L’Eternel de Joann Sfar

L'éternelTitre : L’Éternel

Auteur : Joann Sfar

Éditeur : Editions Albin Michel

Nombre de pages : 455

Sortie le 27/03/2013

Fiche Bibliomania

Résumé Decitre :

« Pour son malheur, Ionas, violoniste juif ukrainien, doux-rêveur mort au combat en 1917, ressuscite sous la forme d’un vampire. Il n’a qu’une obsession : retrouver sa fiancée Hiéléna, fille d’un luthier d’Odessa. Mais pour « vivre », il doit boire du sang, ce qui le plonge dans des affres de culpabilité. Il passe outre tout ce que sa douceur naturelle lui interdit et, rongé par sa mauvaise conscience, finit par découvrir que son frère Caïn et sa belle ont convolé en justes noces et attendent un enfant… Près d’un siècle et quelques pogroms plus tard, Ionas, qui a élu domicile à New York, essaie de trouver auprès de la très sexy Rebecka Streisand, psychanalyste tout juste veuve d’une célèbre rock star, un recours pour vaincre sa culpabilité et vivre en harmonie avec ses démons.
Humour, dérision, sens du romanesque, truculence, sensualité, émotion… on retrouve dans ce Nosferatu revu et corrigé par Woody Allen et Albert Cohen réunis, tout ce qui fait l’originalité et la profondeur des bandes dessinées de Sfar, qui marie ici mieux que jamais esprit ludique et intelligence. »

Mon avis :

L’histoire :

Ionas est un combattant ukrainien durant la 1ère guerre mondiale. Malheureusement ce guerrier digne emmènera ses soldats au combat final… pendant que son frère joue les déserteur et laisse ses frères d’arme mourir, ainsi que sa « copine » enceinte… Ionas meurt sous un charnier mais sa rage de vivre ou la pensée de sa fiancée Hielena l’attendant patiemment, le font revenir sous la forme d’un vampire forcément sanguinaire, obligé de tuer pour survivre. Pendant qu’il erre dans les forêts d’Odessa, d’étranges choses  se produisent. Il fait la connaissance d’un arbre aux pendus dépressif qui l’empêche de se suicider (bien que cela soit impossible…). Il entrevoit ce qu’aurait pu être sa vie avec Hielena sauf qu’un autre à pris sa place … Poursuivant son périple on arrive de façon abrupte à une époque proche de la notre.

Ionas le vampire est persuadé qu’il doit entamer une thérapie avec la séduisante jeune veuve et psychanalyste Rebecka. Perdu dans leurs élucubrations, dans leurs sentiments aussi, Ionas va entrevoir la vérité en face et peut-être arrivera t-il  à s’accepter comme un véritable vampire ? peut-être arrivera t-il à vivre sereinement enfin autant que possible…

Personnages :

Ionas : Soldat Ukrainien impuissant face à la machine de guerre des Allemands, juif de religion, violoniste mélancolique, éperdument et religieusement amoureux de Hiéléna.

Caïn : Frère de Ionas, lâche, opportuniste, déserteur et gigolo… Il a mis enceinte la malheureuse Haydée…

Mérij : au destin étrange, compagne éternelle et encombrante de Ionas.

Rebecka : Jeune veuve d’une star de la musique, psychanalyste de métier, déboussolée et désireuse de reprendre sa vie et son métier en main.

La Plume de l’auteur, le scénario :

C’est un récit sombre, gluant empreint d’une réalité crue, sauvage et dérangeante. Mais derrière toute cette saleté, cette horreur, il y a Ionas qi se demande pourquoi il est revenu d’entre les morts… de surcroit en vampire. Même son envie d’en finir n’est pas aussi forte  que l’envie paradoxale de vivre tout en fond de lui. Il s’impose la solitude pour ne plus faire de mal… il devient attachant. Il s’impose cette crauté pour protéger sa bien-aimée qui ne pense plus guère à lui …

On virevolte dans le tragique, le comique quelque fois, le surnaturel avec toutes les turpitudes de Ionas le vampire. Avec lui on essaie de comprendre la raison de sa renaissance … pas toujours claire j’avoue. On essaie aussi de comprendre, cette force de caractère (qu’il avait déjà vivant), cette violence qui l’éloigne petit à petit du petit humain  qu’il était certes courageux et combatif mais aveugle pour une mission pas bien définie dans son esprit…

En Bref :

Une lecture étonnante ! Malgré la noirceur et les ténèbres c’est un récit captivant !!

Un petit extrait qui m’a marqué !! :

p 309 :  » Par orgueil, il s’est tué, peut-être ? – puisqu’il s’agit en définitive du sort commun : construire sa vie, avoir envie d’exister davantage, et d’une façon ou d’une autre se heurter à un mur. Parce que la nouvelle fille ne veut pas de vous? ou parce que vous vous sentez coupable de partir de là où vous êtes ? On ne se tue pas parce qu’on veut l’impossible, mais parce que quelqu’un dans l’enfance vus a donné une bonne éducation. Mon mari s’est pendu parce qu’il était bien élevé. Il n’a pas supporté la possibilité  de me quitter. Parce qu’on lui a appris qu’il était responsable du bonheur des autres, qu’il portait le monde sur ses épaules, qu’il n’avait pas le droit d’être égoïste. »

2 commentaires sur “L’Eternel de Joann Sfar

Ajouter un commentaire

  1. Je n’avais pas tellement accroché avec cette lecture. J’avais commencé à bien adhérer dans la 2ème partie mais je suis tout à fait ok sur l’idée que le principe narratif est étonnant.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :