Peau d’Homme par Hubert et Zanzim

4ème de couverture

" Les femmes de notre famille, nous avons un secret, nous avons en notre possession une peau d'homme. 
Nous l'appelons Lorenzo.
Une fois la peau revêtue, nul ne peut se douter que tu n'es pas un garçon.
Ainsi tu pourras voyager incognito dans le monde des hommes."

Carte d’identité du Livre

Titre : Peau d’Homme

Auteur : Hubert

Auteur/Graphiste/Illustrateur : Zanzim

Format : Roman Graphique, broché

Nombre de pages : 160

Sorti le 22 avril 2020

Fiche Bibliomania

Mon avis

Merci à OmbreBones pour sa tentation, une BD pleine de sens et tellement d’actualité comme promettait sa chronique.

L’histoire

Italie – Renaissance.

Bianca est une belle jeune femme en âge de se marier. Son mariage est évidemment arrangé avec un jeune homme du choix de ses parents. La jeune femme accepte son sort mais elle ne peut empêcher une pointe de déception. Non pas que cet homme ne soit pas à son goût, non c’est qu’elle aurait aimer apprendre à connaître l’homme qui allait devenir son époux pour la vie.

La voyant en plein désarrois sa marraine lui propose de venir chez elle pendant quelques jours pour se détendre;

Comprenant les arguments de Bianca, elle lui remet ce secret, ce cadeau transmis de mère en fille, de génération en génération de femmes : une peau d’Homme. Cette peau permet à toute femme qui l’a revêt de se fondre dans le monde des hommes et de se promener incognito dans un milieu qui serait interdit à une femme.

Bianca va se prendre au jeu; Sera t-elle assez forte fasse aux révélations que va lui apporter sa supercherie ?

Les Personnages

Bianca : C’est une jeune femme prête pour le mariage mais pas de n’importe quelle façon; elle souhaiterait rencontrer et connaître son futur époux. Elle ne s’oppose pas au mariage forcé mais le déplore. C’est une femme de caractère, qui considère que la femme à sa place dans la société. Féministe dans l’âme, elle n’entend pas désobéir à ses parents, ce qui ne l’empêche pas de se révolter face à cette tradition stupide.

Le cadeau de sa marraine est inespéré et emmène Bianca sur des chemins inconnus. Son enthousiasme va très vite retombé, en entrant dans le monde de faux semblant des hommes, et leur propension à rabaisser la femme plus bas que terre, ça lui est insupportable.

Elle entreprend de faire changer quelques mentalités en endossant le rôle de Lorenzo sa peau d’homme.

Giovanni : C’est un fils de marchand, ni mauvais ni bon, il suit le chemin tracé avant lui par d’autres hommes. Sa vie est faite de faux semblant de plus en plus difficile à cacher, à maitriser. Il montre au monde une version de lui moins édulcorée que dans la vie de la nuit.

Avec ses camarades hommes, il se montre aussi stupide qu’on puisse l’être, vantard, homme grivois… Alors que c’est un rôle qui joue, que la société lui dicte insidieusement. Car il pense que s’il montre son vrai lui, il sera rejeté, mis au ban de la société donc il joue à l’homme puissant et insupportable.

Tout les personnages dans cette BD sont certes caricaturés quoique … certains existent malheureusement. En tout cas chacun vaut le détour.

La Plume, le Scénario

Cette BD était très agréable à lire et je la recommande également chaleureusement !

Les thèmes abordés sont complètement d’actualité, malgré une mise en scène dans l’Italie de la Renaissance.

Le machisme, l’église et les femmes, le mansplaining, le féminisme, l’acceptation de soi, l’acceptation de l’autre dans son entièreté, la liberté sexuelle... tout ça se rejoint finalement ou plutôt ces deux auteurs sont tellement complémentaires que ces sujets sont devenus fluides et liés.

Le trait de l’auteur Zanzim est particulier, aux multiples influences, qui s’accorde à merveille avec les mots de son collègue Hubert; Il émane de ses dessins, une simplicité voulue et ingénue qui transmets avec plus de force les émotions dont est empli le texte. Les couleurs sont neutres et se font plus vive en suivant les émotions des personnages. Le trait colle au texte avec magie et fait que chaque lecteur se retrouvent dans ces personnages ou s’attachent à l’une des nombreuses personnalités très bien défendues.

Bianca est un personnage rebel; douce et agréable, elle n’en est pas moins déterminée à faire changer les mentalités, même de quelques personnes. Elle endosse la peau d’Homme avec hésitation, presque peur, pour au final y trouver une véritable occasion d’espionner, au départ, le sexe opposé; puis finalement pour comprendre ou en tout cas essayer de mettre des mots sur le comportement des hommes. Elle va se prendre au jeu, tellement bien qu’elle va se perdre pendant un temps…

Sa détermination à remettre la femme à sa place dans la société c’est à dire à côté de l’homme, à l’égal de l’homme est sans faille, même si elle rencontre des difficultés notamment avec son frère qui est une vraie caricature du christianisme, une figure du fanatisme.

Son frère n’est pas la seule embûche dans son parcourt, elle se heurte également aux femmes de sa famille, aux anciennes qui s’échinent à faire perdurer cette tradition, cet état de fait insupportable malgré leur propre souffrance, sauf évidemment sa tante.

Il y a aussi celle qui ose et qui est violement prise à partie car même si elle fait la même chose que son époux, ce qu’elle fait est plus grave, inconcevable pour la société…

Et il y a son futur époux Giovanni, son cas d’étude si je puis dire, celui avec lequel Bianca va comprendre l’amour véritable sans jugement, la tolérance et enfin l’importance de la liberté sexuelle.

L’auteur parle de salon/bar/taverne où seuls les hommes sont autorisés à entrer; Et pour cause, l’auteur y décris un tout autre monde, au travers de Bianca/Lorenzo, on pourra apprécier que les hommes doivent se cacher, doivent jouer un jeu qui ne leur correspond pas, et tout ça pour ne pas être relégué au rangs de pestiféré … ainsi en se retrouvant entre eux ils s’ouvrent à d’infinie possibilité sans honte, sans scrupules.

Finalement tout le monde souffre de cette comédie, de cette hypocrisie sociale et c’est pour ça que Bianca en fera son fer de lance.

Bianca devient au fur et à mesure des pages le symbole de la tolérance, de la bienveillance dans cette BD et malgré toutes les embûches, les souffrances et les peines, elle tire partie de la situation pour ne pas se laisser abattre et mettre à genou avec un bâillon ! Elle choisit la vie qu’elle veut, peut-être pas celle qu’elle aurait voulu au départ, mais toute résolution peut évoluer et devenir une meilleure version de l’idée initiale !

En Bref

Note : 9 sur 10.

C’est d’abord un livre objet magnifique !

Mais c’est aussi et surtout une Bande Dessinée douce-amère sur la société;

Le récit est doux et sulfureux, amer et déterminant, fortement réflexif !

Les personnages sont fort, attachant, et portent en eux des fragilités réalistes.

Merci à la tentatrice OmbreBones 😉 !

4 commentaires sur “Peau d’Homme par Hubert et Zanzim

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :