asservissent…

Certes cette histoire de chevalier et de dieux est sombre, noire parfois sordide et les descriptions intenses de James Clemens en augmentent les sensations.

Mais c’est un récit passionnant, haletant et très inquiétant. Le mal s’insinue justement comme une ombre malveillante et visqueuse…

En Bref :

Cette saga « Chroniques des dieux » est passionnante, si certains n’ont pas supporté la noirceur de cette série, d’autres ont pu apprécier l’écriture du Maître (pas moins) pour enlever, kidnapper et projeter le lecteur dans une série haletante !!

Mais bon sang ! Pourquoi James Clemens a t-il écrit seulement deux sagas 😥  ? C’est un supplice !

 

Lune Pourpre, Tome 1 : Initiée de Laëtitia Danae

Titre : Lune Pourpre

Tome 1 : Initiée

Auteure : Laëtitia Danae

Éditeur : Éditions SNAG

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 508

Fiche Bibliomania

 

 

4ème de couverture :

« Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ». Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, mangé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. »

Mon avis :

L’histoire :

Lilith, 10 ans, vit avec son père dans un petit village très rural. Elle l’aide aux champs et à la maison. Elle possède une habilité qu’elle doit à tout prix cacher pour préserver sa vie.

Au pied du mur, son père Léon se décide à confier Lilith à une autre communauté qui saura la préserver de la folie du Roi. Ils lui apprendront à contrôler ses pouvoirs et à s’en servir à bon escient mais surtout ils vont lui apprendre à survivre, à se défendre.

Désemparée à l’idée de quitter son foyer, mais curieuse de l’aventure et des dangers qui l’attendent, Lilith part un peu la mort dans l’âme avec Sando.

Lilith est encore loin d’imaginer, de comprendre ce qu’elle représente pour la communauté qui l’a prend en charge. Cette soudaine attention lui fait peur, la perturbe … mais ça lui permet de se soustraire à une mort certaine si le Souverain apprend son existence.

Les personnages :

Lilith : C’est une petite fille solitaire, la compagnie des autres enfants l’indiffère et l’incommode. Elle ne recherche pas de lien au grand dam de son père. Sa particularité secrète l’a met à l’écart, c’est si dur de ne pas utiliser ce pouvoir. Malgré cela, elle éprouve le besoin d’aider, de réparer mais elle ne souhaite pas de compagnie autre que celle de son père.

Léon : Il élève Lilith seul, sa femme est morte en lui laissant un merveilleux cadeau. C’est un paysan qui ne se laisse pas faire, notamment par le prêtre de son village qui essaie de lui imposer sa religion et ses superstitions ridicules. Mais il sent le danger, la solitude et l’habileté de Lilith va se savoir et la mettre en danger; il va alors prendre la lourde décision de confier sa fille à une communauté pour lui sauver la vie.

Je ne peux évidemment pas vous parler des autres personnages sans dévoiler un peu plus les aventures de Lilith… Donc comme d’habitude j’en reste là…

La Plume, le Scénario :

Le style de l’auteur est particulier, prenant et m’a fait visualiser clairement le mode de vie de Lilith ainsi que tous les paysages qu’elle croise.

L’auteur a créé un univers bien à elle avec quand même des repères, des rappels qui font appel à notre imaginaire collectif. Lilith va rencontrer beaucoup de personnes venant d’horizon différent, de peuplade anéantie ou sous le joug du Roi Donavan.

Lilith avec d’autres compagnons va subir un entraînement hors pair pour apprendre à maîtriser son habileté, pour apprendre à se défendre, à résister. Elle devra endurcir son corps et son coeur, car malheureusement son coeur va être mis à rude épreuve, l’auteure ne lui épargne rien !

Suivre Lilith dans son cheminement, dans son évolution fut un réel plaisir. La surprendre en plein doute comme un spectateur qui en sait plus qu’un simple spectateur en rajoute à notre trouble. Lilith est perdue et nous on rage car on ne voit pas le bout du tunnel… c’est frustrant… vous l’aurez vite compris, une fois qu’on est pris dans l’aventure de Lilith on tremble pour elle, on respire de joie (oui oui ça se fait ça …) Bref les mots de l’auteure sont addictifs.

Bien sûr Lilith se retrouve dans une guerre qu’elle n’a pas voulu, qu’elle n’a pas choisi mais elle ne peut pas se défiler, trop de gens compte sur elle; Elle n’est pas seule, elle va lutter avec ses compagnons d’infortune contre ce Roi Donavan qui veut exterminer toutes créatures avec des pouvoirs.

Cette lutte est sans merci et pour avoir une chance d’être victorieuse, elle doit subir un entraînement douloureux et intense, elle doit être initiée.

La solitaire Lilith va devoir s’associer voir plus et comprendre que les amis c’est bien aussi, ça fait du bien; c’est envahissant mais à plusieurs on va plus loin. Et les chances de détruire le Roi sont plus nombreuses…

Un dernier petit mot pour la superbe couverture !!!

En Bref :

Voilà un bon pavé de 508 pages avalé quasi d’une traite, aucune longueur, aucun ennui quelconque; juste une irrépressible envie de continuer et continuer à lire tout en sentant la frustration arriver avec les dernières pages !

Un univers fantastique mêlé d’une certaine réalité s’approchant de la notre, en tout cas peut-être de notre Moyen-Âge.