L’oiseau bleu de Madame l’Aulnoy

Titre : L’oiseau bleu

Auteur : Madame l’Aulnoy

Édition : Pemf

Nombre de pages : 88

4ème de couverture :

« Le roi Charmant chevauche mille terres à la recherche de l’amour quand il trouve enfin une princesse qui pourrait devenir sa femme et la reine de son joli royaume. Elle a pour nom Florine. Mais celle-ci a pour belle-mère une magicienne qui la déteste et qui veut marier sa propre fille, Truitonne, la demi-sœur de Florine, au jeune roi prétendant. Devant le refus de ce dernier, elle le transforme en oiseau bleu… »

Mon avis :

Merci aux éditions Pemf et à Lire pour le Plaisir de m’avoir permis de partager cette lecture avec mes filles, encore merci pour ce partenariat.

C’est une merveilleuse ode à l’amour !

Que de poésie dans ce langage, malgré les apparences, un homme, un roi, un prince reconnait son âme sœur et malgré les pressions humaines et magiques, malgré les subterfuges… cet homme n’aura dans son coeur que sa bien aimée et rien ne sera assez fort, même le doute, rien ne le détournera de sa voie amoureuse !

La plume de l’auteur est précieuse, enjolivée et romantique. Madame d’Aulnoy utilise beaucoup le subjonctif, ça rend le récit plus royal si j’ose dire … Ce langage plus que soutenu nous renvoie dans le passé, là où l’amour se traitait avec beaucoup de tendresse et d’attention.

Les personnages principaux sont agréables, fidèles à leur convictions. L’arrivée du roi Charmant nous (mes filles et moi) a fait penser au conte de Cendrillon. La pauvre Florine est privée de beaux atours pour ne point faire d’ombre à sa demie sœur Truitonne. Elle est également enfermée dans une tour comme Raiponce pour la soustraire au regard de Charmant.

Charmant a le coup de foudre et il n’y aura  que les subterfuges, les mensonges et la magie qui l’obligeront à fléchir mais pas à abandonner. Sa détermination ne sera en rien entamée.

La reine et sa fille sont des personnages détestable, j’ai presque éprouvé du dégoût pour Truitonne (j’exagère un peu, mais la plume de l’auteur est telle qu’elle provoque diverses sensations très étrange).

Ce qui m’a plu :

Justement ce langage si peu usité, mais aussi ce symbole que l’amour est plus fort et plus beau que tout !!

L’avis de Poulette (10 ans) et Fouinette (7 1/2 ans) :

Honnêtement Fouinette a fait quelque décrochage au bout de la 10ème page, Poulette a tenu jusqu’à la 30ème page. Il a fallu que je lise par petit bout.

Les tournures de phrase les ont complètement perdues… par moment elles me demandaient de relire une phrase et de leur en expliquer la signification.

Autant l’histoire est simple et belle, autant la tournure des phrases a vraiment fait barrage au plaisir de lire pour mes filles.

En bref :

Une très belle lecture pour moi, mais un moment difficile pour mes filles.

Publicités

6 réflexions sur “L’oiseau bleu de Madame l’Aulnoy

  1. C’est toujours rigolo de voir les enfants un peu perdus devant une écriture « précieuse ». Et puis parfois, la musique de langue semble jolie, même si on n’y comprend pas grand chose !

    • C’est vrai tu as raison la lecture à voix haute de cette langue est toujours très jolie… mais mes cocottes se sont sentie submergées 😉 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s