Pax Deorum, Livre 1 : Il était une fois Rome… de Cédric Plouvier

Titre : Pax Deorum

Tome 1 : Il était une fois Rome …

Auteur : Cédric Plouvier

Éditeur : Libre 2 Lire

Genre : Historique

Format : epub

Nombre de pages : 472

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteur

« Début du IVe siècle avant J-C. Rome est en passe de dominer complètement le Latium, une région fertile du centre de l’Italie. Puissante, la ville bouillonne pourtant intérieurement. Les intrigues familiales et politiques au Sénat et dans les grandes maisons, les querelles d’ego, ainsi que les affaires sales dans les quartiers populaires aux mains des bandits, sont le lot quotidien de la Ville. Celle-ci est également confrontée aux menaces croissantes des peuples voisins, notamment étrusques, l’obligeant à mener des guerres continuelles. C’est ainsi que depuis plusieurs années Rome assiège la cité de Véies qu’elle ne parvient toujours pas à soumettre. A tout cela s’ajoutent d’étranges évènements qui se multiplient jusque dans les campagnes environnantes. Des phénomènes que personne ne parvient à interpréter et qui poussent les Romains à s’interroger sur leur destin. Est-ce un signe des dieux ? Ont-ils eut tort d’entreprendre leurs guerres ? De quelle nature est la menace qui pèse sur Rome ? »

Mon avis

Et voilà on repart pour une nouvelle année, et je commence celle-ci avec un roman historique impressionnant !

Merci à l’auteur, Cédric Plouvier, pour ce récit historique très intéressant et immersif sur la Rome, les coulisses de Rome.

L’histoire

La Grande Rome s’approche très prêt de la conquête totale du Latium; Alors que sa suprématie n’est plus à prouver, les intrigues intra familiales, interfamiliales sont monnaies courante et n’ont pas toujours une fin heureuse.

Les familles nobles s’épient, jouent des coudes, s’entravent pour le destin glorieux de la grande Rome de façon officiel mais pour un objectif officieux et beaucoup moins louable, celui d’amener leur famille à l’apogée de Rome, de lier le destin de leur famille à celui grandiose de Rome. Mais les Romains ne sont pas les seuls à vouloir Rome, les pays frontaliers, les voisins s’agitent, s’allient, tentent des intrusions ou résistent comme la cité Véies depuis plusieurs années, ne voulant pas se soumettre.

Rome grouille d’intrigues, de malversation, de brigandage, alliance et trahison, lutte de pouvoir tout ça dans un seul but : être celui que l’Histoire rendra célèbre, celui qui aura conquis Rome, celui qui aura aider Rome à devenir puissante… Meurtres, pots de vin, tortures, kidnappings, prisonniers, tout est bon pour la gloire de Rome.

Et si les Dieux s’en mêlaient ? Par ci par là, ils tentent d’envoyer des signes pour faire comprendre aux Romains dans quelle direction, ils doivent mener Rome.

Les personnages

5 grandes Familles RomainesAemilii, Claudii, Cornelii, Fabii et Valerii. Au travers de leur différent pater familias, l’auteur nous montre, nous immerge dans les intrigues politiques. On peut remarquer la lenteur, la lourdeur de prise de décision qui a nuit vraisemblablement à l’Empire romain. Dans chaque famille, chacun a une place prédéfinie. Et chaque membre se doit à la protection et à l’élévation de sa famille selon son rôle, aucune jalousie, aucun état d’âme ne peut être toléré faute d’entacher gravement l’honneur et la réputation de la Famille. Evidemment en théorie c’est très clair, mais en pratique c’est sans compter sur le caractère et les susceptibilités de chacun des membres de la famille, je pense notamment à Lucius Aemilius Mamercinus.

Publius Cornelius Cossus : Cet homme est Tribun militaire et devient le commandant des troupes qui assiègent la cité Véies. Au travers de son expérience, on voit ce que l’immobilisme du Sénat fait aux soldats en poste. Rien de bon, effectivement … Voyant ses soldats dépérir mais lui apporter toute leur confiance, il décide de réagir sans le Sénat mais heureusement ou malheureusement des hommes tiennent à lui … C’est un homme qui semble honnête et désapprouve de laisser ses soldats comme ça, sans se battre. Pour le faire un peu patienter, il est envoyé en mission pour enquêter sur des phénomènes mystérieux à vérifier. Il sera alors témoins de plusieurs signes divins, d’où son envie de sortir de ce siège interminable contre Véies.

Au travers de plusieurs personnages typique en passant par le pater familias, le brigand, le paysan, le militaire, le défenseur de la plèbe, l’auteur nous conte la Grande Rome comme si on y était !

La Plume, le Scénario

L’écriture de l’auteur est véritablement immersive. L’utilisation de nom latin en est une première cause.

Alors attention, soyez très attentif, car il y a plusieurs Lucius, plusieurs Publius, cela vient du fait que pendant cette période romaine, ils utilisaient seulement une quarantaine de prénom voire une douzaine vraiment fréquents.

L’utilisation de chapitres courts et rythmés est également un facteur de dynamisme (que j’apprécie beaucoup) et d’immersion dans le monde des grandes familles de Rome.

L’auteur est au petit soin pour ses lecteurs car il prévoit un glossaire complet pour tous les personnages rencontrés, un document-glossaire à côté pour ceux qui lisent en numérique; Il fait également une présentation de son roman et le but de son roman, à vous de voir si vous vous lancez dans le roman à l’aveuglette (perso c’est ce que j’ai fait 😉 ) mais l’auteur explique (j’ai lu après) néanmoins comment aborder son roman. Alors effectivement, j’ai dû revoir ma façon de lire/ d’aborder le roman comme il m’arrive assez souvent en ce moment.

Lauteur m’a plongé dans la vie fourmillante de Rome, entre complot, décision, trahison, meurtre; Certaines scènes sont assez rudes. Tout y est pour se faire vraiment une idée plus ou moins précise de l’ambiance de cette époque. Pour mon compte l’auteur à vraiment réussit son pari.

Je me suis agacée de cette lenteur du Sénat, j’ai tremblé face au Signes divins, aux complots … Bref un récit immersif très réussit !

Le surnaturel : Il apparait dans le récit comme faisant parti intégrante de la vie des romains, ils ne prennent pas à la légère les Signes divins, mais ils se montrent incapable de les déchiffrer et recourt à la lenteur « légendaire » du Sénat oserai-je dire, encore une fois. Mais cette fois, l’attente sera peut-être tragique… Tout ces Signes, ses interventions divines (voix, apparitions) sont réellement prise au premier degrés. Les personnages ne sont pas effrayé, ils en tirent à chaque fois une leçon et essaie de déchiffrer le message. Pour le coup, ce « surnaturel » devient presque normal pour nous lecteur face aux réactions des personnages.

Un dernier mot : J’adore la couverture, son fond façon papyrus, et ces dessins peints type peinture rendent un bel effet.

En Bref

Note : 8 sur 10.

Un récit historique, premier tome d’une dizaine prévu, totalement immersif.

Des intrigues, des complots, des guerres intestines, des frontières en ébullition;

Des personnages très caractéristiques avec une vie propre intéressante et intrigante ;

Merci à l’auteur, Cédric Plouvier, pour ce voyage au cœur de la Rome !

Je vous laisse ci-dessous le teaser de l’auteur Cédric Plouvier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :