La Pierre d’Isis, T1: Isulka la Mageresse de Dorian Lake

la-pierre-disisTitre : La Pierre d’Isis

Tome 1 : Isulka la Mageresse

Auteur : Dorian Lake

Illustration couverture : Virginie Carquin

Édition : Lune Écarlate Éditions

Collection : Lune Mécanique

Genre : Fantazy

Nombre de pages : 206

Sorti le 20 septembre 2016

4ème de couverture :

« Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.

Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. Plus question pour Isulka et Scipione de travailler à prix bradés. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne… »

Mon avis :

Tout d’abord merci à Livraddict, à l’auteur Dorian Lake et aux Editions Lune Écarlate pour ce partenariat et cette jolie découverte !

L’histoire :

Isulka se trouve un peu endettée et à court d’argument pour son créancier… elle réussit à s’échapper une nouvelle fois mais il est urgent pour elle de trouver un travail qui paye très bien et vite donc pas forcément honnête… Scipione est également à court de liquidité et dans l’urgence de trouver de l’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahisons de ses pairs… C’est alors qu’ensemble ils entrent au service de Sir James Ladd pour retrouver une bague rubis qu’on lui aurait volé et qui aurait une importance capitale. Mais cette bague a bien plus d’importance que semble le dire Ladd, et il va jeter Isulka et Scipione dans une aventure, plutôt une mésaventure, jusqu’au Caire face au fanatisme religieux d’une ancienne secte… Ensemble, l’un contre l’autre puis ensemble de nouveau ils vont apprendre à leurs dépens que cette bague exerce un pouvoir immense sur les vils esprits faible et fanatique…

Les personnages :

Isulka est une jeune femme, sans famille, habituée à prendre quelques risques pour survivre. Elle est débrouillarde, vivote de sa magie mais s’endette aux jeux… C’est une femme déterminée, courageuse et surtout indépendante. Elle a appris à cacher sa véritable magie car elle sait ce que les gens craintif et le Vatican lui feraient s’ils découvraient ses pouvoirs.

Scipione di Lucantoni : Il est Italien et c’est un des derniers spadassins (il est équipé d’une rapière) 🙂 Il louvoie beaucoup dans le but de récolter assez d’argent pour retourner dans son pays se venger de la trahison de ses pairs. Il a un sens de l’honneur plutôt adaptable à la situation 😀  et Isulka va en faire les frais mais quand elle aura vraiment besoin de lui, il sera là même à en risquer sa vie.

Sir James Ladd : il se présente comme un marchand Anglais assez riche à la recherche d’une bague en rubis qu’on lui aurait volé et dont la vente sur le marché noir serait très préjudiciable à son pays. Il est tenace et usera de tout son pouvoir et son argent pour retrouver cette bague.

Aslin : Il est à la solde de Sir James Ladd, il défend ses intérêts et joue aussi les garde du corps et les hommes de main. Il est doté d’une force surpuissante, Scipione en fera les frais d’ailleurs.

D’autres personnages entre en jeu, ils sont secondaire mais ils ont leur importance dans la progression du récit.

La Plume, le Scénario :

C’est un livre très court, trop court j’ai envie de dire 🙂 une fois les dernières lignes lues… je me suis retrouvée toute seule, j’aurai bien aimé continuer l’aventure avec Isulka.

L’écriture est fluide et agréable. L’auteur est direct et on se retrouve dans le vif du sujet avec Isulka et ses créanciers. L’histoire se situe dans le passé à Paris, la Tour Eiffel est encore en construction, il existe peut-être encore des êtres possédant des pouvoirs, mais beaucoup ont été pourchassés et tués par les soldats du Vatican. Avec Scipione en dernier épéiste de l’époque, on peut traduire qu’on se trouve dans une époque charnière, car les autres personnages préfèrent utiliser des armes à feu.

L’auteur n’en a pas terminé avec nous, ils nous emmène au Caire sur les traces d’une ancienne légende ou prophétie égyptienne. Isulka en bonne chapardeuse qu’elle est, se retrouve prise au piège entre les Anglais et les fanatiques d’une secte égyptienne, à cause de cette très chère bague rubis. Ce mélange des lieux offre du dynamisme au récit et le lecteur se retrouve rapidement à la dernière page.

J’ai apprécié cette relation un peu floue entre Isulka et Scipione. Deux marginaux au prise avec leur propres démons mais se souciant de l’autre par touche très légère… Face aux monstres séculaires, aux humains patibulaires et trompeurs, ils combattent non sans mal mais avec détermination.

En Bref :

Un petit récit bien sympathique.

Petit message à l’auteur : « C’est quand la suite ? J’aimerai bien savoir ce que devient Isulka ? et j’aimerai bien aussi lire d’autres de ses aventures 😉  »

 

Publicités

2 réflexions sur “La Pierre d’Isis, T1: Isulka la Mageresse de Dorian Lake

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s