AHOGUR, tome 2 : Étraïs de Sonia J.Fadda

Titre : Ahogur

Tome 2 : Étraïs

Auteure : Sonia J. Fadda

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantazy

Format : Pdf

Nombre de pages : 365

Fiche Bibliomania

 

***ATTENTION PROBABLES SPOILERS***

Pour ceux qui n’ont pas lu « Ahogur » le premier volet de cette série !

Résumé de l’auteur :

« À l’aube d’une guerre en terres humaines, Solène a quitté sa famille pour suivre son amie Sylvaine, l’alchimiste. Elles prennent ensemble la route d’Ereeven, mythique pays de Cocagne dont la jeune femme ne sait presque rien. Mais Solène a soif d’apprendre, et elle n’oublie aucune leçon. Ni celles qu’elle trouve dans les livres, ni celles que la vie lui donne. Et parfois une humble bague à son doigt suffit à réveiller sa mémoire. C’est à Torwin, la capitale, que ses attentes en matière d’enseignement seront comblées. Parfois par la violence, parfois par le plaisir. Mais jamais définitivement. Solène cherche sa place en ce monde. Et elle n’est pas prête à accepter qu’on la choisisse à sa place. »

Mon avis

Merci beaucoup à l’auteure, Sonia J. Fadda d’avoir accepté ma demande de partenariat pour son tome 2 ! Quel plaisir de retrouver Solène, encore plus merveilleuse !

 

L’histoire

Solène et Sylvaine sont sur le chemin d’Ereeven, elles se dirigent vers Torwin la capitale où Sylvaine possède une maison de famille; Solène a le cœur lourd d’avoir laissé sa famille à Pierre Fendue, elle ne sait pas quand elle les reverra, en attendant elle doit se contenter de nouvelles par voie postale. A Torwin, sa vie change radicalement, la campagne, la nature, les forêts lui manquent mais Sylvaine a tout prévu pour empêcher Solène de trop penser. Au programme beaucoup d’enseignements en tout genre, du plus brutal au plus sensuel. Solène a soif d’apprendre, et elle se montre particulièrement douée pour ne rien oublier de ses enseignements, c’est une élève douée et disciplinée qui enfouit son mal-être et son manque dans l’assiduité au cours. Solène ne se reconnait pas dans ce monde, mais elle est sûr d’une chose c’est qu’on ne choisira pas à sa place qui elle doit être et devenir.

 

Les personnages

Solène : Solène est toujours particulière, de long cheveux noirs et des yeux d’un noir profond; Elle est avide d’enseignements et son voyage en Ereeven va la combler, enfin presque… Elle a cette aptitude d’apprendre une nouvelle doctrine, un nouveau précepte ou encore une nouvelle technique de combat, dans la douleur ou dans le plaisir sans jamais l’oublier. Malheureusement, elle est toujours emplie de cette colère, de cette rage qu’elle apaise à peine avec ses cours. Son séjour à Torwin va la transformer à jamais, malgré cela elle se sent quelque fois mélancolique… et mesure que ce qu’elle a perdu lui fait plus de vide qu’elle n’aurait bien voulu l’admettre.

Sylvaine : C’est l’alchimiste, grande amie de la famille de Solène. Elle entraîne sa petite fille adoptive sur les routes pour rejoindre Torwin la capitale d’Ereeven, son pays, sa maison. Elle semble cacher beaucoup de chose à Solène pour la préserver d’abord mais aussi peut-être pour retarder l’inévitable… Elle pousse Solène dans des enseignements multiples mais aussi elle l’enjoint à sortir se changer les idées.

De nouveaux personnages gravitent autour de Solène, si certains sont là pour lui enseigner les choses de la vie d’autres sont présent pour la préparer à sa vie future dans les meilleures conditions. Solène devra savoir se défendre et s’imposer.

 

La Plume, le Scénario

Cette fois on a abandonné Ulysse à Pierre Fendue; et on suit Sylvaine et Solène jusqu’à Torwin la ville de la vieille alchimiste.

L’auteure, Sonia J. Fadda, utilise toujours le personnage de Solène pour conter le récit; Cela reste aussi plaisant et immersif que dans le tome 1. Le personnage de Solène est de plus en plus intéressante et son évolution est fulgurante; on va de rebondissement en rebondissement, accompagnés de découvertes pour le moins stupéfiantes et dangereuses.

Solène saute à pieds joints dans le pays d’Ereeven où elle va apprendre que les mœurs ne sont pas du tout les mêmes, les Ereevins sont beaucoup plus ouvert et libre d’esprit mais ça ne la perturbera qu’un instant. Elle semble s’adapter parfaitement à tout milieu quel qui soit. Malgré tout ces changements… la mélancolie de Solène ressurgie parfois, alors la jeune femme l’enfouit aussitôt dans son esprit bien loin avec ses apprentissages successifs…

Par contre, elle garde cette colère, cette rage en son sein, promptes à sortir… et d’ailleurs elle fait montre d’une rare violence pour se défendre…S’en est presque flippant, on dirait une bombe à retardement… et ça Sylvaine le sait et retarde le plus possible le moment fatidique !

Sans vraiment trop en dire, ce fut intéressant de plonger finalement dans un autre monde aux mœurs plus légères mais attention même si les esprits sont plus libres et plus ouverts, Torwin n’en reste pas moins dangereuse pour Solène, elle va d’ailleurs être vite rappeler à l’ordre …

Dans ce tome, on découvre une partie du passé de Solène, soyez patient il vient ce fameux passage mais plutôt vers la fin !

Alors les signes de fantasy, magie sont plus présents dans ce tome 2 mais restent assez discret et passent au mieux pour des supers bons remèdes au pire pour quelque chose d’étonnant, surnaturel mais surtout pas habituel. Et cette façon d’aborder la Fantasy me plaît beaucoup;

Le personnage de Solène est tellement plaisant que cette histoire passe beaucoup trop vite !

Le danger s’éloigne puis revient puis repart, le lecteur est soumis à beaucoup de tension nerveuse !

Et cette fin ! On en parle ?!? WOW !! J’ai surkiffé !! Merci Merci je ne l’ai pas vu venir du tout !!

En Bref

Alors ce tome 2 nous offre, un changement de paysage, de moeurs mais toujours cette protagoniste, Solène, intrigante, encore plus merveilleuse (oui je me répète !) et tellement intéressante !

Sonia J. Fadda je suis conquise j’adore votre univers ! votre Solène ! et tout et tout !

Merci beaucoup à l’auteure Sonia J. Fadda pour ces moments de stress ! pour cette lecture super agréable ❤

 

Publicités

Féerélia, tome 1 : Moïra de Florina L’Irlandaise

Titre : Féerélia

Tome 1 : Moïra

Auteure : Florina L’Irlandaise

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 390

Fiche Bibliomania

*** Public Averti ***

L’auteur prévient au début de son roman que certaines scènes ne sont clairement pas destiné au jeune public !

Résumé de l’auteur

« Mes parents sont des dieux??
Ma sœur adoptive une sorcière ou une métamorphe??
Mon premier amour: un prince charmant??
Son meilleur ami: un dragon, me suit partout.
J’atterris sur ce monde: la Terre.
Comment leur expliquer que je ne suis pas de cette époque, pas de ce monde et pas comme eux??
Absolument, personne ne doit connaître mes secrets.
Il va falloir la jouer fine. Ou je finirais entourée de bonshommes en blanc et quelque chose me dit que cela ne va pas me plaire.
Je vais connaître la guerre, la peur, l’humiliation ce que les mondes peuvent faire de pire, mais aussi le meilleur.
Entre amour et amitiés, trahison et horreur. Le destin extraordinaire d’une famille et de leurs amis.
Je m’appelle Moïra, fille du dieu Dagda et de la déesse Macha.
Nous sommes au début d’un bouleversement pour l’univers comme vous le connaissez.
Je suis née en FÉERÉLIA, un endroit crée par mes parents pour protéger les mondes, que ce soit de la folie des dieux ou de celle pire encore de Morrigann.
Et moi, dans tout ça. Quel est mon rôle?? Si vous le connaissez, faites-moi signe. »

 

Mon avis

Je remercie l’auteure, Florina l’Irlandaise, pour avoir accepté ma demande de partenariat;

Son univers est quelque part sombre mais très riche, tellement proche du réel, ce qui laisse donc une marge assez grande pour l’espoir et la lumière mais attention les dieux sont cruels voir pire que ça !

L’histoire

Au début, on assiste à l’amour incommensurable et naissant de Dagda et Macha; De cet amour va naître dans la douleur Moïra qui ne saura rien de ces origines jusqu’à ses 16 ans… Afin de protéger Moïra de la cruelle et sadique Morrigane, ses parents luttent de toutes leurs forces et l’envoie sur Terre où elle sera choyée par des humains comme si c’était leur propre fille. Ainsi commence la triste histoire de la famille de Dagda et Macha.

Moïra va vivre une enfance heureuse auprès de ses parents adoptifs, malheureusement son passé et son ennemie la rattrapent et décident que tout doit mourir autour de Moïra. Commence alors une course sans fin pour la jeune déesse qui vient de découvrir ses origines et son ennemie jurée. Elle va connaître l’horreur des champs de bataille, l’horreur du comportement de certains humains, la bonté et la bienveillance d’autres humains… l’amitié, l’amour, la déception, la tristesse mais elle garde en elle cette lumière qu’elle s’efforce d’alimenter sans faillir.

Les personnages

Moïra : C’est une jeune déesse jetée de part les mondes afin de la protéger du danger qui pèse sur elle. Elle est têtue, ingénue, bienveillante et ne peut se résoudre à abandonner les personnes qui ont besoin d’aide. Elle semble perdue car on lui demande d’assimiler beaucoup de choses la concernant et ça l’a rend profondément confuse. C’est une belle âme, un trésor de princesse pour Féerélia, mais la donne à changer depuis que Morrigane a décidé les pires tortures pour Moïra.

Ciara : C’est la soeur adoptive de Moïra, elle s’est jurée de la trouver et de la protéger. Elle va traverser un affreux désert de sentiments qui vont l’amener à des extrêmes. C’est une guerrière déterminée, puissante et surtout crainte ! L’innocence de Moïra l’agace beaucoup… Mais elle ne perds de l’esprit ni de son coeur, que sa mission est de protéger sa soeur et la soutenir quoiqu’il arrive, contre vent et marée !

Dagda : C’est un tout puissant dieux avec une massue comme arme; Il a ravi le coeur de Macha; Il va connaître un amour intense, incommensurable et inaliénable. Il sait que les dieux, ses pairs, ne sont pas d’accord avec cet amour. Il créé Féerélia avec sa femme dans le but de protéger son peuple des mondes violents et surtout des dieux jaloux et cruels.

Macha:  C’est une déesse magnifique et particulière car elle partage un corps avec deux autres déesses cruelles… Une en particulier, Morrigane qui s’est juré d’anéantir toute trace de bonheur dans la vie de sa soeur de corps… Macha est bienveillante et vient en aide aux plus faibles et aux blessés; Elle protège de tout son amour Ciara, sa fille adoptive qu’elle aimera autant que sa propre fille. Macha a défié les dieux et ne compte plus participer à leurs jeux cruels, malheureusement elle sait qu’elle le paiera très cher !

D’autres personnages participe à l’aventure de la famille de Dagda, certains seront d’une aide précieuse, des amis essentiels pendant que d’autres ne penseront  qu’au pouvoir, à asservir les êtres et à anéantir la lumière.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteure est explicite, limpide et très agréable à lire.

Le monde de Féerélia est splendide, avec les mots de l’auteur, on croirait le voir, le ressentir ! A la tête de ce monde Dagda et Macha, un dieu et une déesse hors du commun, ayant décidé de défier leurs frères et soeurs; car ils ne veulent plus de violence, ils n’en peuvent plus de voir souffrir les êtres quel qu’il soient; Macha est extraordinaire de bienveillance, quand elle se bat pour protéger son peuple des créatures crées par Morrigane, elle est si déterminée, si belle; on comprend que Dagda en soit littéralement tombé amoureux fou !

Et Dagda est un guerrier à la force brute mais il combat les créatures dans le même but que Macha; leur amour né sur un champ de bataille et c’est si romantique;

Alors oui comme le prévient l’auteure, il y a des scènes de sexe, d’abord entre Dagda et Macha, puis avec d’autres personnages, elles sont distillées malgré tout avec parcimonie, l’auteure n’en n’abuse pas, ses scènes explicites sont là pour illustrer l’amour soudain, brut et inaliénable (oui j’aime ce mot car il défini parfaitement cet amour) elles font parties intégrantes du récit et contribue explicitement à la dynamique du récit et à la compréhension de cet amour fort et irrépressible !

Le récit est découpé en chapitre où chaque personnage prend la parole et nous explique son point de vue, sa vision de tel rebondissement, son état d’esprit, bref chacun y va de son grain de sel pour que le lecteur ait une vue globale de l’histoire. Les épisodes sont donc repris par le personnage suivant et nous montre l’état d’esprit de tout à chacun. Au début, je me suis dit mince si tout le roman, chaque personnage répète ce que dit l’autre ça va vite être lassant mais en fait non, l’épisode n’est pas forcément répété en entier et vue par un autre personnages on devient vraiment un lecteur éclairé; on sait tout ou presque !

Bon autant vous prévenir, l’auteure aime faire souffrir ses personnages, elle ne les ménage pas du tout, les pauvres ils sont maltraités, secoués bon ça les renforce, certes, mais alors quelles douleurs physiques ou mentales… qu’est ce que c’est dur parfois, je me suis dit plusieurs fois, c’est pas juste !

Donc oui vous pouvez conclure que je me suis attachée à cette famille particulière et à leur amis exceptionnels !

Je lirais avec plaisir la suite de leurs aventures;

Vont-ils enfin clouer le bec à ses dieux jaloux et cruels ? et surtout à cette Morrigane !?!

Dernier point important =>> La couverture de ce roman est magnifique ! On en ressentirai presque la beauté troublante et l’ingéniosité de la jeune déesse !

 

En Bref

Féerélia est un univers riche en mondes, en créatures et personnages d’exception;

De plus, il est difficile de résister au charme de cette famille de dieux !

L’auteure, Florina l’Irlandaise, ne dévoile pas tout dans ce tome 1 et du coup ça me titille de continuer avec le tome 2.

 

La Terrifiante Histoire de Prosper Redding, tome 1: Une alliance diabolique d’Alexandra Bracken

 

Titre : La Terrifiante Histoire de Prosper Redding

Tome 1 : Une alliance diabolique

Auteure : Alexandra Bracken

Éditeur : Édition de la Martinière (jeunesse)

Genre : Fantasy, Jeunesse

Format : Papier

Nombre de pages : 368

Fiche Bibliomania

 

Résumé

« Vivre avec un démon – un véritable démon ! – à l’intérieur de soi n’est pas chose facile… Surtout si votre famille, après l’avoir découvert, veut vous faire disparaître…

Prosper Redding, pourtant, va devoir s’habituer. Alastor, le démon qui, progressivement, prend possession de lui, ne semble pas décidé à le laisser tranquille. Il a des comptes à régler avec la famille Redding et Prosper fait partie de son plan.

Prosper pourra-t-il compter sur l’aide de son oncle Barnabas et de sa cousine Nell ? Ou sera-t-il obligé, comme l’ont fait ses ancêtres, de pactiser avec Alastor ?

Car les Redding pourraient s’avérer plus dangereux et démoniaques que le démon lui-même… Et Alastor serait alors seul capable de le protéger ! »

Mon avis

L’histoire

La famille Redding est la famille de l’excellence, tout lui réussit; Les affaires, les études, l’argent… Prosper et Prue Redding, des jumeaux, sont les derniers Redding, leurs treize ans arrivent à grand pas entourrés de la fébrilité de toute la famille. Prosper est un peu la verrue disgracieuse de la famille, car l’école l’ennuie tellement qu’il s’y endort très souvent et ça lui vaut tout un tas de retenues et de remontrances… Lorsqu’au cours de LA cérémonie, Prosper découvre en même temps que sa famille qu’il est habité par un démon, il n’a pas le temps de se faire à l’idée qu’il subit tour à tour une tentative d’assassinat et un sauvetage in extrémis …. Encore sous le choc, il n’en croit pas ses yeux mais Alastor n’est pas démon a se faire oublier.

Commence alors pour Prosper, la lente découverte de sa famille et le lien tenu, tendu qu’elle entretien avec ce démon.

Prosper va devoir se fier à son instinct et ça ne suffira pas, son alliance forcée avec Alastor ne l’emballe mais il se pourrait que le démon soit son dernier recourt face à la famille Redding.

Les personnages

Prosper : C’est un jeune collégien de treize ans, peu aimé de ses camarades même harcelé, et roué de coups; L’école l’ennui beaucoup, et ne peut s’empêcher de s’endormir en cours au grand désespoir de sa famille... Mais Prue sa jumelle veille au grain et le secourt autant de fois qu’elle peut. Quand il apprend qu’il est possédé par un démon nommé Alastor, c’est l’incompréhension, et encore plus quand il comprend que sa famille a tenté de l’assassiner lors de LA cérémonie. Heureusement Oncle Barnabas et La cousine Nell sont là pour le protéger, mais pour combien de temps…

Alastor : C’est un démon, tout ce qu’il y a de plus méchant, qui considère les êtres humains comme des insectes avides de pouvoir. Seulement, le Prince des ténèbres est coincé dans le corps d’un ado de 13 ans, un peu chétif et trouillard… Au fur et à mesure de la cohabitation, Alastor va comprendre que Prosper n’est pas si facilement manipulable, en tout cas son esprit n’est pas simple à appâter, car Prosper ne rêve pas de gloire, d’argent ou de pouvoir, il ne pense qu’à sauver les siens…

Après avoir échappé à sa dangereuse famille, Prosper se retrouve séparer de sa chère et tendre soeur; mais semble en sécurité chez Oncle Barnabas qui paraît bien mystérieux et sa cousine Nell tellement en colère et triste…

La Plume, le Scénario

Je me suis dirigé vers ce livre d’abord pour sa couverture intrigante et particulière, qui donne le ton du roman. Ensuite le résumé m’a paru très intéressant.

Je me retrouve dans l’étrange histoire de Prosper Redding assez facilement, le personnage de Prosper est plutôt fade au début, c’est un collégien souffre douleur et très fatigué qui s’endort chaque fois en cours… Il fait honte à sa famille si brillante et riche. L’histoire prend véritablement une autre tournure quand Prosper ne peut se soustraire à une cérémonie et découvre qu’un démon le possède et que ce démon veut détruire toute sa famille… D’un seul coup Prosper se montre sous son vrai visage, et devient très intéressant; Ses dialogues avec Alastor sont un régal, par contre les sorties gourmandes d’Alastor sont assez répugnante.

L’écriture de l’auteure est agréable, l’histoire prend de l’épaisseur et de l’intérêt au fur et à mesure de pages et de l’issue dramatique; Au début tout paraît simple, mais l’auteure telle une araignée tisse une toile complexe sur la tournure du récit et le rebondissement des dernières pages m’a vraiment surprise !

L’auteure aborde rapidement, peut-être trop rapidement le thème du harcèlement scolaire au travers de la situation de Prosper; Elle décrit bien ses mécanismes de défense quand il entre dans une autre école, son étonnement quand les coups ne viennent pas, quand l’intérêt des autres à son encontre est impensable pour lui… Bref, à être harceler et rejeter on finit par trouver étonnant des gestes et des paroles de bienveillance, et même à douter de la sincérité de ceux qui semblent gentil.

Le thème de la famille qu’on ne choisit pas est aussi abordé… effectivement ça n’est pas tous les jours que votre famille essaie de vous assassiner. Et voir dans leur regard que vous n’êtes pas comme ils auraient voulu que vous soyez…

Le cliffhanger final promet un tome 2 intéressant !

En Bref

Un livre jeunesse sympa, des personnages principaux qui prennent en épaisseur au fur et à mesure de l’histoire, des thèmes d’actualité abordés succinctement comme le harcèlement scolaire, la famille, la bienveillance, l’acte de bravoure désintéressé, l’aide apportée désintéressée … Bref autant de pistes pour apprécier ce roman !

Une fin qui pique la curiosité et donne vraiment envie de lire le tome 2 !

Galénor, tome 1 : Le Livre des Portes de Audrey Verreault

 

Titre : Galénor

Tome 1 : Le Livre des Portes

Auteur : Audrey Verreault

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 358

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Dans un monde où cohabitent humains, elfes et inferniths – des êtres hybrides mi-humains, mi-démons comme des muses, des vampires, des chimères… la guerre fait rage. Mené par un mage noir nommé Kendrick, un groupe d’inferniths terrorise Galénor depuis des décennies – meurtres, maisons incendiées et disparations s’enchaînent… JudyAnn, une jeune paysanne, voit sa vie changée à jamais lorsque le célèbre Edgar Grimm Mérindol lui apprend qu’elle est une géminie, sorte de magicienne qu’elle croyait pourtant disparue… Elle partira pour la grande cité de Godwynn où elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs avec Vincent, un professeur et un vampire pas comme les autres…« 

 

Mon avis

Merci beaucoup à l’auteure, Audrey Verreault, de m’avoir proposé son roman ! J’ai traversé avec plaisir l’univers de Galénor en compagnie de JudyAnn.

L’histoire

JudyAnn est une paisible et crédule paysanne quand Edgar Grimm Mérindol passe dans sa contrée reculée afin de recenser les nouveaux magiciens. Commence alors pour elle une aventure inattendue et époustouflante; elle n’aurait jamais cru quitter son village un jour dans sa vie. Elle va passer de surprise en surprise quand le célèbre magicien lui apprend d’abord qu’elle est une des dernières Geminies, sorcières très puissantes ayant disparue depuis un certain temps, mais en plus qu’elle va devoir voyager jusqu’à Godwynn, la ville de ses études de magie, avec son jeune professeur qui n’est autre qu’un vampire. Elle va alors intégrer un groupe de jeunes gens qui devront lutter contre les manigances et complots du terrible Kendrick, un mage noir avide de pouvoir.

Les personnages

JudyAnn : C’est une jeune paysanne à quelques jours de ses 19 ans, âge où la magie se révèle ou pas; C’est une jeune femme un peu crédule, n’ayant jamais sortie de son village par peur de toutes ces rumeurs qu’on raconte sur ce qu’il se passe au-delà des remparts de son village… Elle a des amis non-humain mais s’en méfie car ils souffrent d’une réputation ternie par toutes ces années de guerre. Le célèbre Edgar Grimm Mérindol, vient lui-même la tester et lui apprendre qu’elle est une Geminie et surtout qu’elle doit cacher cet état à tout le monde. Elle va beaucoup apprendre, murir au contact de son groupe d’étude et de ses professeurs un peu surprenants.

Vincent : C’est un Illustre, il va devoir faire cours au groupe de JudyAnn; C’est un personnage trouble, mystérieux, envoûtant; C’est un vampire mais il a la chance que le célèbre Mérindol se porte garant de lui pour lui permettre d’enseigner.

Edgar Grimm Mérindol : C’est un mage très puissant et surtout très ancien; C’est pour cette raison que quand il se présente devant JudyAnn, la surprise est saisissante pour l’entourage de la jeune femme. Il a une personnalité très ouverte peut-être est-ce dû à son grand âge; sa passion pour les illusions d’optiques va de paire avec son enthousiasme pour le cirque. Il se dégage de lui beaucoup de bienveillance mais aussi beaucoup de mystère.

JudyAnn ne sera pas toute seule dans ce combat, son groupe de jeune va être mis à mal; mais leurs particularités et leur solidarité vont les aider dans leur lourde tâche. Je ne vous retirerez pas le plaisir de les découvrir avec trop d’indices 😉 !

La Plume, le Scénario

Voilà, je me suis replongée instantanément dans un nouvel univers, cette fois peuplé de toutes sortes de créatures cohabitant tant bien que mal.

Au départ, tout laisse penser que c’est une histoire où le bien et le mal vont s’affronter, les mages blancs contre les mages noirs ou encore les créatures sorties d’on ne sait où (moi je sais 😀 ) … Et bien ne vous laissez pas abuser, dans le récit de Audrey Verreault, tout n’est justement pas blanc ou noir.

L’écriture de l’auteure m’a surpris car je n’avais pas lu ni avis, ni bio et certaines expressions m’ont frappé et là ben je vous laisse découvrir tout seul 😉 Alors ces petites expressions ou tournures de phrases que je ne vous donnerai pas, sont un vrai dessert dans le cours du récit, j’ai vraiment apprécié.

L’écriture de l’auteure est donc très agréable et je suis arrivée très aisément à entrer dans l’histoire de JudyAnn.

Notre héroïne passe de la crédule petite paysanne peureuse et pleine d’à priori venant du village d’Aldorham à une puissante sorcière de Godwynn, non sans mal; Il lui faudra apprendre à avoir confiance en elle et surtout éteindre sa méfiance des autres. Malgré cela, elle ne va pas être au bout de ses surprises et déceptions…

Galénor se bat contre Morgoth dirigé par un fou furieux, cruel et avide de pouvoir. Rien ne semble l’arrêter. JudyAnn va devoir faire avec tous ces faux semblants, entre traîtres déguisés et alliés retournant sa veste, la pauvre Geminie va devoir se frayer un chemin dans cette jungle afin d’aider Galénor à trouver la paix au travers de l’acceptation de l’autre et c’est pas gagner…

L’histoire n’est pas simple, la guerre entraînant certains excès de prudence, certains excès s’approchant fort du totalitarisme; Pour moi ce récit sonne comme un rappel à l’ordre, une ode à la tolérance, à la bienveillance, à l’ouverture d’esprit. Le Mal comme on le perçoit trop souvent n’est pas toujours là où on s’attend qu’il soit !

Dernier point, la couverture est superbe !! Les teintes sont juste magnifiques ! Et cet oiseau … !

 

En Bref

Un univers finalement sombre car dans la défiance de l’autre, dans la défiance de la différence; L’auteure apporte la lumière avec son héroïne JudyAnn, jeune ingénue, très puissante qui a su très vite comprendre que la différence ne faisait pas d’un être quelqu’un de mauvais.

Un récit agréable, une sorte de rappel à l’ordre, une invite à l’ouverture d’esprit et à la tolérance !

Merci encore à l’auteure Audrey Verreault pour m’avoir permis d’entrer dans cet univers qui cultive la différence !

 

Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, tome 1 : L’œuf de Tanglemhor d’Azaël Jhelil

Titre : Chronique des secondes heures de Tanglemhor

Tome 1 : L’Oeuf de Tanglemhor

Auteur : Azaël Jhelil

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 511

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

 » « Le temps des mensonges est terminé, sombre crétin. C’en est fini du règne des accapareurs ! Les gros porcs qui gouvernaient l’Alliance ne tromperont plus jamais personne ! Les histoires inventées par vos faux prophètes pour imposer leur soi-disant « œuvre civilisatrice » ont vécu. Pourchassés par vos armées, réduits à la misère et à la famine loin de votre opulence, les peuples du Grand Aghar ont longtemps prié pour que leur vienne un sauveur. Alors, je suis venu. Moi, Krûl de Ssylsune, « monstre » issu des marécages les plus sordides où vous avez pu nous repousser, je suis venu. Pour vous faire payer vos crimes, votre insupportable arrogance. L’heure de la vengeance a sonné ! Qraasch et Naarubsahoum vous réclament le prix du sang ! »

Rejeté de tous, Krûl le semi-lacertys est devenu le prophète du dieu de la Vengeance pour tous les opprimés des cités du Bassin ctasharre et des terres indomptées du Grand Aghar. Ayant libéré par le fer et la sorcellerie les nations en colère, il règne sur un empire à la mesure de sa rancœur. Par la puissance de ses légions et le contrôle exercé par ses prêtres, le Premier vindicateur – dont la rumeur prétend même qu’il commande aux démons – impose désormais sa loi à ceux qui, jadis, l’avaient humilié. La répression est impitoyable… Les peuples « libres » apprennent à leurs dépens que la vengeance est la plus lourde des chaînes.
Il ne reste plus à l’empereur du Levant qu’à soumettre le duché de la Marche, dernier flambeau d’une résistance à l’agonie.
Tout espoir est vain. Il ne reste rien.
Il paraît cependant qu’un audacieux s’est introduit dans la Citadelle noire et en a dérobé l’un des biens les plus sacrés du Très Saint Libérateur. Toutes les forces de l’Empire ont pour ordre de le ramener… vivant.« 

 

Mon avis

Merci à l’auteur, Azaël Jhelil pour avoir accepté ma demande de partenariat sur Simplement.Pro. Wow ! Quelle aventure épique !! MERCI !

L’histoire

Le Premier Vindicateur, gorgé de haine et d’envie féroce de vengeance, se répand avec son armée d’opprimés et de laissés pour compte sur les Terres qui osent encore briller d’un éclat offensant. Il enveloppe les dernières cités, de peurs, de souffrance, de sang et même pire encore … Face à lui le Duché de la Marche, dernier flambeau de liberté, résiste … pour combien de temps encore ?

Le Duc prend une dangereuse décision qui éloignera sa douce Oriana dans une aventure sanglante, dure et éprouvante mais elle devra rester le flambeau d’espoir dans l’obscurité pour tous ceux qui se battent pour la liberté.

 

Les personnages

Oriana : c’est la fille du Duc Cyriac de Periltan, Duc de la Marche. C’est une jeune femme étonnante, au caractère bien trempé et peut-être un peu trop vive parfois. Sa beauté ne passe pas inaperçue mais la jeune duchesse ne trouve pas de prétendant à la mesure de ses attentes. Pleine de ressources, elle devra se frayer un chemin dans l’obscurité à la seule force de son envie de survivre; mais elle devra faire confiance, elle devra s’allier avec des personnes qui seront très loin de son quotidien… Sera t-elle assez forte face à ce déferlement de haine ?

Krûl de Ssylsune : C’est une engeance de malheur; il est cruel, sanglant, sadique, vindicatif et sa haine est sans limite. Il conduit ses troupes maléfiques comme une vague impossible à arrêter. Tout meurt sur son passage, tout n’est que souffrance et sang sur son passage. Il instille la peur, l’horreur. Il s’est promis d’anéantir tout ce qui brille d’espoir, de bienveillance et de bonté. La Douleur doit régner ! Rejeté de tous, le semi-lacertys vous une haine acide au monde entier et sa rancœur n’a d’égale que la souffrance qu’il veut infliger au monde qu’il conquiert… qu’il veut asservir…

Meldaïn : C’est un voleur au passé très très lourd; Il opère en solitaire et s’échappe toujours in-extrémis. C’est un homme à l’humour caustique et charmant, il est très perspicace et ne se laisse pas mener par le bout du nez. Fin observateur, très instinctif mais aussi un peu de mauvaise fois, enfin ça va avec le personnage. Il est malgré tout attachant et drôle. Il ne fait confiance à personne mais cette fois il ne pourra pas agir seul, le vindicateur lui en veut personnellement et sa survie ne dépendra pas pour une fois que de sa seule volonté…

Un certain nombre de personnages, tous très très intéressant qui font partie de l’aventure mais que je vous laisserai découvrir en lisant ce roman. Sans faire de spoilers, je dirais que j’ai une « petite tendresse » pour Mieven (personnage étonnant), pour aussi un certain Serpent bienveillant (très inspirant) mais surtout pour Masque Noir dont la partie de l’histoire où il révèle son nom m’a vraiment tiré une larme de tendresse, c’était très émouvant !

 

La Plume, le Scénario

En lisant le résumé de ce roman, je m’étais dit « ouh lala, un univers complet où il va falloir se retrouver parmi les différentes espèces, les différentes cités… » J’avoue que ça m’avait fait un peu peur, donc je ne me suis pas laissée tenter…. Puis dernièrement, je lis la chronique de l’auteur Laurent Delépine (auteur de « La malédiction des Joyaux, tome 1 : La Paysanne »), sur « L’Oeuf de Tanglemhor »(ici sa chronique  =>> Chronique de Laurent Delépine pour l’Oeuf de Tanglemhor) et il m’a définitivement convaincue !

L’écriture de l’auteur est entraînante, fluide sans obstacle à l’imagination. J’avais peur de me retrouver perdue dans cet univers mais l’auteur est très carré et chaque déplacement des personnages ou leur destination était très clair, je n’ai éprouvé aucune difficulté. L’histoire s’est déroulée de façon très agréable dans l’écriture;

L’auteur nous plonge dans des cités extraordinaires, des paysages magnifiques (oui oui je les ai vu 😀 ), à la lecture de plusieurs descriptions, les sensations sont fortes c’était étonnant ! Bon les scènes de carnage étaient tout aussi vivaces … Si certains paysages semblaient époustouflants, les scènes de guerre, répressions ou d’emprisonnement étaient très fortes aussi… L’auteur possède ce don rare d’enclencher des sensations ou des images avec la magie de ses mots dans la beauté comme dans les atrocités….

Alors oui, on entre dans un univers nouveau, sans aucune prise vraiment sur notre réalité, à ceci près qu’il y a quand même des humains, mais nous sommes dans un monde fantasy où différentes espèces cohabitent facilement ou pas et les grandes cités sont riches et prospères; Elles cachent aussi des bas-fonds peu reluisants où la pauvreté et la maladie règnent; Certaines espèces malfaisantes ont été repoussées sur des Terres hostiles et c’est une raison pour lesquelles le semi-lacertys réclame vengeance…

On rencontre des gnomes, des nains, des fées, des elfes, des orcs, des ogres …. Je ne savais pas ce qu’était un Semi-Lacertys, mais aux vues des descriptions de l’auteur et du résumé je me suis fait l’image 😉 assez facilement je dois dire (heurkk…); Comme l’a retenu également Laurent Delépine, j’ai aussi apprécié que les orcs par exemple n’étaient pas tous fanatiques de la torture ou de méchanceté… certains se sont fait enrôlé dans l’armée de Krûl de force sans autre choix d’accepter pour protéger leur famille… Et cet Ogre immense, quel personnage ! J’aimerai tant en dire plus car … Ben oui je sais c’est frustrant… il ne vous reste plus qu’à foncer lire ce roman d’Azaël Jhelil !!!!

Que dire de plus que j’ai été prise d’angoisse, de tension dans les moments difficiles des personnages, d’embarras aussi … de méfiance, d’envie de confiance avec un arrière goût … bref j’avais l’impression d’être complètement immergée dans l’histoire et de vivre au travers ou avec les personnages !!! c’était une lecture vivante et passionnante !!

Un dernier mot, l’auteur explique avec encore plus de précision son univers dans trois grandes annexes très très intéressantes, ainsi qu’un glossaire géographique et un pour les personnages;

Et cette nouvelle « Le cygne d’Arbélia » de Xavier Moreaux, très douce et enchanteresse mais aussi tellement triste. Merci

 

En Bref

Un monde en train de sombrer sous la vague sanglante de la vengeance, où des personnages tentent le tout pour le tout pour sauver la flamme de l’espoir et surtout anéantir le destructeur;

Des personnages attachants d’autres plus qu’agaçants; des personnages tellement bien décrit qu’ils dégoutent et d’autres qui apportent la lumière par leurs simples actes; pour finir une association de personnages tout à fait improbable, tous tournés vers le même but pour différentes raisons;

Des paysages à couper le souffle, d’autre à faire détourner le regard : étonnant !

Merci à l’auteur, Azaël Jhelil, pour m’avoir fait confiance et partagé avec moi cet univers et ces personnages passionnants !

 

Saga Les Chroniques de l’Anahsmut : Kyan Rogh, Tome 1 : L’Artéfact Insoupçonné de Charles Chehirlian

Titre : Saga Les Chroniques de l’Anahsmut : Kyan Rogh

Tome 1 : L’Artéfact Insoupçonné

Auteur : Charles Chehirlian

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 592

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Cette légende se déroule sur la terre d’Hashkaria, contrée où l’acier, la magie et le savoir cohabitent. Ce qui aurait dû être oublié à jamais ressurgit par l’insatiable soif de pouvoir qu’est celle de l’homme, menaçant le fragile équilibre de tout ce qui est. Le Roi Elhmor l’usurpateur, Kerek Galdine, mage noir d’Idhelheim, sont de ceux qui convoitent le Manuscrit des Anciens. Tandis que Khaynes le Roi Sanglant se prépare à l’invasion et à la destruction de toute chose, les royaumes de Chyldérie et de Maravie se livrent encore leurs futiles querelles. Une poignée d’êtres, à la convergence improbable, à la force et aux intentions imprédictibles, se lancent alors dans une quête dont l’issue pourrait à jamais changer la face du monde… »

Mon avis

Je remercie l’auteur d’avoir accepté ma demande de partenariat, j’ai pu ainsi découvrir le début d’une grande saga !

L’histoire

Dans un passé très reculé des forces obscures ont essayé de prendre le pouvoir; les guerres, les complots, les trahisons ont fait de nombreux mort mais la terre des hommes fut sauve; De grands hommes se sont illustrés dans leur volonté de défendre leur patrie et plus largement l’humanité.

De retour dans le présent, un savoir, un secret qui devait rester à jamais oublié de tous... ressurgit, le pouvoir étant tellement fort qu’il retourne le plus sage et le plus bienveillant de tous les puissants.

Pendant que certaines contrées se défient sans jamais s’affronter, d’ailleurs ne sachant plus très bien pourquoi elles se détestent, un complot, une machination machiavélique se met en place et semble être inarrêtable… mais c’est sans compter sur l’alliance improbable d’individus particuliers, asociaux, peureux, guerriers aguerris, mage débutant et d’autre encore avec chacun un passé, une vision de la vie très différente les uns des autres mais chacun converge vers un seul but, une seule quête, une quête dont la finalité décidera du sort de l’humanité.

Les personnages

Emiaëlle : est une jeune femme étonnante, je dirais même une guerrière aguerrie qui n’a rien a envier aux hommes. Sa connaissance du terrain, son réseau de « mercenaires » font d’elle une alliée, une aide et une amie précieuse à la Reine Irida de Chyldérie. Elle garde au plus profond de son être, de cruels souvenir, une culpabilité indélébile qu’elle cherche à se racheter en défendant son royaume coûte que coûte et surtout en faisant attention à la survie de ses hommes.

Kerek Galdine : C’est un mage noir, appartenant à un Ordre qui a été interdit et dissous. Il œuvre toujours dans l’ombre des puissants, il assassine, empoisonne, ensorcèle … bref il œuvre pour les desseins les plus sombres. Il poursuit un étrange chemin persuadé d’être celui qui a été choisit pour faire renaître ce qui devrait être oublié de tous…

Corth et Taros: Ils sont prince de Maravie, si l’un est sage l’autre est guerrier et stratège. Ils respectent énormément leur père mais s’ils sentent que celui-ci est dépassé et ne prend plus vraiment de décisions judicieuse pour le royaume. Leur actes seront décisif pour l’avenir;

Noyl Setnan : C’est un inventeur fou; Noyl fourmille d’idées qu’il s’efforce de réaliser. Il est soutenu par des amis sincères et très protecteurs. Son maître le considère véritablement comme son fils; Ce personnage semble avoir un potentiel, dont l’auteur ne nous en dévoile que trop peu encore…

Korgh : C’est je crois mon personnage préféré de tout le roman, c’est un soldat, un lieutenant qui veille sur ses hommes; qui n’abandonne jamais, même si au péril de sa vie, il tient  ses promesses, même plusieurs fois les embûches l’ont fait fléchir, il n’en reste pas moins un être exceptionnel avec une détermination sans faille et une bienveillance pour ses hommes qui n’est pas à démontrer. Il est intelligent et pense toujours à plus ou moins long terme.

Dans cet univers riche, un nombre important de personnages parcourt les siècles, ainsi certains personnages appartenant au passé sont très important pour la compréhension et le lien avec certains personnages du présent.

 

La Plume, le Scénario

Alors heureusement j’avais lu le commentaire de Mère Lin sur Livraddict et donc j’ai commencé ce roman sans attendre un dénouement rapide. J’ai donc pu apprécier la mise en place lente et inéluctable des éléments qui régissent le monde de l’Anahsmut.

En effet, l’auteur, Charles Chehirlian, pose en quelque sorte le décor, expose le passé de ce monde, ce à quoi il a déjà eu à faire face; Ainsi j’ai pu me rendre compte que la présence de certains personnages n’était pas si anodine.

Sans vraiment prévenir, on bascule dans le passé puis on revient dans le présent pour suivre l’avancée inéluctable du mal… on sent ce terrible secret qui plane sur ce monde et qui en assombrit petit à petit chaque coin.

Un peu près chaque chapitre nous présente un personnage, sa façon de vivre, ses secrets, ses relations et ses capacités. j’ai beaucoup aimé les passages avec Emiaëlle, c’est une jeune femme qui n’a rien à envier aux hommes certes, mais elle reste fragile avec ses souvenirs douloureux, sa culpabilité…

Il ne faut pas perdre de vue que c’est un tome 1 et que l’univers que nous présente l’auteur est très riche, très complet; Donc pendant qu’il nous présente sinon les aboutissants au moins les tenants, on peu trouver le temps long… et effectivement il m’est arrivé d’être impatiente quand à la venue, dans le texte, de cet artéfact, de cette aventure, de cette action qu’on pressent dans le résumé. L’écriture ne provoque pas de longueur bien au contraire, je dirais que je me suis lassée à un moment de l’histoire, ne voyant rien venir qu’une énième anecdote sensée m’éclairer sur cette fameuse quête.

Cette lassitude m’a quitté assez rapidement, car l’aventure reprend et s’intensifie pour les personnages principaux.

Je termine sur deux éléments plus positifs, d’une part que cette lente mise en place laisse vraiment présager une aventure épique et d’autre part la couverture est très belle et donne le ton sur l’atmosphère qui plane sur ce royaume !

En Bref

Une lente et inéluctable mise en place de l’univers, absolument nécessaire car l’ensemble est très riche et très intéressant;

Des personnages attachants, d’autre troublants, certains mettent mal à l’aise d’autres au contraire vous donne des ailes; Une panoplie éclectique de personnages pour peupler cet univers intriguant;

Merci à nouveau à l’auteur, Charles Chehirlian, de m’avoir fait connaître sa plume et son univers !

 

Chroniques Merveilleuses, tome 2 : Gryphus Imperatorius de Sébastien Morgan

Titre : Chroniques Merveilleuses

Tome 2 : Gryphus Imperatorius

Auteure : Sébastien Morgan

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Broché

Nombre de pages : 283

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu le tome 1 : La Flèche du Scythe

 

Résumé de l’auteur

« Alors que s’achève la campagne contre les peuples Carpes, les Jeux Séculaires, marquant le millénaire d’existence de la Ville Eternelle, commencent à Rome.

Mercurius et Shanaka sont jetés dans l’arène du Colisée où ils devront livrer des combats épiques pour le plus grand plaisir d’un peuple romain assoiffé de sang. Et pendant que le peuple se réjouit et que les intrigues battent leur plein au palais impérial, des puissances ésotériques millénaires se lèvent en Germania.

Fortement enraciné dans l’Histoire et les mentalités de l’époque, Gryphus Imperatorius est le deuxième tome d’une série pleine de fantastique, d’intrigues politiques et de sorcellerie. Il plaira tant aux amateurs de l’Empire Romain qu’aux inconditionnels des sagas fantasy.« 

Mon avis

Je l’attendais avec impatience celui-là ! Le tome 1 : La Flèche du Scythe m’avait conquise et le récit se terminait sur un rebondissement terrible !! Alors merci à l’auteur, Sébastien Morgan, de me renouveler sa confiance pour partager l’univers des Chroniques Merveilleuses une fois encore !

L’histoire

On retrouve Mercurius et Shanaka dans une très fâcheuse posture; l’arrogance du jeune Mercurius leur aura valu une bien dure déconvenue. Dans le même temps les ténèbres ont rattrapé le fameux traitre Decarius. C’est la fin de la guerre, et l’Empire romain a mille ans, pour cette raison les Jeux Séculaires sont organisés par Menalas, maître d’un Ludus particulier. Il compte bien rester dans les esprits et les annales pour avoir organisé les meilleurs jeux depuis des siècles et des siècles ! En passant il va se faire plaisir en se moquant de la situation familial d’un puissant patricien contre lequel il a quelques griefs.

Mercurius et Shanaka vont se retrouver au milieu de l’arène à combattre des guerriers redoutables mais aussi des créatures féroces. Ces jeux seront, pour lui, une fin sans doute plus glorieuse que ses petits trafics n’ont terni sa réputation et celle de sa famille… en tout cas c’est ce qu’il espère…

Les personnages

Mercurius: Sa capture et son enfermement l’ont affaiblit mais il a toujours cette impulsivité que même si son corps ne suit pas sa langue, elle, elle reste bien acérée. Malgré des conditions d’emprisonnement insupportables, il reste vif d’esprit et dégage encore beaucoup de force, de courage et de détermination, qualité que le maître du ludus sera apprécier.

Saphina: C’est la mère de Mercurius; elle est pleine de ressources et ne se résout pas à attendre tranquillement que Yares, son époux, rentre de compagne militaire ou que Mercurius refasse surface… Elle sent que quelque chose cloche et part sans peur… Ses vieux réflexes refont vite surface et avec un peu d’entrainement  et de pratique, elle retrouve vite sa puissance et sa dextérité.

Gaius Tarquini : C’est un vieux patricien, froid et calculateur qui n’aspire qu’à s’élever au plus proche de l’Empereur. D’ailleurs, il est est très fin manipulateur et arrive presque toujours à ses fins. Il voue une haine sans pareil à Mercurius et utilise toutes ses cartes pour l’éliminer.

Decarius: C’est un centurion, un traître, qui souhaite comprendre un peu plus les pouvoirs qui sont en lui; il souhaite les contrôler, pour obtenir de l’importance. Il est aveuglé par ce désir; il est pitoyable car il ne voit pas les ténèbres le recouvrir petit à petit.

D’autres personnages secondaires seraient intéressant à décrire car tous on des traits particuliers qu’ils se tournent vers la lumière ou les ténèbres.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur, Sébastien Morgan, est toujours aussi prenante, et m’a transporté direct au coeur de l’Empire.

J’ai trouvé le prologue, extrêmement sombre et empreint de peur primale et d’une obscurité collante… bref vous l’aurait compris ça m’a fait froid dans le dos ! mais en même temps j’ai trouvé ça assez sympa ce petit retour en arrière essentiel pour comprendre le détournement du centurion Decarius, et vous verrez l’apparition de Saphina est étonnante (mais je n’en dis pas plus).

Si dans le premier tome, je m’étais attachée de suite à Yares, le père de Mercurius, cette fois j’ai eu plaisir à voir évoluer Mercurius et à le suivre.

De retour, au temps de Mercurius et Shanaka avec leur participation aux Jeux Séculaires où le maître du ludus leur promet une mort glorieuse; Mais Menelas n’avait pas prévu que ces deux jeunes hommes seraient aussi combattants, endurants et appliqués dans leur entraînement à mourir dignement. Alors qu’on pense que tout est fini une intrigue arrive à point nommé; Alors né « Gryphus Imperatorius » scandé par un peuple assoiffé de sang et de combat! Vous serez surpris !

Finalement, au cours du récit on apprend que rien n’est tout à fait définit, déterminé, les intrigues, complots dans l’Empire peuvent tout faire basculer dans la lumière comme dans l’obscurité… personne n’est épargné. Personne ne fait confiance à son entourage; chacun à sa double vie pour prendre un peu de pouvoir sur son prochain. L’intrigue politique est poussée et très pertinente; certains personnages sont de fins stratèges, un en particulier mais arrivera t-il toujours à ses fins? Est-il si intouchable ? Vous devrez le découvrir vous même !

Dans ce tome 2, l’amour n’a pas sa place au contraire il laisse sa place à l’amertume, la trahison… Car évidemment les intrigues politiques empiètent sur le domaine sentimental mais ne vous leurrez pas, il n’y a pas de sentiment, seulement de la manipulation et de la résignation… oui effectivement triste tableau… Le statut de la femme est également abordé; autant dans l’Empire romain, la femme avait un semblant d’indépendance autant le vieux patricien Tarquini est adepte de la Confarreatio qui passe la femme alors sous la tutelle de son père sous celle de son mari jusqu’à la mort… ça ne m’étonne même pas de ce personnage détestable…

Tout au long du récit, où l’on passe d’intrigues en intrigues de protocoles en protocoles… on sent doucement glisser cette obscurité qui se réveille et qui envahit petit à petit l’Empire mais personne n’y prend garde, tous occupés à participer, à regarder les fameux jeux séculaires… et nous lecteur, on sait que ça approche, on est spectateur impuissant face à la montée insidieuse des ténèbres.

Encore un tome, où l’auteur a savamment mélangé l’Histoire de l’Empire romain avec un brin de fantasy !

 

En Bref

Ce tome est plus sombre que le précédent, les Ténèbres sont apparemment difficile à abattre !

Pendant que certains se battent pour leur vie, d’autres intriguent dans l’espoir d’éliminer des vies…

Dans ce tome l’auteur a bien fait ressortir cette « tradition », cette façon de vivre au temps de l’Empire, qui consiste à intriguer pour arriver à ses fins, à manipuler pour combler ses désirs. La mort n’est pas toujours au bout du chemin, juste très souvent; Il a également montré l’importance des jeux afin de contenter le peuple.

Merci beaucoup à l’auteur, de m’avoir plongé à nouveau dans l’Empire Romain ! Ce fut un vrai plaisir !