Printemps de Funérailles de Alexandre-Fritz Karol

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Printemps de Funérailles

Auteur : Alexandre-Fritz Karol

Illustrateur : Nicolas Jamonneau pour la couverture et Tiphs pour la carte

Éditeur : Crin de Chimères – Éditions

Collection : Castellar

Genre : Fantasy, Victorian Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 605

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Vingt ans.
Vingt ans que s’éternise la guerre entre la Ligue de Skarland et l’Empire anscaride. Mais les arcano-technologues, les sorciers hérétiques à la botte de l’empereur Hagen, ont mis au point de nouvelles armes qui ne tarderont pas à écourter le conflit : les dragonnefs, vaisseaux volants capables de rayer une ville de la carte en quelques heures.
Vingt ans aussi que Luther Falkenn court après les criminels. Comme policier, d’abord, et maintenant comme chasseur de primes. Mandaté par un richissime banquier nain pour mettre la main sur des documents volés particulièrement compromettants, il se rend à Solmost, où la Ligue fait face à une pression grandissante : soutenues par les dragonnefs, les armées de l’empereur approchent de la cité. Pas de quoi faciliter la tâche de Falkenn et de son acolyte Boniface, félin aux pouvoirs mystérieux, à la langue bien pendue et au caractère de cochon.
D’autant que dans la folle course aux armements qui les oppose à l’empereur, les dirigeants de la Ligue s’apprêtent à commettre l’irréparable en libérant un pouvoir oublié. Et Falkenn, qui croyait traquer un vulgaire voleur, va devoir affronter un adversaire d’un tout autre calibre, revenu tout droit de l’au-delà. »

Mon avis

Je remercie les Éditions Crin de Chimère et l’auteur Alexandre-Fritz Karol pour ce troisième partenariat; cette fois on plonge dans monde Steampunk où l’argent et la politique s’entremêlent avec une vengeance séculaire !

L’histoire

Luther Falken, chasseur de prime, accompagné de son chat super mal embouché, accepte une énième mission très prometteuse en monnaies sonnantes et trébuchantes : Récupérer des documents très compromettants volés par la super comptable de la BNC.

Falken et Boniface vont très vite se rendre compte qu’ils sont tombés dans un foutoir politico-économique noyé à la sauce vengeance très très ancienne…

Au portes d’une guerre de deux décennies, Falken entend quand même mener à bien sa mission. Rien ne lui sera épargné mais sa perspicacité, son flaire d’enquêteur et surtout son association avec Boniface, un chat très très spécial lui permettront d’avancer jusqu’au bout du tunnel;

Mais que cache les tréfonds de Citégrise, l’arrière court Solmost ?

Les personnages

Luther Falken : C’est un chasseur de prime, ultra efficace; Il ne se départ presque jamais de son flegme; s’en ai presque effrayant pour ceux qui l’entourre, c’est énervant pour Boniface ^^. Falken est très perspicace, fin enquêteur, il détecte vite mensonges et faux semblants. Sa façon de combattre est à son image, il combat avec élégance, patience mais aussi avec rapidité et perspicacité. Vous découvrirez son arme tout à fait étonnante.

Boniface : C’est un chat issue d’une école un peu spéciale; Il accompagne Falken partout. Leur duo de choc leur permet de très belles prises. Boniface à un caractère de râleur, et surtout il n’a pas de filtre, il dit ce qu’il pense tout de go, son vocabulaire est très imagé (entendons-nous bien hyper vulgaire, mais alors tellement drôle !!). Il est mal embouché mais quand il s’énerve et se met à voir les personnes en face de lui comme des proies, il ne laisse dans son sillage que des petits bout de corps et autre restes indéfinis…

Ambroisie : La comptable tirée à quatre épingles, voleuse de surcroit se fait la malle avec des documents pouvant faire basculer la fameuse guerre au porte de Solmost. Je ne vous en dit pas plus vous finirez très tardivement dans le récit par faire la connaissance avec ce surprenant personnage. Elle m’a beaucoup plu; Très entière, très …

Autour de ces protagonistes gravitent plusieurs personnages intéressanst, des ennemis, des alliés mais au bout d’un moment dans un complot politico-économique on ne sait plus trop à qui faire confiance…

La Plume, le Scénario

La couverture ! Oui oui c’est indéniable, cette couv’ est un atout pour le roman, elle donne le ton à l’histoire. Falken et Boniface illustrent cette dynamique qui parcourt le livre de début jusqu’à la fin !

Passons à l’écriture de l’auteur. Elle est particulière, très imagée, je dirai surchargée, elle enveloppe le lecteur pour le piéger, pour l’engluer dans ces lignes. L’auteur Alexandre-Fritz Karol kidnappe le lecteur ! Au début ça peut paraître trop, mais très vite on visualise très bien l’environnement justement grâce à cette écriture tantôt soutenue tantôt très argotique.

J’ai suivi ce récit de façon calme, lentement me laissant mener au grès des lignes avec le flegme de Falken, mais ne vous y trompez pas; c’est un calme effrayant qui vous pousse toujours plus loin, inexorablement à tourner les pages de cette histoire pas du tout gentillette, je vous aurais prévenu;

Si Falken est réfléchi et impassible et on peut dire poli; Boniface est expressif pour deux; Franchement j’adore ses expressions, j’ai vraiment rigolé des bons coups ! Les insultes étaient vraiment bien senties et plus d’une fois méritées !! Mais Boniface n’est pas un clown ou un chat de cirque c’est un prédateur, un compagnon idéal pour surveiller vos arrières, un peu trop efficace si j’ose dire, effroyablement efficace.

Alors sans vous en révéler trop je vais essayer de vous tenter; On démarre une histoire de chasseur de prime qui signe un gros contrat pour retrouver une voleuse de papiers très compromettants … mais cette mission se complexifie au fur et à mesure que Falken se rapproche de la voleuse. Plus il tente de résoudre cette affaire plus la tension monte, et plus la voleuse laisse des indices inexplicables et incohérents… heureusement il y a Boniface et ses mauvaises manières pour détendre un tout petit peu l’atmosphère… Mais les deux compères vont vite se rendre compte qu’ils sont tombé au beau milieu d’un bourbier peu commun. Au travers de ces embûches, l’auteur nous livre quelques bribes du passé de Falken, juste assez pour calmer la soif du lecteur, tout juste.

Dans ce récit, vous trouverai de la magie, de belles armes, de la technologie mêlée à la magie, de vieilles croyances, des Nains et leur mines, des guerriers, des bandits, de la misères sociales, des politicards imbuvables, des idéalistes déterminés et l’Oubli 😉

En Bref

Une super aventure de plus de 600 pages, un récit calme et tempétueux à la fois.

Préparez-vous lecteur à vous faire attraper, engluer par la plume très imagée et agréable de l’auteur.

Un petit plus pour Boniface, ce chat étrange aux yeux violets et son langage fleuri !

Je remercie les Éditions Crin de Chimère de m’avoir confier ce chouette pavé ; Merci à l’auteur, Alexandre-Fritz Karol, pour cette lecture surprenante et très agréable.

Crin de Chimère - Éditions

La Malédiction des Joyaux, tome 2 : L’Esclave de Laurent Delépine

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : La Malédiction des Joyaux

Tome 2 : L’Esclave

Auteur : Laurent Delépine

Éditeur : Autoédité

Genre : Aventure, Fantasy

Format : PDF

Nombre de pages : 493

Fiche Bibliomania

 

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– La Malédiction des Joyaux, tome 1 : La Paysanne

Résumé de l’auteur

« Soixante ans se sont écoulés depuis la guerre qui a mis fin au règne des tyrans. Une civilisation a pu renaître sur les ruines, malgré la subsistance de poches de chaos. Mais la plus grande partie du continent reste mortelle.

Vivant en limite de la zone habitable, Deirane était une adolescente sans histoire jusqu’à ce qu’un drow la repère et décide d’en faire une œuvre d’art. Après qu’il s’est occupé d’elle, elle doit fuir son village. Mais elle retrouvera l’amour et la sécurité sous la forme d’un jeune fermier. Grâce à lui, elle se crée une nouvelle famille, de nouveaux amis, et commence une nouvelle vie. Cependant avec son tatouage si spécial, elle ne passe pas inaperçue.

Loin au sud, L’Orvbel est la plaque tournante mondiale du trafic d’esclave. Le richissime roi Brun découvre l’existence de la paysanne. Il ne ressent plus qu’un désir : l’acquérir. Mais pendant sa brève errance, l’adolescente s’est liée d’amitié avec Saalyn, la plus célèbre guerrière libre de l’Helaria. Cette femme a déjà affronté la cité négrière et elle a failli entraîner sa ruine. Tout juste remise d’épreuves qui l’avaient laissée blessée et traumatisée, Saalyn vient juste de reprendre ses enquêtes. Et bien qu’elle ne soit pas totalement rétablie, elle reste une adversaire redoutable. Le roi doit donc s’arranger pour se débarrasser d’elle, de préférence de façon définitive. Entre Saalyn et Brun s’engage une compétition dont l’enjeu n’est autre que l’avenir de Deirane.« 

Mon avis

A nouveau merci à l’auteur, Laurent Delépine , pour m’avoir permise de continuer à découvrir ce long, pénible et secret cheminement de Deirane !

L’histoire

Deirane a dû fuir son village, et d’autres horreurs sur la route; mais on l’a retrouve avec son amour Dresil qui l’accueille au sein de sa famille et veut construire son avenir avec elle. Malheureusement, Deirane va comprendre qu’elle ne passera jamais inaperçue… Le roi d’Orvbel a eu vent de son existence et il n’a plus qu’une idée en tête l’acquérir et la posséder.

Mais le roi Brun sait qu’il va devoir être très très discret, car Deirane a des amis haut-placés… Il veut surtout éviter, voir éliminer la grande guerrière libre : Saalyn.

Deirane devient un enjeu précieux pour les deux ennemis; Pendant que Brun plus riche et sournois que jamais opère comme un marionnettiste, Saalyn se remet doucement de son enlèvement en Orvbel…mais elle n’en est pas moins dangereuse surtout que son talentueux apprenti l’accompagne.

D’autres forces convoitent Deirane et elles seraient pire encore que l’Orvbel.

Les personnages

Deirane : Deirane aurait un peu près 15/16 ans dans notre univers; ici elle en a à peine 12. C’est une jeune fille, accompagné déjà d’un nouveau né qui suit son futur mari dans sa ferme, pour construire une nouvelle vie avec une nouvelle famille; Mais Deirane ne passe malheureusement pas inaperçue, elle scintille et surtout elle est d’une grande beauté. Son existence n’aurait jamais dû arriver jusqu’aux oreilles du roi Brun de la cité esclavagiste l’Orvbel.

Saalyn : La guerrière libre d’Helaria, se remet de son séjour violent et inhumain en Orvbel. Elle a été sauvée de justesse, mais ses séquelles psychologiques sont plus longues à passer…; Quand elle apprend que Deirane a disparue, ses vacances forcées s’envolent. Il est hors de question de laisser Deirane dans les mains d’un monstre, cette seule idée suffit à raviver ses affreux cauchemars, peu importe où ça la mènera, elle poursuivra son enquête dans l’espoir de retrouver Deirane. Malgré son traumatisme, Saalyn reste toujours la meilleure, elle est perspicace. Mais elle est aussi surprenante, pleine de tendresse et de bienveillance. Par contre face aux criminels, elle n’a aucune pitié.

Ternine : Ternine, c’est un espion d’Orvbel. Quand son roi l’envoie en mission, il prend toutes les précautions possibles pour ne pas être suivi, surpris. L’Hélaria ne tolère pas l’esclavage ! Son évolution, l’avenir qui lui est réservé est loin, très loin de ce qu’il pensait mériter comme fin de vie… C’est un opportuniste, mais il découvre le côté lumineux de la force et ça le surprend.

Deirane et Saalyn vont rencontrer des êtres abjectes, qui ne méritent pas de continuer leur vie paisiblement. D’un autre côté des alliés vont être précieux pour toutes les deux.

La Plume, le Scénario

Si dans le premier tome, on a pu découvrir Deirane autour de 30 / 40 ans, le récit était aussi accès sur sa vie de paysanne et son enlèvement par un Drow psychopathe, obsédé par l’art. Avec ce tome 2, j’ai continué à découvrir la vie de Deirane, ou plutôt comment elle est passée de paysanne à esclave. Cette fois, l’auteur ne nous parle pas du temps présent, on suit Deirane et Saalyn dans le passé.

L’auteur débute son récit avec la fin du calvaire de Saalyn. Ces quelques lignes on suffit à me replonger dans le récit. Saalyn a subit l’impensable, cela donne un aperçu de ce qu’est capable la cité de l’Orvbel.

Ensuite l’auteur continue sur une note plus positive, Deirane va semble t-il retrouver une vie normale au sein d’un foyer à construire, une nouvelle famille où faire sa place. Bref, elle aspire à une meilleure vie pour elle et son fils Hester. Mais malheureusement c’est sans compter sur les êtres cupides et cruels. Sa particularité précieuse ne passe pas inaperçue et suscite des convoitises, le pire ravisseur va tout faire pour l’acquérir, ce n’est peut-être pas le pire …

L’écriture de l’auteur est toujours aussi immersive; Cette façon de passer de Deirane, puis à Saalyn de chapitre en chapitre mais aussi d’introduire un mystérieux personnage Ternine, inquiétant et surprenant. Cette course poursuite va se révéler vraiment ardue, psychologiquement. Saalyn n’est pas tout à fait guérie et son parcourt va être compliqué, entre son envie de sauver Deirane des griffes de son tortionnaire et ses souvenirs à vif, Saalyn va devoir s’accrocher. Heureusement elle a son merveilleux et talentueux apprenti ! Quant au personnage de Ternine, je vous le laisserai découvrir, il m’a d’abord laissé dubitative, puis franchement surprise, j’ai hâte d’en savoir un peu plus sur lui et surtout comprendre quel genre d’atout il peut représenter… Cette alternance d’un personnage à un autre à toujours le même effet sur moi, j’adore car ça entretient le suspens, ça rend dynamique le récit alors qu’on est dans un passé révolu.

L’auteur, Laurent Delépine, dévoile le deuxième tiers du passé de Deirane, et c’était vraiment intéressant de voir ce par quoi elle est passée; Du coup, j’ai repensé à ce tome 1, et j’ai un peu mieux compris certaines de ses réactions.

Le récit nous plonge dans le passé et les survivants des Feytas, ont gardé certaines technologies de leur ennemis terrassés, qu’ils essaient de reproduire. C’est le côté steampunk qui rivalise toujours avec le style médiéval du récit.

L’auteur puisqu’il nous plonge dans le passé, a gardé ses thèmes de culture bienveillante contre les préjugés de race et d’origine, cette farouche envie, de la pentarchie, d’éliminer tout esclavage de leur territoire et d’empêcher les autres d’y procéder également.

 

En Bref

Un tome 2 étonnant car malgré ce retour au passé, chaque ligne est captivante et immersive;

Deirane et Saalyn se dévoilent un peu plus; et franchement ça donne encore plus envie de connaitre la suite !!

Je remercie l’auteur, Laurent Delépine ; J’ai encore passé un très bon moment de lecture;

Mes questions ont obtenu quelques réponses 🙂 !

PS : cette fois j’aurais posté ma chronique un peu avant votre anniversaire 😉 !!

Galénor, Tome 2 : Le dernier Gémini d’Audrey Verreault

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : Galénor

Tome 2 : Le dernier Gémini

Auteur : Audrey Verreault

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Jeunesse

Format : Epub

Nombre de pages : 374

Fiche Bibliomania

*** ATTENTION PROBABLES SPOILERS ***

pour ceux qui n’auraient pas lu
– Galénor, tome 1 : Le Livre des Portes

Résumé de l’auteur

« Et si vous étiez liés à quelqu’un… quelque part…

« Asmodée est de plus en plus radical avec sa politique anti-inferniths… Il veut qu’on les envoie tous à la prison d’Astheroth pour les interroger et les pister… Puis il y a ces magiciens avec leurs masques en forme de têtes de corbeaux qui rôdent à travers Galénor et attaquent des villages. Personne ne sait d’où ils viennent. Ni ce qu’ils veulent. Moi je m’en doute. Ils ont assassiné mes parents adoptifs… Je pense qu’ils cherchaient ce qu’ils m’ont légué… J’essaie de chasser tout ça de mes pensées…

Nous avons presque tout épuisé nos réserves de poudre d’artanis et nous, magiciens, ne pourrons bientôt plus exercer notre magie.

Asmodée a mis la main sur une pierre de Kartane qui pourra peut-être remplacer l’artanis et mettre fin à la pénurie magique qui plane sur notre monde. Or, le Kartane figure parmi les substances les plus convoitées de l’univers…

Nous avons été mandatés, moi et les autres géminis pour protéger cette pierre jusqu’à ce que les alchimistes aient terminé leurs recherches.

Nous sommes en fonction. Cette nuit, j’ai la pierre, dissimulée sur moi. La fête bat son plein. La salle est bondée. Un homme encapuchonné franchit la porte d’arche. Des ailes noires pendent à son dos. Il sort du lot, mais il y a autre chose… » »

Mon avis

Merci à l’auteure, Audrey Verreault, pour m’avoir proposé de poursuivre l’aventure avec ses Géminis; Un second tome tout en nuance et un peu moins sombre que le précédent !

L’histoire

Daphnée revit douloureusement l’assassinat de ses parents; Elle se rappelle vaguement quels individus les ont attaqué mais ils étaient masqués alors ça sera compliqué de les retrouver… Le plus important c’est que ces meurtriers n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchaient... Mérindol aide Daphnée a dissimulé ce lourd fardeau que ses parents lui ont légué;

Pendant ce temps, Asmodée semble se radicaliser et maintient une politique dure et impitoyable contre les Inferniths; la révolte gronde… d’autant que les réserves d’artanis sont quasiment épuisées, les magiciens ne pourront bientôt plus faire de magie. Mais Asmodée semble toujours avoir un tour d’avance sur tout le monde et surprend en présentant une pierre de Kartane aux Géminis; Ils sont mandatés pour la protéger de la convoitise quasi universelle.

Comme rien ne peut se passer comme prévu, les Géminis et en particulier Daphnée la soeur de JudyAnn rencontre un énorme problème !

Les personnages

Daphnée: est une des Géminis, c’est la soeur de JudyAnn; C’est une belle jeune femme hybride, très solaire; Avec un caractère bien trempé; elle ne retient pas sa langue acérée quand quelque chose ou quelqu’un la révolte; d’ailleurs ça lui vaut parfois d’être dans une posture dangereuse … Elle croit en la vie et en la puissance des sentiments, ce n’est pour elle absolument pas une faiblesse bien au contraire. Elle fait confiance à son intuition même si parfois ça lui fait peur. Sa détermination peut se transformer en impulsivité et lui faire prendre des décisions dangereuses.

Heureusement les Géminis sont soudés et se protègent mutuellement; Chacun a son habileté qui aide au groupe; Et encore une fois, l’apparence, l’habit ne fait pas d’une personne ce qu’elle est vraiment. Attention tout n’est pas blanc ou noir !

La Plume, le Scénario

J’ai lu le tome 1 de Galénor en aout 2019, mais je n’ai eu aucun mal à me replonger dans le monde de Galénor. L’écriture de l’auteur m’a emmené direct dans l’histoire de Daphnée. Ce tome est consacré à la soeur gémini de JudyAnn personnage principal du tome 1. L’écriture est très agréable, fluide et très immersive ! De plus, Audrey Verreault classe son récit dans jeunesse, et à aucun moment avec mon âge avancé :-D, cela ne m’a perturbé ou paru trop simple, un récit limpide qui passe à n’importe quel âge à mon humble avis 🙂

Cette fois c’est au travers de Daphnée que l’histoire prend vie, que l’aventure continue, qu’une nouvelle mission, je devrais dire une nouvelle lubie d’Asmodée, le dirigeant de Godwynn va amener les géminis sur un terrain très dangereux.

Il ne faut pas oublier, qu’Asmodée mène une politique anti-infernith très sévère et son point de vue se durcit et met les Géminis dans une mauvaise position.

Un étrange personnage ailé va bouleverser tous les repères, en particulier ceux de Daphnée, si elle est la lumière, lui est l’ombre et surtout il convoite tout ce qu’elle doit protéger. Elle va devoir lutter dans cette nouvelle mission contre les apparences et avec son impulsivité qui va la mettre dans des situations compliquées.

L’auteure, Audrey Verreault, comme dans le premier tome aborde le thème de la différence, celle qui fait peur, celle dont le premier instinct penche vers la méfiance; Asmodée se montre dur et impitoyable envers les inferniths, auxquels il ne donne aucune chance, hors certains Géminis sont de double nature mais Asmodée ne sait pas tout. Par leur double nature, les Géminis comprennent mieux cette frustration de ne pas avoir sa chance, de montrer que la nature ne détermine pas ce qu’ils sont vraiment.

Dans ce tome, il est question de confiance, de méfiance, de sentiments, d’absence de sentiments. Daphnée et le dernier des Géminis vont devoir appréhender cette multitude de sentiments, d’émotions afin de comprendre qui ils sont vraiment et surtout que la vie même si elle est compliquée vaut la peine d’être vécue

. Daphnée l’a compris, son personnage solaire va devoir lutter contre les aprioris, contre la peur et le désespoir … Ce personnage est vraiment intéressant car évidement elle a ses failles, ses faiblesses, elle en fait qu’à sa tête et se met dans des situations très très compliquées mais c’est toujours dans le souci des autres; Daphnée est un personnage très attachant et c’était réellement un plaisir de la découvrir et de suivre son histoire.

En Bref

L’arrivée d’un nouveau Gémini, très surprenant; Daphnée mise à l’honneur;

Une aventure, une mission délicate, dangereuse, passionnante et incertaine !

Un récit étonnant en passant par l’histoire de Daphnée,

Et pour notre bien : ce récit invite toujours à l’ouverture d’esprit, à ne pas juger sur l’apparence, à être tolérant et peut-être laisser sa chance à celui ou celle qui a fait un mauvais pas ou un mauvais choix !

Merci à l’auteure, Audrey Verreault, pour m’avoir renouvelé votre confiance, c’était un vrai plaisir de continuer l’aventure des Géminis;

La Terre des Héros, Tome 1 : Héritage d’Amélie Hanser

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : La Terre des Héros

Tome 1 : Héritage

Auteur : Amélie Hanser

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 370

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« C’est l’histoire d’Aleya, une jeune fille de dix-sept ans qui se réveille dans un autre monde après avoir touché un objet étrange dans les affaires de sa mère. C’est aussi celle d’un roi, assassiné par son frère jumeau. Ses souvenirs ressurgissent en Aleya, qui en apprend alors davantage sur cette terre peuplée par les descendants de héros anciens, mais également sur ses origines. Tous voient en elle celle qui débarrassera la terre du roi fratricide menaçant les autres peuples.
Elle devra alors, si elle accepte ce rôle, entreprendre avec ses nouveaux amis une quête qui la fera parcourir ce nouveau monde inconnu et découvrir ses secrets et ses énigmes. »

Mon avis

Je remercie l’auteure, Amélie Hanser, pour m’avoir proposé le tome 1 de sa trilogie La Terre des Héros ! Une aventure mystérieuse qui commence par un drame et continue avec des énigmes captivantes !

L’histoire

Aleya vient d’avoir son BAC, et sa mère décide subitement de déménager de Paris pour retourner vivre avec son beau-père. Aleya a toujours était une enfant solitaire, elle a toujours pensé que sa place n’était pas dans ce monde et qu’un destin plus grand l’attendait. Férue de lecture, la solitude n’a presque jamais été un problème.

Elle se retrouve propulsée dans un autre monde; entre rêve et réalité; Elle va devoir vite reprendre ses esprits et comprendre qu’elle a une place à prendre, à tenir dans cette aventure incroyable. Acceptera t-elle ce défi, cette quête qui lui revient de droit afin d’écarter, peut-être d’éliminer le roi Fratricide ?

Les personnages

Aleya : C’est une jeune fille de 17 ans, le bac en poche, lectrice assidue, solitaire; Elle rêve d’aventures quand soudain elle passe dans un autre monde qui va la contraindre à embrasser un destin bien dangereux. Aleya a du mal à faire confiance, réflexe de son habituelle solitude. Elle est confuse car plongée dans un monde inconnu et surtout dans un maelstrom d’informations concernant ses origines. Malgré tout elle s’adapte très vite à la situation et reste très réaliste quant à ses capacités à se défendre.

Aleya va rencontrer beaucoup de monde, elle va intéresser nombre de personnes mal intentionnées. A qui pourra t-elle faire confiance ? c’est son coeur qui la guidera, à condition qu’elle le suive !

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est très fluide et propice à emmener le lecteur dans les aventures dangereuses de son personnage principal ! Dès les premières lignes, l’auteur nous ancre dans notre réalité, on ne comprend pas bien ce déménagement, finalement comme Aleya, mais on est dans un monde qu’on connait et je ne me suis pas attendu à partir si vite dans l’aventure !

Donc, très vite, Aleya est propulsé dans un autre monde; mais malgré tout on avance petit à petit dans l’histoire d’Aleya, on découvre ce que cache ce voyage en même temps qu’Aleya au travers de ses rêves mais aussi avec les rencontres qu’elle fait. Si son départ dans un autre monde a été soudain, la suite va à la juste vitesse.

Pour cela, le récit est parsemé de péripéties et de rebondissements qui font avancer les protagonistes à petit pas dans la révélation partielle des secrets qui entourent Aleya; on ne sait jamais à quel moment les personnages qu’on suit vont pouvoir faire confiance ou non; ça instaure une redoutable tension… Je calquais mes ressentis sur ceux des personnages…c’était un peu stressant parfois, j’en devenais paranoïaque.

Passons à présent au petit ingrédient qui pour ma part à fait la petite différence et résonne encore en moi; Il me semble que beaucoup d’ados, de personne pensent que leur vie est vouée à quelque chose de plus grand, ou de plus utile… Si certaines personnes savent exactement où est leur place dans ce monde, il me semble également que beaucoup comme moi ont cherché longtemps, ou cherchent encore. C’est une des raisons pour laquelle, le personnage Aleya est vraiment très crédible, et que je m’y suis attachée assez facilement.

Enfin, ce qui m’a plu dans ce récit ce sont les énigmes qui font avancer, qui ralentissent l’aventure d’Aleya. C’était captivant !

Un dernier point m’a interpellé, l’auteur parle de bienveillance, d’entraide, d’envie d’aider, d’unifier mais aussi de la contre partie; Ce qui fait qu’un certain personnage tombe dans la conquête de pouvoir, c’est l’absence d’une reconnaissance tant attendue qui ne lui est pas apparue comme il le souhaitait, une admiration pervertie non satisfaite à fait de lui un personnage mauvais… ces thèmes abordés étaient essentiels à la compréhension partielle d’Aleya mais aussi du lecteur.

Avec ce premier tome, les bases d’un univers sont parfaitement posées; les nombreuses aventures d’Aleya ne lui ont pas vraiment laissé le temps de souffler et la fin m’a laissé avec une terrible envie de continuer à suivre Aleya !

 

En Bref

Un univers étonnant, des personnages si différents avec chacun leurs blessures, leur faiblesses mais aussi leur détermination à accompagner et protéger Aleya !

Une aventure ponctuée de rebondissements surprenants et déstabilisants.

Le personnage d’Aleya est très réaliste, imparfaite, mystérieuse et attachante.

Merci à l’auteure, Amélie Hanser, pour cette aventure au travers de l’univers de la Terre des Héros !

 

La Source du Pranium, Tome 1 : Le Carnet d’Anatole K. de Karis Demos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Titre : La Source du Pranium

Tome 1 : Le Carnet d’Anatole K.

Auteur : Karis Demos

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantastique, Anticipation

Format : Epub

Nombre de pages : 534

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« 2029.
Des catastrophes naturelles inédites ont détérioré l’état de la planète et provoqué des mouvements migratoires chaotiques. En remède à ces bouleversements, la Fondation Géosophique propose à ses initiés d’atteindre un équilibre spirituel et écologique grâce au pranium, une mystérieuse plante violette porteuse de révélations oniriques.
Anatole, lui, y voit l’opportunité de retrouver sa sœur, enlevée huit ans plus tôt. Très vite, ses recherches vont l’entraîner dans une quête qui le dépasse, celle de la Source du Pranium et des secrets que cet organisme végétal renferme…

Si la sagesse ne parvient pas à sauver l’humanité, peut-être nos rêves le pourront-ils ? »

Mon avis

Merci à l’auteur, Karis Demos, pour sa proposition de découvrir son roman, son univers; C’est un roman d’anticipation et en même temps il est tellement d’actualité ! Serait-ce un avertissement ?

L’histoire

Anatole recherche sa soeur Emma. Enlevée par le mystérieux Homme-Illustré qui a d’ailleurs laissé un cuisant souvenirs à Anatole. Nous somme en 2029, et la planète subit des évènements climatiques violents voir irréversibles… Une nouvelle façon de penser, de voir la vie, de considérer sa vie sur cette planète, en communiant avec cette planète émerge du passé. Avec ce courant de pensée, une étrange plante violette aux propriétés autant captivantes qu’inquiétantes semble galvaniser les foules et fait peur aux politiques en place, en tout cas à ceux qui s’accrochent à leurs derniers avantages et profits.

Les personnages

Anatole Kergoat: c’est un jeune homme qui endosse depuis plusieurs années la responsabilité, la culpabilité de n’avoir pu protéger sa soeur, de n’avoir pu ou su empêcher son enlèvement. Il connait la Géosophie, et possède toutes sortes de connexions sur divers réseaux sociaux détenus et/ou créer par des géosophes, mais ça ne fait pas de lui un géosophe; Il s’en défend d’ailleurs. Pour Anatole, la Géosophie, n’est qu’un moyen de retrouver sa soeur; Si quelques idées, pensées de la géosophie raisonnent en lui, lui plaisent, il se méfie de ce courant de pensée et surtout de leur manière d’accéder à la sagesse.

Philippe Télonis : C’est le coloc d’Anatole, qui lui est complètement versé dans la Géosophie. Il est étudiant en architecture et pour lui ce courant de pensée va l’aider à créer des monuments en accord avec la nature, la planète. Il entraîne Anatole dans un rassemblement dont il n’a aucune idée de l’issue, ça sera pour eux le début d’une aventure dangereuse et intense.

Tout au long du récit, Anatole va rencontrer des personnages étranges, qui le feront douter sans cesse; des alliés précieux vont le mettre sur la voie de sa soeur d’autre voudront se servir de lui; quoiqu’il en soit chaque personnage apporte une dimension différente au récit.

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est tout de suite immersive et limpide; Si l’utilisation de nouvelle technologie, avec des nouveaux mots, apparait, je n’ai pas eu besoin de chercher leurs définitions tant leur utilisation parait très claire et proche de nos utilisations et termes employés (ex: Géoweb). Fait étrange cette Géosophie, cette philosophie qui doit rapprocher les êtres humains de la planète, va de paire avec une technologie poussée à l’extrême.

Le récit est découpé entre le récit d’Anatole, l’Histoire de la Géosophie et l’actualité de la planète. Je le dit à chaque fois, j’aime beaucoup ce procédé car ça rend le récit dynamique, ça permet de faire des pauses dans l’histoire du personnage et en même temps ça rend le récit addictif. Donc évidemment je n’ai jamais rencontré l’ennui au cours de cette lecture !

Je commence d’abord par la vie d’Anatole qu’on suit au travers de la lecture de son carnet, qu’il écrit en vue de retrouver sa soeur; et il ne veut rien omettre ou oublier de lui raconter. Dans ce carnet, Anatole décrit tout le cheminement qu’il a suivi, de son départ à la recherche de sa soeur Emma aux évènements qu’il a traversé . Il y décrit ses expériences avec la géosophie, ses expériences oniriques qui ne sont pas toujours douces. Il raconte comment il est entré en contact avec des personnes haut placées en passant par les anti-géosophes, les services secrets, les fondateurs de la géosophie, les scientifiques… tout ça dans un seul et unique but : retrouver Emma. J’ai vraiment aimé son point de vue face à la géosophie, et son objectif qu’il ne perd jamais de vue malgré les nombreux obstacles.

Passons à présent aux nombreux faits d’Histoire qui parcourt le récit. L’auteur retrace l’Histoire de la Géosophie en passant par de réels évènements historiques (telle la chute du mur de Berlin) et cette façon de faire ancre vraiment le lecteur dans le récit. J’aimerais insister sur le fait que l’on sent dans l’écriture de l’auteur, un travail énorme de recherche et/ou de culture générale qui m’a permis une immersion complète. Et chose tout à fait impensable il y a quelques jours; j’avais envie de vérifier si tel ou tel personnage avait existé ou si tel courant spirituel était réel; bref tout au long du récit je me suis documentée, et avec plaisir ! A aucun moment ça n’a gêné ma lecture et ça, c’est tout simplement incroyable et génial ! Je me suis vraiment enrichie avec toutes ces connaissances ! Merci !

Venons en aux faits d’actualité que l’auteur inclus dans le récit, comme des notifications de journaux, montrant l’activité politique du monde, la recrudescence des évènements climatiques dramatiques, mais aussi certains témoignages de personnes connectées aux réseaux géosophes; Ces intermèdes rendent le récit vivant, plus réel si vous voyez ce que je veux dire. J’avais l’impression de lire les nouvelles du jour, c’était un peu bluffant et surtout flippant, et ça donnait une certaine vraisemblance à l’histoire d’Anatole. Vous allez me dire ou pensez : c’est le but du roman d’anticipation c’est que le lecteur garde un pied dans sa réalité quotidienne et pose l’autre pied dans ce qui serait plausible et cette démarche pousse évidement à la réflexion. Et oui c’est le cas !

Pour finir, l’auteur Karis Demos, abordent les thèmes comme l’écologie, les réfugiés climatiques, les migrants, l’envie et la recherche d’une autre spiritualité plus en phase avec la Nature, la planète et c’est carrément d’actualité, des climatosceptiques, des politiques tendancieuses prêtes sur le devant de la scène à faire des choses mais au final dans les coulisses chacun tire la couverture à lui pour garder encore un peu ses avantages et ses dividendes… l’ouverture totale des frontières du monde n’est pas encore pour maintenant…

L’auteur n’oublie de souligner que dans toutes philosophies, toutes spiritualités il y a des dérives, des extrémistes; si les intentions sont louables et très belles au départ, certains vers pervertissent le fruit, l’âme… ainsi est fait l’Homme, l’Humain !

Pour ne pas terminer sur une note négative, je me suis remise à la méditation et ça fait du bien !! Donc Merci !

 

En Bref

Un récit riche, vivant, dynamique et enrichissant !

Je suis passée par une belle palette d’émotion; comme Anatole, le doute m’a envahit, la trahison a été douloureuse et l’envie de faire confiance était forte malgré cette petite pointe dans le ventre qui dit qu’on fait peut-être fausse route…

Ce fut une de ces lectures que vous lisez avec lenteur pour en savourer chaque ligne et pour bien imprégner votre esprit avec chaque détail !

Merci beaucoup à l’auteur, Karis Demos, pour cette aventure originale, enrichissante et stylée !

 

Les Royaumes Démoniaques, tome 1 : La Roche des Âges de Christopher Evrard

Titre : Les Royaumes Démoniaques

Tome 1 : La Roche des Âges

Auteur : Christopher Evrard

Illustratrice : Jenny Burgy

Éditeur : Autoédité

Genre : Dark Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 381

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Mes erreurs sont tout ce qu’il me reste. » – Ciwen

L’horreur et la violence côtoient la féerie et la beauté. La magie et les combats forgent la réalité au jour le jour. Tandis que les légendes et mythe résonnent dans l’inconscient collectif comme des promesses d’un jour meilleur, tel la mystique roche des âges que Ciwen, un mage de foudre, recherche désespérément.

Dans une existence où le macabre est un lot quotidien… Quel est le sens de la vie ? Quel signification mettre à des concepts comme l’amour et la haine, ou la guerre et la paix ? Comment les définir, et les dépasser ?
Tant d’éternelles énigmes qui se posent à chaque instants, depuis la nuit des temps.

Les réponses apparaissent toujours dans le noir, tels des lucioles fuyantes…

Mon avis

Merci beaucoup à l’auteur, Christopher Evrard, pour m’avoir proposé de découvrir son univers, et c’était pas gagné car d’habitude le côté « Dark » d’une histoire me fait fuir; Mais là le résumé m’a convaincu et bien sûr tout le reste !

L’histoire

Ciwen, un mage recherché, traqué poursuit sa route sanglante vers le château où une certaine guilde de mages officie. Il a un seul but, retrouver la Roche des Âges. Son quotidien n’est fait que de combat, de violence et de sang. Il ne sait plus très bien pourquoi il continue, il abhorre cette mesquinerie des hommes, la jalousie et la cupidité qui pousse même le meilleur à trahir pour un peu d’or et d’argent;

Il est fatigué de fuir, de vivre aux aguets; sa vision du monde s’aiguise, ou plutôt il voit de plus en plus ce qu’il aimerait abandonner pour enfin poser ses bagages et continuer à vivre sereinement… mais qui est-il vraiment ? Pourquoi cette étrange ombre s’introduit dans ses songes ?

 

Les personnages

Ciwen : c’est un mage foudre, le seul au monde; d’où il vient, il ne le sait pas lui-même, ses souvenirs sont confus. C’est un guerrier à n’en pas douter, vivre ou mourir : il a choisi ; Il est déterminé à trouver la Roche des Âges, pour quel dessein ? Il a l’idée mais encore pas vraiment les moyens d’y parvenir. Il est impitoyable avec qui en veut à sa vie. Dans le même temps sans jamais se détourner de sa route, il est fatigué, usé par le comportement de ses pairs et ne lésine pas pour aller au-delà de ses propres limites pour aboutir à ses objectifs. Son caractère ne facilite pas les relations sociales, et sa solitude imposée provoque maladresse et méfiance et complique toute communication.  Malgré son côté pragmatique essentiel à sa survie, il démontre par moment qu’il est un grand idéaliste.

Ciwen côtoie beaucoup de monde, des personnages totalement étranges et effrayants; des ennemis redoutables, des alliés inattendus; je vous laisse le plaisir des les découvrir tous.

 

La Plume, le Scénario

Bon, malgré ma petite aversion (« petite peur ») pour le Dark; cette histoire m’a vraiment plus car l’auteur a su préserver mon esprit de mon imagination galopante. Vous allez me dire pourquoi accepter de lire un livre avec un titre pareil : « Les royaumes démoniaques »; ça présageait que le récit n’allait pas être tendre; mais j’ai voulu tenter à nouveau, et puis faut dire que le résumé m’a un peu rendu curieuse. Il y a bien un passage assez difficile à lire, très explicite qui m’a un tout petit peu heurtée…mais bon c’est mon côté ultra sensible.

L’auteur, Christopher Evrard, nous fait entrer dans son monde par le début, le commencement de quelque chose… que j’ai suivi avec attention, sans vraiment comprendre à quoi cela faisait référence; mais ce début est vraiment essentiel il faut vraiment le garder à l’esprit.

Ensuite il nous emmène dans le sillage violent et sanglant de Ciwen;

J’ai vraiment aimé ce personnage car il est totalement imparfait; parfois grossier, il est aussi conscient qu’il fait des choses mal, qu’il a choisi de vivre plutôt que mourir; et quand il tombe sur des personnes qui le traquent, il n’a pas d’état d’âme, c’est lui ou eux…  son choix est vite fait. Sa vie est triste et emplie de combat, de fuite, de chemin de sang et il le dit lui-même ça commence sérieusement à l’user.

Sa quête est difficile, son but est tellement louable presque irréalisable mais Ciwen est déterminé; et il nous pousse à croire en lui et à le suivre.

A côté de l’histoire de Ciwen, la vie des autres personnages s’entrelace dans son destin.

J’ai aimé aussi l’apparition de personnages étranges, effrayant mais qui font partie de ce monde, qui connaissent Ciwen, qui savent qui il est, d’autres qui ne le connaissent que de réputation;  Des mesquins, des attachants, des traitres, des glorieux personnages, et bien plus encore. Oui car il y a plus encore.

L’auteur alterne d’un personnage à un autre; Ciwen étant central; Christopher Evrard donne également de l’importance aux autres protagonistes, en leur laissant la main sur le récit, on voit ce monde, ses rebondissements par les yeux d’autres personnages, chacun se croisant et laissant le lecteur avec les infos que certains personnages n’ont pas et c’est  frustrant, ça donne envie d’intervenir ! De cette manière, le lecteur a vraiment une vue et un savoir presque global sur l’histoire de ce monde, bien que je me doute que l’auteur garde quelques secrets dans sa manche.

Ce monde est épique, bien que fragile; Chacun des protagonistes veut vivre et défendre ce qu’il a de plus précieux, c’est un peu ce qui le rattache à notre monde à notre petite condition d’humain.

Malgré tout j’ai senti cette fin inéluctable, oserais-je dire nécessaire ? Mais dans les méandres de l’obscurité qui menace de tout engloutir, j’ai perçu cette toute petite étincelle revancharde et rebelle qui s’impose et ne demande qu’à exploser.

En Bref

Un récit passionnant, dynamique qui m’a tenu en haleine jusqu’à la dernière page !

Un personnage attachant et déroutant dans son état d’esprit et sa façon de voir la vie, absolument conscient du bien et du mal; un personnage qui fait de son mieux pour se connaître et réaliser son rêve, son objectif qui s’aiguise au fur et à mesure du récit;

Merci à l’auteur, Christopher Evrard de m’avoir tentée et de m’avoir permis de lire, vivre cette aventure brutale (un petit peu quand même), surprenante et passionnante !

 

L’Impératrice des Chimères de Jérôme Camedescasse

Titre : L’Impératrice des Chimères

Auteur : Jérôme Camedescasse

Illustratrice couverture : Tiphs

Éditeur : Crin de Chimères – Éditions

Collection : Castellar

Genre : Fantasy (plutôt dark)

Format : Epub

Nombre de pages : 502

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Brouillard de cauchemar mortifère, la Chevelure de Hel a envahi les Terres du Nord. Tjor de Noirelouve est-il animé par sa foi, ou par une sorte de témérité aveugle, pour oser vouloir s’y frotter et chasser une telle malédiction ? Entouré d’une cohorte de « héros » aux motivations aussi variées que douteuses, il devra s’y aventurer et y affronter des créatures vomies des tréfonds des enfers.

Perdition. Aliénation. Au-delà de ces monstruosités et de ces sbires décérébrés, un être malicieux attend. Une entité inconnue déterminée à retourner contre eux angoisses et déchirures de l’âme grâce à moult illusions. Invisible et insaisissable, elle sèmera leur chemin d’embûches, déterminée à les détruire ou les confiner à la folie. »

Mon avis

Je remercie les Éditions Crin de Chimère et l’auteur Jérôme Camedescasse pour ce premier partenariat teinté d’obscurité et de folie assaisonnées de chimères malveillantes !

L’histoire

Un brouillard opaque et lugubre recouvre petit à petit les Terres du Nord, semant désolation, disparition, mort étranges et douloureuses. Ce voile terne cache au plus profond de lui des créatures cauchemardesques, revenues d’où on ne revient pas mais aussi sortant des peurs primales… Un homme va tout tenter pour affronter ce maléfice, il forme une troupe hétéroclite où chacun avec son habileté devra lutter pour survivre et aider Tjor NoireLouve dans sa quête impossible contre le mal !

Les personnages

Tjor Noirelouve : C’est un jeune noble, guerrier de surcroit, disons sachant très bien manier les armes; De nature impulsive, mais toujours trop bienveillant. Certains diront laxiste et pas assez dur pour mener une troupe jusqu’au coeur du mal. Mais il est déterminé et sait se faire respecter; un certain Nain va l’apprendre à ses dépens. Son ordre de service, il le tient de la couronne et il s’est juré de réussir à mener sa quête jusqu’au bout. Pour se donner le plus de chance, il s’entoure d’une clique improbable dont il saura utiliser les habiletés à bon escient. D’où tient-il cette féroce détermination à réussir cette mission ? Qu’à t-il vraiment à y gagner ?

Rehn : c’est une noble également; cette jeune femme arrogante, imbuvable et détestable, a soif de défi, soif d’apprendre; elle méprise violemment ses colistiers mais s’en arrange quand même; elle semble très douée, mais son égocentrisme font d’elle une méchante sorcière; Grande manipulatrice, langue de vipère, elle n’aura de cesse de harceler les plus faibles. Mais au plus fort de son sentiment de supériorité, elle va apprendre et surprendre !

Les 5 autres personnages de cette troupe ont chacun des traits de caractère, une présence bien à eux; Chacun étant intéressant, parfois énervant mais ce qui les rassemble au fond c’est cette peur primale de ce que cache la Chevelure de Hel. A vous de les découvrir.

La Plume, le Scénario

J’ai trouvé la plume de l’auteur très sophistiquée, maitrisée avec un vocabulaire riche et soutenu;

L’écriture de Jérôme Camedescasse m’a plongé direct dans ce monde froid, lugubre et presque collant… poisseux… Pas de doute, dès les premières lignes j’ai ressenti ce froid, cette tension, cette peur comme aveuglée par ce brouillard, à essayer de comprendre ce qui s’y cache pour finalement redouter de savoir…

On suit Noirelouve avec détermination, il insuffle cette motivation à foncer à l’assaut de la Chevelure de Hel; Le choix de ces compagnons peut paraître étrange ou pas vraiment choisi et cette troupe mal assemblée, débute son chemin dans l’animosité et les tensions car chacun va devoir affronter ses peurs mais finalement peut-être pas seul …

L’entité cachée dans la brume est très forte; chacune de ses interventions m’ont complètement bluffé et frustré; L’auteur (ou la créature… on ne sait plus trop…) maltraite, joue avec ses personnages autant qu’avec le lecteur. Je suis partie à fond dans l’aventure tête baissée, je n’ai rien vu venir et à chaque piège … boom je tombais dedans; et si ça n’avait été qu’une fois mais non l’auteur récidive tout au long du récit. C’était vraiment impressionnant mais tellement frustrant pour ma part; l’auteur encore une fois réserve des tours à ses personnages, c’est plutôt horrible parfois; et quand c’est le personnage qui flanche, ça m’a donné l’impression que c’était un pied de nez (du personnage) à l’auteur pour se rebeller… c’était plutôt étrange comme sensation.

Le récit est hanté par la mythologie Nordique, l’auteur trempe ses personnages dans les mythes et légendes pour mieux les perdre ou peut-être renforcer leur détermination; en tout cas c’était très intéressant.

Comment continuer sans trop en dire sur le récit… si certains passages apportent une once d’espoir, d’autre passages plutôt durs et sanglants se chargent de vous faire oublier ou d’occulter cette petite parcelle de lumière… c’était presque effrayant car quand je continuais la lecture, je me suis sentie tendre le dos, me méfier de tel ou tel évènement…

En Bref

Un récit, empreint de Mythologie Nordique, sombre et brutal où les enchantements ne vous procure que chaire de poule et perte de repères;

Des personnages imparfaits, avec leurs faiblesses plus que leurs forces tout à fait intéressant et surprenant !

Merci aux Éditions Crin de Chimère et à l’auteur Jérôme Camedescasse, pour ce voyage, cette aventure (tendue) au milieu des Terres du Nord

 

Crin de Chimère - Éditions

Contes et Légendes d’Hashkaria, tome 1: Isielle et Olkan de Charles Chehirlian

Titre : Contes et Légendes d’Hashkaria

Tome 1 : Isielle et Olkan

Auteur : Charles Chehirlian

Éditeur : Éditions Archancourt

Genre : Fantasy

Format : Epub

Nombre de pages : 144

Sorti le 29 novembre 2019

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Sur l’île d’Horterheim, seules les lois des pics enneigés et de la guerre règnent.
Huldrith et Peredren, fiers et forts guerriers du corps des Haches, s’évertuent à défendre la cité de Garolden face aux redoutables hordes de Kulhgordians.
Au milieu de toute cette fureur, rien ne tourmente l’angélique Dame Isielle et Olkan le poète, qui se vouent un amour indéfectible. Mais le Comte Bolter, père d’Isielle, se refuse à donner la main de sa fille à un simple roturier rêveur, et s’emploie à les séparer.
Aucun d’entre eux ne se doute que dans les profondeurs de la terre, dans l’ombre, quelque chose de très ancien rôde… »

Mon avis

Merci à l’auteur, Charles Cherhirlian, de m’avoir proposé son Conte « Isielle et Olkan ».

L’histoire

Isielle et Olkan sont dans leur bulle d’amour que seul le Comte Bolter refuse. Ils ont un rendez-vous galant mais la belle se fait attendre… pendant que Peredren et Huldrith sont en conseil de guerre; Les hordes ennemies sont certes maintenues en respect et repoussées mais leur persévérance inquiète le conseil.

Si la guerre arrive jusqu’à Garolden, que va devenir l’amour entre Isielle et Olkan ? et si la guerre n’était rien à côté de se qui se trame dans les profondeurs de la Terre ?

Les personnages

Olkan : est un jeune poète, artiste épris de Dame Isielle. Ce jeune homme est doux, plein d’attention envers sa belle. Les histoires de la guerre ne sont pas pour lui au grand dam du Comte Bolter le père d’Isielle. Malgré son inaptitude au combat, il fait preuve d’un esprit étonnamment combatif quand il s’agit de défendre ou de voir sa belle. Son emportement lui fait même faire quelques bêtises…

Peredren: C’est un grand guerrier, valeureux et surtout bienveillant; Il est le disciple du Capitaine Huldrith qui est très fier de lui. Il est stratège et meneur d’homme. Il voit dans son ennemi, un combattant émérite.

Comte Bolter: C’est le père de Dame Isielle, et il ne veut pas lier sa fille à un roturier comme Olkan et encore moins à un « ménestrel »… Il est cupide, riche mais il en veut encore plus. Sa richesse et sa cupidité étouffent le peu d’intelligence et de sens encore présent dans sa tête… Il pense également que sa richesse lui donne tous les droits et que c’est à lui que revient de choisir un mari à sa fille, mais aussi de lier le sort de Garolden; pour lui ça ne fait aucune différence.

D’autres personnages très intéressants participent à la dynamique du récit comme Huldrith, Fulkar que je choisis volontairement de ne pas décrire car vous devez les découvrir tout seul !

 

La Plume, le Scénario

L’auteur, Charles Chehirlian, met en place lentement mais surement le décor, l’intrigue, présente les personnages.

Le récit est assez court, mais l’aventure est là, accompagnée d’un bon nombre de rebondissements !

Au début, je me suis sentie perdue car tantôt l’auteur nous parle d’Olkan et de son amour pour Isielle mais aussi de son âme de poète qui s’extasie à la vue de paysages merveilleux; tantôt il nous parle d’un monde beaucoup moins poétique : La guerre entre la cité de Garolden et les Hordes de Kulhgorians. Ces deux mondes, pourtant côte à côte car Olkan vit dans la cité de Garolden, sont totalement opposés. A la sauvagerie de la guerre, s’oppose l’image d’Olkan patientant sur son rocher à attendre sa belle et s’émerveillant du paysage et en soupirant aux souvenirs d’Isielle. Je ne voyais pas le lien, et limite je trouvais Olkan déplacé dans cette situation de guerre.

Attention Dame Isielle est représentative, mystérieuse et peu présente quoique finalement elle est continuellement au coeur du récit 😉

Il m’a fallu quelques pages et rencontrer le personnage de Peredren pour trouver une ligne directrice, le sens était là mais j’avais besoin de comprendre en quoi ces deux personnages si différent et évoluant dans des milieux différents pouvaient avoir un lien. Finalement, ils ont plus de liens que je ne le pensais et ma lecture n’en a été que plus agréable.

L’auteur aborde aussi le thème de la tolérance, de l’entraide face au grand malheur, mais aussi de tout ce qu’une guerre peut annihiler comme bons sentiments, comme l’évidence que tous les peuples, peu importe leur provenance, ont le droit de vivre et plus encore de vivre décemment; Face aux humeurs belliqueuses, parlementer reste la meilleure solution.

Finalement, un Mal bien plus effrayant s’immisce dans cette guerre mais aussi insidieusement dans ce romantique amour… et c’est ce point d’impact qui précipite les rebondissements inattendus; J’ai été carrément surprise par la tournure des évènements.

Malgré tous les rebondissements, Peredren reste très réaliste et logique quand à l’avenir et c’est ce que j’ai apprécié dans ce personnage. Il n’est nullement idyllique, ni idéaliste. C’est un homme, un guerrier, logique et fin stratège; mais bien plus encore, ce qui fait de lui un homme entier c’est que de toutes ces caractéristiques plus ou moins froides il émane de lui de la bienveillance et de la tolérance et c’est ça qui fait de lui un parfait meneur d’hommes.

J’ai été touchée par ce qu’a dit le Capitaine Huldrith à Olkan; c’était extrêmement lumineux et tellement sincère et bienveillant; d’autant plus étonnant de la part d’un chef de guerre.

En Bref

Après une mise en place consciencieuse, l’histoire prend une tournure surprenante encore et encore !

Une chouette aventure sombre et lumineuse (lisez vous comprendrez !) au coeur des Contes et Légendes d’Hashkaria;

Merci à nouveau à l’auteur, Charles Chehirlian, de m’avoir plongé dans l’univers d’Hashkaria !

 

 

Les Larmes d’Aphrodite, la colère de l’Olympe de Marion Perret

Titre : Les Larmes d’Aphrodites, La Colère de l’Olympe

Auteur : Marion Perret

Éditeur : Éditions du Saule

Genre : Fantasy, Mythe et Mythologie

Format : Epub

Nombre de pages : 354

Sorti le 2 décembre 2019

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Les Dieux sont cruels ! Et l’éternité paraît bien longue pour une immortelle qui tente de leur échapper. Abandonner les siens n’est qu’une solution temporaire…
Après des millénaires de fuite auprès des mortels, Aphrodite est de retour sur l’Olympe. La plus belle des Déesses va devoir faire face à de nombreux défis.
Manipulation, trahison, violence et amour… Aphrodite brave la colère de l’Olympe! »

Mon avis

Merci aux Éditions du Saule de m’avoir proposé le roman de l’auteure Marion Perret, « Les Larmes d’Aphrodite, La colère de l’Olympe », quand la mythologie et le téléphone rose font un mélange étonnant !

L’histoire

La Déesse Aphrodite est en cavale à Miami depuis plusieurs millénaires… Mais il est temps pour elle de reprendre sa place et son trône parmi les douze Dieux de l’Olympe. La tâche ne va pas être aussi facile car des millénaires de souvenir pas tous heureux, parfois douloureux vont refaire surface et la belle ne fait pas l’unanimité après une si longue absence… Ni même la vie qu’elle a mené qui n’est pas du goût de tout le monde.

Les personnages

Aphrodite : Évidemment c’est une magnifique femme, elle transpire la sensualité, elle suscite le désir, bref c’est la déesse de l’Amour. Mais pas seulement, on découvre que c’est une femme meurtrie, en cavale, avec ses fêlures, ses travers, ses blessures, ses secrets et son petit coeur d’artichaut qui ne bat que pour un seul homme. Au départ elle n’est pas très combative ni même motivée pour sortir de l’ombre…mais quand elle a décidé qu’elle devait foncer, elle se montre étonnante !

Poséïdon : C’est le mari de la soeur d’Aphrodite, Amphitrite. Il est vaniteux, colérique, imbu de sa personne, tellement sûr de lui et de son pouvoir de séduction; mais là encore on le découvre, doux et attentionné, meurtri et blessé dans son amour propre mais aussi dans coeur. C’est un dieu épouvantablement jaloux, qui part en bagarre au moindre sursaut…

Hadès : Alors lui, c’est un homme superbe, sûr de lui; prêt à aider les autres toujours à une condition, toujours avec à la clé un contrat qui sera forcément en sa faveur et qui réserve parfois des surprises à celui ou celle qu’il aide. C’est le seigneur des Enfers et il gère son territoire mieux que personne.

Une multitude de dieux tournent autour d’Aphrodite, les amis, les ennemis; Je ne vais pas en décrire plus, je vous laisse les découvrir à la sauce Marion Perret !

La Plume, le Scénario

Attention dans ce roman captivant, l’auteure a pris la liberté d’écrire une adaptation étonnante de la mythologie, c’est complètement d’actualité ! Bon pour les puristes, amoureux de la mythologie, peut-être que vous seriez choqué par certains personnages détournés …

L’écriture de l’auteure est fluide, immersive; On découvre Aphrodite dans un monde très réel : à Miami dans une entreprise pour le moins surprenante; disons qu’elle s’est vraiment fondu dans le décor pour ne pas être retrouvée.

Au fur et à mesure de l’histoire, je me suis attachée à la Déesse de l’Amour, son histoire m’a fait frémir, m’a beaucoup attendri;

L’auteure, Marion Perret, utilise la technique de chapitres passé/présent, c’est addictif car on veut en savoir toujours plus. Quand on quitte Aphrodite dans le présent c’est pour se plonger dans son passé pas toujours facile, et surtout poignant par moment; et hop d’un seul coup, après avoir dévoilé une petite partie du passé de la déesse, on continue de la suivre dans son ascension au trône, à son trône. Petit à petit, on comprend les décisions qu’elle a pris et son cheminement jusqu’à sa fuite.

Son retour sur l’Olympe, n’aurait jamais eu lieu s’y une de ses très anciennes amies n’avait pas eu besoin d’elle. En renouant ainsi avec son histoire, la machine se met en route et Aphrodite n’aura plus le choix, elle devra faire face à la cause et aux conséquences de sa fuite et surtout à son père, le grand et terrible Zeus !

Dans son roman, Marion Perret, l’auteure parle de violence faite aux femmes, une violence insoutenable, une violence cachée pendant des millénaires, Pourquoi ?

Certainement, par honte, par remise en cause, par peur, par soucis de protéger un plus gros secret bref … pour tout un tas de raisons qu’on ne peut absolument pas reprocher à celle qui subit ses violences… mais c’est tellement triste et révoltant !

C’était super intéressant de voir la mythologie de ce point de vue détourné, mais quand même qu’avez-vous fait d’Héphaïstos !?!

Un dernier point, la couverture est sublime, tout en volupté, bien représentative de la déesse de l’Amour : Aphrodite.

En Bref

Un récit sur une mythologie parallèle, une Aphrodite en cavale vivant sa vie au milieu des Mortels depuis des millénaires;

Une déesse, femme avant tout avec ses faiblesses, sa force et un petit coeur d’artichaut;

Un sujet tout a fait d’actualité : La violence faite aux femmes.

Merci les Éditions du Saule, merci à l’auteure, Marion Perret, pour ce voyage, cette lecture surprenante et poignante.

 

 

Astral, tome 1 : Le Totem de Vincent S. Nobius

Titre : Astral

Tome 1 : Le Totem

Auteur : Vincent S. Nobius

Éditeur : Autoédité

Genre : Fantasy, Aventure

Format : PDF

Nombre de pages : 430

Sorti le 28 octobre 2019

Fiche Bibliomania

 

Résumé de l’auteur

« Une histoire d’amour à travers les dimensions, un géant accroc à la margouse et au franc parler dévastateur, une Amazone sexy et au mauvais caractère, une Elphée espiègle et émotive, un maître des arts martiaux, un apprenti Chaman, un héros (un vrai !) avec une belle barbe, une discipline légendaire, des Atlantes orgueilleux et très blonds, des Génies à l’égo écrasant, des Dragons, des Anges, des Aanunakis, des Daemons, des Reptiliens, un monde fantastique à travers les étoiles, un décor pastel et nébuleux, un peu de magie, un peu d’humour, une nouvelle mythologie et un voyage épique à travers les origines de notre univers, voilà la vie après la mort selon Astral.

Une revisite de l’Odyssée et une réflexion sur nos origines, notre place dans l’univers et la raison de notre présence sur Terre. Un monde si riche et vaste qu’une trilogie était nécessaire.

En voici le premier tome : Le Totem, qui présente une partie du monde (EoA, notre système solaire) et la plupart des personnages principaux. On y découvre les puissants Génies, plus ou moins bien intentionnés ainsi que le Totem : Une discipline multi-millénaire créée par les Elohim, dans le but d’apprendre à manipuler l’énergie, puis devenue célèbre et respectée à travers Galaxia, par tous les peuples s’y adonnant avec passion. »

Mon avis

Je tiens d’abord à remercier l’auteur, Vincent S. Nobius, de m’avoir fait découvrir son univers original et surprenant !

L’histoire

L’histoire commence pendant la guerre de Troyes où le héros légendaire quitte soudain la Terre. A son réveil, il se trouve dans un endroit paisible, qu’il semble reconnaitre mais les souvenirs sont lents à refaire surface.

Il existe un endroit pour les créatures de toutes sortes : l’EoA, un monde (parmi tant d’autres) réservé aux âmes.

Les Génies qui contrôlent les différents monde de l’EoA, sont tantôt bienveillants tantôt complètement fou de pouvoir, d’autres sont opportunistes et et conquérants… Mais par dessous tout ils détiennent un pouvoir certains sur toutes les âmes…

Parce qu’une âme a été revendiqué par un Génie Mégalo, une équipe complètement hétéroclite et improbable va jouer sa liberté, son libre-arbitre dans un combat compliqué, qui pourrait menacé l’équilibre de l’Astral…

Les personnages

Le Héros : C’est un Humain, fort, habile, combattant émérite. C’est un meneur d’armée, il est fin stratège, à l’écoute de ses camarades et sait mener à bien les plans qu’il pense et créé. Très empathe, il s’inquiète de la survie de ses amis.

Loreliz : C’est une Elphée, pas très grande, espiègle et impétueuse, un peu casse-cou et qui tient énormément à ce combattant humain (volontairement je tais son nom pour vous le laissez découvrir 😉

D’autre personnages participent à ce défi pour le libre-arbitre; tous plus intéressants les uns que les autres, ils sont très bien décrit dans le résumé;

 

La Plume, le Scénario

Au début quand je suis entrée dans l’histoire, je me suis dit: » mais … mais qu’est ce que je fais au beau milieu de la guerre de Troyes ? »

Mais très vite on quitte la guerre de Troyes qui est au final un prétexte pour présenter le héros et ses habiletés; l’arrivée dans l’Astral du héros est très surprenante, à vous de découvrir;

Donc on arrive dans le monde de l’EoA, un monde extraordinaire où habitent plusieurs créatures avec chacun leur monde bien définit avec ses règles, ses traditions. La circulation entre les mondes est plus ou moins fluide selon quel Génie les dirige;

C’était intéressant de suivre le personnage central, son évolution, sa lente émergence. Il est attachant, pas parfait et c’est ce qui lui donne de l’intérêt;

L’évocation de l’incarnation des âmes dans la revisite d’une œuvre épique comme celle-ci est un mélange subtil d’étrange et d’extraordinaire.

Ensuite vient « la quête », bon c’est pas vraiment une quête mais ça y ressemble, Le Héros va devoir combattre pour sa liberté avec des personnes disparates et déterminées à l’aider;  Tous ces personnages étaient vraiment captivants car différents, avec d’autres cultures, d’autres traditions, j’avoue que mon petit préféré c’est Nashoba !

Parlons des Génies (dirigeants des mondes), pour sûr ils sont puissant et imbattable, assimilés à des Dieux; chacun règne à sa manière sur son monde; Alors s’il y en a qui sont vraiment doux et bienveillant, Neptunus fait partie de ces Génies complètement mégalo et fourbe; D’autre sont opportuniste et n’apporte leur aide qu’en échange d’une contre partie… Finalement j’ai trouvé que le comportement de ces Génies se rapprochait terriblement du comportement des humains, n’allez surtout pas leur dire, certains détestent les humains…

Alors oui , avec ce récit, l’auteur revisite l’Odyssée et j’ai trouvé cette version très étonnante. Cette visite de l’univers en dehors de la Terre est un choix déroutant mais riche pour l’imagination; Dans cette histoire, la Terre est un monde parmi d’autres;

Et cette fin on en parle ?! non non non … je ne dirais rien mais bon que de questions restent en suspens … C’est une véritable torture pour le lecteur !

Un dernier mot pour la couverture qui est mystique, très belle et illustre assez bien le récit 🙂 !

 

En Bref

Un récit épique revisité, surprenant et très agréable.

L’histoire de la construction des mondes est intéressante et aucune longueur ne pointe le bout de son nez !

Merci à l’auteur, Vincent S. Nobius, pour cette œuvre revisitée qui m’a plongé dans un autre univers.