Legendion, tome 2 : Les Feus Rehaens de Remi Bomont

 

Titre : Legendion

Tome 2 : Les Feus de Rehaens

Auteur : Remi Bomont

Éditeur : Les éditions des Mots qui Trottent

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 350

Sorti le 15 mai 2019

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Legendion, tome 1 : Le Cercle de Seheiah

Résumé de l’auteur

« L’escalade de feu et de sang devient de plus en plus certaine ; De nouvelles factions émergent et viennent menacer l’équilibre quasi millénaire du royaume d’Escasam. Entre l’armée de Ô et les Naurs, Saint-Rehael, la cité pélerine, semble destiner à devenir le théâtre de toutes les horreurs et de tous les miracles.Qui de Eloran, Lerena, Mamias, Eres, Evelène survivra à cet enfer annoncé ?« 

Mon avis

Encore une fois, merci à l’auteur, Remi Bomont pour sa confiance renouvelée !

L’histoire

Saint-Rehael est cernée, au bord du gouffre, au bord de l’asphyxie, au bord de la mort… La mort rôde, cependant les miracles apparaissent ici ou là et insufflent un peu d’espoir aux habitants venus se réfugier sur le Rocher. Mamias a semé le trouble en prenant les armes avec ses paladins, mais néanmoins leurs motivations restent la survie du plus de personnes possible, le moyen pour l’instant importe peu même si la méfiance assaille des habitants meurtris et apeurés. Eloran et Lerena semble être le centre d’intérêt des envahisseurs… Saint Rehael, une cité mystique, son sol aura beau être souillé de sang, Saint Rehael sera aussi le lieu de miracles inexplicables et heureux… Zâhal n’a pas tout à fait oublié ses créations, en tout cas c’est ce que pense Mamias et ses moines.

Les personnages

Evelène : c’est la jeune femme qu’Eloran veut protéger par dessous tout; elle est douce et pleine de bienveillance; le départ d’Eloran (pour la protéger de mercenaires), plusieurs années avant, l’a anéantie… mais comme tout, elle a continué à vivre pour son père, par mécanisme; Elle aime rendre service dans l’auberge de Mme Poulhard. Tous s’entendent pour dire que c’est une bien jolie personne dans son entièreté. Le retour d’Eloran lui redonne ce souffle de vie qui avait déserté ses yeux… mais va t-elle réussir à survivre dans ce chaos sanglant ?

Eloran Hallebardier: Mamias, le moine, fait de lui un sauveur, un meneur … ce rôle, il n’en veut pas, il ne s’en sent pas vraiment digne… et puis au prochain Echos tout va disparaître alors à quoi bon ? Eloran est spécial, il va devoir l’accepter, le comprendre et se faire confiance. Retrouver Evelène a toujours été sa première motivation à son retour sur l’île. Mais sa mission est bien au-delà de ses considérations, son passé l’a façonné et il doit tout reconstruire car sa présence n’est pas un hasard.

Lerena Elewoon : La jeune princesse aura vécu les pires moments de sa vie dans un condensé de temps sanglant; dans ce tome 2, elle a mûri, il ne peut en être autrement. Elle prend conscience de son vrai rôle de future Reine, et dit définitivement adieu à l’âge de l’insouciance. La résolution de cette guerre dépendra de sa survie, de son rôle, de ses décisions (pas seulement…); Par elle, l’espoir doit regonfler les cœurs pour le combat à venir ! Les Forces Interdites, elle n’est plus si sûr qu’il faille considérer ces capacités comme un crime, et elle est consciente que c’est avec elle que devra s’amorcer le changement de mentalités.

Lerena et Eloran, un même destin ? Chacun à leur manière, ils sont les fleurons de l’espoir de tout Escasam, Eloran doit encore cacher ce dont il est capable et qu’il ne comprend pas encore très bien et par opposition, Lerena doit se montrer forte et digne dans son rôle de future Reine. L’ombre et la lumière dans un même but.

La Plume, le Scénario

J’ai lu ce tome 2, en moins de temps qu’il n’en faut pour avaler sa salive… bon j’exagère mais c’est pour dire que j’ai dévoré littéralement ce deuxième épisode … euh tome, et bien oui mon imagination s’est enclenchée et je n’avais plus l’impression de lire !

J’ai retrouvé cette écriture agréable qui m’avait plu dans le tome 1, très explicite visuellement;

Alors, avec ce nouveau chapitre du Legendion, l’auteur m’a plongé au coeur de la guerre, au coeur de l’horreur !

Les chapitres s’enchaînent rapidement, entre retour dans le passé et présent, cette dynamique renforce cet état d’urgence absolue, d’horreur inéluctable; Saint Rehael est le lieu de tout, il se passe d’étranges choses aussi bien horribles que miraculeuses. Tantôt on perd espoir, car l’armée des Naurs est tellement impressionnante que la fin nous parait écrite, sans espoir de changement, tantôt un souffle puissant d’espoir mystique balaie les certitudes et redonne de l’énergie aux défenseurs du Rocher. L’auteur use et abuse de cette dualité pour nous ballotter nous lecteur d’un côté comme de l’autre et on termine par se perdre (dans le bon sens) et à penser toutes les fins possibles.

L’auteur se sert de Lerena pour réaffirmer cette interprétation des textes par les hommes, cette vanité, cette peur plutôt des Forces Interdites dont le seul moyen de les contrôler était de punir de peine de mort quiconque était surpris à les utiliser. Étant un crime contre le royaume, ces Forces Interdites disparaîtraient avec les siècles… Peut-être une conviction naïve et rapide de la part des monarques…

Quelques passages métaphysiques, par le personnage d’Eloran, sur la condition de l’être ou pas, de la réalité, des rêves, de la résilience, de la cohérence. Ces passages mystiques s’il en est, m’ont permis d’appréhender Eloran un peu mieux, en même temps que lui finalement;

L’auteur introduit l’armée d’Ohen, constituée de différents peuples, qui pour aucune autre raison que la survie des peuples et du royaume, ne se seraient alliés; l’auteur par cette armée, nous montre également qu’un peuple est jugé par les actes de son dirigeant; les clans du sud sont réputés sauvages, brutaux et peu civilisés. Hors, cette armée est constitué d’hommes alliés pour la même cause et sans leur dirigeant, ces soldats font une armée certes dépareillée mais prête à soutenir la future Reine d’Escasam.

On en parle de cette couverture ?! Elle est superbe et elle résume carrément ce tome 2 !

Et ce tome 2 m’a convaincu, conquise; Je dois suivre Eloran et Lerena !

En Bref

Comme promis par l’auteur, Rémi Bomont, ce tome 2 est plus riche et génère moins de frustration au  lecteur !

Évidement, j’ai trouvé les réponses à mes quelques questions et je ne doute pas que la suite de cette saga sera passionnante et riche en rebondissements !

Merci à l’auteur, Remi Bomont, pour m’avoir réitéré sa confiance; ma lecture a été intense et passionnante !

 

Calendrier de l’Avent – Découvrir et/ou offrir !

Le calendrier de l’avent 2019 pour découvrir et offrir des lectures surprenantes, intenses, passionnantes !

Tentez l’expérience et cliquez sur l’image, à chaque jour son œuvre autoéditée ou pas 😉 !

Alors voilà tous ces auteurs font partie d’une liste non exhaustive;

Il y en a tellement d’autres qui m’ont marqué pour différentes raisons !

Et bien évidement n’hésitez pas à aller piocher ici et là dans mon blog pour avoir des idées 😉

Et surtout n’hésitez pas à lire des œuvres d’auteurs autoédités, on trouve parmi cette communauté beaucoup de belles découvertes, d’émotions et de talent !

Legendion, tome 1 : Le cercle de Seheiah de Remi Bomont

Titre : Legendion

Tome 1 : Le Cercle de Seheiah

Auteur : Remi Bomont

Éditeur : Les éditions des Mots qui Trottent

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 312

Sorti le 2 novembre 2018

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Il y a 9 siècles, le monde, frappé par la colère divine, sombra dans une ère rédemptrice où les âmes conscientes furent condamnés à vivre en nomade du temps. Aosus. Azzur. Magama. Cassade. Ocaria. Cinq mondes pour 5 vies différentes. Mais alors que l’humanité payait humblement les crimes de ses ancêtres, un ennemi mystérieux apparut, déterminé à entraîner les Hommes dans une escalade de feu et de sang.« 

Mon avis

Merci à l’auteur, Remi Bomont pour m’avoir proposé de découvrir son univers, l’univers du Legendion !

L’histoire

Las des guerres incessantes des humains, Zahâl le tout puissant imposa une vie errante entre les mondes. Cinq mondes furent créés et à chaque Échos, les âmes conscientes passe d’un monde à l’autre. Cette punition divine semble efficace puisque depuis maintenant presque neuf siècles une douce paix semble s’éterniser. Mais un ennemi inconnu œuvre pour faire échouer les humains et les anéantir. La paix est menacée et les Hommes ne comprennent pas comment ils n’ont pas pu le voir venir…

Les personnages

Eloran Hallebardier: est orphelin depuis son plus jeune âge; Il erre de monde en monde pour peut-être échapper à son destin, mais pas seulement… Il est solitaire et se mêle rarement aux populations, il préfère de loin le silence de la nature (ou plutôt son bruit si particulier). Lorsqu’il revoit sa douce amie d’enfance, ce n’est que parce que le destin s’est déjà mis en route. Lerena le cherche et l’a suivi jusqu’à une contrée qu’elle aurait dû éviter malheureusement… Eloran cache au fond de lui un terrible secret, qui l’emporte inéluctablement vers son destin.

Lerena Elewoon : C’est la princesse héritière du trône de Escasam; Elle est intrépide et cherche souvent à ce mêler au peuple pour retrouver Eloran et en même temps elle prend conscience des conditions de vie du bas peuple… Elle est déterminée au grand damne de son père, elle refuse catégoriquement de se marier avec n’importe qu’elle prétendant lui faisant la cours juste pour sa couronne. C’est une femme libre (quoique enchaînée au trône) et respectée par ses soldats;

Lerena et Eloran chacun de leur côté vont voir l’obscurité s’approcher pour mieux recouvrir leur monde et anéantir l’humanité. Ils ont chacun un rôle qui tend vers le même but et en ça il vont devoir croire en eux-mêmes !

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est très agréable puisqu’elle m’a emmené dans l’histoire des Échos sans difficulté;

L’auteur, Remi Bomont , dans ce tome 1, pose le décors, présente ses personnages; son style d’écriture est tellement fluide et captivant que cette présentation passe comme une lettre à la poste; ce n’est qu’à 75% du récit, un peu près que je me suis posée certaines questions… Car finalement il faut au moins tout ce temps pour ce familiariser avec le passage des Échos, soit tous les 25 jours les âmes conscientes passent d’un monde à l’autre afin de vivre les journées et les difficultés qu’imposent chaque monde, ainsi les jalousies sont-elle amoindries et la guerre peu probable. En effet, cela fait presque neuf siècles que ce monde vit en paix. Chacun suivant le court des Échos et se repentant des erreurs de ses ancêtres.

Les chapitres sont ponctués de petits retours en arrière, d’aperçus du passé pour comprendre la situation présente voir également le contexte à venir. C’est dynamique, ça rend le récit captivant et surtout ça donne au lecteur l’illusion d’en savoir plus sur certains personnages…

Un thème est abordé tout en subtilité, celui de l’interprétation des textes régissant la vie d’une communauté. Je m’explique, dans ce récit les humains ont interdiction d’user des « Forces Interdites », le souverain mettant en avant que c’est une loi venant de Dieu mais une personne intervient pour réfuter ce propos pour lui dire que non c’est une loi imaginée, interprétée par l’homme; et à mon avis c’est soit pour lui faciliter le contrôle de la population ou à défaut limiter la tentation de prendre le contrôle sur les hommes dépourvus de « Forces Interdites », ou encore empêcher toute jalousie qui amènerait inévitablement à la guerre; bon après j’extrapole, je donne aussi ma vision, ma compréhension du récit.

Suivre Eloran dans le passé comme dans le présent était passionnant tout comme suivre Lerena et sa détermination à retrouver Eloran, mais je n’ai toujours pas bien compris pourquoi elle le cherchait… ou quelque chose m’a échappé dans le récit ou l’auteur garde des secrets dans sa manche.

En Bref

En tout cas j’ai traversé cette lecture avec attention et plaisir; ce n’est qu’à la fin où je me suis dit mais … mais … et alors qu’est ce qui ce passe ?

Pour tout vous dire, j’ai commencé cette lecture avec une idée plus ou moins précise et finalement je me suis laissée emmener dans cet univers sans me poser de questions ou très peu… sur le titre, le contenu, leur rapport ! En bref, l’auteur a fait son taf, car j’ai lu son livre de bout en bout, prise dans ma lecture, au prise avec cette tension qui plane depuis le début et dont on se rend compte vraiment qu’à la fin.

Et maintenant je veux savoir la suite !!

Merci à l’auteur, Remi Bomont, pour cette écriture particulière et cet univers passionnant et surprenant !

Le Cœur de l’Oealys, tome 2 : La Nouvelle Reine de Lily Chagnon

Titre : Le Coeur de l’Oealys

Tome 2 : La Nouvelle Reine

Auteure : Lily Chagnon

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 540

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Le Coeur de l’Oealys, tome 1 : La prophétie

 

Résumé de l’auteur

« Je m’appelle Catherine… Et c’est ma seule certitude.
Entre celle que j’étais, celle que je rêvais d’être, celle que je deviens et celle que je pourrais être, je ne sais plus qui je suis. J’ai pourtant intérêt à le découvrir et très vite! Car le réveil du Sanctuaire ne sera pas sans conséquences. M’est-il possible d’échapper à la prophétie? Ou suis-je condamnée à la concrétiser? Et à en payer le prix… »

Mon avis

Une nouvelle fois merci à l’auteure, Lily Chagnon pour cette suite des aventures de Catherine ! encore beaucoup beaucoup d’émotions dans ses mots !

L’histoire

Après le choc de la découverte, après le sauvetage, la blessure et un retour troublant, troublé par ses pensées, Catherine devait faire face, maintenant, à ce que le destin lui réservait… Loin d’elle l’idée d’endosser ce rôle prédestiné, elle n’en veut pas, elle souhaite retrouver sa petite cabane dans les bois, où elle est certaine qu’elle sera heureuse avec Paul. Mais, pour l’heure il faut mettre à l’abri tout ce petit monde qui la craint, qui la vénère pour certaines … mais d’autres encore sont trop choquées pour comprendre que ce qu’elle demande à Catherine et très difficile à réaliser. Après l’installation et une organisation menée de main de maître par tante Alice et Madame Moulard, les survivantes demandent bien plus, et elles légitiment leur demande par « quitter une prison pour une autre… », elle veulent faire venir leur famille, elle veulent retrouver leur liberté ! Mais est-ce possible ? l’inquisition ne va t-elle pas les pourchasser ? leur famille va t-elles les reprendre ? Seront-elles toujours les bienvenues dans leur village et quartier ?

Autant de question auxquelles Catherine ne peut répondre dans l’immédiat, pour l’heure elle ne souhaite pas ce voyage qu’elle pressent comme dangereux et trop soudain… Mais elle ne pourra pas éternellement retenir ces jeunes femmes perdues et confuses.

Les personnages

Catherine:  est contrainte d’endosser son rôle de Grande Prêtresse de la Déesse de la vie; elle doit faire face à l’engouement, à la méfiance, au dégoût et à la peur irraisonnée… En sauvant sa soeur et ses compagnes de cellules, Catherine n’a pas pensé qu’elle réveillait pour de bon le Sanctuaire, et que les complications allaient s’agglutiner. Elle est toujours partagée entre son devoir de sauver toutes ses femmes et ses familles, et son envie de rejeter ce destin qui lui est imposé. Elle regrette les moments innocents avec sa soeur et son Paul, maintenant elle risque la vie des gens par ses actes mais en même temps elle se rend compte qu’il est hors de question de laisser encore une seule femme dans les mains de l’Inquisition. Son règne s’installe, trop vite, elle a peur et les moments de joie sont plus rares que les moments d’angoisse. De grosse responsabilités pèsent sur ses épaules et elle souhaite épargner sa famille, malgré les demandes pour la soulager… mais est-ce encore possible ?

Tante Alice : est devenue un soutien fort et indispensable dans l’organisation du Sanctuaire et l’accueil des nouveaux habitants. Elle veille sur Catherine, l’amène aux réflexions essentielles sans lui imposer sa façon de voir les choses. Elle est tellement fière de sa fille d’adoption. Elle la soutien sans retenue et s’inquiète beaucoup évidement car elle sent ce que perd Catherine au profit du destin…

Paul : Il se fait moins présent dans ce tome 2, bien qu’il soit présent à chaque pas de Catherine; Il est toujours là pour la soutenir, l’aider et la ressourcer. D’un commun accord, il ne sera jamais sur le devant de la scène avec Catherine, c’est elle la reine et lui, il veut simplement rester son Paul, son compagnon de l’ombre pour leur garder un peu de normalité dans leur destin fulgurant et envahissant. Il est devenu le pilier de Catherine, discret et efficace, son moment de retour à la réalité. Il est toujours là quand elle a besoin de lui et son amour est infini.

Dans cette aventure, dans ce réveil du destin, Catherine rencontre énormément de personnes, des bonnes, des mauvaises; De merveilleuses personnes qui ont tout à lui offrir et d’autres abjectes dont il faudra qu’elle se défende pour garder en sécurité ses protégées.

 

La Plume, le Scénario

Donc voilà j’ai continué à suivre Catherine avec la même émotion;

Et dans ce tome, encore une fois, Lily Chagnon, l’auteure, a mis mes sentiments à rude épreuves, je ne pouvais m’empêcher de sentir la joie dans les moments d’allégresse, j’étais émue dans les moments presque magiques, et mes larmes ont coulé tellement facilement dans les moments plus tragiques … c’est inhumain de faire ça à son lecteur !

L’écriture de l’auteure est toujours aussi immersive, fluide, l’histoire de Catherine se déroule avec la même facilité que les images d’un film. Une fois qu’on commence, on est pris au piège, comment ne pas continuer à suivre Catherine dans ses différentes aventures au cours de ce deuxième tome ?!

Après le soulagement d’avoir sauvé et mis en sécurité toutes ses femmes, Catherine n’est pas au bout de ses peines. Plus le récit avance, plus la tension monte, plus les difficultés s’entassent. L’auteure m’a bien fait ressentir ce danger imminent, mais curieusement j’avais une confiance aveugle en Catherine, je sentais qu’elle était capable de beaucoup, finalement je me suis jointe aux personnes qu’elle a sauvé et qui plaçaient en elle beaucoup d’espoir, moi aussi en tant que lectrice j’ai ajouté mon poids d’espérance sur les épaules de cette nouvelle reine… cest dingue d’arriver à faire ressentir ça à son lectorat, non ?!

La culpabilité de Catherine s’efface un peu sous la masse d’autres responsabilités et de dangers à éliminer. C’est une femme devenue plus forte, toujours empreinte de doute, de regret de sa vie d’avant, mais étonnamment lucide quant à son devoir de sauver les femmes de l’Inquisition, voir de détruire l’Inquisition elle-même. Elle se montre dure parfois, toujours juste, mais aussi parce que le temps lui est compté. Rusée, déterminée et tellement en colère face à l’inacceptable ! Combien de femme devra t-elle sortir des griffes lubriques de l’Inquisition ?

L’auteure parle encore d’opinion publique, il y a ceux qui ont peur qui préfèrent croire les mensonges croyant se préserver; il y a ceux qui semblent extatiques prêt à croire l’impensable, il y a les septiques qui préfèrent voir de leurs propres yeux; Bref l’auteure nous montre une fois encore qu’il est évidemment facile de retourner la foule, le public; Qu’il est facile d’embrigader la population par la peur !

« Le Coeur de l’Oealys » est vraiment tombé à pic pour moi, en plein dans l’actualité, les violences faites aux femmes, la soumission, la dégradation, l’abus de pouvoir des soit-disant Inquisiteurs, bras armés des Dieux …, mettre au bûcher des femmes pour maintenir la population sous le joug de l’autorité, sous le joug du roi ! Mais quelle horreur ! Car finalement ça n’a pas beaucoup changé, c’est plus insidieux, c’est plus sournois mais finalement la femme est toujours la cible pour maintenir la peur !!! oui je m’égare mais peut-être pas temps que ça 😉

En Bref

Confirmation ! Je suis conquise, je suis fan ! Un roman bouleversant, plein d’émotion, de rebondissements, de tension et l’amorce d’un changement de mentalité !

Quand une femme contrainte par le destin décide de sauver ses Soeurs et de changer le monde en mieux !

Un immense merci à l’auteure, Lily Chagnon, pour ces bouleversantes pages, pour cette formidable aventure et une héroïne, parce que oui s’en est une, une héroïne en or à laquelle je reste profondément attachée même après avoir tourné la dernière page !

Le Cœur de l’Oealys, tome 1 : La Prophétie de Lily Chagnon

Titre : Le Coeur de l’Oealys

Tome 1 : La Prophétie

Auteure : Lily Chagnon

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 757

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Je m’appelle Catherine.
L’Inquisition m’a pris ma mère. Ils l’ont tuée afin de prouver son innocence. Je suis devenue orpheline. Je n’ai plus rien. J’ai dû m’exiler, loin du village où je suis née, où j’ai grandi. Je dois désormais refaire ma vie et prendre ma place au sein d’une famille que je ne connais pas. Le tout en cachant au monde qui je suis et ce dont je suis capable, sous peine d’y perdre la vie.« 

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure, Lily Chagnon pour ce partenariat tellement intense et riche en émotions !

L’histoire

Catherine entame un long et déchirant voyage; elle quitte le Père Ambroise pour aller vivre dans la famille de sa mère. L’inquisition a tué sa mère et Catherine doit se cacher, doit dissimulé ce qu’elle est. Elle apprendra bientôt ses origines, mais là encore elle devra faire plus que profil bas…

Catherine est orpheline, obligée de vivre avec une famille qu’elle ne connait pas, qui ne semble pas heureuse de la voir. Elle croit n’être plus rien, mais son destin lui réserve bien des surprises et ne la ménage pas du tout.

Nageant entre culpabilité, mauvaise estime de soi, l’envie de trouver sa place, son amour inconditionnel pour une certaine petite souris, Catherine va grandir et se découvrir, apprendre a accepter ce qu’elle est… trop doucement, mais assurément.

Les personnages

Catherine: C’est une jeune orpheline, jetée dans le monde des adultes presque sans arme… la perte de sa mère et sa séparation d’avec le Père Ambroise finissent de l’anéantir. Pour clore le tout, elle arrive dans une famille dont les membres ne sont pas tous d’accord pour l’accueillir. Après toutes ses mésaventures, elle ne s’estime plus digne d’intérêt … mais Catherine est dévouée, tenace et déterminée. Elle cache au fond de son coeur un immense puits d’amour. L’amour d’Amélia va la toucher en plein coeur, et lui faire voir qu’elle en est digne mais bien plus encore. Elle va découvrir qu’elle fait partie d’une famille particulière, authentique et soudée. Elle apprendra trop tardivement ce lourd secret transmis de mère en fille depuis des siècles, et ce destin qui ne cessera de la pousser à aller au bout d’elle même et d’entraîner dans son sillage les gens qui tiennent à elle.

Tante Alice : Cette femme va devenir le pilier de Catherine, son seul allié contre tous; Non seulement, elle l’accepte à bras ouvert mais elle impose sa volonté et la protège. Tante Alice cache bien des choses, ses regrets, sa culpabilité, sa tristesse mais elle n’est jamais avare pour offrir tout l’amour nécessaire à toute sa petite famille. Alice va se faire un devoir d’accueillir Catherine comme il se doit; de lui apporter tout ce qui a bien pu lui manquer jusqu’à ce jour, avec ces modestes moyens mais toujours avec beaucoup d’amour. Comme elle l’a toujours fait pour son tendre petit coeur, sa fille : Amélia

Amélia : Une jeune fille pétillante, sautillante, pleine de joie et avec une telle imagination c’est inconcevable à ce point ! ce petit phénomène va s’accrocher à Catherine, et lui envoyer tellement d’onde d’amour que la jeune orpheline ne pourra plus jamais concevoir la vie sans son Amélia, cette petite souris malicieuse et espiègle. Amélia cache un secret pesant également et n’ose pas imaginer le jour où Catherine le découvrira… pour elle ça sera la fin d’une vie presque ordinaire…

Dans cette longue histoire, beaucoup de personnage entrent dans le récit, alliés ou ennemis de Catherine, leur évolution est étonnante pour certain. Chacun participe à l’accomplissement du destin de Catherine, dont seul vous lecteur connaitrait la fin 😉

 

La Plume, le Scénario

Alors ! Et ben oui j’ai embarqué à bord d’une petite carriole avec une jeune orpheline et je ne l’ai plus jamais lâché !

Je pleurais déjà comme une madeleine à la 61ème page, mais que d’émotion, oh mais non c’était tellement prenant !!

Je vais essayer de revenir sur Terre, hein ? pour vous expliquer pourquoi vous devez absolument lire ce chouette roman!

L’écriture de l’auteure est complètement immersive, ses mots sont chargés de vraies émotions, je ne sais pas comment elle fait pour transmettre des émotions aussi fortes, c’est vraiment bluffant; j’ai un début d’idée peut-être que Lily Chagnon touche de très près l’âme du lecteur avec cette jeune orpheline. Car ce que représente Catherine, nous touche particulièrement; cette culpabilité, cette soif d’amour, cette envie d’être utile, cette gratitude infinie, cette détermination à protéger ceux qu’elle aime même au péril de sa vie, cette non-conscience d’être importante aux yeux des siens, cette fausse idée d’être un fardeau, cette culpabilité encore et toujours, cette sensation d’être redevable à jamais; tout ça réunit on ne peut qu’aimer profondément Catherine !

Lily Chagnon aborde aussi le thème de la maladie, cette maladie invisible qui rend chétif, qui sépare du monde ordinaire; Je ne dévoilerais pas le personnage, mais tout ce que je peux dire c’est que cette maladie, même si elle rend différend, si elle affaibli et empêche de vivre au même rythme que les autres, elle ne rend pas moins ce personnage vivant, époustouflant et lui donne cette envie de dévorer la vie à pleine dent, de voir le bon côté des choses plutôt que s’appesantir sur son sort, cette vivacité d’esprit, cet amour et cette confiance insondables, indestructibles cest … c’est trop pour mon petit coeur !

C’est le deuxième roman qui me fait entrer dans un récit fantasy différent; en effet les touches de surnaturel sont très légères tout au long de l’histoire, Catherine doit cacher qui elle est vraiment, sans vraiment savoir qui elle est, ce qu’elle est. Elle sais juste qu’elle fait peur et que l’inquisition viendra bien assez tôt la chercher pour la brûler… On entre de plein fouet dans la fantasy empreinte de surnaturelle plus marquée quasiment à plus de 60% du récit. J’ai vraiment aimé cette lente mais insupportable attente que quelque chose d’étonnant allait arriver.

Dans cette histoire, il est aussi question de réputation, de préjugé, de sentiments erronés; En effet, l’auteur nous montre que tout n’est pas blanc ou noir. Ces personnages issus d’un univers fantasy, n’échappe pas à la vindicte populaire, celui-ci est coureur de jupon, celle-ci est bizarre, cella-là encore est trop prude… bref chacun à la réputation selon ces actions, selon aussi les a-priori des autres sans réel fondement, bref c’est comme dans notre monde. Ce qui est le meilleur pour moi c’est que Lily Chagnon nous démontre qu’il n’y a pas mieux que nos actes pour nous définir, ses personnages vont démontrer qui ils sont réellement, qu’ils peuvent changer, qu’ils sont déterminés, ou au contraire nous faire entrevoir que sous cette carapace dure ce cache un être plein de regret et d’une douceur incroyable. Bref Lily Chagnon explore le subjectif, les sentiments indéchiffrables avec beaucoup de finesse !

Je ne parle pas de la romance, c’est à vous de la découvrir, elle est belle, forte, effrayante parfois, triste mais encore une fois, les actes prouvent ce que le coeur veut exprimer !

Les fautes 😉 ? aucune idée et peu importe en même temps;  je n’ai pas lu, j’ai navigué sur ce récit avec mon imagination, vous savez cette sensation de plus avoir l’impression de lire mais de regarder un film, une vie ❤

En Bref

J’ai rarement été autant noyée dans mes émotions en lisant, et pour moi c’est un gage de qualité pour un auteur !

Attention c’est mon critère à moi !

L’auteure arrive à m’embarquer sans que je n’ai plus l’impression de lire, arrive à me faire pleurer, rire alors c’est gagné, c’est ce que je recherche dans mes lectures; Voyager, ressentir, m’émerveiller !

Je suis tellement fan, que je me suis déjà plongée dans tome 2 que je chroniquerai bientôt 🙂

Un grand merci à l’auteure, Lily Chagnon, pour ces montagnes russes d’émotions et tout simplement pour cette lecture intense et passionnante !

Les Contes d’Érenn, tome 3 : Les Sources du Chaos de E. Loisel

Titre : Les Contes d’Érenn

Tome 3 : Les Sources du Chaos

Auteure : E. Loisel

Éditeur : Marathon Éditions

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 344

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’aurait pas lu
– le tome 1 : Le Nécromancien
– le tome 2 : Les îles soeurs

Résumé de l’auteure

« Lors de leur dernière incursion au Pays de Llyr, Maud et ses amis ont été plongés dans l’enfer de Trafalgar Gaol, la terrible prison érigée au sein des îles sœurs. Les horreurs qui y ont lieu servent le sombre projet nourri par le Grand Maître Tazig Kozh : régner sur l’ensemble de la Terre d’Érenn.
Leur seule piste pour enrayer cette menace est celle des carreaux de verre qui les emmène à l’ouest du Pays de Dôn, dans le désert Aza. Découvriront-ils l’identité du complice qui fournit le Grand Maître en carreaux ? Quels autres secrets sont enfouis sous le sable du désert ? »

 

Mon avis

Je remercie Marathon Éditions et l’auteure E. Loisel une nouvelle fois pour m’avoir donné l’occasion  de continuer à suivre Maud et sa troupe , l’univers d’Erenn se découvre encore un peu plus et c’est vraiment captivant !

L’histoire

Maud et sa troupe continue leur quête de l’antidote, cette fois l’urgence est plus que vitale; la survie de la population des Terres d’Erenn est en jeu; Tazig Kozh, ce fou c’est mis en tête de régner sur les Terres d’Erenn de la plus sombre de façon.  Des carreaux de verre doivent servir son projet; alors la seule piste pour la troupe de Maud c’est le désert Aza. Ils vont devoir affronter le soleil Éanien, d’autant plus qu’ils ne sont pas les bienvenus en terre hostile… Vont-il trouver le complice du Grand Maître ? Sont-ils prêt à faire face non seulement à eux-même, mais aussi au grand secret qui se cache dans le sable du désert ?

Les personnages

Maud : avait déjà changé, elle était plus déterminée encore pour trouver un antidote; mais son cœur ne pouvait choisir… Dans ce tome 3, elle s’accroche et ne veut surtout pas être un poids pour sa troupe, elle montre beaucoup de persévérance, de mordant; mais elle n’ose laisser son cœur parler… Et face au Fléau, sa raison l’emporte et enfouit ses sentiments, mais pour combien de temps encore ?

Gaël : Mis à mal par l’insolence et la désinvolture de Vesper le nouveau venu; Il est d’abord très embarrassé, ne réplique pas mais au fur et à mesure de leur aventure et de leur traversée du désert, Gaël montre un peu plus d’assurance, teintée de timidité mais il sait ce qu’il veut, ça lui fait peur mais il prend la décision d’aller là où lui dicte son cœur malgré les risques. Gaël doute par moment du bien fonder de sa présence dans ce groupe… la suite de l’aventure lui donnera une réponse sûre !

Yian : Il fait désormais parti de la troupe de Maud; très souvent en retrait comme à son habitude pour observer et intervenir quand il en ressent le besoin. Ce voyage, cette aventure va lui montrer que le passé n’est pas toujours celui qu’on croit. Il n’abandonne pas Maud, il est évident pour lui que cette jeune femme doit rester en vie coûte que coûte; C’est son devoir de la protéger. par moment il essaye de mettre Maud mal à l’aise et devant le fait accompli… mais elle emplit encore plus son cœur. Sa relation avec le Nécromancien s’est pacifiée et prend une tournure inattendue.

Vesper et Télia : Les jumeaux Éaniens ont rejoint Rodan le nécromancien pour lui prêter main forte dans sa quête, pas seulement parce qu’ils veulent l’aider mais il semblerait que dans le désert Aza se trouvent des complices de Tazig Kozh. Leur présence sera précieuse. Si Télia est mesurée et bienveillante, Vesper est insolent et désinvolte, il prend un malin plaisir à intervenir sans tact, mais il vise toujours juste, de plus il semblerait que taquiner Gaël soit bien plus qu’un plaisir de le tourner en ridicule.

D’autres personnages entrent en jeu, complètent et complexifient l’aventure, la quête de la troupe de Maud.

La Plume, le Scénario

J’ai plongé à nouveau dans l’univers des Terres d’Erenn avec plaisir et avidité; j’avais vraiment envie de connaître la suite de l’aventure.

L’écriture est toujours aussi agréable et immersive, on ne se retrouve pas du tout perdu, j’ai eu l’impression de continuer comme si je ne m’étais pas arrêtée de lire.

On sent tout de suite cette pression encore plus grande, cette épée de Damoclès sur la troupe; oui il faut qu’ils empêchent le Fléau de tuer des gens mais là l’urgence c’est de contrecarrer les plans de Tazig Kozh et l’empêcher de réaliser sa folie; la population des Terres d’Erenn risque de disparaître. Ce Fléau était déjà une voie sans issue, un tueur patient et inéluctable; mais en plus il a fallu que l’auteur ajoute la folie du Grand Maître !

Alors que la troupe avance, chacun avec ses petits secrets, plus ou moins grave… L’auteur aborde le thème du choix cornélien : suivre son cœur ou suivre sa raison avec son personnage Luke, dès le départ, le lecteur sait que Luke s’est fixé des objectifs, malgré tout son cœur lui assoupli la raison mais il est tenace et n’abandonne pas, il est lucide également ce qui peut-être lui « facilite » le choix de la raison.

Avec Gaël, l’auteure aborde avec pudeur, douceur parfois le thème de l’homosexualité; Si Gaël ne veut pas que ces compagnons de voyage connaissent ses penchants, Vesper a tout compris et fait tout pour mettre Gaël mal à l’aise et devant le fait accompli. Par provocation, Vesper apprend à Gaël à faire face à ses envies, à écouter son cœur et surtout à ne pas avoir honte; certes Vesper ne fait pas dans la dentelle; il est insolent, désinvolte et provocateur mais derrière ce masque ce cache un homme avec un passé difficile, des peurs pas tout à fait guéries… la force tranquille et presque, oserai-je dire rurale de Gaël s’oppose à l’imposante assurance pleine de morgue de Vesper.

Dans ce tome 3, chacun des personnages à son histoire, sa particularité expliquée au lecteur; chacun de ces personnages à une raison d’être, chacun est à sa place.

Ce tome 3 est renversant !

Beaucoup de surprise

Beaucoup de secrets mis à jour

Beaucoup de dépassement de soi pour les personnages

Vraiment cette lecture était intense et passionnante !

En Bref

Un tome 3 qui ne démérite pas des deux premiers tomes, plus l’histoire avance, plus on veut connaître la suite, plus l’histoire gonfle, se complexifie mais attention le lecteur n’est pas laissé à la ramasse; L’auteure apporte quand même beaucoup de réponses, dévoile des secrets mais néanmoins d’autres questions se posent.

A suivre de toute urgence !

Merci Merci à Marathon Éditions et à l’auteure E. Loisel pour cette lecture addictive et passionnante !

Alrin, Tome 2 : La perdition du fou d’Henri Nestière

Titre : Alrin

Tome 1 : La perdition du Fou

Auteur : Henri Nestière

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy

Format : PDF

Nombre de pages : 327

Fiche Bibliomania

 

***ATTENTION PROBABLES SPOILERS***

Pour ceux qui n’ont pas lu
« Alrin, tome 1 : La vengeance du fou »

 

 

Résumé de l’auteur

« Depuis que l’épidémie s’en est allée, un nouveau Clèr a pris les commandes de Crovunstan qui pense ses plaies. Mais la ville n’a pas le temps de souffler que des rumeurs parcourent le royaume et commencent à hanter les rues du quartier de Vine. Des enfants seraient arrachés aux bras de leurs parents et personne ne semble prendre cela au sérieux. Continuant de s’enfoncer dans l’alcool, si Alrin commence à s’intéresser à l’affaire, l’adversité pourrait bien se révéler encore plus redoutable que lui. »

 

Mon avis

Je remercie encore une fois, l’auteur, Henri Nestière, pour me permettre de le lire à nouveau et surtout suivre son Alrin !

L’histoire

Plus d’épidémie, de nouveaux dirigeants mais les hommes restent des hommes, les voleurs, les bandits sont toujours présents et actifs et Alrin, malgré sa vengeance assouvie, parcourt les rues sur son cheval et maintient l’ordre seulement par sa présence. A peine sortis, d’une redoutable épidémie, les habitants de Crovunstan sont en proie à des rumeurs de disparitions d’enfants. Tout commence dans les bas quartiers, et c’est bien connu, on n’écoute pas les pauvres… Jusqu’à ce que la peur et la colère s’empare du quartier de Vine ! Un mort de trop, il n’en fallait pas plus pour qu’Alrin se retrouve mêlé au destin de ces enfants kidnappés; et il agit comme toujours en s’oubliant et au détriment de sa survie.

Les personnages

Alrin : Le Träck Maingalf, le fou du royaume d’Hantre; oui peut-être mais personne ne le connaît aussi bien que sa folie, que sa Zylis; L’alcool le ronge mais pour ce qu’il en a à faire, du moment que sa défunte épouse reste auprès de lui. Il fait son travail tant bien que mal, les bandits, les vauriens le craignent, car Alrin est juste et tenace, et la violence qui le prend parfois, surprend toujours son adversaire. Quelques bandits ont appris à le respecter, même à l’apprécier mais cela il ne le voit pas non plus. C’est un homme de justice et il ne peut pas rester indifférent à la détresse des habitants de Vine, aussi vauriens soient-ils…

Ragen : Gentilhomme de la noblesse et beau-frère d’Alrin, sa famille a été décimée et il semble supporter difficilement la solitude. Alors il va rompre sa solitude et d’une pierre deux coups va honorer la mémoire de sa sœur Zylis; Il est devenu un homme d’affaire; renouer avec Alrin sera un plus grand défi, encore et il sait qu’il a tout à y gagner à apprendre à connaître son beau-frère.

La Plume, le Scénario

Quel plaisir et en même temps quelle douleur de retrouver Alrin; comme Onyris, j’éprouve presque de la tendresse pour cet homme inconsolable, personne ne peut malheureusement l’aider dans sa douleur;

L’épidémie est stoppée, les familles Royenn et Downstend sont anéanties; Alrin erre dans les rues à sa charge, seul et désœuvré plus aucun but pour lui maintenir la tête hors de l’eau… Il sombre doucement mais surement, en proie à des accès de violence imprévisibles contre les gens lâches et indifférents à la misère et à la douleur des autres… Il maintient l’ordre dans les rues à sa charge grâce au respect mais aussi à la peur qu’il inspire au pire des brigands.

Au travers des mots de l’auteur, j’ai ressenti cette peine, ce désœuvrement, cette vie vide de tout sens que l’alcool apaise de moins en moins. Que c’était dur de lire la déchéance, la perdition d’Alrin; Le voir se diriger droit vers les ennuis, droit vers un non retour inévitable. J’ai vraiment senti qu’il n’avait plus rien à perdre et c’était douloureux à lire … Et là on sait que rien ni personne ne pourra apaiser cet homme; Allun et Onyris ont compris qu’ils pouvaient juste être présent, l’écouter et le restreindre un peu contre cette envie destructrice. Quant à Ragen, il a peut-être trouvé de quoi raccrocher à Alrin, mais c’est un mince fil de lumière

Dans ce tome 2, Alrin n’a plus foi en l’être humain, seuls quelques uns ont le privilège d’avoir son respect; Et cette fois, sa folie le freine dans son besoin de violence, dans son besoin de frapper et se faire frapper; Quand il faut elle l’apaise, mais elle sait aussi, on dirait qu’elle a compris qu’elle ne pouvait plus l’arrêter face à l’inéluctable. Par moment on retrouve cette folie sombre et sanguinaire qui le pousse dans l’obscurité et la lectrice, que je suis, comprend ses actes, et comprend surtout ses raisons… mais en même temps j’ai surtout compris qu’il n’avait plus rien à perdre et peu lui importait les conséquences; ça m’a rendu triste…

J’ai les réponses aux questions que je me posais à la fin du « tome 1 : la vengeance du fou », désespéramment…

J’ai aussi retrouvé, dans ce tome 2, cette notion d’injustice entre les classes sociales; Encore plus marquée par le fait que des enfants disparaissent mais tant que ça ne touche pas aux bourgeois et aux nobles, il n’y a pas nécessité de faire une enquête; et ça Alrin a beaucoup de mal à le supporter. De même que le bourreau n’est pas inquiété car il fait partie de la haute société…

Face à cette injustice là, le peuple enfle de colère; le sujet est douloureux puisqu’il s’agit d’enlèvement d’enfant, et bien pire encore. Aveuglé le peuple en arrive aux extrêmes, mais le pire dans tous ça c’est qu’en lisant les lignes de ce passage malheureux, je me suis retrouvée comme le peuple à penser également au voleur d’enfant, étant complètement dans l’ambiance tendue du moment, j’ai compris qu’une étincelle pouvait tout faire dégénérer très très rapidement et déraisonnablement !

Ce tome est entièrement tourné sur Alrin, ses états d’âme, son courage d’affronter l’injustice et d’essayer d’y remédier au détriment de sa personne et de son devenir.

Et cette couverture lui rend bien, on voit un homme résolu, déterminé qui n’a peur de rien et qui n’a plus rien à perdre …

En Bref

Quel tome difficile et marquant !

Définitivement je suis attachée à Alrin peu importe qu’il soit fou, alcoolique et justicier (je veux dire… malgré la loi); c’est un homme fou de tristesse et épris de justice à s’en oublier lui-même.

Merci Henri Nestière, pour me faire ressentir tout ça rien avec vos mots mais aussi pour me pousser à la réflexion et à la compréhension du monde qui nous entoure;

C’est comme ça que je conçois la lecture !