Nocturne de sang de Michel Pelini

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Titre : Nocturne de sang

Auteur : Michel Pelini

Illustrateur : Nicolas Jamonneau

Éditeur : Crin de Chimères – Éditions

Collection : Archelune

Genre : Fantastique, Thriller

Format : Epub

Nombre de pages : 283

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Enfant, Jessica Janin a connu l’horreur. Enlevée et séquestrée par Léon Schwartz, un pédophile de la pire espèce, elle a sauvé sa vie de justesse.

Lorsque vingt-quatre ans plus tard, elle apprend la mort du criminel en prison, la jeune femme pense qu’elle pourra enfin tourner la page du traumatisme qui la hante toujours.

Mais Schwartz, qui a passé un pacte avec le Diable, revient d’entre les morts sous la forme d’un vampire, bien décidé à se venger de celle qui lui a échappé.

Jessica a déjà vaincu le criminel une fois, en sera-t-elle capable à nouveau ? Pour l’affronter, elle pourra compter sur l’aide de deux chasseurs de vampires, Mathieu Leroux et son frère, Maxime, autiste doué de pouvoirs médiumniques. Schwartz, quant à lui, a plusieurs alliés parmi les démons, notamment l’un des plus puissants vampires du monde, qui a un vieux compte à régler avec Maxime. »

Mon avis

Je remercie les Éditions Crin de Chimère et l’auteur Michel Pelini pour ce deuxième partenariat; quand la survivante d’un pédophile croise des frères chasseurs de vampires !

L’histoire

24 ans se sont passés depuis que Jessica a réussi à fuir et à faire incarcérer un pédophile redoutable. Alors que sa vie de musicienne est millimétrée au métronome, passant entre fuir les journalistes et jouer sa si précieuse musique, le plus effroyable de ses cauchemars revient d’entre les morts…

Maxime, diagnostiqué autiste, s’est encore une fois échappé de son institut; Son frère Mathieu connait son frère par coeur et à l’habitude de ses fuites; alors qu’ils décident tous les deux de faire un break, Maxime fait une crise prophétique, à son réveil leur vie se retrouvent mêlée à celle d’un pédophile transformé en vampire qui veut sa revanche mais leur situation devient beaucoup plus compliquée quand leur plus puissant ennemi ajoute son grain de sel.

Les personnages

Jessica Janin: c’est une jeune rescapée, enlevée et séquestrée à l’âge de six ans par un pédophile; elle réussit à s’enfuir et à se construire la vie qu’elle voulait : devenir une musicienne, une pianiste; pas pour la célébrité, juste pour elle-même, pour éprouver cette félicité si étrange quand elle joue et que personne ne peut comprendre, mais peu importe… Elle reste traumatisée par ces deux années de captivité, elle ne réussit pas à s’attacher à qui que ce soit, sa vie est cadrée au millimètre avec le moins d’interaction possible avec les autres… elle est assez stoïque, voir même froide, calculatrice (mais dans le mauvais sens du terme, elle est prudente et contrôle chaque temps de sa vie pour éviter le moins d’imprévu possible), elle est terriblement seule et finalement tellement apeurée; Elle a construit d’immenses barrières tout autour d’elle pour se protéger, elle mais aussi ce qui lui est le plus cher;

Mathieu : C’est un chasseur de vampire, sa vie sociale s’en trouve forcément réduite; Il occupe un travail répétitif qu’il semble apprécier quand même et lui permet de passer les journées sans trop sentir la solitude lui peser. Son frère Maxime est en institut, diagnostiqué autiste et régulièrement en fugue, mais Mathieu connait son objectif. Ensemble, ils luttent au hasard des crises prophétiques de Maxime, lorsque l’une d’elle les mène tout droit vers la célèbre pianiste classique Jessica Janin. Mathieu est entraîné depuis sa plus tendre enfance à protéger les cibles du mal et à soutenir son frère dans cette lutte.

J’aurais pu choisir d’autres personnages à décrire mais j’aurais peut-être dévoilé une partie du récit, à vous de découvrir qui sont les autres 😉 !

 

La Plume, le Scénario

La plume de l’auteur est fluide, directe, concise et rend le récit très réaliste, épouvantablement réaliste !

Ce que j’ai apprécié c’est que dans l’horreur des situations, l’auteur, Michel Pelini, ne s’est pas appesantit sur les détails, c’est court, l’idée est émise, ça laisse suffisamment d’indices au lecteur pour qu’il comprenne la situation, l’horrible situation…

Un autre point qui était très intéressant, dans le récit, ce sont les retours dans le passé pour expliquer l’enfance aussi bien du Mal comme des chasseurs de vampires; ces parties m’ont donné quelques réponses.

Concernant les personnages du pédophile ou encore du puissant vampire, ce sont deux êtres assez similaires, ils sont vraiment ignobles, ce ne sont pas juste des déséquilibrés, leur âme est aussi noir que néant... et leur opposé c’est Maxime, il est l’instrument du Bien, le seul rempart contre ignominie du Mal. Une opposition entre le bien et le mal tout en abordant le thème de l’autisme, tout d’abord, le fait de ne pas se sentir à sa place, de ne pas se sentir obligé de combler les silences, les autres et leur interaction; Ensuite, de lenfance maltraitée, non pas en explication au mal, en tout cas je ne l’ai pas compris du tout comme ça, mais plutôt en terrain propice à entretenir les racines du Mal ou au contraire à une formidable résilience teintée quand même d’un traumatisme ineffaçable.

Jessica, qui est pourtant décrite comme extrêmement cartésienne, a accepté très facilement l’existence des vampires, l’attaque était soudaine et très violente mais comme à son habitude, elle est resté presque neutre (certes terrorisée, mais je n’ai pas ressentie cette peur…), implacable, habituée à l’horrible, j’irai pas jusqu’à blasée mais je l’ai trouvé très froide, absente, a agir mécaniquement, peut-être que c’est une manière de protéger son esprit de l’impensable.

Un autre personnage m’a un peu chiffonné… Clara, j’aurai aimé avoir des réponses; pourquoi agit-elle de cette façon; c’était un peu frustrant. Finalement, Jessica accepte encore placidement cet état de fait, certes elle a eu des réponses et elles ont convenu…

La première partie du récit m’a rendu curieuse, l’intrigue, les personnages étaient posés, il ne restait plus que l’action à mettre en place, elle arrive brutalement, à l’image du vampire, mais j’ai trouvé la suite un peu chaotique, dans le sens où les décisions prises par les personnages ne semble pas très pertinentes et ils le savent c’est ce qui était le plus perturbant, puis ce fut rapide : la suite des évènements c’est trouvé bousculée et la chute encore plus, je me suis sentie dépitée, certes une fin un peu logique mais tellement morne, implacable et encore une fois assez neutre, blanche… Une acceptation injuste des évènements par les personnages, qui m’a énormément gêné.

 

En Bref

Un thriller vampirique sanglant, sur fond de pédophilie et de Mal absolu;

Des personnages étrangement résilients, une héroïne placide un peu trop en retrait.

Je n’ai pas vraiment été convaincue par ce récit malgré une première moitié vraiment intéressante;

Merci quand même aux Éditions Crin de Chimère de m’avoir fait confiance à nouveau et à l’auteur Michel Pelini, pour avoir accepter de partager son thriller vampirique avec moi.

 

Crin de Chimère - Éditions

Au Nom des Dieux – de l’Eau et du Sang, Livre 2 : Volonté Inébranlable de Gautier Durrieu de Madron

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Au nom des Dieux – de l’eau et du sang

Tome 2 : Volonté Inébranlable

AuteurGautier Durrieu de Madron

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Mythe/Mythologie

Format : PDF

Nombre de pages : 626

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
Au Nom des Dieux – de l’Eau et du Sang, Livre 1 : Destinée Manifeste

 

Résumé de l’auteur

« 2 ans se sont écoulés depuis le début de la guerre contre l’Empire d’Amérique. 2 longues années durant lesquelles toutes les tentatives pour libérer les continents occupés se sont soldées par des échecs cuisants. Et le temps presse. La popularité et la propagande de l’Empereur se répandent un peu plus chaque jour…
Après des mois d’entrainement et de préparation, Lucie, Soren, Judith, Mizushi, Edgar et Mathieu sont prêts à retourner au front. Et il leur faut faire vite. Les choses s’enveniment de l’autre côté de l’Atlantique. Arlando invoque des légions de démons sur Terre grâce au pouvoir de la Lance. Et bientôt il reprendra sa croisade sur le reste du monde. D’alliances en trahisons, de complots en batailles, le groupe de demi-dieux devra traverser les affres de cette guerre s’il veut pouvoir préserver ce en quoi il croit. »

 

Mon avis

Je remercie l’auteur, Gautier Durrieu de Madron, pour m’avoir permis de continuer l’aventure avec ses demi-dieux, et je vous garantis qu’il n’y a aucun temps mort dans ces 626 pages !

L’histoire

Nos six héros ont échappé à la mort in extrémis, certains des leurs y sont restés à leur grand désespoir;

Après s’être entraînés durement, ils repartent vers l’ennemi qui prend de plus en plus de pouvoir et perd le sens premier de ses revendications. Les demi-dieux partent en guerre contre le mal pour la liberté des peuples. Ils vont enchaîner batailles, missions secrètes, alliances et trahisons. Leur quotidien ne va plus ressembler qu’à un combat incessant, une lutte pour avancer vers l’ennemi et le destituer, l’éliminer.

Encore une fois, leur épreuves de la guerre vont les modeler; Seront-ils assez fort face à la puissance de l’ennemi ? Leur volonté résistera t-elle ?

 

Les personnages

Judith : fille de Lugh, Judith est une Marine’s de métier; La guerre elle connaît et ses connaissances du combat seront très appréciables. Elle a un franc parler, mais curieusement quand il s’agit de laisser parler son coeur, judith se transforme en adolescente rougissante. Elle est un pilier solide du groupe des demi-dieux et n’hésite pas à prendre des risques pour sauver ses amis.

Mathieu : C’est le seul humain dans ce groupe de demi-dieux, il était avocat et ses talents de stratège donnent beaucoup d’avantage dans leur combat mais aussi lors de négociations un peu tendues. Il est le porteur de la Lame de Lucifer, elle l’a choisi et tous les deux semblent s’accorder de leur situation compliquée. Même si la Lame est très taquine, ses mots font toujours mouche. Malgré son humanité ou grâce à cela peut-être, Mathieu est un élément clé de cette guerre.

Mizushi : C’est la plus jeune du groupe, elle est peu sûr d’elle et elle a souvent l’impression de ne servir à rien, de ne pas être à la hauteur des autres membres. Cette guerre va la transformer, petit à petit avant qu’elle ne se rende compte qu’elle a vraiment sa place dans ce groupe de sauveur de l’humanité. Ses actions sont toujours portées vers les autres et son soutien est indéfectible.

L’évolution de Lucie, Soren, Edgard et tous les autres est intéressante à suivre, au travers de leur alliés, de leurs ennemis, des traites, des agents double. Les demi-dieux rencontrent toutes sortes de personnages tous aussi percutants les uns que les autres, qui les ralentissent, les renforcent et les aident à avancer, à continuer vers leur ultime but : Cristobal, l’empereur Cristobal.

La Plume, le Scénario

Dès les premières lignes, on replonge dans cet univers si particulier au travers d’une écriture fluide et agréable;

L’auteur, Gautier Durrieu de Madron, continue dans ce Livre 2 d’utiliser la technique de un chapitre = un personnage, le récit est dynamique et par cette façon de faire donne au lecteur presque une vue globale…enfin presque … je dis « enfin presque » car évidement la lectrice que je suis n’a rien vu venir des trahisons et pourtant ce récit nous rend paranos !

Dans ce Livre 2, ce qu’il ressort encore plus fort je trouve c’est cette cohésion fraternelle, familiale presque entre les membres de ce groupe de demi-dieux. Ils sont là chacun pour l’autre, ils se soutiennent, se conseillent et s’aiment tellement. Leur divers panthéons les surveillent, si quelques uns sont observateurs, d’autres offrent une petite aide, d’autres sont carrément hostile, colérique et je dirais jaloux (y en a un qui m’a énervé !!)

Alors comme dans le Livre 1, l’auteur, Gautier Durrieu de Madron, n’épargnent pas ses personnages, enfin par moment on sent quand même que les personnages partent à volo, l’auteur n’a certainement pas pu faire grand chose 😀 !! Leur volonté de débarrasser le monde de Cristobal est tellement puissante qu’ils se lancent dans la bataille jusqu’au bout de leur force. Ils subissent des revers sévères mais toujours ils se relèvent et n’en démordent pas !

Alors chaque ligne de ce récit met sous tension, ça n’arrête jamais; les batailles s’enchaînent, les complots se suivent; le groupe de héros est jeté dans la guerre; on retient son souffle du début jusqu’à la fin… les combats sont intenses, décris avec un tel réalisme qu’ils plongent le lecteur dans ces zones de turbulences, par moment j’aurais presque pu sentir l’odeur métallique du sang. Les demi-dieux se battent, se battent, inlassablement toujours et encore durant ses 626 pages. Aucun temps mort, ça c’est garanti; Ce Livre 2 c’est la guerre, la lutte pour la liberté, c’est des millions de morts pour cette sacro-sainte liberté, c’est l’étonnante apparition du destin, de la foi, puis finalement du libre-arbitre.

Je me suis étonnée de fatiguer face à l’afflux de batailles, de stratégies militaires et encore de batailles, et encore de batailles… et finalement ce que j’ai le plus aimé ce sont les personnages et leur évolution, leur caractère, leurs failles, leur franc-parler, leur diplomatie, l’osmose de certains duos comme Mathieu et la Lame ou Lucie et Soren…  tous les personnages étaient passionnants.

 

En Bref

Une aventure éreintante, emplie de batailles, de stratégies militaires, de complots, de trahisons, et encore de batailles et de missions secrètes… le récit de cette guerre usante est soutenu par des personnages fort, attachants et passionnants aussi bien dans leur humanité que dans leur Déité

Merci à nouveau à l’auteur Gautier Durrieu de Madron pour ce Livre 2 avec ces personnages si intéressants !

 

L’Éveil de l’Ombre, Tome 1 : La Traque de Tiphaine Levillain

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : L’Éveil de l’Ombre

Tome 1 : La Traque

Auteure : Tiphaine Levillain

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 216

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Jill est chasseuse d’Ombre : elle piste, traque et tue les démons qui parcourent le monde, en échange de quoi elle se trouve sous la protection de la Lumière. Sa vie suit une routine solitaire bien huilée et millimétrée dans laquelle elle se plaît… jusqu’à ce qu’elle capte la trace d’un nouvel ennemi. Ce dernier prend alors un malin plaisir à la mener par le bout du nez de ville en ville, du Canada au Montana. Jill doit désormais apprendre à travailler en équipe pendant que les sombres révélations s’enchaînent.

Betty est aux anges : elle a la chance de participer à un chantier archéologique non loin de Londres en compagnie d’Andrea, sa meilleure amie, et de Thomas, l’homme qu’elle aime secrètement depuis des années. Tout bascule quand elle déterre un coffre contenant une étrange sphère noire. Deux influences extérieures tentent de la manipuler et elle décide finalement de la ramener chez elle. Lorsque Thomas se fait posséder par un démon et dérobe la sphère noire, Betty plaque tout pour essayer de le retrouver et de le sauver à temps.

Deux chemins, deux routes, deux avenirs incertains. Les choix que feront Jill et Betty pourraient bien déterminer qui sortira vainqueur de cette guerre entre l’Ombre et la Lumière…« 

Mon avis

Je remercie l’auteure, Tiphaine Levillain, pour ce plongeon dans l’Ombre et la Lumière !

L’histoire

Betty, une jeune étudiante, s’apprête à effectuer son stage sur un site de fouilles archéologiques; ce stage en pleine nature l’émoustille. S’étant tournée vers une façon de penser et de vivre en décalage avec son éducation elle vit tant bien que mal avec des parents qui la tolèrent…Sa vie bascule lors d’un énième rêves … cauchemars à vrai dire elle ne sait plus trop, juste que ça la laisse de plus en plus épuisée. A cause d’un choix mal avisé ou impossible à contrer, elle se retrouve à la poursuite de l’homme qu’elle aime pour essayer à tout prix de le sauver.

Pendant ce temps là, Jill, une chasseuse d’Ombre combat des démons pour sauver l’humanité mais aussi rester sous la protection de la Lumière. Jill est une solitaire et pense que ça l’a toujours sauvé. Cependant face à un démon malin et récalcitrant, elle se retrouve mêlée à une traque qui la forcera à faire équipe. Des révélations étonnantes et impossibles vont bousculer sa petite vie bien réglée.

Les personnages

Betty : C’est une jeune femme qui essaie de se rapprocher de la nature car elle semble en éprouver le besoin; S’étant toujours senti un peu différente des autres, elle s’efforce de paraître comme toutes les filles de son âge, sans grand succès mais ses amis la connaissent et acceptent ses bizarreries. Elle rêve toute les nuits et son réveil est toujours difficile. Fleur bleue, amoureuse d’un garçon dont les sentiments ne semblent pas réciproque, elle décide d’accepter la moindre miette d’attention. Malgré sa confusion quant à ce qu’elle voit la nuit en rêve, cette jeune femme à la tête sur les épaules et fait confiance à son instinct. Quand elle se lance à la poursuite de son ami, elle est déterminée et fonce tête baissée.

Jill :  C’est une jeune femme qui descend d’une longue lignée de chasseurs d’Ombres; Elle a un sale caractère, un instinct surpuissant et elle n’a pas pour habitude qu’on lui dicte ce qu’elle doit faire. C’est une solitaire, elle ne veut d’attache avec personne, d’ailleurs elle est la dernière de sa famille; S’attacher équivaut à baisser sa garde et à mettre en danger des gens… rester seule c’est aussi s’éloigner de toute souffrance de perdre une être proche… Bref Jill est une chasseuse d’Ombre hors pair, sa réputation n’est plus à faire mais elle est lucide et peut-être un peu entêtée et le démons qu’elle traque n’a rien à voir avec les petit démons de d’habitude, alors elle accepte de travailler en équipe.

L’Ombre menaçante va devoir faire face à un trio étonnant et disparate; mais face à eux d’autres ennemis vont se révéler, auront-ils assez de détermination et de force pour lutter contre leurs ennemis ?

La Plume, le Scénario

J’ai lu ce roman en quelques heures à peine, et quelle lecture !

Alors je me suis retrouvée avec les mêmes impressions, les mêmes émotions que quand je regarde « Supernatural » (j’adore cette série !); Je n’ai pas pu faire autrement que penser à cette série. Alors beaucoup de choses diffèrent de la série bien-sûr; l’histoire n’est pas la même du tout… juste le font la lutte contre l’obscurité, contre les Ténèbres, en tout cas au début de l’histoire…

L’ambiance est sombre, je me suis sentie empêtrée dans le brouillard, dans les sensations lugubres des personnages, malgré tout par moment des petites lueurs de lumière apparaissaient et surtout des sentiments positifs ressortaient des personnages même au milieu d’une traque fétide !

L’écriture de l’auteure, Tiphaine Levillain, est dynamique, immersive; Elle m’a fait sentir petit à petit que cette traque n’allait pas être facile et de tout repos.

Ses personnages sont intéressants dans leur façon d’évoluer. Jill est chasseuse d’Ombre et elle a été élevée dans cet unique but, tuer des démons jusqu’à en mourir et en échange elle reste sous la protection de la Lumière jusque dans l’Au-delà. A aucun moment, elle ne remet en cause ses apprentissages et la suprématie de la Lumière. Quant à Betty, elle est étrangère à ce monde, elle n’a rien demandé; Elle voulait juste se sentir elle-même et en adéquation avec la nature. Malgré cela ces deux jeunes femmes font front, accepte leur lutte mais garde à l’esprit que peut-être un truc encore plus énorme se cache…

L’auteur, Tiphaine Levillain, utilise le même principe qu’un chapitre = un personnage différent en alternance et évidement j’aime beaucoup; sauf qu’ici dans ce récit c’est par 3; Trois chapitres du point de vue de Betty et on continue l’histoire avec 3 chapitres avec le point de vue de Jill. L’auteur ne nous fait pas revivre certaine scène, juste l’histoire se déroule un coup du point de vue de Betty et après on suit avec Jill et ainsi de suite. C’est dynamique et très intéressant car ces deux personnages sont quasi en totale contradiction dans leur façon d’aborder cette traque, même si elles ont le même but,leur façon d’y arriver et leur façon de voir les choses sont différentes.

A noter que plus la traque se poursuit, plus les personnages en bavent et plus les révélations deviennent compliquées à encaisser pour eux. En tant que lectrice, je suis restée suspendue à la moindre révélation et encore avec ça je ne tiens pas le fin mot de l’histoire, ça serait trop simple et j’aime beaucoup être dans cette situation où le récit n’est pas prévisible.

Dernier mot, la couverture en jette vraiment et illustre parfaitement ce qu’on peut ressentir en lisant cette histoire !

En Bref

Un récit sombre, dynamique, captivant et laissant une tension de plus en plus grande au fur et à mesure des pages, de la traque.

Des personnages qui n’ont pas encore livré tous leur secrets et restent intrigants.

Merci à l’auteure, Tiphaine Levillain pour cette traque tendue et prenante !

 

 

Les Royaumes Démoniaques, tome 1 : La Roche des Âges de Christopher Evrard

Titre : Les Royaumes Démoniaques

Tome 1 : La Roche des Âges

Auteur : Christopher Evrard

Illustratrice : Jenny Burgy

Éditeur : Autoédité

Genre : Dark Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 381

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Mes erreurs sont tout ce qu’il me reste. » – Ciwen

L’horreur et la violence côtoient la féerie et la beauté. La magie et les combats forgent la réalité au jour le jour. Tandis que les légendes et mythe résonnent dans l’inconscient collectif comme des promesses d’un jour meilleur, tel la mystique roche des âges que Ciwen, un mage de foudre, recherche désespérément.

Dans une existence où le macabre est un lot quotidien… Quel est le sens de la vie ? Quel signification mettre à des concepts comme l’amour et la haine, ou la guerre et la paix ? Comment les définir, et les dépasser ?
Tant d’éternelles énigmes qui se posent à chaque instants, depuis la nuit des temps.

Les réponses apparaissent toujours dans le noir, tels des lucioles fuyantes…

Mon avis

Merci beaucoup à l’auteur, Christopher Evrard, pour m’avoir proposé de découvrir son univers, et c’était pas gagné car d’habitude le côté « Dark » d’une histoire me fait fuir; Mais là le résumé m’a convaincu et bien sûr tout le reste !

L’histoire

Ciwen, un mage recherché, traqué poursuit sa route sanglante vers le château où une certaine guilde de mages officie. Il a un seul but, retrouver la Roche des Âges. Son quotidien n’est fait que de combat, de violence et de sang. Il ne sait plus très bien pourquoi il continue, il abhorre cette mesquinerie des hommes, la jalousie et la cupidité qui pousse même le meilleur à trahir pour un peu d’or et d’argent;

Il est fatigué de fuir, de vivre aux aguets; sa vision du monde s’aiguise, ou plutôt il voit de plus en plus ce qu’il aimerait abandonner pour enfin poser ses bagages et continuer à vivre sereinement… mais qui est-il vraiment ? Pourquoi cette étrange ombre s’introduit dans ses songes ?

 

Les personnages

Ciwen : c’est un mage foudre, le seul au monde; d’où il vient, il ne le sait pas lui-même, ses souvenirs sont confus. C’est un guerrier à n’en pas douter, vivre ou mourir : il a choisi ; Il est déterminé à trouver la Roche des Âges, pour quel dessein ? Il a l’idée mais encore pas vraiment les moyens d’y parvenir. Il est impitoyable avec qui en veut à sa vie. Dans le même temps sans jamais se détourner de sa route, il est fatigué, usé par le comportement de ses pairs et ne lésine pas pour aller au-delà de ses propres limites pour aboutir à ses objectifs. Son caractère ne facilite pas les relations sociales, et sa solitude imposée provoque maladresse et méfiance et complique toute communication.  Malgré son côté pragmatique essentiel à sa survie, il démontre par moment qu’il est un grand idéaliste.

Ciwen côtoie beaucoup de monde, des personnages totalement étranges et effrayants; des ennemis redoutables, des alliés inattendus; je vous laisse le plaisir des les découvrir tous.

 

La Plume, le Scénario

Bon, malgré ma petite aversion (« petite peur ») pour le Dark; cette histoire m’a vraiment plus car l’auteur a su préserver mon esprit de mon imagination galopante. Vous allez me dire pourquoi accepter de lire un livre avec un titre pareil : « Les royaumes démoniaques »; ça présageait que le récit n’allait pas être tendre; mais j’ai voulu tenter à nouveau, et puis faut dire que le résumé m’a un peu rendu curieuse. Il y a bien un passage assez difficile à lire, très explicite qui m’a un tout petit peu heurtée…mais bon c’est mon côté ultra sensible.

L’auteur, Christopher Evrard, nous fait entrer dans son monde par le début, le commencement de quelque chose… que j’ai suivi avec attention, sans vraiment comprendre à quoi cela faisait référence; mais ce début est vraiment essentiel il faut vraiment le garder à l’esprit.

Ensuite il nous emmène dans le sillage violent et sanglant de Ciwen;

J’ai vraiment aimé ce personnage car il est totalement imparfait; parfois grossier, il est aussi conscient qu’il fait des choses mal, qu’il a choisi de vivre plutôt que mourir; et quand il tombe sur des personnes qui le traquent, il n’a pas d’état d’âme, c’est lui ou eux…  son choix est vite fait. Sa vie est triste et emplie de combat, de fuite, de chemin de sang et il le dit lui-même ça commence sérieusement à l’user.

Sa quête est difficile, son but est tellement louable presque irréalisable mais Ciwen est déterminé; et il nous pousse à croire en lui et à le suivre.

A côté de l’histoire de Ciwen, la vie des autres personnages s’entrelace dans son destin.

J’ai aimé aussi l’apparition de personnages étranges, effrayant mais qui font partie de ce monde, qui connaissent Ciwen, qui savent qui il est, d’autres qui ne le connaissent que de réputation;  Des mesquins, des attachants, des traitres, des glorieux personnages, et bien plus encore. Oui car il y a plus encore.

L’auteur alterne d’un personnage à un autre; Ciwen étant central; Christopher Evrard donne également de l’importance aux autres protagonistes, en leur laissant la main sur le récit, on voit ce monde, ses rebondissements par les yeux d’autres personnages, chacun se croisant et laissant le lecteur avec les infos que certains personnages n’ont pas et c’est  frustrant, ça donne envie d’intervenir ! De cette manière, le lecteur a vraiment une vue et un savoir presque global sur l’histoire de ce monde, bien que je me doute que l’auteur garde quelques secrets dans sa manche.

Ce monde est épique, bien que fragile; Chacun des protagonistes veut vivre et défendre ce qu’il a de plus précieux, c’est un peu ce qui le rattache à notre monde à notre petite condition d’humain.

Malgré tout j’ai senti cette fin inéluctable, oserais-je dire nécessaire ? Mais dans les méandres de l’obscurité qui menace de tout engloutir, j’ai perçu cette toute petite étincelle revancharde et rebelle qui s’impose et ne demande qu’à exploser.

En Bref

Un récit passionnant, dynamique qui m’a tenu en haleine jusqu’à la dernière page !

Un personnage attachant et déroutant dans son état d’esprit et sa façon de voir la vie, absolument conscient du bien et du mal; un personnage qui fait de son mieux pour se connaître et réaliser son rêve, son objectif qui s’aiguise au fur et à mesure du récit;

Merci à l’auteur, Christopher Evrard de m’avoir tentée et de m’avoir permis de lire, vivre cette aventure brutale (un petit peu quand même), surprenante et passionnante !

 

Ahomaïshinals, Livre 2 : Hier, Aujourd’hui et Demain de Aurélie Aetea

Titre : Ahomaïshinals

Livre 2 : Hier, Aujourd’hui et Demain

Auteur : Aurélie Aetea

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique

Format : Broché

Nombre de pages : 500

Sorti le 10 octobre 2018

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Ahomaïshinals, Livre 1 : Histoire de Communautés

Résumé de l’auteur

« Retrouvez les Ahomaïshinals dans de nouvelles aventures ! Les enfants ont grandi et suivent leur propre chemin. Il y a des départs et des retours inattendus ainsi que des personnalités hautes en couleur, plus ou moins sympathiques.
Mais de multiples épreuves attendent les Ahomaïshinals : l’insurrection et un danger plus funeste encore…

La féérie se poursuit chez les Ahomaïshinals, qui iront encore plus loin pour chercher leurs rêves.« 

Mon avis

Je commence l’année avec le second livre de la saga Ahomaïshinals d’Aurélie Aetea, une auteure du côté de chez moi !

Vous connaissez le slogan : « La Haute Marne respire et inspire ! » et ben c’est chez moi !

L’histoire

On retrouve les Ahomaïshinals et leurs descendants car toutes les familles ou presque se sont agrandies.

Les Fondateurs se retrouvent face à une recrudescence de violence alors que l’entrée de leur planète, l’entrée d’Ahom a un filtre pour empêcher toutes personnes ou créatures malveillantes d’entrer… Alors que se passe t-il ?

Dans le même temps les Fondateurs font face à des sujets du quotidien, sommes toutes banals qui enflent de manière inconsidérés… Mais qu’arrive t-il sur cette planète ?

Les Fondateurs sont-ils dépassés par l’évolution de leur peuple ? Ou quelque chose de plus funeste se cache dans les replis de violence…

Les personnages

Leïda : est toujours cette femme si puissante mais si bienveillante envers tout le monde. Mais sa patience a tout de même des limites et chose exceptionnelle, Leïda s’énerve un peu dans ce tome et c’est très étrange. Elle aime toujours autant son mari Le Loup, mais la jalousie ou je ne sais quoi d’autre montre le bout de son nez …

Maelyne : c’est une jeune femme toute douce, très discrète voir un peu trop effacée mais avec un potentiel énorme qu’elle ignore. Très éprise et dévouée à son mari Aidan.

Ceran : C’est un être un peu particulier qui fait irruption dans la vie des Ahomaïshinals; il n’est pas tellement apprécié et sa vie est d’autant plus étonnante qu’il était dans un lieu d’où il n’aurait jamais dû sortir… Son apparition va semer un peu la zizanie au sein des Fondateurs et de leur alliés; mais il n’a pas donné son dernier mot, ni montrer totalement son potentiel, ni avoué la raison véritable de sa venue.

Ce Livre 2 est comme le premier très très riche en personnages tous passionnants ! Cette communauté est tellement attachante ! Attention lisez bien la liste des personnages au tout début du roman et n’hésitez pas à y revenir.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteure est toujours aussi agréable et captivante. Comme à mon habitude, je me laisse envelopper dans l’histoire si bien qu’au bout d’un moment je n’ai plus l’impression de lire.

Là encore on arrive à un bon pavé de 500 pages, mais c’est vraiment 500 pages d’aventure passionnante; je n’ai pas vu le temps passé je l’ai lu très vite, et je ne me suis heurtée à aucune longueur;

Comme dans le livre 1, on se retrouve avec beaucoup de personnage, d’où la nécessité de bien lire les premières pages au début du livre et d’y retourner quand le doute s’installe; mais honnêtement c’est très bien écrit et aucun moment je ne me suis sentie perdue, à aucun moment je n’ai eu besoin de retourner à ce glossaire de personnages du début;

Ce livre 2 a été surprenant, si le livre 1 m’a complètement embarquée avec cette communauté, j’avoue que j’avais un peu peur d’être déçue avec le livre 2 …  je reculais un peu le fait de commencer ce roman, et j’attendais d’être dans de bonnes conditions… bref je me cherchais des excuses pour garder cette belle première impression du Livre 1; Mais comme je me trompais, ce livre 2 a été une très belle lecture, j’ai été surprise par la détermination et l’évolution des personnages;

J’ai juste eu l’impression que cette communauté et sa planète ont continué à vivre leur vie au moment même où j’ai fermé le livre 1, et je vous assure que c’est une curieuse impression !

L’aventure du Livre 1 est déjà époustouflante, attendez-vous à être tout aussi surpris par l’histoire et la sagacité des personnages et leur complémentarité à tous. Cette planète est vraiment chanceuse, elle porte en son sein une communauté épatante, certes avec des défauts, des problèmes au quotidien, ils ont une vie presque normale si on fait abstraction de leurs pouvoirs, c’est peut-être ça qui les rend si attachant.

L’auteure parle également d’un thème bien d’actualité : la préservation de la Nature et des Animaux; et elle mets également en lumière que si certaines solutions paraissent idéales pour certains, elles peuvent être problématiques pour d’autres si elles ne sont pas longuement réfléchies; La préservation de la Nature est un sujet très vaste, et il est certain que le changement passera par le changement des mentalités, le soucis c’est que c’est trop long et parfois il faut brusquer les choses et faire le moins de concessions possibles. J’ai beaucoup aimé l’introduction de ce thème et sa tournure.

L’amour, la bienveillance, le libre arbitre et la tolérance règne sur Ahom coûte que coûte ! Et tous ces sujets sont abordés avec beaucoup de subtilité, d’humour et de bienveillance sans oublier le caractère impulsif des humains mais aussi des êtres liés par le sang, la sève 😉 la famille peut nous faire déplacer les montagnes, mais aussi devenir aveuglément bête !

J’ai eu un petit faible pour Lucie et Hyphen 😉

En Bref

Le Livre 2 est une très belle aventure, dans la continuité du premier Livre!

Aventure, Amour, Humour, Bienveillance, Tolérance beaucoup de bons sentiments mais attention le Mal taille sa place aussi dans ce récit !

L’auteure m’a fait garder à l’esprit que la liberté et le libre-arbitre reste un combat de tous les jours.

J’ai retrouvé avec plaisir toute cette communauté qui m’avait tant émue.

Suivez ce lien pour en savoir plus sur cette chouette communauté ! c’est ICI ==>> http://ahomaishinals.wix.com/lelivre

 

La Meute Harbor, Saison 2,5 : Austin & Salem d’Audrey S.G.

Titre : La Meute Harbor

Saison 2,5 : Austin et Salem

Auteure : Audrey S.G.

Genre : Bit-Lit, Romance

Format : Epub

Nombre de pages : 230

Sorti le 24 octobre 2019

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Saison 1
– HS : Porter & Ludivine
– Saison 2 :  Démons

 

Résumé :

« « Pour certains, l’amour rime avec danger et désespoir. »

Depuis le jour de son arrivée au sein de la meute Harbor, Salem est tombée sous le charme du ténébreux et mystérieux Austin. Désireuse de vivre l’amour, le vrai, et de partager sa vie avec son loup, Salem est prête à tout pour lui ouvrir les yeux.
Sous ses airs d’éternel dragueur et d’inlassable farceur, Austin cache un lourd secret lui interdisant d’aimer. Prêt à tout pour préserver les siens d’une nouvelle tragédie, Austin accepte de tout sacrifier. Y compris son amour pour celle qui l’a envoûté dès le premier regard.

Mais voilà, jamais ils n’auraient pu imaginer les conséquences de leurs actes.

Depuis, l’un et l’autre sont brisés et ne sont plus que les ombres d’eux-mêmes.
Traqués et pourchassés par des ennemis invisibles, dont ils ne savent rien, ou presque, Austin et Salem devront affronter leurs peurs les plus profondes pour espérer lever le voile du passé et devenir les maîtres de leur destinée.

Toutefois, en révélant les secrets et les mensonges du passé, Austin et Salem pourraient conduire la meute vers un danger bien plus grand.

Plongez au cœur de l’histoire d’Austin et Salem et partez à la découverte des mythes de la meute.« 

Mon avis

Merci à l’auteur, Audrey S.G., de me confier la suite de La Meute Harbor, avec ce couple bien particulier : Austin & Salem. C’est vraiment un plaisir de se replonger dans la vie de cette meute.

L’histoire

Alors que tout semble redevenu normal pour tout le monde, Austin et Salem se débattent encore avec leur « démons ». Austin reste prisonnier de son lourd secret qui l’empêche de donner libre court à son amour pour Salem; Il sait qu’il doit sacrifier ses sentiments pour le bien de sa propre famille. Quand à Salem, elle se débat avec la tristesse d’être rejeter et les horreurs, les cauchemars que lui a fait endurer Ashton… Leurs silences, leurs secrets, leurs mensonges mettent en danger la Meute; Des ennemis sournois œuvrent pour anéantir cette grande et forte famille.

Salem et Austin sont loin de s’imaginer que leurs décisions peut faire basculer la victoire dans un camp ou dans l’autre.

Arriveront-ils à dépasser ces obstacles ? Leur amour sera t-il assez fort ? Mais qui oeuvrent en secret à la chute de la Meute Harbor ?

Les personnages

Salem : C’est une puissante sorcière faisant partie de la meute; mais son enlèvement et ce qu’elle a subit avec Héléna, l’ont diminué et affaiblie, combiné avec le rejet d’Austin… Salem n’est plus très sûr de réussir à résister à ses horribles cauchemars. La belle jeune femme sûre d’elle, joyeuse et pétillante à laisser place à une jeune femme fragile, pleine de doute, anxieuse et déprimée… L’amour de la meute peut-il lui redonner sa force ? Peut-il seulement la sauver des ses nuits dangereuses ?

Austin : Il fait partie intégrante de Meute mais depuis toujours il cache un terrible secret qui l’empêche d’aimer qui que ce soit… Il repousse Salem avec vigueur, la mort dans l’âme. Ses doutes, sa retenue l’amène à une décision irrévocable.

Ashton : Après s’être montrer sous son vrai jour à la meute; il ravale sa défaite et ne s’avoue pas vaincu. Il est obsédé par Salem et le goût de son sang. Au point où ça le rend complètement ingérable... Sûr de lui, imbu de lui-même, cruel mais lucide il est prêt à tout pour obtenir ce qu’il veut.

La Plume, le scénario

Comme dans les précédents, je me suis retrouvée plongée dans la vie de la Meute, plongée dans la vie de Salem.

J’attendais ça avec impatience car ce couple Salem & Austin est particulier, j’avais vraiment envie de les suivre et de connaître enfin ce secret si terrible…

Suivre Salem fut éprouvant tant elle est soumise aux assauts cauchemardesques de son enlèvement; L’auteur a réussit à me faire ressentir ce dégoût, cette peur irrépressible du monstre. Les mots, les descriptions étaient très efficaces ! Et cette tristesse face au rejet d’Austin, non mais quelle douleur de les voir s’éloigner…

Comme j’aime, l’auteur passe d’un point de vue à un autre au travers des ressentis de ses personnages et lorsqu’on lit les tourments d’Austin, on se surprend à vouloir lui dire qu’il fait fausse route et c’est frustrant !!

On retrouve les autres personnages avec la même énergie de groupe, la même bienveillance envers les leurs, la même méfiance envers les étrangers, c’est une base sûre qui stabilise le récit et permet l’entrée de nouveaux éléments sans déborder de l’histoire de la meute, sans trop s’en éloigner mais ça assure le renouveau et le dynamisme du texte et par là même, capture le lecteur.

Les désirs du méchant sont décrits avec précision, sont redoutables et témoignent de ce besoin bestial de posséder pour dominer, de détruire et se servir, ça fait vraiment froid dans le dos;

Les scènes de sexe sont toujours aussi réalistes, aussi précises; elles transmettent cette force animale, cet amour incommensurable; ce côté, de conduire deux âmes sœur à n’en faire plus qu’une, le plaisir n’est pas oublié, les partenaires sont bienveillant l’un pour l’autre, c’est très touchant.

L’auteure arrive toujours à me surprendre, en incorporant un éléments nouveau auquel je ne m’attendais pas du tout; c’est soudain mais salvateur … mais … mais j’en ai déjà trop dit …

Parlons couverture !! Alors je crois que c’est de loin la couverture que je préfère de toutes celles de la saga et pourtant elles sont toutes belles ! Mais celle là est mystérieuse, transmets l’aventure, mais aussi donne un côté magique, onirique même 😉 . Elle est superbe !!

En Bref

Un récit sous tension, une épreuve supplémentaire pour la Meute;

Des personnages tellement réalistes avec leurs forces mais aussi leurs faiblesses, tellement attachant; C’est fou, au fur et à mesure, des mots, des lignes, des tomes comme on peut adopter, s’attacher à cette Meute !

Une lecture super agréable, immersive et passionnante; J’en veux encore !

Merci à l’auteure, Audrey S.G., de me faire vivre les aventures de la Meute Harbor ! Quel plaisir !

L’IndéPanda n°9

 

Titre : L’IndéPanda

Auteure : Collectif

Éditeur : Autoédité

Genre : Magasine

Format : epub

Nombre de pages : 97

Sorti le 1er octobre 2019

 

Résumé

Trois ans ! Pour ce numéro anniversaire, le comité de lecture de L’Indé Panda vous a concocté un magazine aux plumes savoureuses…
Fanny Crubellier, avec beaucoup de délicatesse, vous parlera de résilience. Puis, grâce à Suzanne Marty, vous basculerez dans un futur pas si lointain, où les sentiments ne tiennent qu’à un chiffre. De frissons en actes courageux et féministes, de messages poignants en romances hors-normes, les spectres de la vie et de la mort vous guettent au fil des pages… Bienvenue dans ce neuvième numéro de L’Indé Panda !

***

Au sommaire :
Fanny Crubellier – Résilience
Suzanne Marty – Bon numéro
Benoît Barker – Shutdown
Adriana Kritter – Permis de sauver
Céline Saint-Charle – Les cages
Noémie Delpra – Il était cinq heures
Jo Frehel – Par amour
Florence Dalbes Gleyzes – Comme un crabe
Mélanie De Coster – Qui allez-vous appeler ?
Jean-Marc Bassetti – Ma première gare mondiale
Bertrand Peillard – Petite résurrection en forme de sourire banane

 

Mon avis

Merci au collectif de l’IndéPanda de m’avoir fait découvrir ce magazine !

 

 

La Plume, le Scénario

Je vais passer en revue chaque nouvelle, afin de décrire ce qui a retenu mon attention sur chacune d’elle.

Mais avant, j’aimerai donner mon avis sur le recueil en général. Les nouvelles se suivent et ne se ressemblent pas, chacune à un genre particulier et c’est très appréciable car on saute du coq à l’âne à grande vitesse. La nouvelle étant un format court, l’histoire et les personnages sont très condensé et en fait sur plusieurs d’entre elles c’est plutôt l’ambiance qui m’a séduit (un petit clin d’œil à mon compagnon qui m’a aidé à mettre des mots sur la provenance de ce fameux ressenti). Malgré tout certains personnages sont très développés et la nouvelle dont ils dépendent est extrêmement centrée sur leur histoire plus que sur l’ambiance. J’en viens à dire que ce magasine est un mélange des genres, des ambiances, et des manières d’écrire.  J’ai apprécié à chaque fin de nouvelle, le petit mot de l’auteur, à chacun sa manière de se présenter;

les Nouvelles

1) « Résilience » de Fanny Crubellier

Au détour d’une rencontre, entre discussions intéressantes, jeux de séduction, l’impensable, le souvenir douloureux remonte et fait échos entre ces deux protagonistes. Une histoire courte, peut-être trop courte pour véhiculer une émotion ou compréhension de cette résilience. Quand l’un peine à oublier ou essaye d’avancer, l’autre semble avoir réussit cette étape et s’en étonne. Un face à face tantôt tendu, tantôt agréable mais il est peut-être trop tôt…

Je n’ai pas réussit à accrocher à ces personnages, et j’ai trouvé la fin de la nouvelle trop précipitée et presque trop facile.

2) « Bon Numéro » de Suzanne Marty

Alors je connais déjà un peu l’auteure pour avoir lu « Amour, les 10 commandements » (un recueil très agréable); Dans cette nouvelle, je n’ai par retrouvé cet humour, cette amertume et la tristesse qui caractérisaient le recueil que j’ai déjà lu; Bien au contraire, cette nouvelle était très agréable également mais d’une autre manière, avec ces deux protagonistes qui portent les couleurs de l’espoir et de la vie.

L’introduction de la magie de façon un peu innocente éclaire le récit et rend l’histoire douce et agréable comme un bonbon 😉 et surtout porte l’espoir bien haut !

3) « Shutdown » de Benoît Barker

Avec cette nouvelle, on reste suspendu à l’histoire; le thriller est efficace et véritablement surprenant; Le lecteur est envoyé sur une piste plausible mais l’auteur cache bien son jeu !

ça fait peur, on est tendu quand on lit, et ces quelques pages suffisent à augmenter la pression et la peur de façon efficace !

4) « Permis de Sauver » d’Adriana Kritter

Ce récit nous plonge dans une période de l’Histoire où la femme n’était pas libre, et pire ne pouvait pas passer son permis, c’était impensable. La protagoniste se heurte à un homme particulièrement rétrograde, et bourré de préjugés. Mais avec beaucoup d’humour et une répartie agréable, elle va tenter de clouer cet homme de Cromagnon. La fin de cette nouvelle est étonnante, touchante et pleine d’espoir et de positivité !

L’auteure nous parle d’Histoire, de féminisme, c’est touchant plein d’humour mais aussi très instructif.

5) « Les cages » de Céline Saint-Charles

Vous ne comprendrez qu’à la dernière page… C’est osé et astucieux et en même temps je ne peux m’empêcher de penser que peut-être il faudrait des mesures aussi radicales pour réduire les statistiques.

Le suspens est là, on essaye de comprendre, on arrive aux mêmes conclusions que le personnage principal ensuite tout s’éclaire à la toute fin ! et WOW !

6) « Il était cinq heures » de Noémie Delpra

Cette histoire est triste et injuste mais malheureusement trop commune et ultra réaliste ! et ce n’est pas un défaut c’est un cri, une dénonciation car il faut agir.

L’auteur parle de cyberharcèlement, du mal que cela peut faire à la victime, sans que les auteurs ne ressentent rien à part le plaisir d’une vengeance ou d’une mauvaise blague… bref cette façon de faire qui s’est répandue ces dernières années est odieuse, monstrueuse et tue ! Alors STOP !

7) « Par amour » de Jo Frehel

En quelques mots, une histoire triste d’un homme simple qui aimait le travail à la scierie et l’infirmière de son voisin. Alors oui, ce Thimothée est touchant, car il est face à lui même, à la solitude. Et ses actes sont désarmant de simplicité et tellement difficile à accepter ce que lui ne voit que comme la seule solution…

Cette nouvelle est très touchante et en même temps douloureuse.

8) « Comme un crabe » de Florence Dalbes Gleyzes

Alors cette nouvelle est difficile à interpréter car j’en suis encore à me demander qui est vraiment cette jeune femme timide et asociale… Et pourquoi un type comme Bertrand se retrouve au prise avec son succès facile mais finalement doute de lui … Qui est vraiment Betty ?

Une nouvelle perturbante, et dynamique avec cette façon de passer du « Il » à « elle », ces différences de point de vue éclairent à demi sur la situation des deux protagonistes mais une épaisse brume persiste.

9) « Qui allez-vous appeler » de Mélanie De Coster

L’auteure nous emmène chez une vieille dame au prise avec des fantômes qui en veulent à sa vie et à sa maison. La vieille dame lutte depuis toujours comme l’a fait sa grand-mère et comme elle a continué de le faire avec feu son mari. Le suspens est tangible, il ne reste plus qu’elle mais les fantômes, les monstres sont très tenaces…

La fin de ce récit est surprenante mais en même temps très limpide. Finalement cette nouvelle joue au miroir. Mais je ne dis rien de plus à vous de découvrir !

10) « Ma première gare mondiale » de Jean-Marc Bassetti

L’auteur parle des dégâts de la Première Guerre Mondiale, où comment des souvenirs vont être effacés à jamais avec l’avancée du progrès. Ces petits moments en famille le dimanche sont plein émotions, et semblent peser sur le personnage principal malgré une certaine allégresse à faire ces trajets-aller en train.

Cette nouvelle charrie beaucoup de nostalgie.

11) « Petite résurrection en forme de sourire banane » de Bertrand Peillard

L’auteur nous plonge dans un récit plutôt hyper réaliste, un constat intimiste, caustique et fataliste. Après cette plongée dans les eaux sombres de la lucidité; l’auteur transporte le personnage dans un dernier sursaut de vie, un revirement, un espoir que c’est possible, qu’on peut toujours s’en sortir, qu’on doit s’en sortir…

Cette nouvelle c’est une dernière étincelle de vie et finalement la fin ne m’a pas surprise car je la sentais venir comme une tension palpable, c’était très efficace !

 

En Bref

Ce recueil de nouvelles, sous la bannière de l’IndéPanda, fut très agréable à lire ! Merci pour ces différents genres, c’est court mais c’est intense !

Les enfants d’Aliel, tome 2 : Le cheval de feu de Sara Schneider

Titre : Les enfants d’Aliel

Tome 1 : Le cheval de feu

Auteure : Sara Schneider

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 400

Simplement.Pro

Fiche Bibliomania

 

***ATTENTION PROBABLES SPOILERS***

Pour ceux qui n’ont pas lu « Les enfants d’Aliel, tome 1 : le Grand Réveil »

Résumé de l’auteure

« Les Synalions se croient à l’abri au sein de la Horde des Vents Levés, chez les éleveurs de chevaux. Mais Orga veille et les feux de camp pourraient bientôt éclairer une autre danse que celle de la cérémonie du cheval de feu. Des guerriers durnachs tournent leurs armes contre leur propre peuple. La quête du dernier Synalion prend l’allure d’un galop effréné et le tumulte des émotions chahute la fragile cohésion du groupe. Si Irika s’embrase, Carson s’efface, Nouak se disperse et Lilas fait face à des décisions qui bouleversent ses principes. Qui d’autre qu’elle, parmi ses coéquipiers, le mercenaire Vionel ou son frère Jaz en fera les frais ? »

Mon avis

Merci à l’auteure Sara Schneider de m’avoir permis de continuer l’aventure avec Lilas et les Synalions, ce tome est sombre, la menace s’étend comme de la mauvaise herbe.

L’histoire

Après leur dernier affrontement avec Orga, les protagonistes se réfugient dans la Horde des Vents Levés, le peuple de Nouak le dernier Synalion trouvé; Ils se croient à l’abri mais Orga ne leur laisse aucun répit. Les guerriers Dunarchs sont pour elle un doux souper, une veine doucereuse où infiltrer son poison. Bientôt le peuple de la Horde des Vents Levés se retrouve assaillis par les monstres d’Orga et par leur frères changer en soldat du mal… Chacun des Synalions est soumis à une tension extrême pour trouver sa place dans ce groupe, pour survivre à une énième tentative d’Orga pour les éliminer, pour protéger ceux qu’ils aiment. Lilas et ses amis sont de nouveau face aux créatures d’Orga qui empoisonnent petit à petit les peuples des Terres Franches; Malheureusement, Orga s’insinue là où elle trouve la moindre petite noirceur et le Clan de la Horde des Vents Levés ne fait pas le poids face à ces monstres. Les Synalions et leur guerrier vont devoir se battre et prendre des décisions difficiles en particulier Lilas; personne n’en sortira indemne …

Les personnages

Lilas : C’est une belle jeune fille qui possède un lien indéfectible avec la nature, de nature pacifique, elle n’est pas du tout faite pour la guerre; en tout cas c’est ce que pense son entraîneur… et fini de persuadée Lilas. Mais sa présence est importante car elle porte en elle la bienveillance et la lumière. Dans ce tome, elle perd confiance en elle car elle se compare beaucoup à ses camarades. Mais elle est pleine de ressources et arrive toujours à trouver ce qui peut aider les autres; elle est un maillon solide dans ce groupe, malgré ses doutes, il faut juste qu’elle en prenne conscience et surtout qu’elle se fasse confiance.

Vionel : c’est un mercenaire, mais pas un mercenaire sans foi ni loi; il a quitté l’armée de son roi car il n’était plus en accord avec ses principes et sa philosophie de la vie; Certes il est payé pour attrapé des brigands, des bandits, des fugitifs mais il n’en garde pas moins un cœur. Il l’a d’ailleurs démontré avec Carson. Il juge que Lilas n’est pas faite pour la guerre, cette fille si douce, si frêle, si rapidement impressionnée… mais peut-être qu’il se voile la face… Il a décidé de mettre ses activités en suspens pour accompagner les Synalions, et il se sert de ses contacts pour appréhender la situation

Irika: C’est une Arkonnaise, elle vient d’une communauté minières, et son impulsivité fait parfois des flammes; Elle est discrète, très peu causante mais très perspicace et vive. Quand elle prend part à la conversation, c’est toujours avec très peu de mots mais c’est direct et toujours caustique. Elle ne s’embarrasse pas de conversation inutile.

Carson: C’est un Synalion avec un don particulier, très lié à la vie qu’il a dû mener jusqu’à maintenant, il est débrouillard à l’extrême et son don est vraiment précieux ! Bien que pour le faire fonctionner, son système est un peu moyen pour son moral

De nouveau personnages font leur apparition, des alliés mais aussi des ennemis car Orga dissémine encore plus son poison…

La Plume, le Scénario

L’auteure, Sara Schneider, commence son tome 2 par un court rappel du tome 1 très appréciable, ça m’a permis de me resituer très rapidement dans l’histoire.

Alors le mal décrit par l’auteure Sara Schneider est toujours aussi efficace… oui oui heurkk…. moi qui suit un peu phobique des grosses araignées, j’avoue que les Aracs me font dresser les poils sur les bras… Ensuite, ce poison d’Orga amplifie le plus vil des défauts, donc sont au rendez-vous la cruauté, les pervers, les sadiques et bien d’autres joyeusetés bref tout ce qu’il faut pour faire un Mal très très convainquant !

Dans ce tome, j’ai senti Lilas perdue, pas sûr d’elle, en perte de confiance… lors de son dernier affrontement qui a finit en kidnapping, ses ravisseurs l’ont blessé très gravement et l’on laissé amoindrie et pleine de doute. D’une part, elle ne sait pas bien où est sa place dans le groupe car ce n’est pas une guerrière contrairement à ses camarades et d’autre part elle a perdu tout espoir de rencontrer l’amour dans cette guerre à l’issue compromise. Ce personnage est encore plus attachant avec ses doutes, ça la rend plus « humaine », plus en accord avec son don si près de la nature, bienveillant; On comprend pourquoi elle ne se fait pas à ces images d’horreur que distille Orga….

Les intermèdes sur Jaz étaient intéressant dans le sens où on s’aperçoit que ce petit garçon de 10 ans est une vraie force de l’esprit et tellement bienveillant ! c’est un personnage étonnant et avoir développé son histoire au milieu de celle des Synalions était vraiment surprenant et agréable;

Un petit mot sur Irika, j’aime bien ce personnage un peu revêche, libre et si impulsive ! Le passage chez les couturières Dunarches m’a vraiment ravie !! c’est un personnage qui ne fait pas de bruit mais qui est très efficace et ne gaspille ses mots, c’est vraiment agréable et parfois drôle.

L’union n’est pas aussi frappante dans ce tome, non pas que les Synalions se divisent, non, c’est plutôt que chacun jauge l’autre peut-être face à l’immense pouvoir d’Orga, face aux créatures et aux dégâts qu’elles font… chacun se demande s’ils vont être tous capable d’aller jusqu’au bout; Ils sont inquiets les uns pour les autres. L’auteure, Sara Schneider, nous glisse cet état fébrile de ses personnages, d’une part avec les doutes de Lilas, puis les inquiétudes de Vionel, puis l’état d’esprit de Carson… C’est intéressant car on sent qu’il y a un fil ténu entre eux qui les relie malgré leur existence propre et individuelle, malgré leur caractère totalement différent…

L’auteure dans ce tome malmène encore ses personnages, mais ils restent fixés sur leur but commun : sauver le peuple des Terres Franche du poison d’Orga ! Chacun à ses raisons d’avancer et de se battre; Chacun évolue avec ses anciennes et ses nouvelles blessures, avec son bagage de vie, avec ses peines et ses doutes; mais ils continuent d’évoluer, malgré leurs disparités, ils sont soudés par ce fil ténu et ça les aide à approcher de plus en plus de leur but.

Encore une fois je suis arrivée à la fin de ce tome trop rapidement … et cette fin c’est insupportable, je subis trop de tension, trop de suspens !

Dernier point : ce tome 2 nous offre une très belle couverture, très représentative !

 

En Bref

L’aventure des Synalions continue ! Ils font encore face à beaucoup d’horreur, ils vont devoir faire des choix mais garder à l’esprit qu’il faut sauver les Terres Franches!

Des personnages passionnants, qui diffèrent les uns des autres mais qui forme un groupe unique et attachant.

L’étau se resserre, le mal, le poison gagnent du terrain, les Synalions doutent mais leurs unités leur fait garder espoir.

Merci encore à l’auteure Sara Schneider pour m’avoir proposer de continuer l’aventure avec les Synalions, c’était captivant et ça me laisse encore cette envie de ne pas lâcher ce groupe !

La Terrifiante Histoire de Prosper Redding, tome 1: Une alliance diabolique d’Alexandra Bracken

 

Titre : La Terrifiante Histoire de Prosper Redding

Tome 1 : Une alliance diabolique

Auteure : Alexandra Bracken

Éditeur : Édition de la Martinière (jeunesse)

Genre : Fantasy, Jeunesse

Format : Papier

Nombre de pages : 368

Fiche Bibliomania

 

Résumé

« Vivre avec un démon – un véritable démon ! – à l’intérieur de soi n’est pas chose facile… Surtout si votre famille, après l’avoir découvert, veut vous faire disparaître…

Prosper Redding, pourtant, va devoir s’habituer. Alastor, le démon qui, progressivement, prend possession de lui, ne semble pas décidé à le laisser tranquille. Il a des comptes à régler avec la famille Redding et Prosper fait partie de son plan.

Prosper pourra-t-il compter sur l’aide de son oncle Barnabas et de sa cousine Nell ? Ou sera-t-il obligé, comme l’ont fait ses ancêtres, de pactiser avec Alastor ?

Car les Redding pourraient s’avérer plus dangereux et démoniaques que le démon lui-même… Et Alastor serait alors seul capable de le protéger ! »

Mon avis

L’histoire

La famille Redding est la famille de l’excellence, tout lui réussit; Les affaires, les études, l’argent… Prosper et Prue Redding, des jumeaux, sont les derniers Redding, leurs treize ans arrivent à grand pas entourrés de la fébrilité de toute la famille. Prosper est un peu la verrue disgracieuse de la famille, car l’école l’ennuie tellement qu’il s’y endort très souvent et ça lui vaut tout un tas de retenues et de remontrances… Lorsqu’au cours de LA cérémonie, Prosper découvre en même temps que sa famille qu’il est habité par un démon, il n’a pas le temps de se faire à l’idée qu’il subit tour à tour une tentative d’assassinat et un sauvetage in extrémis …. Encore sous le choc, il n’en croit pas ses yeux mais Alastor n’est pas démon a se faire oublier.

Commence alors pour Prosper, la lente découverte de sa famille et le lien tenu, tendu qu’elle entretien avec ce démon.

Prosper va devoir se fier à son instinct et ça ne suffira pas, son alliance forcée avec Alastor ne l’emballe mais il se pourrait que le démon soit son dernier recourt face à la famille Redding.

Les personnages

Prosper : C’est un jeune collégien de treize ans, peu aimé de ses camarades même harcelé, et roué de coups; L’école l’ennui beaucoup, et ne peut s’empêcher de s’endormir en cours au grand désespoir de sa famille... Mais Prue sa jumelle veille au grain et le secourt autant de fois qu’elle peut. Quand il apprend qu’il est possédé par un démon nommé Alastor, c’est l’incompréhension, et encore plus quand il comprend que sa famille a tenté de l’assassiner lors de LA cérémonie. Heureusement Oncle Barnabas et La cousine Nell sont là pour le protéger, mais pour combien de temps…

Alastor : C’est un démon, tout ce qu’il y a de plus méchant, qui considère les êtres humains comme des insectes avides de pouvoir. Seulement, le Prince des ténèbres est coincé dans le corps d’un ado de 13 ans, un peu chétif et trouillard… Au fur et à mesure de la cohabitation, Alastor va comprendre que Prosper n’est pas si facilement manipulable, en tout cas son esprit n’est pas simple à appâter, car Prosper ne rêve pas de gloire, d’argent ou de pouvoir, il ne pense qu’à sauver les siens…

Après avoir échappé à sa dangereuse famille, Prosper se retrouve séparer de sa chère et tendre soeur; mais semble en sécurité chez Oncle Barnabas qui paraît bien mystérieux et sa cousine Nell tellement en colère et triste…

La Plume, le Scénario

Je me suis dirigé vers ce livre d’abord pour sa couverture intrigante et particulière, qui donne le ton du roman. Ensuite le résumé m’a paru très intéressant.

Je me retrouve dans l’étrange histoire de Prosper Redding assez facilement, le personnage de Prosper est plutôt fade au début, c’est un collégien souffre douleur et très fatigué qui s’endort chaque fois en cours… Il fait honte à sa famille si brillante et riche. L’histoire prend véritablement une autre tournure quand Prosper ne peut se soustraire à une cérémonie et découvre qu’un démon le possède et que ce démon veut détruire toute sa famille… D’un seul coup Prosper se montre sous son vrai visage, et devient très intéressant; Ses dialogues avec Alastor sont un régal, par contre les sorties gourmandes d’Alastor sont assez répugnante.

L’écriture de l’auteure est agréable, l’histoire prend de l’épaisseur et de l’intérêt au fur et à mesure de pages et de l’issue dramatique; Au début tout paraît simple, mais l’auteure telle une araignée tisse une toile complexe sur la tournure du récit et le rebondissement des dernières pages m’a vraiment surprise !

L’auteure aborde rapidement, peut-être trop rapidement le thème du harcèlement scolaire au travers de la situation de Prosper; Elle décrit bien ses mécanismes de défense quand il entre dans une autre école, son étonnement quand les coups ne viennent pas, quand l’intérêt des autres à son encontre est impensable pour lui… Bref, à être harceler et rejeter on finit par trouver étonnant des gestes et des paroles de bienveillance, et même à douter de la sincérité de ceux qui semblent gentil.

Le thème de la famille qu’on ne choisit pas est aussi abordé… effectivement ça n’est pas tous les jours que votre famille essaie de vous assassiner. Et voir dans leur regard que vous n’êtes pas comme ils auraient voulu que vous soyez…

Le cliffhanger final promet un tome 2 intéressant !

En Bref

Un livre jeunesse sympa, des personnages principaux qui prennent en épaisseur au fur et à mesure de l’histoire, des thèmes d’actualité abordés succinctement comme le harcèlement scolaire, la famille, la bienveillance, l’acte de bravoure désintéressé, l’aide apportée désintéressée … Bref autant de pistes pour apprécier ce roman !

Une fin qui pique la curiosité et donne vraiment envie de lire le tome 2 !

Galénor, tome 1 : Le Livre des Portes de Audrey Verreault

Titre : Galénor

Tome 1 : Le Livre des Portes

Auteur : Audrey Verreault

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 358

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Dans un monde où cohabitent humains, elfes et inferniths – des êtres hybrides mi-humains, mi-démons comme des muses, des vampires, des chimères… la guerre fait rage. Mené par un mage noir nommé Kendrick, un groupe d’inferniths terrorise Galénor depuis des décennies – meurtres, maisons incendiées et disparations s’enchaînent… JudyAnn, une jeune paysanne, voit sa vie changée à jamais lorsque le célèbre Edgar Grimm Mérindol lui apprend qu’elle est une géminie, sorte de magicienne qu’elle croyait pourtant disparue… Elle partira pour la grande cité de Godwynn où elle apprendra à maîtriser ses pouvoirs avec Vincent, un professeur et un vampire pas comme les autres…« 

Mon avis

Merci beaucoup à l’auteure, Audrey Verreault, de m’avoir proposé son roman ! J’ai traversé avec plaisir l’univers de Galénor en compagnie de JudyAnn.

L’histoire

JudyAnn est une paisible et crédule paysanne quand Edgar Grimm Mérindol passe dans sa contrée reculée afin de recenser les nouveaux magiciens. Commence alors pour elle une aventure inattendue et époustouflante; elle n’aurait jamais cru quitter son village un jour dans sa vie. Elle va passer de surprise en surprise quand le célèbre magicien lui apprend d’abord qu’elle est une des dernières Geminies, sorcières très puissantes ayant disparue depuis un certain temps, mais en plus qu’elle va devoir voyager jusqu’à Godwynn, la ville de ses études de magie, avec son jeune professeur qui n’est autre qu’un vampire. Elle va alors intégrer un groupe de jeunes gens qui devront lutter contre les manigances et complots du terrible Kendrick, un mage noir avide de pouvoir.

Les personnages

JudyAnn : C’est une jeune paysanne à quelques jours de ses 19 ans, âge où la magie se révèle ou pas; C’est une jeune femme un peu crédule, n’ayant jamais sortie de son village par peur de toutes ces rumeurs qu’on raconte sur ce qu’il se passe au-delà des remparts de son village… Elle a des amis non-humain mais s’en méfie car ils souffrent d’une réputation ternie par toutes ces années de guerre. Le célèbre Edgar Grimm Mérindol, vient lui-même la tester et lui apprendre qu’elle est une Geminie et surtout qu’elle doit cacher cet état à tout le monde. Elle va beaucoup apprendre, murir au contact de son groupe d’étude et de ses professeurs un peu surprenants.

Vincent : C’est un Illustre, il va devoir faire cours au groupe de JudyAnn; C’est un personnage trouble, mystérieux, envoûtant; C’est un vampire mais il a la chance que le célèbre Mérindol se porte garant de lui pour lui permettre d’enseigner.

Edgar Grimm Mérindol : C’est un mage très puissant et surtout très ancien; C’est pour cette raison que quand il se présente devant JudyAnn, la surprise est saisissante pour l’entourage de la jeune femme. Il a une personnalité très ouverte peut-être est-ce dû à son grand âge; sa passion pour les illusions d’optiques va de paire avec son enthousiasme pour le cirque. Il se dégage de lui beaucoup de bienveillance mais aussi beaucoup de mystère.

JudyAnn ne sera pas toute seule dans ce combat, son groupe de jeune va être mis à mal; mais leurs particularités et leur solidarité vont les aider dans leur lourde tâche. Je ne vous retirerai pas le plaisir de les découvrir avec trop d’indices 😉 !

La Plume, le Scénario

Voilà, je me suis replongée instantanément dans un nouvel univers, cette fois peuplé de toutes sortes de créatures cohabitant tant bien que mal.

Au départ, tout laisse penser que c’est une histoire où le bien et le mal vont s’affronter, les mages blancs contre les mages noirs ou encore les créatures sorties d’on ne sait où (moi je sais 😀 ) … Et bien ne vous laissez pas abuser, dans le récit de Audrey Verreault, tout n’est justement pas blanc ou noir.

L’écriture de l’auteure m’a surpris car je n’avais pas lu ni avis, ni bio et certaines expressions m’ont frappé et là ben je vous laisse découvrir tout seul 😉 Alors ces petites expressions ou tournures de phrases que je ne vous donnerai pas, sont un vrai dessert dans le cours du récit, j’ai vraiment apprécié.

L’écriture de l’auteure est donc très agréable et je suis arrivée très aisément à entrer dans l’histoire de JudyAnn.

Notre héroïne passe de la crédule petite paysanne peureuse et pleine d’à priori venant du village d’Aldorham à une puissante sorcière de Godwynn, non sans mal; Il lui faudra apprendre à avoir confiance en elle et surtout éteindre sa méfiance des autres. Malgré cela, elle ne va pas être au bout de ses surprises et déceptions…

Galénor se bat contre Morgoth dirigé par un fou furieux, cruel et avide de pouvoir. Rien ne semble l’arrêter. JudyAnn va devoir faire avec tous ces faux semblants, entre traîtres déguisés et alliés retournant sa veste, la pauvre Geminie va devoir se frayer un chemin dans cette jungle afin d’aider Galénor à trouver la paix au travers de l’acceptation de l’autre et c’est pas gagner…

L’histoire n’est pas simple, la guerre entraînant certains excès de prudence, certains excès s’approchant fort du totalitarisme; Pour moi ce récit sonne comme un rappel à l’ordre, une ode à la tolérance, à la bienveillance, à l’ouverture d’esprit. Le Mal comme on le perçoit trop souvent n’est pas toujours là où on s’attend qu’il soit !
Dernier point, la couverture est superbe !! Les teintes sont juste magnifiques ! Et cet oiseau … !

En Bref

Un univers finalement sombre car dans la défiance de l’autre, dans la défiance de la différence; L’auteure apporte la lumière avec son héroïne JudyAnn, jeune ingénue, très puissante qui a su très vite comprendre que la différence ne faisait pas d’un être quelqu’un de mauvais.

Un récit agréable, une sorte de rappel à l’ordre, une invite à l’ouverture d’esprit et à la tolérance !

Merci encore à l’auteure Audrey Verreault pour m’avoir permis d’entrer dans cet univers qui cultive la différence !