Les Cornes d’Ivoires tome 1 : Afirik de Lorris Murail

Titre : les Cornes d’Ivoires

Tome 1 : Afirik

Auteur : Lorris Murail

Éditeur : Pocket Jeunesse

Nombre de pages : 512

Paru le 07/04/2011

Fiche bibliomania

4ème de couverture :

« Dans le futur, des Maîtres noirs règnent sur les deux continents, l’Afirik en plein essor et l’ancienne Europe, aujourd’hui dévastée par les épidémies.
Des bateaux conduisent en Afirik, par dizaines de milliers, des esclaves blancs, ceux qu’on nomme les Cornes d’ivoire. Du lointain passé, la jeune Mari ne sait pas grand-chose. Esclave dans une plantation de Kassamansa, elle rêve d’en apprendre davantage sur le pays mythique de ses ancêtres. Leur langue s’est perdue et, de leurs traditions et croyances, il ne subsiste que quelques rites obscurs. Même si Mari partage la vie de ses frères dans le village blanc, elle fait figure de privilégiée.
Compagne de jeu et souffre-douleur de la petite Lisha, elle est admise dans la somptueuse demeure de ses Maîtres noirs. Un drame va faire basculer sa vie… »

Mon avis :

Mari est une jeune esclave de 15 ans, elle a le privilège de pénétrer dans la demeure de son Maître pour s’occuper de sa fille cadette. En Kassamansa, les blancs ne sont rien, juste des esclaves à peine supportable, leur peau blanche dégoûte… Ils sont humiliés, insultés, souillés même. Les blancs ont fuit le nord du Monde car la Peste sévissait.

Mari rêve de liberté mais la réalité la rattrape très vite.

C’est une jeune esclave volontaire, courageuse, téméraire mais terriblement lucide. Sa condition, elle le sait, durera tant qu’elle n’aura pas  tout tenté, tout subi… pour l’instant sa solution pour être libre c’est dans sa tête. Elle ne sait pratiquement rien de ses ancêtres des pays du Nord, leur façon de vivre, leur croyance… bref elle est avide de savoir.

Lorris Murail nous propose tout un éventail de personnages : des régisseurs qui font leur travail avec zèle, des esclaves blancs collaborateurs, des maîtres noirs impitoyables, des personnes noires contre l’esclavage, des ivoiriers (trafiquants d’esclaves blancs) inhumains… tout ce panel de personnages nous plonge au coeur de l’esclavage et ses conséquences.

L’écriture de l’auteur est agréable même si quelques fois les descriptions sont un peu longues, attention ça ne gâche en rien le récit. C’est juste une affaire de goût…

La plume de Lorris Murail transmet ce caractère inacceptable de l’esclavage, de l’humiliation, de la perte d’identité et de dignité… Bref l’esclave est traité plus bas qu’une chose, plus mal encore qu’un animal, il est transparent. Aux yeux de ses maîtres l’esclave est invisible, il est juste là pour le servir…

Dans ce récit l’esclave est blanc mais cette indignation est universelle (blanc, noir, jaune…), l’esclavage pour n’importe quelle couleur est intolérable !

Ce qui m’a plu :

Mari qui a toujours su qu’elle partirait, qu’elle briserait ses chaînes. Elle ne savait pas quand cela devait arriver, mais Mari a toujours été patiente…

J’ai aimé cette façon qu’a eu  l’auteur de retourner les évènements… oui si c’était l’hémisphère Nord qui avait connu de multiples catastrophes, l’hémisphère Sud en aurait-il profiter pour prospérer ?

En Bref :

Une Uchronie surprenante, le destin de Mari est à suivre en 2012 !!

2 commentaires sur “Les Cornes d’Ivoires tome 1 : Afirik de Lorris Murail

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :