I#CONE# de François BERDEAUX

Titre : I#CONE#

Auteur : François BERDEAUX

Éditeur : Autoédité

Format : Site Internet – www.icone.site

Genre : (Très) contemporain, ésotérique, historique

Nombre de pages : Un certain nombre

Besoin spécifique : Une connexion internet

Résumé de l’auteur :

L’auteur n’en fait pas vraiment.

Quand François Berdeaux m’a contacté, il a décrit son récit comme « un roman numérique d’un genre nouveau […] une aventure littéraire 2.0. […] ce thriller plonge dans les méandres d’un ésotérisme 2.0. en mêlant Histoire et anticipation; mélangeant les genres au sein d’un roman novateur aux allures de site internet ».

Dans le teaser dédié à ce site on peut y voir défilé un nuage de mots assez évocateurs : Prophète anonyme – La Grande Pyramide – Internet – Bitcoin -John Dee – Bourges – Henoch – Jesus – Rennes-le-Château… et il existe un lien entre tout ça !

Mon avis :

L’histoire :

Idris est dans une mauvaise passe personnelle et professionnelle… Au détour d’une conversation avec un ami, il se retrouve à visionner une vidéo sur la Grande Pyramide (l’auteur laisse un lien au lecteur pour qu’il puisse lui aussi visionner cette vidéo). Peu de temps après sa vie bascule dans une aventure haletante où théories complotistes, Histoire invraisemblable et véritable se côtoient. Plus ses recherches partent dans tous les sens plus elles se recoupent, plus on se rapproche (ou pas) de la vérité. Mais il n’est pas seul dans l’aventure, Émilie et Paul le soutiennent et l’aide à structurer ses idées.

Les personnages :

Idris : Il n’a rien du grand chercheur de trésors, pas forcément croyant non plus. Il semble être une personne lambda en déroute psychologique… Pendant que sa vie bascule, il trouve peut-être dans cette étrangeté de quoi s’accrocher à cette existence qui part en cacahouète… Il a l’air sensible, pas idiot dans le sens pas le genre à se faire arnaquer (si tenté qu’il y ait un genre). Il s’attache à Émilie car elle a l’air sincère et paraît aussi perdue que lui face à cette aventure. Et Paul est un personnage haut en couleur, très érudit ce qui fait de lui un compagnon d’aventure « fiable ». Idris ne comprend pas comment et surtout pourquoi il se retrouve dans cette aventure.

Émilie : Elle est complexe; une organisation l’a engagée pour guider Idris. Finalement on sait peu de chose sur elle, juste ce qu’elle laisse entrevoir de son profil, c’est à dire une étudiante en déroute dans les labyrinthes du métier de comédien. Elle est très emballée à chaque avancée d’Idris, dès qu’il décrypte une nouvelle piste ou ramification dans leurs recherches. Ce qu’elle aime chez lui c’est sa ténacité.

Paul : C’est un érudit, il sait beaucoup de choses qu’il transmets bien volontiers à Idris. Leur rencontre n’a pas été si chaleureuse, elle fut compliquée car Paul ne voyait pas comment répondre aux nébuleuses questions d’Idris. Mis en relation par une connaissance commune; Idris a un peu forcé la main de Paul. Après une mise au point essentielle, ils ont commencé à échanger leurs connaissances et leurs découvertes. Paul s’est révélé d’un soutien inestimable.

La Plume, le Scénario :

Ce roman est réellement novateur, pour le coup c’est la première fois que je lis une histoire de cette façon.

Je repose les bases pour vous expliquer mon rapport aux lectures et surtout aux livres :

  1. Au départ, je suis une amoureuse des livres en papier =>> l’odeur, le toucher, la vue – garder les livres sous les yeux dans une bibliothèque… ça c’est mon truc
  2. J’adore toutes les histoires qui s’approchent de loin ou de près à l’irrationnel mais avec un pied dans la réalité (le truc du plausible, peut-être possible …), j’adore la littérature jeunesse, la fantasy dans son plus large spectre, les BD, les Comics et les Mangas.
  3. Depuis maintenant un peu plus de 2 ans, je me suis mise à lire des romans d’auteurs autoédités qu’ils me proposaient, donc très souvent numérique, des « Ebooks », ce format dont je n’étais pas fervente admiratrice, le numérique ce n’était pas pour moi… Mais j’ai découvert de véritables pépites que j’aurai complétement ratée en restant fermée à ce nouveau format. En plus, de lire  sur un support numérique, ça m’a permis d’étendre mes préférences à d’autres genres (roman classique, historique, humoristique même…), bref le numérique est entré dans ma vie un peu en forçant la porte et c’est temps mieux car j’ai pu lire des récits d’un horizon beaucoup plus vaste.

Tout ça pour arriver à l’auteur, François Berdeaux qui a accosté ma boite de réception avec son roman d’un format des temps modernes; et encore un coup de fichu à mes livres papiers chéris !

Le livre, le roman, le récit est un site internet avec un certain nombre de pages; on sent bien le lourd travail de ce format !

J’ai suivi l’histoire d’Idris, d’abord avec méfiance car honnêtement, je n’arrivais pas à trouver le pourquoi de ce format; mis à part des clics… en plus l’histoire d’Idris au départ est malheureusement (pour lui) très courante. Puis au fur et à mesure des pages, je me suis retrouvée prise dans cette envie de savoir où tout ça mènerait Idris.

Pour ce faire, à chaque fin de page on clique pour passer à la page suivante, jusqu’à rien de bien extraordinaire…

Mon avis allait changer car plus on tourne de page, plus l’histoire se complexifie, plus les pages sont tentaculaires. Je m’explique les recherches d’Idris sont rattaché à des pages Google, Wikipédia et il suffit de cliquer sur des points qui se trouvent sur les pages de lecture pour avoir accès aux recherches du personnage. Chaque point de découverte est étayée par des arguments en lien avec Google, Wikipédia

L’auteur se sert également de supports vidéos/ photos des lieux dont les personnages visitent; des plans où ils séjournent lors de leurs visite dans leur course à la vérité. François Berdeaux utilise aussi le support audio pour nous faire entendre la pluie ou des pas lors de la lecture c’est indéniable ça met dans l’ambiance.

Chaque page est agrémentée par des photos, des dessins, des animations qui m’ont permise de me plonger pleinement dans l’histoire en tout cas de visualiser clairement ce que pouvait traverser Idris, Émilie et Paul.

Malheureusement, et oui il y a un MAISd’habitude c’est mon imagination qui fait ce boulot là. Et du coup, dans ce roman, la visualisation étant imposée, clairement réelle; on ne sait plus vraiment si tout ceci est réel ou simplement le récit d’un auteur peut-être visionnaire en tout cas avant-gardiste.

C’est un tout petit bémol, sachant qu’au départ je préfère le livre papier, l’auteur à pris un petit risque sans le savoir …

Je trouve le résultat quand même pas mal du tout. Et je crois que cette histoire par sa forme particulière et un sujet sous-jacent brûlant restera gravée un moment  dans mon esprit. Oui un sujet brûlant car malgré des recherches sur l’Histoire, ça reste quand même un sujet totalement d’actualité.

Cette histoire nous parle d’un Dieu pas si ancien (en tout cas qui sait très bien s’adapter) et l’auteur François Berdeaux est peut-être un lanceur d’alerte ?!?

En tout cas ces derniers chapitres m’ont fait réfléchir sur cette société dont je fais partie et qui est hyper connectée

En Bref :

Un roman prenant au fil des pages, ludique finalement car on devient un peu acteur, si on veut la suite, si on veut connaître les sources d’Idris, bref on clique … on clique… on clique…

Un récit étrange, novateur et alarmant (oserai-je dire ?).

Merci François Berdeaux pour m’avoir proposé votre récit et pour votre patience également 😉

Petit aparté je ne savais pas ce qu’était une Escape Room et soyons honnête (je vis au fond d’une grotte) je n’en soupçonnais même pas l’existence … merci aussi pour cette « grande » découverte pour moi 😉

Publicités