Omertà de Clara Lamarca

Titre : Omertà

Auteure : Clara Lamarca

Éditeur : Autoédité

Genre : Jeunesse

Sujet traités : Adolescence, l’amour, l’amitié, le harcèlement, les préjugés…

Nombre de pages : 397 broché et 615Ko PDF

Sorti le : 13 juillet 2017

Coup de Cœur

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Le lycée. L’adolescence, le temps du premier amour. Sara et Sam se croisent alors qu’ils n’espèrent plus rien. Elle essaie de digérer le décès de son père, resté irrésolu, et les moqueries de ses camarades de lycée. Lui cherche à trouver son identité, une voix, même lorsque personne ne semble l’écouter. Ils se trouvent et se comprennent. Ensemble, ils essaieront de briser les barrières qui les empêchent d’être ceux qu’ils sont vraiment. Car rien ne les retiendra plus : pas même les autres. »

Mon avis :

Merci à l’auteure Clara Lamarca pour m’avoir fait confiance en me confiant la lecture de son premier roman. Une découverte bouleversante ❤

L’histoire :

Sara est le souffre douleur d’une bande d’adolescent depuis le collège et ça continue au lycée. Elle subit sans rien dire, elle s’arrange de cette vie insupportable. Son père est mort, sa mère est inconsolable et donc Sara se retrouve seule avec ses problèmes. Elle n’a pas d’amis, personne ne veut faire partie du clan des loosers.

Sam fait sa première rentrée dans le lycée d’Anviers, ses parents ont eu la géniale idée de déménager de Paris… Il est plutôt beau gosse, et attire sur lui l’envie féminine. Les mecs le trouve cool. Donc tout est ok. Sauf que lui subit sa vie, il fait semblant d’être cool, d’être heureux, d’être enjoué… mais en réalité, il est blasé, blasé, blasé…

Sara et Sam ne font pas partie du même monde. Ils ne devraient pas se parler. Mais la nature est ainsi faite et personne n’y peut rien.

Rien ni personne ne résiste aux élans du coeur.

Ensemble, ils vont essayer de se reconstruire, d’abattre les préjugés.

Les personnages :

Sara est une jeune fille rousse, plantureuse que les autres appellent si gentiment « la Grosse ». Elle est détestée pour ce qu’elle représente, elle est mise au ban des moins que rien, parce qu’elle dérange, elle gêne … A cause de ça elle subit toutes les humiliations possibles sans rien dire. Mais un jour trop c’est trop et elle n’arrive plus à supporter. Son père est mort, sa mère végète car elle ne peut plus avancer dans la vie sans son mari… Donc Sara subit et protège sa mère d’un nouveau drame… Quand elle aperçoit Sam, elle se dit tout de suite que ce n’est pas un mec pour elle, elle ne mérite pas ce genre de personne…

Sam, c’est le mec de 18 ans, cool, sympa avec tout le monde, tombant les filles comme il veut. Il est sûr de lui et n’a peur de rien… Enfin ça c’est la façade qu’il affiche pour tout le monde. En réalité, il est blasé, la vie l’ennuie, les gens l’ennuient, rien ni personne ne trouve grâce à ses yeux. Enfin jusqu’à l’entrée remarquée de Sara qui lui met la tête à l’envers et lui fait perdre ses repères.

Les harceleurs : Une bande de moins que rien de différents horizons qui pour cacher leur misère sociale s’acharne sur leur victime avec tellement de haine…

Les spectateurs : Ceux qui ne sont pas d’accord avec ce qui se passe devant leurs yeux mais qui préfèrent ne rien dire pour se préserver, ou par lâcheté pour ne surtout pas finir dans le camp des loosers.

La plume, le scénario :

La plume de l’auteur m’a happé dès les premières lignes et en général c’est vraiment bon signe. Il m’a fallu beaucoup de courage et la batterie déchargée de ma tablette pour quitter le récit les premières heures de lecture.

La vie de Sara est décrite avec beaucoup de prévenance, pas de voyeurisme. C’est un constat, triste mais réel. On s’attache très facilement à Sara. Contrairement au fait qu’elle subisse d’innombrables humiliations, c’est une battante mais pour qu’elle le découvre elle-même, il a fallu Sam.

Le passage de l’enfant à l’âge adulte est souvent pavé de difficultés, certains subissent plus que d’autre. La construction de soi, face aux parents, face à la société, face à ses camarades avec les codes, la mode, le paraître… et être à un détail près différent vous met tout de suite en danger, sur le fil du rasoir, côté loosers ou côté populaire. Et savoir gérer ces situations très compliquées demande beaucoup d’énergie et de lucidité. Quand en plus la vie ne vous épargne pas… c’est la descente aux enfers par les autres, pour les autres.

L’histoire de Sara et Sam est décrite avec beaucoup de douceur, de chaleur, de véracité. On est là, à côté d’eux et on est pris dans leur tourbillon de sentiments. Ce n’est absolument pas mièvre, c’est authentique !

Bien-sûr, le premier amour est abordé de façon tellement poétique, qu’on en vient à jalouser cette explosion de ressentis. C’est tellement beau. Cet amour vient à être la chose la plus importante de la vie, l’école, le bac, les études supérieures, tout ça ne compte plus. C’est le présent qui compte avec cet amour qui durera toujours.

Et puis, il y a les décisions compliquées, les situations non-réfléchies… on a mal avec les personnages. L’auteur a ce don de faire ressentir ce que vit ses personnages à ses lecteurs. Plusieurs fois, je me suis mise silencieusement à pleurer, tellement c’était beau, tellement les situations étaient triste, difficile trop intense. Merci Clara Lamarca pour toutes ces émotions !

Le harcèlement est abordé de façon très juste, bien-sûr les élèves se retrouvent souvent, très souvent seuls face à leurs harceleurs et les institutions ne peuvent rien pour eux, les institutions ne sont pas armées contre ce déferlement de bêtises, d’ignominie. Les adultes ne prennent pas assez aux sérieux ces situations insoutenables en tout cas pas avant le drame, l’accident. Et les harceleurs sont puissant, ils savent que personne ne leur fera jamais rien, ils ne paieront pas pour leurs tortures, leur bassesse. Peut-être qu’à force d’en parler, ces situations diminueront et disparaîtront. Alors il faut continuer et pas lâcher.

En Bref :

Un premier roman très talentueux ! Une histoire prenante, des personnages adorables, d’autres tout à fait détestable.

Avec cette lecture, je suis passée par toutes les émotions ! Un grand merci à Clara Lamarca !!

je-lis-des-auto-edites

Publicités

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

Titre : La deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une

Auteure : Raphaëlle Giordano

Éditeur : Eyrolles

Genre : Développement personnel, contemporain

Nombre de pages : 256

Sorti le 17 septembre 2015

Fiche Bibliomania

 

4ème de couverture :

 » – Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.

   – Une quoi ?

   – Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude…

   – Mais… Comment vous savez tout ça ?

   – Je suis routinologue.

   – Routino-quoi ?

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves… »

Mon avis :

L’histoire :

Camille approche les quarante ans, elle a un fils merveilleux, un mari presque parfait et un boulot. Mais elle se sent usée, fatiguée de se battre à longueur de temps. Son boulot lui apporte peu de réconfort avec des collègues railleurs, des dossiers inintéressant. Quand elle rentre le soir, son mari est devant la télé ou l’ordi, son fils enfermé dans sa chambre sur son téléphone ou sa tablette. Et elle rentre pour préparer le repas, se dispute au passage avec son fils qui préfère sa tablette à ses devoirs, et l’indifférence de son mari. Elle se sent invisible, triste, bonniche et sa vie ne lui plaît plus en tout cas pas comme ça.

A la suite d’une panne de voiture, elle rencontre Claude qui va changer sa vie. Elle se rend compte en discutant avec Claude que ses rêves sont très loin du chemin qu’elle a emprunté et grâce à lui elle va tenter de reconquérir sa vie et partir à la poursuite de ses rêves.

Les personnages :

Camille : C’est une jeune femme de 39 ans, qui s’habille pratique pour pouvoir courir toute la journée au boulot, chercher son fils à l’école, l’emmener à ses activités extra scolaires, faire à manger, s’occuper de sa maison… Bref c’est une femme dynamique mais qui s’est éloigné du bonheur petit à petit par habitude, par praticité, par usure, par déception, par fatigue… Mais elle ne désespère pas et quand Claude lui propose de reconquérir sa vie et son bonheur, elle n’hésite pas une seconde, après tout elle n’a rien à perdre, elle est déjà au bout du rouleau…

Claude c’est le sauveur de Camille, il a peut-être une soixantaine d’année, son visage serein le rend avenant. Il se dit « routinologue » et propose à Camille de l’aider à se rapproprier sa vie avec une thérapie un peu particulière mais qui a déjà fait ses preuves.

Le Plume, le Scénario :

Alors oui c’est un coup de coeur ! Chaque femme de quarante ans ou presque devrait avoir ce livre sur sa table de chevet !

Je pense que beaucoup de femme de presque quarante en est arrivé à la situation de Camille. On est presque toute passée par là, on vit la vie à cent à l’heure, on s’occupe des enfants, des maris, de son boulot… on court toute la journée pour le bien de sa petite famille et ce n’est pas une tare, c’est un choix et au début on est satisfaite de cette vie… sauf qu’au bout du compte on s’épuise et on ne le voit pas tout de suite. On habitue sa famille, à ce que superwoman s’occupe de tout, gère les problèmes, gère le compte bancaire, la plomberie, la garde des enfants, les problèmes de réseau … et tout ce petit monde s’appuie sur nous parce qu’on l’a autorisé et habitué à le faire. Mais non on n’a pas besoin d’aide, on y arrive toute seule… et avouer que ça devient dur c’est quasiment impossible. On se sent terriblement seule, soutien de famille et si on craque, on déséquilibre l’harmonie de la famille. Alors on s’enferme dans son cocon et la vie devient grise…

Mais alors ce livre est une vraie goulée d’air frais. L’aventure-Thérapie de Camille est étonnante et vivifiante. Elle est étonnante car sur le moment évidente mais il ne faut pas s’y tromper reprendre le chemin du bonheur ça demande des efforts, des gros efforts. Et Raphaëlle Giordano déploie tout un planning assez simple à mettre en place pour reconquérir sa vie, mais à quelques conditions qu’il faille vraiment le vouloir et surtout ne pas ménager ses efforts. Il faut avoir envie de sortir de cette grisaille.

Quelques exemples juste pour donner un avant-goût, de se que doit faire Camille:

  • 15 jours pour faire le ménage in/out : c’est à dire se débarrasser de tout ce qui paraît toxique/néfaste/sclérosant dans toutes ses relations et son organisation. Ensuite grand ménage, jeter au moins 10 objets inutiles, ranger, trier, améliorer.
  • Écrire sur une feuille A4 tout ce qu’elle ne veut plus être ou subir…
  • Faire la liste de ses qualités

Et plein de bonnes, très bonnes idées pour se retrouver et retrouver ses rêves.

Dans la lecture de ce roman/guide, un autre point important ressort et ce petit détail est délicieux. C’est le passage de la bienveillance. Camille est aidée et vous verrez par la suite ce que lui demande Claude, seule monnaie acceptable pour payer sa thérapie. Et je trouve cette idée juste géniale, une onde de choc qui pourrait atteindre des sommets. Un geste de bienveillance qui s’étalerait comme une onde que ferait un caillou dans l’eau. Du coup ça m’a rappelé le clip de Claudio Capéo avec sa chanson « Un Homme Debout », où le clip est semé de geste de bienveillance qui s’étire comme une onde de choc.

Ce livre m’a été conseillé par ma collègue de travail et je l’en remercie vivement ! MERCI !

En Bref :

C’était un vrai plaisir de suivre Camille, de s’identifier à elle 🙂

C’est un coup de coeur, il faut que ce livre soit lu par toutes ces femmes et même les hommes aussi qui se retrouvent à quarante ans, au bout du rouleau, usés et très très loin de leurs rêves.

Ce livre devrait être déclaré d’utilité public ! 🙂

MASQUES de Caroline Giraud

Titre : Masques

Auteure : Caroline Giraud

Editeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Aventure

Nombre de pages : 271

Sorti le 15/04/2017

Fiche Bibliomania

 

Résumé auteure :

« Pascal est un Érudit. Calculer, c’est là toute sa vie : la distance entre les planètes, l’heure exacte à laquelle il doit partir du bureau pour aller chercher son fils à l’école. Sophie est une Noble. Qu’elle ait pu souhaiter travailler, écrire ou faire du sport n’a aucune importance. Cela ne lui est pas nécessaire : le bras de son époux, le roi, suffit à remplir sa haute existence. Scarlett est une Bohémienne. Du lever du soleil à la tombée de la nuit, le son de sa guitare piste les passants. Les trottoirs la connaissent, assise sur le chemin de tous et de chacun. Elle est la fille de la meilleure, la plus belle, la plus chère des prostituées de Paris. Son destin résonne dans sa voix : elle ne sera jamais rien d’autre que la fille de la prostituée. 

Eric Shimmer. L’un des Hackers. Ils se tiennent silencieusement à l’extérieur de la ville, une arme à la main, car ils n’ont pas le droit d’entrer. Ils aiment la guerre et le sang , on les croit fous… mais peut-être attendent-ils bien plus de leur combat. Ils veulent la liberté. »

 

Mon avis :

Tout d’abord MERCIIII à l’auteure #Caroline Giraud de m’avoir proposé son roman si gentiment 🙂

L’histoire :

Pascal, l’Érudit est agacé de trouver sur son chemin tous les jours, Scarlett la bohémienne. Ce son de guitare affreux, cette voix discordante … mais paradoxalement, quand il ne la voit pas, il la cherche, il ressent un manque …

Le monde ne tourne plus très rond, les masques ont disparu…

Les Hackers cherchent à tout prix les masques qui tiennent la société en ordre. Ils veulent le désordre, ils veulent ces masques que le Sphinx a caché.

Le Sphinx a tout oublié de l’endroit où elle a caché les masques, mais elle a laissé des énigmes que seul un Érudit peu résoudre.

Pascal est le meilleur des Érudits, les Hackers le veulent, le cherchent et pour ça rien ne les arrête.

Sophie la Noble, Pascal l’Érudit et Scarlett la Bohémienne, des êtres qui n’auraient jamais dû se fréquenter, ni même se parler, vont être obligés de cohabiter, de travailler ensembles pour retrouver les masques et redonner du sens au monde. Ils vont devoir affronter les Hackers sans pitié, tortionnaires prêts à tout pour retrouver les masques avant notre drôle de groupe.

Les personnages :

Pascal est un Érudit quarantenaire, qui ne vit que pour les chiffres, l’argent et la connaissance. Il méprise presque tout le reste. Il est rebuté par les bohémiennes, pourtant Scarlett retient son attention et il ne comprend pas bien pourquoi… Tout d’abord tenté d’abandonner cette quête, il n’arrive pas à renoncer, c’est plus fort que lui.

Sophie est une Noble, sa vie n’est qu’une source d’ennui, de frivolité entre surveiller le dernier de ses fils, apaiser les humeurs belliqueuses du son premier fils et son époux couard, plongé dans l’immobilisme et l’ignorance. Mais elle se révélera être une très bonne médiatrice, et fera preuve d’une courageuse détermination quand il le faudra.

Scarlett, c’est une jeune femme tout feu tout flamme, appartenant à la caste des bohémienne. Au caractère bien trempé, très impatiente, et surtout dédaignant les Éliteux et les Noblard. Sa logique tout à elle, les sortira très souvent du pétrin.

Shimmer : c’est un Hacker épris de liberté. Ne supportant plus d’être mis au ban de la société mais désirant ardemment le pouvoir. Cette envie irrépressible de pouvoir va le conduire a une extrême sauvagerie, une barbarie. Adepte de coups et blessures, de torture et bien pire encore pour arriver à ses fins. il ne cessera de poursuivre le petit groupe de Pascal leur infligeant maintes souffrances mais sans jamais réussir à les séparer.

La plume, le scénario :

Avec « Masques », nous sommes dans un roman  mêlant créature mystérieuse, Royauté, hiérarchie de caste et téléphone portable !

J’ai commencé ce roman dès que je l’ai reçu et je ne l’ai plus lâché que pour aller dormir et travailler 😦 à ma grande impatience .

J’ai aimé ce blocage du monde sur des castes qui ne s’aiment pas, car différent les uns des autres et pour le coup engendrant méfiance, peur irrationnelle et bien d’autres clivages. Ce monde voué à ne pas évoluer, ou tout du moins favorisant certaines classes tout en acceptant aucun mélange, aucune fréquentation de quelque nature que ce soit… Bon évidemment, ça m’a fait penser à notre société qui a encore du mal à dépasser certaines mœurs, certaines idées moyenâgeuses. Et oui les habitudes ont la dent dure. L’auteure bien sûr a accentué ces traits de différences, cette animosité face à l’autre quoique parfois ce n’est pas si accentué…

Chaque chapitre est consacré au point de vue d’un personnage sur l’avancée de leur aventure. Ce qui rend le récit dynamique, rapide. Et surtout chaque personnage a son côté positif et son côté obscur. Les masques avaient cette faculté de cacher certaines vérités, en tout cas de les rendre invisible… d’empêcher le destin de se réaliser, d’anéantir toute tentative de rébellion en maintenant appuyer sur les traits de caractères obscurs.

Chacun des protagonistes veut retrouver les masques pour une raison. Le moyen d’y arriver est très discutable concernant les Hackers…

L’important dans ce récit c’est qu’il démontre qu’on ne peut pas faire grand chose tout seul. C’est toujours mieux de conjuguer les talents et d’avancer ensemble, dépasser les clivages, et apprendre à se connaître, à s’apprécier mais aussi à se comprendre. Il est parfois nécessaire de comprendre pourquoi les personnes agissent d’une façon qui nous déplaît, qu’est ce qui les à pousser à choisir tel camp et pas un autre ?

J’ai ressenti cette lecture de cette façon, un récit ou plutôt une ode à la fraternité, à l’entraide. Un récit pour aller vers l’autre si différent mais qui finalement nous ressemble un peu…

Bon il y a ce côté se concentrant sur les castes, mais aussi cette folle aventure au travers de Paris. Nos héros traversent un Paris qui n’est pas tout à fait le nôtre. Le Sphinx a laissé des énigmes pour retrouver les masques, et c’est au travers des solutions que l’auteure nous fait visiter son Paris. J’ai donc été chercher toutes ces références aux statues et au jardin des plantes, à la forêt de Fontainebleau et l’histoire du quartier du marais de Paris. Toutes ces petites recherches se sont révélées passionnantes !!! Merci beaucoup Caroline Giraud 🙂

Ce roman fut un réel plaisir de lire, partagée entre l’enthousiasme de Scarlett, la passion retenue de l’Érudit, la barbarie du Hacker et le merveilleux entretenu par le Sphinx 🙂

En Bref :

Un roman passionnant et instructif !! Oui oui j’ai découvert des choses sur Paris que je ne connaissais pas.

Avec ce récit, j’ai pu voyager jusqu’à Paris et vivre une aventure captivante !!

je-lis-des-auto-edites

Les Crins de l’Âme, T1 : Le coeur doit être brisé de Blue Indigo

les-crins-de-lame-t1Titre : Les Crins de l’Âme

Tome 1 : Le coeur doit être brisé

Auteur : Blue Indigo

Genre : Fantastique, contemporain

Nombre de pages : 260

Sortie le 10 novembre 2016

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Un chuchoteur, bien qu’il n’aime pas ce terme, s’effondre physiquement et mentalement suite à la mort de sa femme dont il s’estime responsable. Il renonce à sa passion des chevaux, vit en reclus et abandonne jusqu’à l’idée de vivre. Le destin ou quel que soit le nom qu’on lui donne, va l’amener à la rencontre d’un cheval unique, clef de sa voie de guérison et bien plus. »

Mon avis :

Je tiens d’abord à remercier Blue Indigo, l’auteure, pour m’avoir encore permis de pénétrer dans son univers si captivant ! Merci beaucoup !!

L’histoire :

Un homme, qui croyait avoir tout perdu et n’attendait que le moment où la mort le cueillerait, se retrouve face à Samhuinn un cheval particulier qui refuse tout contact physique avec les humains.

Ewart a tout abandonné à la mort de sa femme, ses biens, sa passion, ses animaux et son extraordinaire don pour comprendre ce qui ne tourne pas rond chez un animal. Mais c’est sans compter sur sa meilleure amie Kersten qui ne l’abandonne pas et ne désespère pas de le remettre sur le chemin de la vie. Elle est loin de se douter que les déboires de son ami vont la toucher très profondément et sa vie va en être complètement chamboulée…

Les personnages :

Ewart : c’est un homme charmant qui possède le don de comprendre ce qui ne va pas chez un animal. Il communie avec lui et d’un seul coup il comprend… Son travail, sa passion lui prenne tout son temps et il néglige son épouse… Une énième dispute éclate et pour la dernière fois Eva part en colère et il ne la reverra plus… Abattu par la mort de sa femme, il abandonne tout, même sa vie que Kersten, sa meilleure amie, essaie de maintenir tant bien que mal… mais un cheval, unique, va se mettre en travers de sa décision de se laisser mourir et ce cheval va l’emmener très très loin …

Kersten : meilleure amie d’Ewart, elle a décidé de ne jamais l’abandonner. Elle ne le laissera pas abandonner la vie aussi facilement qu’il l’a prévu… Elle est déterminée, fougueuse et ses décisions sont non négociables. Elle va faire tout son possible pour maintenir Ewart en vie et lui redonner goût à la vie. A cet instant, un cheval mystérieux dans un centre équestre a épuisé toutes les bonnes volontés pour le comprendre à aller mieux… C’est alors que Kersten propose à Ewart de voir pourquoi ce cheval se refuse aux humains… Elle ne pensait pas que cette action allait la propulser dans une vie tumultueuse, bouleversante et déroutante 😉

Je ne donne pas le nom des autres personnages, je gâcherais le plaisir que vous aurez à les découvrir 😉 au fur et à mesure de votre lecture ! Car oui vous allez acheter ce roman passionnant !!!

La plume, le scénario :

Bon ben voilà je suis officiellement fan de Blue indigo !

Dès les premières lignes j’ai fait taire toutes mes pensées qui me traversent habituellement avant de m’enfoncer dans une lecture car dès les premières minutes de lecture je devais être attentive… c’était obligé, je me trouvais spectatrice d’une scène des plus importantes, et après les mots s’enchaînent et se suivent et j’ai dû vraiment me faire violence pour lâcher ce livre afin de dormir un peu avant d’aller au boulot le lendemain !

Je ne suis pas particulièrement fan de cheval, j’admire ces magnifiques animaux mais ça s’arrêtait là 🙂 avec Samhuinn c’est différent 🙂 mais dans ce livre ce qui m’a séduit en premier c’est cette aptitude de l’auteure à embarquer le lecteur tout de suite dans son aventure et cibler et à rendre important aux yeux du lecteur les personnages qui feront la différence.

J’ai eu envie de voir Samhuinn ce cheval mystérieux, j’étais curieuse de savoir comment Ewart aller réveiller ses instincts pour comprendre ou aider ce cheval.

Puis très vite j’ai compris que ces deux là avait une longue route à faire ensemble 🙂 et Ewart ne devait surtout pas mourir tout de suite mais ça c’est l’auteure qui décide 😉 mais j’en suis venue à me dire qu’il fallait à tout prix qu’il vive ! (le stress du lecteur 😀 )

La construction du récit est très dynamique. Blue Indigo alterne les points de vue de ses différents personnages. Des chapitres courts qui rendent la lecture addictive. C’est si difficile de poser le livre avant la toute dernière page !!

Blue Indigo m’a mis dans tous mes états, j’oscillais entre désespoir, oppression, lumière, panique, tristesse, peur, étonnement, plaisir …. bref je pourrais en citer encore pendant plusieurs lignes !

Et quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai retrouvé des personnages déjà rencontré 😉 mais ça c’est une autre histoire et je n’en dirais pas plus sinon c’est pas du jeu 😉

Plus que quelques mots  : JE VEUX LIRE LA SUITE !!!!

En Bref :

Je suis conquise ! je suis fan !

Et je dirais que c’est mon deuxième coup de coeur de l’année !!!

Merci pour tout Blue Indigo pour ces deux romans, pour cette générosité et ces moments de lecture gravés en moi ❤

je-lis-des-auto-edites

 

 

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi de Laurent Gounelle

Tous d’abord Très Belle Année à tous et à toutes  !! Que cette année vous apporte du réconfort, du bien-être, de la sérénité beaucoup de découvertes livresques passionnantes et surtout énormément d’amour!

 

 

et-tu-trouveras-le-tresorTitre : Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

Auteur : Laurent Gounelle

Édition : Kero

Genre : Développement personnel, contemporain

Nombre de pages : 328

Sorti le 5 octobre 2016

Fiche Bibliomania

4ème de couverture :

« Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles…
Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l’homme de s’élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable. »

Mon avis :

Je suis très contente de commencer cette nouvelle année avec un roman aussi magnifique, enfin avec ce coup de coeur !!!

L’histoire :

Alice et Jérémie se connaissent depuis l’enfance. Un jour, Jérémie décide de devenir prêtre. Mais au fil de temps, Jérémie perds son enthousiasme face au peu de personne qui suivent ses offices. Inquiète sa mère demande à Alice de venir l’aider à affronter cette petite crise. Alice est pleine de dynamisme et persuadée que tout peut se régler avec un peu de communication bien ciblée. Décidée à redonner le moral à son ami d’enfance, elle fonce et lui promet de l’aider mais à sa manière ! C’est alors qu’Alice se rend compte que ce qu’elle a à accomplir est titanesque… elle ne se laisse pas abattre et plonge dans le monde de la spiritualité… ce qu’elle va découvrir, cette vérité cachée va l’étourdir 😉

Les personnages :

Alice : Jeune femme dynamique travaillant dans le secteur de la communication où on apprend à vendre sa mère… de plus elle est athée et sa vie est bien loin de la sérénité et de la spiritualité. Mais elle a fait une promesse et elle compte bien s’y tenir malgré l’ampleur de la tâche.

Jérémie est un prêtre dans la religion catholique. Il est de plus en plus découragé devant le peu de fidèles qui fréquentent ses offices… Il est très respectueux du protocole religieux qu’il suit avec beaucoup d’ardeur et de foi. Quand Alice déboule dans sa vie pour tout changer dans le but de lui apporter plus de fidèles, il est d’abord réticent puis petit à petit il se laisse séduire par la spontanéité et la détermination d’Alice.

Quelques caricatures pas si caricatures de « grenouille de bénitier » 🙂

La plume, le scénario :

Alors je suis tombé dedans complètement par hasard et le hasard fait très souvent bien les choses 😉

La couverture m’a attiré l’œil car j’utilise depuis un certain temps cette image comme couverture de ma page facebook. Alors très étonnée, j’ai dévoré le résumé et hop je l’ai rapporté à la maison #maviepassionnantedelectrice.

Et une fois commencé je n’ai pas réussi à m’arrêter ! Je pense pouvoir dure que c’est un autre coup de coeur !!

J’avais un peu peur du contenu car ce roman est classé dans la case « développement personnel », mais j’ai déjà lu un roman de Laurent Gounelle qui m’avait déjà beaucoup plu.

Donc l’histoire de ce jeune prêtre en mal de fidèles et de son amie d’enfance hyper éloignée de la religion m’a fait l’écho d’un duo très atypique !! Alice avec son expérience de la communication complètement en dehors de la spiritualité, même très très éloignée va promettre à Jérémie de l’aider.

Après quelques recherches, elle commence à lui faire changer deux ou trois choses dans sa façon de conduire son office… puis au fur et à mesure de ses découvertes et de son observation, Alice offre d’autres conseils à Jérémie… plus ou moins concluant et pas toujours du goût de Jérémie et de ses plus fidèles paroissiens… d’essai infructueux en bonnes idées, il semblerait que la formule fonctionne…

A force de creuser, de chercher à comprendre les paroles de Jésus dans la Bible, Alice va digresser vers le Taoïsme, l’Hindouisme, le Bouddhisme.. et ce qu’elle va trouver va être très étonnant, très important et en même temps tellement plus acceptable, plus plausible pour quelqu’un comme elle qui est athée. Mais c’est d’autant plus troublant pour celui qui officie, dans la religion catholique. Alice ne s’arrête pas là, elle décide de discuter avec des experts, pour approfondir ses connaissances. Elle rencontre d’abord un spécialiste des religions orientales, puis un célèbre astrophysicien et enfin avec Jérémie, ils suivent des cours, des conférences de développement personnel.

Finalement au court du voyage initiatique et spirituel d’Alice afin de sauver son ami d’enfance du désespoir, on apprend … on apprend … et quelque part je dirais que Laurent Gounelle a réussi à me convaincre que le bonheur, la sérénité, le bien-être se trouve en nous bien profond, parfois bien caché et qu’il faut creuser et parfois pendant longtemps, il faut aussi faire des efforts… hé on a rien sans rien !! Mais la finalité c’est quand même se retrouver soi, et quand on s’est trouvé et qu’on assume ce qu’on a trouvé tout parait beaucoup plus simple, plus facile et étrangement l’instant présent prend son importance 🙂

Merci beaucoup à Laurent Gounelle d’offrir ce concentré d’espoir et de guide du bien-être et d’offrir une voie ou une vision différente des religions 🙂

Trois amis en quête de sagesse de Christophe ANDRÉ, Alexandre JOLLIEN et Matthieu RICARD

3-amis-en-quete-de-sagesseTitre : Trois amis en quête de sagesse

Auteurs : Christophe ANDRÉ, Alexandre JOLLIEN et Matthieu RICARD

Éditeur : Editions Iconoclaste

Genre : Philosophie, Psychologie

Nombre de pages : 528

Sorti le 13 janvier 2016

4ème de couverture :

« Un moine, un philosophe, un psychiatre. Depuis longtemps, ils rêvaient d’écrire un livre ensemble, pour être utile, pour apporter des réponses aux questions que tout être humain se pose sur la conduite de son existence. Quelles sont nos aspirations les plus profondes ? Comment diminuer le mal-être ? Comment vivre avec les autres ? Comment développer notre capacité au bonheur et à l’altruisme ? Comment devenir plus libre ?

Sur chaque thème, ils racontent leurs expériences, leurs efforts  et les leçons apprises en chemin. Chaque fois, ils nous proposent des conseils. Leurs points de vue sont différents, mais ils retrouvent toujours l’essentiel.

Un livre limpide et lumineux pour apprendre le métier de vivre. »

Mon avis :

Je vais construire ma chronique de la même façon que d’habitude même si ce n’est pas un roman à proprement parler  🙂

L’histoire ou plutôt les thèmes de cet ouvrage :

« Ce livre est né de notre amitié. Nous avions un profond désir d’une conversation intime sur les sujets qui nous tiennent à coeur. » source : 4ème de couv.

Ce livre se découpe en 12 grand thèmes qui vont de leurs aspirations profondes à l’art de l’écoute mais aussi  le corps : boulet ou idole ?, ils discutent de l’altruisme, de la simplicité, de la culpabilité, de la souffrance, de la vraie liberté

A chaque thème chacun y va de son expérience, de son vécu mais aussi de ses conseils pour enfin interagir avec ce que disent les deux autres. Leur échange est captivant. La vie n’est facile pour personne, je vois d’ici certain qui pensent que si quelques personnes ont la vie plus facile que d’autre… détrompez vous chacun se bat à sa manière et à son niveau, personne n’est épargné.

Chaque Sages (oui oui  c’est pas mal de les appeler comme ça 🙂 non ?) décrit sa vision des choses pour la comparer avec ses compagnons. Quelque fois ils ont des points de vue différents, de part leur vécu, leur travail, leurs croyances mais toujours aussi respectueux l’un que de l’autre, on s’aperçoit que finalement ils tendent vers le même idéal : le bien-être, le bonheur, les autres…

Ce livre aborde des sujets qui touchent tous les êtres humains, ils essaient d’apporter leur soutien, leur lumière, leur aide, leur bienveillance, leurs conseils afin de prodiguer le plus de bien possible autour d’eux et même au-delà ?

Les personnages ou plutôt qui sont ces trois auteurs ? (bio présente sur la 4ème de couverture):

Christophe ANDRÉ est médecin psychiatre. Il a été l’un des premiers à introduire l’usage de la méditation en psychothérapie. Il est l’auteur, notamment, d’Imparfait, libre et heureux (prix psychologies Magazine 2006), Méditer jour après jour, et de Et n’oublie pas d’être heureux…

Alexandre JOLLIEN est philosophe. Il a vécu dix-sept ans dans une institution spécialisée pour personnes handicapées. Il est l’auteur, entre autres, de l’Éloge de la faiblesse (prix de l’Académie française 1999), Petit traité de l’abandon et Vivre sans pourquoi...

Matthieu RICARD est moine bouddhiste depuis quarante ans. Il vit au Népal, où il se consacre aux projets humanitaires de l’association Karuna-Shechen. Il est notamment l’auteur de Le Moine et le Philosophe, l’Art de la méditation, Plaidoyer pour le bonheur, Plaidoyer pour l’altruisme et Plaidoyer pour les animaux…

La plume, les Plumes :

C’est un ouvrage inspirant.Pour moi ça restera mon livre de chevet, et ce n’est surtout pas péjoratif ! Je le garde près de moi comme certains peuvent garder la Bible ou le Coran… Ce livre est tellement lumineux et rempli de bienveillance 🙂

J’ai lu dans certains avis que la religion d’Alexandre Jollien dérangeait car trop proéminente… J’ai trouvé ça plutôt intéressant cette relation qu’il a avec sa religion et les préceptes de ses maîtres bouddhistes.

Je suis peut-être prédisposée à ce genre de pratique car je médite tous les matins depuis plus d’un an (grâce à Jonathan Lehmann des Antisèches du Bonheur), j’en avais vraiment besoin et comme certains je pensais que c’était un peu du folklore, de la poudre aux yeux. Et bien non, depuis je suis plus calme, je prends beaucoup de recul par rapport aux situations délicates… attention je n’en ai pas terminé avec les assauts des émotions mais méditer m’a peut-être évité de passer par la case anxiolytiques… Et surtout je vois mon environnement social de façon différente. Je suis de ceux qui pensent que la méditation devrait faire partie du cursus scolaire dès le plus jeune âge.

Bon terminé avec « ma life » 😛

L’écriture de ce recueil est très agréable, jamais assommante, toujours intéressante. Le style est fluide. Chaque thème est abordé de façon simple, direct avec des exemples, des vécus de nos trois compères; ça offre à ce livre beaucoup de dynamisme, ça le rend fascinant. Chaque chapitre est construit sous une forme de dialogue, où chacun des trois auteurs intervient qu’en il en ressent le besoin ou quand il s’interroge ou quand l’idée d’un de ses amis lui rappelle une anecdote, ce qui rend le récit très vivant comme si on assistait réellement à leurs échanges 🙂 !!

Le chapitre 9 : l’école de la simplicité, est mon chapitre préféré.

Mes pages coup de ❤ : la page 93 et la page 94 : Nos conseils face à l’ego

Quelques citations parmi tant d’autres qui ont retenu mon attention :

  1.  p82 « Quand nous ressentons de la joie, l’ego s’éclipse » Alexandre JOLLIEN
  2.  p89  » Une des plus belles définitions de la gratitude que je connaisse est celle du philosophe André Comte-Sponville, qui écrit :‘La gratitude se réjouit de ce qu’elle doit, quand l’amour-propre préférerait l’oublier’. Christophe ANDRÉ
  3.  p122  » Faites fondre la glace des concepts, et vous aurez l’eau vive de la liberté intérieure » Matthieu RICARD

En Bref :

Je maintiens c’est un livre à lire et à relire indéfiniment !!!

Quelques conseils à appliquer tout simplement sans se compliquer la vie et en plus ça améliore notre état d’esprit et nos conditions de vie avec la communauté, avec les autres mais aussi avec soi-même ❤ ❤ ❤ !!!

Merci aux auteurs ! Votre but était d’être utile, d’apporter des réponses à certaines questions et bien c’est chose faite.

Bravo et merci pour votre bienveillance, votre lumière ❤

Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Tous nos jours parfaitsTitre : Tous nos jours parfaits

Titre VO : All The Bright Places

Auteure : Jennifer Niven

Traductrice : Vanessa Rubio-Barreau

Editeur : Édition Gallimard

Nombre de pages : 377

Sorti le 17/09/2015

4ème de couverture :

« Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir. »

Mon avis :

L’Histoire :

Violet et Finch se rencontrent sur le clocher du lycée, tous les deux bien décidés à quitter cette vie qu’ils ne supportent plus… Mais le destin en décide autrement, ou curieux ils se ravisent. Finch est mal dans sa peau mais avec Violet comme nouveau défi, sa vie se remet en route tout doucement… mais il passe encore par des phases de grandes interrogations où il ne voit pas bien à quoi il sert sur cette terre… Violet quand à elle, réapprend à vivre à ses côtés, apprend à affronter ce vide que sa sœur a laissé… cette culpabilité aussi d’être toujours bien en vie…

Avec Finch, Violet est enfin elle ! Finch, lui, oscille entre de grands moments de bonheur intense aux côtés de Violet mais aussi des grands moments de doute qui l’éloignent de Violet.

C’est l’histoire d’amour de deux jeunes écorchés par la vie et empêtrés dans les mailles d’une société sans pitié…

les Personnages :

Violet : Avant c’était pom-pom girl, sorties avec amies superficielles et surtout petite copine de Ryan Cross le beau gosse sportif de l’école… Après l’accident, Violet s’est renfermée … Puis elle rencontre Finch, sur le clocher du lycée, décidés tous les deux à écourter leurs vies…. Mais voilà Finch lui sauve la vie, et de cette rencontre va naître une amitié, un amour tellement puissant … Elle ouvre enfin les yeux sur ce qu’est devenue sa vie, et la continuer avec Finch est la seule option !

Finch : c’est le « fêlé » du lycée, celui qui a des idées noires, le rebelle qui casse le mobilier du lycée dans un accès de fureur, celui qui va à l’école quand il veut… Mais Finch est un jeune homme doux, poétique, attentionné, qui brûle sa vie par les deux bouts, tout autour de lui ça ne va jamais assez vite… Il s’enlise dans cette vie, il n’y voit plus grand intérêt... Il risque s’en arrêt sa vie mais il est toujours là. Et au moment où il décide d’en finir sur le toit du lycée, il rencontre Violet, la plus belle fille du lycée, celle qui a perdu sa sœur dans un accident de voiture et qui s’assombrit de jour en jour … mais voilà que pour éveiller sa vie, il va tout faire pour sauver Violet de cette torpeur, de cette culpabilité et lui montrer que la vie peut être bien aussi. Il n’avait pas vraiment prévu de tomber éperdument amoureux d’elle ❤ ! Mais ses doutes reviennent au galop, est-ce qu’il est assez bien pour elle, ne va t-il pas l’entraîner dans son enlisement…. Finch essaie, fait tout ce qu’il peut pour Violet, pour que cet amour perdure

La Plume, le Scénario :

Wow !!! ce roman m’a mis une claque, m’a fait pleurer trois fois tout au long du récit et je suis persuadée qu’il va rester longtemps gravé dans mon esprit.

Merci à ma Poulette de 15 ans de me l’avoir fortement conseillé, mais alors fortement conseillé !!

Ce roman est magnifique, l’écriture est agréable et on arrive assez facilement à se mettre à la place des personnages enfin au moins pour Violet. Finch c’est différent, mais il est tellement pris dans son problème existentiel qu’il essaie de résoudre seul que personne ne peut vraiment se mettre à sa place… Finch montre à Violet que l’on peut regarder la vie autrement et c’est encore plus beau quand on est accompagné 🙂

Quelle bouleversante histoire d’amour ! mais que c’est beau, que c’est touchant… Wow wow mais alors qu’est ce que j’ai pleuré, que c’est dur mais c’est la réalité et il ne faut pas l’oublier.

Ce roman est tout sauf voyeur ou moralisateur, c’est une ouverture, une information, une réalité mise en lumière car trop souvent cachée sur le suicide des jeunes. Comment dire… on se sent mal, on se sent triste mais ce roman est nécessaire, il pourrait sauver des vies, je le pense vraiment, il est percutant et tellement bien écrit.

A côté de ça c’est tellement remplit d’amour, des belles choses de la vie.

Une chose particulière m’est restée, on ne doit pas sous-estimer un drame, aussi petit nous semble t-il, entacher, assombrir l’esprit de nos enfants, il faut veiller à ces petites choses qui nous semblent parfois anodines mais qui grandissent sans qu’on s’en aperçoivent et tourmentent l’esprit de nos enfants, de nos jeunes…

En Bref :

C’est un coup de cœur, et surtout un coup au cœur, c’est pas souvent que les livres me chamboulent comme ça…

Un beau roman comme celui-ci ça marque pour longtemps. Il est très beau, on rit, on frissonne, on s’angoisse, on pleure bref il est génial quoi !!!!!

LISEZ LE !!! LISEZ LE !!!