Construire un feu de Jack London

Titre : Construire un feu

Auteur : Jack London

Édition : Pemf

Nombre de pages : 61

4ème de couverture :

« Au bord du Klondike, dans le Grand Nord canadien, un homme rejoint le camp où l’attendent des camarades. Mais il fait froid, très froid, et il est très imprudent de partir seul dans cette vallée glacée où la neige dissimule les accidents du terrain. Lorsque l’homme commence à ne plus sentir ses mains et pieds gelés, il n’a qu’une seule solution : construire avec de fragiles allumettes un feu pour survivre. »

Mon avis :

Merci à Lire pour le Plaisir et aux Éditions Pemf pour cette double lecture !

Cet exemplaire réunit deux versions tout à fait intéressantes !

La première version est écrite avec beaucoup de réalisme. Le récit est centré sur cet homme (sans nom) et son chien, partis seul dans le Grand Froid, malgré la multitude de conseil des anciens du village. Malheureusement il se croit très fort, capable de vaincre le Grand Nord, mieux que les autochtones… Malgré les avertissements de son chien qui sent le danger instinctivement. Et très vite la nature reprend le dessus, et fait sentir à cet homme qu’il n’est pas grand chose sinon rien dans cette immensité glaciale.

La plume de l’auteur nous transmet ce froid qui semble impossible à combattre… On sent la panique poindre à l’horizon puis l’envie de vivre et enfin la résignation. Jack London a vraiment un don pour nous transposer dans l’histoire glaciale.

La deuxième version est plus courte, plus positive et plus romancée …

Cet fois l’homme n’a pas de chien et s’aventure seul dans le grand froid sans compagnon contre l’avis du chef de village. Là encore il se croit plus malin, mais très vite il redevient lucide et prend la menace au sérieux, et semble plus déterminé à sauver sa vie que dans la première version. Il commet les mêmes imprudences mais son sort laisse une lueur d’espoir.

Ce qui m’a plu :

L’extraordinaire réalisme de l’écriture de Jack London. Dans ma lecture, j’ai presque senti la morsure du froid… J’ai beaucoup aimé la première version, pour ce formidable pouvoir de la nature qui remet l’homme à sa place.

L’avis de Fouinette (7 1/2 ans) et Poulette (10 ans) :

Elles ont de loin préféré la seconde version car l’issue est plus acceptable.

Elles ne cessaient de dire que l’homme n’aurait pas dû partir seul, il aurait dû écouter les anciens.

Elles ont trouvé la première version très triste et très dure, angoissante et plus glaciale aussi.

En bref :

La popularité et le talent de Jack London n’est plus à démontrer. Ces deux versions sont touchantes et nous rappellent que la nature  reprend toujours ses droits et qu’elle est très dure !

Une agréable lecture pour toutes les trois.

Publicités

2 réflexions sur “Construire un feu de Jack London

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s