Mercure d’Amélie Nothomb

Sur une île, Mortes-Frontières, un vieux Capitaine de presque 77 ans vit avec une jeune fille de presque 23 ans.

Hazel a subit un bombardement en janvier 1918, ses parents on été tués, le vieux Capitaine la recueillit et lui a prodigué tous les soins qui lui était possible de donner, même un peu plus…

Dans cette maison il n’y a aucun miroir, la jeune Hazel ne doit pas apercevoir son visage… (bombardement)

Persuadée qu’elle ne peut pas vivre à l’extérieur de cette île avec ce visage, elle accepte paradoxalement avec dégoût et reconnaissance les assauts nocturnes du vieil homme.

Mais un jour Hazel est malade, une infirmière est alors appelée : Françoise Chavaigne est consciente que quelque chose de pas net se passe dans ce foyer, petit à petit elle découvre l’horreur, l’incarcération d’une jeune fille pris au piège et dévouée à celui qui l’a sauvé et enfermé dans sa tour sans reflet…

Françoise va fouiller dans la vie du vieux et va découvrir les subtilités, les atrocités, les dualités de l’amour.

Réussira t-elle  à ouvrir les yeux de Hazel, sans risquer sa vie ?

Mon avis :

C’est mon premier roman d’Amélie Nothomb.

Son écriture est plaisante et son récit se lit rapidement.

Elle nous décrit l’étrangeté de l’amour entre un vieux Capitaine et sa jeune recluse.

Hazel est reconnaissante envers le Capitaine car il arrive à l’aimer, elle, la jeune fille monstrueuse (idée qu’il profondément ancré dans l’esprit d’Hazel), en même temps elle est écœurée de ses assauts nocturnes … mais pour rien au monde elle ne lui ferait de la peine en lui disant… il l’a sauvé, elle lui doit la vie.

Quand au vieux, il est persuadé qu’Hazel l’aime qu’il ne peut en être autrement quand l’infirmière débarque, je pense que c’est voulu… Le Capitaine a besoin de lâcher sa conscience… il veut qu’Hazel soit découverte, que sa condition soit dévoilée… en parlant avec l’infirmière qui le déteste, il donne l’impression de faire un thérapie… et puis il sent que Françoise ne laissera pas Hazel comme ça, qu’elle va tout lui dévoiler.

Finalement le vieux Capitaine a eu l’illusion toute sa vie d’avoir été aimé, par contre lui il a beaucoup aimé à sa manière aussi perverse soit t-elle, mais il a aimé, il pense que la fin de sa vie approche et que le moment de soulager sa conscience et de rendre sa liberté à une jeune fille kidnappée lui apportera son salut. Enfin je le ressent comme ça.

Amélie Nothomb nous offre une surprise à la fin du récit, à nous de choisir, elle, elle n’a pas pu alors elle nous offre « ses fins » … sur ce je vous laisse languir sur ce qu’elle a bien pu laisser …

Quelle serait votre définition concise de l’amour ?

Moi ça serait :  « Aimé est plus fort que d’être aimé » Daniel Balavoine

Publicités

6 réflexions sur “Mercure d’Amélie Nothomb

  1. J’ai beaucoup aimé cette lecture, et aussi le fait qu’il y ait deux fins. Par contre je préfère Les Catilinaires et La méthaphysique des tubes de cet auteur.

    • Peut-être que je retenterais plus tard un titre d’Amélie Nothomb, genre « Stupeur et tremblement », celui là à l’air pas mal…
      Merci de ton passage Ankya !

  2. Je ne lis pas tout car il est encore dans les Nothomb que je n’ai pas lus. Mais il est dans ma pal alors ça ne devrait pas tarder!
    J’ai compris que ça t’avait plu cependant !

    • Oui ce n’est pas le genre de lecture que je lis d’habitude, mais ça se lit vite et l’écriture est plaisante alors on peut dire que ce récit m’a plu…
      Merci de ta visite Pauline !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s